DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2015 ELEMENTS DE CADRAGE LOCALNOVA. LOCALNOVA- janvier 2015-droits réservés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2015 ELEMENTS DE CADRAGE LOCALNOVA. LOCALNOVA- janvier 2015-droits réservés"

Transcription

1 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2015 ELEMENTS DE CADRAGE LOCALNOVA LOCALNOVA- janvier 2015-droits réservés

2 2 «Puisqu on ne peut changer le sens du vent, il faut apprendre à orienter les voiles» James DEAN

3 3 SOMMAIRE Chapitre 1 : le cadre juridique Chapitre 2 : des évolutions législatives Chapitre 3 : le contexte économique Chapitre 4 : la loi de finances 2015 Chapitre 5 : les finances locales

4 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 4! Le débat d orientation budgétaire doit permettre d informer les élus sur la situation économique et financière de leur collectivité mais aussi sur ses engagements pluriannuels.! La loi du 6 février 1992, dans ses articles 11 et 12, a étendu aux communes de habitants et plus, ainsi qu'aux régions, l'obligation d'organiser un débat sur les orientations générales du budget qui était déjà prévue pour les départements (loi du 2 mars 1982). L article L du CGCT reprend cette disposition : "Dans les communes de habitants et plus, un débat a lieu au conseil municipal sur les orientations générales du budget de l'exercice ainsi que sur les engagements pluriannuels envisagés et sur l'évolution et les caractéristiques de l'endettement de la commune, dans un délai de deux mois précédant l'examen de celui-ci et dans les conditions fixées par le règlement intérieur prévu à l'article L ".

5 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 5! Délai! Mais pas trop proche du vote du budget Ce débat doit avoir lieu dans les deux mois précédant l'examen du budget par l'assemblée. Les mêmes dispositions existent relativement aux départements (L ). Pour les régions, l'article L du CGCT prévoit que «dans un délai de dix semaines précédant l'examen du budget, un débat a lieu au conseil régional sur les orientations budgétaires de l'exercice, y compris les engagements pluriannuels envisagés". Outre le fait que le débat d orientation budgétaire doive faire l objet d une délibération distincte (TA Montpellier, 11 octobre 1995, M.Bard c/commune de Bédarieux) et s effectuer dans les conditions applicables à toute séance de l assemblée délibérante (articles L , L , L , L , L et L du CGCT), au risque d apparaître comme un détournement de procédure, le juge a estimé que la tenue du débat d orientation budgétaire ne pouvait avoir lieu à une échéance trop proche du vote du budget.

6 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 6! Un risque de contentieux! Un formalisme à respecter Ainsi, le tribunal administratif de Versailles a-t-il considéré, dans un jugement rendu le 16 mars 2001 (M. Lafon c/commune de Lisses), que la tenue d un débat d orientation budgétaire le soir même du vote du budget justifiait l annulation de la délibération approuvant le budget de la collectivité. Pour les communes, les conditions de déroulement du débat d orientation budgétaire doivent être prévues par le règlement intérieur. Juridiquement, ce débat est une formalité substantielle à l'adoption du budget (TA Versailles 28 dec.1993 commune de Fontenay-le-Fleury).

7 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 7! Le rapport sur la situation de la collectivité en matière de développement durable dans les collectivités et EPCI de plus de habitants! La loi n du 12 juillet 2010 a introduit les articles L , L , L dans le CGCT. Ces derniers prévoient que dans les collectivités territoriales et EPCI de plus de habitants, "préalablement aux débats sur le projet de budget, le maire présente un rapport sur la situation en matière de développement durable intéressant le fonctionnement de la collectivité, les politiques qu'elle mène sur son territoire et les orientations et programmes de nature à améliorer cette situation.«! La production de ce rapport constitue également une formalité substantielle préalable à l'adoption du budget.

8 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 8! Une obligation d information des élus : effective et préalable à l examen du budget! Le débat a pour objet de préparer l'examen du budget en donnant aux membres de l'organe délibérant, en temps utile, les informations qui leur permettront d'exercer, de façon effective, leur pouvoir de décision à l'occasion du vote du budget.! Une note explicative de synthèse doit ainsi être communiquée aux membres des assemblées délibérantes en vue du débat d orientation budgétaire, au minimum 5 jours avant la réunion pour les conseillers municipaux et 12 jours pour les conseillers généraux et régionaux (Art. L , L et L du CGCT).

9 Chapitre 1 LE CADRE JURIDIQUE 9! Une information complète! Une note explicative suffisamment détaillée Lorsque la note explicative de synthèse communiquée n'est pas suffisamment détaillée, notamment si elle ne comporte pas d'éléments d'analyse prospective, ni d'informations sur les principaux investissements projetés, sur le niveau d'endettement, sur son évolution et sur l'évolution des taux de la fiscalité locale, le débat sur les orientations budgétaires doit être regardé comme s'étant tenu sans que les membres de l'assemblée délibérante aient bénéficié de l'information prévue par les dispositions législatives applicables.! Prévenir le risque p/r à l adoption du budget Cette circonstance constitue une irrégularité substantielle de nature à entacher d'irrégularité la procédure d'adoption du budget primitif (CAA Douai 14 juin 2005, commune de Breteuil-sur-Noye; TA Nice 10 novembre 2006, M. Antoine Di Lorio c/ commune de La Valette-du-Var ; TA Nice 19 janvier 2007, M. Bruno Lang c/ commune de Mouans- Sartoux). Bien que n ayant pas de caractère décisionnel la tenue du débat doit faire l objet d une délibération afin que le représentant de l Etat puisse s assurer du respect de la loi. Le DOB est relaté dans un compte-rendu de séance (TA Montpellier, 11/10/1995, «BARD/Commune de Bédarieux»).

10 EXEMPLE DE SOMMAIRE 10 NOTE SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES (1/2) A : Contexte Situation économique, tendances macro économiques, les facteurs d évolution externes: finances publiques, marchés financiers B : Situation de la collectivité Si disponibles, les éléments d analyse de la situation financière rétrospective sur une série longue, les évolutions des équilibres financiers; Les tendances budgétaires, les grandes orientations et les facteurs d évolution Fonctionnement Dépenses de fonctionnement: éléments venant des chapitres globalisés réels 011, 012, subventions, autres dépenses de fonctionnement Recettes de fonctionnement : évolution de la fiscalité, des dotations concours de l Etat, produits des services et autres recettes (tarifs, produits exceptionnels attendus )

11 EXEMPLE DE SOMMAIRE 11 NOTE SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES (2/2) Investissement Dépenses d investissement : analyse de la dette, les programmes d investissements en cours. Recettes d investissement: emprunts, subventions, autofinancement, produits et autres recettes (taxes, produits cessions, éléments exceptionnels ) C : Les orientations 2015 Les engagements pluriannuels envisagés, et l'évolution et les caractéristiques de l'endettement La vision pluriannuelle: les éléments de prospective ; les hypothèses de travail, les options et choix de financement des programmes d investissement (projets «récurrents projets en phase d études projets à engager)..

12 12! CHAPITRE 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES Retour au sommaire

13 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 13! DOB: DES MODIFICATIONS DE CONTENU Inchangé depuis l Ordonnance n du 26 août 2005 qui introduisait l obligation de fournir une vision pluriannuelle des engagements envisagés, le DOB s enrichit d une nouvelle obligation introduite par l article 93 de la loi MAPTAM.! L article 93 de loi n du 27 janvier 2014 (MAPTAM) modifie, notamment, l article L du CGCT, lequel dispose désormais :! ( ) Dans les communes de habitants et plus, un débat a lieu au conseil municipal sur les orientations générales du budget de l'exercice ainsi que sur les engagements pluriannuels envisagés et sur l'évolution et les caractéristiques de l'endettement de la commune, dans un délai de deux mois précédant l'examen de celui-ci et dans les conditions fixées par le règlement intérieur prévu à l'article L Les dispositions du présent article s'appliquent aux établissements publics administratifs des communes de habitants et plus.

14 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 14! L obligation pour les EPCI à fiscalité propre d adopter un schéma de mutualisation avant le mois de mars 2015! Entré en vigueur le 1 er mars 2014, l article L du CGCT issu de la loi n du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales impose aux établissements publics à fiscalité propre d adopter, avant le mois de mars 2015, un «rapport relatif aux mutualisations de services entre les services de l établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre et ceux des communes membres. Ce rapport comporte un projet de schéma de mutualisation des services à mettre en œuvre pendant la durée du mandat».! Si le conseil municipal de chaque commune dispose d un délai de trois mois pour se prononcer sur ce rapport, c est l organe délibérant de l établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre qui doit approuver le projet de schéma.

15 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 15! Un coefficient de mutualisation des services, servira de critère de répartition de la dotation globale de fonctionnement! Au-delà de l obligation légale d adoption d un schéma de mutualisation, l article 55 de la loi n du 27 janvier 2014 de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles (dite «MAPAM») a introduit à l article L du Code général des collectivités territoriales un coefficient de mutualisation des services, lequel servira de critère de répartition de la dotation globale de fonctionnement perçue par les communes et les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.! Le coefficient de mutualisation constituera désormais une incitation financière supplémentaire au développement des moyens de mutualisation.

16 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 16! Une mise en œuvre toutefois conditionnée par un décret en Conseil d Etat! Le coefficient de mutualisation des services, du V de l'article L du Code général des collectivités territoriales serait égal au rapport suivant : «Rémunération de l'ensemble des personnels affectés au sein de services ou parties de services fonctionnels employés par la Communauté (y compris les agents transférés ou mis à disposition) rapportée à la rémunération de l'ensemble des personnels affectés au sein de services ou parties de services fonctionnels employés par les communes membres et la communauté.»! NOTA Le décret en Conseil d'etat doit en préciser les modalités d'application. Décret qui ne pourra logiquement être pris qu'après la présentation par le gouvernement d'un rapport, également prévu à l'article 55 de la loi MAPTAM, «évaluant les conséquences financières de la prise en compte de ce coefficient comme critère de répartition de la dotation globale de fonctionnement perçue par les communes et les EPCI».

17 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 17! Nouvelle politique de la ville La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 renouvelle durablement les outils d'intervention de la politique de la ville, à travers:! une nouvelle géographie prioritaire simplifiée et mieux ciblée,! un contrat unique intégrant les dimensions sociale, urbaine et économique,! une action publique qui se déploie a l'échelle intercommunale et mobilise tous les partenaires concernés,! la mobilisation prioritaire du droit commun de l'etat et des collectivités territoriales,! la participation des habitants à la co-construction des contrats et à leur pilotage. Pour plus d information consulter:

18 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 18! Un contrat de ville porté par l'intercommunalité et fédérant l ensemble des acteurs concernés par la politique de la ville! Comme le prévoit l article 6 de la loi de programmation, les nouveaux contrats de ville seront signes à l'échelle intercommunale entre, d'une part, l'etat représenté par le préfet de département, et d'autre part, le président de l'etablissement public de coopération intercommunale (EPCI) et les maires des communes concernées.! Selon le niveau d'intégration de l'epci, il pourra soit prendre la forme d'un contrat unique et pleinement intégré au niveau intercommunal; soit être compose d'un contrat cadre intercommunal mettant en cohérence des conventions territorialisées par commune.! Dans tous les cas, un contrat intercommunal devra exister là où l'epci a la compétence politique de la ville (communauté urbaine et d'agglomération, communautés de communes lorsqu'elles ont pris la compétence).

19 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 19! Le portage stratégique du contrat par l'epci devra favoriser le renforcement de la solidarité financière intercommunale! Un pacte financier et fiscal de solidarité devra, à cet effet, être établi par tous les établissements publics de coopération intercommunale signataires d'un contrat de ville, conformément aux dispositions de l article 12 de la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine. Une instruction spécifique sera adressée début 2015 sur les modalités d'élaboration de ce pacte.! La mobilisation des fonds structurels FSE et FEDER à hauteur d'au moins 10% pour la politique de la ville est inscrite dans l'accord de partenariat entre la France et l Union européenne et traduite dans les programmes opérationnels élaborés par les Régions. Elle doit trouver sa déclinaison opérationnelle en premier lieu dans les contrats de ville.

20 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 20! La compétence «GEMAPI» issue de la loi MAPTAM La Loi n du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles attribue aux communes une compétence ciblée et obligatoire relative à la gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations. Cette compétence sera exercée par les communes ou, en lieu et place des communes, par les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre. D une compétence facultative et partagée à une compétence obligatoire et dévolue au bloc communal relative à la «gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations! Les communes et leurs EPCI à fiscalité propre peuvent exercer ces missions dès à présent puisqu elles préexistaient à la Loi, et que la définition de la compétence «GEMAPI» s applique dès sa promulgation.! Toutefois.

21 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 21!. Cette possibilité deviendra une obligation pour les EPCI à fiscalité propre à compter du 1er janvier 2016 A compter de cette date, la compétence GEMAPI sera exercée de plein droit par les métropoles, les communautés urbaines, les communautés d agglomération et les communautés de communes.! Un bloc de missions La compétence est constituée d un bloc de missions définies au 1, 2, 5 et 8 du I de l article L211-7 du Code de l environnement : 1 L'aménagement d'un bassin ou d'une fraction de bassin hydrographique ; 2 L'entretien et l'aménagement d'un cours d'eau, canal, lac ou plan d'eau, y compris les accès à ce cours d'eau, à ce canal, à ce lac ou à ce plan d'eau ; 5 La défense contre les inondations et contre la mer ; 8 La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines ;

22 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES! Une taxe spécifique est créée en substitution à la redevance pour service rendu la loi remplace le mécanisme préexistant de «redevance pour service rendu» par une taxe facultative, plafonnée et affectée. Cette taxe n est levée qu en cas d exercice de la compétence par la commune ou l EPCI-FP.! Ce système de taxe permet l anticipation, un recouvrement par l administration fiscale (et non par la commune), et la mise en place d une solidarité à l échelle du bassin versant (amont/aval, urbain/rural) organisée par l organe délibérant.! Le produit global de cette taxe est arrêté avant le 1er octobre de chaque année pour application l année suivante par l organe délibérant de la commune ou de l EPCI compétent dans la limite d'un plafond fixé à 40 par habitant résidant dans son périmètre.! Nota La recette cible ainsi obtenue est répartie, par les services fiscaux, entre les taxes foncières, la taxe d'habitation et la cotisation foncière des entreprises proportionnellement aux recettes que chacune de ces taxes a procurées l'année précédente à l ensemble des communes et de leur EPCI situés dans le ressort du bénéficiaire de la ressource 22

23 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 23! Amélioration du régime de la commune nouvelle! Le dispositif initial créé en 2010 par la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) sera amélioré à l issue de la procédure parlementaire. Le texte a été adopté en 1ere lecture le 31 octobre 2014;! ce texte modifie principalement les articles L et suivants du CGCT ainsi que certaines dispositions du CGI (mesures d intégration fiscale progressive);! les dispositions adoptées facilitent la création en apportant des réponses aux questions de gouvernance, assurant également une meilleure prise en compte des spécificités de la commune nouvelle, dans les documents d urbanisme, ainsi que sur les modalités d intégration de la commune nouvelle au sein de l intercommunalité;! les dispositions fiscales et d incitations financières sont réunies dans la dernière section.

24 Chapitre 2 DES EVOLUTIONS LEGISLATIVES 24! Création d un nouveau service public «Gestion des eaux pluviales urbaines»! (l art 20 LF 2015 crée un article L du CGCT) La deuxième partie du code général des collectivités territoriales est ainsi modifiée : ( ) 4 Le titre II du livre II est complété par un chapitre VI ainsi rédigé : «Chapitre VI «Gestion des eaux pluviales urbaines «Art. L La gestion des eaux pluviales urbaines correspondant à la collecte, au transport, au stockage et au traitement des eaux pluviales des aires urbaines constitue un service public administratif relevant des communes, dénommé service public de gestion des eaux pluviales urbaines. «Un décret en Conseil d État précise les modalités d application du présent article.»

25 25! CHAPITRE 3 LE CONTEXTE ECONOMIQUE Source hbps:// france.fr/uploads/tx_bdfgrandesdates/indic- conj_ pdf Source h/p:// Retour au sommaire

26 Chapitre 3 LE CONTEXTE ECONOMIQUE 26! PIB zone euro et inflation Dans son bulletin de conjoncture du 12 décembre (6 pages détaillées), la Banque de France relatait le climat des affaires et fournissait ces indications sur les prévisions de croissance:! Selon Eurostat (deuxième estimation du 12 décembre 2014), le PIB de la zone euro est en hausse de 0,2 % au 3eme trimestre, après 0,1 % au 2eme trimestre (confirmation de l estimation rapide). L acquis 2014 à la fin du 3eme trimestre s établit à 0,8 %.! Commission européenne (prévisions d automne, 4 novembre 2014) : prévisions de croissance du PIB de 0,1 % au 4eme trimestre 2014 et de 0,3 % au 1er trimestre 2015.! L Insee (Point de conjoncture d octobre 2014) table sur une croissance du PIB de la zone euro de 0,2 % au 4eme trimestre La prévision pour 2014 est de 0,8 % Source

27 Chapitre 3 LE CONTEXTE ECONOMIQUE 27 La note détaillée de conjoncture de L INSEE, 6 pages est sur le site Insee.fr onglet THEME, puis conjoncture

28 28! CHAPITRE 4 LA LOI DE FINANCES 2015 Source hbp:// publique.budget.gouv.fr/actualites/2014/presentawon- projet- loi- finances projet- loi- programmawon- finances- publiques- annees #.VJFRqskXvz4 source: hbp:// nawonale.fr/14/ta/ta0459.asp Source hbp:// %20%E2%80%8E#JORFARTI Retour au sommaire

29 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! La LF 2015 met en œuvre la première annuité du plan d économies à 50 milliards d'euros du gouvernement, avec 21 milliards d'euros sur l ensemble des administrations publiques dont 7,7 milliards d'euros sur l État et ses agences! Le gouvernement table sur une croissance de 0,4 % en 2015 et de 1% en 2015, et prévoit un déficit public de 4,3% du PIB en 2015.! La prévision de croissance retenue par le Gouvernement pour 2015 est estimée à 1% ; il prévoit ensuite une augmentation progressive de la croissance à 1,7% pour 2016 et 1,9% pour 2017.! Prévision du déficit public : -4,3% du PIB en 2015 Le gouvernement prévoit une amélioration du déficit public à -4,3% du PIB en 2015 (-4,4% en 2014), qui passe ensuite à -3,8% pour 2016, et -2,8% pour 2017.

30 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! 21 milliards d'euros d'économies en 2015, dont 7,7 pour l État! Le ministre des Finances et des Comptes publics a confirmé et précisé la réalisation de 21 milliards d euros d économies en dépenses pour l année 2015 : un effort budgétaire de 7,7 milliards pour l'état, 3,7 milliards sur les collectivités territoriales, près de 10 milliards sur la Sécurité sociale, dont plus de 3,2 milliards pour les dépenses de l Assurance maladie (Ondam).! En 2015, les dépenses des ministères (hors charges de la dette et de pensions) et les recettes affectées aux opérateurs de l État, qui représentent plus de 210 milliards d euros en loi de finances initiale pour 2014, diminueront en valeur de 1,8 milliard d euros, ce qui constitue un effort inédit.! En ajoutant les prélèvements sur recettes au profit de l Union européenne et des collectivités territoriales, les dépenses relevant de la norme en valeur de l État (287 milliards d euros en loi de finances initiale pour 2014) diminueront de 4,2 milliards d euros en 2015 et de 11,5 milliards d euros à horizon 2017.

31 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! Des économies réalisées sur la masse salariale, les dépenses de fonctionnement et les dépenses d intervention de l État! 1,4 milliard d euros d économies seront réalisées, en 2015, sur la masse salariale de l État.! 1,5 milliard d'économies sont prévues sur les dépenses de fonctionnement et d investissement de l'état, notamment grâce à la promotion de la dématérialisation, à la politique immobilière, et à l'optimisation des achats de l'état.! Les agences et les opérateurs de l'etat contribueront à l effort d économie à hauteur de 1,9 milliard d euros.

32 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! 2,4 milliards d'économies seront enfin réalisés sur les dépenses d'intervention de l'état, en recherchant une adéquation toujours meilleure entre les moyens mis en œuvre et les effets recherchés.! Certaines aides seront ainsi redéfinies et mieux ciblées pour plus d efficacité (par exemple, les outils de la politique de la ville seront réorientés pour s adapter à la nouvelle géographie prioritaire), d autres verront leur financement rationalisé (par exemple, le recours au financement de l Union européenne sera recherché pour certaines aides agricoles).! Au total, la croissance de la dépense publique en valeur (hors crédits d impôts) sera limitée à 1,1% en 2015 contre 2% en 2013 et 1,4% en 2014.

33 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! La trajectoire de finances publiques présentée par le Gouvernement doit permettre de ramener le déficit public sous la barre des 3 % en 2017 et d atteindre en 2019 l objectif de moyen terme (OMT), au sens du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l Union économique et monétaire (TSCG), soit un déficit structurel inférieur à 0,5 point de PIB.! La loi de programmation des finances publiques (LPFP) N du 29 décembre a été amendée par le Gouvernement afin d y intégrer l ensemble des informations recueillies et des décisions nouvelles, intervenues depuis son dépôt.! Une nouvelle trajectoire intègre l incidence du plan d ajustement de 3,6 Md annoncé le 27 octobre ainsi que les conséquences des amendements adoptés au cours des débats sur le projet de loi de finances (PLF) pour 2015 et le projet de loi de finances rectificatif (PLFR) pour 2014

34 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES ! Mise à jour de la trajectoire des finances publiques source la baisse concomitante du prix du pétrole, du taux de change et des taux d intérêt, depuis les niveaux arrêtés pour le PLF, sont autant d éléments qui confortent les hypothèses de croissance retenues pour 2014 (+0,4%) et 2015 (+1%). Dans ce contexte, et compte tenu des mesures complémentaires détaillées le 3 décembre dernier, le déficit public se réduira de -4,4% en 2014 à -4,1% en 2015, puis continuera sa décrue pour repasser nettement sous les 3% à l horizon 2017.

35 Chapitre 4 LA LOI DE FINANCES 2015 DETERMINATION D UNE TRAJECTOIRE DES FINANCES : AUSSI POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES! LOI n du 29 décembre 2014 de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019! Son article 11 «Les collectivités territoriales contribuent à l'effort de redressement des finances publiques, selon des modalités à l'élaboration desquelles elles sont associées. II. - Il est institué un objectif d'évolution de la dépense publique locale, exprimé en pourcentage d'évolution annuelle et à périmètre constant. Cet objecwf s'établit comme suit : ObjecWf d'évoluwon de la dépense publique locale Dont évoluwon de la dépense de foncwonnement 1,2 0,5 1,9 2,0 2,8 2,0 2,2 1,9 Taux d'évolution de la dépense locale en valeur - exprimé en comptabilité générale (en %)

36 36! CHAPITRE 5 LES FINANCES LOCALES Retour au sommaire

37 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 37 I LOI DE FINANCES 2015 LOI n du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 La politique budgétaire du Gouvernement repose sur deux piliers :! la réduction du déficit structurel par des économies en dépenses, qui doit permettre de ramener le déficit public sous la barre des 3 % en 2017 et d atteindre en 2019 l objectif de moyen terme (OMT), au sens du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l Union économique et monétaire (TSCG), soit un déficit structurel inférieur à 0,5 point de PIB ;! la mobilisation de moyens exceptionnels en faveur de l emploi et de l investissement, en particulier avec la mise en œuvre du crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) et du Pacte de responsabilité et de solidarité.

38 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 38! Pour y parvenir les concours financiers de l État aux collectivités territoriales diminueront en 2015 de 3,67 Md à périmètre constant par rapport au niveau de la loi de finances pour 2014! Cette baisse se poursuivra à l identique en 2016 et en 2017, afin de porter la contribution des collectivités territoriales au redressement des comptes publics à 11 Md sur la période (50 Md pour l ensemble des administrations publiques).! Cet effort porte uniquement sur la dotation globale de fonctionnement cf exception en page 40), principale dotation de l État aux collectivités, qui représente 36,6 Md dans le projet de loi de finances pour Un tel effort représente 1,6 % des recettes totales des collectivités et 1,9 % de leurs recettes de fonctionnement.

39 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 39! La répartition de l effort entre les trois catégories de collectivités territoriales en 2015 sera proportionnelle à leurs recettes réelles de fonctionnement en 2014! Ainsi, les régions contribueront à hauteur de 12 %, soit 451 M, les départements pour 31 %, soit 1,148 Md et l ensemble du bloc communal à hauteur de 56 %, soit 2,071 Md.! Cet effort inédit, s accompagne d une meilleure répartition des ressources entre collectivités. En 2015, le rythme de progression de la péréquation verticale doublera: son montant augmentera ainsi de 228 M en 2015 contre 119 M en 2014;! les montants consacrés à la péréquation horizontale continueront de croître à un rythme soutenu, en concertation avec le comité des finances locales et les associations d élus (+210 M sur le fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales et +20 M sur le fonds de solidarité des communes de la région Île-de-France).

40 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 40! La contribution impactera prioritairement la DGF, Toutefois,! Si, pour une commune, la minoration excède le montant perçu au titre de la dotation forfaitaire, la différence est prélevée sur les compensations mentionnées au III de l article 37 de la loi n du 29 décembre 2013 de finances pour 2014,! ou, à défaut, sur les douzièmes prévus à l article L et au II de l article L. 46 de la loi n du 30 décembre 2005 de finances pour 2006 de la commune

41 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 41! Meilleure maîtrise de l évolution des dépenses de personnel! Pour compenser l évolution spontanée de la masse salariale, le point de la fonction publique ne devrait pas être revalorisé, permettant de dégager une économie de plus de 1 Md par rapport à une hypothèse de revalorisation à l inflation (1,35% en moyenne prévisionnelle).! Cette mesure concerne par ailleurs également les fonctions publiques territoriale et hospitalière, ce qui facilite l atteinte des objectifs d économie des collectivités et des hôpitaux (le rendement supplémentaire de la mesure est de plus de 1 Md pour les fonctions publiques, hospitalière et territoriale).

42 Chapitre 5 LES FINANCES LOCALES 42! Mesures en faveur de l investissement et politique des territoires Lancement d une nouvelle génération de contrats de plan Etat-Région;! Montée en charge du réseau des maisons de services au public et mise en œuvre de l expérimentation sur la revitalisation des centres-bourgs ;! Lancement du nouveau programme national de renouvellement urbain de 5 Md ;! Maintien des crédits d intervention de la politique de la ville (337 M ) dans le cadre des nouveaux contrats de ville;! Rationalisation des outils de la politique de la ville dans le cadre de la nouvelle géographie prioritaire (arrêt des entrées dans le dispositif d exonérations sociales dans les zones franches urbaines;! Mutualisation des moyens dans le cadre du nouveau Commissariat général à l égalité des territoires (CGET) qui regroupe la DATAR, le SG-CIV et l ACSé.

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques :

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques : NEWS #94 FISCALITÉ JANVIER 2015 Les deuxième loi de Finances rectificative (LFR) pour 2014 et loi de Finances (LF) pour 2015 ont été publiées au Journal officiel du 30 décembre 2014. Nous présentons, dans

Plus en détail

PLF 2015. projet de loi de finances 2015

PLF 2015. projet de loi de finances 2015 PLF 2015 PLF 2015 projet de loi de finances 2015 PLF 2015 Le respect de nos engagements dans un contexte économique plus difficile Les perspectives économiques en France et en Europe ne sont pas celles

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015

Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015 ADDITIF AU GUIDE PRATIQUE SUR LES NOUVEAUX RYTHMES À L ÉCOLE PRIMAIRE Vendredi GUIDE PRATIQUE LES NOUVEAUX RYTHMES À L ÉCOLE PRIMAIRE

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

7. La fiscalité locale indirecte

7. La fiscalité locale indirecte 7. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Projet de loi de finances pour 2015

Projet de loi de finances pour 2015 N 2234 Assemblée nationale Constitution du 4 octobre 1958 Quatorzième législature Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er octobre 2014 pour 2015 Renvoyé à la Commission des finances,

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

6. La fiscalité locale indirecte

6. La fiscalité locale indirecte 6. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

PLF 2015. de loi de. Dossier de Presse. 1 er octobre 2014. Christian eckert Secrétaire d État chargé du Budget. présenté par

PLF 2015. de loi de. Dossier de Presse. 1 er octobre 2014. Christian eckert Secrétaire d État chargé du Budget. présenté par PLF 2015 Dossier de Presse projet de loi de finances 2015 1 er octobre 2014 présenté par Michel Sapin Ministre des Finances et des Comptes publics Christian eckert Secrétaire d État chargé du Budget Présentation

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2013

Projet de loi de finances rectificative pour 2013 N 1547 Assemblée nationale Constitution du 4 octobre 1958 Quatorzième législature Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2013 pour 2013 Renvoyé à la Commission des finances,

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION NOR : INTB1503051N. OBJET : LFI pour 2015 et LFR pour 2014 - principales dispositions concernant les collectivités locales

NOTE D INFORMATION NOR : INTB1503051N. OBJET : LFI pour 2015 et LFR pour 2014 - principales dispositions concernant les collectivités locales Paris, le 31 janvier 2015 DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES FINANCES LOCALES ET DE L ACTION ECONOMIQUE ELISE N 15-002036-D Affaire suivie par : Françoise TAHERI Sous-directrice

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

lecture du budget communal

lecture du budget communal lecture du budget communal atteindre la maîtrise nécessaire pour pouvoir communiquer sur les questions budgétaires 1. notions de base Acquérir les notions fondamentales pour comprendre les grandes lignes

Plus en détail

En premier lieu, trois mesures, importantes et symboliques, ont tendance à grignoter le pouvoir fiscal des élus locaux :

En premier lieu, trois mesures, importantes et symboliques, ont tendance à grignoter le pouvoir fiscal des élus locaux : février 2006 Département Finances Mission Intercommunalité et Territoires AR/MC/CG/NL/AH/MR LES DISPOSITIONS AYANT DES CONSEQUENCES SUR LES COMMUNES, LES EPCI ET LEURS CONTRIBUABLES, ISSUES DE : - LA LOI

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 27 MARS 2009 Election du secrétaire de séance : Monsieur André AUDOIN Le procès verbal de la dernière séance est adopté à l unanimité. ORDRE DU JOUR COMPTE

Plus en détail

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 SUPPLEMENT JANVIER 2015 SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 DUO SOLUTIONS A SELECTIONNÉ POUR VOUS DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2015 ET DANS LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT.

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE Figurent en rouge les modifications votées par l Assemblée

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS Les régions et les départements ont l obligation de se doter d un règlement budgétaire

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

13 avril 2012. Texte Législatif Texte d'application Codification Instructions. Références et date de publication. Articles de la loi

13 avril 2012. Texte Législatif Texte d'application Codification Instructions. Références et date de publication. Articles de la loi 13 avril Liste des articles n -1977 du 28 déc embre de finances pour qui feront l'objet d'un texte d'application et / ou d'un commentaire 2 Création d une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE

LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE 9 février 2010 Département Finances Dossier suivi par Alain Roby LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE Le gouvernement a présenté au Parlement,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail