Économie américaine : est-ce grave?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie américaine : est-ce grave?"

Transcription

1 Université d été 28 - CÉRIUM Montréal, 4 juillet 28 Économie américaine : est-ce grave? Francis Généreux Économiste senior

2 L économie gâche la fête!

3 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

4 Économie américaine : est-ce grave? Un portrait Produit intérieur brut (PIB) des États-Unis $ US (T1 28) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

5 Une économie axée sur les services Composition du PIB par industrie (27) Services privés Culture, loisirs, restauration et tourisme 3,7% Santé et services sociaux 6,9% Éducation,9% Autres services privés 2,3% Gouvernement 12,6% Agriculture 1,2% Mines 2,% Services publics 2,1% Construction 4,1% Fabrication 11,7% Biens 21,1 % 66,4 % Services professionnels 12,2% Commerce 12,2% Immobilier 12,6% Finance 8,% Information 4,7% Transports 2,9% Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

6 L économie américaine s est transformée dans la deuxième moitié du XX e siècle En % du produit intérieur brut En % du produit intérieur brut Gouvernement Production privée de biens Production privée de services Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

7 Les récessions se font plus rares aux États-Unis En % 2 Variation annuelle du produit intérieur brut réel (ajusté pour l inflation) En % (5) (5) (1) (1) (15) Récessions (15) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

8 En % 3,5 Les cycles économiques américains sont maintenant moins volatils Évolution de l écart type de la croissance du PIB réel aux États-Unis En % 3,5 3, 2,5 2, Depuis le milieu des années 8, l amplitude des cycles économiques est plus faible. 3, 2,5 2, 1,5 1,5 1, 1,,5,5, , Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

9 En % 2 La production de services est de plus en plus importante et aussi plus stable Variation annuelle du produit intérieur brut réel (ajusté pour l inflation) En % (5) (5) (1) Récessions Production de biens* Production de services* * Moyenne mobile un an. Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques (1)

10 La demande provient surtout de la consommation des ménages Importations : 1 965,4 Composition du PIB en G$ US (27) Consommation de biens durables : 1 65,5 Consommation de biens non durables : 2 949,9 Exportations : 1 49,9 États et localités : 1 82,2 Consommation 7 % Gouvernement fédéral hors défense : 326,5 Gouvernement fédéral - défense : 696,8 Consommation de services : 6 38,2 Investissement non résidentiel : 1 529,1 Investissement résidentiel : 54,2 Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

11 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

12 Le poids des pays développés (et des États-Unis) est moindre si l on utilise une mesure plus appropriée Composition du PIB mondial poids selon la parité des pouvoirs d achats (26) États-Unis 21,8% Zone euro 16,3% Pays en développ. 46,9 % Autres pays en développement 11,2% Europe de l'est 7,2% Amérique latine 7,6% Autres pays asiatiques en développement 6,3% Inde 4,5% Chine 1,1% Royaume-Uni 3,3% Canada 2,% Autres pays développés 3,% Japon 6,7% Pays développés 53,1 % Sources : Banque mondiale et Desjardins, Études économiques

13 Le poids de l économie américaine dans le monde stagne En % du produit intérieur brut mondial En % du produit intérieur brut mondial Selon la parité du pouvoir d achat États-Unis Japon Canada Zone euro Chine Inde Sources : Banque mondiale et Desjardins, Études économiques

14 L importance des États-Unis une autre carte du monde (1) Le monde géographique Source : Worldmapper

15 L importance des États-Unis une autre carte du monde (2) Le monde démographique Source : Worldmapper

16 L importance des États-Unis une autre carte du monde (4) Le monde économique (parité des pouvoirs d achat) Source : Worldmapper

17 L importance des États-Unis une autre carte des États Source : The Big Picture

18 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. IV. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

19 La progression du marché immobilier a été appuyée par l essor des produits hypothécaires «exotiques» En % Sources : Census Bureau, Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques -36 % Proportion des prêts subprime variables/prêts totaux (droite) Proportion des prêts subprime fixes/prêts totaux (droite) Ventes de maisons En milliers

20 Les prêts subprime se sont avérés plus coûteux qu attendu En % En % 8 Hausse des taux d intérêt En G$ US 5 4 Renouvellement des prêts variables 27 : 467,5 G$ US 28 : 383,1 G$ US 29 : 279,2 G$ US En G$ US Taux des fonds fédéraux Taux hypothécaires variables un an Prêts à risque (subprime) Non documentés Option Non titrisés Agences fédérales Prêts de qualité (prime) Sources : Datastream, Moody s Economy.com, First American LP, Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques

21 Les prêts de moindre qualité à taux variable sont les plus à risque En % En % Taux de délinquance sur les prêts hypothécaires Total Prime à taux fixe Prime à taux variable Subprime à taux variable Sources : Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques Subprime à taux fixe

22 Économie américaine : est-ce grave? Marché immobilier, crise du crédit et crise financière Augmentation de la délinquance sur les prêts Augmentation des saisies ou abandons Resserrement des conditions de crédit bancaire Hausse du nombre de maisons à vendre Baisse du nombre d acheteurs potentiels Baisse de la valeur des maisons Détérioration du bilan financier des ménages

23 Certains États (Californie, Nevada, Floride, ) sont particulièrement touchés par la crise immobilière Sources : RealtyTrac et Desjardins, Études économiques

24 La baisse du prix des maisons existantes est généralisée Var. en % depuis le sommet (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) BOSTON CHICAGO Indice S&P/Case-Shiller du prix des maisons existantes Moyenne nationale -17,8 % WASHINGTON DENVER LOS ANGELES LAS VEGAS MIAMI NEW YORK SAN DIEGO SAN FRANCISCO ATLANTA CLEVELAND CHARLOTTE Sources : Standard and Poor s, Bloomberg et Desjardins, Études économiques Var. en % depuis le sommet DALLAS DETROIT MINNEAPOLIS PHOENIX PORTLAND, OR SEATTLE TAMPA (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3)

25 Un résumé de la vigueur du marché de l habitation!

26 Les problèmes du marché immobilier ne sont pas terminés Les conditions de crédit sont encore très serrées (aussi pour les prêts de bonne qualité). Les taux hypothécaires demeurent élevés, notamment pour les prêts à taux variable. Il y a encore une forte abondance du nombre de maisons à vendre. Les retards sur les paiements hypothécaires et les saisies restent nombreux. Le prix des maisons diminuera encore (baisse totale prévue de 22,8 %)

27 Prix des maisons : un risque 189 = Prix des maisons existantes ajusté pour l inflation 189 = Sources : Robert J. Shiller et Desjardins, Études économiques?

28 Le bilan des ménages s est détérioré au cours des derniers trimestres En % Valeur nette = Valeur nette des ménages en % du revenu disponible + actifs tangibles (immobilier) + actifs financiers - dettes (hypothèques ) En % Perte de G$ US au cours des deux derniers trimestres Sources : Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

29 Les ménages américains sont endettés,mais pas beaucoup plus que dans les autres grands pays industrialisés En % 2 Endettement des ménages en % du revenu disponible En % France Allemagne Japon Royaume-Uni États-Unis Canada Sources : Organisation de coopération et de développement économiques et Desjardins, Études économiques

30 Les banques dans l épicentre de la crise financière Pertes des banques Monde : Amériques : Europe : Asie : 48,3 G$ US 178, G$ US 24, G$ US 21,2 G$ US

31 (1) (2) Les conditions de crédit bancaire sont de plus en plus difficiles % de banques resserrant les conditions de crédit moins % de banques les assouplissant En % Ménages Récessions Prêts hypothécaires Cartes de crédit Autres prêts à la consommation En % (1) (2) En % (1) (2) (3) Entreprises Récessions Moyennes et grandes entreprises Petites entreprises Immobilier commercial En % (1) (2) (3) Sources : Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

32 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière II. III. IV. ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

33 En MB/J* 7, 6, Depuis 23, la croissance de la consommation de pétrole provient surtout des pays émergents Croissance cumulative de la consommation de brut depuis 23 En MB/J* 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1,, (1,) , 4, 3, 2, 1,, (1,) États-Unis Autres pays de l'ocde** Chine Reste du monde Millions de barils par jour. ** Organisation de coopération et de développement économiques. Sources : Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

34 Les prix du pétrole sont nettement surestimés par rapport à l évolution des variables fondamentales $ US/baril $ US/baril Prix selon les variables fondamentales (offre, demande, stocks, croissance économique) Prix mensuel du pétrole WTI* Prime de 4 à 6 $ : Risques géopolitiques (Iran, Israël...) 8 6 Ouragans et risques géopolitiques 8 6 Faiblesse anticipée du billet vert 4 Guerre du Koweït 4 Spéculation (peak oil...) * West Texas Intermediate. Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques

35 Le prix de l essence est demeuré modeste tout au long des années 9 US le gallon Prix de l essence à la pompe 2 = (environ 1,6 $ CAN) Sources : Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

36 La consommation d essence demeure pratiquement stable malgré la forte augmentation du prix US le gallon En G$ US Augmentation du prix d un bien très inélastique : équivaut à une taxe sur le revenu Prix de l'essence (gauche) Consommation nominale d'essence (droite) Consommation réelle d'essence ($ de 2) (droite) Sources : Bureau of Economic Analysis, Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

37 Une plus grande part du revenu est consacrée à l énergie En % En % Dépenses en essence, mazout, gaz et électricité en % du revenu disponible 8, 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, , 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

38 Les automobiles américaines sont les plus énergivores

39 Certains signes de ralentissement de la demande de pétrole se manifestent En milliards de milles parcourus Var. ann. en % Distance parcourue par les véhicules aux États-Unis Récessions (1) (2) Sources : Federal Highway Administration et Desjardins, Études économiques

40 En millions d unités La hausse du prix de l essence accélère la restructuration du secteur automobile Ventes d automobiles Plus faible depuis 1993 En millions d unités Source : Bureau of Economic Analysis, Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques En US le gallon (inv.) En % Les camions les plus populaires sont des modèles américains. Les autos les plus populaires sont des modèles étrangers Prix de l'essence (gauche) Part des camions légers dans les ventes d'automobiles (droite)

41 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Évolution III. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. IV. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

42 Économie américaine : est-ce grave? Les conséquences Baisse du prix des maisons et détérioration du bilan Augmentation des prix de l énergie Diminution de la confiance des ménages Ralentissement des dépenses de consommation

43 Indice Le principal risque : la chute de la confiance des consommateurs Plus faible depuis le début de la série en Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

44 La baisse de la confiance est compatible avec une récession Indice Récessions Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

45 La chute de la confiance annonce clairement une faiblesse de la consommation réelle des ménages Indice Var. ann. en % (1) 4 (2) 3 (3) Récessions Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Consommation réelle (droite) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

46 Les mises à pied s accumulent et le taux de chômage augmente En milliers (5) (15) (25) Variation mensuelle de l emploi (gauche) Taux de chômage (droite) En % 6,4 6,2 6, 5,8 5,6 5,4 5,2 5, 4,8 4,6 4,4 4,2 4, Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

47 Une croissance économique anémique En % En % Variation trimestrielle annualisée (1) (1) (2) (2) (3) (3) (4) (4) Produit intérieur brut Demande intérieure finale Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

48 États-Unis Les difficultés économiques s étendent Janvier 28 Indice coïncident de l activité économique de la Fed de Philadelphie Mai 28 Variation trois mois en % Sous -1, % entre -,6 % et -1, % entre -,1 % et -,5 % inchangé entre,1 % et,5 % entre,6 % et 1, % plus de 1, % Sources : Réserve fédérale de Philadelphie et Desjardins, Études économiques

49 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

50 Définitions d une récession Classique : Minimum de deux trimestres consécutifs de décroissance du produit intérieur brut ajusté pour l inflation (PIB réel) Usuelle : Période de contraction de l économie telle que définie par le National Bureau of Economic Research (NBER) Officialise les récessions depuis 1929 Datation mensuelle Ne se base pas que sur le PIB réel, mais aussi sur d autres variables

51 Déjà en récession? Ventes réelles Production industrielle En M$ US de En M$ US de = 1 113, 22 = 1 113, ,5 112,3 112,3 112,4 112,5 112, janv ier juillet janv ier , % Ventes : en baisse , 111,5 111, 11,5 11, 19,5 19,8 11,5 11,4 111, 111, 111,4 112, 112, 111,8 111,8 111,9-1,4 % 111,1 11,9 Production : en baisse janv ier juillet janv ier , 111,5 111, 11,5 11, 19,5 Source : Desjardins, Études économiques Source : Desjardins, Études économiques Emploi Revenu réel moins transferts En m illiers ,32 % janv ier juillet janv ier Emploi : légère baisse En m illiers En G$ US de 2 En G$ US de ,36 % janv ier juillet janv ier ,8 846,7 8439,9 8419,1 8411,2 8441,7 8469,9 854,4 8522, 8544,2 8534,7 8541,5 8522,9 8527,2 8523, 8515,3 8513,2 Revenu : légère baisse Source : Desjardins, Études économiques Source : Desjardins, Études économiques

52 Probabilités d être en récession selon les quatre variables analysées par le NBER En % En % Récessions Probabilités estimées* * On utilise la variation trois mois en pourcentage de l emploi, de la production, du revenu et des ventes totales. Source : Desjardins, Études économiques

53 Le recul des variables analysées par le NBER demeure assez modeste Écart en pourcentage entre le creux et le sommet Variables analysées par le NBER Emploi Production Ventes Revenu Récessions 196 (1,8) (8,6) (6,2) (1,2) 197 (1,2) (7,) (5,6) (,2) 1973 (2,8) (12,9) (12,9) (5,3) 198 (1,3) (6,6) (6,8) (2,6) 1981 (3,1) (8,8) (8,1) (,9) 199 (1,5) (3,9) (5,1) (2,5) 21 (2,) (6,2) (3,9) (1,8) 28 (,32) (1,4) (2,) (,36) Moyenne (1,9) (7,7) (6,9) (2,1) Médiane (1,8) (7,) (6,2) (1,8) Min (1,2) (3,9) (3,9) (,2) Max (3,1) (12,9) (12,9) (5,3) Source : Desjardins, Études économiques

54 En milliers La diminution de l emploi est bien plus faible que lors des précédentes récessions Variation mensuelle de l emploi non agricole En milliers (5) (1) (15) (438) (2) (25) (774) (3) (982) (35) (1 37) Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

55 Depuis la récession de 21, la croissance de l emploi a été assez faible. Le «ménage» est moins nécessaire En milliers Emplois non agricoles Tendance Récessions En milliers Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

56 Indice D autres statistiques incitent à penser qu une récession traditionnelle est encore évitable Indice ISM manufacturier (Enquête auprès des directeurs des achats) 38,2 39,2 46, Indice 54 5, Var. ann. en % Var. ann. en % Indice S&P (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) (11,8) (4,3) (28,8) (14,9) (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) Sources : Institute for Supply Management, Datastream et Desjardins, Études économiques

57 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? IV. Solutions (politique fiscale, monétaire et mouvements de devise) 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

58 Le plan fiscal de stimulation économique Economic Stimulus Act of 28 Entente bipartisane (McCain a voté pour, Obama n a pas voté) Signé par le président le 13 février Particuliers Rabais fiscal de 16,7 G$ US 3 $ à 6 $ par particulier gagnant plus de 3 $ 3 $ supplémentaires par enfant à charge Dépôts bancaires d avril à mai Envoi des chèques de la mi-mai à la mi-juillet Entreprises Rabais fiscal de 44,8 G$ US 5, G$ US ont déjà été perçus par les ménages (mai et avril). Accélération de la déduction fiscale sur les dépenses d investissement

59 Jusqu à maintenant, les rabais d impôts ont été à peine dépensés En G$ de À rythme annualisé En G$ de Janvier Avril Juillet Octobre Janvier Avril Revenu +5,3 % Consommation +,4 % Revenu personnel disponible réel (gauche) Consommation réelle (droite) Sources : Bureau of Economic analysis et Desjardins, Études économiques

60 La hausse des prix de l essence et la baisse de confiance annuleront en partie l effet du plan fiscal En G$ US de 2 En G$ US de Consommation réelle 28 Baisse de la confiance des consommateurs Augmentation des prix de l essence Plan fiscal (épargne et consommation) 44 Consommation réelle 28 (nouveau scénario) G$ US = 83 G$ US de ,3 % p/r à G$ US si essence reste à 4 $ le gallon (+1,1 % p/r à 27) +1,4 % p/r à Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

61 Une aide supplémentaire Un autre projet de loi est présentement à l étude au Congrès : Aide aux ménages ne pouvant payer leur hypothèque Possibilité de refinancement du prêt par la Federal Housing Agency si l institution financière consent à réévaluer à la baisse le solde du prêt Crédit d impôt pour les acheteurs d une première propriété Assistance pour les communautés très touchées par les saisies Réglementation accrue pour les agences de financement hypothécaire Il n y a pas encore d accord entre le Sénat et la Chambre des représentants, et la Maison-Blanche menace d imposer le veto du président

62 La marge de manœuvre budgétaire est limitée En G$ US (1) (2) (3) (4) Retour du déficit vers les 4 G$ US (baisse des revenus et croissance des dépenses) Risque : prévision très optimiste de croissance du PIB réel (+2,7 % en 28) En G$ US (1) (2) (3) (4) (5) (5) Soldes budgétaires réalisés Effet plan stimulation économique Guerre Prévisions du CBO (budget - mars) Extension AMT Sources : U.S. Treasury, Office of Management and Budget, Congressional Budget Office et Desjardins, Études économiques

63 En % Janvier La Réserve fédérale tente d éviter la récession Mars Mai Début de la crise financière Juillet Septembre Novembre Janvier Prêts aux institutions (incluant repos, prêts au taux d'escompte, TAF, TSLF, etc.) (droite) Taux d'escompte (gauche) Taux des fonds fédéraux (gauche) Baisse surprise de taux (-75 pts) Sauvetage de Bear Stearns Mars Mai En G$ US Sources : Datastream, Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

64 Les taux d intérêt de détail ont peu diminué, la Fed n a pu qu éviter une hausse En % En % Taux d intérêt hypothécaires 7,5 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 4, Janv. Avril Juill. Oct. Janv. Avril Juill. Oct. Janv. Avril Taux hypothécaire variable Taux hypothécaire fixe 15 ans Taux hypothécaire fixe 3 ans Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques

65 L inflation limite la possibilité d actions additionnelles de la Fed En % 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Indice des prix à la consommation Total Excluant les aliments et l'énergie En % 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, En % 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Anticipations inflationnistes des ménages Court terme (un an) Long terme (cinq ans) En % 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Sources : Bureau of Labor Statistics, Université du Michigan et Desjardins, Études économiques

66 1973 = Le dollar américain a atteint de nouveaux creux Dollar américain effectif (contre principales devises) En % Sources : Federal Reserve Board, Datastream et Desjardins, Études économiques (1) (2) (3) (4) (5) (6) Baisse du dollar US (depuis sommet de chaque devise) -42,9-48, -34,9-27,7-16,2-38,1 % 1973 = 1-5, $ canadien Euro 1985 Livre Yen 1991 Yuan $ australien

67 En G$ US (2) (25) (3) (35) (4) (45) (5) (55) (6) (65) La balance commerciale commence à s améliorer Exportations moins importations de biens et services En G$ US (2) (25) (3) (35) (4) (45) (5) (55) (6) (65) (7) Déficit commercial en dollars courants Déficit commercial en dollars constants Déficit commercial en dollars constants excluant le pétrole (7) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

68 En G$ US 3 La Chine a dépassé le Canada comme principal exportateur vers les États-Unis Importations de biens des États-Unis En G$ US Chine Canada Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

69 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

70 Une récession «intérieure» Var. trim. ann. en % Var. trim. ann. en % 8 8 Prévisions (1) (1) «W» (2) (2) PIB réel Demande intérieure Le marché immobilier demeure un frein important pour la croissance. Les mises en chantier ne se stabiliseront pas avant 29. Le resserrement des conditions de crédit limitera les dépenses des ménages et des entreprises. Le marché immobilier non résidentiel risque de se détériorer. La hausse du prix de l essence et la baisse de confiance contrebalanceront en partie l effet du plan de stimulation économique. Les mises à pied s accumuleront (environ 8 emplois). Le secteur extérieur continuera de contribuer positivement à la croissance de l économie. Prévisions de croissance du PIB réel : 28 : 1,2 % 29 : 1,3 % Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

71 Var. ann. en % 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5 L inflation totale retraitera et l inflation de base restera contenue Indice des prix à la consommation (IPC) Prévisions Var. ann. en % Si le pétrole demeure à 135 $ US , 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5 IPC total IPC de base* * Exclut les aliments et l énergie. Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

72 Est-ce grave? Économie américaine : est-ce grave? La réponse Oui Une maison sur 483 était en processus de saisie en mai La valeur de l actif immobilier des ménages a diminué de 2,6 % La valeur de l actif financier des ménages a baissé de 2 % 438 travailleurs ont perdu leur emploi Le nombre de faillites d entreprises a augmenté de 26 % depuis un an Ajusté pour l inflation, le revenu hebdomadaire a diminué de 1,6 % depuis le début de 27 Non La progression de l économie demeure jusqu à maintenant positive Les pertes d emplois sont modestes Les entreprises semblent encore assez confiantes Le pire de la crise financière semble être passé Risques Nouvelle vague d instabilité financière Marché immobilier loin de l équilibre Récession de la consommation possible Coût de l énergie très élevé; augmentation des prix des importations et des aliments

73 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

74 Les défis : la pollution Millions de tonnes 6 Quantités émises de CO2 Millions de tonnes Chine (droite) Russie (droite) États-Unis (droite) Canada Japon Royaume-Uni Sources : Organisation des Nations unies et Desjardins, Études économiques

75 Les défis : le vieillissement de la population En % Population de 65 ans et plus en % de la population de 2 à 65 ans Prévisions En % Inde Japon Royaume-Uni États-Unis Canada Chine France Allemagne Sources : Census Bureau et Desjardins, Études économiques

76 Les défis : le financement des programmes sociaux En % du PIB 6 Dépenses et revenus du gouvernement américain En % du PIB Autres dépenses publiques Sécurité sociale Programme Medicare Programme Medicaid Revenus Sources : Congressional Budget Office et Desjardins, Études économiques

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

COMMENTAIRE PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS. Services économiques TD. Quelques faits stylisés

COMMENTAIRE PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS. Services économiques TD. Quelques faits stylisés COMMENTAIRE Services économiques TD PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS Quelques faits stylisés Au cours de la dernière décennie, les sociétés ont eu tendance à vouloir étendre leurs

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Contexte pétrolier 2010 et tendances

Contexte pétrolier 2010 et tendances Contexte pétrolier 21 et tendances L incertitude du contexte économique, en particulier dans les pays occidentaux, est à l origine d une fluctuation marquée du prix du pétrole en 21 : minimum de 67 $/b

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE Rapport adressé à Monsieur le Président de la République et au Parlement par Christian Noyer, gouverneur Sommaire La Banque de France a fait appel à des métiers

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205 AOÛT 2005 Point de vue REVUE MENSUELLE DE L ÉCONOMIE AMÉRICAINE La dépendance envers l épargne étrangère nette n est pas près de diminuer Les prix élevés du pétrole n entraîneront pas de ralentissement

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière

Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière Cette section du Rapport annuel présente l analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Sommaire L amélioration progressive de la conjoncture économique dans les pays développés, menée par

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010

Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010 Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010 Ce texte reprend les faits saillants du rapport Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2006-2056 Édition

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Faits saillants. Septembre 2015. Krishen Rangasamy krishen.rangasamy@bnc.ca

Faits saillants. Septembre 2015. Krishen Rangasamy krishen.rangasamy@bnc.ca Faits saillants Septembre 215 L effondrement des prix des matières premières n a rien d accidentel. Il reflète la faiblesse de la croissance mondiale, ce qui est d autant plus inquiétant que les politiques

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

La faiblesse du huard va persister

La faiblesse du huard va persister Septembre 215 La faiblesse du huard va persister L élargissement de la bande de flottement du yuan et la dévaluation subséquente d autres monnaies des marchés émergents ont propulsé l USD pondéré des échanges

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004 Mise à jour Février 2004 Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires PERFORMANCE ET TENDANCES ÉCONOMIQUES Le Conference Board du Canada Le Conference

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Vers la fin des budgets écrits à l encre rouge? Défis et choix du Québec

Vers la fin des budgets écrits à l encre rouge? Défis et choix du Québec Vers la fin des budgets écrits à l encre rouge? Défis et choix du Québec RAPPORT MARS 2015 Président Raymond Bachand Directeur de la recherche Robert Gagné Directrice Mia Homsy Vers la fin des budgets

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Modérateur: Jean-Pierre Lessard

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail