Généralités et définitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Généralités et définitions"

Transcription

1 Principes généraux

2 Généralités et définitions Généralités L assurance vie se distingue de l assurance dommage par son principe forfaitaire d indemnisation (la prestation de l assureur est fixée à l avance) et par le fait que c est une assurance facultative. L assurance vie comporte deux types d opérations qui peuvent être réunis ou séparés. Définition C est une opération de prévoyance C est une opération d épargne Juridiquement : Il s agit d un contrat dans lequel, en échange d une ou plusieurs primes payables par le souscripteur de son vivant, l assureur s engage à verser au bénéficiaire désigné une somme déterminée, soit sous forme de capital, soit sous forme de rente, en cas de mort de la personne assuré ou de survie à une époque déterminée.

3 Principales combinaisons Assurances en cas de vie Assurances en cas de décès Assurances mixtes 3

4 Assurances en cas de vie : C est un acte d épargne pour soi-même. A la date fixée dans le contrat, si l assuré est encore en vie il percevra un capital, ou une rente. Capital différé : la prime revalorisée reste disponible Rente viagère immédiate ou différée : aliénation du capital Le décès prématuré éteint l obligation de l assureur. Pour éviter la perte des primes sans contrepartie pour les bénéficiaires, les assurances en cas de vie peuvent être assorties d une contreassurance. 4

5 Assurances en cas de décès : C est un acte de prévoyance pour ses proches. Vie entière à effet immédiat ou différé : pas de terme au contrat, versement au bénéficiaire du capital fixé au contrat, moyennant des primes viagères ou temporaires. Temporaire décès : assurance dite à «fonds perdus» si le décès ne survient pas pendant la durée de garantie. 5

6 Assurances mixtes : Combinaison épargne / prévoyance Elles couvrent 2 risques contradictoires : survie ou décès. Versement d un capital : à date déterminée si l assuré est en vie (assurance à capital différé), ou au décès s il survient avant (assurance temporaire décès). 6

7 Assurance en cas de vie Assurance en cas de décès Être vivant à une date «t» Décéder quelle que soit la durée du contrat Décéder avant le terme du contrat CAPITAL DIFFERE avec contre assurance décès EPARGNE VIE ENTIERE TEMPORAIRE DECES RACHETABLE

8 Le contrat d assurance-vie Une enveloppe de capitalisation : Versements au gré de la vie des souscripteurs Choix de la gestion financière Disponibilité des capitaux (avance et rachats) Un outil de prévoyance Les capitaux sont transmis aux bénéficiaires désignés en cas de décès Ces capitaux sont hors succession (limites) 8

9 La construction du contrat d'assurance vie Un contrat comporte automatiquement trois parties : Le souscripteur = celui qui généralement paie la prime L assuré = celui sur qui porte le risque (aléa) Le bénéficiaire = celui qui perçoit les capitaux décès 9

10 Le souscripteur Personne qui conclut le contrat / payeur de prime Condition = capacité juridique Le majeur peut souscrire seul Les mineurs et incapables majeurs peuvent souscrire sous conditions 10

11 Le souscripteur Droits du souscripteur : - Choix de l investissement + arbitrages (maîtrise du risque) - Choix des bénéficiaires modifiable à tout moment - Disponibilité des capitaux : Rachats partiels Avance - Mise en garantie du contrat : Nantissement Mise en gage ATTENTION : bénéficiaire acceptant 11

12 Le souscripteur Choix du mode d adhésion Individuelle Conjointe Cas des co-souscriptions entre époux Attention au régime matrimonial Versement premier décès / dernier décès 12

13 L assuré Celui sur qui repose le risque (survie ou décès) : Cas des co-souscriptions Deux souscripteurs = 1 assuré OU 2 assurés 13

14 L assuré L article L du Code des Assurances précise que : «L assurance en cas de décès contractée par un tiers sur la tête de l assuré est nulle, si ce dernier n y a pas donné son consentement par écrit avec indication du capital ou de la rente initialement garantis» Cet article du Code des Assurances s applique aux contrats d assurance en cas de décès Les contrats «en cas de vie» sont généralement assortis d une contre-assurance décès prévoyant, au décès de l assuré, le versement de la provision mathématique acquise au profit du bénéficiaire désigné.

15 L assuré La volonté du Législateur : éviter le «votum mortis» c est-à-dire la spéculation sur le décès de l assuré La primauté du Code des Assurances (loi spéciale) sur le Code Civil (loi générale) permet d écarter la théorie du mandat Par conséquent, quel que soit le type de contrat, il n est pas possible de faire signer un contrat d assurance-vie par une autre personne que l assuré La procuration bancaire n a donc aucune validité pour la signature d un contrat d assurance-vie L assuré devra signer la demande d adhésion et l ensemble des autres opérations relatives à son contrat

16 L assuré Le non respect de cette obligation entraîne : La nullité du contrat si le défaut de consentement est lié à la souscription La nullité des actes de gestion effectués durant la vie du contrat s ils font l objet d un défaut de consentement Nullité absolue non susceptible de confirmation a posteriori Conséquences : Remboursement des primes brutes versées avec réintégration dans l actif patrimonial ou successoral de l assuré La rémunération acquise sur le contrat n est pas reversée

17 L assuré Situation A l ouverture du contrat Pendant la vie du contrat Un client veut souscrire un contrat d'assurancevie pour un tiers (son conjoint...) ou accomplir des opérations Aucune procuration n'est possible l'assuré doit rencontrer son conseiller pour lire et signer le contrat, même si celui-ci a été préparé avec une tierce personne l'assuré doit rencontrer son conseiller pour signer lui-même toutes les opérations pendant la vie du contrat Risque pour l assuré et le courtier Application du Code des Assurances et annulation du contrat avec plusieurs conséquences : Remboursement des primes brutes Perte de l'exonération des droits de mutation Perte des intérêts acquis Devoir de conseil du courtier Indemnisation du préjudice subi

18 Le bénéficiaire Le principe de la stipulation pour autrui est prévu par l article 1121 C.Civ (principe de la donation) Ce principe est adapté dans le code des assurances par les articles L132-8 et L132-9 Contrat d assurance vie : Stipulation pour autrui : le stipulant oblige le promettant à réaliser une prestation lors de la réalisation d un événement déterminé, au bénéfice d un tiers. Le mécanisme de la stipulation pour autrui Stipulant Promettant Bénéficiaire Le souscripteur passe un contrat avec l assureur pour qu il verse une prestation au bénéficiaire 18

19 La désignation bénéficiaire Quand et comment désigner un bénéficiaire A la souscription / Pendant toute la durée de vie du contrat Dans la police (L132-8) / par avenant / par voie testamentaire - Eviter l acceptation - Clauses plus détaillées - Information du bénéficiaire en cas de décès Désignation en pratique sur un contrat d assurance vie Case à cocher Clause libre rédigée sur papier 19

20 La désignation bénéficiaire Qui peut être désigné bénéficiaire? Personne physique Personne morale (Cf. contrat homme clef) Sauf clauses illicites : Contraires aux bonne mœurs (relations adultères) Motifs raciaux : ma nièce sauf si! Mon chien! Incapacités de recevoir : médecins, chirurgiens, pharmaciens traitant un patient malade Pour les mineurs et majeurs incapables : formalisme à respecter 20

21 Souscrire un contrat d assurance vie Remplir un bulletin d adhésion Les parties en présence Le mode de dénouement Le mode de paiement La gestion financière - Répartition des capitaux - Gestion automatique Mise en place de différentes options (rachats programmés, stop-loss, cliquetage des performances, ) Choix du ou des bénéficiaires 21

22 Souscrire un contrat en euros ou en unités de compte Contrat en euros Gestion sécuritaire à travers un fonds en euro - Composition - Effet cliquet - Rémunération = taux d intérêt technique + participation aux bénéfices Amendement Fourgous : encourager l investissement en actions 22

23 Souscrire un contrat en euros ou en unités de compte L unité de compte : - Monnaie fictive qui permet de mesurer les actifs à l intérieur d un contrat - Valeur d un contrat (VR) = nombre d unités de compte * valeur de cette unité de compte Avantages : - Un grand choix d actifs - Souplesse dans le temps (arbitrages) sans fiscalité - Présence d un fonds euro 23

24 Quel mode de gestion financière? L'approche profilée standard. - Profil prudent - Profil équilibré - Profil dynamique L'approche profilée sur mesure Possibilité de constituer une allocation à partir d une liste de supports représentatifs des différents marchés et de différents gestionnaires. L'approche personnalisée haut de gamme Contrats à actifs personnalisés, gestion sous mandat. 24

25 La fiscalité

26 Evolution de la fiscalité Exonération possible après 8 ans Exonération d'ir sans délai et de droits de succession Durée moyenne pondérée Taux du PFL [0-4 ans[ : 35% [4-8 ans[ : 15% Suppression de 8 ans et plus : 0 ou 7,5%* la DMP /11/ /10/ /01/1983 Taux du PFL [0-2 ans[ : 45% [2-4 ans[ : 25% [4-6 ans[ : 15% 6 ans et plus : 0 ou 7,5%* 31/12/1989 Naissance de l'article 757 B du CGI. Taxation des versements effectués après 70 ans au-delà de /09/1997 Naissance du Prélèvement Forfaitaire Libératoire de 7,5%. Naissance de l'article 990 I du CGI. Taxation des capitaux décès audelà de au taux de 20%. Exonération possible après 6 ans * Si versements effectués après le 25/09/1997

27

28 Les contrats souscrits avant le 20 novembre 1991 Historique : Exonération totale des capitaux décès liés à l assurance vie (moyen important de financement pour l Etat) Sans limitation de montant Problématique déontologique : peut-on pousser un client à casser un contrat ancien? Attention aux contrats sans clauses bénéficiaires 28

29

30 L article 757 B du C.G.I. «Les sommes, rentes ou valeurs quelconques dues directement ou indirectement par un assureur, à raison du décès de l assuré, donnent ouverture aux droits de mutation par décès suivant le degré de parenté existant entre le bénéficiaire à titre gratuit et l assuré à concurrence de la fraction des primes versées après l âge de soixante dix ans qui excède F.». ( à compter de 01/2002) Instruction du 29 mai 1992

31 L article 757 B du C.G.I. Remarques : On tient compte de l ensemble des primes versées frais inclus après le soixante-dixième anniversaire de l assuré pour l appréciation de la limite de Ne sont concernés que les contrats souscrits à compter du 20 novembre On retient les capitaux dus au décès s ils sont inférieurs aux primes versées du fait de rachats partiels ou en raison de la baisse de valeur des supports U.C. Lorsque le bénéficiaire est le conjoint ou le partenaire de pacs de l assuré, les sommes versées ne sont plus imposables, de plein droit s agissant de l article 757 B.

32 L article 757 B du C.G.I. Présentation graphique : Sommes versées Surplus Intérêts générés Exonération Imposition droits de succession Exonération 32

33 L article 757 B du C.G.I. Application de l article 757 B à l égard de certains bénéficiaires particuliers : Selon l article du C.G.I, les dons et legs fa its aux établissements publics charitables, aux mutuelles et à toutes autres sociétés reconnues d utilité publique dont les ressources sont affectées à des œuvres d assistance, sont exonérés des droits de mutation à titre gratuit. Les associations de bienfaisance sont également exonérées. Par conséquent, l article 757 B n a pas vocation à s appliquer. 33

34 Illustrations : Un contrat est souscrit en pour Investi en Actions Internationales, celles ci ont perdu un quart de leur valeur au jour du décès, Quelle est la base taxable à l art. 757 B? Et si le contrat était assorti d une garantie décès plancher? Réponse : (1/4 x ) = = Réponse = Investi en Fonds en, le contrat a progressé de 20 %, puis le souscripteur procède à un rachat de et meurt bêtement. Quelle est la base taxable à l art. 757 B? Valorisation du contrat : (20% x ) = Retrait : composé d intérêts pour / soit 1/6 soit 1666 et de capital Capitaux : composé de = de capital et donc d intérêts Taxable : ? ? Réponse = Et les avances non remboursées?

35 L article 757 B du C.G.I. Obligations déclaratives de l assureur L assureur doit produire aux services fiscaux un document mentionnant : - nom et domicile de l assureur - nom, prénom et domicile de l assuré ainsi que la date de son décès - noms, prénoms et domicile du ou des bénéficiaires - date de souscription du ou des contrats - montant des primes versées après le 70ème anniversaire de l assuré

36 L article 757 B du C.G.I. Obligations déclaratives des bénéficiaires : Déclaration de tous les contrats conclus sur la tête de l assuré et des primes versées après le soixante-dixième anniversaire de l assuré. Règlement des capitaux La remise à la compagnie du quitus fiscal délivré par l Administration Fiscale permettra de régler les capitaux entre les mains des bénéficiaires. En pratique Au décès de l assuré, il convient dans l ordre d informer la compagnie du décès pour que celle-ci arrête ses calculs, il faut donc le plus souvent restituer le contrat accompagné d un acte de notoriété. Les bénéficiaires compilent les données issues de l ensemble des compagnies auprès desquelles le défunt détenait des contrats et déterminent une éventuelle base imposable. Ils obtiennent le quitus fiscal après avoir ou non dû régler les droits, transmettent leur CNI et leur RIB.

37

38

39 Exemple M. Hix est âgé de plus de 70 ans a souscrit en 2002 plusieurs contrats. Le 20 janvier, un contrat de au profit de Alain Le 15 juin, un contrat de au profit de Bernard et Claude Le 19 septembre un contrat de au profit de Alain et Bernard Il décède en juillet 2006 et les capitaux versés au décès ne sont pas inférieurs aux primes versées. Quels seront les montant retenus par bénéficiaires pour la liquidation des droits de mutations?

40 Réponse primes imposables Alain Bernard Claude au titre des contrats soucrits les 20-janv juin sept Assiette brute abattement Net imposable x /

41 Mixons Valeur du Calcul base imposable Contrat souscrit le Montant versé contrat au jour Alain Bernard Claude décès 20-janv juin sept Assiette brute abattement Montant perçu Net imposable Montant perçu soit % de base imposable 57% 84% 84% x /

42 757 B et situations spéciales Avec RPP Ce qu il aurait fallu faire Mme Ygrec souscrit un contrat de dont le rendement annuel est de 5 % et procède à des rachats bruts de par an 6 ans après, la valeur du contrat est de , composée à hauteur de de capital et de produits taxables à l IR, Madame Ygrec décède dans d atroces souffrances. Quelle est la base taxable? Mme Ygrec souscrit un contrat d assurance de dont le rendement annuel est de 5 %....et souscrit un contrat de capitalisation de sur lequel elle procède à des rachats bruts de par an 6 ans après, la valeur du contrat d assurance est de x 1,05 6 = et la valeur du contrat de capi est de , Quelle est la base taxable? Réponse : = Réponse : ( ) =

43 En conclusion Les primes versées sont imposables Au delà d un abattement de Par assuré La valorisation au-delà de la prime versée est exonérée La taxation repose sur le barème des droits de succession

44

45 L article 990 I du CGI Principe : lorsque 757 B ne s applique pas, application de l article 990 I Par conséquent : combinaison des deux impositions

46 L article 990 I du CGI Sont taxées : les sommes, rentes ou valeurs, dues directement ou indirectement par l assureur en cas de décès de l assuré lorsque 757 B ne s applique pas revenant à chaque bénéficiaire

47 L article 990 I du CGI L article 990 I s applique aux sommes dues à compter du 1er janvier 1999 en raison du décès de l assuré : pour tous les contrats souscrits à compter du 13 octobre 1998 pour les primes versées à compter du 13 octobre 1998 pour les contrats déjà souscrits

48 L article 990 I du CGI Prélèvement de 20% sauf lorsque le bénéficiaire est le conjoint ou le partenaire de pacs de l assuré, les sommes versées ne sont plus imposables, en vertu d une exclusion expresse. Sur la fraction rachetable des contrats hors rachats effectués par l assuré avant décès, hors avances non remboursées au décès Sur les primes versées pour la fraction non rachetable des contrats Temporaires décès,... Excédant par bénéficiaire

49 Mesures relatives à l'assurance vie LFR 2011 Relèvement de 20 % à 25 % sur les parts de capital décès > à la 7ème tranche du barème de droits de succession (soit euros pour 2011) Ce relèvement s'applique par bénéficiaire et au-delà de l'abattement de euros soit au-delà d'une somme de euros pour 2011 par part bénéficiaire reçue tous contrats confondus au titre du décès d'un même assuré. (contrats soumis à l'article 990 I du CGI, primes versées avant 70 ans). Le seuil de euros sera réévalué chaque année dans la loi de finances. Le seuil de l'abattement de euros est constant. Au-delà de l'abattement, le capital décès restera taxé à 20% jusqu'à euros seul le montant excédant ce seuil étant taxé à 25%. Il doit être noté que le seuil de taxation à 25% reste avantageux comparativement aux droits de succession en ligne directe qui s'élèvent désormais à 40% au-delà de euros puis à 45% au-delà de euros.

50 Contrats concernés par le 990 I Les contrats prévoyant le versement d un capital à un bénéficiaire en cas de décès de l assuré : les contrats d assurance décès les contrats en cas de vie avec contre assurance les contrats en cas de vie mixtes les contrats en cas de décès avec garantie décès, selon vie universelle ou non

51 Application du 990 I L article 990 I s applique : au dénouement du contrat par décès en cas de co-adhésion au second décès, aucune imposition n est due au premier décès à condition qu il y ait un ou des bénéficiaires désignés bénéficiaire = personne physique ou morale bénéficiaire désigné à titre gratuit

52 Les contrats exclus du 990 I Contrats loi Madelin, Rentes viagères constituées dans la cadre d une activité professionnelle subordonnées à la cessation d activité Les assurances de groupe souscrites par les entreprises au profit de leur salariés ou dans le cadre de certains régimes de retraite Les rentes survies

53 L article 990 I du CGI La nouvelle taxation est spécifique et ne fait pas partie des droits de succession Conséquences : les sommes ne seront pas comprises dans l actif successoral (aucun abattement possible) Le bénéficiaire n'est pas assujetti au prélèvement lorsqu'il est exonéré de droits de mutation à titre gratuit en application des dispositions de l'article 795. En cas de démembrement de la clause bénéficiaire Art. 669 du CGI?, Calcul économique?, un seul abattement pour l usufruitier?

54 L article 990 I du CGI Obligations déclaratives de l assureur Le prélèvement est dû par le bénéficiaire mais payé par l assureur désignation d un représentant en France pour les assureurs agissant en LPS Abattement de géré par le bénéficiaire

55 Fiscalité des capitaux décès Zoom sur l instruction du 30/12/99 7k-1-00 relative à l art. 990-I Le prélèvement institué par l art. 990-I du CGI s applique aux sommes, rentes ou valeurs dues au titre des contrats dont le souscripteur ou l adhérent s agissant d un contrat groupe est une personne physique ayant son domicile fiscal au sens de l article 4B du CGI. Cette règle est applicable que le contrat soit régi par la loi française ou par une loi étrangère. Pour déterminer si un contrat relève des dispositions de l article 990-I du CGI, il y a lieu de se placer à la date de souscription ou d adhésion du contrat, quelles que soient les modifications survenant ultérieurement dans la domiciliation du souscripteur.

56 Mesures relatives à l'assurance vie LFR 2011 Territorialité du prélèvement de 20% et 25 % de l article 990 I Jusqu à juillet 2011 le prélèvement était dû si le contrat a été souscrit par une personne qui à la date de souscription était résident fiscal français. A contrario, le prélèvement n était pas du si à la date de souscription le souscripteur était non résidents peu importait, selon une interprétation large, que des primes soient versées ultérieurement si le souscripteur devient résident français. La LFR dispose que le prélèvement est dû par le bénéficiaire : dans tous les cas lorsque l assuré est domicilié fiscalement en France lors de son décès ; ou dès lors que le bénéficiaire réside fiscalement en France à la date du décès de l assuré et qu il a eu sa résidence en France au moins 6 ans au cours des 10 années précédent le décès de l assuré.

57

58 Petit rappel M. X souscrit un contrat d assurance vie rachetable après le 13/10/98 au profit de son fils : Primes versées : Valeur de rachat au jour du décès : Autres biens dans la succession :

59 Petit rappel (solution 1) Si l article 757 B s applique (on suppose que les primes ont été versées après 70 ans) Base d imposition au titre de 757 B : = Assiette taxable pour les droits de succession : ( ) = Droits à payer : x 20% =

60 Petit rappel (solution 2) Si l article 990 I s applique (on suppose que les primes ont été versées avant 70 ans) Assiette taxable au titre de 990 I : = Soit une taxation de : x 20% = Assiette taxable pour les droits de succession : = Droits à payer : x 20% = Au total :

61 Combinaison des deux articles Compartiments établis selon : la date de souscription du contrat la date du versement des primes l âge de l assuré au jour du versement des primes Assiettes taxables différentes Imposition différente

62 Combinaison des deux articles Pour les contrats souscrits avant le 20/11/91 20/11/91 13/10/98 Exonération Article 990 I

63 Combinaison des deux articles Pour les contrats souscrits après le 20/11/91 et pour les primes versées avant le 13/10/98 70 ans Exonération Article 757 B

64 Combinaison des deux articles Pour les contrats souscrits après le 20/11/91 et pour les primes versées après le 13/10/98 70 ans Article 990 I Article 757 B

65 Combinaison des deux articles Pour les contrats souscrits après le 13/10/98 70 ans Article 990 I Article 757 B

66 3 compartiments possibles Pour les contrats souscrits après le 20/11/91 Si primes versées avant et après le 13/10/98 Si l assuré verse des primes après 70 ans 13/10/98 70 ans Exonération Article 990 I Article 757 B

67 Exemple Un père souscrit un contrat d assurance vie rachetable après le 13/10/98 au profit de son fils : Primes versées avant 70 ans : Valeur de rachat au jour des 70 ans : Primes versées après 70 ans : Valeur de rachat au jour du décès : (dont au titre du versement initial) Autres biens dans la succession : Montants des droits à payer?

68 Votre réponse! Pas d imposition au titre de 990 I : VR < Assiette taxable au titre de 757 B : = Base d imposition pour les droits de succession avant abattement : = Assiette taxable applicable après abattement : = Droits à payer :

69 DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 K-2-02 N 40 du 26 FEVRIER 2002 «La méthode globale» La méthode globale a vocation à s appliquer aux seuls contrats rachetables mentionnés au deuxième alinéa de l article L du code des assurances (cf. annexe 1) c est-à-dire aux contrats dont le capital ou la rente garantis sont exprimés totalement ou partiellement en unités de compte. Exemples : 1) Hypothèses retenues Au cours de la période 1 une cotisation est versée, à la souscription du contrat, en mai 1997 de F, Au cours de la période 2 une cotisation est versée en novembre 1998 de F (prime nette : F) L assuré a moins de 70 ans. Au cours de la période 3, une cotisation de F est versée en décembre 1999, l assuré ayant plus de 70 ans. L assuré décède le 25 décembre 2000.

70 2) Application de la méthode globale La provision mathématique avant le versement de F effectué le 1 er novembre 1998, est égale à F. La provision mathématique après le versement de F du 1 er novembre 1998 devient : F F = F Détermination du coefficient appliqué à la valeur de rachat 0* x ( ) = 0, * Le X est nul car le versement antérieur au 13 octobre 1998 ne doit pas être pris en compte. Ce coefficient de 0,65 sera appliqué à la valeur de rachat du contrat si l assuré décède, et si aucune nouvelle cotisation n a été versée. Selon les hypothèses retenues, une prime de F (prime nette F) est versée au cours de la période 3, l assuré ayant plus de 70 ans. Il est donc nécessaire de déterminer un nouveau coefficient de la façon suivante : La PM globale avant le versement de F est égale à F La PM globale après le versement de F est égale à F ( ) Le coefficient applicable à la valeur de rachat sera égal à la fraction suivante : 0,65 x = 0, C est ce dernier coefficient de 0,34 qui sera appliqué à la valeur de rachat du contrat si le décès de l assuré intervient sans nouveau versement postérieur. Ce coefficient permet de déterminer la part de la valeur de rachat correspondant aux primes versées entre le 13 octobre 1998 et la date où le souscripteur a atteint l âge de 70 ans. Par ailleurs, les primes versées après 70 ans seront soumises aux dispositions de l article 757 B du code général des impôts.

71 3) Détermination de l assiette du prélèvement à la date de dénouement du contrat La valeur de rachat du contrat au jour du décès de l assuré est de F. Détermination de l assiette du prélèvement correspondant à la fraction rachetable du contrat : 0,34 x F = F

72 Exemple Monsieur D. né le 01/01/29 est veuf et dispose d un patrimoine hors assurance de Il a un fils unique auquel il n a consenti aucune donation. Il a souscrit un contrat d assurance en U.C. le 1/11/93 avec un versement initial de Le 1/11/98 il a effectué un versement libre de alors que la valeur de rachat du contrat est de Le 1/11/99 il réalise un versement complémentaire de alors que la valeur de rachat du contrat est de La clause bénéficiaire désigne son fils unique. Le 1/11/04 Monsieur D. décède. Au jour du décès la valeur du contrat, qui correspond aux capitaux dus au décès, est de Les frais d entrée se sont élevés à 3,5 % de chaque versement. Quel sera le montant des droits de mutations et taxation par décès à payer par le fils de Monsieur D.?

73 Date Versement Versement net Valeur de rachat Fiscalité coefficient V2 01/11/1993 V Exonéré 0 31/10/ /11/1998 V I 0,525 31/10/ /11/1999 V B 0,386 Valeur de rachat au jour du décès : Assiette 990 I : 0,386 * = Taxation 990 I : 20% * ( ) = Actif B Total Abattement Actif taxable Droits de mutation Taxe 990-I TOTAL

74 En résumé

75 Fiscalité des capitaux décès Contrats souscrits avant le 20 novembre 1991 Les versements effectués jusqu'au Avant et après 70 ans EXONERES Les versements effectués à compter du Avant et après 70 ans 990I Le capital constitué par ces versements (versements + intérêts) jusqu à par bénéficiaire est EXONERES Seul le montant de capital constitué tous contrats confondus excédant par bénéficiaire est taxé forfaitairement à 20 %

76 Fiscalité des capitaux décès Contrats souscrits à compter du 20 novembre 1991 Les versements effectués jusqu'au Les versements effectués à compter du Avant 70 ans Après 70 ans Avant 70 ans Après 70 ans 757B 990I 757B EXONERES Les premiers euros versés + la globalité des intérêts des contrats sont EXONERES Le capital constitué par ces versements (versements + intérêts) jusqu à par bénéficiaire est EXONERES Les premiers euros versés + La globalité des intérêts des contrats sont EXONERES Seul le montant de prime excédant tous contrats confondus est soumis aux droits de succession Seul le montant de capital constitué tous contrats confondus excédant par bénéficiaire est taxé forfaitairement à 20 % ou à 25% Seul le montant de prime excédant tous contrats confondus est soumis aux droits de succession

77 Fiscalité des capitaux décès Contrat souscrit avant le 20 novembre 1991 Versement avant le 13 octobre 1998 Versement après le 13 octobre 1998 Avant 70 ans Après 70 ans Avant 70 ans Après 70 ans Pas de taxation Art. 990 I Abatt. de Prélvt de 20 % ou 25% au delà

78 Fiscalité des capitaux décès Contrat souscrit après le 20 novembre 1991 Versement avant le 13 octobre 1998 Versement après le 13 octobre 1998 Avant 70 ans Après 70 ans Avant 70 ans Après 70 ans Pas de taxation Art. 757 B Abatt. global Intérêts exonérés Art. 990 I Abatt. de Prélvt de 20 % ou 25% au delà Art. 757 B Abatt. global Intérêts exonérés

79 2011 :Taxation accrue des donations et successions des hauts patrimoines Augmentation des taux Modification du délai de rappel fiscal Suppression des réductions de droit (sauf donation Dutreil en PP avant 70 ans) Donation des sommes d argent

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Assurance vie et succession 23/05/2011

Assurance vie et succession 23/05/2011 Assurance vie et succession 23/05/2011 Les enjeux SOMMAIRE Le contrat d assurance vie Contrat d assurance vie dénoué et succession Contrat d assurance vie non dénoué et succession Conclusion Les enjeux

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation NEWSLETTER 15 276 du 14 AVRIL 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dans un arrêt du 19 mars dernier 1, la

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES 2 2 RECOMMANDATIONS - Aucune modification dans le contenu des actes ne doit être effectuée sans informer

Plus en détail

Transmission de patrimoine

Transmission de patrimoine Transmission de patrimoine Les enjeux de la clause bénéficiaire du contrat d assurance-vie. Les conséquences liées à la localisation des événements : France ou autre pays de la Communauté avec Marie-Hélène

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était.

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. Vous avez des projets d épargne? L assurance-vie est la solution qui s adapte à tous vos besoins L ASSURANCE-VIE

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs.

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Guide de l Héritier Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Crédit Agricole souhaite être à vos côtés dans cette période

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 K-2-02 N 40 du 26 FEVRIER 2002 PRELEVEMENT DE 20 % SUR LES CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. CONTRATS EN UNITES DE COMPTE. ASSIETTE. METHODE

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

AOF. mini-guide. L assurance. vie

AOF. mini-guide. L assurance. vie AOF mini-guide L assurance vie Février 2013 L assurance vie Sommaire A - Un placement très populaire Pour qui? Pour quoi faire? Des avantages multiples B - Le contrat d assurance vie Les bases du contrat

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011 AOF mini-guide bourse «Comment investir en Bourse? L assurance vie Juin 2011 L assurance vie SOMMAIRE 1. Une assurance vie, pour quoi faire? p.4 Se constituer une épargne p.4 Transmettre une épargne p.4

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 66 DU 5 AOÛT 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-11 INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 LA SÉCURITÉ EN TOUTE LIBERTÉ Terre d avenir 2, un contrat d assurance vie souple qui s adapte à vos besoins Une nouvelle génération de contrat d assurance vie qui vous aide À

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information ASSURANCE VIE EN EUROS maif.fr maif.fr CONTRAT NOUVEAU CAP Notice d information Nouveau Cap est un contrat d assurance vie en euros à adhésion individuelle. Il est conçu et géré par Parnasse-MAIF, filiale

Plus en détail

CRIDON Nord-Est FORMATION Automne 2011

CRIDON Nord-Est FORMATION Automne 2011 CRIDON Nord-Est FORMATION Automne 2011 1 1 ÈRE PARTIE : ASPECTS NOTARIAUX DE LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE (1ÈRE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011) PAR FRANÇOIS FRULEUX, DOCTEUR EN DROIT

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24 Le 31 mars 2015 JORF n 0076 du 31 mars 2015 Texte n 24 DECRET Décret n 2015-362 du 30 mars 2015 relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés NOR: FCPE1409747D

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail