LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF"

Transcription

1 LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF L impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est le dernier impôt à avoir été créé, lors de la loi de finances pour 1989 ; il succède alors à l Impôt sur les Grandes Fortunes. Impôt le plus jeune, il est en outre l impôt le moins rentable. Les dispositions du CGI relatives à l ISF se situent aux articles 885 A et suivants. L ISF est un impôt sur le patrimoine qui ne touche que les personnes physiques. L I.S.F en chiffres : - nombre de contribuables en 2007 : rendement : 4,42 milliards d euros - augmentation des recettes en 2007 de 19,9 % N.B : Les recettes des principaux impôts s élèvent à : TVA : 175 milliards d euros IS : 55,6 milliards d euros IR : 60,49 milliards (Sources : En 2008, seront soumis à l ISF les contribuables dont le patrimoine dépasse au 1 er janvier. Le barème pour l année 2008 a été établi comme suit : Pour le patrimoine n'excédant pas : 0% Pour la part comprise entre et : 0,55% Pour la part comprise entre et : 0,75% Pour la part comprise entre et : 1% Pour la part comprise entre et : 1,30% Pour la part comprise entre et :1,65% Au-delà de : 1,80% 1

2 Répartition géographique des redevables de l ISF. Idé Source : : revenus 2006, Insee-DGI. Classement sur les communes de plus de habitants de la région. Idé Source: : revenus 2006, Insee-DGI. Classement sur les communes de plus de habitants de la région. 2

3 PRESENTATION DU BOUCLIER FISCAL Le plafonnement des impôts directs est couramment appelé «bouclier fiscal». L introduction du bouclier fiscal L article 1 er du CGI, codifié par la loi du 30 décembre 2005, a instauré une limitation des impôts directs à hauteur de 60 % des revenus des contribuables. En effet, la loi du 30 décembre 2005, en son article 74, a créé un article A du CGI, qui aménage les conditions du plafonnement de l impôt. Les contribuables disposent d un droit à restitution des impôts directs pour la part de leur montant total annuel excédant 60 % des revenus réalisés au cours de l année précédente. Les impôts alors pris en compte sont, selon l article A du CGI l impôt sur le revenu, l impôt de solidarité sur la fortune, les impôts locaux supportés à raison de l habitation principale du contribuable (taxe d habitation et taxe foncière). Quant aux revenus pris en compte, il s agit de ceux soumis à l impôt sur le revenu ou exonérés, auxquels il faut apporter des corrections. Ce dispositif concerne les impositions payées à partir du 1 er janvier 2006, le droit à restitution pouvant être exercé depuis le 1 er janvier 2007 pour les impôts payés en 2006 sur les revenus réalisés en Le nouveau bouclier fiscal L article 11 de la loi TEPA du 21 août 2007 a apporté des modifications à ce dispositif. En effet, à partir du 1 er janvier 2008, le taux du plafonnement des impôts directs supportés par le contribuable est porté de 60 % à 50 % des revenus. Il intègre dorénavant les contributions et prélèvements sociaux. Par prélèvements sociaux, il faut entendre la CSG, CRDS, prélèvement social de 2 % et contribution additionnelle au prélèvement social. Quant aux revenus, l article 11 susvisé précise que les revenus à prendre en compte sont les revenus nets catégoriels. Le plafonnement des impositions relatives aux revenus de l année N prend en compte les impositions acquittées en N et N + 1. L année de réalisation des revenus devient l année de référence pour la détermination du bouclier. La demande de remboursement intervient en N

4 Mesure transitoire entre le bouclier fiscal ancienne et nouvelle version : Rappel : Pour procéder au calcul du droit à restitution sous la première version du bouclier fiscal, il fallait comparer les impositions payées l année N avec les revenus perçus en N 1. Cette règle était adaptée lorsque les impositions payées au cours de l année N portaient sur des revenus perçus au cours de l année N 1. Toutefois, une difficulté apparaissait du fait que certains revenus sont imposés au cours de l année de leur réalisation. La loi du 21 août 2007 a rectifié cette anomalie en mettant en adéquation les impôts retenus et les revenus pris en compte. Ainsi, le plafonnement est déterminé en prenant en compte l ensemble des impositions afférentes aux revenus réalisés au cours d une même année, que ces impositions soient payées l année de perception du revenu ou l année suivante. Attention, cette modification conduit à exclure du «Bouclier 2008» les impositions payées en 2006 qui auraient déjà été prises en compte pour le «Bouclier 2007», l objectif étant d éviter qu une même imposition soit prise en compte pour la détermination de deux plafonnements successifs. 4

5 LES RESTITUTIONS CONSECUTIVES AU PLAFONNEMENT Les restitutions sont prises en charge par l Etat. Les Calculs : Les restitutions correspondent à la différence entre les impositions payées et les revenus perçus. Les impositions ne peuvent dépasser 50 % des revenus perçus. Pour la fraction au-delà, il est procédé une restitution de la part de l Etat au profit du contribuable. Cette restitution peut être résumée dans la formule : impôts (50 % x revenus) = montant à restituer au contribuable Les impôts pris en compte intègrent dorénavant les contributions et prélèvements sociaux. Par prélèvements sociaux, il faut entendre la CSG, CRDS, prélèvement social de 2 % et contribution additionnelle au prélèvement social. Est également visée la fraction de la CSG déductible de l impôt sur le revenu. Ainsi, sont pris en compte tant les prélèvements opérés sur les revenus d activité, de remplacement et sur les produits de placement, que sur les revenus du patrimoine. On rappelle que sont prises en compte pour le calcul du bouclier fiscal les impositions suivantes : l impôt sur le revenu, l ISF, la taxe foncière sur les propriétés bâties et non bâties relatives à l habitation principale du contribuable, la taxe d habitation afférente à l habitation principale (et non la résidence secondaire). Toutefois, ne sont concernées que les impositions payées en France. Ainsi, au titre des impôts, il faut prendre en compte : - l IR - l ISF - la TH - la TF - les prélèvements sociaux (CSG, CRDS, prélèvement social de 2% et contribution additionnelle au prélèvement social) Les revenus pris en compte s entendent pour leur montant net soumis à l IR, c'està-dire les revenus nets catégoriels. Les revenus comprennent également les revenus exonérés d impôt sur le revenu réalisés au cours de la même année en France ou à l étranger et les revenus soumis à la taxe forfaitaire sur les métaux précieux, bijoux et objets d art, de collection ou d antiquité. Il s agit des revenus imposés à l IR et qui font l objet d une déclaration sur l imprimé fiscal n 2042: - les traitements et salaires. - les revenus de capitaux mobiliers - les BIC et BNC 5

6 En outre les revenus pris en compte sont définis par rapport à l année de référence. En effet, avant la loi du 21 août 2007, le revenu à prendre en compte était celui réalisé par le contribuable l année qui précède celle du paiement des impositions. Les démarches : Le contribuable qui estime avoir droit à la restitution du bouclier fiscal devra en faire la demande auprès de l Administration. Cette demande prend la forme d un imprimé numéroté 2041 DRID, que le contribuable doit remplir et déposer au centre des impôts dont le demandeur dépend au 1 er janvier de l année du paiement des impositions (soit le centre des impôts compétent au 1 er janvier 2006 pour la demande déposée en 2007). En outre, le dépôt doit intervenir entre le 1 er janvier et le 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de la réalisation des revenus pris en compte. Si le centre des impôts n est pas compétent, il doit transmettre la demande au service compétent, et informer le contribuable de cette transmission. La demande de restitution devra être accompagnée d un relevé d identité bancaire pour une restitution sous forme de virement. Les restitutions de moins de 8 ne seront pas effectuées. La demande de restitution est une demande de nature contentieuse et elle est traitée dans les délais impartis à de telles demandes, à savoir trente jours. Les restitutions seront payées par la trésorerie générale. L article A, 8 al 2 du CGI permet à l administration d exiger le reversement des sommes indûment restituées au contribuable, même lorsque les revenus rectifiés ont servi de base aux impositions sont issus d une période prescrite. 6

7 QUESTIONS / REPONSES 1. Quelles sont les impositions à retenir? Pour le «Bouclier 2008», il s agit des impositions payées en 2006 et 2007 au titre des revenus réalisés en Les impositions à retenir comprennent dorénavant les prélèvements sociaux (CSG, CRDS, prélèvement social de 2 % et sa contribution additionnelle) calculés sur les revenus d activité ou de remplacement (salaires, allocations chômage, pensions de retraite ), les produits de placements (plus-values immobilières ) ou les revenus du patrimoine (revenus fonciers, rentes viagères à titre onéreux ). Sont également pris en compte: 1. l impôt sur le revenu 2006 (imposition au barème ou à un taux forfaitaire); 2. l ISF établi au titre de 2007; 3. les impôts locaux afférents à l habitation principale au titre de 2007 (TH et TF); 4. la taxe forfaitaire sur les métaux précieux, les bijoux et les objets d art, de collection ou d antiquité, au titre de Il s agit en principe des impositions payées au 31 décembre Cependant, il est admis que soient prises en compte pour la demande de plafonnement acquise à compter du 1 er janvier 2008, les impositions régulièrement déclarées (spontanément, avant engagement d une procédure administrative contraignante) au titre d un revenu réalisé en 2006, y compris lorsque celles-ci sont payées après le 31 décembre 2007, sous réserve toutefois que le versement soit intervenu avant la date de dépôt par le contribuable de sa demande de plafonnement, et donc en tout état de cause avant le 31 décembre

8 2. Doit-on prendre en compte le montant des impositions provisoires? L'imposition provisoire des revenus 2006 payée cette même année doit être prise en compte pour la demande de plafonnement déposée en 2008 sous réserve qu elle n ait pas déjà été retenue dans la demande de plafonnement déposée en 2007 (voir question suivante). Il peut y avoir imposition provisoire notamment dans le cas d une cessation d activité, d une cession ou d un décès (articles et 3 du CGI). Doit-on prendre en compte les mêmes impositions pour la détermination de deux plafonnements successifs? Certaines impositions sont payées l année même de la perception des revenus sur lesquelles elles portent. C est le cas du prélèvement libératoire, de la retenue à la source sur les indemnités de fonction des élus locaux, de l impôt sur les plus-values immobilières des particuliers ou des impositions provisoires liées à une cessation d activité, une cession ou un décès. L article 11 de la loi TEPA corrige le décalage qui pouvait exister, dans le dispositif du bouclier fiscal précédent, entre la réalisation des revenus et les impôts retenus pour le calcul du droit à restitution. Désormais, pour une plus-value immobilière imposable réalisée en 2006 qui donne lieu au paiement de l impôt sur les plus-values en 2006, les revenus et l impôt correspondant sont pris en compte au titre du même bouclier. La mise en adéquation des revenus et des impositions pour l application du bouclier fiscal 2008 s accompagne d une mesure transitoire. Les impositions acquittées en 2006 sur des revenus réalisés en 2006 peuvent être prises en compte pour le bouclier 2008 seulement lorsqu elles n ont pas déjà été retenues pour le bouclier Une même imposition ne peut être prise en compte pour la détermination de deux demandes de plafonnement. 8

9 Situation avant 2008 : Revenus pris en compte pour le plafonnement 2005 Paiement des impositions 2006 Demande de restitution 2007 Fait générateur ISF TH TF, 1 er janvier 15/06 paiement ISF Restitution en 2007 de la fraction des impositions payées en 2006 (IR+ISF+TF+TH) supérieure à 60 % des revenus /09 paiement solde IR 15/10 paiement TF 15/12 paiement TH 9

10 Situation à compter du 1 er janvier 2008 : Revenus pris en compte pour le plafonnement 2006 Paiement des impositions 2007 Demande de restitution 2008 Prél. libératoire + prél. sociaux sur les RCM perçus en 2006 Imposition d une PVI réalisée en prél. sociaux Prél. sociaux sur les revenus d activité et de remplacement Fait générateur ISF TH TF, 1 er janvier 15/06 paiement ISF 15/09 paiement solde IR 15/10 paiement TF 15/12 paiement TH Restitution en 2008 de la fraction des impositions payées en : - en 2006 (prél. libératoire, PVI, retenues à la source, prél. sociaux sur les revenus d activité ou les produits de placement de l année 2006) ; - et en 2007 (IR sur revenus 2006, prél. sociaux sur revenus du patrimoine ISF, TF et TH de 2007) supérieures à 50 % des revenus

11 3. Les impositions suite à un dépôt tardif de déclaration peuvent-elles être retenues dans le calcul du droit à restitution? Oui, lorsqu elles sont souscrites spontanément par le contribuable. Est considérée comme spontanément souscrite, toute déclaration déposée avant l'engagement d'une procédure de contrôle. Il en résulte qu'une imposition résultant d'une déclaration tardive déposée après la réception d'une mise en demeure ou d'une demande d'éclaircissements ou de justifications ne peut-être prise en compte. A contrario, une imposition relative aux revenus 2006 faisant suite à une déclaration tardive déposée avant réception d'une mise en demeure peut être retenue pour le calcul du droit à restitution. Exemple : l impôt sur le revenu payé en 2007 voire en 2008 (en tout état de cause avant le dépôt de la demande de plafonnement) par un contribuable qui a déposé tardivement sa déclaration suite à une simple demande de renseignements devra être pris en compte pour la demande de plafonnement bouclier fiscal déposée en En revanche les pénalités supportées par le contribuable ne sont jamais prises en compte. 4. Y a-t-il des impositions supplémentaires à retenir? Seules les impositions supplémentaires relatives aux revenus 2006 consécutives à des déclarations rectificatives déposées spontanément par le contribuable ou suite à relance amiable peuvent être retenues comme impositions soumises à plafonnement. Les impositions supplémentaires faisant suite à un contrôle réalisé sur l initiative de l'administration ou à la demande du contribuable ne peuvent être retenues pour le calcul du plafonnement des impôts directs et ce quelle que soit la procédure de rectification suivie (proposition de rectification, déclaration rectificative prévue à l article L62 du LPF...). Par ailleurs, les revenus et produits à prendre en compte sont aussi bien les revenus et produits déclarés spontanément que les rehaussements éventuels suite à contrôle. Il faut retenir uniquement les revenus rectifiés réalisés en S agissant de la taxe foncière de la résidence principale, les impositions résultant de rôles supplémentaires sont à retenir dans la mesure où ces rôles supplémentaires ne sont pas consécutifs à un défaut de déclaration et où ils ont été établis au titre de l année

12 5. Comment retenir la Taxe d Habitation? 5.1 Lorsqu une personne est rattachée au redevable de la taxe - Lorsque deux personnes imposées distinctement à l IR occupent le même logement, l une des deux personnes est parfois prise en compte comme redevable de la TH et l autre comme rattaché TH. La taxe est alors établie uniquement au nom du redevable TH. Seul son nom apparaît sur l avis de TH. Pour les redevables qui ne disposent pas de revenus, la mise en recouvrement de la taxe est due à la prise en compte des revenus de la personne rattachée. Lorsque le redevable de la TH demande l application du bouclier fiscal, c est le montant total de la taxe qui doit être retenu. Il existe une mesure de tempérament qui concerne la demande de plafonnement qui pourrait être déposée par la personne rattachée TH. Il est admis de retenir la moitié de la TH bien qu elle ne soit pas établie à son nom. - En revanche, lorsque deux personnes occupant le même logement sont taxées conjointement à la TH, la taxe est établie au nom des deux personnes. Dans ce cas, le montant de TH à retenir est égal au montant de TH figurant sur l avis divisé par deux. 5.2 En cas d indivision La taxe foncière établie au nom d'une indivision ou au nom d'une société ou d'un groupement non soumis à l'impôt sur les sociétés dont le contribuable est membre est prise en compte à hauteur de la fraction de cette taxe correspondant aux droits dans l'indivision ou dans les bénéfices comptables de ces sociétés et groupements. 5.3 En cas de démembrement En cas de démembrement de la propriété de l'immeuble, l'usufruitier, redevable de la taxe foncière, pourra la prendre en compte s'il l'a effectivement payée. En revanche, le nu-propriétaire ne pourra pas la prendre en compte, même s'il l'a effectivement supportée. 12

13 6. Les revenus exonérés sont-ils à retenir pour le bouclier? Oui, en principe les revenus exonérés sont à prendre en compte pour le bouclier. On peut citer par exemple : certaines plus-values nettes professionnelles exonérées, les intérêts et primes d épargne des PEL et CEL, CODEVI, des livrets jeunes, livrets A, etc. Toutefois, certains revenus exonérés limitativement énumérés ne sont pas à prendre en compte pour le bouclier. Il s agit : - des revenus en nature des locaux à usage d habitation dont le propriétaire se réserve la jouissance (article 15-II du CGI) - des plus-values immobilières exonérées en application des II et III de l article 150 U du CGI (celles réalisées à l occasion de la cession) - des gains retirés de la cession de valeurs mobilières et droits sociaux et titres assimilés lorsque le montant des cessions n excède pas le seuil fixé par l article A I 1 du CGI (à savoir ) - des prestations à caractère social ou familial et les prestations logement - des allocations, indemnités et prestation - des prestations de compensation du handicap et les indemnités versées aux victimes de l amiante ou à leurs ayants droit 7. A quelle date les produits d assurance-vie sont-ils considérés comme réalisés et donc pris en compte au titre des revenus exonérés retenus pour le calcul du bouclier fiscal? Les produits des bons ou contrats de capitalisation ou d assurance-vie, exonérés d impôt sur le revenu, sont retenus pour le calcul du plafonnement à la date de leur réalisation. Ces produits sont considérés comme réalisés : 1. lors de leur inscription en compte pour les bons ou contrats libellés en euros ; 2. lors du dénouement ou lors du rachat partiel pour les contrats en unités de compte et les contrats multi-supports. Sont considérés comme multi-supports les contrats d assurance-vie considérés comme multi-supports, et donc assimilés à des contrats en unités de compte, sont ceux qui sont effectivement garantis à la fois en unités de compte et en euros. Les contrats multi-supports dans lesquels l épargne est exclusivement ou quasiexclusivement investie sur le fonds en euros pendant la majeure partie de l année de prise en compte des revenus ne sont pas assimilés à des contrats en unités de compte. 13

14 Dans ce cas, le revenu retiré du fonds en euros est pris en compte à la date de son inscription au contrat, de la même façon que pour les contrats en euros. Les mêmes règles s appliquent également lorsque les produits de ces bons ou contrats sont imposables à l impôt sur le revenu. 8. Quel montant d intérêts doit-on retenir pour les plans d épargne-logement et les bons ou contrats de capitalisation en euros? Les revenus des plans et comptes d épargne-logement, des plans d épargne populaire, des livrets de caisse d épargne et des bons ou contrats de capitalisation en euros sont retenus lors de leur inscription sur le compte. Le montant à inclure dans les revenus exonérés d IR pour le calcul du droit à restitution est uniquement celui des intérêts et primes inscrits au compte entre le 1er janvier et le 31 décembre de l année de prise en compte des revenus : 2006 pour les demandes déposées en Quels sont les revenus et produits des PEA à prendre en compte? Les revenus perçus sur un PEA, déclarés ligne 2 GR de la rubrique "Revenus des valeurs et capitaux mobiliers" sont des revenus exonérés d'ir, déclarés uniquement pour le calcul du crédit d'impôt. Les revenus exonérés d'ir sont pris en compte pour le calcul du plafonnement lors de leur appréhension effective, c'est-à-dire, pour les produits afférents au PEA, lors de la clôture ou du retrait du PEA (BOI 13 A-1-06 n 51) Le montant déclaré ligne GR n'est donc pas retenu. Les revenus perçus sur un PEA sont retenus pour le calcul du plafonnement l'année de clôture du PEA ou l'année au cours de laquelle un retrait est effectué sur le plan. 14

15 10. Faut-il prendre en compte le montant majoré des pensions alimentaires (majoration de 25 %) au titre des charges venant diminuer les revenus réalisés? A compter de l imposition des revenus de l année 2006, le montant des pensions alimentaires versées en exécution d une décision de justice devenue définitive avant le 1er janvier 2006, déclaré lignes GI, GJ ou GP, est automatiquement majoré de 25 % pour la déduction du revenu global. Cette majoration des pensions alimentaires ne fait l objet d aucun retraitement pour la détermination du droit à déduction. Ces pensions sont donc retenues dans les charges venant diminuer les revenus réalisés, pour leur montant majoré de 1,25. A contrario, la majoration de 25 % appliquée d une part, sur le montant des BIC, BNC ou BA des non adhérents d un CGA ou d une AGA, imposés selon un régime réel, ou des BA forfaitaires, et d autre part, sur les RCM qui sont déclarés ligne 2 GO de la déclaration n 2042, ne doit pas être retenue pour la détermination du droit à restitution. Pour ces revenus, il faut donc retenir le montant déclaré et non le montant majoré de 1,25. 15

16 LE TRAITEMENT PAR LES SERVICES DE L ADMINISTRATION FISCALE (INFORMATIONS) Les Services reçoivent la demande. 1) Le contrôle formel Signature / RIB En cas de problème, la régularisation est possible dans un délai de trois semaines à compter de la réception de la demande. 2) Instruction de la demande - utilisation de l informatique de gestion des services n FIP - demande d information possible - vérification du dossier du contribuable - utilisation des outils informatiques de contrôle montant sur montant - utilisation des informations générales droit de communication bulletin d information 3) Restitution - rapide si possible mais une lettre d attente est recommandée - un contrôle ultérieur reste possible (CSP en plus) 16

17 4) Mémoire La demande et son traitement restent au dossier. N.B. 1) le contribuable au moment de la demande n a pas à fournir de pièces justificatives mais il peut lui être demandé sa fiche de calcul n 2041 GO. 2) Une demande plus exhaustive peut suivre. Elle sera proportionnée aux enjeux financiers. 5) Réponse de l Administration Dans tous les cas, le contribuable est averti du résultat de la décision prise : - Admission totale, - Admission partielle, - Rejet Seules les restitutions inférieures à 8 ne donneront pas lieu à remboursement (cf. article 1965 du CGI). 17

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 66 DU 5 AOÛT 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-11 INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

1. IMPOT SUR LE REVENU

1. IMPOT SUR LE REVENU FLASH FISCAL janvier 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 et LOI DE FINANCES 2014 La loi de finances rectificative pour 2013 et la loi de finances pour 2014 ont été publiées au Journal Officiel du 30

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Sommaire Domicile fiscal et obligation de déclarer ses revenus Contenu de la déclaration de revenus Déclaration des comptes bancaires étrangers

Sommaire Domicile fiscal et obligation de déclarer ses revenus Contenu de la déclaration de revenus Déclaration des comptes bancaires étrangers Réponses préparées par le Service des impôts des Particuliers de Bellegarde s/ Valserine aux questions posées le plus souvent par les membres du personnel Sommaire Domicile fiscal et obligation de déclarer

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE Étude ISF A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX 10 Préambule Ermont, le XXXXXX Évaluer, déclarer son Impôt de Solidarité sur la Fortune dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels?

Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels? Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels? Le délai de conservation des documents, indépendamment de leur format, varie selon leur nature. En matière civile, le délai de prescription

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF Conférence débat Mercredi 14 mai 2014 Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF L Impôt Sur la Fortune (ISF) est un impôt annuel dû par les personnes physiques dont le patrimoine net (actif - passif),

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS N 51275 # 04 N 2777-D-Not @internet-dgfip DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. ALLEGEMENT DES OBLIGATIONS DECLARATIVES DES AYANTS DROIT DU DEFUNT

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances

Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances cic.fr Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances 2 Guide fiscal 2012 Pour faire le point sur la fiscalité Des revenus Pour faire le point sur la

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail