logement le bon plan Le conseil préventif pour sécuriser Accédants à la propriété, comment faire face aux difficultés?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "logement le bon plan Le conseil préventif pour sécuriser Accédants à la propriété, comment faire face aux difficultés?"

Transcription

1 Numéro 6 Édition : mars 2011 logement le bon plan Le journal des partenaires du Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) du Loiret Avant-propos Le Plan Solidarité Logement 45 a mis en place de nombreux outils visant à permettre aux familles éprouvant des difficultés d accéder ou de se maintenir dans leur logement. Tous ces dispositifs ne s adressent pas exclusivement aux locataires. En cette période de crise économique, les accédants à la propriété peuvent également rencontrer des difficultés pour s acquitter de leurs mensualités de remboursement. Le Plan Solidarité Logement 45 s est assigné notamment comme objectif d agir pour le maintien dans les lieux des propriétaires fragiles. En communiquant sur les outils existants, le Plan souhaite doter tous les services, en lien avec les familles, d éléments juridiques et pratiques et permettre au final aux accédants en difficulté d en tirer parti. Notre objectif à tous est d aider les accédants en difficultés à mener leur projet à son terme, et d éviter, dans la mesure du possible, la vente voire la saisie du logement. PRÉFECTURE DU LOIRET Accédants à la propriété, comment faire face aux difficultés? Le Plan Solidarité Logement 45 a souhaité inscrire toutes ses actions en direction des personnes défavorisées dans une logique forte de prévention afin d agir en amont des difficultés. Les propriétaires occupants fragiles font partie du public prioritaire ciblé par le PSL 45. Dans un contexte de crise économique et notamment d aggravation du chômage, la problématique des accédants en difficultés peut se poser avec plus d acuité. Par ses actions, notamment d information, le PSL 45 souhaite permettre aux familles de faire face à leurs mensualités et d éviter d envisager la revente de leur bien, pour lequel ils ont consenti des efforts importants. Quels conseils donner aux familles dont les mensualités de remboursement sont de plus en plus difficiles à assumer? Quels sont les dispositifs susceptibles de les aider? Quelles sont les démarches à engager? Afin de répondre efficacement à toutes ces questions, il est essentiel de connaître toutes les possibilités afin que les accédants aient les meilleures chances d en bénéficier. Bien préparer son projet en amont est le meilleur filet de sécurité Le conseil préventif pour sécuriser les opérations d accession à la propriété a déjà fait ses preuves en France. C est ainsi que nous n avons pas observé les phénomènes qui ont accompagné la crise immobilière aux États-Unis, en Grande- Bretagne ou en Espagne : le taux de défaillance des emprunteurs français ne s est pas accru et le nombre des saisies est resté fort heureusement assez rare. Par ses conseils gratuits aux particuliers, l ADIL concourt à la prévention des risques liés à un projet d accession. Une information préventive et neutre apparaît comme l élément le plus efficace pour lutter contre les projets d accession mal maîtrisés, aux conséquences familiales parfois dramatiques. L ADIL réunit en un seul lieu, tout ce dont le candidat à l accession a besoin de connaître pour sécuriser son opération : conseil adapté à sa situation personnelle, information sur les contrats et les assurances. Mieux informé, le ménage est mieux armé pour réussir son projet et protéger l équilibre de son budget. Par ce conseil préventif, il est en mesure de faire un choix éclairé en s appropriant réellement le projet. Ces conseils viennent en complément de ceux fournis par les établissements bancaires et de crédits, qui veillent à la faisabilité du projet en amont. Ils viennent parfois corroborer le refus d un établissement financier qui ne souhaite pas accompagner le projet d un ménage, qui ne mesure pas toujours le risque encouru. le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

2 À savoir i Expérience Point Passerelle du Crédit Agricole Centre Loire : Michèle VERCRUYSSEN Chargée de l unité passerelle (aide et soutien aux clients victimes d accidents de la vie dans le Loiret) En 2003, le Crédit Agricole a ouvert, sans publicité à Orléans, une agence différente des autres : un POINT PASSERELLE. Qui entre dans cette agence? Les personnes qui, suite à des accidents de la vie, vivent des démarches administratives compliquées ou qui connaissent des situations financières difficiles. La mission du POINT PASSE- RELLE est de les écouter puis de les conseiller afin de les accompagner au mieux et en toute discrétion pour : - Un diagnostic budget, - Une démarche administrative, - Trouver des solutions amiables Le POINT PASSERELLE travaille en collaboration avec les services sociaux des Maisons du département qui n hésitent pas à conseiller les familles. Par notre action, des familles peuvent sortir de situations difficiles où les accidents de la vie les ont plongé. Que faire si l on pressent des difficultés de paiement? Solliciter les aides aux logements (allocation logement/apl) Contrairement aux idées reçues selon lesquelles seuls les locataires peuvent bénéficier d une aide au logement, tout accédant à la propriété est également potentiellement éligible. Il peut effectivement prétendre à l APL (aide personnalisée au logement) lorsque son prêt principal est conventionné et à l AL (allocation logement) lorsqu il finance son opération par l intermédiaire d un prêt bancaire classique. Le montant de l aide au logement est calculé selon les ressources du ménage, sa composition familiale ainsi que sa mensualité de remboursement. Ce montant peut être révisé lorsque la situation du ménage évolue. En cas de chute de revenus, consécutive à une perte d emploi ou une maladie longue durée par exemple, l aide au logement Trouver une solution amiable avec l établissement prêteur L établissement financier n est pas un adversaire. Au contraire, plus tôt il sera contacté, plus il sera en mesure de proposer des solutions, parmi lesquelles la modulation des échéances voire leur report. Beaucoup de prêts prévoient l option de modulation des mensualités. La modulation a toujours été présentée comme une faculté d augmenter ses mensualités. Or, dans le cas d une baisse de revenus, c est une modulation à la baisse qui sera demandée. Les conditions de la modulation sont différentes d un établissement à un autre et selon la date d origine du peut jouer un rôle d amortisseur en compensant en partie la perte de ressources qui en résulte. Pour ouvrir droit à une aide au logement ou en modifier son montant, l emprunteur doit donc déclarer à la CAF (Caisse d Allocations Familiales) ou à la MSA (Mutualité Sociale Agricole) la baisse de ses revenus ainsi que son motif. prêt. Le chiffre de 30 % de diminution de la mensualité semble être le plus fréquemment rencontré. En contrepartie de la baisse des mensualités, la durée du prêt sera allongée. Cet allongement est en général limité de 3 à 5 ans. Une autre solution peut être proposée par l établissement financier : le report d échéances. Cela permet de suspendre, pendant un ou plusieurs mois, le remboursement d un crédit en cours. Cette formule peut apparaître pertinente en cas de difficultés fortes et passagères. La fédération française bancaire a précisé à ce sujet dans un communiqué du 3 mars 2009 que «pour les clients mis en difficulté par la perte d emploi ou le chômage partiel, les banques ont rappelé qu elles avaient mobilisé leurs réseaux pour accompagner ces emprunteurs en recherchant des solutions pour leur permettre de poursuivre le remboursement des prêts immobiliers. Dans ce cas, en cas d accord sur un report d échéances, il n y aura pas de pénalité». À savoir : l assurance perte d emploi : Ces deux solutions peuvent éviter l impayé des mensualités sous réserve qu elles soient engagées de façon précoce, c est-à-dire dès que l on pressent des difficultés à rembourser un crédit. i Souvent jugée onéreuse par les accédants, cette assurance est facultative lors de la souscription d un prêt immobilier quel que soit l établissement financier. De plus, elle ne s adresse qu aux salariés bénéficiant d un contrat de travail à durée indéterminée. Les contrats proposés pour la perte d emploi ne sont pas réglementés et leur contenu varie fortement d un établissement à un autre. Lorsque cette assurance est souscrite, la garantie n est acquise qu à l issue d un délai de carence dont la durée varie d un contrat à un autre (entre 0 à 12 mois voire 15 mois). Les contrats prévoient également presque toujours une franchise, période au cours de laquelle l emprunteur n a droit à aucune indemnité. Cette franchise se situe souvent dans une fourchette allant de 3 à 6 mois. Enfin, l indemnisation est souvent prévue pour une durée limitée par période de chômage. le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

3 À savoir i Que faire en cas de défaillance du paiement? Un dispositif d Action Logement : le PASS-Assistance : Jean-Christophe MOREAU Directeur du site Loiret du CIL Val de Loire Ce service d aide et d accompagnement des salariés en difficulté financière est proposé par le CIL Val de Loire sur l ensemble des départements de la Région (18, 36, 41, 45 et 72) Il a pour but d effectuer, dans un premier temps, un diagnostic de la situation financière ainsi qu une étude spécifique au regard du logement (coûts, charges, localisation, adéquation etc.). Dans un deuxième temps ce service accompagne les salariés dans toutes ses démarches (ouverture de droits, recherche de logement) et propose des aides financières directes pour améliorer ou stabiliser cette situation. Dans le cadre de cette mission, le CIL Val de Loire est amené à rencontrer de plus en plus de ménages accédants en difficulté, suite à un changement de situation familiale voire professionnelle. Notre service met tout en oeuvre pour leur permettre de conserver leur bien. Réagir à chacune des étapes de la procédure mise en place par l établissement financier Attention, tout se joue dans les 90 jours qui suivent le premier retard de paiement, phase pendant laquelle l emprunteur peut encore réagir pour trouver une solution amiable auprès de l établissement prêteur. Au-delà, on entre dans la phase contentieuse : la solution est imposée à l emprunteur défaillant. Cette période de 90 jours comporte un certain nombre de dates butoirs, qu il est important de connaître pour mieux maîtriser chacune des étapes de la procédure. 1 re étape : J + 10 : À partir du 10 e jour de retard dans le paiement des échéances, la banque peut majorer de 3 points le taux d intérêt que l emprunteur aura à payer jusqu à la reprise du cours normal des échéances contractuelles (code la consommation : art L et R 312-3). La majoration est calculée, soit sur les échéances impayées soit sur le capital restant dû et par jour de retard. Exemple : si le capital restant dû s élève à : x 3 %/365 : 8,22 / jour à ajouter à la mensualité. Les cautions sont également informées de l impayé de l emprunteur. 2 e étape : J + 15 Un premier courrier simple est adressé par l agence à l emprunteur pour l informer que sa défaillance risque d entraîner le paiement d une pénalité conformément à ce que prévoient les conditions générales de son offre de prêt. 3 e étape : J + 40 : Une lettre recommandée avec avis de réception est adressée aux frais de l emprunteur lui précisant qu il est à la limite de l inscription au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Les cautions personnelles sont actionnées en paiement. 4 e étape : à partir de J + 40 : L agence locale gère le risque jusqu au 40 e jour. Ensuite, cela est confié au service précontentieux, un service en charge du recouvrement amiable. 5 e étape : J + 55 : En l absence de régularisation, l emprunteur est mis en demeure de payer par un courrier en recommandé avec avis de réception. Ce courrier lui rappelle que son inscription au FICP est imminente. 6 e étape : J + 60 : L emprunteur est inscrit au FICP (pour une durée de 5 ans). Dès lors, les autres établissements de crédit peuvent être informés que l emprunteur a eu des incidents de paiements. 7 e étape : J + 90 Le dossier passe au service contentieux qui sera chargée du recouvrement de la dette. 8 e étape : J + 98 Dans les 8 jours, une nouvelle lettre recommandée avec avis de réception est adressée à l emprunteur lui indiquant notamment que sont immédiatement exigibles le capital restant dû, les intérêts échus, une indemnité égale à 7 % des sommes dues. À ce stade, l emprunteur risque d être obligé de vendre son bien à l amiable. À défaut, la banque mettra en œuvre la procédure de saisie immobilière pour récupérer les sommes dues. Ces différentes étapes s imposent d une façon générale mais leur mise en œuvre peut toutefois différer d un établissement à un autre. Solliciter des dispositifs comme ceux proposés par les collecteurs d Action Logement (ex 1% logement) Les collecteurs d Action Logement proposent en effet un dispositif pour aider les accédants en difficulté à alléger leurs mensualités : le prêt pour refinancement de prêt immobilier plus onéreux. Ce prêt est destiné : aux salariés ou préretraités depuis moins de 5 ans des entreprises privées (de 10 salariés et plus) ; aux demandeurs d emploi dont le dernier employeur était une entreprise assujettie au 1 % ; aux retraités depuis moins de 5 ans d une entreprise du secteur privé de 10 salariés et plus. Il s adresse aux personnes en situation de déséquilibre financier suite à un évènement personnel ou professionnel (maladie, chômage, séparation ) qui aurait entraîné une diminution de leurs revenus d au moins 30 %, ou dont les charges immobilières représenteraient plus de 40 % de leurs revenus. Ce prêt s adresse également aux personnes ayant déposé un dossier de surendettement. Ce prêt d un montant maximum de permet soit de rembourser totalement ou partiellement un prêt contracté pour le financement de la résidence principale soit de rembourser les impayés de charges d emprunt du logement. Le collecteur propose une durée qui permet à la famille de ne pas dépasser un taux d effort trop important. le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

4 À savoir i Les aides du FUL (Fonds Unifié Logement) en faveur des accédants à la propriété : Julie HENRY Chargée du volet social Logement et du pilotage du Fonds Unifié Logement au Conseil général du Loiret. Le Fonds Unifié Logement, dispositif piloté par le Département du Loiret, s adresse aux personnes, qui en raison de l inadaptation de leurs ressources, ont des difficultés pour accéder ou se maintenir dans leur logement. Les propriétaires occupants d un logement peuvent donc bénéficier d aides liées au maintien notamment en matière d impayés d énergie et d eau. Outre les conditions tenant au logement, le propriétaire occupant devra respecter les plafonds de ressources fixés par le règlement intérieur du F.U.L. Il pourra ainsi bénéficier d une aide du F.U.L d un montant pouvant aller jusqu à 550 par an et par ménage. Ainsi, les accédants, dont les mensualités seraient difficiles à assumer, pourraient bénéficier de ce type d aide pour payer leurs factures d énergie et d eau, et ainsi leur donner la possibilité éventuelle d assurer le paiement de leurs mensualités. Comme pour toute demande d aide individuelle au titre du F.U.L, elle doit être déposée par l intermédiaire d un travailleur social (Maison du Département, CCAS, Espace Ressource Logement). Demander des délais de paiement au juge du Tribunal d Instance Souvent méconnue, cette possibilité permet à l emprunteur, qui ne peut plus faire face à ses obligations de paiement du crédit immobilier, de demander au juge d instance l octroi d un délai de grâce (code de la consommation : art L ). En cas de licenciement notamment, le juge peut effectivement suspendre l exécution des obligations du débiteur dans les conditions prévues aux articles à du code civil. Le juge peut, dans le délai dont il doit fixer le terme dans sa décision (ce délai ne pouvant excéder deux ans), reporter ou rééchelonner les échéances. Le juge peut aussi décider que, pendant ce délai de grâce, les intérêts applicables aux échéances dont il a prescrit le report ou le rééchelonnement seront réduits voire supprimés. Que faire en cas d impossibilité manifeste de règlement des dettes? Saisine de la commission de surendettement Si l emprunteur est dans l impossibilité manifeste d apurer ses dettes (crédit immobilier, charges, ), il peut saisir la commission de surendettement de la Banque de France. Sa mission est de rechercher un accord entre l emprunteur, l établissement financier et les éventuels autres créanciers. En cas d échec, elle peut élaborer des recommandations (sous le contrôle du juge). Pour saisir la commission de surendettement, une simple déclaration remise ou adressée à son secrétariat suffit. Elle précisera notamment les nom et adresse de l emprunteur, sa situation familiale ; ses revenus ainsi que les éléments actifs et passifs de son patrimoine puis le nom et adresse de son ou ses créanciers. Attention, dès lors qu un dossier a été déposé auprès de la Banque de France, l emprunteur sera inscrit au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Cela ne veut pas dire pour autant qu il y aura automatiquement retrait du chéquier et de la carte bancaire. Cela dépendra de l établissement bancaire qui devra proposer des moyens de paiement adaptés à la situation de la personne endettée. Si le dossier est déclaré irrecevable, une lettre est envoyée au demandeur qui peut faire un recours devant le juge de l exécution. Si le dossier est déclaré recevable, la commission dresse l état d endettement de l emprunteur. Elle doit avoir terminé l instruction du dossier et décidé de son orientation 3 mois au maximum après le dépôt du dossier complet. Depuis le 1 er novembre 2010, dès la décision déclarant la recevabilité du dossier, les procédures d exécution diligentées contre les biens du débiteur sont automatiquement suspendues. Les créanciers n ont donc pas la possibilité d engager ou de continuer une procédure de recouvrement forcée à l encontre du débiteur, postérieurement à l ouverture de la procédure devant la commission. La suspension ne peut excéder un an et cesse dès que la décision de la commission est rendue exécutoire à l égard des créanciers. En cas d urgence, la saisine du juge peut intervenir à l initiative du président ou du secrétaire de la commission ou du débiteur, avant même que la commission n ait déclaré le dossier recevable. La commission peut décider de traiter le dossier en mettant en œuvre les mesures classiques de traitement du surendettement, soit d adresser le dossier au juge de l exécution en vue d une procédure de rétablissement personnel avec ou sans liquidation judiciaire. Tout dépend de la capacité de remboursement de l emprunteur. La décision de la commission peut faire l objet d un recours. le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars 2011 Directeur de rédaction : Magali Bertrand Directeur de publication : Magali Bertrand Comité de relecture : les co-pilotes du Plan, Virginie Chaumereuil. Illustrations : Christian Hirlay Conception et réalisation graphique : Nicolas Gaultier Impression : Prévost Offset Papier recyclé et imprimé chez un imprimeur au label Imprim vert Avec le soutien de l ANIL AGENCE DEPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT DU LOIRET ADIL du Loiret : Tél. : rue de l université Orléans le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

5 Numéro 6 Édition : mars 2011 À savoir i Saisine de la commission de surendettement (suite) L accession dans le parc social : Philippe VAREILLES Président de l USH Centre Permettre à des ménages à revenus modestes l accès à un logement décent à loyer modéré, telle est la vocation des bailleurs sociaux. En proposant des logements à la vente, que ce soit dans leur patrimoine existant ou dans le neuf, par exemple dans le cadre d une location-accession, les bailleurs sociaux offrent une réelle opportunité d accession sociale à la propriété à des ménages qui ne disposeraient pas d autres solutions pour devenir propriétaires et participent ainsi à une évolution légitime de leur parcours résidentiel. Mais l accession sociale ne consiste pas seulement à vendre des logements. Elle doit apporter aux accédants des mesures de protection en cas d aléas de la vie ou de difficultés financières. C est la raison pour laquelle les bailleurs sociaux garantissent un prix de revente et s engagent à racheter le logement et à reloger la famille en cas de difficultés liées notamment à une perte d emploi ou de changement de situation familiale. Les bailleurs sociaux veillent également à la faisabilité des projets en produisant des logements de qualité répondant aux exigences du développement durable et ainsi économes en énergie et charges d usage. Les bailleurs sociaux du Loiret se sont engagés dans cette démarche et s efforcent d accompagner efficacement et de façon personnalisée leurs accédants. Mise en œuvre des mesures classiques de traitement du surendettement : La commission dresse un état du passif, qui peut être contesté par le débiteur et les créanciers. Elle va concilier les parties en vue de l élaboration d un plan dont les mesures pourront être un report ou un rééchelonnement des paiements des dettes, une remise de dettes, une réduction ou suppression de taux d intérêt, voire un moratoire (gel des dettes pendant une certaine durée) dans l attente d un retour à meilleure fortune Parmi les mesures proposées par la commission, la revente du bien peut aussi être prévue, même si la démarche initiale de l emprunteur est bien faite avec l espoir de conserver sa maison ou son appartement. Ce plan doit être suffisamment réaliste pour ne pas donner lieu à des difficultés d application. Il doit être adapté à chaque cas concret et ne pourra excéder 8 ans. Si elles en sont d accord, le plan est signé par les parties. Chaque partie doit le respecter. En cas de non respect par le débiteur, le plan devient caduc de plein droit 15 jours après une mise en demeure restée infructueuse. Chaque créancier peut ainsi reprendre les procédures individuelles. Les parties peuvent aussi ne pas se mettre d accord sur le plan proposé par la commission. Le débiteur a la possibilité de saisir à nouveau la commission pour qu elle élabore des recommandations. Certaines ne requièrent pas l homologation du juge (rééchelonnement, réduction des intérêts, moratoire ), tandis que d autres devront être rendues exécutoires par le juge (revente du bien ). Les recommandations émises peuvent être contestées par l une des parties devant le juge de l exécution. Mise en œuvre d une procédure de rétablissement personnel : La commission peut proposer directement une procédure de rétablissement personnel lorsque la situation du débiteur est irrémédiablement compromise. Depuis le 1 er novembre 2010, on distingue deux procédures de rétablissement personnel : l une avec liquidation judiciaire des biens du débiteur devant le juge de l exécution et l autre sans liquidation judiciaire devant la commission. La commission peut recommander un rétablissement personnel avec liquidation lorsque le débiteur possède des biens autres que des biens nécessaires à sa vie courante et à son activité professionnelle, et qui auraient une valeur marchande. Cette procédure est engagée devant le juge de l exécution. Les parties sont convoquées à l audience d ouverture. Le juge peut faire procéder à une enquête sociale et pourra ordonner un suivi social. À compter de la publication du jugement d ouverture rendu par le juge, les créanciers ont 2 mois pour déclarer leurs créances. Un bilan de la situation économique et sociale est réalisé. À l issue de l état des créances, une seconde audience est prévue pour que le juge prononce ou non la liquidation des biens. Si la liquidation est prononcée, le débiteur ne peut plus disposer de ses biens. Un liquidateur est nommé et dispose d un an pour vendre les biens du débiteur, y compris le logement. Il répartit ensuite le produit des ventes entre les créanciers. Le juge clôt la procédure que le passif soit éteint ou non. La clôture entraine, en principe, l effacement de toutes les dettes non professionnelles. La commission peut également recommander un rétablissement personnel sans liquidation judiciaire. Cette nouvelle possibilité a vocation à simplifier au maximum la procédure. Elle s applique lorsque le débiteur ne possède que des biens nécessaires à sa vie courante et à son activité professionnelle, ou de biens dépourvus d une valeur marchande. Le juge vérifie que cette mesure a été formulée dans le respect de la procédure er peut homologuer les recommandations de la commission. Cette procédure conduit également, en principe, à l effacement de toutes les dettes non professionnelles. le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

6 Interview L aide à la constitution des dossiers de surendettement : Marie-France BIZERAY Présidente Familles de France-Fédération du Loiret Familles de France - Fédération Départementale du Loiret œuvre bénévolement dans les locaux de la Maison de la Justice et du Droit pour le montage des dossiers de surendettement à raison de deux permanences par semaine, durant lesquelles sont accueillies les familles. Celles-ci en accession à la propriété après un accident de la vie (séparation, maladie, chômage) ne peuvent plus honorer les remboursements d emprunts et viennent vers nos permanences pour essayer de trouver une solution. Le plus souvent nous mettons en place un dossier de surendettement, avec toutes les difficultés de barrière de langues différentes, ce qui a nécessité la mise en place d un écrivain public. À ce jour, nous avons réussi à geler certaines créances et à laisser les familles dans leur logement, évitant ainsi les expulsions. Il faut noter que nous avons plus de dossiers concernant d éventuelles expulsions de locataires et que le travail de prévention reste primordial. Données statistiques : La propriété dans le Loiret : Selon l INSEE, près de 62 % des habitants du Loiret sont propriétaires-occupants de leur résidence principale en Cela représente logements. Au niveau national, ce pourcentage s élève à 57 %. En 2008, ce sont environ transactions immobilières /(source, ODH d après références immobilières PERVAL)/ qui ont été enregistrées dans le Loiret, tant dans l ancien que dans le neuf. Les candidats à l accession à la propriété se sont davantage tournés vers la maison individuelle, puisque cette dernière représente 63 % du volume des ventes. 92 % des achats de maisons se sont faites dans le parc existant. Outil phare de l accession sociale à la propriété, le Prêt à Taux Zéro (PTZ) a été distribué à ménages en 2008 dans le Loiret /(source, SGFGAS). /Réservés aux primo-accédants sous conditions de ressources, le PTZ permet de financer des projets dans le neuf et l ancien. Dans 52 % des cas, les bénéficiaires du PTZ étaient âgés entre 26 et 35 ans. Ils étaient par ailleurs issus de catégories socio-professionnelles modestes puisque 32 % des accédants étaient des employés suivis des ouvriers dans 29 % des cas. Rappelons que la réforme de l accession a substitué le PTZ par le PTZ + depuis le 1 er janvier s Adresses utiles : Pour solliciter des aides au logement : CAF : Place Saint Charles Orléans Tél. : MSA Beauce Cœur de Loire : 11 avenue des Droits de l Homme Orléans Tél. : Pour solliciter les aides d Action Logement : Collecteurs d Action Logement : - CIL Val de Loire : 802 avenue d Antibes Amilly Tél. : bis boulevard Rocheplatte Tél. : Immeuble le «grand angle» 16 avenue de la République Pithiviers Tél. : SOLENDI : 125/127 rue du Faubourg Bannier Orléans Tél. : Pour solliciter une aide du FUL : - Maisons du Département du secteur pour les familles - CCAS de la commune pour les personnes célibataires - Espace Ressource Logement : o AHU : 157 rue Gambetta Saint-Jean-de-la-Ruelle Tél. : o Etape Orléans : 9 quai du Roi Orléans Tél. : o Etape Gien : 21 bis rue de Paris Gien Tél. : o Etape Montargis : 38 rue Crowborough Montargis Tél. : o UDAF : Place Camille Claudel Pithiviers Tél. : Pour les dossiers de surendettement : Familles de France - Fédération du Loiret : 2 rue Jean-Philippe Rameau Orléans Tél. : Banque de France : 30 bis rue de la République Orléans Tél. : SÉMINAIRE... INSCRIVEZ-VOUS! Organisation d un séminaire sur les accédants en difficultés le 14 juin 2011 au CRDP d Orléans de 9 h 30 à 12 h 30. Pour plus de renseignements n hésitez pas à nous contacter au : le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars 2011 Directeur de rédaction : Magali Bertrand Directeur de publication : Magali Bertrand Comité de relecture : les co-pilotes du Plan, Virginie Chaumereuil. Illustrations : Christian Hirlay Conception et réalisation graphique : Nicolas Gaultier Impression : Prévost Offset Papier recyclé et imprimé chez un imprimeur au label Imprim vert Avec le soutien de l ANIL AGENCE DEPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT DU LOIRET ADIL du Loiret : Tél. : rue de l université Orléans le bon plan logement Journal des partenaires du PDALPD du Loiret Numéro 6 - mars

Les accédants en difficultés

Les accédants en difficultés Les accédants en difficultés COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 14 juin 2011 AGENCE DEPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT DU LOIRET PRÉFET DU LOIRET AGENCE DEPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE

ANIL HABITAT ACTUALITE Décembre 2009 ANIL HABITAT ACTUALITE Accédants à la propriété : Que faire en cas de chômage? Conseiller ceux qui souhaitent accéder à la propriété pour les aider à réussir leur projet constitue la vocation

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ---- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation les modalités

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

SOLIDARITÉS CIL-PASS ASSISTANCE. présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires. aides :

SOLIDARITÉS CIL-PASS ASSISTANCE. présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires. aides : FORMATION DROM 2014 CIL-PASS ASSISTANCE présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires Des difficultés de logement? Amallia est à vos côtés. aides : prêts action logement aides complémentaires

Plus en détail

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES POUR VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT Document élaboré par l Association Française des Sociétés Financières (ASF) en concertation avec plusieurs organisations de consommateurs

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT Annexe à la convention de partenariat et d objectifs FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT REGLEMENT INTERIEUR Le Fonds de Solidarité Logement a été institué par la loi n -449 du 31 mai 19 visant à la mise

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Chapitre 6 Les litiges De nombreux litiges peuvent vous opposer à votre propriétaire. Le principal d entre eux concerne

Plus en détail

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DE LA VENDEE

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DE LA VENDEE CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DE LA VENDEE REGLEMENT INTERIEUR 2014 Page 1 sur 37 SOMMAIRE L ATTRIBUTION DES AIDES DU FSL Modalités et conditions I. L instruction des

Plus en détail

CREDIT IMMOBILIER Ayant souscrit un prêt à taux variable je rencontre des difficultés de remboursement, que faire?

CREDIT IMMOBILIER Ayant souscrit un prêt à taux variable je rencontre des difficultés de remboursement, que faire? QUESTION - REPONSE CREDIT IMMOBILIER Ayant souscrit un prêt à taux variable je rencontre des difficultés de remboursement, que faire? 09/2008 Apparu à la fin des années 80 avec l allongement de la durée

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE PRÉFECTURE DE LA LOZERE CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE Date de la saisine : Organisme à l'origine de la saisine : Nature de la saisine : Origine de la saisine : Bailleur Organisme payeur aides au logement

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

développe les solidarités

développe les solidarités développe les solidarités www.gard.fr Propriétaires bailleurs, comment louer sereinement votre logement? SOMMAIRE les Aides à l amélioration de l habitat... 5 les Aides au Logement... 7 l Assurance Loyers

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Idées reçues et autres contre-vérités

Idées reçues et autres contre-vérités Idées reçues et autres contre-vérités "Juger, c'est de toute évidence, ne pas comprendre ; si l'on comprenait, on ne pourrait plus juger." Citation d'andré Malraux A l occasion des prochaines manifestations

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA HAUTE-GARONNE RÈGLEMENT INTÉRIEUR

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA HAUTE-GARONNE RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL GÉNÉRAL DE LA HAUTE-GARONNE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU FONDS DE SOLIDARITÉ LOGEMENT CONSEIL GÉNÉRAL DE LA HAUTE-GARONNE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU FONDS DE SOLIDARITÉ LOGEMENT 3 PRÉAMBULE La loi n 2004-809

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE

PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION I DEVELOPPER LE CREDIT RESPONSABLE FICHE 1 Des cartes de fidélité plus responsables FICHE 2 Encadrer la publicité pour empêcher

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution? LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le regroupement de crédits, la solution? LES MINI-GUIDES BANCAIRES Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les fi lières agréées. La certifi cation

Plus en détail

loi de séparation et de régulation des activités bancaires

loi de séparation et de régulation des activités bancaires loi de séparation et de régulation des activités bancaires Plus de transparence, plus de concurrence et une meilleure protection des clients face à des frais bancaires excessifs Plafonnement des commissions

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement N 15036*01 (article L. 441-2-3, II, du code de la construction et de l habitation)

Plus en détail

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie,

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'économie, des finances et de l industrie Nos réf. : 2011/50806 FI Paris, le Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, La ministre du budget, des comptes

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Bien assuré Bien loué. La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers

Bien assuré Bien loué. La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers Bien assuré Bien loué La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers Louer en toute tranquilité GRL, Garantie des Risques Locatifs Les transformations du marché du travail, l'entrée plus tardive

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Luc CHATEL Secrétaire

Plus en détail

SOMMAIRE. Calendrier de publication des textes d application de la loi portant réforme du crédit à la consommation et lutte contre le surendettement.

SOMMAIRE. Calendrier de publication des textes d application de la loi portant réforme du crédit à la consommation et lutte contre le surendettement. SOMMAIRE Calendrier d entrée en vigueur des principales dispositions de la loi portant réforme du crédit à la consommation et lutte contre le surendettement. Calendrier de publication des textes d application

Plus en détail

Demande d aide(s) LOCA-PASS

Demande d aide(s) LOCA-PASS Cadre réservé à nos services Nom du demandeur Reçu le N Avance LOCA-PASS N Garantie LOCA-PASS N Adhérent Observations ARTIE Demande d aide(s) LOCA-PASS AVANCE LOCA-PASS GARANTIE LOCA-PASS Bénéficiaires

Plus en détail

Réforme du Crédit à la Consommation

Réforme du Crédit à la Consommation Réforme du Crédit à la Consommation Christine LAGARDE Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Vendredi 29 avril 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet de Christine

Plus en détail

Fiche pratique : CIDUNATI

Fiche pratique : CIDUNATI CIDUNATI. Fiche pratique : CIDUNATI Titre I : Tribunal de Commerce La procédure de conciliation Une procédure trop méconnue En France une entreprise sur 2 disparaît moins de 5 ans après sa création, les

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

guide prévention des expulsions locatives pour impayés /mars 2012

guide prévention des expulsions locatives pour impayés /mars 2012 guide prévention des expulsions locatives pour impayés /mars 2012 Vous avez des impayés de loyer Quels sont vos droits et les démarches à entreprendre? 2 sommaire J ai des difficultés pour payer mon loyer.

Plus en détail

FSL - Règlement Intérieur. Fonds de Solidarité pour le Logement REGLEMENT INTERIEUR

FSL - Règlement Intérieur. Fonds de Solidarité pour le Logement REGLEMENT INTERIEUR FSL - Règlement Intérieur Fonds de Solidarité pour le Logement REGLEMENT INTERIEUR Règlement applicable pour les dossiers déposés à compter du 1er janvier 2010 SOMMAIRE Page Préambule.... 1 Chapitre I

Plus en détail

Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs

Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs Entre l Etat, représenté par le ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, le ministre de l économie, des

Plus en détail

Le Gic s engage pour le logement

Le Gic s engage pour le logement Le Gic s engage pour le logement Qui sommes nous? Le Gic, Comité Interprofessionnel du Logement : fait partie des 21 CIL d Action Logement est une association Loi 1901 créée en 1955 à l initiative de la

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL)

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Pour faciliter vos démarches et bénéficier d une aide du FSL Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Vous avez des droits en matière de logement a Vos droits

Plus en détail

DEMANDE D AIDE LOCA-PASS

DEMANDE D AIDE LOCA-PASS DEMANDE D AIDE LOCA-PASS N Demande : N Dossier : (financement du dépôt de garantie) Durée de remboursement au choix (mensualités minimum de 20 /mois) : 6 mois 12 mois 18 mois 25 mois Date de prélèvement

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT

REGLEMENT DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT REGLEMENT DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT Chapitre 1 PRINCIPES GENERAUX. p. 3 Chapitre 2 AIDES A L ACCES AU LOGEMENT LOCATIF.. p. 6 Chapitre 3 AIDES AU MAINTIEN DANS UN LOGEMENT LOCATIF p. 9 Chapitre

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE

ANIL HABITAT ACTUALITE Juin 2009 ANIL HABITAT ACTUALITE Faciliter le transfert de prêts pour favoriser la mobilité résidentielle Les propriétaires occupants sont relativement peu mobiles. Toutefois, au cours de la période 2002-2006,

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE :

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : N dossier familial (IODAS) : Centre Médico-Social de Mende Travailleur Social Travailleur

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. dossier de demande

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. dossier de demande Mars 2013 b e r ry - L o i r e t - s A rt h e - t o u r A i n e l o c a t i o n Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. une marque déposée

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

PRODUITS PROPOSES. Carte Mini-Ligne Privilège : barème des taux et mensualités en fonction du montant du crédit consenti : Tranches d'encours

PRODUITS PROPOSES. Carte Mini-Ligne Privilège : barème des taux et mensualités en fonction du montant du crédit consenti : Tranches d'encours Conditions générales de banque de CDGP Conditions en vigueur au 1 er avril 2014 CDGP S.A. au capital de 19 019 250-18 rue de Londres 75009 PARIS - 310 416 979 R.C.S. PARIS N ORIAS 08043761 Tous les coûts

Plus en détail

1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS

1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS Atelier Damane Assakane 1 Assurance hypothécaire, caution, fonds de garantie : le cas de la SGFGAS 2 Education financière et maîtrise du risque de l accession à la propriété : l expérience de l ANIL Bernard

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES Demande d'aide(s) financière(s) pour le maintien dans le logement Vous êtes LOCATAIRE et en difficulté financière, Le Fonds de Solidarité pour le

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Imprimé www.lesclesdelabanque.com avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels Prêt Social de Location Accession PSLA Marché Immobilier Social Dernière mise à jour Mars 2013 Document réservé exclusivement aux Professionnels Tout savoir sur le Prêt Social Location Accession Les principes

Plus en détail

INTRODUCTION. Les assurances Franfinance prennent en charge les mensualités en cas d incident, ce n est pas une simple suspension du paiement.

INTRODUCTION. Les assurances Franfinance prennent en charge les mensualités en cas d incident, ce n est pas une simple suspension du paiement. 3 assurances I La souscription I L étendue des garanties 3 assurances sont proposées par Franfinance : DIM (Décès, Invalidité, Maladie) DIM + CHOM (Décès, Invalidité, Maladie + Perte d Emploi) SENIOR (Décès)

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

L assurance emprunteur en crédit immobilier

L assurance emprunteur en crédit immobilier Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) en Charente

Le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) en Charente Charente SolidaritéS www.charentesolidarites.org Le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) en Charente Dernière mise à jour le 26/06/2015. Le présent document ne constitue qu un outil de travail. En

Plus en détail

THEME : L EXPUSION LOCATIVE, ELEMENTS DE PROCEDURE ET PREVENTION

THEME : L EXPUSION LOCATIVE, ELEMENTS DE PROCEDURE ET PREVENTION THEME : L EXPUSION LOCATIVE, ELEMENTS DE PROCEDURE ET PREVENTION Intervenants : Mme TEMPERE, Juge au Tribunal d Instance de Saint-Étienne Maître GRIMAND, Président de la Chambre Départementale des Huissiers

Plus en détail

LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS

LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS ATELIER COPROPRIÉTÉS FRAGILES Septembre 2010 IMPAYÉS DE CHARGES DE COPROPRIÉTÉ : LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS GUIDE à l attention des professionnels en contact avec des copropriétaires ou des copropriétés

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Prêt PASS-FONCIER Clauses-types de l offre de prêt

Prêt PASS-FONCIER Clauses-types de l offre de prêt UESL mise à jour avril 2010 Prêt PASS-FONCIER Clauses-types de l offre de prêt CLAUSES A INSERER OBLIGATOIREMENT DANS LES CONDITIONS PARTICULIERES DE L OFFRE DE PRET Identification du logement Préciser

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail