Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut BLOIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS"

Transcription

1 Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut BLOIS 1

2 INTRODUCTION Rappel sur l organisation temporelle du diocèse de Blois. L évêque est le seul administrateur du diocèse. L évêque prend des décisions, après consultation des conseils : épiscopal, presbytéral, collège des consulteurs et conseil diocésain pour les affaires économiques. Il donne délégation à l économe diocésain pour la gestion au quotidien du diocèse, dans les domaines économique, juridique, administratif et financier, et au curé pour la paroisse confiée. Le curé est l administrateur de la paroisse; il agit après consultation de ses conseils (pastoral et économique). Il peut déléguer tout ou une partie de ses pouvoirs, au plan économique, au trésorier de la paroisse (commandes, contrôle des factures, règlement par chèques ), mais le curé demeure le décideur. L économe diocésain met en oeuvre les décisions de l évêque relatif au Temporel, et administre le diocèse au quotidien. Il se met au service des paroisses et des services pour les aider dans leur gestion du Temporel. SOMMAIRE I. Les procédures A. Pourquoi des procédures? B. Les principes généraux II. Fonctionnement d une paroisse A. L organisation d une paroisse B. Les dépenses C. Le traitement des recettes D. L informatisation E. Le plan comptable F. Les paies G. Les amortissements H. La clôture des comptes I. Procédures diverses CONTACTS M. Jean-Pierre Lejard (Économe diocésain) Tél. : / Courriel : M. David Bigot (Comptable) Tél. : / Courriel : 2

3 I. Les procédures. A. Pourquoi des procédures? La mise en place de procédures juridiques et comptables a pour objectif de rendre plus fiable les comptes annuels : La réalité des enregistrements comptables (tout ce qui est enregistré correspond à des évènements qui ont eu lieu). L exhaustivité des enregistrements comptables (tout ce qui s est passé est enregistré, il ne manque rien), en particulier les procédures permettent de respecter le principe de séparation des exercices. Pour répondre aux obligations du commissaire aux comptes, il est nécessaire de mettre en place des méthodes communes à toutes les entités : paroisses, doyennés, services, etc. Au-delà de ces obligations, l application de ces procédures doit permettre une simplification de l organisation. B. Les principes généraux. En termes de procédures, certaines règles simples doivent être respectées. 1. Les pièces justificatives. La procédure s appuie sur des documents, c est pourquoi toute dépense, doit faire l objet d une pièce justificative. Une facture du fournisseur mentionnant la date, la nature et le montant de l achat. Un ticket de caisse avec l identification du magasin, la date, la nature et le montant de l achat. Une demande de remboursement de frais justifiée et signée par le demandeur. Ces pièces justificatives devront faire l objet d un classement et d un archivage rigoureux. Voir fiche n 1 «Classement et conservation des documents» pour vous aider dans l archivage des pièces justificatives. 2. La séparation des tâches. La séparation des tâches permet d assurer le contrôle interne. Ce contrôle peut être défini comme l ensemble des procédures mises en œuvre pour assurer une bonne et saine gestion. Cette séparation des tâches est notamment essentielle dans les fonctions d ordonnateur (celui qui décide) des dépenses, de comptable (celui qui enregistre les événements), de trésorier (celui qui est responsable du patrimoine) et de contrôle (celui qui procède à la vérification de l exactitude). 3

4 3. le principe d indépendance des exercices comptables. Afin de respecter le principe d indépendance des exercices, il convient de rattacher à chaque exercice les charges et produits qui les concernent effectivement et ceux-là seulement. Voir fiche n 2 «ajustements des charges et des produits à la clôture d un exercice» pour vous aider. II. Fonctionnement d une paroisse A. L organisation d une paroisse : Les fonctions administratives d une paroisse ou d une entité diocésaine peuvent être analysées de la façon suivante : 1. La fonction de direction : le curé de la paroisse. Le décideur est généralement le curé et/ou l administrateur. Mais celui-ci peut décider de déléguer certaines fonctions de décisions, notamment sur une partie des achats ou des dépenses à engager. 2. La fonction de détention et de protection du patrimoine Ce sont les membres du conseil économique de la paroisse qui veillent à la protection du patrimoine immobilier géré par la paroisse. 3. La fonction d enregistrement Le comptable (le plus souvent bénévole) veille à l exhaustivité des enregistrements comptables, et à leur réalité. Parfois cette tâche est réalisée par un(e) secrétaire salarié(e). 4. La fonction de contrôle Il y a un double contrôle. D une part les responsables de la paroisse exercent un autocontrôle de leur propre activité et d autre part l économat diocésain fait un contrôle formel de la comptabilité lors de la révision annuelle des comptes. Il convient de dissocier le comptable et/ou le trésorier qui doivent, dans l idéal, être distincts du décideur. B. Les dépenses. 1. Qui peut décider de la dépense? Pour répondre à cette question il faut tout d abord distinguer les dépenses incontournables et les autres dépenses d un montant plus important. a) Les dépenses de fonctionnement (EDF, GDF, eau, téléphone, impôts, hosties, bougies, ordinateur, etc. ). Ces dépenses ne nécessitent pas d accord particulier, le curé de la paroisse décide seul. b) Les «autres dépenses» (gros travaux, achat dont le montant représente un engagement important pour la paroisse). Pour ces dépenses il est toujours possible, après consultation du conseil économique de la paroisse, de prendre conseil auprès de l économat diocésain. 4

5 2. La gestion des factures ou justificatifs de frais. Chaque facture sera contrôlée par le curé ou la personne habilitée à engager la dépense (ordonnateur). Il visera le document et donnera le «bon à payer». Le trésorier (comptable) apposera la date de réception, le compte d imputation ainsi que le numéro d arrivée de façon à simplifier le classement et l archivage. A réception des factures, un numéro de classement doit être déterminé et apposé sur la facture par le comptable. Ce numéro sera porté dans les écritures comptables pour faciliter la recherche ultérieure de documents. En outre les factures seront classées chaque année dans un ordre chronologique correspondant aux numéros de classement. Toutefois des aménagements sont possibles pour s adapter aux circonstances locales. 3. Le paiement. Le paiement des factures se fait principalement par chèque et/ou virement bancaire. Sur chaque talon de chèque doit être apposé le numéro de facture correspondant, le nom du destinataire du chèque, la date de règlement et le montant. Les paiements par espèce sont déconseillés car source d erreurs et ne permettent pas un contrôle aussi strict. 1. Principe. C. Le traitement des «recettes». La plupart des quêtes du dimanche restent la propriété de la paroisse et servent à couvrir les dépenses (chauffage, personnel, entretien, activités, ). Certain dimanche, la quête est réservée à un emploi spécial : partage avec d autres Eglises, œuvres caritatives, solidarité diocésaine, séminaires, etc. Ces quêtes qui ne reviennent pas à la paroisse sont appelées les quêtes impérées. Les quêtes impérées sont envoyées à la curie diocésaine selon les modalités décrites ci-après. 2. comptabilisation des quêtes. L argent en espèce recueilli à l occasion de chaque célébration doit être obligatoirement (même si l on sait que cette règle est parfois difficile à tenir) compté par deux personnes qui devront noter sur un cahier le jour, la nature de la recette et le montant récolté. Il convient de mettre en place, en fonction des contingences locales, une procédure stricte qui sécurisera l opération et limitera ainsi les pertes et/ou les erreurs. L argent en caisse ne doit pas être d un montant trop important (200 à 250 euros maximum), une remise en banque doit être faite régulièrement. Pour chaque dépôt en banque le bordereau détaillé doit correspondre au montant déposé, en aucun cas il n est possible de pratiquer un échange entre un chèque personnel et des espèces recueillis des quêtes. 5

6 On remet systématiquement, l intégralité des recettes à la banque (casuels, quêtes, dons). Les remises d espèces ou de chèques à l encaissement et les bordereaux de virement sont classées avec les relevés de compte bancaire. Les carnets de chèques sont classés par ordre chronologique de date. 3. Les quêtes impérées Ces quêtes sont, par le biais d un bordereau trimestriel (à disposition en fin d annuaire diocésain et en libre téléchargement sur le site diocésain dans les pages «économat»), envoyées à la curie diocésaine qui transmet ensuite l intégralité de ces sommes aux œuvres destinataires. Elles sont comptabilisées dans le compte : quêtes impérées. 4. Le denier Le denier est la ressource principale du diocèse. Il sert autant à la curie diocésaine qu aux paroisses. Localement le curé doit veiller avec son conseil économique à soutenir la campagne et les relances de collectes organisées par le diocèse. Les chèques reçus, établis au nom de «l Association diocésaine de Blois», doivent être adressés rapidement (sans attendre la fin du trimestre) à la curie diocésaine afin d accélérer l encaissement. Pour donner droit à un reçu les dons doivent être effectués à l ordre de «l Association diocésaine» seule habilitée à délivrer des reçus. A priori il n est plus possible de délivrer de reçu pour un don en espèce transmis par la paroisse en chèque. Cette méthode est donc à proscrire, il faut privilégier les dons directs à l association diocésaine en chèque, à titre exceptionnel en espèces. A la fin de chaque année, l association diocésaine communique aux paroisses la liste des dons aux curés et/ou administrateurs. 5. Le casuel et la contribution des paroisses au budget du diocèse Ce sont les offrandes faites à l occasion des baptêmes, des mariages et des sépultures. Quant aux honoraires, lors des cérémonies de mariage ou de sépulture, quand l Eucharistie est célébrée, le maximum proposé sera de 160 en Ce montant est révisé par la Conférence des Evêques de France. Sur ces 160, 48 * sont à enregistrer dans un compte de tiers (compte Taxe sur le casuel) en attente d un reversement à la curie diocésaine via le bordereau trimestriel. *(en fait 36 en 2010 et 48 en 2011) Il est impératif que les comptes «quêtes impérées» et le compte «taxe sur le casuel», correspondent exactement à ce qui va être versé au diocèse. On peut pour cela utiliser le compte «divers à payer» et le compte «divers à recevoir» 6

7 Le 31 décembre 2008, Mgr de Germiny a signé un décret qui réforme la contribution des paroisses au budget du diocèse. Cette contribution en dehors du reversement des quêtes impérées et de la taxe sur le casuel, est constituée de deux blocs : le prélèvement de 10% de la totalité des quêtes N-1 et le prélèvement de 2.50% du solde de trésorerie paroissiale au 31/12/N-1. Cette contribution sera progressive dans sa mise en œuvre (75% en 2010 et 100% en 2011) Voir fiche n 3 «contribution des paroisses au budget du diocèse» pour vous aider. 6. Les offrandes de messes et honoraires. Ces offrandes sont données par les familles à l occasion de messes célébrées pour un défunt de l un des membres de leur famille, ou une autre intention. Elles ne rentrent pas dans la comptabilité de la paroisse. Le prêtre n a droit qu à un seul honoraire par jour. S il célèbre deux messes le même jour, il verse à la caisse diocésaine ce deuxième honoraire, appelé «binage». Le montant des honoraires de messes est fixé par les évêques de France. Il est de 16 en 2010 Les offrandes de messes à célébrer doivent être inscrites sur un registre spécial avec la mention de l intention. Les paroisses qui recueillent des offrandes de messes en nombre trop important sont invitées à les transmettre au secrétariat de l Evêché afin qu elles soient confiées à des prêtres qui en manquent. Cependant si un prêtre n a pas suffisamment d honoraire de messes, la paroisse peut prendre un voire deux honoraires sur les quêtes obsèques*. Mais elle ne peut pas prendre d honoraire sur le casuel, ni «créer d honoraires» à partir de la trésorerie (pour qu il y ait honoraire, il faut qu il y ait intention!!) *(sur cette question, se reporter à la circulaire diocésaine n 10/2009) D. L informatisation de la comptabilité Depuis 2000 l économat diocésain a fortement incité les paroisses et/ou services à utiliser un logiciel qu il a mis à leur disposition «comptabilité paroisse» (recommandé par la Conférence des Evêques de France). Il permet de tenir de façon très simple la comptabilité d une paroisse. Cette informatisation est indispensable dans le processus d addition des comptes d un diocèse, toutes les comptabilités devront utiliser ce logiciel. E. Le plan comptable Afin d harmoniser les pratiques et d utiliser une terminologie commune, le plan comptable recommandé par la Conférence des évêques de France est l outil de base. F. Les paies. L Economat diocésain reste à disposition des paroisses pour leur procurer une «assistance-paie» soit pour des conseils (Voir fiche n 4 «modèle de la comptabilisation de la paie») soit pour la prise en charge complète. C est notamment l économat qui indique l évolution de la valeur de l indice pour le calcul des paies. 7

8 G. Les amortissements Au 31 décembre, les paroisses doivent passer dans leur comptabilité l amortissement de leur immobilisation. Dans un souci d homogénéité des comptes de l association diocésaine, les règles de calcul des amortissements doivent les mêmes pour toutes les paroisses et les services. Un tableau des immobilisations doit être établi dans chaque paroisse. La multiplication des comptes comptables pour détailler les immobilisations est à proscrire car cela est source d erreurs et de complications inutiles. Il est préférable de détailler les tableaux d amortissements. Voir fiche n 5 «immobilisation et amortissement» pour vous aider. H. La clôture des comptes La paroisse doit s assurer, avant de transmettre sa comptabilité à la curie diocésaine pour clôture, que : Les comptes (VIREMENTS INTERNES) et (COMPTE D ATTENTE) sont soldés. Le compte caisse n est pas créditeur. Les comptes d immobilisation sont à jour des dernières acquisitions et que les dotations aux amortissements ont bien été enregistrées. L intégralité de ce qui a été collecté (prévu de collecter) a bien été reversé au diocèse via les bordereaux. Au 31 décembre vous devez envoyer au service comptable de la curie diocésaine : Le relevé bancaire faisant apparaître le solde au 31 décembre. L état de rapprochement bancaire au 31 décembre (Attention sur l exercice suivant, les sommes «rapprochées» ne doivent pas être comptabilisées de nouveau). Le justificatif du solde de caisse : état détaillé des espèces détenues au 31 décembre signé par le trésorier et le curé. Le tableau d amortissement de vos immobilisations, ou si ce tableau est fait par le service de l économat, un état faisant apparaître le matériel acquis dans l année et ainsi que celui mis au rebut. Rappel : Après avoir réajusté votre solde bancaire par le biais de «l état de rapprochement» il est indispensable de comptabiliser les factures ou les sommes dues concernant l exercice en cours mais qui seront payées après le 31 décembre. Pour parvenir à ce résultat il suffit d enregistrer via un journal d opérations diverses : - Les charges au débit, équilibrées par le crédit du compte Les produits au crédit, équilibrés par le débit du compte Attention sur l exercice suivant les comptes de charges et de produits ne doivent pas être réutilisés. Voir fiche n 2 «ajustement des charges et des produits à la clôture d exercice» & fiche n 6 «le rapprochement bancaire & pointage» 8

9 1. Divers mouvements curie-paroisses I. Procédures diverses. Assurances et taxes foncières Les paroisses remboursent le montant de toutes les assurances et le montant des taxes foncières par le débit d un compte de charges. La curie enregistre sur un compte de classe 4 les montants à recouvrer des paroisses et crédite le même compte lors du règlement. 2. les frais de déplacements les frais de déplacements salarié ou bénévole Dans le cadre des activités diocésaines un salarié ou un bénévole peut être amené à se faire rembourser des frais. Ces frais ne constituent pas une rémunération dans la mesure où ils sont remboursés à l'euro près, sur justificatif. Les remboursements forfaitaires sont à proscrire. L'économat diocésain met à disposition un modèle de fiche de remboursement ainsi que les modalités de remboursement, en libre accès sur la page «économat» du site diocésain. les frais de déplacements des prêtres Le principe veut qu un prêtre qui rend ponctuellement un service (mariage, baptême, obsèques ) soit dédommagé forfaitairement (Décret Cuminal). En revanche, si ce dernier est régulièrement amener à effectuer ce service, alors il est dédommagé par des honoraires de messes et un remboursement des frais kilométriques. L indemnité des frais kilométrique est réactualisée chaque année par l économat. 3. le cahier de caisse. Le cahier de caisse doit récapituler la totalité des recettes et des dépenses. Les compensations ne sont pas possibles. Il doit bien mentionner les dépôts en banque. Un solde quotidien doit être tenu à jour, avec inventaire physique à l appui. La tenue d un cahier de caisse semble indispensable, cependant à titre tout à fait exceptionnel, il est possible de ne pas tenir de caisse. Voir la fiche n 7 «le cahier de caisse» 4. Club d achat : le Cèdre. L'Association diocésaine a adhéré au groupement d'achat Le Cèdre, de ce fait chaque paroisse bénéficie de tarifs préférentiels, sur plusieurs marchés (les fournitures et mobiliers de bureau, les opérateurs téléphoniques et d accès Internet, etc. ). C est pourquoi, il est conseillé de faire appel, de préférence, aux fournisseurs référencés par le Cèdre. 9

10 Sommaire détaillé I. Les procédures page 03 A. Pourquoi des procédures? page 03 B. Les principes généraux page 03 1.Les pièces justificatives. page 03 2.La séparation des tâches page 03 3.Le principe d indépendance des exercices comptables page 04 II. Fonctionnement d une paroisse page 04 A. L organisation d une paroisse page 04 1.La fonction de direction page 04 2.La fonction de détention & de protection du patrimoine page 04 3.La fonction d enregistrement page 04 4.La fonction de contrôle page 04 B. Les dépenses page 04 1.Qui peut décider de la dépense? page 04 a) La dépense de fonctionnement page 04 b) Les autres dépenses page 04 2.La gestion des factures ou justificatifs de frais page 05 3.Le paiement page 05 C. Le traitement des recettes page 05 1.Principe page 05 2.Comptabilisation des quêtes page 05 3.Les quêtes impérées page 06 4.Le denier page 06 5.Le casuel et la contribution des paroisses au budget du diocèse page 06 6.Les offrandes de messes et honoraires page 07 D. L informatisation page 07 E. Le plan comptable page 07 F. Les paies page 08 G. Les amortissements page 08 H. La clôture des comptes page 08 I. Procédures diverses page 09 1.Divers mouvements Curie-Paroisse page 09 2.Les frais de déplacement page 09 3.Le cahier de caisse page 09 4.Club d achat : «Le Cèdre» page 10 10

Nature. Gestion et précautions indispensables. Précautions indispensables

Nature. Gestion et précautions indispensables. Précautions indispensables Nature «La fabrique d église et la mense curiale sont deux établissements ecclésiastiques distincts, ayant chacun la personnalité juridique en tant qu établissement public du culte» (guide administratif

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Campagne DENIER 2015 Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Edition janvier 2015 Sommaire Page 3 - Denier de l Eglise Bilan 2014/Campagne 2015 Page 4 - Evolutions de la collecte du Denier

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

Travaux pratiques : Les dépenses de Véronique

Travaux pratiques : Les dépenses de Véronique Travaux pratiques : Les dépenses de Véronique Patrice MARIE À travers l histoire de Véronique, nous allons voir comment il convient de gérer un cabinet médical : Le livre-journal Les rapprochements bancaires

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

Les bases de la comptabilité (2)

Les bases de la comptabilité (2) 28 octobre 2009 Les bases de la comptabilité (2) Notions de débit et de crédit Les écritures comptables sont passées selon le système dit "en partie double". Dans ce système, tout mouvement ou variation

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES 1 LES AVANCES POUR MENUES DEPENSES 2 COMPTE 548 : AVANCES POUR MENUES DEPENSES fonctionne comme un compte de régie avances qui ne peuvent excéder 300 Euro fixées par

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation.

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 16 février 2015 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SPP/MP Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification

Plus en détail

MGV5.0-2007 - Location immobilière est un produit de la société

MGV5.0-2007 - Location immobilière est un produit de la société SOMMAIRE Introduction A qui s adresse ce Manuel? Quels sont les avantages de la session gérance? Comment utiliser ce manuel? Chapitre I - interface A / organisation de votre espace de travail B / Choix

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Compte général de l État pour 2008

Compte général de l État pour 2008 Compte général de l État pour 2008 166e Cahier de la Cour des comptes Complément 3 Compte de la Trésorerie Compte des variations du patrimoine Compte synthétique des opérations de l État COMPTE GÉNÉRAL

Plus en détail

SAVEZ-VOUS COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE? VOICI QUELQUES RECOMMANDATIONS!

SAVEZ-VOUS COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE? VOICI QUELQUES RECOMMANDATIONS! VOUS ETES INFIRMIER(E) ADHERENT(E) A L AGAPI VOUS AVEZ SOUSCRIT AU SERVICE POSTE-AGAPE En tant qu infirmier(e) libéral(e), vous êtes dans l obligation de tenir une comptabilité, La comptabilité n est pas

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Clôture des comptes de la coopérative scolaire OCCE Liste des opérations à effectuer

Clôture des comptes de la coopérative scolaire OCCE Liste des opérations à effectuer Clôture des comptes de la coopérative scolaire OCCE Liste des opérations à effectuer I - Comptes établis avec le cahier de comptabilité 1. Calculer la situation générale (colonne 14). 2. Totaliser les

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET COMPTABLE : PROCEDURES A L USAGE DU CREATEUR D ENTREPRISE

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET COMPTABLE : PROCEDURES A L USAGE DU CREATEUR D ENTREPRISE ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET COMPTABLE : PROCEDURES A L USAGE DU CREATEUR D ENTREPRISE Guide réalisé et mis à disposition par le Comité Création du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Terminer sa Comptabilité 2014 sur ALBUS (avec élégance!)

Terminer sa Comptabilité 2014 sur ALBUS (avec élégance!) Terminer sa Comptabilité 2014 sur ALBUS (avec élégance!) Ce document a pour but de vous aider à finaliser votre comptabilité si celle-ci est tenue avec Albus. Armez-vous d'un peu de patience et de courage,

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale DUT GEA, 1 ème année, 2006-2007 M711 - Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier Dans cette FICHE PRATIQUE, retrouvez : 1. Les bonnes règles du classement des documents papier 2. Les bonnes règles du classement informatique 3. Les durées légales d archivage 1 - Les bonnes règles du

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement..

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement.. LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES Objectif(s) : o Traitements comptables des opérations relatives aux: paiements de dettes, encaissements de créances. Pré-requis : o Connaissance des documents relatifs

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Ville de PONTAULT-COMBAULT

Ville de PONTAULT-COMBAULT Ville de PONTAULT-COMBAULT DEMANDE DE SUBVENTION - EXERCICE 2012-1 - Identification de l'association : Dénomination : Forme juridique : N d'enregistrement en Préfecture : N d'agrémént D.D.J.S. : Adresse

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget?

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? Sommaire 1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? 3. Quels outils? 4. Quelle fiscalité? 5. Quels documents conserver? Introduction

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Introduction à la gestion

Introduction à la gestion Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise dans le cadre de son activité.

Plus en détail

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Le collège du Conseil du Marché Financier, Vu la loi

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 1 Le règlement de copropriété Le règlement de copropriété est avant tout un contrat interne, dont les copropriétaires sont les parties contractantes.

Plus en détail

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 36 rue de Paris BP 162 97464 Saint-Denis Cedex Tél. : 0 262 90 78 52 Fax : 0 262 90 78 53 Association Territoriale Siret : 317 194 777 00031 Code APE : 8559B

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de. (nom de la paroisse + lieu)

Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de. (nom de la paroisse + lieu) Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de (nom de la paroisse + lieu) Toute désignation de personne ou de fonction dans les présents statuts vise indifféremment un homme ou une femme.

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 Fonds de la mairie de Fort-de-France Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Comptabilité financière SAP ERP version ECC 6

Comptabilité financière SAP ERP version ECC 6 Démarrer avec le progiciel SAP ECC Introduction 5 Présentation générale 5 Exécuter le progiciel SAP 6 Définir la structure organisationnelle Introduction 53 Entités organisationnelles de la comptabilité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Les fonctionnalités détaillées

Les fonctionnalités détaillées Les fonctionnalités détaillées Les éléments de base La T.V.A. On peut définir un nombre illimité de TVA. Une TVA est définie par un code et un taux. On peut donc facilement changer le taux de TVA des éléments

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES NOM DE L'EXPERT-COMPTABLE...

NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES NOM DE L'EXPERT-COMPTABLE... 16 rue Fénelon 69006 Lyon (Tél) 04.78.65.97.51 (Fax) 04.72.74.97.34 (E-mail) bordereau@aga-ps.com (Web) www.aga-ps.com NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS

Plus en détail

La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale»

La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale» La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale» AGAFRANCE 194 Avenue Nina Simone CS 96008 34060 MONTPELLIER Cédex 2 Tél. 04 99 53 22 50 E-mail : contact@aga-france.fr Sommaire Page 2 : Présentation matérielle

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

Vérifier, en un regard, la nature des flux de la caisse et donc éviter les pertes, les abus ou les vols éventuels.

Vérifier, en un regard, la nature des flux de la caisse et donc éviter les pertes, les abus ou les vols éventuels. DÉFINITION LA CAISSE CAISSE : espèces que l entreprise détient. FONDS DE CAISSE : liquidité permettant de rendre la monnaie à l acheteur lors d une vente de produits/services. GESTION DE LA CAISSE : comptabilité

Plus en détail

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT INC document FICHE PRATIQUE J255/ 03-09 COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT Chaque année, les copropriétaires votent un budget de fonctionnement pour les dépenses courantes et éventuellement des travaux

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale GdsCompta Logiciel de comptabilité générale CARACTERISTIQUES Logiciel sous Windows Fonctionne sous Windows XP, Vista, 7 et 8 Multi-dossier De la saisie des écritures au bilan, une comptabilité complète.

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE Entre les parties soussignées : A.1. L association des copropriétaires de la résidence inscrite à la BCE sous le n dont le siège est situé Ici représentée par agissant

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales N SIRET : 314 136 250 000 29 16 rue Fénelon 69006 Lyon (Tél) 04.78.65.97.51 (Fax) 04.72.74.97.34 (E-mail) aga-ps@wanadoo.fr

Plus en détail

Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF).

Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF). Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF). Ces produits sont commercialisés auprès de la clientèle de la Caisse des

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE

STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE L ouverture et la bonne tenue d un compte bancaire strictement professionnel constituent le préalable indispensable à une saine gestion

Plus en détail

Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets»

Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets» Guide de gestion des dépenses sur la mesure «appui aux microprojets» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social européen et la Région Ile-de-France Sommaire I) Dépenses éligibles

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES QUESTIONS / REPONSES Peut-on tout acheter avec un crédit personnel? Oui, dans la mesure où le montant du crédit correspond à votre besoin. Jusqu à 75000 maximum, votre prêt personnel peut répondre à tous

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1ère demande Renouvellement 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION Nom de votre association :... Sigle:...

Plus en détail

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Depuis le décret du 10 avril 1954, modifié par le décret du 30 novembre 1956,

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

Guide Pratique du Trésorier CE

Guide Pratique du Trésorier CE Guide Pratique du Trésorier CE Gratuit : votre extrait d, ouvrage commenté Madame, Monsieur, Vous tenez entre les mains votre extrait gratuit de l ouvrage "Guide Pratique du Trésorier CE" des Éditions

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Le compte financier 2009

Le compte financier 2009 Le compte financier 2009 Référence : - Message Rconseil n 2009-436 - La lettre aux recteurs DAFA3/08-104 du 18 novembre 2008 Un certain nombre de contrôle bloquant ont été introduit dans GFC 2009 confer

Plus en détail

Fiche de Procedure FIN - REC - 05.01

Fiche de Procedure FIN - REC - 05.01 Fiche de Procedure Carte d identité Référencement Intitulé du processus Pilote du processus Procédure de Traitement de la Taxe d'apprentissage - Application SIFAC FIN - REC - 05.01 Département de l'animation

Plus en détail