LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998"

Transcription

1 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 La construction neuve de logements s est de nouveau inscrite en baisse en 1997 ( 1,3 % en volume), mais dans des proportions moindres qu en 1996 ( 4,7 %). Le logement individuel et le logement collectif ont continué d évoluer de manière divergente : les mises en chantier de maisons individuelles ont poursuivi leur progression, tandis que celles d appartements ont enregistré un nouveau recul. Toutefois, une reprise des autorisations de construire est intervenue en fin d année, sous les effets conjugués d une accélération des financements des organismes publics et d un léger accroissement des projets des promoteurs. Le contexte économique et financier a, en effet, été favorable à plusieurs égards : taux d intérêt réduits ; prix attractifs des biens immobiliers ; efficacité des dispositifs d aide à l accession (prêt à taux zéro PTZ et amortissement fiscal de l investissement locatif), qui ont notamment permis un accroissement significatif des ventes de logements neufs, dont les stocks et les délais de commercialisation sont revenus à des niveaux très bas. En 1998, la production de logements neufs devrait se stabiliser, voire connaître une légère augmentation. Cependant, subsistent des interrogations sur l effet de modifications des dispositifs juridiques et financiers : sortie de l amortissement fiscal de l investissement locatif et réduction du champ d application du PTZ. BRUNO RIZZARDO Direction de la Conjoncture Pôle logement BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL

2 1. La construction neuve de logements (bilan national et régional) Selon le ministère de l Équipement, le bilan annuel de la construction neuve de logements a de nouveau été négatif en 1997, bien que dans des proportions moindres qu en 1996 ( 1,3 % en volume, après 4,7 % en 1996). Le logement individuel et le logement collectif ont continué d évoluer de manière divergente : les mises en chantier de maisons individuelles ont poursuivi leur progression, tandis que celles d appartements ont enregistré un nouveau recul. Mais, en fin d année, s est manifesté un mouvement de reprise des autorisations de construire, sous les effets conjugués d une accélération des financements des organismes publics et d un léger accroissement des projets des promoteurs. Le contexte économique et financier s est révélé favorable à plusieurs égards : taux d intérêt réduits, prix attractifs des biens immobiliers, efficacité des dispositifs d aide à l accession (prêt à taux zéro et amortissement fiscal de l investissement locatif), qui ont notamment permis un accroissement significatif des ventes de logements neufs, dont les stocks et les délais de commercialisation sont revenus à des niveaux très bas. Selon le ministère de l Équipement, sur l ensemble de l année 1997, logements ont été commencés, ce qui correspond à une diminution de 0,8 % par rapport à 1996 ( logements). Comme l année précédente, cette baisse est imputable au logement collectif ( 5,9 %), dont le recul a cependant été en grande partie compensé par la progression des mises en chantier de maisons individuelles (+ 3,4 %). La tendance, qui s est nettement redressée au deuxième trimestre, a, par la suite, été plus hésitante. Comparés aux périodes correspondantes de l année précédente, les deuxième et quatrième trimestres ont marqué une progression (respectivement + 8,2 % et + 1,5 %), alors que le troisième trimestre s est inscrit en repli ( 4,4 %). Sur douze mois glissants, les résultats ont fait apparaître une diminution de 4,2 % fin décembre 1996, qui est revenue à 3,7 % fin mars 1997, puis, pratiquement, une stabilité les trois trimestres suivants ( 0,1 % fin juin 1997, 1,1 % fin septembre et 0,8 % fin décembre). Cette amélioration est la conséquence d un redressement relatif des autorisations de mises en chantier constaté au second semestre de MISES EN CHANTIER DE LOGEMENTS en unités Individuel Collectif Source : Ministère de l Équipement Réalisation : Direction de la Conjoncture Pôle logement Mise à jour le 16 mars BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL 1998

3 L évolution des mises en chantier par région a été contrastée. D une manière générale, on peut observer que beaucoup de régions en progression en 1996 ont connu un repli en 1997 et inversement. Ainsi, neuf régions ont enregistré une baisse en 1997, après avoir bénéficié d une reprise en 1996 (Bretagne, Languedoc-Roussillon, Limousin, Franche-Comté, Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Nord Pas-de-Calais et surtout Basse-Normandie, où le recul a été très prononcé) ; en revanche, neuf régions ont enregistré un rebond, après une année 1996 marquée par un repli (Pays de la Loire, Poitou- Charentes, Aquitaine, Rhône-Alpes, Auvergne, Centre, et surtout Midi-Pyrénées, Picardie et Bourgogne, où le retournement de tendance a été prononcé). Seules la Haute-Normandie et la Corse ont été orientées à la hausse sur les deux exercices consécutifs, tandis que le repli constaté en Île-de-France, bien que ralenti, s est poursuivi et que celui observé en Provence-Alpes-Côte d Azur (PACA) s est aggravé. S agissant des autorisations de mises en chantier, le bilan annuel au niveau national ( 1,0 % par rapport à 1996, avec unités, contre en 1996) doit être tempéré par le constat d une tendance en amélioration régulière : à un an d intervalle, la baisse, qui atteignait 7,7 % au premier trimestre, s est réduite à 2,6 % au deuxième, puis a cédé la place à une hausse significative aux troisième et quatrième trimestres (respectivement + 3,1 % et + 3,0 %). Là aussi, la tendance négative est imputable au logement collectif, même si un redressement continu est intervenu depuis le milieu de 1997 pour cette dernière catégorie de logements. Tout comme pour les mises en chantiers, les évolutions régionales des autorisations ont été assez contrastées (10 régions affichant une hausse, 12 un tassement ou une baisse). Les croissances les plus élevées ont été enregistrées en Haute-Normandie, en Bourgogne et en Auvergne. Sur l ensemble de la façade sud de la France, de l Aquitaine à PACA, les résultats se sont inscrits en hausse, ainsi qu en Pays de la Loire, Champagne-Ardenne et Franche-Comté. 2. La construction neuve de logements (bilan sectoriel) 2.1. La construction de logements individuels Selon les statistiques du ministère de l Équipement, le bilan annuel des mises en chantier de maisons individuelles a été positif pour le deuxième exercice consécutif (+ 3,4 %, après + 4,4 % en 1996). En progression de unités, la production totale a atteint logements. Le rythme de hausse a plafonné en milieu d année, puis a légèrement décéléré. Le marché a continué d évoluer dans un contexte porteur : bas taux d intérêt des prêts immobiliers, dispositif de soutien (PTZ), prix attractifs qui ont resolvabilisé un nombre important de ménages candidats à l accession à la propriété. La distribution de PTZ est apparue très élevée (environ prêts accordés et plus de 10 milliards de francs mis en force pour des opérations dans le neuf). Après la hausse significative et régulière enregistrée en 1996 (+ 10,8 %), les autorisations de mises en chantier de maisons individuelles ont continué de progresser, mais à un rythme moins soutenu (+ 2,3 %), le tassement étant surtout perceptible en fin d année Le secteur diffus Le marché est resté bien orienté, même si la croissance a été plus faible qu en Les constructions réalisées sont majoritairement restées dans une fourchette de prix assez basse. La limitation des conditions d octroi du PTZ aux primo-accédants à partir du 1 er octobre 1997 n a pas eu de retombées significatives au quatrième trimestre. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL

4 La construction de programmes groupés La construction de programmes groupés s est inscrite en hausse par rapport à Le secteur a bénéficié du dispositif d amortissement fiscal de l investissement locatif, qui a été à l origine d une proportion importante des commercialisations enregistrées par les promoteurs La construction de logements collectifs Selon les statistiques du ministère de l Équipement, le bilan annuel des mises en chantier de logements collectifs a de nouveau été négatif en 1997 ( 5,9 %, après 12,4 % en 1996). La baisse a représenté logements, ramenant le total des réalisations à unités. Toutefois, le rythme des constructions s est accéléré en fin d année jusqu à devenir légèrement positif sur trois mois glissants à fin décembre (+ 0,3 %). Par ailleurs, malgré une diminution sur l ensemble de l année par rapport à 1996 ( 5,2 %), un redressement du nombre des autorisations s est progressivement esquissé en cours d exercice et notamment au second semestre, une nette augmentation étant affichée au quatrième trimestre 1997 par rapport à la période correspondante de 1996 (+ 8,1 %) La construction d immeubles locatifs Le secteur a continué de rencontrer des difficultés de montage financier pour ses nouvelles opérations. À la réforme du système de subvention des prêts locatifs aidés (PLA) intervenue fin 1996, s est ajouté le coût élevé du foncier et la ponction opérée sur les ressources du 1 % patronal pour financer le PTZ. Il en est notamment résulté un renchérissement des prix de revient des constructions et, par conséquent, des loyers dits «de sortie», ce qui a renforcé les difficultés rencontrées par les organismes HLM face à la solvabilité limitée d une partie de leurs locataires potentiels. Même si la globalité de la dotation n a pas été utilisée, une accélération de la consommation des crédits aidés a été observée en fin d année après le ralentissement intervenu au cours des trois premiers trimestres et, au total, un peu moins de logements PLA ont été financés, soit un nombre équivalent à celui de La construction d immeubles destinés à l accession à la propriété L envergure de la reprise dans la promotion privée a été limitée. Dans un premier temps, a été privilégiée la résorption des stocks. La rareté et la cherté du foncier dans de nombreuses agglomérations ont généré un attentisme des professionnels. 3. La commercialisation et les prix des logements neufs Le redressement global des ventes enregistré en 1996 s est confirmé en 1997 (+ 11,0 %) et le marché s est considérablement assaini. En l absence de reprise importante de la construction et malgré l augmentation des mises en vente chez les promoteurs, les stocks ont fortement diminué et les délais d écoulement ont été ramenés à des durées très courtes. L amortissement fiscal de l investissement locatif a attiré sur ce marché un nombre important de ménages investisseurs et entre 40 % et 50 % des ventes auraient été réalisées dans le cadre de ce dispositif, dont le succès s est étendu à la maison individuelle. Selon la Fédération nationale des promoteurs-constructeurs, logements collectifs neufs auraient bénéficié du dispositif «Périssol», contre qui auraient eu recours au dispositif «Quilès-Méhaignerie», dont la période de validité s arrêtait fin Les prix, qui globalement se sont légèrement raffermis, ont été très variables en fonction du lieu d implantation (proximité des services), de la surface et des caractéristiques propres à chaque appartement (exposition à des nuisances). Les exigences de départ des vendeurs ont été réalistes ; les écarts constatés entre les prix affichés et les prix des transactions ont été faibles. 158 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL 1998

5 3.1. La maison individuelle Après une année 1996 atone, les ventes de maisons individuelles ont nettement augmenté en 1997 (+ 18,4 %), jusqu à atteindre unités. La tendance a été assez irrégulière et a enregistré son maximum au troisième trimestre. Ce sont les ventes de maisons de 4 pièces, 5 pièces et plus qui sont à l origine de cette amélioration ; les logements de moins de 4 pièces ont connu, au contraire, une diminution, leur part de marché revenant de 33,0 % en 1996 à 27,3 % en Parallèlement, les mises en vente ont, elles aussi, fortement progressé (+ 12,2 %, avec unités). Là encore, les offres ont principalement concerné des maisons de 4 pièces et plus ; celles de moins de 4 pièces ont même régressé significativement, leur part de marché tombant à 24,1 %, contre 32,4 % en Une baisse des stocks est intervenue tout au long de l année ( 13,5 % au total), les ramenant à unités, contre unités fin Le délai d écoulement moyen s est établi à huit mois, contre onze mois en 1996, revenant même à sept mois au quatrième trimestre Ce contexte porteur a permis un affermissement des prix, qui ont affiché une hausse moyenne de 3,9 % sur l année, grâce à une forte reprise au dernier trimestre (due en partie à l augmentation moyenne des surfaces mises en vente), qui a succédé au tassement observé durant le reste de l année Le logement collectif La hausse des ventes enregistrée en 1996 (+ 18,1 %) s est poursuivie en 1997 (+ 9,8 %), soit unités. Après un ralentissement du rythme des commercialisations au premier semestre, une reprise importante est intervenue au second semestre et, au total, les résultats du quatrième trimestre 1997 se sont inscrits en hausse de + 13,4 % par rapport au quatrième trimestre L amortissement fiscal de l investissement locatif a directement été à l origine de cette amélioration, puisqu il aurait permis environ opérations supplémentaires sur une année normale ; il a également contribué à déplacer une part du marché vers des logements plus grands. Les ventes d appartements de 3 pièces et plus ont fortement progressé, tandis que celles de studios ont plafonné. Les 2 pièces ont continué de représenter la part de marché prépondérante (33,4 %), tandis que celle des 3 pièces s est inscrite en hausse (25,9 %, contre 24,2 % en 1996). La part des studios a tendu à s amenuiser (25,2 % en 1997, contre 27,3 % en 1996). Le volume des mises en vente s est accru (+ 14,5 %, avec unités). Au premier semestre en demi-teinte a succédé un second semestre en nette hausse. Les offres de 2 pièces et, surtout, de 3 pièces et plus ont fortement augmenté, alors que celles de studios se sont tassées. Une nouvelle baisse des stocks est intervenue ( 13,6 %), qui a notamment concerné les studios ( 24,6 %) et les 2 pièces ( 13,9 %). Les stocks d appartements de 3 pièces et plus ont également diminué, mais dans des proportions plus faibles. Les stocks achevés sont en repli de 30,5 % et ne représentent plus que 21,7 % du stock total, contre 27,0 % fin Les stocks en cours de construction se sont, eux aussi, amenuisés. Seuls les stocks en projet ont enregistré une hausse tardive, au quatrième trimestre, mais celle-ci a été insuffisante pour redresser la tendance annuelle et leur nombre est resté inférieur à celui enregistré en 1996 ( 7,5 %). Le délai moyen d écoulement des stocks, qui s élevait à douze mois en 1996, s est établi à neuf mois en 1997 (huit mois au quatrième trimestre). Les prix n ont toutefois guère varié (+ 0,9 % en moyenne) ; des hausses ont été enregistrées sur les 3 pièces et plus, tandis que les petites surfaces connaissaient une stabilisation. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL

6 4. L enquête Banque de France sur l opinion des chefs d entreprise L opinion des chefs d entreprise recueillie dans l enquête trimestrielle de la Banque de France sur le BTP 1 a montré qu après un premier trimestre difficile, une amélioration continue de la construction neuve de logements avait été observée durant l année Le retard constaté à fin mars, en variation sur un an, s est progressivement résorbé et, au quatrième trimestre, une hausse s est dégagée. Ce raffermissement de l activité a principalement bénéficié au second œuvre, qui a évolué favorablement dès le deuxième trimestre et s est inscrit en hausse par rapport à l année précédente dès le troisième trimestre. Dans le gros œuvre, plus sensible au facteur météorologique, le premier trimestre s est inscrit en fort repli ; au cours des deuxième et troisième trimestres, un rebond significatif est intervenu et, au quatrième trimestre, un léger recul a été enregistré. Accusant un fort retard par rapport à l année précédente au premier trimestre, la production s est régulièrement redressée jusqu à revenir, au quatrième trimestre, à un niveau équivalent à celui du trimestre correspondant de La construction de maisons individuelles dans le secteur diffus a constitué un débouché régulier et appréciable, grâce à des volumes de réalisations qui se sont maintenus à un niveau élevé, même si, dès le deuxième trimestre, les professionnels ont noté un certain plafonnement des prises de commandes et des effets du prêt à taux zéro. Par contre, les entrepreneurs ont, dès le premier trimestre, noté des retards importants dans la réalisation des projets de construction de logements collectifs du secteur locatif et souligné la priorité accordée par les organismes publics aux travaux de réhabilitation ou de rénovation. À partir du troisième trimestre, un rattrapage dans la consommation des agréments a cependant été observé, qui s est accentué par la suite. La prudence des investisseurs et, partant, l atonie de leurs engagements, a notamment été expliquée par la faible solvabilité des locataires potentiels. Les espoirs de reprise significative de la construction de logements neufs par la promotion privée n ont pas été suivis d effets réels et la tendance est restée hésitante tout au long de l année, ont constaté les chefs d entreprise. L impact positif de l amortissement fiscal de l investissement locatif a cependant été largement perçu, notamment au travers de l élévation du taux de pré-commercialisation des programmes. Toutefois, les promoteurs, dans les zones les plus recherchées, se sont heurtés à la pénurie et à la cherté du foncier. Les projets ont majoritairement porté sur de petits programmes, avec un recentrage sur les surfaces familiales et au détriment des studios et des 2 pièces. Au total, les professionnels se sont montrés dès le début de l année 1997 très prudents quant à l éventualité d une reprise. S ils ont ressenti un relatif redressement du logement locatif à partir du second semestre, ils ont également fait état d un maximum atteint par la maison individuelle et d un possible repli en 1998, après les restrictions apportées à la distribution du PTZ. Ces différents éléments les ont conduits à tabler, dès le troisième trimestre, sur une évolution de la production annuelle proche de la stabilité. 1 Cf. Enquête mensuelle de conjoncture (EMC) d avril, juillet et octobre 1997 et de janvier 1998 (n 156, n 159, n 161 et n 164) 160 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL 1998

7 5. Les prévisions pour 1998 Les prévisions pour 1998 sont empreintes d incertitudes. La production de logements neufs devrait se stabiliser, voire connaître une légère augmentation si l accélération de l activité observée par les chefs d entreprise en début d année venait à se confirmer. Divers éléments sont positifs. Le logement collectif pourrait se redresser, une amélioration des financements PLA, qui bénéficierait d un contexte budgétaire plutôt favorable, étant susceptible d intervenir. Par ailleurs, en ce qui concerne la promotion privée, le bas niveau des stocks de logements neufs favoriserait une reprise, d autant que la non-reconduction du dispositif d amortissement de l investissement locatif sous sa forme actuelle pourrait générer un mouvement d anticipation des achats et gonfler la demande de la part des propriétaires-bailleurs, cet accroissement s ajoutant à un volume de commercialisations déjà élevé. Cependant, les organismes HLM pourraient limiter leurs nouveaux projets en PLA en raison de la cherté du foncier dans certaines zones, ainsi que du développement d un phénomène de vacance. Par ailleurs, les interrogations sur les conséquences de la sortie de l amortissement fiscal de l investissement locatif pourraient renforcer la prudence des promoteurs et la réduction du champ d application du PTZ entraîner un reflux de 5 % à 10 % du nombre de réalisations de maisons individuelles, qui s ajouterait au tassement, bien qu à un haut niveau, du secteur, en raison de l épuisement du mouvement de rattrapage sur le repli des années précédentes suscité depuis la fin de 1995 par ce dispositif d aide à l accession. Enfin, le contexte d un marché du travail de plus en plus mouvant pourrait relancer les attraits de la location, les opérations étant toujours perçues comme une contrainte de long terme. Au total, selon le ministère de l Équipement, la production en volume s inscrirait dans une fourchette comprise entre 1,3 % et + 0,4 %. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL

8 REPÈRES (estimations) Chiffre d affaires du bâtiment en 1997, hors réalisations liées à des ouvrages de travaux publics : 445 milliards de francs, logement (construction neuve + entretien) : 251 milliards de francs (56,4 %) ; bâtiments non résidentiels et travaux publics induits par l activité bâtiment : 194 milliards de francs (43,6 %). Chiffre d affaires du logement : 251 milliards de francs, construction neuve : 110 milliards de francs (43,8 %) ; entretien : 141 milliards de francs (56,2 %). Chiffre d affaires de la construction neuve de logements : 110 milliards de francs, logement individuel : 69 milliards de francs (62,7 %) ; logement collectif : 41 milliards de francs (37,3 %). Source : Ministère de l Équipement Direction des Affaires économiques et internationales, novembre 1997 (estimations) Commercialisation des logements neufs en 1997 Ventes : , maisons individuelles : (13,5 %) ; appartements : (86,5 %). Mises en vente : , maisons individuelles : (13,6 %) ; appartements : (86,4 %). Source : Ministère de l Équipement Direction des Affaires économiques et internationales, février BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 52 AVRIL 1998

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier SOMMAIRE PAGE 02 SYNTHÈSE PAGE 03 L INVESTISSEMENT LOCATIF DES MÉNAGES EN FRANCE

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL LA REFORME DE L AIDE A L ACCESSION Un premier bilan Résumé I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier

Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel BNP Paribas REIM, société de gestion de portefeuille, lance une nouvelle SCPI Scellier, «label BBC» : Pierre

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Benoist APPARU présente : La signature

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015 Trimestriel n 42 Octobre 214 Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 21 Le marché résidentiel continue à se corriger lentement. La baisse reste modérée, beaucoup plus que dans la plupart des

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

Le Prêt Social de Location Accession PSLA

Le Prêt Social de Location Accession PSLA Le Prêt Social de Location Accession PSLA LES OBJECTIFS Favoriser l accession sociale à la propriété Faciliter le parcours résidentiel Permettre aux ménages à revenus modestes de devenir propriétaires

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien Rapport annuel 2008 des fonds d épargne Le long terme se construit au quotidien sommaire 01 03 04 05 05 06 07 08 08 09 13 13 13 14 17 17 20 21 22 22 23 25 27 27 29 Introduction Avant-propos du directeur

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009?

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Note expresse N 61 juin 2009 Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Moteur essentiel du dynamisme économique réunionnais, la commande publique a contribué

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail