STANDARDS POUR L INFIRMIÈRE TRAVAILLEUSE AUTONOME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STANDARDS POUR L INFIRMIÈRE TRAVAILLEUSE AUTONOME"

Transcription

1 STANDARDS POUR L INFIRMIÈRE TRAVAILLEUSE AUTONOME

2 STANDARDS POUR L INFIRMIÈRE TRAVAILLEUSE AUTONOME

3 PRODUCTION SERVICE DE L ÉDITION DIRECTION DES SERVICES AUX CLIENTÈLES ET DES COMMUNICATIONS, OIIQ CONCEPTION ET RÉALISATION GRAPHIQUE MARC SENÉCAL / inoxidée DISTRIBUTION CENTRE DE DOCUMENTATION Ordre des infirmières et infirmiers du Québec 4200, boulevard Dorchester Ouest Montréal (Québec) H3Z 1V4 Téléphone : (514) ou Télécopieur : (514) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006 ISBN-10 : ISBN-13 : ISBN (PDF) Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Tous droits réservés NOTE Conformément à la politique rédactionnelle de l OIIQ, le féminin est utilisé seulement pour alléger la présentation.

4 COORDINATION SUZANNE DURAND, INF., M.SC.INF., DIRECTRICE, DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ET DU SOUTIEN PROFESSIONNEL, ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC (OIIQ) CONCEPTION ET RÉDACTION LOUISELLE BOUFFARD, INF., M.SC.INF., INFIRMIÈRE-CONSEIL, DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ET DU SOUTIEN PROFESSIONNEL, OIIQ MARIE-JOSÉE PAQUET, INF., B.SC.INF., INFIRMIÈRE-CONSEIL, DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ET DU SOUTIEN PROFESSIONNEL, OIIQ CONSULTATION ET VALIDATION GROUPE DE TRAVAIL INTERNE ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC JOCELYNE LEGAULT, INF., M.SC.INF., CONSEILLÈRE-ENQUÊTEURE, BUREAU D INSPECTION PROFESSIONNELLE JEAN LAPOINTE, AVOCAT, DIRECTION DES SERVICES JURIDIQUES GROUPE DE TRAVAIL EXTERNE INFIRMIÈRES TRAVAILLEUSES AUTONOMES LORRAINE BEAUREGARD, INF., B.SC. BIANKA CHARBONNEAU, INF. CAROLE DALLAIRE, INF., M.A., M.A.P. CAROLE DE VETTE, INF. LOUISE L. GODIN, INF., B.SC. NICOLE HÉON-LEPAGE, INF. SYLVIANNE LABRIE, INF. CÉLINE LAINESSE, INF., M.SC. VALIDATION INTERNE ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC HÉLÈNE D ANJOU, AVOCATE, DIRECTION DES SERVICES JURIDIQUES JUDITH LEPROHON, INF., PH.D., DIRECTRICE SCIENTIFIQUE, DIRECTION SCIENTIFIQUE CAROLE MERCIER, INF., M.SC., DIRECTRICE-CONSEIL, DIRECTION DES AFFAIRES EXTERNES DIANE RACETTE, INF., M.SC.INF., SYNDIC ADJOINTE, BUREAU DU SYNDIC SYLVIE TRUCHON, INF., M.SC.INF., SYNDIC, BUREAU DU SYNDIC

5 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...6 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL DÉFINITION DES SERVICES PROFESSIONNELS...8 INSCRIPTION AU TABLEAU...15 RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE...16 HONORAIRES PROFESSIONNELS...17 PUBLICITÉ...19 INDÉPENDANCE PROFESSIONNELLE ET CONFLIT D INTÉRÊTS...21 CESSATION D EXERCICE EN PRATIQUE PRIVÉE...23 STANDARDS RELATIFS AUX ACTIVITÉS CLINIQUES CONSENTEMENT DU CLIENT...24 ÉVALUATION DE LA SITUATION DE SANTÉ...26 PLANIFICATION DES SOINS ET DES TRAITEMENTS INFIRMIERS...29 SOINS ET TRAITEMENTS...31 PRÉVENTION DES INFECTIONS...32 INTERVENTION EN SITUATION D URGENCE...33 MÉDICAMENTS ET PRODUITS...35 INFORMATION ET ENSEIGNEMENT AU CLIENT...39 CONTINUITÉ DES SOINS ET DES SERVICES...41 DOCUMENTATION DES SOINS ET DES SERVICES...43

6 STANDARDS RELATIFS AUX ACTIVITÉS CLINICO-ADMINISTRATIVES GESTION DES SERVICES PROFESSIONNELS...45 ORGANISATION PHYSIQUE ET MATÉRIELLE...48 GESTION DES DOSSIERS ET DES REGISTRES...51 GESTION DES RISQUES...55 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ DE L EXERCICE PROFESSIONNEL...58 TABLEAUX TABLEAU I EXEMPLES DE SERVICES INFIRMIERS EN PRATIQUE PRIVÉE TABLEAU II CONSERVATION DES DOSSIERS ET DES REGISTRES DÉTENUS PAR L INFIRMIÈRE TABLEAU III PROCÉDURE À SUIVRE LORS DE LA CESSATION, DE LA LIMITATION OU DE LA SUSPENSION TEMPORAIRE D EXERCICE TABLEAU IV PROCÉDURE À SUIVRE LORS DE LA CESSATION, DE LA LIMITATION OU DE LA SUSPENSION PERMANENTE D EXERCICE ANNEXES ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DÉMARRAGE D ENTREPRISE ANNEXE 2 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AUX CONTRATS DE SOINS ET DE SERVICES ANNEXE 3 LOIS ET RÈGLEMENTS APPLICABLES À LA PROFESSION D INFIRMIÈRE AU QUÉBEC ANNEXE 4 PROCÉDURE À SUIVRE LORS DE LA CESSATION, DE LA LIMITATION OU DE LA SUSPENSION DU DROIT D EXERCICE GLOSSAIRE RÉFÉRENCES RESSOURCES À CONSULTER

7 INTRODUCTION Le secteur privé dans le domaine de la santé connaît un essor important depuis les dernières années. Dans la foulée, un nombre grandissant d infirmières choisissent d offrir des soins et des services de santé à la population en tant que travailleuses autonomes 1. Déjà en 1996, conscient de cette réalité, l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) publiait le document La pratique privée en soins infirmiers afin d informer et de soutenir les infirmières qui décidaient de s engager dans cette voie. Depuis cette publication, la pratique infirmière a évolué, et le cadre législatif régissant les professions de la santé a été modernisé pour mieux s adapter aux nouvelles réalités sociosanitaires, scientifiques et professionnelles. De ce fait, de nouvelles avenues s offrent aux infirmières afin d exploiter divers domaines de leur pratique et d améliorer l accessibilité de certains soins et services à la population. En application du mandat de protection du public qui lui est confié, l OIIQ a établi des standards de pratique pour l infirmière travailleuse autonome afin d encadrer ce type de pratique. Ce document vise à fournir des balises aux infirmières pour les orienter et les guider dans leurs décisions et leurs actions sur le plan professionnel. Les standards de pratique sont présentés sous forme d énoncés descriptifs. Ils déterminent les éléments de la pratique infirmière jugés nécessaires à la prestation efficace de soins infirmiers sécuritaires et de qualité pour la clientèle. Ils permettent aux infirmières de préciser leur rôle auprès de leurs clients, de leurs collègues des autres disciplines, de la population et de diverses instances. Plusieurs de ces standards s appuient sur les principes et les assises de l exercice définis dans le document Perspectives de l exercice de la profession d infirmière, qui tiennent lieu, au Québec, de normes professionnelles. Certains découlent d obligations déontologiques et légales. Les standards de pratique sont regroupés selon trois dimensions : le service professionnel, les activités cliniques et les activités clinico-administratives. Chacun est formulé dans un énoncé précis et succinct, suivi de notes explicatives pour guider l infirmière dans son application. Les standards de pratique présentés dans ce document s appliquent spécifiquement aux infirmières qui, seules ou avec une ou plusieurs autres infirmières, offrent des soins et des services infirmiers directement à la clientèle en échange d honoraires professionnels Dans un travail autonome, une personne s engage envers une autre personne, son client, à effectuer un travail matériel ou à lui fournir un service contre rémunération (facturation, honoraires professionnels, etc.). Il n existe aucun lien de subordination entre le travailleur autonome et son client. L infirmière qui travaille à son compte est une travailleuse autonome, qu elle exerce ses activités seule, avec des employés ou en association avec d autres. Cette définition est tirée du guide joint au formulaire d inscription au Tableau de l OIIQ et est conforme à la définition établie par Revenu Québec.

8 Les infirmières qui possèdent une entreprise de soins infirmiers dont la prestation de service nécessite l embauche de personnel professionnel ou non professionnel pourront également s inspirer de ces standards pour l organisation des soins et des services. Elles y trouveront des éléments à considérer pour assurer l encadrement approprié des activités de soins infirmiers effectuées par leur personnel. Les standards peuvent aussi être utiles aux infirmières salariées qui, dans le cadre de leur emploi, assument la responsabilité d un service ou d un bureau de santé, notamment en pharmacie, en entreprise, en camp d été, en santé scolaire, etc. En effet, ces infirmières sont appelées à assurer elles-mêmes la distribution et la prestation des soins et services infirmiers, et elles répondent de la qualité de ceux-ci auprès de la clientèle et de leur employeur. Par ailleurs, ce document peut servir d ouvrage de référence pour les infirmières consultantes qui offrent des services dont les activités ne relèvent pas du domaine clinique, par exemple dans l enseignement, l administration ou la recherche. Elles y trouveront des orientations professionnelles pour l organisation et la gestion de leurs services. L OIIQ croit que le document Standards de pratique pour l infirmière travailleuse autonome contribuera à promouvoir la qualité des soins et des services offerts à la population. Ces standards constituent les assises sur lesquelles les infirmières qui décident de poursuivre leur cheminement professionnel en pratique privée pourront développer leurs services professionnels et en assurer la prestation adéquate. 7

9 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL DÉFINITION DES SERVICES PROFESSIONNELS 1 L infirmière définit l étendue de ses services professionnels, détermine la nature des activités cliniques à accomplir tout en respectant leurs conditions d application, s il y a lieu, et s assure de posséder les compétences requises. Lorsque l infirmière débute en pratique privée, elle précise l étendue de ses services professionnels et détermine la nature des activités cliniques à accomplir conformément à la Loi sur les infirmières et les infirmiers du Québec. Cette loi établit, notamment, le champ d exercice infirmier, les 14 activités réservées aux infirmières et les conditions d exercice qui y sont associées, le cas échéant. L infirmière s assure aussi de posséder les compétences cliniques requises pour offrir des soins et des services de qualité à sa clientèle 2. L ÉTENDUE DES SERVICES PROFESSIONNELS La définition des services professionnels permet à l infirmière d adapter son offre de services aux besoins de sa clientèle et de déterminer les modalités spécifiques liées à la prestation de ses services. Pour ce faire, elle précise les aspects suivants : la nature des services pouvant être offerts dans le cadre d une pratique privée (voir tableau I) ; les clientèles ciblées en fonction des groupes d âge, des problématiques de santé et des services requis ; son les lieu principal d exercice : cabinet privé, domicile du client, clinique médicale, groupe communautaire, établissement du réseau de la santé, etc. ; modalités contractuelles de la prestation du service 3 : entente directe avec le client, contrat de services avec un établissement de santé du réseau public, ou une ressource d hébergement, un organisme ou une entreprise du secteur privé. L infirmière propriétaire d une entreprise de soins infirmiers évalue, à la lumière des services à offrir et de sa clientèle, s il y a lieu d employer d autres ressources. Si tel est le cas, elle détermine le type et la quantité de personnel requis ainsi que les qualifications que chaque catégorie de personnes à son emploi doit posséder, et elle dicte les conditions dans lesquelles elles vont accomplir leurs activités de soins infirmiers et ce, conformément aux lois et aux règlements en vigueur 4. Il est à noter que : 8 2. Les orientations relatives à ce standard visent spécifiquement l aspect professionnel de la pratique privée. À titre d information, l annexe 1 présente quelques renseignements utiles au démarrage d entreprise. 3. L annexe 2 fournit de l information sur les contrats de soins et de services. 4. L annexe 3 présente les lois et règlements applicables aux activités des infirmières auxiliaires et du personnel non professionnel.

10 les le infirmières auxiliaires peuvent accomplir les activités décrites aux articles 37 p) et o du Code des professions ainsi que les actes A-2 et A-3 prévus au Règlement sur les actes visés à l article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers qui peuvent être posés par des classes de personnes autres que des infirmières et des infirmiers ; personnel non professionnel ne peut effectuer que des soins d hygiène, de bien-être et de confort ainsi que les activités de la vie domestique. Toutefois, dans le cadre d un contrat de service avec un établissement de santé ou une ressource visée par la Loi sur les services de santé et les services sociaux, cette catégorie de personnel peut effectuer certains soins infirmiers selon les dispositions énoncées aux articles 39.7 et 39.8 du Code des professions. L infirmière constitue un réseau de ressources pour assurer l efficacité et la complémentarité de ses services, et tient à jour la liste de ces ressources. Elle évite toute entente susceptible de compromettre son indépendance professionnelle 5. Tableau I Exemples de services infirmiers en pratique privée Accompagnement durant la grossesse ; Service de prélèvements ; Activités de promotion de la santé et Soins infirmiers à domicile ; de prévention de la maladie ; Soins des pieds ; Consultation dans un domaine clinique Soins de plaies ; (ex. : allaitement maternel) ; Soins en fin de vie ; Cours prénataux ; Accompagnement des personnes en deuil ; Psychothérapie 6 ; Suivi de clientèles aux prises avec un problème Santé au travail ; de santé complexe, et enseignement (HTA, Service de vaccination ; diabète, MPOC, etc.). LA NATURE DES ACTIVITÉS CLINIQUES ET LEURS CONDITIONS D APPLICATION Lorsque l infirmière définit ses services professionnels, elle doit également analyser l ensemble des activités professionnelles susceptibles d être accomplies dans son domaine de pratique conformément à l article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers et à l article 39.4 du Code des 5. Le standard 6 porte sur l indépendance professionnelle et les conflits d intérêts. 6. À la suite de l adoption de la Loi modifiant le Code des professions concernant le titre de psychothérapeute, en 1998, l Office des professions doit déterminer par règlement les professions admissibles ainsi que les conditions et modalités de délivrance d un tel permis. Au moment de mettre sous presse, ce règlement n était pas en vigueur. 9

11 professions 7. Elle s assure de respecter, s il y a lieu, les conditions d application qui y sont énoncées, telles que : selon une ordonnance : l infirmière peut notamment administrer et ajuster des médicaments prescrits ou d autres substances et effectuer des examens ou des tests diagnostiques invasifs dans la mesure où son client a une ordonnance médicale faite à cet effet ; dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique : l infirmière peut procéder, sans ordonnance, à la vaccination et initier des mesures diagnostiques à des fins de dépistage dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique. Les conditions particulières pour la réalisation de ces deux activités sont présentées ci-après, dans la section «Les activités de santé publique». L infirmière procède également à l analyse des autres lois et règlements susceptibles d influer sur sa pratique professionnelle et doit se conformer aux exigences qui y sont énoncées. Ces lois ou règlements peuvent, notamment : être applicables spécifiquement à l infirmière lorsqu elle exerce sa profession, tels le Code de déontologie des infirmières et infirmiers, et le Règlement sur les effets, les cabinets de consultation et autres bureaux des membres de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec ; imposer des conditions particulières en matière d organisation et de prestation de services, tels le Règlement sur les déchets biomédicaux et la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé. Par ailleurs, l infirmière propriétaire d entreprise doit connaître les lois et règlements applicables aux activités professionnelles effectuées par les catégories de personnel à son emploi. LES ACTIVITÉS DE SANTÉ PUBLIQUE La vaccination L infirmière qui décide d offrir un service de vaccination en pratique privée, dans le cadre des programmes de vaccination, doit s informer du mode d organisation régionale des services de vaccination auprès de la direction de la santé publique de son territoire. Si cette pratique est admise, elle s inscrit en tant que vaccinateur auprès de cette direction. Pour se procurer les vaccins offerts gratuitement à la population dans le cadre de programmes de vaccination, elle doit signer un contrat d entente avec la direction de la santé publique et s engager à respecter les clauses de ce contrat. Elle peut aussi acheter directement d un fabricant ou d un grossiste des vaccins qui ne sont pas inclus dans un programme provincial de vaccination gratuite. L infirmière qui procède à la vaccination le fait conformément au Protocole d immunisation du Québec (PIQ). Dans le cadre de ce protocole, elle peut décider, sans ordonnance individuelle ou collective, L annexe 2 présente la Loi sur les infirmières et les infirmiers et d autres lois et règlements ayant une incidence sur la pratique infirmière.

12 d administrer l ensemble des produits immunisants qui y sont compris, tout en appliquant les mesures de sécurité nécessaires. Elle doit disposer d une trousse d urgence contenant, notamment, de l épinéphrine. En cas de réaction anaphylactique, elle doit appliquer le protocole d intervention prévu au PIQ. Pour toute vaccination, l infirmière doit posséder les connaissances et les habiletés nécessaires, appliquer les méthodes de soins appropriées et manipuler adéquatement les produits immunisants. Elle doit respecter les normes provinciales de gestion des produits immunisants, conformément au Guide des normes et pratiques de gestion des vaccins à l intention des vaccinateurs médecins et infirmières. Elle doit aussi assurer la surveillance des manifestations cliniques survenant après la vaccination et déclarer les manifestations cliniques inhabituelles qui y sont liées. Ainsi, lorsqu un tel événement est constaté, l infirmière doit évaluer la pertinence de le déclarer à la direction de la santé publique de sa région et remplir le rapport prévu à cette fin. L infirmière qui effectue des sérologies pré et post vaccination doit établir un contrat de prestation de services de biologie médicale avec un laboratoire serveur et s informer, auprès de ce laboratoire, des exigences à respecter pour le prélèvement, la conservation et le transport des spécimens. Le formulaire de demande d analyse doit contenir les éléments suivants : le nom de l infirmière, sa signature et son numéro de permis de même que la mention «vaccination» afin d indiquer au personnel de laboratoire que l analyse est effectuée dans le cadre d une activité découlant de la Loi sur la santé publique. L infirmière est responsable d assurer le suivi des résultats et de diriger le client vers le médecin, au besoin. L infirmière qui emploie des infirmières auxiliaires pour contribuer au service de vaccination doit connaître et respecter les dispositions légales qui s appliquent à cette activité professionnelle. De plus, elle doit respecter les conditions édictées dans le PIQ relativement au partage de responsabilités entre l infirmière et l infirmière auxiliaire. Pour ce qui est de la vaccination en santé-voyage, l infirmière doit utiliser, en complément au PIQ, le «cahier bleu» du Guide d intervention santé-voyage : situation épidémiologique et recommandations produit par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ce guide contient de l information sur la situation épidémiologique des divers pays, en fonction des principales maladies infectieuses signalées, et les renseignements à transmettre aux voyageurs, de même que des recommandations d immunisation et de chimioprophylaxie spécifiques. Après avoir procédé à la vaccination requise, l infirmière doit diriger son client vers un médecin pour assurer le suivi de la chimioprophylaxie recommandée, le cas échéant. De plus, il est nécessaire qu elle utilise ce guide en étroite relation avec le «cahier vert» du Guide d intervention santé-voyage publié en 1994, qui fournit de l information essentielle sur les problèmes de santé liés aux voyages internationaux. 11

13 Les activités de dépistage Le dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est considéré comme une priorité de santé publique par le MSSS et fait l objet d un guide à l intention des infirmières et des médecins. L infirmière qui décide d offrir un service de dépistage des ITSS peut, sans ordonnance individuelle ou collective, procéder à des prélèvements chez une personne asymptomatique ou demander des analyses de biologie médicale. Elle doit alors se conformer au Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang du MSSS 8. Elle peut alors décider du type de prélèvements requis et interpréter les résultats des analyses demandées, selon les recommandations du guide. Cependant, elle doit, au préalable, s assurer de l existence d une entente de service pour diriger vers un médecin (médecin traitant choisi par la personne ou autre médecin, si nécessaire) toute personne symptomatique ou toute personne dont les résultats d analyses seraient positifs ou indéterminés. L infirmière doit aussi appliquer les autres composantes de l intervention de dépistage, entre autres : la recherche systématique des facteurs de risques de contracter une ou plusieurs ITSS et l évaluation du niveau de risque que présente la personne ; l évaluation des indications de dépistage et des besoins de la personne ; le counseling pré-test et post-test individualisé ; l orientation de la personne pour un suivi médical ou psychosocial, selon les besoins. L infirmière qui désire offrir à sa clientèle un service de dépistage des ITSS avec accès gratuit aux analyses de biologie médicale du secteur public doit le faire dans le cadre des programmes régionaux ou locaux de prévention des ITSS, en effectuant les démarches suivantes : s informer du mode d organisation locale des services de dépistage des ITSS auprès de la direction responsable de la mise en œuvre du plan d action local en santé publique (PAL) du centre de santé et de services sociaux (CSSS) de son territoire ; établir une entente pour la prestation de services de biologie médicale avec un laboratoire serveur et s informer, auprès de ce laboratoire, des exigences à respecter pour le prélèvement, la conservation et le transport des spécimens. Si les services que l infirmière désire offrir s inscrivent dans les orientations prévues au PAL, la direction responsable de la mise en œuvre du PAL du CSSS transmettra le nom et le numéro de permis de l infirmière au responsable du laboratoire de biologie médicale avec lequel une entente de services a été conclue. L infirmière doit inscrire la mention «Dépistage» sur le formulaire de demande d analyse, afin d indiquer que celle-ci est effectuée à des fins de dépistage dans le cadre Au moment de mettre sous presse, le Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang n était pas encore publié.

14 d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique. Elle doit également bien s identifier (nom, signature et numéro de permis) et assurer le suivi des résultats. LES APPROCHES COMPLÉMENTAIRES DE SOINS L infirmière peut souhaiter intégrer à sa pratique des approches complémentaires de soins, dites alternatives, pour aider ses clients à maintenir ou à améliorer leur santé et à obtenir une meilleure qualité de vie. Elle doit alors respecter la position adoptée par le Bureau de l OIIQ précisant que certaines approches thérapeutiques peuvent être utilisées en complément à l exercice infirmier mais non s y substituer 9. L infirmière doit faire preuve de prudence et de rigueur dans l utilisation d approches complémentaires, respecter les valeurs du client et l informer des limites de ces approches afin qu il puisse prendre une décision éclairée. LA VENTE DE PRODUITS ET D APPAREILS L infirmière peut décider de rendre accessibles certains produits ou appareils à sa clientèle dans le cadre de la prestation de ses services. Il faut rappeler que l infirmière ne peut vendre de médicaments, d appareils ou de produits ayant un rapport avec ses activités professionnelles, ni participer à des fins lucratives à leur distribution 10, sauf dans les deux cas suivants : s il s agit de produits ou d appareils vendus pour répondre à un besoin immédiat du client : ces produits ou appareils doivent être directement liés aux soins et aux traitements prodigués par l infirmière au cours de la consultation professionnelle. L infirmière est alors tenue d aviser le client de tout profit qu elle réalise lors de cette vente, le cas échéant ; s il s agit de produits ou d appareils vendus dans une pièce attenante au cabinet de l infirmière : lors de la vente de tels produits ou appareils, l infirmière doit distinguer clairement le lieu de vente de produits et d appareils du lieu physique de son cabinet où elle prodigue les soins et traitements infirmiers. De plus, son titre professionnel d infirmière ne doit en aucun temps être associé aux activités commerciales. Lorsqu elle vend des produits ou des appareils dans le cadre de ces deux exceptions, l infirmière doit s abstenir de vendre des produits ou de faire la promotion de traitements miracles ou de méthodes susceptibles de nuire à la santé. 9. Le Bureau de l OIIQ adoptait en 1987 une prise de position sur les méthodes complémentaires de soins. Cette position a été reconduite en 1993 à l intérieur du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des audiences publiques sur les thérapies alternatives. 10. Les articles 78 et 79 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traitent de cette obligation déontologique et de ses exceptions. 13

15 LE PROFIL DE COMPÉTENCES CLINIQUES L infirmière doit posséder les compétences cliniques nécessaires pour accomplir adéquatement et de façon sécuritaire les activités professionnelles applicables à son domaine de pratique 11. Aussi, lorsqu elle démarre sa pratique privée, l infirmière dresse son profil de compétences en tenant compte, notamment : des exigences nécessaires pour offrir, en toute sécurité, les soins et les services infirmiers ; des connaissances et des compétences acquises dans le cadre d activités de formation continue en rapport avec le service proposé ; des expériences professionnelles acquises et pertinentes. Afin de répondre adéquatement aux besoins de sa clientèle et de planifier la croissance et le développement de ses services professionnels, l infirmière intègre à sa pratique un processus continu de gestion de ses compétences Les articles 17, 18 et 19 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traitent spécifiquement des obligations déontologiques de l infirmière concernant la compétence. 12. Le standard 22 porte sur l amélioration continue de la qualité de l exercice professionnel et, notamment, la gestion des compétences.

16 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL INSCRIPTION AU TABLEAU 2 L infirmière inscrit au Tableau de l OIIQ les informations exactes relatives à sa pratique privée et, au besoin, y apporte les corrections nécessaires. En vertu de l article 60 du Code des professions, toute infirmière est tenue de faire connaître au secrétaire de l Ordre tous les lieux où elle exerce sa profession, tant ceux du secteur public que ceux du secteur privé. Elle doit aussi aviser le secrétaire de tout changement à ce sujet, dans les 30 jours de ce changement. L infirmière qui emploie des ressources professionnelles pour le compte de son entreprise doit s assurer que celles-ci sont inscrites au Tableau de leur ordre professionnel. Ainsi, l infirmière qui décide d offrir des soins et des services infirmiers en pratique privée est tenue d en aviser le secrétaire de l Ordre dans les 30 jours du changement de sa situation de pratique. Elle apporte les corrections nécessaires à son inscription au Tableau en communiquant avec le bureau du registraire. Par la suite, au renouvellement annuel de son inscription au Tableau, l infirmière s identifie clairement à titre de travailleuse autonome et doit déclarer son lieu de domicile professionnel, qui peut être son cabinet de consultation ou sa résidence 13. Elle précise également son champ clinique et tient à jour son profil de formation tout en indiquant ses heures de formation continue. Enfin, lorsqu elle cesse sa pratique privée 14, l infirmière en avise le secrétaire de l Ordre et apporte les modifications appropriées à son inscription au Tableau. 13. L infirmière qui intervient, dans le cadre d un contrat de service, dans une entreprise, un organisme ou un établissement qui assure luimême la conservation des dossiers indique le nom de sa propre entreprise ou son nom, s il y a lieu. 14. Le standard 7 porte sur la cessation d exercice en pratique privée, et l annexe 4 présente la procédure à suivre dans un tel cas. 15

17 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE 3 : L infirmière souscrit une assurance responsabilité professionnelle ainsi que toute autre assurance requise par la nature de ses activités. Lorsque l infirmière offre ses services et prodigue des soins et des traitements, elle engage pleinement sa responsabilité civile personnelle. Elle ne peut, en aucun cas, se dégager de cette responsabilité 15. De ce fait, elle ne peut inclure dans un contrat de services professionnels une clause qui la libère directement ou indirectement, en totalité ou en partie, de sa responsabilité civile personnelle. En tout temps, l infirmière doit être en mesure de démontrer qu elle a agi avec compétence, prudence et diligence dans le cadre de ses activités professionnelles. Selon les règles générales applicables en matière de responsabilité civile 16, l infirmière répond de ses actes professionnels et est responsable des fautes ou des erreurs commises dans l exercice de sa profession qui causent des dommages à ses clients. L article 46 du Code des professions et le Règlement sur l assurance responsabilité professionnelle des infirmières et infirmiers obligent toutes les infirmières à détenir une assurance responsabilité professionnelle pour couvrir la responsabilité qu elles peuvent encourir dans l exercice de leur profession. Ainsi, lors de son inscription au Tableau, l infirmière doit fournir la preuve de cette assurance 17. En raison de la diversité des contextes de pratique et des activités cliniques, l infirmière peut être amenée à évaluer certains autres risques inhérents à la nature de ses services professionnels. Dans ce cas, elle détermine la pertinence d adapter la couverture de son assurance responsabilité professionnelle en fonction des risques liés à des activités cliniques particulières. De plus, l infirmière prévoit souscrire une assurance complémentaire appropriée pour couvrir sa responsabilité civile relativement à l exploitation d une clinique, aux interventions effectuées dans d autres lieux ou à la garde de biens professionnels à son domicile. Pour ce faire, elle évalue ses propres besoins et personnalise son programme d assurance. Divers assureurs offrent des programmes d assurance multirisque qui comprennent des garanties facultatives, notamment pour le matériel de bureau, l équipement nécessaire aux soins et aux traitements, les documents importants, y compris les dossiers des clients, les préjudices personnels, ainsi que la protection concernant la responsabilité civile et locative L article 9 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traite de cette obligation déontologique. 16. Pour que soit engagée la responsabilité civile d un professionnel, le Code civil du Québec exige la présence des trois éléments suivants : une faute, un dommage et un lien de causalité, c est-à-dire que le dommage est la conséquence de l acte fautif. En l absence de preuve de l un de ces éléments, l action en responsabilité dirigée contre le professionnel sera rejetée au tribunal. Est considérée comme un acte fautif toute faute, négligence, omission, imprudence ou inhabilité lors de la prestation des soins infirmiers. Le Code des professions prévoit quant à lui que la responsabilité professionnelle peut être engagée à la suite d un comportement fautif de la part d un professionnel. Les comportements fautifs peuvent être posés en dérogation aux lois et aux règlements qui régissent l exercice de la profession, dont le Code de déontologie des infirmières et infirmiers. 17. Le programme d assurance responsabilité professionnelle, actuellement offert par la compagnie La Capitale assurances générales, vise les services professionnels rendus ou qui auraient dû être rendus, directement ou indirectement, par l assuré en rapport avec la profession d infirmière ainsi que les pratiques alternatives reconnues par l OIIQ. Ces services comprennent, notamment, l enseignement, la recherche, la supervision, la surveillance, les opinions et les conseils ainsi que les services rendus dans le cadre d une formation.

18 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL HONORAIRES PROFESSIONNELS 4 L infirmière fixe des honoraires professionnels justes et raisonnables et en informe le client préalablement à son intervention. Après avoir défini son service professionnel, l infirmière procède à la fixation de ses honoraires. Les honoraires demandés et acceptés doivent être justes et raisonnables, c est-à-dire justifiés par les circonstances et proportionnés aux services professionnels rendus 18. Ainsi, pour déterminer ses honoraires, l infirmière tient compte de divers facteurs tels que : son expérience ; le temps requis pour exécuter le service professionnel ; la difficulté et l importance du service ; la prestation de services inhabituels ou exigeant une compétence ou une célérité exceptionnelle. L infirmière peut également prendre en considération : la les tarification en vigueur pour des services semblables rendus par des infirmières ayant des compétences similaires ; coûts réels du service professionnel, qui comprennent les coûts directs et indirects incluant le matériel et les produits utilisés, les substances, les médicaments en vente libre et les vaccins administrés, de même que le transport, s il y a lieu. Avant d intervenir, l infirmière informe le client de ses honoraires et des modalités de paiement. Il peut arriver qu en cours d intervention certains soins et traitements ou procédures supplémentaires, non compris dans les tarifs de base, soient nécessaires. L infirmière doit alors réévaluer la situation avec le client, l informer des orientations thérapeutiques ainsi que de leur incidence pécuniaire et s entendre avec lui avant de poursuivre son action. En aucun temps, les honoraires ne peuvent être perçus à l avance. Lorsque l infirmière réclame ses honoraires, elle ne peut exiger que le paiement pour les services rendus. En tout temps, elle doit être en mesure de justifier ses honoraires tant auprès du client qu auprès d une tierce partie. Les honoraires peuvent être versés directement par le client ou indirectement par une tierce partie, par exemple une compagnie d assurance. Les honoraires, dont il est question ici, sont versés conformément aux tarifs déterminés par l infirmière. 18. La section VI du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traite de la fixation et du paiement des honoraires. 17

19 Lorsque l infirmière fait des factures 19 ou des reçus 20 officiels pour des soins et des services infirmiers rendus, elle y inscrit les renseignements suivants : le nom du client ayant reçu les soins et les services ainsi que ses coordonnées ; la date du service rendu ; la description sommaire des soins et des services professionnels 21 ; le montant à payer, dans le cas d une facture, ou le montant payé, dans le cas d un reçu ; les coordonnées du lieu de pratique de l infirmière ; la signature de l infirmière suivie de son titre et de son numéro de permis. Si un différend au sujet du montant d un compte pour services professionnels survient entre l infirmière et un de ses clients, celle-ci l informe de l existence du Règlement sur la procédure de conciliation et d arbitrage des comptes des infirmières et infirmiers. Ce règlement prévoit la mise en place d une procédure de conciliation et, s il y a lieu, d une procédure d arbitrage pour statuer sur le différend Une facture est un document écrit indiquant la nature du service professionnel rendu à une personne déterminée dans le but de réclamer les honoraires qui y sont rattachés. 20. Un reçu est un document écrit par lequel le professionnel reconnaît que les honoraires prévus pour un service professionnel rendu à une personne déterminée lui ont été versés. 21. Afin de respecter le droit du client à sa vie privée, l infirmière s assure, en accord avec celui-ci, de ne transmettre que l information utile aux fins de la demande de paiement ou de remboursement.

20 STANDARDS RELATIFS AU SERVICE PROFESSIONNEL PUBLICITÉ 5 L infirmière fait la promotion et la publicité de ses services conformément aux règles déontologiques applicables à la profession. L infirmière exerce dans un environnement concurrentiel. Elle doit donc faire connaître ses services et les promouvoir auprès de la clientèle. Pour ce faire, elle base son action sur les règles déontologiques en utilisant les moyens adéquats pour rejoindre efficacement les clientèles cibles 22. La publicité constitue un moyen privilégié pour communiquer à la population l information pertinente susceptible de l aider à choisir, de façon éclairée, le service le mieux adapté à ses besoins ou encore le professionnel le plus apte à lui offrir les services recherchés. Elle peut prendre diverses formes : carte professionnelle, annonce verbale ou écrite dans divers médias, dépliant publicitaire, inscription dans des bottins, distribution d articles promotionnels tels que calendriers, bloc-notes ou autres objets. L infirmière peut y inscrire l information pertinente sur ses services professionnels (nature et description des services, lieu d exercice, numéro de téléphone professionnel, etc.). Peu importe le moyen utilisé, l infirmière doit respecter certaines règles en ce qui concerne sa publicité : Lorsqu elle fait valoir ses qualifications professionnelles ou des habiletés particulières, elle doit être en mesure de les démontrer. Elle peut aussi mentionner avoir reçu un prix d excellence ou un autre mérite soulignant une contribution ou une réalisation particulière liée à la profession. Elle ne peut comparer la qualité de ses services à celle des services que rendent ou peuvent rendre d autres infirmières ou d autres professionnels, ni les dénigrer ou les discréditer. Elle ne peut utiliser des témoignages d appui ou de reconnaissance qui la concernent. Elle doit éviter toute publicité susceptible de dévaloriser l image de la profession. Elle ne peut associer son titre professionnel à une publicité visant à promouvoir la vente d un médicament, d un produit médical, d un produit ou d une méthode susceptible de nuire à la santé, ou d un traitement miracle. Il est important que toute publicité professionnelle soit conçue dans le plus grand respect de la clientèle et du lien de confiance à créer et à maintenir avec elle. Ainsi, l infirmière évite d influencer indûment par sa publicité les personnes qui peuvent être vulnérables sur le plan physique ou émotif du fait de leur âge, de leur état de santé ou de la survenance d un événement spécifique. Dans sa publicité, l infirmière peut faire état des coûts de ses services professionnels ou de ses honoraires, en tenant compte du type de facturation applicable à son service professionnel, par exemple sur une base horaire ou quotidienne, par consultation ou par période de soins, ou selon 22. La section VIII du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traite des conditions, des obligations et des prohibitions relatives à la publicité. 19

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC

LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC Norme professionnelle Septembre 2011 Édition Coordination Suzanne Durand, inf., M. Sc. inf., D.E.S.S. en bioéthique Directrice, Direction,

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES LIGNES DIRECTRICES ÉNONCÉ DE POSITION Septembre 2000 CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES INTRODUCTION Ces dernières années, le nombre croissant de patients

Plus en détail

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales ATTENDU QUE les membres ont adopté lors d une assemblée annuelle tenue le 5 novembre 2013, le présent Code de déontologie abrogeant l ancien Code de déontologie de l Association des massothérapeutes du

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER PRODUCTION Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. SENSIBILISATION AUX CONFLITS... 1 3. CONFLITS ENTRE MERCER ET SES CLIENTS...

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES

AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES AVIS CONCERNANT LA SIGNATURE DES NOTES D ÉVOLUTION RÉDIGÉES PAR LES ÉTUDIANTES, LES EXTERNES OU LES CANDIDATES Hélène d'anjou Avocate Direction des Services juridiques Avec la collaboration de Jacinthe

Plus en détail

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE INTRODUCTION Afin de continuer de remplir leurs devoirs et obligations, compte tenu de l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Permis. Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice

Permis. Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice Permis Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec à l intention de l infirmière de la France admissible à l Arrangement de reconnaissance

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 14 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-11)

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1362-00-10 Nombre de pages : 6 Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Adoptée par le Conseil

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER Production Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec.

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec. CAHIER DE GESTION RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL ENSEIGNANT NON SYNDIQUÉ DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DE L INSTITUT MARITIME DU QUÉBEC (Règlement n 07-01.25) COTE 32-06-01.301

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec MAI 2007 Table des matières Avantages et inconvénients de

Plus en détail

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Planification, performance et qualité Guide d élaboration des cadres de gestion des banques de données et de matériel biologique constituées à des fins de recherche Unité de l Éthique Octobre 2012 Rédaction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES Présentée au conseil d administration le 29 novembre 2007 PRODUCTION Monsieur Stanley Smith Service des ressources humaines AUTRES COLLABORATEURS Comité de

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Liste des recommandations du rapport annuel 2009-2010 ADMINISTRATION PUBLIQUE COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES DE RETRAITE ET D ASSURANCES CONSIDÉRANT QUE les citoyens sont

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LES FRAIS DE DÉPLACEMENT, DE REPAS, D HÉBERGEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE CONCERNANT LES FRAIS DE DÉPLACEMENT, DE REPAS, D HÉBERGEMENT ET DE REPRÉSENTATION Code : Ressources financières COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP En vigueur : Le 23 mars 2005 Approbation : Conseil des commissaires CC 2005-05-1114 PRINCIPE D APPUI POLITIQUE CONCERNANT

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE Ce document est réalisé par la Direction de l indemnisation des victimes d actes criminels (IVAC), en collaboration avec

Plus en détail

AEESQ/QASCC. Code de déontologie de l éducation spécialisée

AEESQ/QASCC. Code de déontologie de l éducation spécialisée AEESQ/QASCC Association des éducatrices et éducateurs spécialisés du Québec/ Quebec association of special care counsellors Code de déontologie de l éducation spécialisée 1 Table des matières Introduction

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Santé Publique La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Professions de Santé Tél : 71 561 032 CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession

Plus en détail

Exemple : Consultant Contrat et stipulations

Exemple : Consultant Contrat et stipulations Exemple : Consultant Contrat et stipulations Note : Le présent document est fourni à des fins informatives seulement. Les associations professionnelles de la santé qui souhaitent utiliser cette ressource

Plus en détail

POLITIQUE DE RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

POLITIQUE DE RELATIONS AVEC LES MÉDIAS POLITIQUE DE RELATIONS AVEC LES MÉDIAS Service des communications et relations publiques Juillet 2014 1 TABLE DES MATIÈRES L OACIQ... 3 MISSION ET VISION DE L OACIQ 3 PUBLICS CIBLES 3 LE RÔLE DU SERVICE

Plus en détail