Medical research on eating slowly correlated to health

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Medical research on eating slowly correlated to health"

Transcription

1 Medical research on eating slowly correlated to health

2 Medical Statistics

3

4 Presentation of the studies Color by section : Satiety Food Intake Obesity Metabolic Risks Diabetes GERD Food quality Chewing Portion Size Mindful eating Gastric surgery Scientific Method

5 obesity/overweight Chapitre I- Les effets du manger vite Surpoids et obésité se caractérisent par un excès de masse graisseuse. Ce sont les adipocytes, cellules présentes dans le tissu adipeux qui sont responsables du stockage de la graisse. La graisse stockée dans ces cellules est dans un état semiliquide et se compose de triglycérides et d'ester de cholestérol. Une cellule adipeuse mesure en moyenne 0,1 millimètre de diamètre et peut grossir jusqu'à cinquante fois sa taille. On considère qu'un adulte possède en moyenne environ 20 milliards de cellules adipeuses et pèsent jusqu'à 13,5 kilogrammes. Chez un sujet sain, atteindre son poids âge adulte passe par à une augmentation de la taille des cellules par quatre qui se divisent et augmentent considérablement. Le nombre d'adipocytes augmente pendant l'enfance et l'adolescence alors qu'à l'âge adulte la quantité reste plutôt constante. Mais lorsque les cellules adipocytes atteignent leur capacité maximale, elles peuvent se multiplier jusqu à 10 fois afin de d augmenter la capacité de stockage. On peut noter qu un individu devenu obèse à l'âge adulte aura globalement moins d'adipocytes qu un individu dont la pathologie s est déclarée à l adolescence. Les adipocytes gagnent ou perdent de leur teneur en matière grasse mais en réduire le nombre n est pas chose aisée. Les études médicales sur la tachyphagie démontrent une corrélation forte entre le comportement consistant à «manger vite» et le fait de souffrir de surpoids, voire d obésité et ce à tous les âges de la vie. IMC : On considère une personne en surpoids lorsque son IMC (indice de masse corporelle = poids en kg divisé par la taille en mètre²) est compris entre 25 et 30, obèse lorsque son IMC dépasse les 30.

6 obesity/overweight Eating-rate and overweight/obesity Eating quickly was associated with excess gains in anthropometric variables. Stopping a habit of eating quickly prevents these excess gains non-overweight/ obese schoolgirls (9-10 y) 2013 European Journal of Endocrinology Aug 27 Ochiai H, Kokaze A. Fast eating rates are associated with obesity and other cardiometabolic risk factors 8755 adults 2013 Nutrition Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. The risk of being overweight was 3.93 time higher for male eating quickly than for male eating slowly. This Odds ratio was 1.59 for female students eating quickly students As a comparison, the adjusted odds ratio of being overweight in male students who frequently reported eating a fatty diet was Asia Pacific Journal of Public Health Jul;25(4): Ekuni D, Morita M. Eating quickly had a significantly greater association withrisk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A.

7 obesity/overweight Eating quickly had a significantly greater association withrisk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A. The proportions of participants who were obese or who had elevated waist circumference levels increased progressively with increases in eating rate individuals aged 40 These associations remained significant regardless of the age, sex, total energy intake, dietary fibre intake, current smoking, current drinking and regular exercise Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Among boys, fast eating speed significantly increased the odds ratio for overweight. Among boys eating until full, OR : 2,78 Among those not eating until full : 2, adolescents Among girls, fast eating speed led to a significant increase in the OR in those eating until full 2013 Journal of Obesity doi: /2013/ Ochiai H, Kokaze A. Across the categories of eating speed (slow, medium, and fast) a faster eating speed was associated with a higher prevalence of obesity males 2012 Metabolism: clinical and experimental Nov;61(11): Sakurai M, Nakagawa H.

8 obesity/overweight Rapid eating was significantly associated with body mass index. The BMI of those who reported eating quickly was 0.8 kg/m² higher than in individuals who reported eating at medium speed. 762 patients with Type2 Diabetes (30-70 y) Illustration : for 1m60 (5'3''), it makes an average difference of weight of about 2kg (4.4 Lbs) between two persons of 1m80 (5'9"), it makes an average difference of weight of about 2,6kg (5,7 Lbs) 2012 Appetite Oct;59(2): Saito A, Sone H. Rate of eating was positively associated with the risk of overweight, independent of protein, fat, and dietary fiber intakes. Odds ratio for overweight in very fast categories was: 4.49 in male children; 5.69 in female children ; children (6-11y) and adolescents (12-15 y) 3.84 in male adolescents; 1.49 in female adolescents 2012 Journal of Nutritional Science and Vitaminology (Tokyo). 58(4): Murakami K, Arakawa M. Compared with lean participants, obese participants had a higher ingestion rate and a lower number of chews per 1 g of food. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S.

9 obesity/overweight The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37, for more than 4 times a week vs less than once a week. Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivalent group of 100 people but with metabolic syndrome 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 in the other group 7081 men aged Journal of the American dietetic Association Apr;109(4): Shin A, Kim J. For both sexes the highest age adjusted mean values for height, weight, body mass index, and total energy intake were in the eating until full and eating quickly group compared with the not eating until full and not eating quickly group. The multivariable odds ratio of being overweight with both eating behaviours compared with neither was: for men for women 3287 adults aged BMJ Oct 21;337:a2002. Maruyama K, Iso H. Current BMI steadily increased along with the progress of categorical rate of eating. Both BMI at age 20 and current height are positively associated with rate of eating middle aged men and women (39-55y) 2006 Journal of Epidemiology/ Japanese Epidemiological Association May;16(3): Otsuka R, Toyoshima H.

10 obesity/overweight The rate of eating showed a significant and positive correlation with BMI. Only dietary fiber intake showed a weak correlation with BMI years old females Eating quickly = BMI Fiber intake = BMI 2003 International Journal of Obesity and Related Metabolic Disorders Nov;27(11): Sasaki S, Amano K. The BMI of the male patients who ate quickly (average 25.4 ) were significantly higher than those of the patients who ate at a normal rate (average 24.4) or slowly (average 24.1). Illustration : Considering 3 patients being 1m70 tall (5'3''), the average weight is 73,4 kg (163 Lbs) for the fast eater, 70,5 (156,7 Lbs) for the normal eater and 69,6 kg (154,7 Lbs). It is an average difference of almost 4 kg between the fast and the slow eater. 422 patients with type 2 diabetes or hyperlipidaemia Journal of International Medical Research Jul-Aug;30(4): Takayama S, Sasaki T. Fire fighters who reported eating faster at the station than elsewhere gained 9.9 lb compared with 6.8 lb for all others. 438 firefighters (20-58y) 1996 Preventive Medicine Sep-Oct;25(5): Gerace TA, George VA. Increased meal length was associated with greater weight loss. 10 obese women 1991 Behavior Therapy Volume 22, Issue 1, Winter, Pages Theresa A., Gary D. Foster

11 metabolic risks On appelle risques cardio-métaboliques les risques liés au développement de pathologies cardiaques ou du métabolisme. Les facteurs sont nombreux et souvent liés à des comportements relativement anodins pris ponctuellement mais qui répétés de manière chronique deviennent problématiques. La mauvaise alimentation «malbouffe» par exemple est notoirement connue pour être liée au risque de développer de l hypertension artérielle, de l hyperglycémie mais aussi des excès de cholestérol. Les études médicales démontrent une forte corrélation entre le comportement qui consiste à «manger vite» et les risques cardio-métaboliques.

12 metabolic risks Eating rate and metabolic risks Compared with the slow eating rate group (>15 min), the fastest eating rate group (<5 min) had significantly increased odds ratios for cardiometabolic risk factors such as high glucose and low 8755 Korean adults HDL-cholesterol levels 2013 Nutrition Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. Eating quickly had a significantly greater association with-risk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A. Blood pressure and lipid levels tended to increase in association with eating rate. HbA(1c) rose significantly as eating rate increased in diabetic patients on insulin therapy, whereas fasting plasma glucose did not increase significantly aged 40 years who had normal fasting glucose levels, impaired fasting glucose or diabetes 2013 Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Both eating until feeling full and eating rapidly increase metabolic risk factors (overweight, hypertension, hyperglycaemia, hypertriacylglycerolaemia, low HDL cholesterol, hyperuricaemia and fatty liver) Public Health Nutrition Jul;14(7): Hsieh SD, Arase Y.

13 metabolic risks The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37 for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic AssociationApr;109(4): Shin A, Kim J.

14 diabetes Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par une défaillance de la régulation de la glycémie et un excès de sucre dans le sang. Chez une personne diabétique, le pancréas ne produit pas assez ou plus d'insuline, l hormone qui permet l'absorption du glucose présent dans le sang par les cellules. Il en résulte un état d hyperglycémie préjudiciable à la santé (Occlusion des réseaux sanguins et plus particulièrement des petits capillaires, attaque des organes internes dont les reins, le cœur ) L étude lithuanienne de 2013 démontre que le risque de diabète de type 2 est multiplié par 2,52 chez une personne qui mange vite. Le pancréas est un organe qui intervient en bout de chaîne de la digestion. Il semblerait que le fait de manger vite, de le solliciter trop brutalement participe à sa mise en fatigue et en dérégulation. En effet, manger vite accélère l arrivée de sucre dans le sang quand le fait de manger lentement stimule naturellement la sécrétion de l hormone digestive GLP1. Or cette hormone contribue à filtrer le passage du sucre dans le sang en ralentissant la vidange gastrique et en stimulant les secrétions d insuline. De plus la GLP1 inhibe la production de glucagon, hormones qui à l inverse de l insuline stimule la glycémie.

15 diabetes Eating rate and diabetes ALT activity is positively associated with faster eating, but is dependent on BMI in middle-aged, apparently healthy Japanese women. 900 apparently healthy women (30-56y) 2014 Nutrition. Jan;30(1): Mochizuki K, Goda T. Fast eating rates are associated with obesity and other cardiometabolic risk factors (such as high glucose and low HLD-cholesterol levels) Korean adults 2013 Nutrion Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. Higher masticatory performance and slow eating prevent the occurrence of diabetes citizens of Nagahama City aged PLoS One Jun 5;8(6):e64113 Yamazaki T, Nagahama Study Collaboration Group. More than two-fold increased risk of type 2 diabetes was determined for subjects eating faster (OR = 2.52) vs. subjects eating slower. Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 slow eaters, 12 are diabetic, in an equivallent group of 100 people but fast eaters 25 of them will be diabetic. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 in the other group. 702 people diagnosed with type 2 diabetes and non-diabetic 2013 Clinical Nutrition (Edinburgh Scotland) Apr;32(2):232-5 Radzevičienė L, Ostrauskas R.

16 diabetes Slow feeding leads to higher concentrations of GLP1 in obes adolescents. Plasma PYY concentrations increased both in obese adolescents and in adults, irrespective of the eating rate, but slowfeeding was more effective in stimulating PYY release in obese adolescents than in adults. 18 Obese adolescents and adults 2013 European Journal of Endocrinololy Feb20;168(3): Rigamonti AE, Sartorio A. Blood pressure and lipid levels also tended to increase in association with eating rate. HbA(1c) (glucose test considering the average level over 3monthes) rose significantly as eating rate increased, whereas fasting plasma glucose did not increase significantly individuals aged 40 years 2013 Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Eating speed was associated with the incidence of diabetes. Eating slowly could be an acceptable lifestyle intervention for the prevention of diabetes mellitus male 2012 Metabolism: clinical and experimental Nov;61(11): Sakurai M, Nakagawa H. Chewing more resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin concentrations in both lean and obese subjects. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S. Eating at a physiologically moderate pace leads to a more 17 pronounced anorexigenic gut peptide response than eating very fast. (Peptide YY secretion was healthy adult male higher after the 30-min meal than after the 5-min meal) 2010 Journal of Clinical Endocrinolology and Metabolism Jan;95(1):333-7 Kokkinos A, Katsilambros N.

17 diabetes The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37 for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic Association Apr;109(4): Shin A, Kim J.

18 GERD Le reflux gastro-œsophagien (RGO) touche 20 à 30 % de la population, un nombre en constante augmentation. Brûlures d'estomac, remontées acides, goût amer dans la bouche, sommeil troublé La gêne peut être importante. Le reflux gastro-œsophagien se caractérise par le passage dans l'œsophage de reflux le plus souvent acide après le repas. Il correspond à une défaillance du système anti-reflux qui inclut principalement le segment abdominal et le sphincter inférieur de l'œsophage. L'œsophage ne possède pas de protection (contrairement à l'estomac qui, lui, est couvert d'une muqueuse qui permet de protéger les effets des acides) donc les reflux acides qui remontent de l'estomac causent des brûlures et des inflammations. Les études médicales démontrent que manger lentement permet de réduire significativement le nombre de reflux chez les personnes exposées.

19 GERD Eating rate and GERD Subjects with 'irregular meal pattern' had higher odds of GERD compared with subjects with 'regular meal pattern' Neurogastroenterology and Motility (The Official Journal of European Neurogastrointestinal Motility Society Oct;25(10):831-e638. Intake of a standard meal within 5 min was associated with more reflux episodes than an intake within 30 min 4763 adults Esmaillzadeh A, Adibi P. 20 healthy volunteers Since rapid food intake produces more GERD in healthy volunteers, studies in GERD patients are warranted to evaluate if eating slowly may represent another life-style modification aimed at reducing GER American Journal of Gastroenterology Sep;99(9): Wildi SM, Tutuian R, Castell DO.

20 satiety De nombreuses hormones régulent la prise alimentaire et la dépense énergétique. Pour maintenir un apport énergétique stable au bon fonctionnement de l'organisme, des signaux orexigènes (qui stimulent la prise alimentaire) et anorexigènes (qui inhibent la prise alimentaire) se coordonnent. La ghréline est la seule hormone orexigène découverte jusqu à présent. Elle est secrétée par l estomac. Parmi les hormones anoréxigènes, on compte la cholécystokinine, le peptide YY (PYY) et le glucagon-like peptide-1 (GLP1) sécrétés au niveau de l intestin grêle ainsi que la leptine produite pour sa part au niveau du tissu adipeux (par les adipocytes). Des mécanismes complexes de retro action se forment tout au long du repas. L ensemble de ces messages (sécrétions hormonales) permet la régulation de la prise alimentaire. Les études médicales démontrent que manger lentement favorise la concentration des hormones de satiété comme la GLP1 et la cholécystokinine.

21 satiety Eating rate and Satiety Slow feeding leads to higher concentrations of GLP1 and favors satiety. 18 obese adolescents and adults 2013 European Journal of Endocrinololy Feb20;168(3): Rigamonti AE, Sartorio A. Chewing more resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin concentrations in both lean and obese subjects. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S. The taste system works as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastrointestinal system about what is coming into our body. Article review Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrition Society May;70(2): de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects Article review The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ. Eating at a physiologically moderate pace leads to a more pronounced anorexigenic gut peptide (peptyde YY) response than eating very fast. 17 healthy adult males There was a trend for higher fullness subjectiv ratings immediately after the end of the 30-min meal compared with immediately after the 5-min meal Journal of Clinical Endocrinolology and Metabolism Jan;95(1):333-7 Kokkinos A, Katsilambros N.

22 satiety The quick condition of eating showed a lower Satiating Efficiency Index. After meal completion, pleasantness ratings tended to be higher under the slow condition. 30 healthy women 2008 Journal of the America Dietetic Association Jul;108(7): Andrade AM, Melanson KJ.

23 food intake Toute chose égale par ailleurs, les études démontrent que le fait de manger-vite est corrélé à l absorption d une quantité significativement plus importante de nourriture qu en mangeant lentement.

24 food intake Eating-rate and Energy/food intake Compared with the standard viscosity meal, high viscosity meal was consumed at a slower eating rate, with postprandial hunger and desire to eat being lower while fullness was 15 healthy males higher PLoS One Jun 20;8(6):e67482 Zhu Y, Hsu WH, Hollis JH. The taste system works as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastrointestinal system about what is coming into our body. Articles review Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrion Society May;70(2): de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects Article review The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure 2010 Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ. The group with metabolic syndrome was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37, for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eaters. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic AssociationApr;109(4): Shin A, Kim J. More food was ingested at the fast rate, regardless of weight class 12 Nonobese and obese male The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure 1980 Psychosomatic Medecine Nov;42(6): Kaplan DL.

25 food intake Slow rates of ingestion led to significant decreases in energy intake (quick: / kcal; 30 slow: / kcal) and significant increases in water consumption (quick: / g; healthy women slow: / g) Journal of the America Dietetic Association Jul;108(7): Andrade AM, Melanson KJ.

26 food quality Chapitre II- Les causes du manger vite Selon l'oms (l'organisation mondiale de la santé), la nutrition se définit par l'apport alimentaire qui répond aux besoins de l'organisme. Deux notions sont essentielles : les nutriments et les calories. Les nutriments (glucides, protéines, lipides, vitamines, minéraux) sont des composants élémentaires contenus dans les aliments, ou issus de la nature ambiante, indispensables à notre organisme. Ils couvrent nos besoins physiologiques et nous permettent de bien fonctionner. La malnutrition se caractérise par une consommation inappropriée de nutriments ; elle est le résultat d'un déficit ou d'un excès de nutriments spécifiques. La calorie est une unité d énergie. Tous les aliments que nous consommons contiennent des calories mais certains d'entre eux apportent ce que l'on appelle des calories vides. Ce sont des calories qui apportent beaucoup d énergie avec très peu de composés non énergétiques indispensables (tels que les fibres, les minéraux et les micronutriments). Les études médicales démontrent que ces aliments particulièrement riches et qui doivent être consommés avec modération sont le plus souvent des aliments d une faible viscosité. Or moins un aliment est visqueux, plus il est susceptible d être consommé rapidement. A l inverse la nourriture à forte viscosité à tendance à avoir une meilleur qualité nutritionnelle et se mange plus lentement. Les fibres par exemple demandent un grand travail de mastication. Remarquons que la qualité de la nourriture est un domaine de recherche à fort investissement tiré par les recherches de l industrie agroalimentaire.

27 food quality Eating-rate and food quality Compared with the standard viscosity meal, high viscosity meal was consumed at a slower eating rate, with postprandial hunger and desire to eat being lower while fullness was higher. 15 healthy males 2013 PLoS One Jun 20;8(6):e67482 Zhu Y, Hsu WH, Hollis JH. This idea fits with the concept of the taste system as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastro-intestinal system about what is coming into our body. Article review With liquid or food that can be eaten quickly, this system is bypassed. Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrition Society May;70(2): de Graaf C. Depending on the foods, large differences show in eating rate between foods, ranging from 4.2 to 631 g/min. The fattest the food and the lowest his viscosity is, the fastest the food can be ingested. This study showed that when foods can be ingested rapidly, food and energy intake is high. 37 men and women (aged 23.3 (SD 3.4)y, BMI 21.7 (SD 1.7)kg/m(2)) 2011 Appetite Feb;56(1): Viskaal-van Dongen M, Kok FJ, de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects-the reason being that these foods only provide brief periods of sensory exposure (mouth, tongue, pallet) articles review 2010 Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ.

28 chewing La première étape de la digestion se fait au sein de la bouche. C est la mastication. Elle se définit par l'action de broyer les aliments avec les dents. Le processus de mastication se fait ainsi : Dans un premier lieu, les incisives sectionnent les aliments. Puis les canines vont les déchirer et enfin les molaires et prémolaires broient les aliments. Les aliments sont imprégnés de salive ce qui facilite le passage dans l'estomac. Un autre organe intervient dans le processus de mastication, la langue. Elle permet de déplacer les aliments qui ne sont pas encore mastiqués sous les molaires afin de les broyer. La langue permet aussi d'améliorer le mélange de la salive avec la nourriture. Pour permettre une bonne digestion, la mastication est indispensable. Bien mâcher permet au corps de mieux assimiler les aliments. Or les études médicales démontrent qu une bonne mastication permet de ralentir significativement sa vitesse d ingurgitation. Remarquons que la mastication a d autres «vertus». Bien mastiquer stimule les secrétions de salives ce qui contribue notamment à une bonne santé buccodentaire. De plus, la mastication sollicite et entretien les muscles maxillo-faciaux, muscles essentiels au bon développement de la mâchoire chez les plus jeunes. Enfin, les études suggèrent qu en gardant les aliments suffisamment longtemps en bouche, le cerveau et le corps perçoivent davantage de signaux avec des réponses hormonales et enzymatiques (sucs digestif) améliorés.

29 chewing Eating-rate and chewing Increasing the number of chews also prolonged meal duration and reduced eating rate. 18 Older adults 72±1years, body mass index 25.9±1.2kg/m(2)) 2014 Physiology and Behaviour Jan 17;123:62-6. Zhu Y, Hollis JH Increasing the habitual number of chews reduced significantly the eating rate. 45 normal-weight, overweight, Eating rate at 100% HNC : 22.5 g/s Eating rate at 150% HNC : 16,4 g/s and obese participants (18-45y) Eating rate at 150% HNC : 13.7 g/s 2013 Journal of the Academy of Nutrion and Dietetics Nov 9. pii: S (13) Zhu Y, Hollis JH Higher masticatory performance and slow eating prevent the occurrence of diabetes citizens of Nagahama City aged PLoS One Jun 5;8(6):e64113 Yamazaki T, Nagahama Study Collaboration Group. Compared with lean participants, obese participants had a higher ingestion rate and a lower number of chews per 1 g of food. 30 lean and obese young men Regardless of status, the subjects ingested 11.9% less after 40 chews than after 15 chews. Compared with 15 chews, 40 chews resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin levels American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S.

30 chewing Decreasing bite size significantly lowered ingestion rate for the whole meal. 18 lean and obese women As bite size decreased from 15 to 5 g, the ingestion rate ate the beginning of the meal decreased from 30.0 to 19.6 g/min. Considering the whole meal, the average ingestion rate decreased from 19.4 to Appetite Oct;21(2): Spiegel TA, Stellar E. Larger bites accounted for the increased rate of the obese, the high preference subjects, and those having a larger body size. 142 College students The hungry subjects increased their eating rate by taking faster bites Appetite Jun;5(2): Hill SW, McCutcheon NB. Observations revealed that obese Subjects took more bites, performed fewer chews per bite, and spent less time chewing than did nonobese Subjects. 100 obese and nonobese adults 1975 Journal of Consulting and Clinical Psychology 43:123-5 Gaul DJ, Craighead WE, Mahoney MJ

31 portion size Le Professeur Brian Wansink s est intéressé de près à la manière dont notre environnement immédiat (supermarché, emballages, domiciles, garde-manger, mise en place, service) influence nos habitudes alimentaires et nos préférences. Son travail au «Food and Brand Lab» de l'université de Cornell est reconnu comme ayant permis d approfondir le savoir scientifique relatif à ce que nous mangeons et comment nous achetons notre nourriture. Il lui a même valu d être surnommée «Sherlock Holmes» ou «Wizard of Why». Il avance que le fait de manger moins et mieux passe d abord par des légères modifications dans nos foyers et de nos routines habituelles. Dans Mindless Eating, Brian Wansink développe l idée que le meilleur régime est celui que l on n a pas conscience de suivre. Suite aux études qu'il a menées, il a montré que passer d'une assiette qui mesure 30,5 cm à 25,4 cm amène le mangeur à se servir et à manger en moyenne 22% en moins et à diminuer significativement sa vitesse d ingurgitation (et notamment la taille des bouchées ; on lui a imputé la paternité du Small Plate Movement=mouvement en faveur de petites assiettes). Un individu consomme en moyenne 92% de sa nourriture quelle qu elle soit quand il se sert lui-même. Les étiquettes des produits qui mentionnent faibles en gras «poussent» les gens à consommer en moyenne 16 à 23% de calories supplémentaires. Pour des raisons d'illusions d'optiques, les individus (même barmen professionnels) versent en moyenne 28% de plus de contenu dans un verre large que dans un verre haut. 50% des aliments que l'on grignote qui sont achetés en gros (par exemple les magasins spécialisés notamment) sont consommés dans les six jours suivant l achat. Lorsque les enfants se servent eux-mêmes, ils ont tendance à se servir et manger moins de nourriture que si la portion leur était servie. En outre, en doublant la taille de l entrée, ils augmentent la taille des bouchées d environ 25% et l apport énergétique total d environ 15%.

32 portion size Eating-rate and portion-size Doubling an age-appropriate portion of an entrée increased entrée and total energy intakes at lunch by 25% and 15%, respectively. 30 children Greater responsiveness to portion size was associated with higher levels of overeating. The children consumed 25% less of the entrée when allowed to serve themselves than when served a large entrée portion The American Journal of Clinical Nutrition May;77(5): Orlet Fisher J, Rolls BJ, Birch LL.

33 mindful eating Le concept du Mindful eating trouve ses racines dans les méthodes Bouddhistes. Il consiste à prendre conscience de ses habitudes alimentaires, des sensations que l'on ressent lorsque l'on mange et des pensées et émotions que chacun ressent en mangeant. Ce concept met en avant la façon dont on mange à l'inverse de ce que l'on mange. Le docteur Jan Chozen Bays, auteur de l'ouvrage sur le Mindul eating : a guide to rediscovering a healthy and joyful relationship to food souligne que le vrai problème est que l'on a tendance à relâcher son attention lorsque l'on mange, à ingurgiter plus qu à profiter, prendre le temps mâcher. Des nutritionnistes de l'université de Harvard, docteur Lilian Cheung et le professeur Brian Wansink au Food and Brand Lab à l'université de Cornell ont écrit sur le sujet du Mindful eating. Les études médicales démontrent une perte de poids plus significative chez les groupes ayant reçu des formations de sensibilisation au fait de manger en «conscience» que pour le groupe «non-conscient». Les mangeurs conscients arrivent d avantage à se «maîtriser» quand ils mangent au restaurant. Enfin, les gens «progressent» dans leur comportement alimentaire lorsque des leçons sur le «mindful eating» leur sont proposées

34 mindful eating Eating rate and minful eating Participants in the intervention group (education to mindful eating) lost significantly more weight, had lower average daily caloric and fat intake, had increased diet-related self-efficacy, and had fewer barriers to weight management when eating out at the restaurent Journal of Nutrion Education and Behavior Jan-Feb;44(1):22-8. Timmerman GM, Brown A. Significant reductions were found on all subscales of the EAT-26 with large effect sizes. Results 33 suggest benefits of an adjunct mindfulness group intervention when treating a variety of eating disorders Journal of Substance Abuse Treatment Jul;43(1): Price CJ, Rue T.

35 gastric surgery La chirurgie bariatrique est une opération qui consiste à diminuer l'absorption des aliments afin de traiter les cas d'obésité grave. Trois «grandes» techniques sont utilisées : l'anneau gastrique, la sleeve et le by-pass gastrique. L'anneau gastrique fonctionne comme un sablier. En entourant l estomac, l anneau le «cloisonne». La sleeve est une opération qui consiste à retirer une partie de l'estomac. Le by-pass gastrique consiste à réduire une partie de l'estomac en modifiant le circuit alimentaire : on court-circuite une partie du système digestif. De façon générale, ces opérations, permettent d accélérer la survenue le sentiment de satiété et donc de diminuer la taille des portions. Ce sont des opérations lourdes et qui demandent de suivre une hygiène de vie très spécifique avant et jusqu à deux, voire trois ans après l opération, pour en maximiser les chances de succès. Elles demandent notamment de mâcher de façon très minutieuse à chaque repas et de diminuer drastiquement sa vitesse d ingurgitation. Si ces impératifs s imposent d eux même dans un premiers temps, ils n en demeurent pas moins essentiels par la suite bien que la contrainte physique ressentie diminue peu à peu. L étude médicale ci-dessous montre comme la vitesse d ingurgitation et la taille des portions chutent drastiquement après une chirurgie bariatrique (ici par by-pass) mais à quel point ces nouveaux comportements peuvent être malheureusement précaires.

36 gastric surgery Eating-rate and gastric surgery Six weeks postoperatively meal size was 42% of the preoperative meal size. After 1 and 2 years, meal size increased but was still lower than preoperative size 57% and 66%, respectively. Mean eating rate measured as amount consumed food per minute was 45% of preoperative eating rate 6 weeks postoperatively. After 1 and 2 years, eating rate increased to 65% and 72%, respectively, of preoperative rate 74 patients age 42.6 years,bmi 44.5 kg m(-2). 31 non-obese subjects, 37.8 years, BMI 23.7 kg m(-2) served as a reference group International Journal of Obesity (Lond) Mar;36(3): Laurenius A, Olbers T.

37 scientific method S Le Sensor Monitored Alimentary Restriction Therapy (SMART ) est un dispositif médical bariatrique développé par Scientific Intake. C est un appareil non-invasif. Il se place et se retire au niveau du palais supérieur lorsque l'on mange. En restreignant l espace buccale, SMART impose aux gens de prendre de plus petites bouchées et permet par conséquent de ralentir leur vitesse d'ingurgitation. L étude médicale suivante (Australie) met en évidence le bien fondé de cet outil avec une corrélation forte entre la perte de poids et l observance de l utilisation par les participants de ce dispositif (définie par une utilisation au moins 5 fois par semaine, ce qui a représenté 80% des patients). Les participants apprécient le confort de l'outil et son efficacité : réduction de la taille des bouchées, mastication favorisée et baisse de la vitesse de prise alimentaire pour un niveau de satiété équivalant ou amélioré alors que la taille des repas a diminuée. Ils prétendent de plus avoir une meilleure conscience de leur comportement. Le bémol, s il en est un, au-delà de quelques ajustements (en cabinet dentaire) rendus nécessaires, tient, aux difficultés ressenties au niveau de la diction, ce qui a pénalisé un usage en société. La seconde étude a pour intérêt de valider la méthode utilisée pour mettre en place un certain nombre de protocole et consistant à considérer la vitesse d ingestion déclarée par les participants.

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

High Blood Sugar. The most common reasons for high blood sugar in people with diabetes are:

High Blood Sugar. The most common reasons for high blood sugar in people with diabetes are: High Blood Sugar High blood sugar means having too much sugar called glucose in the blood. High blood sugar is also called hyperglycemia. The body s cells need blood sugar. A normal blood sugar level is

Plus en détail

Nous sommes là pour vous.

Nous sommes là pour vous. UN PROGRAMME DE BIEN-ÊTRE SUR LE LIEU DE TRAVAIL QUI AGIT SUR LE DIABÈTE Par Janice Bartos, B.S.N, R.N., consultante clinicienne Que peut faire un employeur pour lutter contre le diabète? L'espoir est

Plus en détail

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Communiqué de presse Paris, le 12 janvier 2015 Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Une nouvelle étude publiée

Plus en détail

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer Prostate Cancer The prostate is a gland in men that makes a liquid that forms part of semen. Its size is about 2 centimeters by 2 centimeters and is located in the pelvic area. The prostate uses a male

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood:

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood: Cholesterol Cholesterol is a fatty substance that your body needs to work. It is made in the liver and found in food that comes from animals, such as meat, eggs, milk products, butter and lard. Too much

Plus en détail

1. Déterminez la glycémie de chaque en suivant les étapes suivantes:

1. Déterminez la glycémie de chaque en suivant les étapes suivantes: Maintenir une source d énergie constante Les glucides (carbohydrates) sont la forme la plus accessible d énergie consommable qui peut être convertit en glucose. En biologie, on considère souvent la nourriture

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

Quel impact sur la prise alimentaire?

Quel impact sur la prise alimentaire? Taille des portions Quel impact sur la prise alimentaire? Rarement évoquée, la taille des portions des aliments, en constante augmentation depuis les années 70, joue un rôle majeur dans la progression

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

L obésité constitue un risque important

L obésité constitue un risque important Le diabète de type 2 et l obésité : un lien incontournable Caroline Rhéaume, M.D., Ph. D., MCCM Patrice Brassard, Ph. D. L obésité constitue un risque important pour la santé et est reliée à plusieurs

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments :

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments : L indice glycémique des aliments : Relation avec obésité et diabète de type 2 Annie Ferland dtp, MSc et Paul Poirier MD, PhD, FRCPC, FACC Il a été observé que plusieurs sucres et aliments à teneur glucidique

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014

Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014 Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014 Une étude montre que manger des amandes aide les femmes à se sentir rassasiées et à compenser efficacement en consommant moins de calories lors des repas

Plus en détail

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT Cette présentation visait à comprendre les besoins énergétiques

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies.

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies. Selon l organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 1,9 milliard d adultes souffraient de surpoids en 2014. Parmi eux, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont alarmants d autant plus

Plus en détail

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE L analyseur de composition corporelle est destiné à des adultes de 18 à 99 ans. Les enfants de 5 à 17 ans peuvent l utiliser uniquement pour se

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

L appareil digestif. b. Le tube digestif C est un long tube où circulent les aliments en cours de digestion.

L appareil digestif. b. Le tube digestif C est un long tube où circulent les aliments en cours de digestion. L appareil digestif I. La digestion Nous avons besoin de nourriture et d eau pour alimenter en énergie toutes les fonctions complexes de notre corps. Mais, pour utiliser ce carburant ou énergie, nous devons

Plus en détail

La dentition, les dents, l hygiène

La dentition, les dents, l hygiène La dentition, la digestion 4 5 1 2 3 QUE SAIS-TU SUR LA DIGESTION? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent. Exemples : A12 V, B10 F, etc.

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile de France, 93017 Bobigny

Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile de France, 93017 Bobigny 50 ème JAND 29 janvier 2010 Densité énergétique et prise alimentaire France BELLISLE Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile

Plus en détail

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Leçon 4 www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Introduction L insuline est une substance fabriquée dans le pancréas et déversée dans le sang. C est une hormone et

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Présentation de résultats positifs sur l agent expérimental Lyxumia (lixisénatide) aux 71 e Séances scientifiques annuelles de l American Diabetes Association - Non-infériorité de

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Pr Eric GALAM ; Dr Camille VAULOUP-SOUPAULT EAPH Barcelona April 21th, 2015 egalam@hotmail.com 1 Burn

Plus en détail

Hydro-Québec Distribution

Hydro-Québec Distribution Hydro-Québec Distribution 2004 Distribution Tariff Application Demande R-3541-2004 Request No. 1 Reference: HQD-5, Document 3, Page 6 Information Requests HQD says that it will be required to buy energy

Plus en détail

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments Chapitre 3 La digestion des aliments et le devenir des nutriments Rappels : Les organes ont besoin de dioxygène et de nutriments pour produire l énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les nutriments

Plus en détail

IMPACT DU SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Laurence Weibel Neurobiologiste

IMPACT DU SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Laurence Weibel Neurobiologiste ENA, Strasbourg, 22 octobre 2013 IMPACT DU TRAVAIL DE NUIT SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES Laurence Weibel Neurobiologiste L homme est rythmique L homme est diurne L horloge biologique Le Chef d orchestre

Plus en détail

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7 Sommaire I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous............. P.4 UNE MALADIE DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTE.................................. P.4 UNE MALADIE GRAVE.......................................................

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supplementary Retirement Benefits Regulations Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires C.R.C., c. 1511 C.R.C., ch. 1511 Current to December 10, 2015 À

Plus en détail

Les protéines contre le surpoids

Les protéines contre le surpoids Les protéines contre le surpoids Par leur mode de vie, de plus en plus de gens ont un bilan énergétique positif, dû soit à un surapport calorique, soit au fait qu'ils ne se dépensent pas assez - ou alors

Plus en détail

High Blood Pressure in Pregnancy

High Blood Pressure in Pregnancy High Blood Pressure in Pregnancy Blood pressure is the force put on the walls of your blood vessels as blood travels through your body. Blood pressure helps pump blood to your body. Taking Your Blood Pressure

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval

Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval Traditionnellement, la sédentarité a été considérée

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051 Chambre immobiliere du grand Montreal CIGGM Greater Montreal Real estate Board GMREB. REVUE DE PRESSE CIGM Les résultats publiés par la Société Canadienne D hypothèque et de logement dans son cadre d analyse

Plus en détail

Ingestion Digestion Absorption Élimination

Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion(humaine) Dans la bouche la nourriture est dégradé physiquement par les dents et dégradé chimiquement par la salive La salive est un mélange d eau et

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 LE SYSTÈME DIGESTIF CHEZ L HUMAIN QUESTIONNAIRE GILLES MERCIER CEA BELLECHASSE MAI

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

CaP Diab CAbinet Patient DIABète. Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net

CaP Diab CAbinet Patient DIABète. Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net CaP Diab CAbinet Patient DIABète Yverdon-les-Bains Suisse Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net Situation géographique Equipe du projet Docteur Sébastien Jotterand Médecine Générale,

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

C est bon pour la santé

C est bon pour la santé Exercise A: Label each picture in French. Exercise B: Complete the table with the English meanings. c est ce n est pas est sont bon mauvais pour je considère que je pense que à mon avis aussi parce que

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Le vrai ou le faux dans la diététique et le diabète

Le vrai ou le faux dans la diététique et le diabète Le vrai ou le faux dans la diététique et le diabète 2 ème Journée Liégeoise de Diabétologie 23 novembre 2013 Véronique Maindiaux Institut Paul Lambin veronique.maindiaux@ipl.be Objectifs Comprendre l influence

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice

Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice 900.000 adultes sans cancer inclus en 1982 57.000 décès par cancer en 16 ans Relation entre l IMC en 1982 et le risque de décès par cancer à l issue du

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant!

Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant! Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant! De nos jours, la question de la perte de poids, tout comme le taux d obésité et les maladies chroniques en

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

Glaucoma. optic nerve. back of eye

Glaucoma. optic nerve. back of eye Glaucoma Glaucoma is an eye disease that can cause vision loss or blindness. With glaucoma, fluid builds up in the eye, which puts pressure on the back of the eye. This pressure injures the optic nerve

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

Les réformes fiscales mondiales continuent en dépit de la crise économique, avec une progression marquante des systèmes de télédéclaration

Les réformes fiscales mondiales continuent en dépit de la crise économique, avec une progression marquante des systèmes de télédéclaration Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse Contacts : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Est Est--ce qu un e diète santé implique nécessa néce ire ssa ire ent une

Est Est--ce qu un e diète santé implique nécessa néce ire ssa ire ent une Cette présentation a été effectuée le 25 novembre 2014 au cours de la journée «La promotion de saines habitudes de vie et la prévention de l obésité : doit-on ajuster le tir?» dans le cadre des 18es Journées

Plus en détail

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS Numéro 2 Printemps 2009 L étude se poursuit avec vous dès aujourd hui! Chers participants, Vous avez été plus de 6000 personnes à participer à l étude CoLaus et plus de 3500 à

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité

Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité le point sur Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 689-94 J. C. Correia L. Locatelli A. Golay Drs Jorge C. Correia et Loïc Locatelli

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Marketing alimentaire aux enfants L expérience britannique. Amandine Garde Professeur de droit Université de Liverpool

Marketing alimentaire aux enfants L expérience britannique. Amandine Garde Professeur de droit Université de Liverpool Marketing alimentaire aux enfants L expérience britannique Amandine Garde Professeur de droit Université de Liverpool Prevalence of excess weight among children National Child Measurement Programme 2012/13

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail