Medical research on eating slowly correlated to health

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Medical research on eating slowly correlated to health"

Transcription

1 Medical research on eating slowly correlated to health

2 Medical Statistics

3

4 Presentation of the studies Color by section : Satiety Food Intake Obesity Metabolic Risks Diabetes GERD Food quality Chewing Portion Size Mindful eating Gastric surgery Scientific Method

5 obesity/overweight Chapitre I- Les effets du manger vite Surpoids et obésité se caractérisent par un excès de masse graisseuse. Ce sont les adipocytes, cellules présentes dans le tissu adipeux qui sont responsables du stockage de la graisse. La graisse stockée dans ces cellules est dans un état semiliquide et se compose de triglycérides et d'ester de cholestérol. Une cellule adipeuse mesure en moyenne 0,1 millimètre de diamètre et peut grossir jusqu'à cinquante fois sa taille. On considère qu'un adulte possède en moyenne environ 20 milliards de cellules adipeuses et pèsent jusqu'à 13,5 kilogrammes. Chez un sujet sain, atteindre son poids âge adulte passe par à une augmentation de la taille des cellules par quatre qui se divisent et augmentent considérablement. Le nombre d'adipocytes augmente pendant l'enfance et l'adolescence alors qu'à l'âge adulte la quantité reste plutôt constante. Mais lorsque les cellules adipocytes atteignent leur capacité maximale, elles peuvent se multiplier jusqu à 10 fois afin de d augmenter la capacité de stockage. On peut noter qu un individu devenu obèse à l'âge adulte aura globalement moins d'adipocytes qu un individu dont la pathologie s est déclarée à l adolescence. Les adipocytes gagnent ou perdent de leur teneur en matière grasse mais en réduire le nombre n est pas chose aisée. Les études médicales sur la tachyphagie démontrent une corrélation forte entre le comportement consistant à «manger vite» et le fait de souffrir de surpoids, voire d obésité et ce à tous les âges de la vie. IMC : On considère une personne en surpoids lorsque son IMC (indice de masse corporelle = poids en kg divisé par la taille en mètre²) est compris entre 25 et 30, obèse lorsque son IMC dépasse les 30.

6 obesity/overweight Eating-rate and overweight/obesity Eating quickly was associated with excess gains in anthropometric variables. Stopping a habit of eating quickly prevents these excess gains non-overweight/ obese schoolgirls (9-10 y) 2013 European Journal of Endocrinology Aug 27 Ochiai H, Kokaze A. Fast eating rates are associated with obesity and other cardiometabolic risk factors 8755 adults 2013 Nutrition Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. The risk of being overweight was 3.93 time higher for male eating quickly than for male eating slowly. This Odds ratio was 1.59 for female students eating quickly students As a comparison, the adjusted odds ratio of being overweight in male students who frequently reported eating a fatty diet was Asia Pacific Journal of Public Health Jul;25(4): Ekuni D, Morita M. Eating quickly had a significantly greater association withrisk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A.

7 obesity/overweight Eating quickly had a significantly greater association withrisk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A. The proportions of participants who were obese or who had elevated waist circumference levels increased progressively with increases in eating rate individuals aged 40 These associations remained significant regardless of the age, sex, total energy intake, dietary fibre intake, current smoking, current drinking and regular exercise Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Among boys, fast eating speed significantly increased the odds ratio for overweight. Among boys eating until full, OR : 2,78 Among those not eating until full : 2, adolescents Among girls, fast eating speed led to a significant increase in the OR in those eating until full 2013 Journal of Obesity doi: /2013/ Ochiai H, Kokaze A. Across the categories of eating speed (slow, medium, and fast) a faster eating speed was associated with a higher prevalence of obesity males 2012 Metabolism: clinical and experimental Nov;61(11): Sakurai M, Nakagawa H.

8 obesity/overweight Rapid eating was significantly associated with body mass index. The BMI of those who reported eating quickly was 0.8 kg/m² higher than in individuals who reported eating at medium speed. 762 patients with Type2 Diabetes (30-70 y) Illustration : for 1m60 (5'3''), it makes an average difference of weight of about 2kg (4.4 Lbs) between two persons of 1m80 (5'9"), it makes an average difference of weight of about 2,6kg (5,7 Lbs) 2012 Appetite Oct;59(2): Saito A, Sone H. Rate of eating was positively associated with the risk of overweight, independent of protein, fat, and dietary fiber intakes. Odds ratio for overweight in very fast categories was: 4.49 in male children; 5.69 in female children ; children (6-11y) and adolescents (12-15 y) 3.84 in male adolescents; 1.49 in female adolescents 2012 Journal of Nutritional Science and Vitaminology (Tokyo). 58(4): Murakami K, Arakawa M. Compared with lean participants, obese participants had a higher ingestion rate and a lower number of chews per 1 g of food. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S.

9 obesity/overweight The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37, for more than 4 times a week vs less than once a week. Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivalent group of 100 people but with metabolic syndrome 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 in the other group 7081 men aged Journal of the American dietetic Association Apr;109(4): Shin A, Kim J. For both sexes the highest age adjusted mean values for height, weight, body mass index, and total energy intake were in the eating until full and eating quickly group compared with the not eating until full and not eating quickly group. The multivariable odds ratio of being overweight with both eating behaviours compared with neither was: for men for women 3287 adults aged BMJ Oct 21;337:a2002. Maruyama K, Iso H. Current BMI steadily increased along with the progress of categorical rate of eating. Both BMI at age 20 and current height are positively associated with rate of eating middle aged men and women (39-55y) 2006 Journal of Epidemiology/ Japanese Epidemiological Association May;16(3): Otsuka R, Toyoshima H.

10 obesity/overweight The rate of eating showed a significant and positive correlation with BMI. Only dietary fiber intake showed a weak correlation with BMI years old females Eating quickly = BMI Fiber intake = BMI 2003 International Journal of Obesity and Related Metabolic Disorders Nov;27(11): Sasaki S, Amano K. The BMI of the male patients who ate quickly (average 25.4 ) were significantly higher than those of the patients who ate at a normal rate (average 24.4) or slowly (average 24.1). Illustration : Considering 3 patients being 1m70 tall (5'3''), the average weight is 73,4 kg (163 Lbs) for the fast eater, 70,5 (156,7 Lbs) for the normal eater and 69,6 kg (154,7 Lbs). It is an average difference of almost 4 kg between the fast and the slow eater. 422 patients with type 2 diabetes or hyperlipidaemia Journal of International Medical Research Jul-Aug;30(4): Takayama S, Sasaki T. Fire fighters who reported eating faster at the station than elsewhere gained 9.9 lb compared with 6.8 lb for all others. 438 firefighters (20-58y) 1996 Preventive Medicine Sep-Oct;25(5): Gerace TA, George VA. Increased meal length was associated with greater weight loss. 10 obese women 1991 Behavior Therapy Volume 22, Issue 1, Winter, Pages Theresa A., Gary D. Foster

11 metabolic risks On appelle risques cardio-métaboliques les risques liés au développement de pathologies cardiaques ou du métabolisme. Les facteurs sont nombreux et souvent liés à des comportements relativement anodins pris ponctuellement mais qui répétés de manière chronique deviennent problématiques. La mauvaise alimentation «malbouffe» par exemple est notoirement connue pour être liée au risque de développer de l hypertension artérielle, de l hyperglycémie mais aussi des excès de cholestérol. Les études médicales démontrent une forte corrélation entre le comportement qui consiste à «manger vite» et les risques cardio-métaboliques.

12 metabolic risks Eating rate and metabolic risks Compared with the slow eating rate group (>15 min), the fastest eating rate group (<5 min) had significantly increased odds ratios for cardiometabolic risk factors such as high glucose and low 8755 Korean adults HDL-cholesterol levels 2013 Nutrition Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. Eating quickly had a significantly greater association with-risk of metabolic syndrome (risk of abdominal obesity combined with a risk of hypertension, diabetes, or hypercholesterolemia), for both sexes, than eating slowly or at a normal pace 4912 adults (30-39y). This studies also showed that skipping breakfast, eating quickly, and having a late-night supper were independently associated with risk Nihon Koshu Eisei Zasshi. Japanese Journal of Public Health Feb;60(2): Soga Y, Shirai C, Ijichi A. Blood pressure and lipid levels tended to increase in association with eating rate. HbA(1c) rose significantly as eating rate increased in diabetic patients on insulin therapy, whereas fasting plasma glucose did not increase significantly aged 40 years who had normal fasting glucose levels, impaired fasting glucose or diabetes 2013 Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Both eating until feeling full and eating rapidly increase metabolic risk factors (overweight, hypertension, hyperglycaemia, hypertriacylglycerolaemia, low HDL cholesterol, hyperuricaemia and fatty liver) Public Health Nutrition Jul;14(7): Hsieh SD, Arase Y.

13 metabolic risks The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37 for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic AssociationApr;109(4): Shin A, Kim J.

14 diabetes Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par une défaillance de la régulation de la glycémie et un excès de sucre dans le sang. Chez une personne diabétique, le pancréas ne produit pas assez ou plus d'insuline, l hormone qui permet l'absorption du glucose présent dans le sang par les cellules. Il en résulte un état d hyperglycémie préjudiciable à la santé (Occlusion des réseaux sanguins et plus particulièrement des petits capillaires, attaque des organes internes dont les reins, le cœur ) L étude lithuanienne de 2013 démontre que le risque de diabète de type 2 est multiplié par 2,52 chez une personne qui mange vite. Le pancréas est un organe qui intervient en bout de chaîne de la digestion. Il semblerait que le fait de manger vite, de le solliciter trop brutalement participe à sa mise en fatigue et en dérégulation. En effet, manger vite accélère l arrivée de sucre dans le sang quand le fait de manger lentement stimule naturellement la sécrétion de l hormone digestive GLP1. Or cette hormone contribue à filtrer le passage du sucre dans le sang en ralentissant la vidange gastrique et en stimulant les secrétions d insuline. De plus la GLP1 inhibe la production de glucagon, hormones qui à l inverse de l insuline stimule la glycémie.

15 diabetes Eating rate and diabetes ALT activity is positively associated with faster eating, but is dependent on BMI in middle-aged, apparently healthy Japanese women. 900 apparently healthy women (30-56y) 2014 Nutrition. Jan;30(1): Mochizuki K, Goda T. Fast eating rates are associated with obesity and other cardiometabolic risk factors (such as high glucose and low HLD-cholesterol levels) Korean adults 2013 Nutrion Metabolism Cardiovascular Diseases: NMCD. Jul;23(7): Lee KS, Cho KH. Higher masticatory performance and slow eating prevent the occurrence of diabetes citizens of Nagahama City aged PLoS One Jun 5;8(6):e64113 Yamazaki T, Nagahama Study Collaboration Group. More than two-fold increased risk of type 2 diabetes was determined for subjects eating faster (OR = 2.52) vs. subjects eating slower. Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 slow eaters, 12 are diabetic, in an equivallent group of 100 people but fast eaters 25 of them will be diabetic. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 in the other group. 702 people diagnosed with type 2 diabetes and non-diabetic 2013 Clinical Nutrition (Edinburgh Scotland) Apr;32(2):232-5 Radzevičienė L, Ostrauskas R.

16 diabetes Slow feeding leads to higher concentrations of GLP1 in obes adolescents. Plasma PYY concentrations increased both in obese adolescents and in adults, irrespective of the eating rate, but slowfeeding was more effective in stimulating PYY release in obese adolescents than in adults. 18 Obese adolescents and adults 2013 European Journal of Endocrinololy Feb20;168(3): Rigamonti AE, Sartorio A. Blood pressure and lipid levels also tended to increase in association with eating rate. HbA(1c) (glucose test considering the average level over 3monthes) rose significantly as eating rate increased, whereas fasting plasma glucose did not increase significantly individuals aged 40 years 2013 Diabetologia. Jan;56(1):70-7 Ohkuma T, Kitazono T. Eating speed was associated with the incidence of diabetes. Eating slowly could be an acceptable lifestyle intervention for the prevention of diabetes mellitus male 2012 Metabolism: clinical and experimental Nov;61(11): Sakurai M, Nakagawa H. Chewing more resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin concentrations in both lean and obese subjects. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S. Eating at a physiologically moderate pace leads to a more 17 pronounced anorexigenic gut peptide response than eating very fast. (Peptide YY secretion was healthy adult male higher after the 30-min meal than after the 5-min meal) 2010 Journal of Clinical Endocrinolology and Metabolism Jan;95(1):333-7 Kokkinos A, Katsilambros N.

17 diabetes The group with metabolic syndrome (obesity, high blood pressure, low high-density lipoprotein cholesterol level, high triglyceride level, and high fasting blood glucose level) was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37 for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eater. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic Association Apr;109(4): Shin A, Kim J.

18 GERD Le reflux gastro-œsophagien (RGO) touche 20 à 30 % de la population, un nombre en constante augmentation. Brûlures d'estomac, remontées acides, goût amer dans la bouche, sommeil troublé La gêne peut être importante. Le reflux gastro-œsophagien se caractérise par le passage dans l'œsophage de reflux le plus souvent acide après le repas. Il correspond à une défaillance du système anti-reflux qui inclut principalement le segment abdominal et le sphincter inférieur de l'œsophage. L'œsophage ne possède pas de protection (contrairement à l'estomac qui, lui, est couvert d'une muqueuse qui permet de protéger les effets des acides) donc les reflux acides qui remontent de l'estomac causent des brûlures et des inflammations. Les études médicales démontrent que manger lentement permet de réduire significativement le nombre de reflux chez les personnes exposées.

19 GERD Eating rate and GERD Subjects with 'irregular meal pattern' had higher odds of GERD compared with subjects with 'regular meal pattern' Neurogastroenterology and Motility (The Official Journal of European Neurogastrointestinal Motility Society Oct;25(10):831-e638. Intake of a standard meal within 5 min was associated with more reflux episodes than an intake within 30 min 4763 adults Esmaillzadeh A, Adibi P. 20 healthy volunteers Since rapid food intake produces more GERD in healthy volunteers, studies in GERD patients are warranted to evaluate if eating slowly may represent another life-style modification aimed at reducing GER American Journal of Gastroenterology Sep;99(9): Wildi SM, Tutuian R, Castell DO.

20 satiety De nombreuses hormones régulent la prise alimentaire et la dépense énergétique. Pour maintenir un apport énergétique stable au bon fonctionnement de l'organisme, des signaux orexigènes (qui stimulent la prise alimentaire) et anorexigènes (qui inhibent la prise alimentaire) se coordonnent. La ghréline est la seule hormone orexigène découverte jusqu à présent. Elle est secrétée par l estomac. Parmi les hormones anoréxigènes, on compte la cholécystokinine, le peptide YY (PYY) et le glucagon-like peptide-1 (GLP1) sécrétés au niveau de l intestin grêle ainsi que la leptine produite pour sa part au niveau du tissu adipeux (par les adipocytes). Des mécanismes complexes de retro action se forment tout au long du repas. L ensemble de ces messages (sécrétions hormonales) permet la régulation de la prise alimentaire. Les études médicales démontrent que manger lentement favorise la concentration des hormones de satiété comme la GLP1 et la cholécystokinine.

21 satiety Eating rate and Satiety Slow feeding leads to higher concentrations of GLP1 and favors satiety. 18 obese adolescents and adults 2013 European Journal of Endocrinololy Feb20;168(3): Rigamonti AE, Sartorio A. Chewing more resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin concentrations in both lean and obese subjects. 30 lean and obese young men 2011 American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S. The taste system works as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastrointestinal system about what is coming into our body. Article review Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrition Society May;70(2): de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects Article review The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ. Eating at a physiologically moderate pace leads to a more pronounced anorexigenic gut peptide (peptyde YY) response than eating very fast. 17 healthy adult males There was a trend for higher fullness subjectiv ratings immediately after the end of the 30-min meal compared with immediately after the 5-min meal Journal of Clinical Endocrinolology and Metabolism Jan;95(1):333-7 Kokkinos A, Katsilambros N.

22 satiety The quick condition of eating showed a lower Satiating Efficiency Index. After meal completion, pleasantness ratings tended to be higher under the slow condition. 30 healthy women 2008 Journal of the America Dietetic Association Jul;108(7): Andrade AM, Melanson KJ.

23 food intake Toute chose égale par ailleurs, les études démontrent que le fait de manger-vite est corrélé à l absorption d une quantité significativement plus importante de nourriture qu en mangeant lentement.

24 food intake Eating-rate and Energy/food intake Compared with the standard viscosity meal, high viscosity meal was consumed at a slower eating rate, with postprandial hunger and desire to eat being lower while fullness was 15 healthy males higher PLoS One Jun 20;8(6):e67482 Zhu Y, Hsu WH, Hollis JH. The taste system works as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastrointestinal system about what is coming into our body. Articles review Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrion Society May;70(2): de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects Article review The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure 2010 Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ. The group with metabolic syndrome was more likely to eat quickly (OR 2.23 for fast vs slow) and to overeat frequently (OR 2.37, for more than 4 times a week vs less than once a week men aged 30 Illustration : According to this odds ratio, if in a control group of 100 healthy people, 16 are fast eaters, in an equivallent group of 100 people but with metaboclic syndrom 30 will be fast eaters. If in the control group 16 overeat frequently, they are 31 of them in the other group Journal of the American dietetic AssociationApr;109(4): Shin A, Kim J. More food was ingested at the fast rate, regardless of weight class 12 Nonobese and obese male The reason is that these foods only provide brief periods of sensory exposure 1980 Psychosomatic Medecine Nov;42(6): Kaplan DL.

25 food intake Slow rates of ingestion led to significant decreases in energy intake (quick: / kcal; 30 slow: / kcal) and significant increases in water consumption (quick: / g; healthy women slow: / g) Journal of the America Dietetic Association Jul;108(7): Andrade AM, Melanson KJ.

26 food quality Chapitre II- Les causes du manger vite Selon l'oms (l'organisation mondiale de la santé), la nutrition se définit par l'apport alimentaire qui répond aux besoins de l'organisme. Deux notions sont essentielles : les nutriments et les calories. Les nutriments (glucides, protéines, lipides, vitamines, minéraux) sont des composants élémentaires contenus dans les aliments, ou issus de la nature ambiante, indispensables à notre organisme. Ils couvrent nos besoins physiologiques et nous permettent de bien fonctionner. La malnutrition se caractérise par une consommation inappropriée de nutriments ; elle est le résultat d'un déficit ou d'un excès de nutriments spécifiques. La calorie est une unité d énergie. Tous les aliments que nous consommons contiennent des calories mais certains d'entre eux apportent ce que l'on appelle des calories vides. Ce sont des calories qui apportent beaucoup d énergie avec très peu de composés non énergétiques indispensables (tels que les fibres, les minéraux et les micronutriments). Les études médicales démontrent que ces aliments particulièrement riches et qui doivent être consommés avec modération sont le plus souvent des aliments d une faible viscosité. Or moins un aliment est visqueux, plus il est susceptible d être consommé rapidement. A l inverse la nourriture à forte viscosité à tendance à avoir une meilleur qualité nutritionnelle et se mange plus lentement. Les fibres par exemple demandent un grand travail de mastication. Remarquons que la qualité de la nourriture est un domaine de recherche à fort investissement tiré par les recherches de l industrie agroalimentaire.

27 food quality Eating-rate and food quality Compared with the standard viscosity meal, high viscosity meal was consumed at a slower eating rate, with postprandial hunger and desire to eat being lower while fullness was higher. 15 healthy males 2013 PLoS One Jun 20;8(6):e67482 Zhu Y, Hsu WH, Hollis JH. This idea fits with the concept of the taste system as a nutrient-sensing system that informs the brain and the gastro-intestinal system about what is coming into our body. Article review With liquid or food that can be eaten quickly, this system is bypassed. Slower eating helps the human body to associate the sensory signals from food with their metabolic consequences Proceedings of the Nutrition Society May;70(2): de Graaf C. Depending on the foods, large differences show in eating rate between foods, ranging from 4.2 to 631 g/min. The fattest the food and the lowest his viscosity is, the fastest the food can be ingested. This study showed that when foods can be ingested rapidly, food and energy intake is high. 37 men and women (aged 23.3 (SD 3.4)y, BMI 21.7 (SD 1.7)kg/m(2)) 2011 Appetite Feb;56(1): Viskaal-van Dongen M, Kok FJ, de Graaf C. Foods that can be eaten quickly lead to high food intake and low satiating effects-the reason being that these foods only provide brief periods of sensory exposure (mouth, tongue, pallet) articles review 2010 Nature Reviews. Endocrinology May;6(5):290-3 de Graaf C, Kok FJ.

28 chewing La première étape de la digestion se fait au sein de la bouche. C est la mastication. Elle se définit par l'action de broyer les aliments avec les dents. Le processus de mastication se fait ainsi : Dans un premier lieu, les incisives sectionnent les aliments. Puis les canines vont les déchirer et enfin les molaires et prémolaires broient les aliments. Les aliments sont imprégnés de salive ce qui facilite le passage dans l'estomac. Un autre organe intervient dans le processus de mastication, la langue. Elle permet de déplacer les aliments qui ne sont pas encore mastiqués sous les molaires afin de les broyer. La langue permet aussi d'améliorer le mélange de la salive avec la nourriture. Pour permettre une bonne digestion, la mastication est indispensable. Bien mâcher permet au corps de mieux assimiler les aliments. Or les études médicales démontrent qu une bonne mastication permet de ralentir significativement sa vitesse d ingurgitation. Remarquons que la mastication a d autres «vertus». Bien mastiquer stimule les secrétions de salives ce qui contribue notamment à une bonne santé buccodentaire. De plus, la mastication sollicite et entretien les muscles maxillo-faciaux, muscles essentiels au bon développement de la mâchoire chez les plus jeunes. Enfin, les études suggèrent qu en gardant les aliments suffisamment longtemps en bouche, le cerveau et le corps perçoivent davantage de signaux avec des réponses hormonales et enzymatiques (sucs digestif) améliorés.

29 chewing Eating-rate and chewing Increasing the number of chews also prolonged meal duration and reduced eating rate. 18 Older adults 72±1years, body mass index 25.9±1.2kg/m(2)) 2014 Physiology and Behaviour Jan 17;123:62-6. Zhu Y, Hollis JH Increasing the habitual number of chews reduced significantly the eating rate. 45 normal-weight, overweight, Eating rate at 100% HNC : 22.5 g/s Eating rate at 150% HNC : 16,4 g/s and obese participants (18-45y) Eating rate at 150% HNC : 13.7 g/s 2013 Journal of the Academy of Nutrion and Dietetics Nov 9. pii: S (13) Zhu Y, Hollis JH Higher masticatory performance and slow eating prevent the occurrence of diabetes citizens of Nagahama City aged PLoS One Jun 5;8(6):e64113 Yamazaki T, Nagahama Study Collaboration Group. Compared with lean participants, obese participants had a higher ingestion rate and a lower number of chews per 1 g of food. 30 lean and obese young men Regardless of status, the subjects ingested 11.9% less after 40 chews than after 15 chews. Compared with 15 chews, 40 chews resulted in lower energy intake and postprandial ghrelin concentration and higher postprandial GLP 1 and cholecystokinin levels American Journal of Clinical Nutrition Sep;94(3): Li J, Wang S.

30 chewing Decreasing bite size significantly lowered ingestion rate for the whole meal. 18 lean and obese women As bite size decreased from 15 to 5 g, the ingestion rate ate the beginning of the meal decreased from 30.0 to 19.6 g/min. Considering the whole meal, the average ingestion rate decreased from 19.4 to Appetite Oct;21(2): Spiegel TA, Stellar E. Larger bites accounted for the increased rate of the obese, the high preference subjects, and those having a larger body size. 142 College students The hungry subjects increased their eating rate by taking faster bites Appetite Jun;5(2): Hill SW, McCutcheon NB. Observations revealed that obese Subjects took more bites, performed fewer chews per bite, and spent less time chewing than did nonobese Subjects. 100 obese and nonobese adults 1975 Journal of Consulting and Clinical Psychology 43:123-5 Gaul DJ, Craighead WE, Mahoney MJ

31 portion size Le Professeur Brian Wansink s est intéressé de près à la manière dont notre environnement immédiat (supermarché, emballages, domiciles, garde-manger, mise en place, service) influence nos habitudes alimentaires et nos préférences. Son travail au «Food and Brand Lab» de l'université de Cornell est reconnu comme ayant permis d approfondir le savoir scientifique relatif à ce que nous mangeons et comment nous achetons notre nourriture. Il lui a même valu d être surnommée «Sherlock Holmes» ou «Wizard of Why». Il avance que le fait de manger moins et mieux passe d abord par des légères modifications dans nos foyers et de nos routines habituelles. Dans Mindless Eating, Brian Wansink développe l idée que le meilleur régime est celui que l on n a pas conscience de suivre. Suite aux études qu'il a menées, il a montré que passer d'une assiette qui mesure 30,5 cm à 25,4 cm amène le mangeur à se servir et à manger en moyenne 22% en moins et à diminuer significativement sa vitesse d ingurgitation (et notamment la taille des bouchées ; on lui a imputé la paternité du Small Plate Movement=mouvement en faveur de petites assiettes). Un individu consomme en moyenne 92% de sa nourriture quelle qu elle soit quand il se sert lui-même. Les étiquettes des produits qui mentionnent faibles en gras «poussent» les gens à consommer en moyenne 16 à 23% de calories supplémentaires. Pour des raisons d'illusions d'optiques, les individus (même barmen professionnels) versent en moyenne 28% de plus de contenu dans un verre large que dans un verre haut. 50% des aliments que l'on grignote qui sont achetés en gros (par exemple les magasins spécialisés notamment) sont consommés dans les six jours suivant l achat. Lorsque les enfants se servent eux-mêmes, ils ont tendance à se servir et manger moins de nourriture que si la portion leur était servie. En outre, en doublant la taille de l entrée, ils augmentent la taille des bouchées d environ 25% et l apport énergétique total d environ 15%.

32 portion size Eating-rate and portion-size Doubling an age-appropriate portion of an entrée increased entrée and total energy intakes at lunch by 25% and 15%, respectively. 30 children Greater responsiveness to portion size was associated with higher levels of overeating. The children consumed 25% less of the entrée when allowed to serve themselves than when served a large entrée portion The American Journal of Clinical Nutrition May;77(5): Orlet Fisher J, Rolls BJ, Birch LL.

33 mindful eating Le concept du Mindful eating trouve ses racines dans les méthodes Bouddhistes. Il consiste à prendre conscience de ses habitudes alimentaires, des sensations que l'on ressent lorsque l'on mange et des pensées et émotions que chacun ressent en mangeant. Ce concept met en avant la façon dont on mange à l'inverse de ce que l'on mange. Le docteur Jan Chozen Bays, auteur de l'ouvrage sur le Mindul eating : a guide to rediscovering a healthy and joyful relationship to food souligne que le vrai problème est que l'on a tendance à relâcher son attention lorsque l'on mange, à ingurgiter plus qu à profiter, prendre le temps mâcher. Des nutritionnistes de l'université de Harvard, docteur Lilian Cheung et le professeur Brian Wansink au Food and Brand Lab à l'université de Cornell ont écrit sur le sujet du Mindful eating. Les études médicales démontrent une perte de poids plus significative chez les groupes ayant reçu des formations de sensibilisation au fait de manger en «conscience» que pour le groupe «non-conscient». Les mangeurs conscients arrivent d avantage à se «maîtriser» quand ils mangent au restaurant. Enfin, les gens «progressent» dans leur comportement alimentaire lorsque des leçons sur le «mindful eating» leur sont proposées

34 mindful eating Eating rate and minful eating Participants in the intervention group (education to mindful eating) lost significantly more weight, had lower average daily caloric and fat intake, had increased diet-related self-efficacy, and had fewer barriers to weight management when eating out at the restaurent Journal of Nutrion Education and Behavior Jan-Feb;44(1):22-8. Timmerman GM, Brown A. Significant reductions were found on all subscales of the EAT-26 with large effect sizes. Results 33 suggest benefits of an adjunct mindfulness group intervention when treating a variety of eating disorders Journal of Substance Abuse Treatment Jul;43(1): Price CJ, Rue T.

35 gastric surgery La chirurgie bariatrique est une opération qui consiste à diminuer l'absorption des aliments afin de traiter les cas d'obésité grave. Trois «grandes» techniques sont utilisées : l'anneau gastrique, la sleeve et le by-pass gastrique. L'anneau gastrique fonctionne comme un sablier. En entourant l estomac, l anneau le «cloisonne». La sleeve est une opération qui consiste à retirer une partie de l'estomac. Le by-pass gastrique consiste à réduire une partie de l'estomac en modifiant le circuit alimentaire : on court-circuite une partie du système digestif. De façon générale, ces opérations, permettent d accélérer la survenue le sentiment de satiété et donc de diminuer la taille des portions. Ce sont des opérations lourdes et qui demandent de suivre une hygiène de vie très spécifique avant et jusqu à deux, voire trois ans après l opération, pour en maximiser les chances de succès. Elles demandent notamment de mâcher de façon très minutieuse à chaque repas et de diminuer drastiquement sa vitesse d ingurgitation. Si ces impératifs s imposent d eux même dans un premiers temps, ils n en demeurent pas moins essentiels par la suite bien que la contrainte physique ressentie diminue peu à peu. L étude médicale ci-dessous montre comme la vitesse d ingurgitation et la taille des portions chutent drastiquement après une chirurgie bariatrique (ici par by-pass) mais à quel point ces nouveaux comportements peuvent être malheureusement précaires.

36 gastric surgery Eating-rate and gastric surgery Six weeks postoperatively meal size was 42% of the preoperative meal size. After 1 and 2 years, meal size increased but was still lower than preoperative size 57% and 66%, respectively. Mean eating rate measured as amount consumed food per minute was 45% of preoperative eating rate 6 weeks postoperatively. After 1 and 2 years, eating rate increased to 65% and 72%, respectively, of preoperative rate 74 patients age 42.6 years,bmi 44.5 kg m(-2). 31 non-obese subjects, 37.8 years, BMI 23.7 kg m(-2) served as a reference group International Journal of Obesity (Lond) Mar;36(3): Laurenius A, Olbers T.

37 scientific method S Le Sensor Monitored Alimentary Restriction Therapy (SMART ) est un dispositif médical bariatrique développé par Scientific Intake. C est un appareil non-invasif. Il se place et se retire au niveau du palais supérieur lorsque l'on mange. En restreignant l espace buccale, SMART impose aux gens de prendre de plus petites bouchées et permet par conséquent de ralentir leur vitesse d'ingurgitation. L étude médicale suivante (Australie) met en évidence le bien fondé de cet outil avec une corrélation forte entre la perte de poids et l observance de l utilisation par les participants de ce dispositif (définie par une utilisation au moins 5 fois par semaine, ce qui a représenté 80% des patients). Les participants apprécient le confort de l'outil et son efficacité : réduction de la taille des bouchées, mastication favorisée et baisse de la vitesse de prise alimentaire pour un niveau de satiété équivalant ou amélioré alors que la taille des repas a diminuée. Ils prétendent de plus avoir une meilleure conscience de leur comportement. Le bémol, s il en est un, au-delà de quelques ajustements (en cabinet dentaire) rendus nécessaires, tient, aux difficultés ressenties au niveau de la diction, ce qui a pénalisé un usage en société. La seconde étude a pour intérêt de valider la méthode utilisée pour mettre en place un certain nombre de protocole et consistant à considérer la vitesse d ingestion déclarée par les participants.

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood:

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood: Cholesterol Cholesterol is a fatty substance that your body needs to work. It is made in the liver and found in food that comes from animals, such as meat, eggs, milk products, butter and lard. Too much

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

CaP Diab CAbinet Patient DIABète. Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net

CaP Diab CAbinet Patient DIABète. Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net CaP Diab CAbinet Patient DIABète Yverdon-les-Bains Suisse Réseau de soins de la Broye et du Nord Vaudois www.rezonord.net Situation géographique Equipe du projet Docteur Sébastien Jotterand Médecine Générale,

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch.

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION National Blood Donor Week Act Loi sur la Semaine nationale du don de sang S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. 4 Current to June 9, 2015 À jour au 9 juin 2015 Published by the

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont

Plus en détail

Bien manger, c est bien grandir!

Bien manger, c est bien grandir! Bien manger, c est bien grandir! Comme tous les enfants, tu as besoin de manger quatre repas par jour. Tu vas alors bien grandir, être en bonne santé et ne pas grignoter toute la journée! Le petit déjeuner

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Menu du jour Épidémie de l obésité chez l enfant Epidémiologie Facteurs

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 Origin: Authority: Reference(s): Community Services Department Cafeteria Services and Nutrition Education Division Resolution #86-02-26-15B.1 POLICY STATEMENT All elementary

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society LIONS VILLAGE of Greater Edmonton Society affichage en français Informations sur l'employeur Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society Secteur d'activité de l'employeur *: Développement

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT

CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris 1 General Context The issue of sustainable food systems raises several challenges:

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Evolution séculaire de la taille, du poids et de la composition corporelle à Jászság (Hongrie)

Evolution séculaire de la taille, du poids et de la composition corporelle à Jászság (Hongrie) Colloques du Groupement des Anthropologistes de Langue Française (GALF) Evolution séculaire de la taille, du poids et de la composition corporelle à Jászság (Hongrie) Secular changes in height, weight

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Utiliser une WebCam Auteur : François CHAUSSON Date : 8 février 2008 Référence : utiliser une WebCam.doc Préambule Voici quelques informations utiles

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Eastern Mediterranean Health Journal, Vol. 9, Nos 5/6, 2003 1099

Eastern Mediterranean Health Journal, Vol. 9, Nos 5/6, 2003 1099 Eastern Mediterranean Health Journal, Vol. 9, Nos 5/6, 2003 1099 Les effets métaboliques du jeûne du mois de ramadan chez des diabétiques de type 2 R. Bouguerra 1, A. Belkadhi 2, J. Jabrane 2, J. Hamzaoui

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada

Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada Vieillir et ne pas retourner dans le placard Jane Barrat Australie Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) SOR/98-33 DORS/98-33 Current to September

Plus en détail

PLAN. 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8.

PLAN. 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8. LES DENTS PLAN 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8. Bibliographie Voici tous les secrets pour garder de belles

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description Super Range 71 Model SR71-15 SR71-A SR71-C SR71-E SR71-X SR71-USB Product Description 802.11a/n, Mini PCI, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, Mini PCI, 3x3 MIMO 802.11a/b/g/n, CardBus, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, PCI

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING ST GEORGE S COLLEGE LANGUAGES DEPARTMENT 13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING The examination is separated into two sections. You have this answer booklet with the questions for the

Plus en détail

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs.

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs. Influence du régime sur les quotients respiratoires chez le porc en croissance Geneviève CHARLET-LERY Marie-Thérèse MOREL Laboratoire de Physiologie de la Nutrition LN.R.A., 78350 Jouy-en-Josas Summary.

Plus en détail

Canal Latéral à La Loire Région Centre, Département du Cher

Canal Latéral à La Loire Région Centre, Département du Cher Figure 1 : arbre tombé au niveau de la passerelle de Cuffy, PK112 PK113 Fallen tree by the Cuffy footbridge, Km marker 113 Crédit Photo : Michèle et Gérard B. D B A / E n t e n t e d e s C a n a u x d

Plus en détail

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D ICM STUDENT MANUAL French 2 JIC-FRE2.2V-12 Module Change Management and Media Research Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième édition,

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES. OBESITE DIABETE I et II (M. AMATO)

DEFICIENCES METABOLIQUES ET ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES. OBESITE DIABETE I et II (M. AMATO) DEFICIENCES METABOLIQUES ET ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES OBESITE DIABETE I et II (M. AMATO) 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 ans (grade II) à 10 ans (grade III)*

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Revision of hen1317-5: Technical improvements

Revision of hen1317-5: Technical improvements Revision of hen1317-5: Technical improvements Luca Felappi Franz M. Müller Project Leader Road Safety Consultant AC&CS-CRM Group GDTech S.A., Liège Science Park, rue des Chasseurs-Ardennais, 7, B-4031

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail