Alimentation et santé de l enfant : lien avec la condition dentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alimentation et santé de l enfant : lien avec la condition dentaire"

Transcription

1 Alimentation et santé de l enfant : lien avec la condition dentaire Alimentation, stabilité pondérale et santé de l enfant Angelo Tremblay Division de kinésiologie Y a-t-il autre chose?

2 La première loi de la thermodynamique : Équilibre énergétique Apport Dépense réserves énergétiques Bien peu informative à propos des causes de l obésité

3 La santé buccale et le sucre ne font pas bon ménage la stabilité pondérale non plus!

4 Relation between consumption of sugarsweetened drinks and childhood obesity: a prospective, observational analysis David S Ludwig, Karen E Peterson, Steven L Gortmaker The Lancet, Vol 357, February 17, 2001 For each additional serving of sugar-sweetened drink consumed, body mass index increased by 0.24 kg/m 2.

5 Une «mauvaise bouche» qui ne favorise pas uniquement des problèmes buccodentaires

6 La maladie parodontale pourrait affecter ces différentes conditions : Accident vasculaire cérébral Arthrite rhumatoïde Cancer Diabète Dysfonction érectile Dyslipidémie Maladie d Alzheimer Maladie vasculaire périphérique Maladies cardiovasculaires Maladies pulmonaires Obésité Ostéoporose Troubles de grossesse

7 L œuf ou la poule? Certaines études documentent le risque de différentes maladies systémiques (diabète, MCV, etc.) entraînées par la maladie parodontale D autres font référence au risque de la maladie parodontale entraînée par ces différentes maladies systémiques Et d autres font état d un lien bidirectionnel Une coincidence ne doit pas être ignorée

8 Maladies cardiovasculaires : observations chez l humain La prévalence de lésions athérosclérotiques est plus élevée chez des personnes avec une histoire de mauvaise santé buccale Desvarieux Moïse et al., Stroke, 34; , 2003

9 Maladies cardiovasculaires : études d intervention Treatment Outcome Reference Local minocycline treatment on PD patients Number of oral bacteria in pockets Serum TNF-α Improved insulin resistance Iwamoto Yoshihiro, J Periodontol, 72; ; 2001 Full mouth scaling, root planning and cutterage with removal of unsalvageable teeth in diabetes (type II) patients who had periodontal disease Better glycemic control Stewart JE et al., J Clin Periodontol, 28; ; 2001 Local application of antibiotics and debridement of calculus Serum TNF-α CRP Iwamoto yoshihiro, J Periodontol, 74; ; 2003 Scaling and root planning of people diagnosed with severe periodontal disease Better endothelial function Seinost Gerald, Am Heart J 149; ; 2005 Scaling and root planning of women between month of pregnancy with monthly tooth polishing and oral hygiene instructions No effect on preterm births Michalowicz Brian S. et al., N Engl J Med, 355; ; 2006 No clinical debridement, healthy patients with mild to moderate periodontal disease Total bacterial load Inflammation biomarkers Intima-media thickness Piconi Stefania, FASEB J, 23; ; 2009

10 Maladie parodontale Diabète

11 Diabète Chez des rats nourris avec une diète riche en lipides, la parodontite accélère et amplifie la résistance à l insuline. Watanabe Keiko, J Periodontol, 79; ; 2008 La présence de maladie parodontale prédisposerait au diabète (NHANES). Demmer Ryan T, Diabetes Care, 31; ; 2008 La maladie parodontale exacerberait aussi le diabète Ianopico Anthony M, Ann Periodontol, 6; ; 2001 Une étude préliminaire montre qu'il y aurait un effet bénéfique du traitement de la PD sur le LPO (marqueur de stress oxydatif) chez des patients diabétiques. Sonoki K, J Periodontol, 77; ; 2006

12 L obésité et la maladie parodontale Le tissu adipeux sécrète des cytokines inflammatoires (personnes ayant un surplus de poids et masse grasse dans la partie supérieure du corps (abdominale)) Celles-ci peuvent augmenter le risque de MCV et de diabète entre autres Plusieurs d entre elles (substances inflammatoires) seraient aussi augmentées chez les gens souffrant de maladie parodontale Un IMC élevé serait associé à un plus haut risque de maladie parodontale Saito T, J Dent Res 80; ; 2001 Pischon N, J Dent Res 86; ; 2007

13 Effets de l activité physique sur la maladie parodontale Un niveau d activité physique plus élevé diminue la prévalence de maladie parodontale (sauf chez les fumeurs).

14 Un apport inadéquat en micronutriments, notamment le calcium, comme déterminant du surpoids : est-ce possible?

15 Un verre de lait, c est bien Deux, c est mieux!

16 Availability of milk, yogurt, and soft drinks in vending machines of schools of the Quebec City area Schools (%) Soft drinks Milk Yogurt Adapted from Beauchesne-Rondeau E and Chaumette P, 2004

17 Longitudinal calcium intake and body fat in children Dietary calcium intake was negatively related to percent body fat. Consumption of carbonated beverages and other sweetened beverages were negatively related to calcium intake. Adapted from Skinner et al. J Am Diet Assoc 2003;103(12),

18 Des déterminants discrets du surpoids : Le manque de sommeil Le travail mental surabondant L obsession de la minceur

19 «Qui dort dîne»

20 Le petit dormeur est davantage à risque de surpoids Locard E et al. Int J Obes Relat Metab Disord 1992;16: Vioque J et al. Int J Obes Relat Metab Disord 2000;24:

21 Que nous disent les données expérimentales? La privation du temps de sommeil est associée à : [leptine] plasmatique plus faible. [ghreline] plasmatique plus élevée. [cortisol] plasmatique plus élevée. Désir de manger accru. Dominance du tonus sympathique. Diminution de la tolérance au glucose. Spiegel K et al. Lancet 1999;354: Spiegel K et al. Ann Intern Med 2004;141:

22 Évolution du sommeil au cours des dernières années 1-2 heures/jour au cours des 40 dernières années (population américaine) Proportion de jeunes adultes dormant moins de 7 heures par nuit Pourcentage (%) National Sleep Foundation (2006).

23 Relationship between short sleeping hours and childhood overweight/obesity: results from the Québec en Forme Project Jean-Philippe Chaput, Marc Brunet et Angelo Tremblay (International Journal of Obesity 2006; 30: ) Objectif : Vérifier la relation sommeiladiposité chez les enfants de QEF. Sujets : garçons et 211 filles -5-10ans - Projet pilote QEF (Trois-Rivières)

24 Corrélation entre les heures de sommeil et le poids corporel des garçons du projet Québec en Forme 60 r = 0.33, p < 0.01 n = 211 Poids (kg) Heures/jour *ajusté pour l âge

25 Risque pour un enfant de présenter un surpoids/obésité en fonction de différents facteurs Faible revenu familial Faible niveau d'éducation parentale Obésité parentale 4 Inactivité physique Écoute télévisuelle ( 3 h/jour) Manque de sommeil 3.45 Risque relatif

26 Désir de manger Opportunités pour manger Apport calorique Manque de sommeil Thermorégulation altérée Fatigue Dépense énergétique Obésité

27 «Un esprit sain dans un corps sain»

28 Impact du travail mental sur la prise alimentaire 15 étudiantes universitaires 2 conditions: lire et résumer un article en 350 mots sur ordinateur vs situation de repos 45 minutes pour chacune des situations Buffet à volonté servi après la tâche

29 Évaluation du stress Variables Contrôle Travail mental Rythme cardiaque (batt./min) 67.7 ± ± 9.6* Tension art. systolique (mm Hg) ± ± 6.9* Tension art. diastolique (mm Hg) 68.8 ± ± 5.4* Anxiété-État Début de la tâche 25.8 ± ± 1.4** Après la tâche 24.8 ± ± 1.6** Après le buffet 24.0 ± ± 1.5 *p < 0.01.**p < Chaput et Tremblay, Physiol Behav 90: 66-72, 2007

30 Coût énergétique des 2 tâches et prise alimentaire spontanée Dépense énergétique Apport énergétique Dép ense (kcal/45 m in) kcal A pport ( kcal) * +229 kcal 0 CTR TM CTR TM Bilan: apport dépense = +226 kcal 0 Chaput et Tremblay, Physiol Behav 90: 66-72, 2007

31 Un enjeu de taille : La mesure du niveau de travail mental, c està-dire l effort à réaliser pour imaginer, comprendre, intégrer, déduire, mémoriser, etc.

32 Mental workload quantification Control Reading-writing Test-battery NASA-Task Load Index ± ± 15.4** 63.3 ± 16.2** Reaction time (ms) ± ± 193** 883 ± 136** **p < 0.01 versus control values. 1 Questionnaire assessing the overall perceived workload. 2 Secondary task assessing the degree of mental solicitation. Adapted from Chaput et al, Psychosomatic Med 70: , 2008

33 Mean energy intake in the buffettype meal Control Reading-writing Test-battery Total energy intake * 1113* (kcal) Energy intake from * 299* desserts (kcal) * p < 0.05 versus control values Adapted from Chaput et al, Psychosomatic Med 70: , 2008

34 Impact of KBW on glucose instability, cortisolemia and ad libitum energy intake as assessed by the reaction time *p < 0.05.

35 Pourcentage de masse grasse du tronc en fonction de la durée des devoirs % de masse grasse du tronc P= n=141 n=153 0 <=30 >30 Durée moyenne des devoirs par jour (min) Source: Mathieu et al., données non publiées

36 IMC et activité physique IMC P < 0.05 Actives (21) * Filles Sédentaires (12) Actifs (30) * Garçons Sédentaires (11) Brunet M et al., données non publiées

37 Réussite académique et activité physique Résultats scolaires (%) % 71.3 *** 84 7 % 77 ** 60 Actifs (37) Sédentaires (12) Actifs (37) Sédentaires (12) Mathématiques Moyenne générale *** p<0.001, ** p <0.01 Brunet M et al., données non publiées

38 «La modération a bien meilleur goût»

39 Pressions sociales exercées sur les femmes

40 Impact de la restriction sur le gain de poids au cours d une période de 6 ans chez des femmes p<0.05 Niveau de restriction faible Niveau de restriction élevé ANCOVA après ajustement pour l,age et le poids initial.. Adaptée de Drapeau et al. IJO 27: , 2003

41 Pression psychologique externe Snack food intake (kcal) 127 kcal 303 kcal Maternal restriction Fisher JO et Birch LL. Appetite, 1999

42 Pourcentage de masse grasse du tronc en relation avec la prise de déjeuner * % de masse grasse du tronc *: p < à 4 5 Nombre de déjeuners en semaine Source: Mathieu et al., données non publiées

43 Des déterminants discrets du surpoids : Le manque de sommeil Le travail mental surabondant L obsession de la minceur Quel est leur impact en comparaison aux déterminants traditionnellement considérés?

44 Risk factors of overweight and obesity documented in the Quebec Family Study High dietary lipid intake High alcohol intake Caloric value Non-participation in high-intensity physical activity Non-consumption of multivitamin and dietary supplements High dietary restraint behavior High susceptibility to hunger behavior No caloric value High dishinibition eating behavior Low-dietary calcium intake Short sleep duration

45 Risk factors for overweight and obesity in adulthood: Results from the Quebec Family Study Risk factors Adjusted OR BW (kg) vs (cross-sectional) reference category (6 y follow-up) Short sleep duration 3.81* 1.65 High disinhibition eating 3.8* 1.46 behavior Low dietary calcium intake 2.88* 1.3 High susceptibility to hunger 2.2* 1.28 behavior Non-participation in high-intensity 2.03* 1.23 physical exercise High dietary restraint behavior 2.01* 1.09 Non-consumption of multivitamin 1.86* 0.87 and dietary supplements High dietary lipid intake 1.64** 0.61 High alcohol intake 1.37** 0.39 *p < 0.01, ** p < 0.05 Adapted from Chaput et al, Obesity 2009

46 La maladie parodontale pourrait affecter ces différentes conditions : Accident vasculaire cérébral Arthrite rhumatoïde Cancer Diabète Dysfonction érectile Dyslipidémie Maladie d Alzheimer Maladie vasculaire périphérique Maladies cardiovasculaires Maladies pulmonaires Obésité Ostéoporose Troubles de grossesse

47 Alimentation et santé de l enfant : lien avec la condition dentaire Alimentation, stabilité pondérale et santé de l enfant Y a-t-il autre chose?

Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval

Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval Activité humaine et obésité : est-il pertinent de reconsidérer la notion de sédentarité? Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval Traditionnellement, la sédentarité a été considérée

Plus en détail

Activité humaine et obésité : bien plus qu une question de mouvement ou de calories. Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval

Activité humaine et obésité : bien plus qu une question de mouvement ou de calories. Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval Activité humaine et obésité : bien plus qu une question de mouvement ou de calories Angelo Tremblay Département de kinésiologie Université Laval années (% de 1994) Tendances de l espérance de vie au Canada

Plus en détail

IMPACT DU SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Laurence Weibel Neurobiologiste

IMPACT DU SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Laurence Weibel Neurobiologiste ENA, Strasbourg, 22 octobre 2013 IMPACT DU TRAVAIL DE NUIT SUR LES RYTHMES BIOLOGIQUES Laurence Weibel Neurobiologiste L homme est rythmique L homme est diurne L horloge biologique Le Chef d orchestre

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

I take care Days. David Fäh

I take care Days. David Fäh I take care Days Ré-équilibrezéquilibrez votre corps et votre esprit par la nourriture David Fäh Sommaire Corps Mon poids: qu est-ce qu il signifie? Comment puis-je mettre mon poids en équilibre? L équilibre

Plus en détail

Bouger plus pour manger mieux. Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014

Bouger plus pour manger mieux. Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014 Bouger plus pour manger mieux Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014 Points discutés Introduction Alimentation, activité physique et santé Activité

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser Activité physique et grossesse Bengt Kayser Plan Obésité et activité physique: fat vs. fit Activité physique pendant la grossesse et le travail d accouchement Diabète gestationnel et activité physique

Plus en détail

Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique?

Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique? SEANCE D INTRODUCTION Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique? Marcel Bonay Rappels Terme Activité Physique Inactivité Entraînement Exercice physique Condition physique Aptitude

Plus en détail

Alimentation du sportif: gestion du poids

Alimentation du sportif: gestion du poids Alimentation du sportif: gestion du poids 1 Les sportifs mettent en place de façon régulière des régimes destinés à faire perdre rapidement du poids souvent à l approche d une compétition. Si la perte

Plus en détail

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Menu du jour Épidémie de l obésité chez l enfant Epidémiologie Facteurs

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand Activité physique Tout

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines]

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines] Obésité Quelle prise en charge nutritionnelle? Quelle efficacité? Quelle place pour le MPR? Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours valerie.miserez@hcuge.ch

Plus en détail

EA 4188, Nutrition Humaine, Biodisponibilité & Athérogénèse Université Montpellier 1 & 2, France

EA 4188, Nutrition Humaine, Biodisponibilité & Athérogénèse Université Montpellier 1 & 2, France La supplémentation d un extrait de pépins de raisins Chardonnay riche en procyanidines prévient l'obésité nutritionnellement induite chez le hamster en réduisant le stress oxydant Kelly Décordé 1, Pierre

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Les protéines contre le surpoids

Les protéines contre le surpoids Les protéines contre le surpoids Par leur mode de vie, de plus en plus de gens ont un bilan énergétique positif, dû soit à un surapport calorique, soit au fait qu'ils ne se dépensent pas assez - ou alors

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

Lise Dubois, DtP, PhD

Lise Dubois, DtP, PhD Alimentation et obésité des enfants d âge préscolaire: entre comportements individuels, cultures familiales et inégalités sociales Lise Dubois, DtP, PhD Professeure Agrégée Département d épidémiologie

Plus en détail

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) C. Goanvec, PhD EA 4324 Optimisation des Régulations Physiologiques ORPHY O EA-4324 1 rphy DT2 : définitions Fédération Internationale

Plus en détail

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments :

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments : L indice glycémique des aliments : Relation avec obésité et diabète de type 2 Annie Ferland dtp, MSc et Paul Poirier MD, PhD, FRCPC, FACC Il a été observé que plusieurs sucres et aliments à teneur glucidique

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Obésité chez l enfant : définition, prévalence et facteurs d environnement

Obésité chez l enfant : définition, prévalence et facteurs d environnement Obésité chez l enfant : définition, prévalence et facteurs d environnement Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 10, Numéro 2, 135-9, Mars 2003, Rôle de l alimentation Auteur(s) : Marie Françoise ROLLAND-CACHERA,

Plus en détail

Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique

Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique Dans ses dernières directives, l «International Diabetes Federation» (IDF) a montré qu une forte augmentation de la glycémie

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

L état de la question : Le calcium et la régulation du poids Janvier 2012 Pour vous aider dans votre pratique et mieux guider vos patients et clients

L état de la question : Le calcium et la régulation du poids Janvier 2012 Pour vous aider dans votre pratique et mieux guider vos patients et clients L état de la question : Le calcium et la régulation du poids Janvier 2012 Pour vous aider dans votre pratique et mieux guider vos patients et clients Depuis, quelques années on remarque une diminution

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées La Formation et la Recherche en APA-Santé: quels enjeux pour quelles populations cibles? Pr Pascale DUCHÉ 29, 30 et 31 mars 2012 Orsay

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

Avantages sur la santé du vélo comme mode de déplacement domicile - travail?

Avantages sur la santé du vélo comme mode de déplacement domicile - travail? Avantages sur la santé du vélo comme mode de déplacement domicile - travail? Marc FRANCAUX Faculté des Sciences de la Motricité Université catholique de Louvain 1 - Vélos actifs 01/12/2015 Human Evolution

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice

Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice 900.000 adultes sans cancer inclus en 1982 57.000 décès par cancer en 16 ans Relation entre l IMC en 1982 et le risque de décès par cancer à l issue du

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE Gérard CROS Résistance à l insuline Facteurs génétiques et environnementaux Stress oxydant DIABETE (hyperglycémie) Stress oxydant

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

Les bénéfices santé. Gestion du poids

Les bénéfices santé. Gestion du poids Les bénéfices santé Gestion du poids Contrairement aux idées reçues selon lesquelles les produits laitiers «font grossir», un nombre croissant de données scientifiques suggère que ces produits ont un rôle

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Dr Monelle BERTRAND CHU Toulouse Unité Transversale de Nutrition Clinique Dr Daniel BAJON Clinique de Saint Orens

Plus en détail

Grossesse et Alimentation

Grossesse et Alimentation Grossesse et Alimentation Maaike Kruseman Professeure HES Plan 1. Prise poids: des recommandations à la réalité 2. Effets secondaires des conseils diététiques 3. Le conseil sur mesure 4. Allaitement: la

Plus en détail

Triade de la douleur et nutrition : indissociables. Questions et commentaires Twitter : #RVRéadapt info@luciebruneau.qc.ca

Triade de la douleur et nutrition : indissociables. Questions et commentaires Twitter : #RVRéadapt info@luciebruneau.qc.ca Triade de la douleur et nutrition : indissociables Questions et commentaires Twitter : #RVRéadapt info@luciebruneau.qc.ca Triade de la douleur Alimentation, sommeil et douleur par Florence Sydney, Dt.P,

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

Fréquence de la fatigue

Fréquence de la fatigue Autres causes de Fatigue TAO Vendredi 21 Novembre 2014 Joly F, MD PHD, Oncologie médicale, Caen Centre François Baclesse - CHU 1 / xx Fréquence de la fatigue Initiale En cours de traitement Post traitement

Plus en détail

Nutrition, Obésité et pathologies métaboliques

Nutrition, Obésité et pathologies métaboliques L3 APA-S - S5 2015-16 Nutrition, Obésité et pathologies métaboliques CM1. L adiposité : sa définition, sa classification D. Chapelot Préambule La normalité est définie en fonction d une population de référence

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Quel impact sur la prise alimentaire?

Quel impact sur la prise alimentaire? Taille des portions Quel impact sur la prise alimentaire? Rarement évoquée, la taille des portions des aliments, en constante augmentation depuis les années 70, joue un rôle majeur dans la progression

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT

ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT 1 ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT La prévalence de l obésité chez l enfant augmente dans tous les pays industrialisés et va continuer à s aggraver. Afin de freiner cette progression,

Plus en détail

Syndrome métabolique et SAS : quelle prise en charge?

Syndrome métabolique et SAS : quelle prise en charge? Syndrome métabolique et SAS : quelle prise en charge? E.Orvoën-Frija Université Pierre et Marie Curie Pathologies du sommeil, Pitié- Salpêtrière JPRS 2011 Prévalence du Syndrome Métabolique (NCEP) Etude

Plus en détail

Alimentation et tabac

Alimentation et tabac Alimentation et tabac Le rôle du tabac dans la régulation du poids Les modifications à l arrêt de la cigarette Les conseils (TCC) pour ne pas prendre de poids Les constatations A âge égal, sexe et conditions

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Par Cora Loomis, diététiste-nutritionniste Université de Sherbrooke 21 février, 2012

Par Cora Loomis, diététiste-nutritionniste Université de Sherbrooke 21 février, 2012 Par Cora Loomis, diététiste-nutritionniste Université de Sherbrooke 21 février, 2012 Un problème de poids Un problème d estime de soi Régimes amaigrissants - Types - Efficacité - Effets secondaires Opter

Plus en détail

Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité

Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité le point sur Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l actualité Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 689-94 J. C. Correia L. Locatelli A. Golay Drs Jorge C. Correia et Loïc Locatelli

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas cliniques HTA CBH 7 mars 2015 JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas clinique (1) Infirmière de 30 ans consulte pour découverte d une élévation de PA suite à des lipothymies PA 156/96

Plus en détail

Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence].

Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence]. Incontinence urinaire et obésité chez la femme [Obesity and female urinary incontinence]. Julie Pommereau-Lathelize, Xavier Fritel To cite this version: Julie Pommereau-Lathelize, Xavier Fritel. Incontinence

Plus en détail

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies.

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies. Selon l organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 1,9 milliard d adultes souffraient de surpoids en 2014. Parmi eux, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont alarmants d autant plus

Plus en détail

Obésité et son paradoxe. Damien Coisne

Obésité et son paradoxe. Damien Coisne Obésité et son paradoxe Damien Coisne 1 2 Obesity paradox Definition Obesity définition OP et coronaropathie OP et insuffisance cardiaque à FE basse ou FE préservée 3 4 5 Obesity paradox Definition Obesity

Plus en détail

Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique

Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique 12 Femmes et santé Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique Catherine Lombard et Helena Teede La prévalence du surpoids et de l obésité est en augmentation dans la

Plus en détail

Santé Bucco-Dentaire. Santé Générale

Santé Bucco-Dentaire. Santé Générale Santé Bucco-Dentaire Santé Générale Dr Etienne ANDRE Grenoble dr.etienne.andre@gmail.com Santé Bucco-dentaire Santé Générale SFT Congrès Toulouse 2015 Dr. E. André 1 Top santé 16 septembre 2015 Santé Bucco-dentaire

Plus en détail

MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE. Karine Spiegel, PhD

MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE. Karine Spiegel, PhD MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE Karine Spiegel, PhD Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon INSERM U1028 - UMR 5292 Equipe «Physiologie intégrée du système d'éveil» Obligation

Plus en détail

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Service de Nutrition Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière Service d'endo et d'métab L hôpital

Plus en détail

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N Guy Fagherazzi, Epidémiologiste CESP Inserm U1018, Equipe «Mode de vie, gènes et santé» Twitter : @GFaghe Facteurs

Plus en détail

Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique?

Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique? Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique? Valérie Miserez Diététicienne diplômée Département de médecine communautaire et de premier recours valerie.miserez@hcuge.ch 29 415 Quelques chiffres

Plus en détail

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment?

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? La consultation de ménopause Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? G.Girardet Nendaz. Nov.2000 Risque de morbidité pour une femme de 50 ans Maladie CV 46% AVC 20% Fracture du fémur 15% Cancer

Plus en détail

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile de France, 93017 Bobigny

Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile de France, 93017 Bobigny 50 ème JAND 29 janvier 2010 Densité énergétique et prise alimentaire France BELLISLE Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INRA U1125 INSERM U557 CNAM EA3200, Université Paris 13, CRNH Ile

Plus en détail

Une initiative du Service de santé et de psychologie de l Université de Moncton. en collaboration avec le CNFS-Volet Université de Moncton

Une initiative du Service de santé et de psychologie de l Université de Moncton. en collaboration avec le CNFS-Volet Université de Moncton Une initiative du Service de santé et de psychologie de l Université de Moncton en collaboration avec le CNFS-Volet Université de Moncton C Boissons appelées «Energy Drink». Elles contiennent de la caféine,

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 15 avril 2011 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'évaluation des justificatifs concernant

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS Numéro 2 Printemps 2009 L étude se poursuit avec vous dès aujourd hui! Chers participants, Vous avez été plus de 6000 personnes à participer à l étude CoLaus et plus de 3500 à

Plus en détail

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy Les questions Prévalence? Définition de l obésité chez le sujet âgé? composition

Plus en détail

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE BASES D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Régine GAUL AOUIZERATE LA SANTE DEFINITION «La santé est un état de complet bien- être physique, mental et social et pas seulement l absence de maladie ou d infirmité»

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

The French Nutrition and Health Program: impact on cardiovascular risk factors

The French Nutrition and Health Program: impact on cardiovascular risk factors Le Programme national nutrition santé : impact sur les facteurs de risque cardio-vasculaire The French Nutrition and Health Program: impact on cardiovascular risk factors S. Hercberg* R é s u m é»» Avec

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 La composition corporelle 302 La masse maigre 303 La masse

Plus en détail