DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES"

Transcription

1 DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE Rôle des parents dans l évolution des comportements alimentaires durant l enfance La psychologie du goût s est donné comme objectif de comprendre le déterminisme de la construction du goût et de la mise en place des préférences alimentaires en se dotant d outils scientifiques : l observation et l expérimentation. Cependant, il s agit d une science encore récente, et particulièrement peu développée en ce qui concerne l enfant. Les données objectives dont nous disposons actuellement ne suffisent donc pas à établir de conclusions définitives. Cependant, leur convergence nous invite à proposer un certain nombre d explications et de recommandations (Rigal, 2000). Comment évoluent les comportements alimentaires avec l âge? A la naissance, le goût du petit de l homme lui permet d avoir des comportements parfaitement adaptés à ses besoins. Premièrement, il apprécie ce qui est nourrissant, notamment ce qui est gras et sucré, comme l est le lait maternel. Deuxièmement, il ne montre pas de préférences marquées pour les odeurs ce qui lui permet d accepter l ensemble des sensations olfactives délivrées par le lait de sa mère qui se parfume des aliments qu elle consomme. Enfin, il sait bien s autoréguler : il sait adapter ses consommations à ses sensations de faim et de satiété. En résumé, pendant les deux premières années de vie, la situation est idyllique : le nouveau-né a du plaisir à consommer ce dont il a besoin (en densité, en diversité et en taille) et ses parents s en émerveillent! Dans les sociétés d abondance alimentaire, la situation se complique pour une majorité d enfants audelà de deux trois ans. Certes l enfant continue d apprécier ce qui est nourrissant, ce qui continue de présenter un caractère adaptatif. Cependant, sa capacité d autorégulation diminue. Dans un environnement alimentaire abondant, il est alors tenté de consommer les produits denses en des quantités trop importantes, c est-à-dire qui vont au-delà de ses besoins. De plus, en tant qu omnivore, il est tenu d élargir son répertoire alimentaire à une grande variété d aliments. Deux freins puissants entravent ce besoin vital. Premièrement, les aliments tels que les fruits et les légumes sont rejetés en Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 1

2 raison de leur caractère peu rassasiant. Deuxièmement, environ trois quarts des enfants deviennent néophobes : ils refusent de goûter les aliments qu ils ne connaissent pas. En somme, pendant une période qui couvre en moyenne les âges de 2 à 7 ans, l enfant devient difficile à nourrir (risque de consommation excessive des aliments denses et difficulté à élargir son répertoire de consommation à des aliments de bonne qualité nutritionnelle) et ses parents s en désolent! Comment expliquer cette évolution des comportements alimentaires de la naissance à l enfance? Nous nous centrerons sur le rôle des parents, en laissant de côté les facteurs propres au développement affectif et cognitif de l enfant. Comment préserver la capacité d ajustement calorique du jeune enfant? Nous nous sommes basés sur une étude réalisée par Birch et ses collègues (2000) auprès d un échantillon de 156 filles âgées entre 4 et 6 ans et leur mère dont on connaît l indice de masse corporel. On mesure la capacité d ajustement calorique des filles selon un protocole dit de «libre accès». Après qu elles aient consommé leur déjeuner, on les invite à jouer librement dans une salle où se trouvent à disposition des jouets et des aliments de grignotage à forte valeur énergétique. On calcule, à partir des restes, le nombre de calories ingérées (qui devrait être quasiment nul étant donné l état de satiété en début d expérience). Les mères sont invitées à compléter différents questionnaires qui évaluent leur tendance à restreindre leur propre alimentation à travers des régimes, leur perception et leurs préoccupations du fait que leur fille puisse être en surpoids, et le niveau avec lequel elles contrôlent l accès de leur enfant aux aliments riches, gras ou sucrés. Les résultats mettent en valeur que plus les mères contrôlent les prises alimentaires de leurs filles, plus celles-ci ont des difficultés à ajuster les quantités consommées dans le protocole de libre accès et plus elles sont en surpoids. Deux facteurs peuvent se trouver à l origine de cette liaison CAP (Contrôle Ajustement Prise de poids) : d une part, la tendance de la mère à Restreindre sa propre alimentation (R-CAP); d autre part, le Surpoids initial de l enfant (S-CAP). Dans le schéma R-CAP, le surpoids de l enfant est en partie expliqué par les préoccupations de la mère pour sa propre minceur : dans son combat pour rester mince, elle implique sa fille en contrôlant fortement son alimentation. Ce contrôle a des effets inverses à ceux qui sont souhaités puisqu il participe à déréguler la capacité d ajustement calorique de l enfant qui surconsomme les produits qui lui sont interdits à la maison quand ceux-ci se trouvent en libre accès. Dans le schéma S-CAP, le surpoids de l enfant est à l origine des préoccupations de la mère pour la santé ou la silhouette de sa fille. Sa fille étant en surpoids, la mère restreint son alimentation afin de l empêcher de prendre davantage de poids. L effet obtenu n est pas inverse mais boomerang : la fille risque d augmenter encore son indice de masse corporelle par réaction excessive au contrôle imposé par sa mère. L idéal est donc de ne pas déréguler la capacité d ajustement calorique des enfants : laissons-les continuer à gérer leurs prises alimentaires en fonction de leur état de faim et de satiété, tout en leur Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 2

3 proposant un répertoire alimentaire diversifié dans lequel le chocolat et les légumes verts trouvent leur place et où les aliments attirants ne sont pas constamment disponibles. Comment donner aux enfants le plaisir pour les légumes? Les apprentissages les plus efficaces chez l enfant sont ceux qui reposent sur la familiarisation qui peut se faire à court terme autour de la préparation du repas, ou à plus long terme par consommation répétée. La familiarisation à court terme consiste à développer le nombre de contacts entre l enfant et l aliment avant que celui-ci ne soit présenté dans l assiette, ceci en associant l enfant à la préparation du repas. L idée de demander aux enfants d établir leur menu n est pas toujours une bonne idée car l angoisse néophobique est renforcée en situation de choix. En revanche, une fois le menu décidé, associer l enfant à la «collecte» des produits permet une première prise de contact. La collecte la plus efficace se fera dans le jardin ou sur le balcon pour les plantes aromatiques : la réponse néophobique est nécessairement réduite lorsque l enfant a fait pousser le produit et connaît ainsi son origine. Plus simplement, amener son enfant faire le marché et lui demander de choisir les produits suscite une première forme de connaissance : le produit est associé à un lieu et une personne familiers, de cette façon sa provenance n est plus totalement inconnue. Il semble également que l enfant acceptera plus volontiers de goûter un produit qu il aura lui-même cuisiné, que tout plat prêt à consommer. Enfin, l éducation sensorielle, qui consiste essentiellement à parler avec l enfant de ce qu il mange autrement qu en termes hédoniques («j aime» ou «je n aime pas») ou normatifs («c est bon ou mauvais pour la santé») est également un moyen par lequel les sujets peuvent s approprier des produits au départ inconnus. Le langage permet d établir des liens entre l inconnu et le familier. Il est donc essentiel de mettre des mots sur la nourriture, de décrire avec les enfants les sensations qu elle leur procure. La familiarisation à plus long terme consiste en une consommation répétée du produit dans le temps. Un certain nombre d études réalisées auprès d enfants, mais plus souvent auprès d adultes, ont confirmé que le plaisir pour un aliment augmente avec le nombre de consommations (voir par exemple Rigal, 2005). Cet effet dit «effet positif de l exposition» peut être renforcé en jouant sur la tonalité affective du contexte et la présence d autrui lors de la consommation (Birch, 1980 ; Birch et al., 1980) : les aliments sont d autant plus appréciés au fur et à mesure des consommations qu ils sont consommés dans un contexte chaleureux, avec la présence d autres qui consomment avec plaisir les mêmes aliments que l enfant. La notion de style éducatif parental dans le domaine alimentaire a émergé dans la littérature récente. Ces travaux comparent les effets du style éducatif dit «démocratiques» (imposition de règles de consommation qui sont cependant expliquées, avec des possibilités de négociation) à ceux du style dit Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 3

4 «autoritaire» (imposition de règles sans explication ni négociation). Les travaux sont encore peu nombreux et leurs résultats parfois peu consensuels. Sur 12 études, 8 indiquent que, en moyenne, plus les parents ont un style éducatif démocratique, plus leur enfant consomment des fruits et / ou des légumes (Kremers et al., 2003 ; Vereecken et al., 2004]. D autres études montrent au contraire qu un style autoritaire favorise la consommation des légumes [Wardle et al., 2005]. Les deux styles permettent d imposer des règles, notamment de proposer les aliments de façon répétée, mais dans un contexte plus chaleureux dans le cas des pratiques démocratiques que dans celui des pratiques autoritaires, ce qui expliquerait le meilleur impact du premier style comparativement au second. Ces résultats restent cependant à affiner et à confirmer. En conclusion : le plaisir favorise l adaptation L attirance de l enfant pour les produits gras et sucrés n est pas à condamner mais doit être encadrée en apprenant à l enfant à gérer les quantités ingérées. Evitons pour cela de déréguler sa capacité d ajustement calorique par un contrôle parental fort et une surexposition aux produits denses. Le rejet des produits peu denses, notamment les légumes à partir de l âge de 2 ans, peut être atténué par des pratiques éducatives se déroulant dans un contexte social chaleureux. En résumé, l éducation au goût se fonde essentiellement sur la notion de plaisir : plaisir régulé pour les aliments denses, plaisir construit par apprentissage pour les aliments de bonne qualité nutritionnelle. Parions que le plaisir est le meilleur garant de conduites adaptatives qui se mettent en place de façon durable. Rappelons pour finir que le tableau qui vient d être décrit repose sur des moyennes, mais il existe dans le domaine alimentaire de fortes différences entre individus qu il s agit de prendre en compte lors des consultations. Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 4

5 RÉFÉRENCES Birch, L.L.: Effects of peer model's food choices and eating behaviors on preschooler's food preferences, Child Development, 1980; 51: p Birch, L.L., S.I. Zimmerman, and H. Hind: The influence of social-affective context on the formation of children's food preferences, Child Development, 1980; 51: p Birch 2000 Birch, L.L. et al. : Mothers' child-feeding practices influence daughters' eating and weight, American Journal of Clinical Nutrition, 2000; 71(5): p Kremers, S.P.J., et al.: Parenting style and adolescent fruit consumption, Appetite, 2003; 41(1): p Rigal, N., La naissance du goût. Comment donner aux enfants le plaisir de manger? 2000, Paris: Noesis Rigal, N. La consommation répétée permet-elle de dépasser la néophobie alimentaire? Revue Européenne de Psychologie Appliquée, 2005; 55: p Vereecken, C.A., E. Keukelier, and L. Maes: Influence of mother's educational level on food parenting practices and food habits of young children, Appetite, 2004; 43(1): p Wardle, J., S. Carnell, and L. Cooke: Parental control over feeding and children's fruit and vegetable intake: How are they related?, Journal of the American Dietetic Association, 2005; 105(2): p Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 5

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires-

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Par Nathalie Jobin, Dt.P., Ph.D. Nutritionniste, Extenso Vocabulaire Repas

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION RESTAURATION SCOLAIRE Chers parents, Nous souhaitons connaître votre avis sur la restauration scolaire de vos enfants. Cette enquête a pour but d évaluer votre degré de satisfaction

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Promotion de la consommation de fruits

Promotion de la consommation de fruits Promotion de la consommation de fruits Expérimentation de la distribution en maternelles et en collèges dans quatre sites en ZEP Direction Générale de la Santé CRESIF CODES 25 (Besançon) Ass. Soleil (L

Plus en détail

Livret d accompagnement du Guide nutrition des enfants et ados pour tous les parents. destiné aux professionnels de santé

Livret d accompagnement du Guide nutrition des enfants et ados pour tous les parents. destiné aux professionnels de santé En tant que professionnel de la santé, vous informez et conseillez parents, enfants et adolescents et les sensibilisez à l importance de l alimentation et de l activité physique. Ce livret a été conçu

Plus en détail

Manger et bouger entre 12 et 36 mois

Manger et bouger entre 12 et 36 mois Manger et bouger entre 12 et 36 mois Introduction C est au cours de la petite enfance que les habitudes alimentaires se développent. Outre de promouvoir de bonnes habitudes alimentaires, l alimentation

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE. La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP

DOSSIER PEDAGOGIQUE. La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP π DOSSIER PEDAGOGIQUE La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP Présentation de l atelier L objectif de l atelier est d utiliser ses sens pour découvrir une sélection de plantes. Bruissement, couleur,

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Comment aider les enfants à acquérir des habitudes alimentaires saines

Comment aider les enfants à acquérir des habitudes alimentaires saines Comment aider les enfants à acquérir des habitudes alimentaires saines MAUREEN M. BLACK, Ph.D. KRISTEN M. HURLEY, Ph.D. University of Maryland School of Medicine, ÉTATS-UNIS Thème Alimentation et grossesse

Plus en détail

Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement

Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Allaitement maternel en Ontario Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Par le passé, les femmes

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires

Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires En Région Wallonne Extrait de la CWASS équivalent du Décret du 30 avril 2009 Extrait de la CRWASS équivalent

Plus en détail

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR Les années Primaire et Collège : 7-14 ans Le seul baromètre en France qui vous apporte des données actualisées tous les 6 mois avec : o une analyse nourrie de l'expertise

Plus en détail

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Règlement Intérieur Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Service de la Restauration Scolaire Tél : 02 96 71 05 20 Restaurant Scolaire Règlement intérieur Pour la plupart des

Plus en détail

Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation

Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation Objectif de la séance : Mettre en évidence la participation des 5 sens dans la dégustation Découvrir les 3 étapes de la dégustation et voir les différents sens

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

Projet d Accueil. Entre Parent(s) et Assistant Maternel

Projet d Accueil. Entre Parent(s) et Assistant Maternel Outil proposé par les Relais Parents Assistants Maternels des Côtes d Armor dans le cadre de leur mission d accompagnement. Ce document n a pas de valeur légale ou réglementaire. Juin 2012 Projet d Accueil

Plus en détail

Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement

Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Allaitement maternel en Ontario Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Par le passé, les femmes

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

Présentation des animations Aux Goûts du Jour

Présentation des animations Aux Goûts du Jour Présentation des animations Aux Goûts du Jour AUX GOÛTS DU JOUR est une association nationale d éducation alimentaire. Objectifs * Aider les enfants et les adultes à retrouver le plaisir de Bien manger.

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

Développement d une application pilote

Développement d une application pilote Développement d une application pilote Nutri-TIC Flora Massanella Principes Cette seconde phase vise à mettre en pratique les conclusions obtenues lors de la phase A. L application web Nutri- TIC a donc

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Les 5 sens Maternelle et cycle 2

Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Objectifs Exemples de visites Propositions d exploitation en arts visuels Service Educatif du Musée de Saint-Lô Dany Jeanne Pourquoi un projet sur les sens? L approche

Plus en détail

la santé, une passion à partager

la santé, une passion à partager INTERACTIONS ENTRE LES ÉDUCATRICES ET LES ENFANTS AU MOMENT DES REPAS Quelques stratégies pour bâtir une bonne relation avec la nourriture dès le jeune âge! Document à l intention des éducatrices en service

Plus en détail

Rapport de conception et d utilisation de l outil d éducation thérapeutique : «Miam-Miam : 5 sens en éveil».

Rapport de conception et d utilisation de l outil d éducation thérapeutique : «Miam-Miam : 5 sens en éveil». Rapport de conception et d utilisation de l outil d éducation thérapeutique : «Miam-Miam : 5 sens en éveil». Année de rédaction : 2013 Par Elise FLEURY, diététicienne Cycle de formation 2012-2013 Sommaire

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche Table des matières Introduction! *! Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse! 1.1!Les!matériaux! 1.2!Solides,!liquides!et!gaz 1.3!Gaspiller!de!l énergie! 1.4!Le!carburant!du!corps! Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Le Régime Alimentaire. LR Health & Beauty Systems

Le Régime Alimentaire. LR Health & Beauty Systems Le Régime Alimentaire LR Health & Beauty Systems Les accessoires Le mètre La balance LR géniale LR a créé pour vous un mètre qui calcule votre indice de masse corporelle (IMC) achetez le ref Ruban BMI

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Feuille couverture de tâche du cadre du CLAO

Feuille couverture de tâche du cadre du CLAO Feuille couverture de tâche du cadre du CLAO Titre de la tâche : Trouver de l information nutritionnelle en ligne Nom de la personne apprenante : Date de début : Date de fin : Réussite : Oui Non Voie :

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide.

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. La carie dentaire Halte au grignotage! Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. Cet acide peut ronger et abîmer l émail de tes dents. Si cette attaque par l acide se renouvelle

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

[EN FINIR AVEC LE REFLUX GASTRIQUE]

[EN FINIR AVEC LE REFLUX GASTRIQUE] 2 P age Sommaire Qu Est-Ce Que Le Reflux Gastrique?... 2 Les Aliments Responsables Du Reflux Gastrique... 5 Comment Prévenir Le Reflux Gastrique... 7 Des Remèdes Simples Pour Traiter Le Reflux Gastrique...

Plus en détail

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits PROGRAMME MALIN Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits Agenda 1) Enjeux et historique du Programme MALIN 2) Offre du Programme

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie P. 1 / 8 L alimentation du nourrisson durant la première année de vie Contenu Feuille d info L alimentation du nourrisson durant la première année de vie / Juin 2012 2 Introduction 2 Développement et besoins

Plus en détail

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 SE SUCRER LE BEC Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 Organisée par Réussir en santé Objectif principal: Promouvoir l adoption et la consolidation de saines habitudes de vie, principalement

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FAMILLE. COORDINATION DES TRAVAUX DE RÉDACTION Véronique Martin, Direction du développement des enfants, ministère de la Famille

MINISTÈRE DE LA FAMILLE. COORDINATION DES TRAVAUX DE RÉDACTION Véronique Martin, Direction du développement des enfants, ministère de la Famille GAZELLE ET POTIRON CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde éducatifs à l enfance GAZELLE ET POTIRON

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

Charte du temps de Restauration

Charte du temps de Restauration Rentrée 2013 Charte du temps de Restauration Mairie d Evecquemont Ecole d Evecquemont Edito Si l année dernière, nous avons bien failli voir une classe fermer dans notre école, cette question n est plus

Plus en détail

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation CARACTERISTIQUES DU PROJET DE PRET DE LISEUSES Les partenaires : la BDY, bibliothèques des Yvelines, le MOTif, observatoire

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

Formation: BPH & PRE-REQUIS module 1. INFRES SARL Rue de la Papinerie Z.I. Roubaix Est 59390 LYS LEZ LANNOY Tél.: 03.20.999.888 Fax: 03.20.80.05.

Formation: BPH & PRE-REQUIS module 1. INFRES SARL Rue de la Papinerie Z.I. Roubaix Est 59390 LYS LEZ LANNOY Tél.: 03.20.999.888 Fax: 03.20.80.05. BPH & PRE-REQUIS module 1 Durée: 1 jour (soit 7 heures) Employeur/employé Tout personnel ayant une activité en restauration Cette formation est conçue de façon à s initier et à réactualiser ses connaissances

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

NEWS DÉCO AU FÉMININ BEAUTÉ & FORME MODE LOISIRS PLAISIR L'HOMME DU MOIS MES BONNES RÉSOLUTIONS MINCEUR DE LA RENTRÉE

NEWS DÉCO AU FÉMININ BEAUTÉ & FORME MODE LOISIRS PLAISIR L'HOMME DU MOIS MES BONNES RÉSOLUTIONS MINCEUR DE LA RENTRÉE NEWS DÉCO AU FÉMININ BEAUTÉ & FORME MODE LOISIRS PLAISIR L'HOMME DU MOIS CUISINE BEAUTÉ & FORME Les dossiers et conseils MES BONNES RÉSOLUTIONS MINCEUR DE LA RENTRÉE Posté le mardi 03 septembre 2013 Bonne

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Menu du jour Épidémie de l obésité chez l enfant Epidémiologie Facteurs

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation de masse depuis 50 ans. Actuellement, il représente 20% de la consommation en boissons, pour une consommation annuelle

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

Restauration Scolaire Lycée Français Josué-Hoffet. Cahier des Charges et Contrat 2014

Restauration Scolaire Lycée Français Josué-Hoffet. Cahier des Charges et Contrat 2014 Restauration Scolaire Lycée Français Josué-Hoffet Cahier des Charges et Contrat 2014 Siglaisons et troncation : APE : Association des Parents d Élèves COGES : Comité de Gestion CHSCT : Commission Hygiène

Plus en détail

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset Bases de données et Refworks Sylvain Fiset 1 Plan de l atelier Démontrer l utilisation des bases de données dans un contexte pédagogique. Démontrer l utilisation des bases de données et de RefWorks dans

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail