DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES"

Transcription

1 DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE Rôle des parents dans l évolution des comportements alimentaires durant l enfance La psychologie du goût s est donné comme objectif de comprendre le déterminisme de la construction du goût et de la mise en place des préférences alimentaires en se dotant d outils scientifiques : l observation et l expérimentation. Cependant, il s agit d une science encore récente, et particulièrement peu développée en ce qui concerne l enfant. Les données objectives dont nous disposons actuellement ne suffisent donc pas à établir de conclusions définitives. Cependant, leur convergence nous invite à proposer un certain nombre d explications et de recommandations (Rigal, 2000). Comment évoluent les comportements alimentaires avec l âge? A la naissance, le goût du petit de l homme lui permet d avoir des comportements parfaitement adaptés à ses besoins. Premièrement, il apprécie ce qui est nourrissant, notamment ce qui est gras et sucré, comme l est le lait maternel. Deuxièmement, il ne montre pas de préférences marquées pour les odeurs ce qui lui permet d accepter l ensemble des sensations olfactives délivrées par le lait de sa mère qui se parfume des aliments qu elle consomme. Enfin, il sait bien s autoréguler : il sait adapter ses consommations à ses sensations de faim et de satiété. En résumé, pendant les deux premières années de vie, la situation est idyllique : le nouveau-né a du plaisir à consommer ce dont il a besoin (en densité, en diversité et en taille) et ses parents s en émerveillent! Dans les sociétés d abondance alimentaire, la situation se complique pour une majorité d enfants audelà de deux trois ans. Certes l enfant continue d apprécier ce qui est nourrissant, ce qui continue de présenter un caractère adaptatif. Cependant, sa capacité d autorégulation diminue. Dans un environnement alimentaire abondant, il est alors tenté de consommer les produits denses en des quantités trop importantes, c est-à-dire qui vont au-delà de ses besoins. De plus, en tant qu omnivore, il est tenu d élargir son répertoire alimentaire à une grande variété d aliments. Deux freins puissants entravent ce besoin vital. Premièrement, les aliments tels que les fruits et les légumes sont rejetés en Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 1

2 raison de leur caractère peu rassasiant. Deuxièmement, environ trois quarts des enfants deviennent néophobes : ils refusent de goûter les aliments qu ils ne connaissent pas. En somme, pendant une période qui couvre en moyenne les âges de 2 à 7 ans, l enfant devient difficile à nourrir (risque de consommation excessive des aliments denses et difficulté à élargir son répertoire de consommation à des aliments de bonne qualité nutritionnelle) et ses parents s en désolent! Comment expliquer cette évolution des comportements alimentaires de la naissance à l enfance? Nous nous centrerons sur le rôle des parents, en laissant de côté les facteurs propres au développement affectif et cognitif de l enfant. Comment préserver la capacité d ajustement calorique du jeune enfant? Nous nous sommes basés sur une étude réalisée par Birch et ses collègues (2000) auprès d un échantillon de 156 filles âgées entre 4 et 6 ans et leur mère dont on connaît l indice de masse corporel. On mesure la capacité d ajustement calorique des filles selon un protocole dit de «libre accès». Après qu elles aient consommé leur déjeuner, on les invite à jouer librement dans une salle où se trouvent à disposition des jouets et des aliments de grignotage à forte valeur énergétique. On calcule, à partir des restes, le nombre de calories ingérées (qui devrait être quasiment nul étant donné l état de satiété en début d expérience). Les mères sont invitées à compléter différents questionnaires qui évaluent leur tendance à restreindre leur propre alimentation à travers des régimes, leur perception et leurs préoccupations du fait que leur fille puisse être en surpoids, et le niveau avec lequel elles contrôlent l accès de leur enfant aux aliments riches, gras ou sucrés. Les résultats mettent en valeur que plus les mères contrôlent les prises alimentaires de leurs filles, plus celles-ci ont des difficultés à ajuster les quantités consommées dans le protocole de libre accès et plus elles sont en surpoids. Deux facteurs peuvent se trouver à l origine de cette liaison CAP (Contrôle Ajustement Prise de poids) : d une part, la tendance de la mère à Restreindre sa propre alimentation (R-CAP); d autre part, le Surpoids initial de l enfant (S-CAP). Dans le schéma R-CAP, le surpoids de l enfant est en partie expliqué par les préoccupations de la mère pour sa propre minceur : dans son combat pour rester mince, elle implique sa fille en contrôlant fortement son alimentation. Ce contrôle a des effets inverses à ceux qui sont souhaités puisqu il participe à déréguler la capacité d ajustement calorique de l enfant qui surconsomme les produits qui lui sont interdits à la maison quand ceux-ci se trouvent en libre accès. Dans le schéma S-CAP, le surpoids de l enfant est à l origine des préoccupations de la mère pour la santé ou la silhouette de sa fille. Sa fille étant en surpoids, la mère restreint son alimentation afin de l empêcher de prendre davantage de poids. L effet obtenu n est pas inverse mais boomerang : la fille risque d augmenter encore son indice de masse corporelle par réaction excessive au contrôle imposé par sa mère. L idéal est donc de ne pas déréguler la capacité d ajustement calorique des enfants : laissons-les continuer à gérer leurs prises alimentaires en fonction de leur état de faim et de satiété, tout en leur Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 2

3 proposant un répertoire alimentaire diversifié dans lequel le chocolat et les légumes verts trouvent leur place et où les aliments attirants ne sont pas constamment disponibles. Comment donner aux enfants le plaisir pour les légumes? Les apprentissages les plus efficaces chez l enfant sont ceux qui reposent sur la familiarisation qui peut se faire à court terme autour de la préparation du repas, ou à plus long terme par consommation répétée. La familiarisation à court terme consiste à développer le nombre de contacts entre l enfant et l aliment avant que celui-ci ne soit présenté dans l assiette, ceci en associant l enfant à la préparation du repas. L idée de demander aux enfants d établir leur menu n est pas toujours une bonne idée car l angoisse néophobique est renforcée en situation de choix. En revanche, une fois le menu décidé, associer l enfant à la «collecte» des produits permet une première prise de contact. La collecte la plus efficace se fera dans le jardin ou sur le balcon pour les plantes aromatiques : la réponse néophobique est nécessairement réduite lorsque l enfant a fait pousser le produit et connaît ainsi son origine. Plus simplement, amener son enfant faire le marché et lui demander de choisir les produits suscite une première forme de connaissance : le produit est associé à un lieu et une personne familiers, de cette façon sa provenance n est plus totalement inconnue. Il semble également que l enfant acceptera plus volontiers de goûter un produit qu il aura lui-même cuisiné, que tout plat prêt à consommer. Enfin, l éducation sensorielle, qui consiste essentiellement à parler avec l enfant de ce qu il mange autrement qu en termes hédoniques («j aime» ou «je n aime pas») ou normatifs («c est bon ou mauvais pour la santé») est également un moyen par lequel les sujets peuvent s approprier des produits au départ inconnus. Le langage permet d établir des liens entre l inconnu et le familier. Il est donc essentiel de mettre des mots sur la nourriture, de décrire avec les enfants les sensations qu elle leur procure. La familiarisation à plus long terme consiste en une consommation répétée du produit dans le temps. Un certain nombre d études réalisées auprès d enfants, mais plus souvent auprès d adultes, ont confirmé que le plaisir pour un aliment augmente avec le nombre de consommations (voir par exemple Rigal, 2005). Cet effet dit «effet positif de l exposition» peut être renforcé en jouant sur la tonalité affective du contexte et la présence d autrui lors de la consommation (Birch, 1980 ; Birch et al., 1980) : les aliments sont d autant plus appréciés au fur et à mesure des consommations qu ils sont consommés dans un contexte chaleureux, avec la présence d autres qui consomment avec plaisir les mêmes aliments que l enfant. La notion de style éducatif parental dans le domaine alimentaire a émergé dans la littérature récente. Ces travaux comparent les effets du style éducatif dit «démocratiques» (imposition de règles de consommation qui sont cependant expliquées, avec des possibilités de négociation) à ceux du style dit Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 3

4 «autoritaire» (imposition de règles sans explication ni négociation). Les travaux sont encore peu nombreux et leurs résultats parfois peu consensuels. Sur 12 études, 8 indiquent que, en moyenne, plus les parents ont un style éducatif démocratique, plus leur enfant consomment des fruits et / ou des légumes (Kremers et al., 2003 ; Vereecken et al., 2004]. D autres études montrent au contraire qu un style autoritaire favorise la consommation des légumes [Wardle et al., 2005]. Les deux styles permettent d imposer des règles, notamment de proposer les aliments de façon répétée, mais dans un contexte plus chaleureux dans le cas des pratiques démocratiques que dans celui des pratiques autoritaires, ce qui expliquerait le meilleur impact du premier style comparativement au second. Ces résultats restent cependant à affiner et à confirmer. En conclusion : le plaisir favorise l adaptation L attirance de l enfant pour les produits gras et sucrés n est pas à condamner mais doit être encadrée en apprenant à l enfant à gérer les quantités ingérées. Evitons pour cela de déréguler sa capacité d ajustement calorique par un contrôle parental fort et une surexposition aux produits denses. Le rejet des produits peu denses, notamment les légumes à partir de l âge de 2 ans, peut être atténué par des pratiques éducatives se déroulant dans un contexte social chaleureux. En résumé, l éducation au goût se fonde essentiellement sur la notion de plaisir : plaisir régulé pour les aliments denses, plaisir construit par apprentissage pour les aliments de bonne qualité nutritionnelle. Parions que le plaisir est le meilleur garant de conduites adaptatives qui se mettent en place de façon durable. Rappelons pour finir que le tableau qui vient d être décrit repose sur des moyennes, mais il existe dans le domaine alimentaire de fortes différences entre individus qu il s agit de prendre en compte lors des consultations. Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 4

5 RÉFÉRENCES Birch, L.L.: Effects of peer model's food choices and eating behaviors on preschooler's food preferences, Child Development, 1980; 51: p Birch, L.L., S.I. Zimmerman, and H. Hind: The influence of social-affective context on the formation of children's food preferences, Child Development, 1980; 51: p Birch 2000 Birch, L.L. et al. : Mothers' child-feeding practices influence daughters' eating and weight, American Journal of Clinical Nutrition, 2000; 71(5): p Kremers, S.P.J., et al.: Parenting style and adolescent fruit consumption, Appetite, 2003; 41(1): p Rigal, N., La naissance du goût. Comment donner aux enfants le plaisir de manger? 2000, Paris: Noesis Rigal, N. La consommation répétée permet-elle de dépasser la néophobie alimentaire? Revue Européenne de Psychologie Appliquée, 2005; 55: p Vereecken, C.A., E. Keukelier, and L. Maes: Influence of mother's educational level on food parenting practices and food habits of young children, Appetite, 2004; 43(1): p Wardle, J., S. Carnell, and L. Cooke: Parental control over feeding and children's fruit and vegetable intake: How are they related?, Journal of the American Dietetic Association, 2005; 105(2): p Symposium Les déterminants précoces du comportement alimentaire Institut Danone 18/10/2008 5

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

LES LÉGUMES ET LES FRUITS Aidez votre enfant à les aimer. Un guide pour les parents de jeunes enfants

LES LÉGUMES ET LES FRUITS Aidez votre enfant à les aimer. Un guide pour les parents de jeunes enfants LES LÉGUMES ET LES FRUITS Aidez votre enfant à les aimer Un guide pour les parents de jeunes enfants Les légumes et les fruits : aidez votre enfant à les aimer. ISBN : 2-7380-1353-8 Avril 2014 HabEat Project

Plus en détail

Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école?

Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école? CARQUEIRANNE VILLE ACTIVE DU PNNS Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école? Ce diaporama s inspire très largement des documents réalisés par le programme nutrition, prévention et

Plus en détail

WP2 Meeting de lancement

WP2 Meeting de lancement WP2 Meeting de lancement Paris 3 février 2011 3 Février 2011 110203WP2.ppt 1 Les 2 objectifs majeurs du WP2 Développer des produits qui vont satisfaire les attentes sensorielles des personnes âgées Développer

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France 28 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité (le partage de la table), alors que pour les

Plus en détail

Alimentation et tabac

Alimentation et tabac Alimentation et tabac Le rôle du tabac dans la régulation du poids Les modifications à l arrêt de la cigarette Les conseils (TCC) pour ne pas prendre de poids Les constatations A âge égal, sexe et conditions

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre L anorexie, la boulimie, l hyperphagie ou le grignotage sont en constante évolution dans notre société, et peuvent

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires-

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Par Nathalie Jobin, Dt.P., Ph.D. Nutritionniste, Extenso Vocabulaire Repas

Plus en détail

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux Alimenter son jeu Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs Bélénos - Santé-en-jeux Dr Isabelle DURACK Objectifs Sensibiliser les enfants aux plaisirs et bienfaits D une alimentation

Plus en détail

La saine alimentation

La saine alimentation Capsule du prof Jeunes Cœur atout MC La saine alimentation De la 2 e à la 3 e année Jeunes Cœur atout MC 2015 Fondation des maladies du cœur et de l AVC De la 2 e à la 3 e année La saine alimentation 1

Plus en détail

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Anne-Blandine Hélias 28 juin 2007 BBV Nos objectifs Performance des variétés végétales Qualité : traçabilité génétique

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire TCA

Les troubles du comportement alimentaire TCA Les troubles du comportement alimentaire TCA Quelques définitions : Boulimie, anorexie, hyperphagie, obésité, orthorexie Le Binge eating disorder ou l hyperphagie boulimique A. Épisodes répétés de binge-eating

Plus en détail

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES.

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'alimentation dans l'histoire. A l 'époque de la Préhistoire, l'homme nomade se nourrissait de produits rapportés de la chasse et de la pêche afin d'assurer sa survie

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE À préparer : Liste de présences Cartes d aliments des 4 groupes alimentaires Affiches du «Guide de formation» : o Saine alimentation (annexe B) o Les calories (annexe C) o Guide

Plus en détail

Questionnaire pour vérifier si désordres alimentaires. Voici des questions à répondre et calculer le nombre de «oui»

Questionnaire pour vérifier si désordres alimentaires. Voici des questions à répondre et calculer le nombre de «oui» Questionnaire pour vérifier si désordres alimentaires Voici des questions à répondre et calculer le nombre de «oui» Questionnaire permettant de voir si troubles alimentaires : Écrire les numéros des questions

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Développement des préférences alimentaires durant l'enfance et l'adolescence

Développement des préférences alimentaires durant l'enfance et l'adolescence Développement des préférences alimentaires durant l'enfance et l'adolescence Natalie Rigal Université Paris 10, Département de Psychologie Inra Dijon, Département Flavic Octobre 2008 Nourrissons Enfants

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde!

Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde! Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde! www.kcalme.fr V6.0.0 L application élémentaire Qui remet le bon sens au menu Avez-vous une idée de nombre de calories qu ils ont mangé aujourd'hui?

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS

INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS UFC-QUE CHOISIR PREMIÈRE ORGANISATION DE CONSOMMATEURS EN FRANCE www.quechoisir.org INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS SYNTHÈSE novembre 2006 INFLUENCE

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

Manger équilibré et à sa faim

Manger équilibré et à sa faim Manger équilibré et à sa faim De la faim à la satiété La satiété au service de l équilibre Manger équilibré est souvent associé à la restriction ou au régime. Pourtant, avoir une alimentation équilibrée,

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

La composition du petit-déjeuner

La composition du petit-déjeuner Les repas Salle, avec tableau extérieur 30 à 40 min. La composition du petit-déjeuner Objectifs de l atelier : Identifier et reconnaître les aliments indispensables pour le petit-déjeuner. Déterminer l

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan

La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Iconographie www.uniformis.net www.rehab-my-site.com Bordas 2010 Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis et celle

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

Le plaisir de manger, ami ou ennemi? Fabienne Bochatay Morel Consultante pour le projet Senso5

Le plaisir de manger, ami ou ennemi? Fabienne Bochatay Morel Consultante pour le projet Senso5 Le plaisir de manger, ami ou ennemi? Fabienne Bochatay Morel Consultante pour le projet Senso5 Le plaisir de manger, ami ou ennemi? Colloque cantonal «ça marche» Jeudi 10 novembre 2011 Fabienne Bochatay

Plus en détail

Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste

Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste Définition : régime alimentaire amaigrissant est une pratique alimentaire destiné à perdre du poids. Le plus souvent, les régimes se basent sur une diminution

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport Etude minceur Etude d efficacité Rapport Promoteur : Société AGETI 55 avenue Roger Salengro 13 003 MARSEILLE Moniteur : BIOFORTIS 42 rue la Tour d Auvergne 44200 NANTES Rapport clinique Essai n 3604 Ce

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Le petit déjeuner équilibré

Le petit déjeuner équilibré Le petit déjeuner équilibré SITUATION : M. Benoît, professeur de SVT, renouvelle son opération «challenge diététique» en proposant à tous les élèves de 6 ème de prendre un petit déjeuner équilibré le 10

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Initier son enfant aux plaisirs du goût

Initier son enfant aux plaisirs du goût À e ir d t par 18is mo Initier son enfant aux plaisirs du goût ou comment gérer les «J aime pas!» Un projet original au service de l apprentissage de la diversité alimentaire «Génération bébé a du goût»

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 Table des matières Introduction... 1 L approche éducative... 2 Les valeurs éducatives... 2 L estime de soi... 2 L autonomie... 2 La créativité et l imagination... 3 L affection...

Plus en détail

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Nous vous présentons quelques résultats issus de notre collecte de données auprès de 325 éducatrices qui a eu lieu lors du printemps 2010. Les objectifs de

Plus en détail

Les gastronomes en couches-culottes. Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt

Les gastronomes en couches-culottes. Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt Les gastronomes en couches-culottes Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt Catherine Robine est diététicienne, elle a longtemps travaillé en pédiatrie au CHU de Caen, exerce toujours en milieu hospitalier.

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

L éducation sensorielle dans le développement des préférences alimentaires chez l enfant

L éducation sensorielle dans le développement des préférences alimentaires chez l enfant L éducation sensorielle dans le développement des préférences alimentaires chez l enfant Natalie Rigal Université Paris 10 Laboratoire développement social et émotionnel Sion - 15 septembre 2006 Education

Plus en détail

Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth

Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth L alimentation peut être un problème compliqué pour l individu atteint du Syndrome de Barth (BS). Insuffisance cardiaque, fatigue et diverses complications

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Les diabétiques et les édulcorants

Les diabétiques et les édulcorants CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Les diabétiques et les édulcorants Etude n 1201364 Octobre 2012 Sommaire CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Objectifs et méthodologie de l étude 3 Principaux

Plus en détail

L EDUCATION DES JEUNES AUX BONNES HABITUDES ALIMENTAIRES

L EDUCATION DES JEUNES AUX BONNES HABITUDES ALIMENTAIRES L EDUCATION DES JEUNES AUX BONNES HABITUDES ALIMENTAIRES Fridor FUNTEU, Nutritionniste Institut Régional R d Education d Nutritionnelle (IREN) INTRODUCTION Pourquoi? Pour la population générale: Faire

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé (French) Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé Bien manger veut dire manger une nourriture variée chaque jour comprenant une nourriture équilibrée, des fruits, des légumes, du lait et autres

Plus en détail

MANGER EN FAMILLE ET EN HARMONIE, EST-CE POSSIBLE?

MANGER EN FAMILLE ET EN HARMONIE, EST-CE POSSIBLE? MANGER EN FAMILLE ET EN HARMONIE, EST-CE POSSIBLE? À préparer : Liste de présences Documents à remettre aux participants : o Facultatif : Section B (p. 2 à 4), établir les bases d un repas harmonieux o

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

POLITIQUE ALIMENTAIRE

POLITIQUE ALIMENTAIRE POLITIQUE ALIMENTAIRE MODIFIÉ ET ADOPTÉ LE 1 AVRIL 2014 L alimentation est un besoin essentiel à la vie et va bien au-delà du simple fait de se nourrir. Elle touche toutes les dimensions du développement

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire.

Les troubles du comportement alimentaire. Les troubles du comportement alimentaire. Notions essentielles Dr Pascal Guingand, psychiatre Les troubles du comportement alimentaire Chez l adolescent, une manière de s alimenter anormale, une préoccupation

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE ANNEXE REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE SERVICE JEUNESSE Préambule : En période scolaire, le service Jeunesse de la mairie de Saint-Bon est chargé de l organisation du service de

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados.

Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados. Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados. Les limites d'âge sont variables, car on observe, surtout chez les filles, des

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation smoothies Septembre 2009 Alimentation et équilibre alimentaire Pourquoi manger? Ce sont les aliments qui vont répondre aux besoins physiologiques de l organisme grâce aux nutriments qu ils contiennent

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Pour garder la forme, sautez. le goûter matinal

Pour garder la forme, sautez. le goûter matinal Pour garder la forme, sautez le goûter matinal Pourquoi est-il préférable d éviter le goûter du matin? Qu appelle-t-on le goûter du matin? Le goûter du matin, ou collation matinale, correspond à toute

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE 45 ème J.A.N.D. 28 janvier 2005 LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE Christophe Dupont Hôpital Saint Vincent de Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris cedex 14 La diversification est la phase de transition

Plus en détail

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France Préfet de la région d Île-de-France DRIAAF Quelques aspects de la Restauration sociale en Île-de-France 1 Contexte régional en matière d accessibilité alimentaire et de nutrition 2 Éléments du contexte

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

comment utiliser le projet "un p'tit dej malin " au lycée professionnel?

comment utiliser le projet un p'tit dej malin  au lycée professionnel? comment utiliser le projet "un p'tit dej malin " pour illustrer les cours d alimentation au lycée professionnel? Lycée Latécoère ISTRES Marie-Paule MARCON Professeur de BIOTECHNOLOGIE Octobre 2009 un p'tit

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Prendre en compte la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les projets de développement (Étude Visa)

Prendre en compte la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les projets de développement (Étude Visa) Prendre en compte la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les projets de développement (Étude Visa) Nicolas Bricas et Cécilia Aspe Cirad, UMR Moisa Étude Visa Étude Visa (pour évaluation de l Impact

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

Aspects comportementaux de la nutrition chez les enfants atteints de mucoviscidose

Aspects comportementaux de la nutrition chez les enfants atteints de mucoviscidose Aspects comportementaux de la nutrition chez les enfants atteints de mucoviscidose Lori J. Stark, Docteur, ABPP Professeur en pédiatrie University of Cincinnati College of Medicine Directrice Division

Plus en détail

INFORMATION ET SENSIBILISATION ALIMENTAIRE DES IMMIGRÉS

INFORMATION ET SENSIBILISATION ALIMENTAIRE DES IMMIGRÉS INFORMATION ET SENSIBILISATION ALIMENTAIRE DES IMMIGRÉS Projet-pilote pour de nouvelles étapes d intégration dans la province de Viterbo Université LUMSA- Faculté de Science de la Formation Regione Lazio-

Plus en détail

Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré

Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré Domaine : découvrir le monde Discipline : Le monde du vivant Niveau : CP Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré Références au programme : Faire prendre conscience à

Plus en détail

Concept nutritionnel. version 2012

Concept nutritionnel. version 2012 Concept nutritionnel version 2012 Pertuis-du-Sault 18 2000 Neuchâtel Tél. +41 (0)32 727 11 11 Fax +41 (0)32 727 11 10 home.ermitage@ne.ch www.home-ermitage.ch Date : 12.10.12 Auteur : DIR Version : 2 CONCEPT

Plus en détail

Détermination et transmission du goût. Importance des expériences précoces

Détermination et transmission du goût. Importance des expériences précoces Détermination et transmission du goût. Importance des expériences précoces Sylvie ISSANCHOU, INRA, CSGA Dijon Apprentissages précoces : les différents stades -3semaines Naissance + 6 mois Prénatal Postnatal

Plus en détail

Contexte et objectifs

Contexte et objectifs Contexte et objectifs L arrivée massive des «baby-boomers» à la retraite est, depuis quelques années, au coeur des préoccupations de la société québécoise. Dans ce contexte, les personnes aînées sont souvent

Plus en détail