Quel impact du vieillissement de la population sur l'innovation technologique dans le domaine de l'agro-alimentaire?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel impact du vieillissement de la population sur l'innovation technologique dans le domaine de l'agro-alimentaire?"

Transcription

1 Quel impact du vieillissement de la population sur l'innovation technologique dans le domaine de l'agro-alimentaire? Sophie Reboud (Ceren, Groupe ESC Dijon Bourgogne) Corinne Tanguy (Cesaer, UMR INRA-Agrosup Dijon)

2 Vieillissement et alimentation Les seniors : un marché important, notamment dans les domaines de l'alimentation, en raison de besoins nutritionnels spécifiques (Camerlynck, Martial-Gros, 2013 ; Mathe et al., 2012). Ils consacrent le budget le plus important à l'alimentation plutôt vers les produits non transformés et de qualité comme les fruits (63% des dépenses totales de fruits), le poisson (62%), les huiles et graisses (60%), les viandes (57%) ou les légumes (56%). Nombreux projets collaboratifs dédiés à l'élaboration de nouveaux aliments ou à la fabrication d'emballages ou à la mise en place de services à domicile. Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

3 Des enjeux de santé et de bien-être Le vieillissement physiologique entraîne en effet une baisse des capacités sensorielles et conduit à une réduction des quantités ingérées chez les plus âgés Problèmes physiologiques Problèmes de dentition diminuant l'efficacité de la mastication, baisse de la vue empêchant de lire les étiquettes, difficultés pour ouvrir les emballages, pathologies métaboliques ou digestives, manque d'appétit généré par la solitude ou la perte de goût et d'odorat). Besoins caloriques inférieurs aux personnes plus jeunes mais besoins en nutriments identiques, voire supérieurs éventuellement aggravés par des facteur sociaux L'isolement, une plus grande dépendance, ou un faible niveau de ressources pouvant restreindre les habitudes alimentaires Une perte de mobilité, un effet d'accumulation, une difficulté de compréhension d un nouvel objet, enfin, l inadaptation des produits et services à l avancée en âge. Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

4 Les seniors, un cible mal cernée Par exemple Lev (1993), en couplant âge chronologique et style de vie des seniors, parvient à distinguer trois grands groupes : 1. les préretraités (55-64 ans), 2. les jeunes seniors (65-74 ans) et 3. les seniors âgés (75 à 84 ans) Difficulté à identifier les bons critères : âge : facteur relatif, effet générationnel sous estimé, peu de stabilité dans les variables psychographiques Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

5 Situation en France : le PNNS En France, l'alimentation des seniors trouve sa place dans de nombreux plans nationaux dont les plus connus sont le Programme National pour l'alimentation et le Plan National Nutrition Santé (PNNS). Ces derniers recommandent la plupart du temps des aliments à privilégier plutôt que des aliments spécifiques. Le PNNS conseille par ailleurs d'éviter la consommation de compléments alimentaires. Enfin, la nutrition des seniors implique des dimensions interdépendantes comme l'alimentation, l'activité physique ou encore la santé. Les pouvoirs publics en France cherchent notamment à faire connaître les notions de design universel (prenant en compte l'âge, les capacités physiques fonctionnelles, les connaissances et l'expérience de l'utilisateur) Ils sont aussi à l'initiative de nombreux appels d'offre (ex : Plan Industriel pour l'alimentation) Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

6 Un exemple bourguignon Mise au point d'un pain senior commercialisé depuis janvier 2014 sous le nom de G-Nutrition : pain brioché hyper-énergétique et hyper-protéiné. Soutenu par un FUI, des collectivités locales, a réuni les entreprises et les laboratoires publics et privés (CHU de Dijon, INRA, CNRS, Centre des Sciences du Goût et de l'alimentation (CSGA), Welience). La recherche a également abouti à une base de données blés de 350 variétés, et à des brevets sur le process de fabrication. C'est le Gérontopole, qui a coordonné avec Cerelab, la société chargée de développer ce projet, la mise en place d'essais cliniques et de consommation Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

7 Diffusion des innovations : des freins structurels Pour les entreprises, plusieurs éléments doivent être pris en compte dans la mise en place d une stratégie de développement de produits et services à destination de seniors (Mathé et al., 2012). La mise en place d une démarche transversale : le long de la filière, les équipes marketing, et Recherche & Développement, doivent travailler de concert et avec de nouveaux partenaires externes (CHU, designers, INSERM ) La conception de produits ou services adaptés aux évolutions de l âge : Elles imposent surtout leur adaptation via la prise en compte des principes du design universel. La promotion des produits ou services en valorisant la réponse au besoin sans stigmatisation sur un âge. Dans nos sociétés, la vieillesse est soumise à une volonté de dissimulation sociale. Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

8 Diffusion des innovations : des freins structurels, suite Le groupe SEB mentionne différents facteurs de blocage : la difficulté à motiver les équipes en interne sur le sujet des seniors, perçu comme un sujet peu valorisant la difficile compréhension des équipes majoritairement composées de jeunes sur ces problématiques du vieillissement Les difficultés d'observation et d'acquisition de connaissances au sujet des seniors qui sont réticents à ces études et qui ont tendance à masquer les problèmes rencontrés la transversalité des équipes qui devaient collaborer ensemble, collaborations qui demandent du temps Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

9 Conclusion D'après nos données, beaucoup de projets n'en sont encore qu'au stade des livrables, Les aspects commercialisation et marketing de ce type de produits sont complexes, Il semble que ces projets associent étroitement innovations technologiques et innovations de service (plateformes et logiciels, mode nouveaux de distribution des produits, à domicile ou en institution) Journée Innovation 2015 Reboud & Tanguy

Charte nutritionnelle

Charte nutritionnelle Charte nutritionnelle NOTRE MISSION : CONSTRUIRE ET PRESERVER LE CAPITAL SANTE L équilibre alimentaire est un enjeu majeur de santé publique. De ce contexte, Nutrisens s engage à maintenir et à renforcer

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015 APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015 L agroalimentaire est un secteur stratégique de l économie régionale. Les industries agroalimentaires (IAA) constituent

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS

CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS (édition révisée 2010, rev. 1) Les sociétés qui fabriquent des préparations pour nourrissons et les commercialisent

Plus en détail

Consultation Nutrition27

Consultation Nutrition27 Denutritiondelacivilisationmoderne! Quel progres! Alors qu un nouvel arrivant sur la planète a aujourd hui plus de risque d être trop gros que trop maigre, la dénutrition est pourtant la forêt cachée par

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires

Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires Le vieillissement est une donnée intégrée à notre mode de gestion sociale de la population. Néanmoins, la dépendance apparaît comme un nouveau problème

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS Mai 2013 Au sommaire de votre CNISAM infos N 8 Contexte... 2 Le rôle du CNISAM... 2 Les personnes âgées et la dénutrition... 2 Les causes

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011

Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011 Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011 1 09/12/2011 1 Ordre du jour - Le Programme national de l alimentation : bref rappel - Gouvernance

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Développement d une application pilote

Développement d une application pilote Développement d une application pilote Nutri-TIC Flora Massanella Principes Cette seconde phase vise à mettre en pratique les conclusions obtenues lors de la phase A. L application web Nutri- TIC a donc

Plus en détail

ESPRICO Complément alimentaire. pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant

ESPRICO Complément alimentaire. pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant ESPRICO Complément alimentaire pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant ESPRICO Composition Capsules à mâcher 60 pce Capsules à mâcher 120 pce seulement 2 x 2 capsules par

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe Présentation du Groupe Nestlé: Good Food, Good Life La société leader mondial dans la nutrition, la santé et le bien-être 2 Nestlé en un coup d'oeil : chiffres-clés ventes de CHF 108 milliards en 2009

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012

Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012 Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012 La politique publique de l'alimentation vise à assurer à la population l'accès,

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

«ACTION AUTOUR DE LA THEMATIQUE DE L'ALIMENTATION DANS LES LYCEES AGRICOLES»

«ACTION AUTOUR DE LA THEMATIQUE DE L'ALIMENTATION DANS LES LYCEES AGRICOLES» Complexe Régional d'information Pédagogique et Technique (S.A.C.D.) «ACTION AUTOUR DE LA THEMATIQUE DE L'ALIMENTATION DANS LES LYCEES AGRICOLES» ANNEE COMPTE RENDU PNA Page 1 sur 7 SOMMAIRE I OBJECTIFS

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante

Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante Petit-déjeuner presse Paris, le 17 octobre 2013 Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante Monique Ferry, chercheur Inserm à l Université Paris 13, ancien médecin des hôpitaux en gériatrie

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016 avec les Formations Continues du CFPP Programme 20 2016 CQP Dermo-Cosmétique Pharmaceutique CQP Vente conseil de produits cosmétiques & d hygiène en officine (ouvert aux salariés non diplômés) La Phytothérapie

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE BLANDINE LAPERCHE, SOPHIE BOUTILLER, FARIDAH DJELLAL LAB.RII - CLERSE UMR 8019 RÉSEAU DE RECHERCHE SUR L INNOVATION

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

Synthèse des principaux résultats

Synthèse des principaux résultats E3A : Enquête auprès des Associations d'aide Alimentaire Constance Bellin, Anne-Gwenhael Dauphin, Katia Castetbon, Nicole Darmon Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (UMR Inserm/Inra/Cnam)

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

LE PORTAGE A DOMICILE

LE PORTAGE A DOMICILE Pour plus de renseignements, veuillez contacter LIVRET D ACCUEIL Le service portage des repas aux coordonnées ci-dessous Centre Communal d Action Sociale Place François Mitterrand 37300 JOUE LES TOURS

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur Valérie Laplaine Groupe Casino *** La charte PNNS pour un distributeur La nutrition : un engagement fort du Groupe Casino Présentation du groupe La politique nutritionnelle du Groupe Une démarche ambitieuse

Plus en détail

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada.

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada. Licences Maid2Clean Master Franchise au Canada Qu'est-ce qu'un Master Franchise? Un Master franchise est où une des franchises qui a un système éprouvé dans un pays (EG Maid2Clean au Royaume-Uni) propose

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Cintech 360 Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Centre collégial de transfert technologique Cégep de Saint-Hyacinthe Mission: Accroître l innovation et à la compétitivité

Plus en détail

ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX

ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX ÉDITION 213 Etude de l impact de l étiquetage sur l offre alimentaire Oqali Edition 213 2 ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Un Réseau National de 28 CMI Le réseau FIGURE Formation en InGenierie par des Universités de

Plus en détail

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ 13.1 OBJECTIFS................................................................. 13-1 13.1.1 Objectifs de ce chapitre.................................................... 13-1 13.1.2 Objectifs d un essai

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. Du repas «douleur» au repas «plaisir»

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. Du repas «douleur» au repas «plaisir» Du repas «douleur» au repas «plaisir» Mme GAILLARD Approche pluridisciplinaire de l alimentation mixée 1. Introduction Quand l alimentation devient source de souffrance, d appréhension, de rejet, l état

Plus en détail

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile Centre Communal d Action Sociale de CARNOULES Département du Var Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE PRESTATION

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5 1 Les allégations de santé des compléments alimentaires sont désormais réglementées Décembre 2012 14 Décembre 2012, une mini révolution dans l étiquetage des denrées alimentaires : toute allégation d un

Plus en détail

Présentation des animations Aux Goûts du Jour

Présentation des animations Aux Goûts du Jour Présentation des animations Aux Goûts du Jour AUX GOÛTS DU JOUR est une association nationale d éducation alimentaire. Objectifs * Aider les enfants et les adultes à retrouver le plaisir de Bien manger.

Plus en détail

POSITION DE L EFFAT SUR LES TAXES ALIMENTAIRES

POSITION DE L EFFAT SUR LES TAXES ALIMENTAIRES POSITION DE L EFFAT SUR LES TAXES ALIMENTAIRES Introduction Certains États membres de l UE ont récemment introduit des taxes spécifiques prétendument destinées à décourager la consommation de certains

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE

VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : 01.43.03.03.67 Didier Jardin 06.60.32.56.87 Olivier Bessières 06.65.51.32.99 Documentations et photographies disponibles sur demande. Espace Presse sur

Plus en détail

Manuel de la Vente Plan d Action Total (PAT)

Manuel de la Vente Plan d Action Total (PAT) Herbalife Alliance Team Groupe Well-Street Manuel de la Vente Plan d Action Total (PAT) Bilan Soin du Visage -------------- Année 2007 Préambule Rappel : La Compétence 2 correspond à développer une base

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie P. 1 / 8 L alimentation du nourrisson durant la première année de vie Contenu Feuille d info L alimentation du nourrisson durant la première année de vie / Juin 2012 2 Introduction 2 Développement et besoins

Plus en détail

FAMILLES ET PREVENTION SANTE

FAMILLES ET PREVENTION SANTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DES DEUX SEVRES FAMILLES ET PREVENTION SANTE ENQUETE 2013 - SYNTHESE Afin de donner les moyens à l Institution Familiale de "produire des données familiales", de les recueillir,

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

MENTION : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

MENTION : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives MENTION : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Master STAPS Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives - Resp. STCS - PPR : Raphael Zory - Resp. APS - NAPPES : Anne-Sophie

Plus en détail

Crédit d'impôt recherche

Crédit d'impôt recherche Entreprises développant des actions de recherche et développement Informations générales Nom de la mesure Acronyme Code Mesure nationale/mesure communautaire 9.6.3 Nationale Filière concernée Stade de

Plus en détail

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche Table des matières Introduction! *! Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse! 1.1!Les!matériaux! 1.2!Solides,!liquides!et!gaz 1.3!Gaspiller!de!l énergie! 1.4!Le!carburant!du!corps! Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail