Manuel des décaissements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel des décaissements"

Transcription

1 Manuel des décaissements Banque africaine de développement

2 Manuel des décaissements Tous droits réservés Groupe de la Banque africaine de développement. Avertissement : Le Manuel des décaissements présente les politiques et procédures de décaissement de la Banque africaine de développement. Les documents de politiques et procédures de la Banque mentionnés dans le présent Manuel sont accessibles sur notre site web et peuvent également être obtenus en nous écrivant l adresse Le présent Manuel n examine pas de façon exhaustive tous les documents, politiques et procédures mentionnés. Le lecteur est invité à consulter le document de référence pour en connaître la teneur. Le présent Manuel ne constitue pas un document contractuel ou juridique. Il ne crée pas de droits juridiques, lesquels sont énoncés exclusivement dans les accords juridiques conclus avec la Banque, et ne doit pas être utilisé pour interpréter de tels droits.

3 ii Acronymes Acronymes Acronymes BAD BIC CEP DSP DTS ERD FAD FAE FAPA FEF FFBC FSN GR IAEAR IBAN LC MPP NEPAD OE PAR PMR PNB PRI UC Banque africaine de développement Code d identification bancaire Cellule d exécution du projet Document de stratégie pays Droit de tirage spécial État récapitulatif des dépenses Fonds africain de développement Facilité africaine de l eau Fonds d assistance au secteur privé en Afrique Facilité en faveur des états fragiles Fonds forestier du bassin du Congo Fonds spécial du Nigeria Garantie de remboursement Initiative pour l'alimentation en eau potable et pour l'assainissement en milieu rural Numéro de compte bancaire international Lettre de crédit Mécanisme de financement de la préparation des projets Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique Organe d exécution Prêt d appui aux réformes Pays membre régional Produit national brut Pays à revenu intermédiaire Unité de compte Acronymes

4 iii Table des matières Table des matières 1. Le Groupe de la Banque africaine de développement 1.1 Objectif du Groupe de la Banque africaine de développement 1.2 La Banque africaine de développement (BAD) 1.3 Le Fonds africain de développement (FAD) 1.4 Le Fonds spécial du Nigeria (FSN) 1.5 Les critères de financement Table des matières 2. Le cycle de projet 2.1 Le document de stratégie pays 2.2 Identification 2.3 Préparation 2.4 Evaluation 2.5 Négociation et approbation du Conseil 2.6 Signature et entrée en vigueur 2.7 Exécution et supervision 2.8 Achèvement du projet 2.9 Évaluation rétrospective 3. Politiques en matière de décaissement 3.1 Accords 3.2 Conditions générales 3.3 Accords juridiques 3.4 Acquisition de biens, travaux et services 3.5 Annulations 3.6 Suspension des décaissements 3.7 Lettre de décaissement Table des matières 4. Procédures de décaissement 4.1 Entrée en vigueur 4.2 Conditions préalables au premier décaissement et autres conditions 4.3 Personnes habilitées à signer les demandes de décaissement 4.4 Financement rétroactif 4.5 Dépenses éligibles 4.6 Catégories de dépenses 4.7 Réallocation des ressources du prêt 4.8 Pièces justificatives 4.9 Monnaie de décaissement 4.10 Taux de change applicables aux décaissements 4.11 Transmission des demandes de décaissement 4.12 Remboursements 4.13 Contrats

5 iv Table des matières 4.14 Références bancaires 4.15 Décaissements à l approche de la date de clôture 4.16 Honoraires d audit de clôture Table des matières 5. Méthodes de décaissement 5.1 Introduction 5.2 Remboursement des dépenses effectuées par l emprunteur 5.3 Paiement au titre d une garantie de remboursement (GR) 5.4 Fonds de roulement ou compte spécial 5.5 Paiement direct 5.6 Décaissement des prêts d appui budgétaires/ prêt à l appui des réformes 6. Gestion financière 6.1 Capacité de gestion financière 6.2 Gestion comptable 6.3 Normes et pratiques comptables 6.4 Évaluation du système comptable 6.5 Etats financiers du projet 6.6 Rapports financiers 6.7 Tenue des comptes et classement 6.8 Conservation des documents 6.9 Rapports des décaissements 6.10 Audit Table des matières

6 v Table des matières Liste des figures Figure 1: Le cycle de projet 4 Liste des tableaux Table des matières Tableau 2.1: Dates importantes du cycle de projet Tableau 4.1: Sources de financement et devises respectives Tableau 5.1: Méthodes de décaissement Tableau 5.2: La méthode de Remboursement Documents requis Tableau 5.3: La méthode de Garantie de remboursement Documents requis Tableau 5.4: La méthode du compte spécial - Documents requis Tableau 5.5: La méthode du paiement direct - Documents requis Liste des annexes Annexe 1: Liste des bureaux dans les pays régionaux Annexe 2: Pays membres de la BAD Annexe 3: Etats participants au FAD Annexe 4: Exemple de lettre de décaissement Annexe 5: Exemple de lettre désignant les Signataires autorisés Annexe 6: Formulaire A1-Demande de décaissement Annexe 7 : Formulaire A2-Etat récapitulatif des dépenses Annexe 8 : Formulaire A3-Budget prévisionnel d activités Annexe 9 : Formulaire B1-Demande de garantie de remboursement Annexe 10 : Formulaire B2-Exemple de garantie de remboursement Annexe 11 : Demande d approbation d amendement à la lettre de crédit Annexe 12 : Exemple d état de rapprochement des avances au compte spécial Table des matières

7 Préface Préface

8 vii Préface Préface Le Manuel des décaissements (le Manuel) présente les politiques, les directives, les pratiques et les procédures en matière de décaissement du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Il sert d outil de référence pour le personnel de la Banque, les emprunteurs, les agences d exécution, les cofinanciers, les fournisseurs et d autres parties contractantes en ce qui concerne l élaboration, le traitement et la gestion des décaissements pour une exécution efficiente et efficace des projets. Le Manuel complète les documents suivants: L accord portant création de la Banque Les accords de prêts ou les protocoles d accord Les conditions générales applicables aux accords de prêts, de garanties et de dons La politique relative aux dépenses éligibles au financement des opérations du Groupe de la Banque Les règles et procédures pour l Acquisition de Biens et de Travaux Les règles et procédures pour l utilisation des consultants La politique de recouvrement des arriérés sur les prêts du Groupe de la Banque Les directives en matière d élaboration de rapports financiers et d audit des projets Les directives du Groupe de la Banque relatives à l annulation des prêts Les directives en matière de gestion financière et d analyse financière des projets La lettre de décaissement Le rapport d évaluation de projet Préface Les principes et les procédures décrits dans ce Manuel s appliquent aux projets et programmes d investissement publics ou garantie par l Etat qui sont financés en totalité ou en partie par les ressources du Groupe de la Banque. Ils s appliquent également aux fonds spéciaux, aux fonds fiduciaires financés par les bailleurs de fonds et administrés par la Banque et aux opérations cofinancées pour lesquelles un partenaire au développement a demandé à la Banque d administrer les décaissements. Le présent Manuel remplace tous les manuels précédents et est applicable immédiatement. Il est disponible sur le site web de la Banque (http://www.afdb.org). Préface Il sera mis à jour de façon régulière pour refléter les opinions des utilisateurs, les leçons tirées et l évolution des politiques et pratiques relatives à l administration des décaissements. Le Département du contrôle financier est chargé de la pertinence, du bien-fondé des dispositifs de décaissement et de l approbation des demandes de décaissement pour les financements octroyés ou administrés par la Banque. Pour obtenir de plus amples renseignements vous pouvez visiter notre site web: ou prendre contact avec notre bureau (voir annexe 1), ou nous contacter à l adresse suivante: Division des décaissements Département du controle financier Banque africaine de développement Avenue du ghana / BP Tunis belvédere / Tunisie Fax : Emprunteur(s) dans le Manuel est utilisés pour désigner soit «emprunteurs» et/ou donataires. 2 Le terme organe d exécution (OE) est utilisé de façon interchangeable avec Cellule d Exécution du Projet (CEP). L emprunteur désigne un organe d exécution qui devient une CEP. 3 Prêt dans ce Manuel est utilisé pour désigner dons sauf si le contexte précise autrement.

9 Chapitre 1 Le Groupe de la Banque africaine de développement

10 1 Le Groupe de la BAD 1. Le Groupe de la Banque africaine de développement Le Groupe de la BAD 1.1 Objectif du Groupe de la Banque africaine de développement La mission du groupe de la Banque africaine de développement qui comprend la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN) est de promouvoir le développement économique et social de ses pays membres régionaux (PMR). Pour ce faire, la Banque : Mobilise des ressources pour le financement des projets et programmes ; Entreprend seule ou en participation, la sélection, l étude et la préparation des projets, des entreprises et des activités tendant à ce développement ; Fait la promotion de l investissement de capitaux publics et privés en Afrique; et Fournit l assistance technique qui peut être nécessaire en Afrique pour l étude, la préparation, le financement et l exécution de projets et programmes de développement. Bien que le FAD et le FSN soient juridiquement et financièrement distincts de la BAD, ils sont administrés par le même personnel et leurs opérations sont soumises aux mêmes standards de performance que ceux de la BAD. 1.2 La Banque africaine de développement (BAD) L Accord portant création de la BAD a été adopté à Khartoum en 1963 et mis en vigueur en La Banque a officiellement commencé ses opérations en A la suite d un amendement apporté à l Accord en 1982, le capital de la BAD a été ouvert à des pays non régionaux. Ses ressources proviennent des ressources ordinaires et des ressources spéciales. Les ressources ordinaires sont: Les actions souscrites du capital autorisé par ses 77 pays membres (voir l Annexe 2), dont une partie est appelable ; Les fonds reçus en remboursement des prêts BAD ; Les fonds obtenus par emprunt sur les marchés financiers internationaux ; Le revenu généré des prêts de la BAD ; et D autres revenus reçus par la Banque, par exemple le revenu provenant de placements. L Article 8 de l Accord portant création de la BAD autorise l institution à créer, à administrer et à gérer des fonds spéciaux conformément à ses objectifs et fonctions. En vertu de ces dispositions, le Fonds africain de développement (FAD) a été créé avec des États non africains en 1972 et le Fonds spécial du Nigeria (FSN) avec le gouvernement nigérian en Les autres fonds spéciaux de la Banque sont : Facilité africaine de l eau (FAE) Fonds forestier du bassin du Congo (FFBC) Facilité en faveur des états fragiles (FEF) Fonds d assistance au secteur privé en Afrique (FAPA) Fonds pour l Environnement Mondial (FEM) Fonds pour les pays à revenu intermédiaire (PRI) NEPAD - IPPF Initiative pour l'alimentation en eau potable et pour l'assainissement en milieu rural (IAEAR) Chapitre 1 4 L expression Groupe de la Banque se rapporte à la Banque africaine de développement (BAD), au Fonds africain de développement (FAD) et au Fonds spécial du Nigeria (FSN). Lorsque le cas ne concerne qu une de ces institutions, cela est précisé.

11 2 Le Groupe de la BAD Les fonds spéciaux sont régis par les politiques et procédures de décaissement de la Banque, tel que décrit dans leurs manuels d opérations respectifs. 1.3 Le Fonds africain de développement (FAD) Le Groupe de la BAD L Accord portant création du FAD, qui comprend la BAD et les États participants, a été signé en Algérie en 1972 et est entré en vigueur en Le FAD fournit une assistance aux pays en développement à faible niveau de revenu par habitant par le biais de don et de prêts à des conditions concessionnelles. Les ressources du FAD proviennent des contributions et des reconstitutions périodiques des 26 États non africains participants (voir l Annexe 3). Les reconstitutions des ressources du Fonds interviennent normalement tous les trois ans, sauf décision contraire des États participants. L éligibilité d un pays aux ressources FAD dépend essentiellement de la situation économique observée dans le pays, évaluée sur la base du PNB par habitant et de la capacité à rembourser la dette. 1.4 Le Fonds spécial du Nigeria (FSN) Le FSN a été créé à la suite d un accord signé entre le Gouvernement nigérian et la BAD en 1976 et est entré en vigueur la même année. L accord initial a expiré en Après deux prorogations provisoires d une année chacune, l accord a été prorogé pour une nouvelle période de 10 ans en Le FSN appuie les efforts de développement des pays membres régionaux du Groupe de la Banque, en particulier les plus nécessiteux d entre eux. Ses ressources sont intégralement constituées des contributions du gouvernement nigérian et du revenu généré par ses opérations. 1.5 Les critères de financement Eligibilité Les critères d octroie des prêts sont fonction des sources de financement. L éligibilité d un PMR à une des trois sources de financement dépend essentiellement de la situation économique du pays évaluée sur la base du produit national brut (PNB) par habitant et de sa capacité à assurer le service de la dette. Ainsi, les PMR sont classés en trois catégories : la catégorie A (pays FAD exclusivement), la catégorie B (pays éligibles à la fois aux ressources BAD et aux ressources FAD) et la catégorie C (pays exclusivement BAD). Monnaie d engagement Chapitre 1 Pour le financement BAD, le prêt est libellé dans une des monnaies d emprunt de l institution à savoir le dollar EU, l euro, le yen et le rand sud-africain, au choix de l emprunteur. Les prêts et les dons du FAD et du FSN sont libellés en unités de compte (UC). L unité de compte est égale à un droit de tirage spécial (DTS) du Fonds monétaire international(fmi).

12 Chapitre 2 Le cycle de projet

13 4 Le cycle de projet 2. Le cycle de projet Les projets financés par le Groupe de la Banque sont élaborés et gérés selon un cycle. Il s agit d une succession d étapes qui vont de l identification à l évaluation rétrospective, en vue de la réalisation d objectifs spécifiques conformes au plan de développement du pays concerné et à la stratégie de la Banque. Figure 1 Le cycle de projet Le cycle de projet Chapitre 2 Les principales dates du cycle de projet figurent au tableau Le document de stratégie pays La Banque collabore avec chaque pays membre régional emprunteur pour la formulation d une stratégie de développement et d un programme opérationnel décrit dans un document de stratégie pays (DSP). Lors de la préparation du DSP, la Banque procède à une analyse et à des études économiques pluridisciplinaires en consultation étroite avec le gouvernement, les différentes parties prenantes dans le pays et les partenaires au développement. Le DSP procède à une analyse globale des secteurs susceptibles de bénéficier des concours de la Banque. Il oriente les interventions de l institution dans les pays et constitue le principal instrument de la concertation sur les stratégies avec les pays. 2.2 Identification En se basant sur le DSP, la Banque, en concertation avec le pays concerné, introduit dans sa réserve de projets, les projets jugés réalisables et justifiés aux plans technique, socioéconomique, financier et environnemental.

14 5 Le cycle de projet Le cycle de projet 2.3 Préparation La préparation du projet incombe à l emprunteur qui peut demander l assistance technique ou financière de la Banque. Au cours de cette étape, le PMR mène des études et des estimations visant à définir les objectifs, les composantes, les activités, les produits et les résultats attendus du projet. Ces études visent à confirmer si les objectifs du projet du point de vue technique, environnemental, économique, financier, institutionnel et social sont réalisables selon un calendrier, un cadre institutionnel, et un plan d exécution définis. La Banque détermine, au cours de cette étape, les conditions de succès du projet en se basant sur les impacts positifs attendus aux plans : économique, financier, social et environnemental. 2.4 Evaluation La Banque est responsable de l évaluation du projet. Durant cette étape, elle examine les études techniques, environnementales, économiques, financières 5, institutionnelles et sociales menées lors de l étape de la préparation. L évaluation aboutit à la préparation du rapport d évaluation du projet sur lequel se fonde la décision de financement de la Banque ainsi que les documents juridiques. 2.5 Négociation et approbation du Conseil Au cours des négociations officielles, la Banque et l emprunteur s accordent sur le contenu du rapport d évaluation du projet, du projet d accord (ou les accords) juridique(s), et du projet de lettre de décaissement. Après les négociations, la Banque soumet la proposition de financement au Conseil pour approbation. 2.6 Signature et entrée en vigueur Une fois le prêt approuvé, les représentants autorisés de l emprunteur et de la Banque signent les accords juridiques. Lorsque l emprunteur remplit les conditions générales et spécifiques d entrée en vigueur, la Banque déclare l entrée en vigueur des accords juridiques. 2.7 Exécution et supervision L emprunteur est responsable de l exécution du projet; il doit rendre compte périodiquement de son état d avancement et fournir des états financiers annuels audités. La Banque, à son tour, supervise le projet afin de s assurer des progrès réalisés et que les fonds décaissés sont utilisés aux fins prévues de manière économique, efficiente et efficace. 2.8 Achèvement du projet L emprunteur prépare et soumet à la Banque un rapport d achèvement donnant sa propre appréciation sur l exécution du projet, les avantages qui en découleront, la performance de divers intervenants, le niveau de réalisation des objectifs, les leçons à en tirer et les mesures prises pour garantir la durabilité des réalisations. La Banque prépare aussi son propre rapport d achèvement visant à évaluer les objectifs atteints; les réalisations et les impacts significatifs ; les chances de durabilité du projet ; la performance de la Banque et de l emprunteur ; ainsi que les leçons tirées de l exécution. 2.9 Évaluation rétrospective Après la préparation des rapports d achèvement par l emprunteur et la Banque, la Banque mène une mission d évaluation rétrospective ayant pour but de mesurer les réalisations du projet par rapport aux objectifs initiaux. Cette mission examine la préparation, la conception, évaluation et l exécution du projet, les coûts et les avantages ainsi que les résultats par rapport aux objectifs initiaux. L évaluation rétrospective rend également compte des leçons tirées du projet en vue de renforcer l efficacité de l aide au développement et d améliorer les pratiques et procédures de la Banque. Chapitre 2 5 Comprend une évaluation de la capacité institutionnelle de l emprunteur et de l adéquation des systèmes de gestion financière.

15 6 Le cycle de projet Tableau 2.1: Dates importantes du cycle de projet Date Définition Date d approbation Date à laquelle l autorité compétente à la Banque approuve l octroi du prêt Date de signature Date à laquelle l emprunteur et la Banque signent l accord juridique. Cette date marque le début du calcul de la commission d engagement, au besoin, et l échéancier de remboursement. Le cycle de projet Date d entrée en vigueur Date du premier décaissement Date de financement rétroactif Date de clôture Date limite du dernier décaissement Date de remboursement Date à laquelle la Banque notifie à l emprunteur qu il a satisfait les conditions d entrée en vigueur de l accord juridique. Date à laquelle la Banque notifie à l Emprunteur qu il a remplit toutes les conditions préalables au premier décaissement. Pour les projets éligibles à un financement rétroactif, date antérieure à la date de l accord juridique telle que mentionné dans ledit l accord, à partir de laquelle les paiements sont éligibles au remboursement. Date mentionnée dans le document juridique après laquelle la Banque met fin au droit de l emprunteur d effectuer des retraits du compte du prêt. L emprunteur peut solliciter une prorogation de la date de clôture en fournissant une justification appropriée au moins six mois avant cette date. Les dépenses effectuées après la date de clôture ne peuvent pas être financées par les ressources du prêt. La Banque peut accepter pendant une durée limitée (n excédant pas trois mois) après la date de clôture de couvrir des dépenses pour l achat des biens, ou des travaux effectués ou des services effectués avant ou à la date de clôture. Dates auxquelles l emprunteur effectue les paiements au titre du service de la dette (commissions et principal) à la Banque. Ces dates sont arrêtées au moment des négociations, généralement sur base semestrielle, et précisées dans l accord juridique. Chapitre 2

16 Chapitre 3 Politiques en matière de décaissement

17 8 Politiques en matière de décaissement 3. Politiques en matière de décaissement Politiques de décaissement 3.1 Accords Les dispositions de l Accord portant création de la Banque 6 énoncent trois principes de base en matière de décaissement au titre de projets de développement. Article 17(d): Le produit d'un prêt, d'un investissement ou d'une autre opération de financement entreprise dans le cadre des opérations ordinaires de la Banque, servira à l'acquisition uniquement dans les pays membres, des biens et services qui y sont produits sous réserve des cas où le Conseil d'administration décide d'autoriser l'acquisition des biens et services dans un pays non membre ou produits par un pays non membre, si des circonstances particulières rendent commode une telle acquisition, comme par exemple lorsqu'un pays non membre fournit à la Banque des fonds importants Depuis le 1er novembre 2008, le Fonds africain de développement permet aux entreprises et aux particuliers de tous les pays de fournir des biens, des travaux et des services dans le cadre de projets qu il finance. Les ressources engagées dans les opérations de la Banque africaine de développement et du Fonds spécial du Nigeria sont utilisées pour l acquisition de biens et de travaux, y compris les services connexes, fournis par les soumissionnaires provenant des pays membres. Article 17(g): Lorsque la Banque accorde un prêt direct, elle n'autorise l'emprunteur à tirer sur les fonds que pour couvrir les dépenses relatives au projet, au fur et à mesure qu elles sont effectuées Article 17(h): La Banque prend des dispositions pour s'assurer que le produit d un prêt quelconque consenti ou garanti par elle est employé exclusivement aux fins auxquelles ledit prêt a été accordé, en donnant aux considérations d'économie et de rendement l importance qui leur est due 3.2 Conditions générales Les prêts et dons du groupe de la Banque sont régis par les Conditions générales applicables aux accords de prêts, de garanties et de dons de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement. Les Conditions générales, qui font partie intégrante de l accord juridique, couvrent entre autres les domaines suivants : Chapitre 3 Le remboursement et le paiement des intérêts et autres charges ; L utilisation des monnaies ; Le décaissement des ressources ; L annulation et la suspension ; L exigibilité anticipée ; L exécution du projet ; L opposabilité ; L entrée en vigueur, les conditions opérationnelles et l extinction ; D autres clauses juridiques. Au cas où une disposition d un accord juridique est en contradiction avec les dispositions des conditions générales, c est la disposition de l accord juridique qui prévaut. 6 Les mêmes principes de base sont énoncés à l Article 15 de l Accord portant création du Fonds africain de développement.

18 9 Politiques en matière de décaissement Politiques de décaissement 3.3 Accords juridiques Le principal document juridique concernant un projet ou un programme financé par le Groupe de la Banque est un accord signé par l emprunteur et la Banque qui précise les conditions spécifiques du prêt. Il s agit de l accord de prêt dans le cas des prêts, et du protocole d accord pour les dons. Lorsque la Banque octroie un prêt à une entité du secteur public autre que l état membre, elle conclut également un accord de garantie avec le pays membre ou, conformément aux règles applicables, avec une autre entité acceptable, qui sera ainsi considérée comme garant. Les accords juridiques énoncent les conditions spécifiques, notamment, les points suivants entre autres : La monnaie et le montant du financement ; Les activités spécifiques pour lesquelles des dépenses peuvent être engagées ; Les conditions financières et les modalités de remboursement, si applicable ; L information financière à fournir et les exigences en matière d audit ; Les dispositions relatives à l acquisition des biens et services ; Les conditions de décaissement applicables ; Les dates importantes dans le cycle de projet. L accord juridique peut être amendé soit sur avis à l emprunteur, soit par accord mutuel entre la Banque et l emprunteur. Un amendement qui modifie de manière significative les conditions initiales approuvées peut exiger l approbation du Conseil d administration. 3.4 Acquisition de biens, travaux et services L acquisition de biens et services financée par la Banque est régie par les Règles et procédures de la Banque pour la fourniture des biens et travaux, et aux Directives de la Banque pour l'utilisation des services de consultants. Les dispositions d acquisition spécifiques à un projet donné sont énoncées dans l accord juridique et s ajoutent à ces règles. Le respect de ces règles et procédures constitue une obligation contractuelle de l emprunteur et contribue à une bonne exécution du projet et facilite les décaissements. Chapitre 3 La responsabilité de l exécution du projet, de l attribution et de l administration des contrats incombe à l emprunteur. La Banque supervise les activités relatives à l attribution des contrats menées par l emprunteur conformément aux dispositions de l accord juridique et comme précisé dans le plan d acquisition du projet. 3.5 Annulations Les Conditions générales et les directives relatives à l annulation des prêts de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement précisent les conditions et les procédures qui s appliquent aux annulations. Avant l annulation, la Banque s assure qu il n existe pas de demandes de décaissement en instance ou d engagement pris et que les contrats financés par les ressources du prêt qui n ont pas été entièrement décaissés ont été annulés de façon régulière. La Banque n annulera aucun montant pour lequel elle aura conclu un engagement spécial pour couvrir les lettres de crédit, sauf si le texte de cet engagement prévoit le contraire. Les commissions d engagement, s il y a lieu, continuent de s accumuler au-delà de la date de clôture mentionnée dans l accord de prêt, même si cette date n a pas été prorogée. Seule l annulation de la portion non utilisée du prêt met fin à la commission d engagement.

19 10 Politiques en matière de décaissement Politiques de décaissement 3.6 Suspension des décaissements La Banque peut suspendre les décaissements si l emprunteur ne respecte pas les conditions mentionnées dans l accord de prêt ou dans les conditions générales. La suspension peut s appliquer à un ou plusieurs prêts ou à des composantes spécifiques. L annulation des décaissements entre en vigueur à la date à laquelle la décision est prise et reste en vigueur jusqu à la date à laquelle les facteurs qui l ont motivée cessent de se produire et à la notification par la Banque du retrait total ou partiel de la suspension. Dans le cas de manquements liés au service de la dette, la Banque suspend les décaissements liés à tous les prêts octroyés au pays membre ou garantis par celui-ci. La Politique en matière de recouvrement des arriérés sur prêts prévoit les divers types de sanctions et des exemptions. 3.7 Lettre de décaissement La lettre de décaissement (voir l Annexe 4) fournit aux emprunteurs et aux agences d exécution des instructions spécifiques relatives aux décaissements concernant un prêt donné. Un projet de lettre de décaissement est accepté de commun accord par la Banque et l emprunteur lors des négociations. Après la signature de l accord de prêt, la Banque envoie à l emprunteur une lettre de décaissement signée. Dans certains projets, plusieurs agences d exécution ainsi que l emprunteur peuvent participer à la mise en œuvre du projet et envoyer des demandes de décaissements à la Banque. Il incombe à l emprunteur de veiller à ce que toutes les entités participant au projet reçoivent une copie de la lettre de décaissement signée. La Banque peut, à la suite de consultations avec l emprunteur, émettre une lettre de décaissement révisée tenant compte des modifications apportées aux modalités de décaissement pendant l exécution du projet. Chapitre 3

20 Chapitre 4 Procédures de décaissement

21 12 Procédures de décaissement Procédures de décaissement 4. Procédures de décaissement L emprunteur est responsable de l exécution des projets et des programmes conformément à tous les accords. La Banque, quant à elle, suit l exécution du projet/programme pour s assurer de sa conformité aux accords, aux règles et procédures décrites dans le présent Manuel et dans d autres documents et directives. 4.1 Entrée en vigueur La Banque déclare l entrée en vigueur de l accord de prêt après que l emprunteur ait satisfait aux conditions stipulées dans ledit accord et dans les conditions générales. 4.2 Conditions préalables au premier décaissement et autres conditions Outre les conditions d entrée en vigueur, le prêt peut être assorti de conditions de premier décaissement et de conditions applicables aux décaissements ultérieurs. Les documents soumis doivent être des originaux ou des copies certifiées conformes et acceptables par la Banque. Ces conditions figurent également dans l accord juridique. 4.3 Personnes habilitées à signer les demandes de décaissement L emprunteur doit désigner, avant le début des décaissements, la(les) personne(s) autorisée(s) à signer les demandes de décaissement et fournir leur(s) spécimen(s) de signature à la Banque. Il doit indiquer clairement à cette occasion (voir l Annexe 5) le nombre et/ou la combinaison de signatures devant figurer sur toute demande de décaissement. Sauf indication contraire, la désignation entre en vigueur à partir de la date à laquelle la Banque reçoit la lettre de l emprunteur. Les personnes désignées par le représentant autorisé de l emprunteur signent les demandes de décaissement. Les documents joints à ces demandes, tels que les états récapitulatifs des dépenses et les programmes d activités et budgets doivent être contresignés par le coordonnateur du projet. L emprunteur peut fournir une autorisation générale habilitant une ou plusieurs personnes à signer les demandes de décaissement pour tous les prêts du pays. Chapitre 4 Si les signataires autorisés changent au cours de l exécution du projet, l emprunteur est tenu d en aviser la Banque dans les meilleurs délais et de lui transmettre les signatures des nouvelles personnes désignées. 4.4 Financement rétroactif En général, les dépenses effectuées avant la date de signature de l accord juridique ne sont pas admissibles au financement. Toutefois, sur la base d un accord préalable entre la Banque et l emprunteur, une clause spéciale dans l accord de prêt autorisant le financement de certaines dépenses effectuées avant la date de signature peut être ajoutée pour faciliter l exécution du projet. Cette clause indique le montant du financement rétroactif, la catégorie de dépense concernée et la date à partir de laquelle les dépenses peuvent être considérées comme admissibles au financement. 4.5 Dépenses éligibles Aux termes des Conditions générales, les dépenses éligibles au financement du prêt sont les coûts raisonnables des biens, travaux et services nécessaires à la réalisation du projet et acquis conformément aux conditions de l accord juridique.

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets BANQUE MONDIALE DiRectives pour les décaissements applicables aux projets mai 2006 BANQUE MONDIALE DIRECTIVES POUR LES DÉCAISSEMENTS APPLICABLES AUX PROJETS DÉPARTEMENT DES PRÊTS 1 ER MAI 2006 Copyright

Plus en détail

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Tunis, le 18 novembre 2009 Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Objet : Financement des biens et services d origine française pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les petites et

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

Section 8 : contrat de services professionnels

Section 8 : contrat de services professionnels Section 8 : contrat de services professionnels LE PRESENT DOCUMENT CONSTITUE LE MODELE DE CONTRAT DU PNUD FOURNI AU SOUMISSIONNAIRE POUR INFORMATION. LE RESPECT DE L ENSEMBLE DE SES CONDITIONS EST OBLIGATOIRE.

Plus en détail

DECAISSEMENT DES PRETS : PROCEDURES ET DIRECTIVES AUX EMPRUNTEURS

DECAISSEMENT DES PRETS : PROCEDURES ET DIRECTIVES AUX EMPRUNTEURS DECAISSEMENT DES PRETS : PROCEDURES ET DIRECTIVES AUX EMPRUNTEURS DEPARTEMENT DES FINANCES ET DE LA COMPTABILITE DIVISION ADMINISTRATION DES PRETS AVRIL 2009 DECAISSEMENT DES PRETS : PROCEDURES ET DIRECTIVES

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

MANUEL DES DECAISSEMENTS POUR LES BENEFICIAIRES DES DONS

MANUEL DES DECAISSEMENTS POUR LES BENEFICIAIRES DES DONS MANUEL DES DECAISSEMENTS POUR LES BENEFICIAIRES DES DONS JUIN 2011 MANUEL DES DECAISSEMENTS POUR LES BENEFICIAIRES DE DONS TABLE DES MATIERES SIGLES ET ABREVIATIONS 4 INTRODUCTION 5 LA FONDATION POUR LE

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2004/28 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 7 juin 2004 Français Original: anglais

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT FINANCIER ET COMPTABLE 1. CONTEXTE

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE Modèle de mémorandum d accord de coopération entre l Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et

Plus en détail

Guide des exigences de soumission obligatoires

Guide des exigences de soumission obligatoires - Présentez les reçus/les factures originales et détaillées des repas et des rafraîchissements admissibles durant les cours de formation. 1 Guide des exigences de soumission obligatoires Les soumissions

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT NOTICE EXPLICATIVE DC3 NOTICE Le formulaire DC3 peut être utilisé

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Les moyens de financement du commerce international :

Les moyens de financement du commerce international : Les moyens de financement du commerce international : CREDIT DE PRE FINANCEMENT : C est un crédit contracter par l exportateur au prés de sa banque pendant la période de fabrication parce que les acomptes

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES MODÈLE DE CONTRAT PR LES INTERMÉDIAIRES (mars 2014) 1 LE PRÉSENT CONTRAT est conclu ENTRE : La Cour pénale internationale, organisation internationale permanente ayant son siège à l adresse suivante :

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE 1 CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE ENTRE Le/La (dénomination de l emprunteur) représenté(e) par

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Exemple : Consultant Contrat et stipulations

Exemple : Consultant Contrat et stipulations Exemple : Consultant Contrat et stipulations Note : Le présent document est fourni à des fins informatives seulement. Les associations professionnelles de la santé qui souhaitent utiliser cette ressource

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/grantees/grantees_r7.html

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE III. 1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Circulaire aux Intermédiaires Agrées n 2009-10

Circulaire aux Intermédiaires Agrées n 2009-10 Tunis, le 4 mai 2009 Circulaire aux Intermédiaires Agrées n 2009-10 Objet : Financement des biens et des services d origine espagnole pour les petits et moyens projets des opérateurs tunisiens et des sociétés

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

Télésurveillance des établissements de la Ville de Tourlaville REGLEMENT DE CONSULTATION

Télésurveillance des établissements de la Ville de Tourlaville REGLEMENT DE CONSULTATION Ville de TOURLAVILLE Direction Urbanisme et Services Techniques TELESURVEILLANCE DES ETABLISSEMENTS DE LA VILLE DE TOURLAVILLE REGLEMENT DE CONSULTATION DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES Vendredi 5 décembre

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Marché public

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration Politique : GESTION FINANCIÈRE Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration 14 novembre 2011 Révisée 2009-12-14 1 de 8 TABLE DES

Plus en détail

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER 1120-11-05 SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER Révisé en septembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 3 1. Bon de commande...

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit»

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» REPUBLIQUE FRANCAISE Date de notification de l acte : Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» Entre : La Région Haute-Normandie, Hôtel de Région, 5 rue Schuman, CS 21129, 76174 Rouen

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat B. P. 10021 14, Rue du Champ-Bossu 28402 NOGENT-le-ROTROU Cedex Tél : 02.37.52.15.28 Télécopie : 02.37.52.85.50 Courriel : oph.direction@nogent-perche-habitat.fr

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

Modalités et conditions de prêt du FIDA conditions durcies

Modalités et conditions de prêt du FIDA conditions durcies Cote du document: EB 2010/100/R.10 Point de l ordre du jour: 11 Date: 11 août 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Modalités et conditions de prêt du conditions durcies Note pour les représentants

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ;

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; CONVENTION-TYPE Entre le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; et le Titulaire «Dénomination sociale» «Forme juridique»

Plus en détail

Règles de Gestion financière

Règles de Gestion financière ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-QUATRIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A54/34 Point 15 de l ordre du jour provisoire 23 mars 2001 Règles de Gestion financière Conformément au paragraphe 16.3

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 ADMINISTRATION Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 1. PRÉAMBULE Les membres du personnel autorisés peuvent effectuer

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT

SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT Entrée en vigueur : 1 er mai 2014 Table des matières 1. OBJET... 1 2. AVANCE DE VOYAGE... 1 Requérant... 1 Responsable

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Fourniture et acheminement de gaz naturel et de services associés Date et heure limites de réception des offres : 13 avril 2015 à 12 heures REGLEMENT

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Ville de Châtel-Guyon 10 rue de l Hôtel de Ville BP 54 63140 CHATEL-GUYON CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation

Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation 1. Rappel Recommandations pour la passation de marché de fournitures de fruits et légumes frais (en l état, préparés, tranchés, parés), 4 ème gamme

Plus en détail

ENTRE. la REGION WALLONNE, représentée par les Ministres-Membres du Gouvernement wallon :

ENTRE. la REGION WALLONNE, représentée par les Ministres-Membres du Gouvernement wallon : 1 CONVENTION RELATIVE A L OCTROI D UNE LIGNE DE PRETS D INVESTISSEMENTS CONCLU DANS LE CADRE DU FONCTIONNEMENT DU «C.R.A.C. INFRASTRUCTURES MEDICO-SOCIALES» ENTRE Le/La représenté(e) par et par dénommé(e)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1 Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne Opinion du Tribunal canadien des droits de la personne sur le rapport de vérification J ai

Plus en détail