GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES"

Transcription

1 Association pour le Développement des Activités de Production et de Formation (ADAF/Gallë) Badalabougou Rue Gama! Abdel Nasser Porte 211 BP : 3267 Bamako Tél/Fax : o GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES Vue extérieure de la banque de céréales de N'Gabakoro Tiessoin dans la commune rurale de Ouolodo Mars 2006

2 PREFACE La recherche de l'autosuffisance alimentaire voire la sécurité alimentaire au Mali constitue une préoccupation majeure et permanente non seulement des producteurs et consommateurs mais aussi des autorités et partenaires au développement. D'où le concept de plus en plus usité de «souveraineté alimentaire». En effet la question alimentaire est perçue et sentie comme une question de souveraineté mais encore comme la principale indice de pauvreté au Mali. Par ailleurs, la situation alimentaire dans notre pays est caractérisée par sa précarité en raison entre autres : i) de la prédominance des cultures pluviales à concurrence de 70% de la production agricole ; ii) de l'insuffisance et de la mauvaise répartition des pluies ; iii) de la libéralisation du marché céréalier ; iv) de l'existence de transactions importantes entre le Mali et les pays voisins (céréales, bétail, poisson...) ; v) de la baisse de la fertilité des sols et de la productivité des exploitations agricoles ; vi) de l'exode rural et de l'immigration des jeunes ruraux ; vii) du faible niveau d'équipement des producteurs ; viii) de l'insuffisance du crédit agricole ; ix) de l'état de surendettement des producteurs par les négociants dès la période de soudure et dont le remboursement se fait à la récolte en nature ; x) de la pratique des ventes de céréales hasardeuses par les producteurs sans évaluer au préalable les besoins en autoconsommation ; xi) de l'importance des pertes dues aux mauvaises conditions de stockage ou à la menace des déprédateurs. C'est pour toutes ces raisons que LONG ADAF/Gallè, en partenariat avec le Centre Technique de Coopération Agricole et Rural (CTA), a jugé nécessaire d'organiser des Ateliers Paysans sur la «Gestion des Stocks de céréales» dans ses zones d'intervention (Bélédougou et Mandé ). L'élaboration du présent guide ambitionne de constituer la mémoire de ces ateliers et de mettre à la disposition des producteurs une démarche et un outil simples et pratiques en matière de stockage des céréales et de gestion des stocks. Les structures communément utilisées varient des greniers traditionnels/améliorés aux silos, aux magasins, aux banques de céréales et aux boutiques villageoises. La démarche technique du guide s'articule beaucoup plus, autour des banques de céréales considérées comme la forme communautaire la plus évoluée des techniques de stockage villageois. L'ONG/ADAF/Gallè adresse ses remerciements et toute sa reconnaissance au partenaire CTA et souhaite beaucoup de plaisir à tous les futurs usagers de ce guide. 2

3 II. Problématique/Diagnostic du Stockage des Céréales au Mali Il ressort du diagnostic des moyens /méthodes de conservation ou de stockage des céréales utilisés à travers le pays les constats ci-après : i) les magasins/banques de céréales existants, dans la majorité des cas, occupent des locaux qui ne respectent pas les normes techniques de construction requises en la matière (orientations des portes et fenêtres, aération, étanchéité, choix du site,...) ii) l'entretien des locaux et des stocks n'est pas le plus souvent assuré (nettoyage, désinfection, traitement des stocks, entreposage...) iii) les outils ou supports de gestion sont soient inexistants, soient incomplets ou mal tenus iv) les besoins de formation des gestionnaires à la maîtrise des techniques de stockage et de tenue des différents outils de gestion sont immenses et pressants (membres des comités de gestion, gestionnaires des boutiques individuelles et privées) v) l'importance des pertes enregistrées au cours du stockage (charançons, souris, rats moisissures...) vi) les nombreux problèmes de gestion (difficultés de recouvrement des crédits, manquants à la pesée, cas isolés de détournement de fonds...). III. Importance et Avantages du Stockage Villageois Le rôle ou l'importance du stockage villageois se traduit par les fonctions suivantes : â La fonction Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle en favorisant et en assurant la disponibilité des céréales au moment où les producteurs et les consommateurs en ont le plus besoin (période de soudure) et en améliorant l'état nutritionnel des populations (richesse, variété et fréquence des plats à suffisance...) â La fonction Valorisation des Céréales et Sécurisation des Revenus dans un contexte de libéralisation du marché céréalier, de la faiblesse des quantités de produits céréaliers transformées localement en assurant la commercialisation des céréales à de prix rémunérateurs pour le producteur au moment de la récolte, mais aussi en régulant les prix aux consommateurs pendant la période de soudure. Toutes choses diminuant un peu l'intervention des opérateurs privés et de spéculateurs. â La fonction de Sécurisation de la Force de Travail des Producteurs dans leur exploitation surtout en période de soudure en limitant aussi l'exode des bras valides. â La fonction de Sécurité Sanitaire, en effet une population bien nourrie (quantitativement et qualitativement) est mieux à l'abri de pas mal de problèmes de santé. â La fonction de Solidarité et d'entraide Sociale en assurant une meilleure cohésion sociale au sein des communautés et au delà des relations parentales. En résumé les formes et modalités de stockage villageois, notamment les banques de céréales, sont mises en place avec comme motivations et buts suivants : 3

4 l'organisation de la collecte primaire des céréales en limitant l'intervention des opérateurs céréaliers privés - le renforcement de la disponibilité des céréales notamment au cours des périodes de soudure et à des prix préférentiels la régulation des prix des céréales sur les marchés locaux - l'amélioration quantitative et qualitative de l'alimentation (état nutritionnel des populations) la diminution des sorties de céréales (ventes précoces) hors du village ou de la localité - le renforcement de la solidarité et de l'entraide entre les membres de la communauté. IV. Typologie des Banques de Céréales Selon les zones de production, les motivations et les objectifs recherchés par les promoteurs des banques de céréales se classent en trois groupes : 4.1. Les Banques de Céréales de type «Boutiques Villageoises», implantées logiquement dans les zones à production déficitaire où les besoins d'approvisionnement en céréales sont importants et aussi les revenus des producteurs sont faibles. L'approvisionnement de la banque en céréales est fait surtout à partir des marchés des zones excédentaires. Aussi la disponibilité d'un fonds de roulement est toujours nécessaire. L'intérêt d'une telle banque est d'assurer l'approvisionnement des petits producteurs à des conditions douces et pendant les périodes de soudures. Ainsi les boutiques villageoises jouent un grand rôle dans l'approvisionnement des zones enclavées. Mais elles sont généralement confrontées à des problèmes de recouvrement de crédit et de reconstitution du fonds de roulement Banque de céréales de type «Greniers Villageois» Elles sont implantées généralement dans les zones agricoles où il existe un équilibre précaire entre la production locale et les besoins en autoconsommation. L'approvisionnement primaire se fait à travers les achats locaux (peu ou pas suffisants selon les années) à la récolte et le complément des besoins en consommation est recherché sur les marchés des zones excédentaires avoisinantes. L'objectif est de réduire les ventes précoces de céréales et de constituer un stock de sécurité pour la période de soudure Les Banques de Céréales à «Vocation Commerciale» Elles sont propres à des zones à production excédentaire où les motivations premières sont beaucoup plus la valorisation des excédents de récoltes. Sur la base d'un fonds de roulement, la banque commerciale assure la collecte et le stockage des excédents à des conditions avantageuses de rémunération pour les producteurs, ceci en réduisant au minimum les méfaits des ventes précoces. En dehors de la satisfaction des besoins éventuels internes à la communauté (quelques familles en situation de déséquilibre alimentaire temporaire), l'objectif premier est de 4

5 pouvoir approvisionner d'autres clients (offices ou opérateurs céréaliers, banques de céréales des zones déficitaires...). Dans tous les cas les banques de céréales à vocation commerciale permettent de mieux valoriser les excédents de production et de garantir un meilleur prix aux producteurs. V. Techniques de Stockage et de Conservation des Céréales (Cas des Banques de Céréales) Règles/Normes d'implantation d'une Banque de Céréales L'implantation des banques de céréales obéit aux règles suivantes : Le site devant abriter la banque de céréales doit être choisi en tenant compte des critères tels que : - l'accessibilité (place publique, route...) les risques d'incendie zone surélevée pour éviter les eaux de ruissellement et les zones hydromorphes, - zone non éloignée de la citée (problème de gardiennage) - zone bien compactée n Par rapport aux normes de construction, les locaux d'une banque de céréales doivent nécessairement être : - étanches (eaux de pluies et de ruissellement, remontée capilaire) - bien orientés par rapport aux sens des vents et de la pluie - bien aérés (orientation des portes et fenêtres...) - assez spacieux, les murs crépis et le plancher cimenté. Risques d'incendie minimisés, banque accessible 5

6 Magasin exposé aux eaux de ruissellement Local bien aéré et orienté Plancher cimenté, mur crépi, avec espace 6

7 5.2. Règles et Techniques d'entreposage : En ce qui concerne les techniques et conditions d'entreposage, les règles et normes à observer sont : n Disposer les piles à 0,5 m au moins des murs latéraux pour éviter les attaques de termites Mettre les stocks (piles) sur des palettes ou tout au moins sur une bâche Prévoir des allées entre les rangées ou piles de sacs La hauteur des piles de sacs ne doit pas toucher le plafond (1 à 2 m d'écart) n Eviter les écarts importants de température. La technique de stockage en piles, à l'opposé du stockage en vrac, permet une bonne aération du local et facilite les comptages, les inspections et les différents entretiens des stocks (balayage, désinfection des murs, traitement des stocks). Avant de procéder à tout entreposage des céréales les précautions à prendre sont les suivantes : Vider et nettoyer rigoureusement les locaux Procéder à la désinfection des murs et du sol (fumigation ou pulvérisation...) n S'assurer que les stocks sont bien secs (taux d'humidité à observer) n Vérifier l'état de conditionnement des stocks à entreposer (étanchéité des emballages, traitement phytosanitaire des stocks et date de péremption...) n Elaborer un calendrier de traitement des stocks Mettre en place si possible les matériels et outils nécessaires à la manipulation et à la gestion des stocks (instincteur, lampe, torche, balai, table de travail, chaise, sonde métallique, appareil de traitement, différents supports de gestion...) n Il est tout à fait indiqué de procéder à la formation des membres de comité de gestion à la maîtrise des outils (cf annexe). Exemple d'entreposage en vrac des céréales 7

8 Entreposage au sol à éviter Piles de céréales entreposées sur palettes (bon exemple) 5.3. Traitement des Stocks : Les produits de traitement des stocks sont variés. En traitement traditionnel on utilise couramment les cendres, les piments, les plantes â effet répulsif comme le Cymbopogon Giganteur «choukolan» en langue bamanankan. Les produits de traitement chimique moderne utilisés sont entre autres : le lindane, le bromophos, les extraits de neem... Les techniques utilisées vont de la fumigation aux pulvérisations et même au crépissage des murs, du toit et du plancher. VI. Estimation des Besoins Annuels en Autoconsommation d'une Famille et Balance avec le niveau de la production : Pour estimer les besoins d'autoconsommation en céréales (mil, sorgho, maïs, riz) d'une famille ou d'une exploitation agricole, il faut partir des considérations suivantes : n Dénombrer dans la famille les personnes â nourrir dans l'année âgées au moins de six (6) mois. 8

9 Prendre en compte la norme de consommation annuelle en céréales pour personne âgée au moins de six (6) mois soit 250 kg de céréales par personne et par an repartis comme suit : - mil, sorgho, maïs : 202 kg par personne et par an - riz : 34 kg par personne et par an imprévus : 14 kg par personne et par an pour toutes céréales confondues. La marge d'imprévus permet de prévoir les suppléments de consommations éventuelles consécutives au passage des étrangers et â la célébration des fêtes dans la famille. Ainsi, le besoin annuel en autoconsommation est estimé par la formule suivante : Ba=PexN N.B : Ba = Besoin Annuel en Autoconsommation, Pe = Nombre de Personnes Agées de moins six (6) mois, N= Norme Internationale de Consommation en Céréales L'excédent ou le déficit de la situation alimentaire d'une famille donnée s'apprécie en faisant la balance entre le Besoin Annuel en Autoconsommation et le Niveau de la Production en Céréales : Excédent = Production - Autoconsommation Déficit = Autoconsommation - Production Exercices Pratiques A. La famille de N'Golo DIARRA compte 12 personnes dont 2 enfants de moins de six mois. La production totale en céréale pour la campagne agricole 2005 est Kg. Estimer son besoin annuel en autoconsommation et apprécier sa situation alimentaire prévisionnelle (déficit ou excédent) dans l'année. Ba = (12-2) x 250 kg soient Kg E= Kg Kg soient 500 Kg Le résultat de la balance entre le niveau de la production annuelle en céréales et le besoin annuel en autoconsommation est positif et dégage un excédent commercialisable ou non de 500 kg B. La famille de NTji compte 15 personnes toutes âgées de plus de six (6) mois. Sa production totale en céréales est Kg en Evaluer son besoin annuel en autoconsommation et apprécier sa situation alimentaire? Ba = 15 personnes x 250 kg soient 3750 Kg D = Kg Kg = Kg S'agissant de la famille de NTji son bilan céréalier dégage un déficit de Kg de céréales qu'elle doit chercher â acquérir sur le marché en vue de prévenir toute pénurie alimentaire au cours de l'année. 9

10 ANNEXES : Recueil des principaux outils et organe de gestion 1. Bon de commande (entrée) 2. Bon de livraison (sortie) 3. Registre des fournisseurs 4. Quittance 5. Dépense en caisse 6. Livre du gérant 7. Fiche de centralisation des financements 8. Fiche inventaire physique des stocks de céréales 9. Composition du comité de gestion Annexe 1 : Bon de commande n Commande du mois de : Fournisseur : Magasin n : Désignation des céréales Quantité demandée Prix unitaire Prix Total Observation 0 10

11 Annexe 2 : Bon de livraison (sortie) N Adresse destinataire Gérant de : Désignation des Produits Quantité Prix unitaire Montant Total Le 200 Le Président Le Délégué â Le Gérant L'approvisionnement a Reçu conforme 11

12 Annexe 3 : Registre des fournisseurs Région de : Cercle de Commune de : Banque de céréales de : Date Marchandises Quantité Fournisseur Montant Observation 12

13 Annexe 4 : Quittance n Région de : Cercle de : Commune de Banque de céréale de : Montant en francs CFA Reçu de Monsieur (Madame) : La somme de (en toutes lettres) :... le 200 a Signature partie versante Le Gérant 13

14 Annexe 5 : Dépense de Caisse Région de n Cercle de Commune de : Banque de céréale de : Montant en francs CFA Reçu de Monsieur (Madame) : La somme de (en toutes lettres)... Motif Pour acquit le 200 Le Président Le Bénéficiaire Le Trésorier 14

15 i h Annexe 6 : Livre du Gérant N Région de : Cercle de : Commune de Banque de céréale de Mois de : Date Libellés Débit entrée Crédit sortie Solde en caisse a Total le Le Président Le Trésorier Le Gérant 15

16 Annexe 7: Fiche de centralisation des financements Région de : Cercle de Commune de Village de : Période du : au Source de financement Auto financement Nature des fonds Subvention Prêt Autres Total Total Date Superviseur... 16

17 Annexe 8 : Inventaire physique des stocks de céréales Région de : Cercle de : Commune de : Village de Période du : au Désignation des céréales Quantité Prix d'achat Montant Prix de vente Montant Total Date o Superviseur : 17

18 Annexe 9. Composition du comité de gestion N.B : La banque de céréales étant une structure communautaire sa gestion est assurée par un organe dont les postes sont â titre d'exemple : n Président (te) n Trésorier (6re) n Chargés â l'approvisionnement n Magasinier U 18

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Note Technique sur les Banques de Céréales

Note Technique sur les Banques de Céréales SECRETARIAT EXECUTIF DU CILSS PROGRAMME REGIONAL D APPUI SECURITE ALIMENTAIRE - LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION - POPULATION ET DEVELOPPEMENT Fonds Italie-CILSS Lutte contre la Désertification pour la

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Création d une boutique d intrants

Création d une boutique d intrants Fiche d information Niger Juillet 2012 Création d une boutique d intrants responsables d organisations paysannes et/ou à toute personne intéressée par la création d une boutique d intrants. Elle présente

Plus en détail

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur Fiches de poste Ces fiches présentent pour chacun des postes : la mission, la disponibilité nécessaire et les aptitudes ou s. - Elles sont divisées en deux catégories, les postes «opérationnels» et les

Plus en détail

Stockage de céréales

Stockage de céréales Stockage de céréales 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité Le stockage des céréales a pour fonction de préserver les grains après la récolte (prévention des pertes et altérations) et de les commercialiser

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL COMMUNICATION SUR LES PRODUITS DE KAFO JIGINEW AU SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE FAMILIALE DANS UN CONTEXTE DE LIBERALISATION : QUELLE CONTRIBUTION DE LA MICROFINANCE? A DAKAR DU 21 AU 24

Plus en détail

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte. Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.org Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel MANUEL D INFORMATION

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES PROGRAMME PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST FICHE INNOVATION AU SENEGAL WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES Grâce à l obtention d un crédit garanti par le stockage

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

MANUEL DES BANQUES DE CÉRÉALES

MANUEL DES BANQUES DE CÉRÉALES PROGRAMME CADRE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ NIGER Avec l appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Programme Alimentaire Mondial (PAM), Bureau International du Travail (BIT), Fonds

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECOND DE CUISINE. Page 1 sur 37

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECOND DE CUISINE. Page 1 sur 37 Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications s SECOND DE CUISINE Page 1 sur 37 FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Le second

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité Section 13,2 - Admissibilité Page 1 Les normes générales à toutes les protections d assurance concernant l application des normes d admissibilité se retrouvent à la procédure générale. Cependant, les normes

Plus en détail

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage»

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» BIM n 107-13 février 2001 Karin BARLET et Anne-Claude CREUSOT Champ d expérimentations, le secteur de la microfinance évolue en donnant naissance à de

Plus en détail

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION Dans le cadre du renforcement de capacité des producteurs bénéficiaires de la

Plus en détail

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale ---------------------------------------------------------------------------------------------------- Programme de Promotion de Coton Biologique

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

Chaîne de valeur et commercialisation des céréales au Mali. Dr Lamissa DIAKITE

Chaîne de valeur et commercialisation des céréales au Mali. Dr Lamissa DIAKITE Chaîne de valeur et commercialisation des céréales au Mali Dr Lamissa DIAKITE I. Le concept de chaîne de valeur Le concept de chaîne de valeur a été introduit par Michael Porter dans son ouvrage "L'avantage

Plus en détail

ANNEXE 3 : MANUEL DE FORMATION A L INTENTION DES MEMBRES DES COGES ET DES COMITES DE CONTROLE DES BC

ANNEXE 3 : MANUEL DE FORMATION A L INTENTION DES MEMBRES DES COGES ET DES COMITES DE CONTROLE DES BC ANNEXE 3 : MANUEL DE FORMATION A L INTENTION DES MEMBRES DES COGES ET DES COMITES DE CONTROLE DES BC MODULE I : ADMINISTRATION ET FONCTIONNEMENT D UNE OP Afrique Verte Niger - Etude Banque de céréales

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact]

P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact] 1 P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact] Introduction Je m appelle et je travaille pour le Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Mali. Nous menons une enquête

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER

CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER 1. HISTORIQUE CAC/RCP 45-1997 1 1.1 La contamination des aliments du bétail

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013 RAPPORT D'ÉVALUATION ANNÉE 2013 E.U.R.L BATI-MAISON BLERIOT Louis 56, Boulevard Marcel Paul BP 14658 44100 NANTES Tél : 02 40 78 98 56 Fax : 02 40 78 98 80 E-mail : Cabinet Expert Atlantique 1 rue de l'océan

Plus en détail

THÈME: L APPROVISIONNEMENT ET LE STOCKAGE EN RESTAURATION

THÈME: L APPROVISIONNEMENT ET LE STOCKAGE EN RESTAURATION Professeur / formateur: m CAMIER Thème: l'approvisionnement et le stockage THÈME: L APPROVISIONNEMENT ET LE STOCKAGE EN RESTAURATION Compétences ciblées: C1-1.1 Recueillir les informations ou élaborer

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets.

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets. LA METHODE DES COÛTS COMPLETS Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o Les coûts successifs dans une activité industrielle. Les principes de la comptabilité de gestion. Cas de synthèse sur la méthode

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact

Rapport de résultats et d impact Rapport de résultats et d impact «Installation d un moulin multifonctionnel à Bolibana au Mali» Une nouvelle ère commence pour les femmes de Bolibana! Localisation : Début du projet : Avril 2012 Durée

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage

Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage > Aides FranceAgriMer mars 2012 Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage échéance au 31 décembre

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact

Rapport de résultats et d impact Rapport de résultats et d impact «L énergie solaire, un moteur pour le centre de santé de Kerela» au Mali Le personnel du CSCOM de Kerela avec le nouveau réfrigérateur solaire Pays : Lieu d intervention

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

mobilisation de la biomasse

mobilisation de la biomasse 5 La mobilisation de la biomasse Stockage, logistique et structuration des acteurs Diagnostic de territoire Insertion dans les exploitations Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

Bonnes pratiques de distribution en gros des Médicaments vétérinaires

Bonnes pratiques de distribution en gros des Médicaments vétérinaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes Ministère de la Santé Annexe n 2 Bonnes pratiques de distribution en gros des Médicaments vétérinaires SOMMAIRE

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

GUIDE DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DES COLLECTIVITES LOCALES SUR LA PREVENTION ET LA GESTION DES CRISES ALIMENTAIRES

GUIDE DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DES COLLECTIVITES LOCALES SUR LA PREVENTION ET LA GESTION DES CRISES ALIMENTAIRES Les Sahéliens peuvent Nourrir le Sahel Union européenne GUIDE DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DES COLLECTIVITES LOCALES SUR LA PREVENTION ET LA GESTION DES CRISES ALIMENTAIRES 1 ère Edition novembre 2008

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE

INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE Suite à la crise alimentaire de 2007-2008 et à la flambée des prix des produits de base, plusieurs Etats dans la sous région ont mis en place des programmes (mesures volontaristes)

Plus en détail

La fabrication du compost et la fosse compostière

La fabrication du compost et la fosse compostière La fabrication du compost et la fosse compostière Sommaire Objectifs et principes de la technique Quelques conseils pour les paysans La construction de la fosse compostière La fabrication du compost Calendrier

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens THEME 9 LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Chapitre 1 Définitions et moyens L'ASLOG (Association française pour la logistique) définit la logistique comme étant "l'art et la manière de mettre à disposition

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 10. Sécuriser le crédit à l agriculture par le «crédit stockage» ou warrant agricole

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 10. Sécuriser le crédit à l agriculture par le «crédit stockage» ou warrant agricole Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 10 Sécuriser le crédit à l agriculture par le «crédit stockage» ou warrant agricole Sources : Séminaire de Dakar, travaux de l ATP Cirad-Cerise et Espacefinance

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

CUISINIER. Organiser le travail et la production au sein de la cuisine dans le respect des règles en vigueur :

CUISINIER. Organiser le travail et la production au sein de la cuisine dans le respect des règles en vigueur : CUISINIER Missions du poste : Réaliser, valoriser et distribuer des préparations culinaires. Gérer les approvisionnements et stockages des produits et denrées. Organiser le travail et la production au

Plus en détail

Dans ce numéro : Participation massive pour le premier tour des élections présidentielles au Mali, selon l'onu.

Dans ce numéro : Participation massive pour le premier tour des élections présidentielles au Mali, selon l'onu. N 375 du 31 Juillet 2013 Dans ce numéro : ONU-MALI : Participation massive pour le premier tour des élections présidentielles au Mali, selon l'onu. 1-2 Participation massive pour le premier tour des élections

Plus en détail

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme :

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme : Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La Gestion de la Trésorerie Directeur

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

SOMMAIRE METIERS 2015

SOMMAIRE METIERS 2015 SOMMAIRE METIERS 2015 Agent de service p.2 Aide de cuisine p.3 Cuisinier p.4 Boulanger-pâtissier p.5 Second de cuisine 1 p.6 Second de cuisine 2 p.7 Chef de cuisine 1 p.8 Chef de cuisine 2 p.9 Responsable

Plus en détail

Profil de projet d'investissement (Résumé)

Profil de projet d'investissement (Résumé) Profil de projet d'investissement (Résumé) I. FICHE D IDENTIFICATION DE PROJET D INVESTISSEMENT Titre du projet: Unité de production de gaz Butane et propane Projet No. (cadre réservé à l Agence) 1 Prénom

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

PLAN. Introduction. L objectif du stock Les types du stock Les Coût du stockage et méthodes de gestion de stock. Variation de stocks, Formules

PLAN. Introduction. L objectif du stock Les types du stock Les Coût du stockage et méthodes de gestion de stock. Variation de stocks, Formules PLAN Introduction I. Définition du stock II. III. IV. L objectif du stock Les types du stock Les Coût du stockage et méthodes de gestion de stock V. Valorisation des stocks Variation de stocks, Formules

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne.

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le 4 novembre 2005 par la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune

Plus en détail

9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs

9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs Usages, constructions et équipements temporaires Table des matières 9.1 abris d auto temporaire 9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs 9.3 événement sportif ou récréatif 9.4

Plus en détail

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être!

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être! FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015 Le RCPB en quelques chiffres Réseau à 2 niveaux : Caisses, Faîtière 39 caisses, plus de 186 points de vente

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Usage sécurisé des pesticides

Usage sécurisé des pesticides COLEACP PIP Usage sécurisé des pesticides Stockage sans risques 6 Filières fruits et légumes en pays ACP Brochure destinée au personnel d encadrement d ouvriers agricoles et de petits producteurs Le PIP

Plus en détail

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Nom de l Association : Ville de Brest Direction Sports et Nautisme ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Vous trouverez à compléter : Un Compte de résultat et budget prévisionnel Un

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Conseils pour l'élaboration du plan d affaires "business plan"

Conseils pour l'élaboration du plan d affaires business plan Conseils pour l'élaboration du plan d affaires "business plan" Appelé également «étude de faisabilité» ou «business plan», le plan d affaires est un document qui reprend les éléments fondamentaux d un

Plus en détail