GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES"

Transcription

1 Association pour le Développement des Activités de Production et de Formation (ADAF/Gallë) Badalabougou Rue Gama! Abdel Nasser Porte 211 BP : 3267 Bamako Tél/Fax : o GUIDE PRATIQUE SUR LES BANQUES DE CEREALES Vue extérieure de la banque de céréales de N'Gabakoro Tiessoin dans la commune rurale de Ouolodo Mars 2006

2 PREFACE La recherche de l'autosuffisance alimentaire voire la sécurité alimentaire au Mali constitue une préoccupation majeure et permanente non seulement des producteurs et consommateurs mais aussi des autorités et partenaires au développement. D'où le concept de plus en plus usité de «souveraineté alimentaire». En effet la question alimentaire est perçue et sentie comme une question de souveraineté mais encore comme la principale indice de pauvreté au Mali. Par ailleurs, la situation alimentaire dans notre pays est caractérisée par sa précarité en raison entre autres : i) de la prédominance des cultures pluviales à concurrence de 70% de la production agricole ; ii) de l'insuffisance et de la mauvaise répartition des pluies ; iii) de la libéralisation du marché céréalier ; iv) de l'existence de transactions importantes entre le Mali et les pays voisins (céréales, bétail, poisson...) ; v) de la baisse de la fertilité des sols et de la productivité des exploitations agricoles ; vi) de l'exode rural et de l'immigration des jeunes ruraux ; vii) du faible niveau d'équipement des producteurs ; viii) de l'insuffisance du crédit agricole ; ix) de l'état de surendettement des producteurs par les négociants dès la période de soudure et dont le remboursement se fait à la récolte en nature ; x) de la pratique des ventes de céréales hasardeuses par les producteurs sans évaluer au préalable les besoins en autoconsommation ; xi) de l'importance des pertes dues aux mauvaises conditions de stockage ou à la menace des déprédateurs. C'est pour toutes ces raisons que LONG ADAF/Gallè, en partenariat avec le Centre Technique de Coopération Agricole et Rural (CTA), a jugé nécessaire d'organiser des Ateliers Paysans sur la «Gestion des Stocks de céréales» dans ses zones d'intervention (Bélédougou et Mandé ). L'élaboration du présent guide ambitionne de constituer la mémoire de ces ateliers et de mettre à la disposition des producteurs une démarche et un outil simples et pratiques en matière de stockage des céréales et de gestion des stocks. Les structures communément utilisées varient des greniers traditionnels/améliorés aux silos, aux magasins, aux banques de céréales et aux boutiques villageoises. La démarche technique du guide s'articule beaucoup plus, autour des banques de céréales considérées comme la forme communautaire la plus évoluée des techniques de stockage villageois. L'ONG/ADAF/Gallè adresse ses remerciements et toute sa reconnaissance au partenaire CTA et souhaite beaucoup de plaisir à tous les futurs usagers de ce guide. 2

3 II. Problématique/Diagnostic du Stockage des Céréales au Mali Il ressort du diagnostic des moyens /méthodes de conservation ou de stockage des céréales utilisés à travers le pays les constats ci-après : i) les magasins/banques de céréales existants, dans la majorité des cas, occupent des locaux qui ne respectent pas les normes techniques de construction requises en la matière (orientations des portes et fenêtres, aération, étanchéité, choix du site,...) ii) l'entretien des locaux et des stocks n'est pas le plus souvent assuré (nettoyage, désinfection, traitement des stocks, entreposage...) iii) les outils ou supports de gestion sont soient inexistants, soient incomplets ou mal tenus iv) les besoins de formation des gestionnaires à la maîtrise des techniques de stockage et de tenue des différents outils de gestion sont immenses et pressants (membres des comités de gestion, gestionnaires des boutiques individuelles et privées) v) l'importance des pertes enregistrées au cours du stockage (charançons, souris, rats moisissures...) vi) les nombreux problèmes de gestion (difficultés de recouvrement des crédits, manquants à la pesée, cas isolés de détournement de fonds...). III. Importance et Avantages du Stockage Villageois Le rôle ou l'importance du stockage villageois se traduit par les fonctions suivantes : â La fonction Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle en favorisant et en assurant la disponibilité des céréales au moment où les producteurs et les consommateurs en ont le plus besoin (période de soudure) et en améliorant l'état nutritionnel des populations (richesse, variété et fréquence des plats à suffisance...) â La fonction Valorisation des Céréales et Sécurisation des Revenus dans un contexte de libéralisation du marché céréalier, de la faiblesse des quantités de produits céréaliers transformées localement en assurant la commercialisation des céréales à de prix rémunérateurs pour le producteur au moment de la récolte, mais aussi en régulant les prix aux consommateurs pendant la période de soudure. Toutes choses diminuant un peu l'intervention des opérateurs privés et de spéculateurs. â La fonction de Sécurisation de la Force de Travail des Producteurs dans leur exploitation surtout en période de soudure en limitant aussi l'exode des bras valides. â La fonction de Sécurité Sanitaire, en effet une population bien nourrie (quantitativement et qualitativement) est mieux à l'abri de pas mal de problèmes de santé. â La fonction de Solidarité et d'entraide Sociale en assurant une meilleure cohésion sociale au sein des communautés et au delà des relations parentales. En résumé les formes et modalités de stockage villageois, notamment les banques de céréales, sont mises en place avec comme motivations et buts suivants : 3

4 l'organisation de la collecte primaire des céréales en limitant l'intervention des opérateurs céréaliers privés - le renforcement de la disponibilité des céréales notamment au cours des périodes de soudure et à des prix préférentiels la régulation des prix des céréales sur les marchés locaux - l'amélioration quantitative et qualitative de l'alimentation (état nutritionnel des populations) la diminution des sorties de céréales (ventes précoces) hors du village ou de la localité - le renforcement de la solidarité et de l'entraide entre les membres de la communauté. IV. Typologie des Banques de Céréales Selon les zones de production, les motivations et les objectifs recherchés par les promoteurs des banques de céréales se classent en trois groupes : 4.1. Les Banques de Céréales de type «Boutiques Villageoises», implantées logiquement dans les zones à production déficitaire où les besoins d'approvisionnement en céréales sont importants et aussi les revenus des producteurs sont faibles. L'approvisionnement de la banque en céréales est fait surtout à partir des marchés des zones excédentaires. Aussi la disponibilité d'un fonds de roulement est toujours nécessaire. L'intérêt d'une telle banque est d'assurer l'approvisionnement des petits producteurs à des conditions douces et pendant les périodes de soudures. Ainsi les boutiques villageoises jouent un grand rôle dans l'approvisionnement des zones enclavées. Mais elles sont généralement confrontées à des problèmes de recouvrement de crédit et de reconstitution du fonds de roulement Banque de céréales de type «Greniers Villageois» Elles sont implantées généralement dans les zones agricoles où il existe un équilibre précaire entre la production locale et les besoins en autoconsommation. L'approvisionnement primaire se fait à travers les achats locaux (peu ou pas suffisants selon les années) à la récolte et le complément des besoins en consommation est recherché sur les marchés des zones excédentaires avoisinantes. L'objectif est de réduire les ventes précoces de céréales et de constituer un stock de sécurité pour la période de soudure Les Banques de Céréales à «Vocation Commerciale» Elles sont propres à des zones à production excédentaire où les motivations premières sont beaucoup plus la valorisation des excédents de récoltes. Sur la base d'un fonds de roulement, la banque commerciale assure la collecte et le stockage des excédents à des conditions avantageuses de rémunération pour les producteurs, ceci en réduisant au minimum les méfaits des ventes précoces. En dehors de la satisfaction des besoins éventuels internes à la communauté (quelques familles en situation de déséquilibre alimentaire temporaire), l'objectif premier est de 4

5 pouvoir approvisionner d'autres clients (offices ou opérateurs céréaliers, banques de céréales des zones déficitaires...). Dans tous les cas les banques de céréales à vocation commerciale permettent de mieux valoriser les excédents de production et de garantir un meilleur prix aux producteurs. V. Techniques de Stockage et de Conservation des Céréales (Cas des Banques de Céréales) Règles/Normes d'implantation d'une Banque de Céréales L'implantation des banques de céréales obéit aux règles suivantes : Le site devant abriter la banque de céréales doit être choisi en tenant compte des critères tels que : - l'accessibilité (place publique, route...) les risques d'incendie zone surélevée pour éviter les eaux de ruissellement et les zones hydromorphes, - zone non éloignée de la citée (problème de gardiennage) - zone bien compactée n Par rapport aux normes de construction, les locaux d'une banque de céréales doivent nécessairement être : - étanches (eaux de pluies et de ruissellement, remontée capilaire) - bien orientés par rapport aux sens des vents et de la pluie - bien aérés (orientation des portes et fenêtres...) - assez spacieux, les murs crépis et le plancher cimenté. Risques d'incendie minimisés, banque accessible 5

6 Magasin exposé aux eaux de ruissellement Local bien aéré et orienté Plancher cimenté, mur crépi, avec espace 6

7 5.2. Règles et Techniques d'entreposage : En ce qui concerne les techniques et conditions d'entreposage, les règles et normes à observer sont : n Disposer les piles à 0,5 m au moins des murs latéraux pour éviter les attaques de termites Mettre les stocks (piles) sur des palettes ou tout au moins sur une bâche Prévoir des allées entre les rangées ou piles de sacs La hauteur des piles de sacs ne doit pas toucher le plafond (1 à 2 m d'écart) n Eviter les écarts importants de température. La technique de stockage en piles, à l'opposé du stockage en vrac, permet une bonne aération du local et facilite les comptages, les inspections et les différents entretiens des stocks (balayage, désinfection des murs, traitement des stocks). Avant de procéder à tout entreposage des céréales les précautions à prendre sont les suivantes : Vider et nettoyer rigoureusement les locaux Procéder à la désinfection des murs et du sol (fumigation ou pulvérisation...) n S'assurer que les stocks sont bien secs (taux d'humidité à observer) n Vérifier l'état de conditionnement des stocks à entreposer (étanchéité des emballages, traitement phytosanitaire des stocks et date de péremption...) n Elaborer un calendrier de traitement des stocks Mettre en place si possible les matériels et outils nécessaires à la manipulation et à la gestion des stocks (instincteur, lampe, torche, balai, table de travail, chaise, sonde métallique, appareil de traitement, différents supports de gestion...) n Il est tout à fait indiqué de procéder à la formation des membres de comité de gestion à la maîtrise des outils (cf annexe). Exemple d'entreposage en vrac des céréales 7

8 Entreposage au sol à éviter Piles de céréales entreposées sur palettes (bon exemple) 5.3. Traitement des Stocks : Les produits de traitement des stocks sont variés. En traitement traditionnel on utilise couramment les cendres, les piments, les plantes â effet répulsif comme le Cymbopogon Giganteur «choukolan» en langue bamanankan. Les produits de traitement chimique moderne utilisés sont entre autres : le lindane, le bromophos, les extraits de neem... Les techniques utilisées vont de la fumigation aux pulvérisations et même au crépissage des murs, du toit et du plancher. VI. Estimation des Besoins Annuels en Autoconsommation d'une Famille et Balance avec le niveau de la production : Pour estimer les besoins d'autoconsommation en céréales (mil, sorgho, maïs, riz) d'une famille ou d'une exploitation agricole, il faut partir des considérations suivantes : n Dénombrer dans la famille les personnes â nourrir dans l'année âgées au moins de six (6) mois. 8

9 Prendre en compte la norme de consommation annuelle en céréales pour personne âgée au moins de six (6) mois soit 250 kg de céréales par personne et par an repartis comme suit : - mil, sorgho, maïs : 202 kg par personne et par an - riz : 34 kg par personne et par an imprévus : 14 kg par personne et par an pour toutes céréales confondues. La marge d'imprévus permet de prévoir les suppléments de consommations éventuelles consécutives au passage des étrangers et â la célébration des fêtes dans la famille. Ainsi, le besoin annuel en autoconsommation est estimé par la formule suivante : Ba=PexN N.B : Ba = Besoin Annuel en Autoconsommation, Pe = Nombre de Personnes Agées de moins six (6) mois, N= Norme Internationale de Consommation en Céréales L'excédent ou le déficit de la situation alimentaire d'une famille donnée s'apprécie en faisant la balance entre le Besoin Annuel en Autoconsommation et le Niveau de la Production en Céréales : Excédent = Production - Autoconsommation Déficit = Autoconsommation - Production Exercices Pratiques A. La famille de N'Golo DIARRA compte 12 personnes dont 2 enfants de moins de six mois. La production totale en céréale pour la campagne agricole 2005 est Kg. Estimer son besoin annuel en autoconsommation et apprécier sa situation alimentaire prévisionnelle (déficit ou excédent) dans l'année. Ba = (12-2) x 250 kg soient Kg E= Kg Kg soient 500 Kg Le résultat de la balance entre le niveau de la production annuelle en céréales et le besoin annuel en autoconsommation est positif et dégage un excédent commercialisable ou non de 500 kg B. La famille de NTji compte 15 personnes toutes âgées de plus de six (6) mois. Sa production totale en céréales est Kg en Evaluer son besoin annuel en autoconsommation et apprécier sa situation alimentaire? Ba = 15 personnes x 250 kg soient 3750 Kg D = Kg Kg = Kg S'agissant de la famille de NTji son bilan céréalier dégage un déficit de Kg de céréales qu'elle doit chercher â acquérir sur le marché en vue de prévenir toute pénurie alimentaire au cours de l'année. 9

10 ANNEXES : Recueil des principaux outils et organe de gestion 1. Bon de commande (entrée) 2. Bon de livraison (sortie) 3. Registre des fournisseurs 4. Quittance 5. Dépense en caisse 6. Livre du gérant 7. Fiche de centralisation des financements 8. Fiche inventaire physique des stocks de céréales 9. Composition du comité de gestion Annexe 1 : Bon de commande n Commande du mois de : Fournisseur : Magasin n : Désignation des céréales Quantité demandée Prix unitaire Prix Total Observation 0 10

11 Annexe 2 : Bon de livraison (sortie) N Adresse destinataire Gérant de : Désignation des Produits Quantité Prix unitaire Montant Total Le 200 Le Président Le Délégué â Le Gérant L'approvisionnement a Reçu conforme 11

12 Annexe 3 : Registre des fournisseurs Région de : Cercle de Commune de : Banque de céréales de : Date Marchandises Quantité Fournisseur Montant Observation 12

13 Annexe 4 : Quittance n Région de : Cercle de : Commune de Banque de céréale de : Montant en francs CFA Reçu de Monsieur (Madame) : La somme de (en toutes lettres) :... le 200 a Signature partie versante Le Gérant 13

14 Annexe 5 : Dépense de Caisse Région de n Cercle de Commune de : Banque de céréale de : Montant en francs CFA Reçu de Monsieur (Madame) : La somme de (en toutes lettres)... Motif Pour acquit le 200 Le Président Le Bénéficiaire Le Trésorier 14

15 i h Annexe 6 : Livre du Gérant N Région de : Cercle de : Commune de Banque de céréale de Mois de : Date Libellés Débit entrée Crédit sortie Solde en caisse a Total le Le Président Le Trésorier Le Gérant 15

16 Annexe 7: Fiche de centralisation des financements Région de : Cercle de Commune de Village de : Période du : au Source de financement Auto financement Nature des fonds Subvention Prêt Autres Total Total Date Superviseur... 16

17 Annexe 8 : Inventaire physique des stocks de céréales Région de : Cercle de : Commune de : Village de Période du : au Désignation des céréales Quantité Prix d'achat Montant Prix de vente Montant Total Date o Superviseur : 17

18 Annexe 9. Composition du comité de gestion N.B : La banque de céréales étant une structure communautaire sa gestion est assurée par un organe dont les postes sont â titre d'exemple : n Président (te) n Trésorier (6re) n Chargés â l'approvisionnement n Magasinier U 18

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur Fiches de poste Ces fiches présentent pour chacun des postes : la mission, la disponibilité nécessaire et les aptitudes ou s. - Elles sont divisées en deux catégories, les postes «opérationnels» et les

Plus en détail

World Food Programme Haïti

World Food Programme Haïti World Food Programme Haïti GESTION DES VIVRES EN HAITI 1. LES RESPONSABILITES DU MAGASINIER 2. L ENTREPOT 3. DECHARGEMENT ET CONTROLE 4. MANUTENTION 5. EMPILAGE 6. NETTOYAGE DE L ENTREPOT 7. INSPECTION

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Conseils pour l'élaboration du plan d affaires "business plan"

Conseils pour l'élaboration du plan d affaires business plan Conseils pour l'élaboration du plan d affaires "business plan" Appelé également «étude de faisabilité» ou «business plan», le plan d affaires est un document qui reprend les éléments fondamentaux d un

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale ---------------------------------------------------------------------------------------------------- Programme de Promotion de Coton Biologique

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets.

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets. LA METHODE DES COÛTS COMPLETS Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o Les coûts successifs dans une activité industrielle. Les principes de la comptabilité de gestion. Cas de synthèse sur la méthode

Plus en détail

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte. Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.org Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel MANUEL D INFORMATION

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel

Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel Afrique Verte 12-20 rue Voltaire 93100 Montreuil - France Tel : 0033 (0) 1.42.87.06.67 caroline.bah@libertysurf.fr www.afriqueverte.org Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel AMASSA - AV Mali BP : E404

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION Dans le cadre du renforcement de capacité des producteurs bénéficiaires de la

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Note Technique sur les Banques de Céréales

Note Technique sur les Banques de Céréales SECRETARIAT EXECUTIF DU CILSS PROGRAMME REGIONAL D APPUI SECURITE ALIMENTAIRE - LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION - POPULATION ET DEVELOPPEMENT Fonds Italie-CILSS Lutte contre la Désertification pour la

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

MODULE DE FORMATION DES ORGANISATIONS PAYSANNES (OP) SUR LA GESTION DES STOCKS

MODULE DE FORMATION DES ORGANISATIONS PAYSANNES (OP) SUR LA GESTION DES STOCKS AFRIQUE VERTE TE BURKINA FASO Les sahéliens peuvent nourrir le Sahel MODULE DE FORMATION DES ORGANISATIONS PAYSANNES (OP) SUR LA GESTION DES STOCKS 1 ère édition Février 2005 Conception et rédaction :

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

Une ou deux demi-journées par semaine, le matin

Une ou deux demi-journées par semaine, le matin Chauffeur Réaliser l enlèvement de denrées alimentaires dans les grandes et moyennes surfaces ou chez les producteurs et industriels, en respectant les modes opératoires de la BA, les règles d hygiène

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Chapitre 9. Le suivi et l analyse des comptes

Chapitre 9. Le suivi et l analyse des comptes Chapitre 9 Le suivi des comptes L analyse des comptes Les comptes de tiers doivent être contrôlés fréquemment afin de détecter les erreurs et anomalies : des créances restées longtemps impayées peuvent

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Compte rendu de l assemblée générale de la mutuelle de santé communautaire de Meskine (MuSaCoM) Maroua, Cameroun 27 mai

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

CONTRAT D APPROVISIONNEMENT EN GRANULES DE BOIS

CONTRAT D APPROVISIONNEMENT EN GRANULES DE BOIS CONTRAT D APPROVISIONNEMENT EN GRANULES DE BOIS ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur et Madame (NOM PRENOM), demeurant à ci-après dénommés "LE CLIENT", d'une part, ET : La société EINNA Biocombustibles, société

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

Création d une boutique d intrants

Création d une boutique d intrants Fiche d information Niger Juillet 2012 Création d une boutique d intrants responsables d organisations paysannes et/ou à toute personne intéressée par la création d une boutique d intrants. Elle présente

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Nom de l Association : Ville de Brest Direction Sports et Nautisme ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Vous trouverez à compléter : Un Compte de résultat et budget prévisionnel Un

Plus en détail

La gestion des stocks dans l entreprise pharmaceutique. M. Nouas Laboratoire de pharmacie galénique Alger 2014

La gestion des stocks dans l entreprise pharmaceutique. M. Nouas Laboratoire de pharmacie galénique Alger 2014 La gestion des stocks dans l entreprise pharmaceutique M. Nouas Laboratoire de pharmacie galénique Alger 2014 Plan: 1. Définition d un stock 2. Utilité et inconvénients d un stock 3.Principe de la gestion

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

La gestion des stocks

La gestion des stocks Objectifs : gérer un stock en collectivité ou à la maison La gestion des stocks Compétences visées : recueillir les données, établir un bilan de la situation, organiser le travail, gérer les stocks. 1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER D r ye er &Herv ém Mey r ie e d i BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER Gestion de l entreprise Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-953-0 2 LA GESTION DES STOCKS Les matières premières

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6 Note d information / Filière céréales n 6 Renforcer les capacités des réseaux d organisations agricoles par l analyse de l évolution du prix des céréales locales au Burkina, Mali et Niger durant la période

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles.

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles. Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles 1 Livret des apprenants Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Livret des apprenants sur la mise en place

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Pratique du Droit et du système comptable OHADA

Pratique du Droit et du système comptable OHADA Jacques Njampiep Pratique du Droit et du système comptable OHADA Volume 1 : Solutions aux Exercices & Etudes de cas de Comptabilité générale Editions ECC/RFA Du même auteur Déjà parus : Pratique du Droit

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES PROGRAMME PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST FICHE INNOVATION AU SENEGAL WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES Grâce à l obtention d un crédit garanti par le stockage

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

OpenStreetMap France

OpenStreetMap France OpenStreetMap France Rapport financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Nous vous présentons ci-après le dossier financier qui se décompose ainsi : Le bilan financier Le compte

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

Chap 3 La Gestion des stocks

Chap 3 La Gestion des stocks 1 Chap 3 La Gestion des stocks I LA VALORISATION DES STOCKS...2 A) LA VALORISATION DES ENTRÉES... 2 B) LA VALORISATION DES SORTIES... 3 soit on détermine le coût unitaire de sortie en temps réel par :...3

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs

9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs Usages, constructions et équipements temporaires Table des matières 9.1 abris d auto temporaire 9.2 entreposage saisonnier de véhicules ou équipements récréatifs 9.3 événement sportif ou récréatif 9.4

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn)

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn) REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule Ne pouvant être souscrits et détenus que par les sociétaires des Caisses Locales et des Caisses Régionales

Plus en détail

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE CORRIGÉ Le corrigé comporte 13 pages Partie 1 :

Plus en détail

Jeux d Eau et de Lumière

Jeux d Eau et de Lumière La Boutique d Anaël Régli Roland 49, rue de l Eglise F- 68480 Fislis SIRET : 41143018400027 TVA : FR 96411430184 Tél: + 33 (0) 971398 445 E-Mail:info@laboutiquedanael.com www.laboutiquedanael.com Jeux

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL COMMUNICATION SUR LES PRODUITS DE KAFO JIGINEW AU SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE FAMILIALE DANS UN CONTEXTE DE LIBERALISATION : QUELLE CONTRIBUTION DE LA MICROFINANCE? A DAKAR DU 21 AU 24

Plus en détail

Série Formation des ONG Fascicule V. Gestion des ouvrages d'aepa. PADEAR-Ceda 202.6-17220

Série Formation des ONG Fascicule V. Gestion des ouvrages d'aepa. PADEAR-Ceda 202.6-17220 Série Formation des ONG Fascicule V Gestion des ouvrages d'aepa PADEAR-Ceda 202.6-17220 f i LIBRARY Série Formation des ONG Fascicule V Gestion des ouvrages d'aepa PADEAR-Ceda Série Formation Manuel Manuel

Plus en détail

Sommaire 18/01/2013. 1. Qu entend-on par achats et approvisionnements?

Sommaire 18/01/2013. 1. Qu entend-on par achats et approvisionnements? Sources (Hélène Guide pratique des Person, : achats de Editions et la des fonction approvisionnements, Maxima)s achats et approvisionnements Editions DunodPrésentation PME CGR ENSGSI 1 Sommaire 1. Qu entend-on

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Section 2 : Chapitre 1 : Entrée en Stock. Chapitre 2 : Sortie de stock. Chapitre 3 : Transferts inter-magasins

GESTION DES STOCKS. Section 2 : Chapitre 1 : Entrée en Stock. Chapitre 2 : Sortie de stock. Chapitre 3 : Transferts inter-magasins Section 2 : Chapitre 1 : Entrée en Stock Chapitre 2 : Sortie de stock Chapitre 3 : Transferts inter-magasins Chapitre 4 : Retour magasin Chapitre 5 : Planification des inventaire des stocks Chapitre 6

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet «L énergie solaire, un moteur pour le centre de santé de Dioumanzana» au Mali Pays Lieu d intervention Début du projet Durée du projet Objectif : Nombre de bénéficiaires Budget :

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Stockage de céréales

Stockage de céréales Stockage de céréales 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité Le stockage des céréales a pour fonction de préserver les grains après la récolte (prévention des pertes et altérations) et de les commercialiser

Plus en détail

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement.

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. bjectif général de la séance :..... I. La gestion mensuelle du budget : Activité 1 : bjectif : être capable d adapter son budget à une

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2010 CLASSES DE TERMINALE TECHNIQUE COMPTABLE

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2010 CLASSES DE TERMINALE TECHNIQUE COMPTABLE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 10 T CGS 10 01 Durée : 6 heures SESSION 2010 TECHNIQUE COMPTABLE DOSSIER 1 : COMPTABILITE ANALYTIQUE (06 points) EXERCICE 1 COUTS COMPLETS L entreprise «ABC» fabrique des

Plus en détail

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE Numéro Liste de compétences - cours Introduction aux mathématiques comptables et financières Utiliser à des fins de gestion des méthodes statistiques

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS Ottawa, le 4 septembre 2008 MÉMORANDUM D17-1-21 En résumé CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS 1. Ce mémorandum était antérieurement intitulé, mémorandum D17-1-21, Tenue des livres

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE

ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE A.R.C PROVENCE 56, Boulevard Michelet 13008 Marseille Association à but non lucratif régie par la Loi 1901 Siège social Résidence Santa Gusta. Font sainte RD

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 2 octobre 2014 portant proposition relative aux charges de service public liées à l achat de biométhane et à la contribution unitaire

Plus en détail

CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE

CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE Africa agro pack(dakar) Par Eléonore Rabemananjara (Madagascar) Objectif Retracer les étapes pratiques de

Plus en détail

Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou

Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou Support de Vulgarisation et d Appui-Conseil Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou FENAPAB ProCGRN_Initiative de Cajou Africain_(iCA)_Bénin BP 322, Natitingou, Bénin, Tél : +229

Plus en détail