Code d éthique et de déontologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Code d éthique et de déontologie"

Transcription

1 Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Adopté par le conseil d administration du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska le 10 juin 2008 (résolution ) Révisé le 31 mai 2011 (résolution ) en vertu de l article 233 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux, L.R.Q., c. S-4.2

2 LE GENRE MASCULIN EST UTILISÉ POUR ALLÉGER LE TEXTE. TABLE DES MATIÈRES 1. Contexte But Mission du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Les valeurs du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Les droits des usagers et mes responsabilités envers eux Droit au respect de sa personne et de sa dignité Droit à la reconnaissance de son autonomie et au respect de ses besoins individuels Droit à son intégrité et à son inviolabilité Droit à l intimité et au respect de sa vie privée Droit à l égalité et à l équité Droit à la liberté de conscience et de religion Droit à la liberté d opinion, d expression, de réunion pacifique et d association Droit à la protection et à la sécurité Droit à des services accessibles et de qualité Droit à l information Droit à la confidentialité Droit à la participation Droit à l accompagnement et à l assistance Droit à la représentation Mes responsabilités envers mes collègues Mes responsabilités envers l Établissement Responsabilités de l usager et de ses proches Responsabilités de l usager face à lui-même Responsabilités de l usager et de ses proches à l endroit des autres usagers Responsabilités de l usager à l endroit de toute personne en fonction pour l Établissement Responsabilités de l usager et de ses proches à l endroit de l Établissement Conclusion...16 Annexe 1 : Engagement personnel...17 Annexe 2 : Règles d utilisation de certains renseignements personnels contenus au dossier de l usager...18 Annexe 3 : Dispositions générales...20 Annexe 4 : Autres renseignements...21 i

3 1. Contexte L éthique se définit comme une réflexion relative aux conduites humaines et aux valeurs qui les fondent. Elle implique un engagement constant d un individu ou d un groupe d individus à concrétiser dans ses actions, les valeurs propres à l être humain. La déontologie indique les comportements attendus pour assurer le respect des droits des usagers 1 et celui des valeurs de l Établissement 2 envers les usagers, envers ses collègues et envers l Établissement. 2. But Le code d éthique et de déontologie est donc un instrument de référence sur la façon d agir et d être des personnes faisant partie d une organisation. Il reflète les valeurs préconisées par l Établissement, lequel reconnaît le droit de toute personne de recevoir des services de santé et des services sociaux de qualité sur les plans à la fois scientifique, humain et social, avec continuité et de façon personnalisée et sécuritaire. Par cette reconnaissance, les intervenants 3 de l Établissement s engagent à respecter les droits des usagers. Ils leur offrent des soins et des services de qualité, continus, empreints de sollicitude, d empathie et de civilité et contribuent ainsi à leur bien-être. Pour une amélioration continue de la qualité des soins et des services, l Établissement favorise la responsabilisation des usagers en recherchant leur collaboration et leur participation tant dans l évaluation de leurs besoins que dans la prestation de soins et de services. Le code d éthique et de déontologie constitue un instrument de promotion par excellence des valeurs de l Établissement. Il promeut également la responsabilisation de chaque individu, incluant l usager. Chacun, y compris l usager, est invité à s approprier les valeurs de l Établissement et celles contenues dans le code d éthique et de déontologie et à adopter une ligne de conduite conforme à ces valeurs dans un esprit de respect mutuel, collectif et individuel. Le code d éthique et de déontologie ne remplace aucunement ni ne prévaut sur l ensemble des lois, règlements ou conventions en vigueur au Québec. Le code d éthique s applique à tout acte posé dans le cadre des rôles et responsabilités de chacun. Le code d éthique constitue un ensemble de valeurs communes à l Établissement et s ajoute aux codes de déontologie professionnels existants. 1 Usager : Toute personne qui reçoit des soins ou des services sur une base interne ou externe de l Établissement ou dans une ressource intermédiaire rattachée à l Établissement. Ce terme comprend, le cas échéant, tout représentant de l usager au sens de l article 12 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q., c. S-4.2). Il comprend également les organismes communautaires ou groupes de personnes qui reçoivent des services en organisation communautaire. 2 Établissement : Est appelé établissement, l ensemble des installations dans lesquelles sont dispensés des soins et des services de santé curatifs et préventifs. 3 Intervenant : Toute personne exerçant une fonction dans l Établissement ou dans une ressource intermédiaire rattachée à l Établissement: les employés, les contractuels, les médecins (résidents inclus), les dentistes, les sages-femmes, les stagiaires et les bénévoles. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 5 sur 21

4 3. Mission du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska La mission du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska est de maintenir, améliorer et restaurer la santé et le bien-être de la population de la MRC de Kamouraska en rendant accessible un ensemble de services de santé et de services sociaux, intégrés et de qualité, contribuant ainsi au développement social et économique du Kamouraska. 4. Les valeurs du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Les valeurs sont des convictions profondes et stables qui guident nos attitudes et nos comportements. Le CSSS de Kamouraska priorise cinq valeurs qui doivent guider nos actions, dans toutes les situations : le respect : Cette valeur universelle dicte à tout administrateur, gestionnaire, médecin, employé, et bénévole, un état d esprit d ouverture, d accueil et de compréhension en regard de plusieurs facettes de la vie organisationnelle. C est le cas notamment des différences qui caractérisent notre milieu de travail. Différentes clientèles, différents titres d emploi avec des champs d intervention à la fois distincts, complémentaires voire même communs, différents intérêts professionnels dépendamment de la portion de structure à laquelle nous appartenons font du respect une vertu qui nécessite un effort constant de volonté si essentielle à l harmonisation de notre milieu. la responsabilisation : Tout administrateur, gestionnaire, médecin, employé et bénévole du CSSSK doit assumer les décisions qu il prend et les gestes qu il pose en regard de la fonction qu il occupe au sein de l organisation. La reddition des comptes, selon le statut occupé, fait partie de ses responsabilités. À cette valeur se greffe le professionnalisme d où se dégage la notion de rigueur, lesquelles ajoutent une plus value à la responsabilisation. l engagement : Par son degré d engagement, l administrateur, le gestionnaire, le médecin, l employé, et le bénévole démontre concrètement qu il participe à la mission de l établissement. Sa motivation au travail, sa détermination et la satisfaction qu il éprouve est en étroite relation avec le sens qu il donne au travail qu il accomplit. Son intérêt manifeste envers le travail d équipe, l amène à s impliquer dans son développement personnel et professionnel ainsi que dans les activités sociales de l organisation. l éthique : Cette conviction a la propriété d attacher l ensemble des valeurs les unes aux autres pour en dégager un sens moral. L administrateur, le gestionnaire, le médecin, l employé, et le bénévole doit posséder une éthique à toute épreuve laquelle lui commande, entre autres, d adopter des comportements dignes de confiance. Dans cette optique, les intérêts de l organisation priment sur les intérêts personnels, les communications doivent être tamisées de jugement et de discrétion et les gestes posés doivent respecter les plus hauts standards de qualité de la profession en prenant en compte les droits et obligations de chacun. la cohérence : La cohérence est le fil conducteur qui permet de juger du discours et de l action. C est aussi le talon d Achille de l administration. Faire preuve de cohérence, c est construire une Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 6 sur 21

5 crédibilité, au demeurant fragile, mais si chère à l évolution et au développement de notre organisation. Tout cadre représentant l administration qui contracte des engagements envers les administrateurs, les médecins, le personnel et les bénévoles, doit être conscient des attentes en découlant et, par conséquent, doit consacrer tous les efforts nécessaires à leur réalisation, dans le respect de la mission et des orientations de l organisation. À ces valeurs s ajoutent les dimensions suivantes, en lien avec la mission de l établissement : la qualité : Satisfaire les besoins et les attentes des usagers par l utilisation des meilleurs pratiques et la conformité aux normes établies de façon efficiente et au moindre risque. La qualité se reflète, tant au niveau des attitudes et des contacts humains établis entre le personnel et les usagers, qu au niveau des procédures et des services rendus. la sécurité : Offrir une prestation de soins et/ou de services qui procure chez l usager un sentiment de confiance. Pour ce faire, l établissement doit déployer un ensemble de mesures visant à réduire les risques au minimum. 5. Les droits des usagers et mes responsabilités envers eux PARCE QUE les usagers sont au cœur de la mission de l Établissement et constituent sa raison d être, le respect de leur personne est une valeur que nous privilégions. L Établissement considère donc essentiel la reconnaissance des droits des usagers et leur respect par les intervenants de l Établissement. Le comportement de tous les intervenants doit refléter les valeurs de l Établissement au niveau de tous les droits des usagers. Des conduites sont donc attendues pour assurer le respect des droits. 5.1 Droit au respect de sa personne et de sa dignité Je me nomme et je me présente lorsque je rencontre un usager ou sa famille. Je traite l usager avec courtoisie, civilité, politesse et diligence dans ses relations avec tous les services de l Établissement. Je le vouvoie ou le nomme, selon la préférence qu il m indique. Je lui indique le but de ma visite. J utilise un langage simple, clair et adapté aux capacités ou aux limites de la personne, sans jamais l infantiliser. Je fais preuve de réserve et de délicatesse dans tous mes contacts avec l usager, je respecte sa pudeur lors des soins intimes. 5.2 Droit à la reconnaissance de son autonomie et au respect de ses besoins individuels Je favorise, autant que possible, l autonomie de l usager et je l encourage à la maintenir dans ses activités de la vie quotidienne, en lui prêtant une assistance humaine ou matérielle, au besoin. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 7 sur 21

6 J établis et je respecte, avec la collaboration de l usager ou de son représentant légal, des plans d intervention ou de service qui favorisent le développement ou le maintien de ses capacités et lui donne les explications nécessaires. J adapte mes interventions au rythme de l usager. Je respecte ses limites et ses besoins individuels. J encourage la participation de l usager aux différentes activités et je respecte ses choix ou ses préférences. 5.3 Droit à son intégrité et à son inviolabilité Je m assure que l usager ou son représentant légal est bien informé et qu il donne un consentement libre et éclairé à tout soin ou intervention que je dois poser, sous réserve d urgence. Je respecte le refus de l usager ou de son représentant légal de recevoir un soin ou un service s il l exprime en parole ou en geste, même s il me paraît déraisonnable, sauf lors d une ordonnance de Cour. J applique la tolérance zéro quant à la violence verbale, psychologique, 4 physique, sexuelle ou financière envers l usager. Je le protège et je signale toute exploitation, négligence, abus, harcèlement ou autre acte inacceptable à l autorité désignée par l Établissement ou à mon supérieur immédiat qui se doit d assurer un suivi à toute dénonciation. 5.4 Droit à l intimité et au respect de sa vie privée Je respecte l usager quant à sa vie privée, son espace personnel, son droit de recevoir des appels ou des visiteurs en toute intimité et d être seul quand il le souhaite. Je fais preuve d une discrétion totale relativement à des événements ou des informations dont j ai connaissance, de façon directe ou indirecte, par rapport à l usager ou à sa famille. J évite de m immiscer dans la vie personnelle de l usager et de ses proches. 5.5 Droit à l égalité et à l équité J interagis avec l usager en toute justice, sans discrimination d aucune sorte. Je refuse tout avantage personnel (pourboire, cadeau, service, etc.) offert par un usager ou sa famille qui pourrait influencer ma prestation de soins ou de services. 4 Référence : Le harcèlement psychologique est une conduite vexatoire qui se traduit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes qui: sont répétés (une seule conduite grave peut aussi constituer du harcèlement si elle porte atteinte à l intégrité psychologique ou physique du salarié et si elle produit un effet nocif continu) sont hostiles ou non désirés; constituent une atteinte à la dignité ou à l intégrité psychologique ou physique; sont néfastes au milieu de travail. La conduite vexatoire est une conduite humiliante ou abusive qui blesse la personne dans son amour-propre ou lui cause du tourment. C est aussi un comportement qui dépasse ce que la personne estime être correct et raisonnable dans l accomplissement de son travail. Source : Commission des normes du travail (Ajout Atelier) Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 8 sur 21

7 5.6 Droit à la liberté de conscience et de religion J informe l usager des services spirituels disponibles dans l Établissement. Je respecte la liberté de conscience ou de religion de l usager, dans les limites prévues par la loi, et dans la mesure où celle-ci ne nuit pas à sa propre sécurité ou son intégrité pendant la prestation de soins ou de services, ni aux droits et libertés des autres usagers ou des personnes qui exercent une fonction au sein de l Établissement. 5.7 Droit à la liberté d opinion, d expression, de réunion pacifique et d association Je favorise la libre expression de l usager et je respecte ses opinions de quelque nature qu elles soient, dans la mesure où celles-ci ne portent pas atteinte aux droits et libertés des autres usagers ou des personnes qui exercent une fonction au sein de l Établissement. Je suis empathique envers les sentiments exprimés par l usager et je fais preuve de tolérance face à ses manifestations émotives liées à son état de santé. Je favorise le regroupement des usagers, leur participation au comité des usagers (ou au comité de résidents, si applicable) ou aux activités de ces derniers. 5.8 Droit à la protection et à la sécurité Je prodigue des soins et des services de qualité et sécuritaires en tout temps et je m assure que des soins et des services d urgence lui soient offerts lorsque sa vie ou son intégrité est menacée, sauf lors de directives contraires consignées au dossier de l usager. Je prends les moyens nécessaires afin que l usager se sente en sécurité, tant sur le plan physique que psychosocial. J assure une prestation sécuritaire des soins et des services. Je connais et j applique les mesures de sécurité et d hygiène de l Établissement. Je suis vigilant afin de prévenir les risques d incidents ou d accidents. Je déclare sans délai, à l autorité désignée de l Établissement, tout incident ou accident visant l usager et j effectue les rapports pertinents en temps utile. L Établissement prend les moyens qui s imposent pour contrer les effets d un accident, pour en éviter la récurrence et offrir des mesures de soutien, si nécessaire. Je respecte les politiques de l Établissement liées à la sécurité de l usager. J apporte une assistance et une protection à l usager lorsqu il manifeste des comportements dangereux pour lui-même ou son entourage. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 9 sur 21

8 Je suis empathique et à l écoute de l usager et de sa famille quant à ses besoins spécifiques liés à son état de santé Droit à des services accessibles et de qualité Je donne les services ou m assure qu ils sont donnés par une autre ressource avec laquelle l Établissement a une entente de service, dans les meilleurs délais. Si l Établissement ne peut offrir les soins ou les services requis, je dirige l usager vers une ressource appropriée et lui apporte toute l assistance requise. J évalue les besoins et je détermine la nature des services requis, cas par cas. Je m assure de la coordination des services offerts par l ensemble des intervenants, s il y a lieu. Je maintiens mon niveau de compétence et de professionnalisme et je m engage dans un processus continu d amélioration de la qualité des services. J encourage l usager ou son représentant légal à prendre part à l élaboration de son plan d intervention ou de son plan de services individualisés et je favorise la collaboration de ses proches, autant que possible. J invite l usager à se prononcer sur la qualité ou sur l organisation des services offerts par l Établissement. Je recherche le bien-être et la qualité de vie de l usager de façon continue. Je rends des services personnalisés, en tenant compte des besoins spécifiques de l usager, tant sur le plan physique, psychosocial et spirituel, et je m assure d une coordination efficiente et efficace pour en assurer la continuité dans le cadre de la mission et des ressources disponibles de l Établissement. Lorsque son état de santé le nécessite et compte tenu de son besoin d assistance, je dirige l usager vers les ressources appropriées et je lui transmets, dans les meilleurs délais, toutes les informations ou documents nécessaires à la prise en charge de sa situation. Lors d un transfert ou d une situation nécessitant une continuité de services par un tiers (autre établissement, organisme ou professionnel), j assure une liaison efficace et transmets l information pertinente aux personnes concernées. J informe l usager de cette circulation d information et, lorsqu indiqué, j obtiens son consentement. Je m assure de la continuité des soins ou des services lorsque l usager reçoit son congé de l Établissement, afin de lui permettre de recevoir ces services au moment opportun. Dans la mesure du possible, et en tenant compte des dispositions légales, des limites organisationnelles et institutionnelles de l Établissement ainsi que des ressources humaines, matérielles et financières dont il dispose, je respecte le droit de l usager de choisir l établissement ou le professionnel duquel il désire recevoir les soins et les services requis. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 10 sur 21

9 L Établissement continue à héberger l usager qui a reçu son congé jusqu à ce que son état permette son retour ou son intégration à domicile ou qu une place lui soit assurée dans un autre établissement ou une autre ressource appropriée à ses besoins. Je m assure de bien informer l usager de ses droits à cet égard ainsi que, le cas échéant, de la contribution exigible de sa part suivant la réglementation applicable Droit à l information Je favorise la transmission de toute information pertinente et je réponds aux questions afin que l usager puisse exercer, de manière judicieuse, le choix des soins et services requis. J informe adéquatement l usager des services offerts par l Établissement pour répondre à ses besoins ou, le cas échéant, des autres ressources disponibles dans son milieu, ainsi que de la façon d y accéder. Je renseigne l usager sur les modalités de fonctionnement des services requis. Je lui fournis tous les renseignements pertinents sur le mode de fonctionnement des ressources externes ainsi que des modalités de prise de rendez-vous, le cas échéant J aide l usager à mieux comprendre son état de santé et de bien-être. J utilise des termes clairs et simples et j explique les objectifs visés par les soins ou services offerts et leurs impacts potentiels (risques ou conséquences) sur son état de santé et de bien-être afin de lui permettre de prendre une décision libre et éclairée. Je prodigue à l usager l enseignement nécessaire pour l application du plan d intervention. Lorsque requis et autorisé par l usager, cet enseignement est prodigué à ses proches aidants. J explique à l usager ou à son représentant légal, s il y a lieu, les modalités d accès au dossier et les restrictions applicables concernant les renseignements visant ou émanant de tiers. J informe, le plus tôt possible, l usager ou son représentant légal ou ses proches de tout accident 5 survenu au cours des soins et des services qu il a reçus et susceptibles d entraîner ou ayant entraîné des conséquences néfastes sur son état de santé ou son bien-être ainsi que des mesures prises pour contrer de telles conséquences ou pour prévenir la récurrence d un tel accident. J apporte alors un soutien à l usager et à ses proches. Je fournis, sur demande ou autrement, un exemplaire de la procédure de dépôt ou d examen des plaintes à l usager, à son représentant ou à sa famille, afin de lui permettre d exercer son droit de recours. Je transmets, à tout usager qui le désire, les coordonnées du comité des usagers ou du comité de résidents, si applicable. Je favorise ou encourage l accès à l information et à la participation de l usager aux activités organisées par ce ou ces comités. 5 accident : une action ou une situation qui est, ou pourrait être, à l origine de conséquences néfastes sur l état de santé ou le bien-être de l usager, du personnel, d un professionnel concerné ou d un tiers. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 11 sur 21

10 5.11 Droit à la confidentialité Je ne divulgue aucun renseignement confidentiel recueilli ou obtenu dans l exercice de mes fonctions, sans le consentement de l usager ou à moins d y être autorisé par la loi. Je fais preuve de discrétion et je respecte rigoureusement les règles de confidentialité applicables aux renseignements personnels visant l usager. J assure la confidentialité du dossier et des communications entre l usager et les intervenants. Dans la mesure du possible, je discute avec l usager des sujets sensibles le concernant, dans des lieux appropriés. Je contrôle rigoureusement la circulation de l information concernant un usager ainsi que celle issue de son dossier. Je m assure de la pertinence et de l intégrité des notes et des documents versés au dossier. Je veille à ce que seules les personnes habilitées aient accès au dossier de l usager. Lorsque la divulgation de renseignements est autorisée par l usager ou par son représentant légal, je ne divulgue que les informations jugées pertinentes et nécessaires. Dans le cadre de cette divulgation, je me conforme aux dispositions légales applicables (par exemple : éviter la transmission des renseignements concernant les tiers). Je conviens avec l usager de la nature et de l étendue des renseignements susceptibles d être transmis à ses proches Droit à la participation J encourage l usager à participer aux soins et aux services qui lui sont prodigués. Je crée un environnement favorisant l expression des besoins et des attentes de l usager. Je fournis à l usager ou à son représentant légal les renseignements pertinents et lui apporte le soutien requis pour lui permettre de prendre ses propres décisions en lien avec les soins et les services offerts. Je donne l enseignement nécessaire à l usager ou à ses proches pour qu ils contribuent activement au plan de soins, de service ou d intervention. J invite l usager ou son représentant légal aux rencontres de préparation de son plan d intervention ou de son plan de services individualisés. Je favorise la participation de l usager ou de son représentant légal lors de l élaboration ou de la révision de son plan d intervention ou de service. Je facilite, dans la mesure du possible, la tenue des activités du comité des usagers ou du comité de résidents, si applicable, et j encourage la participation de l usager. Je dirige l usager, qui en fait la demande, à l autorité compétente du comité des usagers ou du comité de résidents. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 12 sur 21

11 Je favorise la participation de l usager en l informant des principaux événements de l Établissement. J informe l usager de la tenue prochaine d élections en vue de pourvoir un poste au sein du conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux, du comité des usagers ou du comité de résidents Droit à l accompagnement et à l assistance J explique clairement toute information en respectant le rythme, le potentiel et les limites de l usager. Je réponds adéquatement aux questions de l usager. Au besoin, je fournis à l usager l assistance d un professionnel qualifié lors de la consultation de son dossier. J apporte aide et assistance à tout usager souhaitant s exprimer au sujet d une situation ou d un sujet le concernant, ou désirant obtenir un service ou un suivi et qui nécessite de l accompagnement. Je reconnais à l usager le droit d exprimer son insatisfaction à l égard des services de santé ou des services sociaux reçus, ou qu il aurait dû recevoir de la part de l Établissement, d une ressource intermédiaire, d une ressource de type familial ou de tout autre organisme, société ou personne auquel l Établissement recourt. Je dirige l usager qui requiert de l assistance pour la formulation de sa plainte ou pour toute démarche relative à sa plainte auprès du commissaire local aux plaintes et à la qualité des services Droit à la représentation Je reconnais le droit de l usager inapte d être représenté pour l exercice de ses droits et faciliter cette représentation. Je reconnais le fait que le représentant parle et agit au nom de l usager. Lorsque l inaptitude de l usager à consentir aux soins requis par son état de santé est constatée, c est-à-dire qu il n est pas en mesure d exprimer sa volonté, je recours au consentement de son représentant, donc j obtiens le consentement de la personne légalement autorisée à consentir pour et au nom de l usager. Je favorise l implication du représentant de l usager et je lui communique les renseignements pertinents afin de lui permettre d accomplir son rôle. J informe le représentant des politiques, procédures et protocoles de l Établissement en lien avec la sécurité des usagers ou du personnel. 6. Mes responsabilités envers mes collègues 6 Je participe à créer un climat de bonne entente et de confiance, entre collègues, par une communication ouverte et respectueuse des idées de chacun et je clarifie les situations imprécises avec tact pour maintenir l harmonie. 6 Les responsabilités envers les collègues incluent les relations de l Établissement avec les employés et les gestionnaires entre tous les paliers de l organisation, employés, direction, gestionnaires, etc. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 13 sur 21

12 J exécute mes tâches consciencieusement, je m implique dans le travail d équipe et j aide les nouveaux collègues à s intégrer dans l équipe. Je transmets les informations cliniques pertinentes uniquement aux personnes impliquées dans le suivi des soins et des services. Je fais preuve de tolérance et d entraide envers les autres en respectant les mandats et responsabilités de chacun. Je manifeste du respect dans mes paroles, mes attitudes et mes gestes envers tous les membres du personnel. Je suis discret, je respecte la vie privée de mes collègues et j évite de m y immiscer. 7. Mes responsabilités envers l établissement J adhère à la mission confiée par la Loi à l Établissement en étant fidèle à ses valeurs et je travaille en conformité avec elles. Je respecte et je participe au développement des projets communs et à l amélioration continue de la qualité des services. Je fais part à l Établissement de mes besoins et de mes suggestions et j achemine à la personne désignée mes réflexions propres à améliorer le milieu et la qualité des services. Je suis loyal envers l Établissement, sa mission et ses valeurs, et je le représente positivement dans ma communauté. J utilise le matériel, les équipements et les espaces mis à ma disposition judicieusement. Je respecte mon horaire de travail et je l adapte selon les exigences de mon poste. Je respecte les règles de fonctionnement établies et le code vestimentaire de l Établissement et j apporte des suggestions pour améliorer l efficacité des services. 8. Responsabilités de l usager et de ses proches L Établissement a une préoccupation constante de maintenir une bonne qualité de relation avec l ensemble de ses intervenants, les usagers, les proches, les visiteurs et les partenaires, préoccupation axée sur le respect de soi-même et d autrui. Le respect mutuel favorise des rapports harmonieux entre les personnes et contribue à une prestation de soins et de services, de qualité et sécuritaire. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 14 sur 21

13 Vous respectez les principes de tolérance zéro quant à la violence verbale, psychologique ou physique dans toutes vos relations avec les autres Responsabilités de l usager face à lui-même En tant que premier responsable de votre état de santé, vous êtes informé et invité à participer à l améliorer. Vous adoptez des comportements conformes à de saines habitudes de vie (par exemple: éviter tout abus de médicaments, recourir aux mesures d'hygiène nécessaires, etc.). Vous pouvez demander de l information quant aux différents services offerts et des limites ou des restrictions applicables à l Établissement. Il est de votre responsabilité d utiliser de manière judicieuse les services offerts par l Établissement et de respecter les rendez-vous fixés. Vous pouvez participer, autant que possible, aux soins et aux services qui vous concernent, participer aux rencontres de préparation de votre plan d intervention ou de votre plan de services individualisés et signifier vos besoins et attentes. Vous acceptez les conséquences des actions que vous posez pour vous-même ou pour la personne que vous représentez. 8.2 Responsabilités de l usager et de ses proches à l endroit des autres usagers Vous êtes responsable de la qualité de vos relations avec les autres usagers, c est pourquoi nous vous invitons à la patience, à la courtoisie, à la discrétion, à la délicatesse et au respect d autrui. Et ce, tant dans vos propos que dans vos agissements. Vous respectez la confidentialité de toute information ou traitement dont vous seriez témoin, particulièrement s ils concernent d autres usagers. Vous ne pouvez utiliser d objet ou de substance pouvant être nuisible pour vous-même ou pour autrui lors des soins et des services. Vous êtes invité à prévenir, dans la mesure du possible, toute situation risquée pour votre état de santé et de bien-être et celui des autres usagers. 7 Des ajustements pourront être nécessaires en fonction de l état cognitif ou psychologique de la personne. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 15 sur 21

14 8.3 Responsabilités de l usager à l endroit de toute personne en fonction pour l établissement Vous êtes responsable de la qualité de vos relations avec les intervenants qui œuvrent auprès de vous, c est pourquoi vous devez favoriser des rapports harmonieux et respectueux avec ceux-ci. Vous devez transmettre, de manière suffisamment précise, toutes les informations nécessaires à l évaluation de vos besoins et à l élaboration ou à la révision de votre plan de soins, de votre plan de services individualisés ou de votre plan d intervention. Au besoin, vous demandez des explications ou vous posez toutes les questions nécessaires sur les soins et services qui vous sont proposés. 8.4 Responsabilités de l usager et de ses proches à l endroit de l Établissement Vous êtes responsable de la préservation des biens de l Établissement mis à votre disposition, c est pourquoi vous devez prendre toutes les précautions requises. Vous dirigez vos doléances à la personne responsable des soins et des services. Vous devez respecter les consignes de sécurité de l Établissement. Vous êtes invité à respecter les modalités de fonctionnement des services que vous utilisez. Dans l impossibilité de vous présenter à un rendez-vous fixé ou de recevoir un service à domicile, prévenir le service dans les meilleurs délais. Nous vous encourageons à signifier à l Établissement l existence d un mandat en cas d inaptitude, s il y a lieu, et fournir les coordonnées de la personne mandataire. Vous êtes invité à fournir les coordonnées de la personne qui peut, lorsque requis, donner en votre nom un consentement. 9. Conclusion L Établissement a une préoccupation constante de maintenir une bonne qualité de relation avec l ensemble de ses intervenants, les usagers, les proches, les visiteurs et les partenaires, préoccupation axée sur le respect de soi-même et d autrui. Le respect mutuel favorise des rapports harmonieux entre les personnes et contribue à une prestation de soins et de services, de qualité et sécuritaire. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 16 sur 21

15 ANNEXE 1 ENGAGEMENT PERSONNEL J ai pris connaissance du code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska et je m engage à m y conformer. Signature : Date : Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 17 sur 21

16 ANNEXE 2 LES RÈGLES D UTILISATION DE CERTAINS RENSEIGNEMENTS PERSONNELS CONTENUS AU DOSSIER DE L USAGER PARCE QUE la loi prévoit que l Établissement peut utiliser, à des fins spécifiques et selon certaines conditions, certains renseignements personnels contenus au dossier de l usager, l Établissement établit les règles suivantes : o Contexte et nature des renseignements personnels recueillis; o Personnes dûment autorisées et aux seules fins prescrites; o Protection des renseignements personnels de l usager; o Droit de refus de l usager. 1. CONTEXTE ET NATURE DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RECUEILLIS 1.1 À des fins de sollicitation de DONS au bénéfice de l Établissement ou d une fondation de l Établissement, n utiliser que les renseignements personnels suivants : NOM, PRÉNOM et ADRESSE de l usager, sauf s il refuse. 1.2 À des fins de SONDAGE auprès des usagers visant à connaître leurs attentes, leur satisfaction à l égard de la qualité des services offerts et, le cas échéant, de leur organisation et des résultats obtenus, n utiliser que les renseignements personnels suivants : NOM, PRÉNOM, ADRESSE et NUMÉRO DE TÉLÉPHONE de l usager, sauf s il refuse. 2. PERSONNES DÛMENT AUTORISÉES ET AUX SEULES FINS PRESCRITES 2.1 Permettre l utilisation des renseignements personnels de l usager uniquement par des personnes de l Établissement dûment autorisées et aux seules fins prescrites. Ne tolérer aucune utilisation à d autres fins. Toute violation de cette règle est sanctionnée par l autorité compétente de l Établissement. 2.2 Informer, sans délai, l autorité compétente de l Établissement de toute violation des règles d utilisation des renseignements personnels de l usager applicables dans l Établissement. 2.3 Informer l usager ou son représentant légal de l utilisation envisagée des dons sollicités. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 18 sur 21

17 3. PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L USAGER 3.1 Utiliser les renseignements personnels de l usager conformément aux normes et pratiques relatives à la confidentialité applicables dans l Établissement. 4. DROIT DE REFUS DE L USAGER 4.1 Lors de son enregistrement, son inscription ou son admission, donner à l usager ou à son représentant légal l occasion de manifester son refus à l utilisation de renseignements personnels le concernant aux fins de sollicitation de dons ou de sondage; 4.2 Informer l usager ou son représentant légal que, en tout temps et sans risque de représailles, il peut demander à l Établissement ou le cas échéant, à la fondation, de ne pas ou de ne plus utiliser ses renseignements personnels aux fins de sollicitation de dons ou de sondage en communiquant avec le service suivant : Service des archives du CSSS de Kamouraska , poste 7358 Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 19 sur 21

18 ANNEXE 3 DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le code d éthique entre en vigueur le jour de son adoption par le conseil d administration. 2. La direction générale s assure de la révision du code d éthique et de déontologie à tous les trois ans. 3. La révision du code d éthique doit être adoptée par le conseil d administration. 4. La direction de programmes, de la qualité et développement est responsable de la promotion du code d éthique et de la révision de son contenu. 5. La direction des ressources humaines et du développement organisationnel s assure de la distribution du code d éthique auprès des employés et de supporter les directions dans son application. 6. Les coordonnateurs de programmes et les chefs de service s assurent de la distribution du code d éthique et de déontologie auprès des usagers. 7. Chaque direction est responsable du respect du code d éthique et de déontologie à l intérieur de ses services. Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 20 sur 21

19 ANNEXE 4 AUTRES RENSEIGNEMENTS 1. Procédure d examen des plaintes La procédure d examen des plaintes est disponible au bureau du commissaire local aux plaintes et à la qualité des services de l Établissement. Le COMMISSAIRE LOCAL AUX PLAINTES ET À LA QUALITÉ DES SERVICES peut être rejoint au : 575, avenue Martin, Saint-Pascal G0L 3Y , poste 3224 adresse n o de téléphone Le COMITÉ DES USAGERS peut être rejoint au : 595, avenue Martin, Saint-Pascal G0L 3Y , poste 3184 adresse n o de téléphone Les COMITÉS DE RÉSIDENTS peuvent être rejoints au : Centre d hébergement Thérèse-Martin 100, chemin de la Petite Anse Rivière-Ouelle (Québec) G0L 2C , poste 2000 Centre d hébergement D Anjou 127, rue Galarneau Saint-Pacôme (Québec) G0L 3X , poste 1000 Centre d hébergement Villa Maria 404, avenue du Foyer Saint-Alexandre (Québec) G0L 2G , poste 4000 Code d éthique et de déontologie du Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska Page 21 sur 21

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité.

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité. Code d éthique Transparence Initiative Respect et humanité Initiative Reconnaissance Respect et hum Professionnalisme Transparence Professionnalisme Reconnaissance Cohére Professionnalisme Respect et humanit

Plus en détail

C o d e d é t h i q u e

C o d e d é t h i q u e Code d éthique Notre mission Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Bordeaux- Cartierville Saint-Laurent a pour mission de promouvoir et d améliorer la santé et le bien-être de la population

Plus en détail

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE Suivez-nous sur www.constance-lethbridge.com Siège social 7005, boulevard de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H4B 1T3 Point de services 16777, boulevard

Plus en détail

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY Le code d éthique ROCH- PINARD OU11&8LAY Résidences 1615 et 1625, boul. Gouin Est Montréal (Québec) H2C 1C2 Téléphone : 514 381-1841 www.berthiaume-du-tremblay.com Rédaction et révision : Chantal Bernatchez,

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

L avenir... parce qu on y croit!

L avenir... parce qu on y croit! L avenir... parce qu on y croit! QUALITÉ CONTINUUM CROISSANCE ACCESSIBILITÉ FLUIDITÉ Code d éthique et de civilité du CSSS de Saint-Jérôme REMERCIEMENTS Les personnes suivantes ont été consultées à l une

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

code de conduite des employés de la Ville de Montréal

code de conduite des employés de la Ville de Montréal code de conduite des employés de la Ville de Montréal Les valeurs de la Ville de Montréal L intégrité Franchise, droiture et honnêteté sont des qualités auxquelles la Ville de Montréal s attend de ses

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 10 mars 1997 CA-97-39-336

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Bilan des compétences PAMT Préposée d aide à domicile 1

Bilan des compétences PAMT Préposée d aide à domicile 1 Bilan des compétences PAMT Préposée d aide à domicile 1 BILAN DES COMPÉTENCES Programme d apprentissage en milieu de travail (PAMT) PRÉPOSÉE D AIDE DOMICILE NOM DE LA PRÉPOSÉE D AIDE DOMICILE : NOM DE

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des administrateurs

Code d éthique et de déontologie des administrateurs COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC ET DU LABRADOR (CSSSPNQL) Code d éthique et de déontologie des administrateurs 2 5 0, P l a c e C h e f M i c h e l L a v

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Les articles que nous avons retenus dans la colonne de gauche nous apparaissent être les plus importants pour le respect du droit des PAEM.

Les articles que nous avons retenus dans la colonne de gauche nous apparaissent être les plus importants pour le respect du droit des PAEM. Extraits Source :www.cmq.org/documentlibrary/uploadedcontents/cmsdocuments/cm qcodedeontofr.pdf ---- site du Collège des médecins du Québec, dans la partie «Le médecin aujourd hui» (texte du Code, copié

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Objet : Politique de développement des ressources humaines

Objet : Politique de développement des ressources humaines Page 1 de 6 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique reflète les valeurs que le conseil d administration et la direction générale du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins soutiennent

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES «L ÉTHIQUE EST FAITE POUR LES HONNÊTES GENS QUI S ENGAGENT À LA RESPECTER POUR CEUX QUI S EN

Plus en détail

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013 21 mars 2013 Ressources Strateco inc. 1225 rue Gay-Lussac, Boucherville (Québec) J4B 7K1 Tél : (450) 641-0775 1-866-774-7722 Télécopieur : (450) 641-1601 Site Internet : www.strateco.ca Courriel : info@strateco.ca

Plus en détail

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude 1 de 8 Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude REMPLIR EN CARACTÈRES D IMPRIMERIE Tout mot écrit au singulier comprend aussi le pluriel, et tout mot écrit au genre masculin comprend aussi le genre féminin.

Plus en détail

Code de c onduit e et d ét hique

Code de c onduit e et d ét hique Code de c onduit e et d ét hique A L'INTENTION DES ATHLÈTES, ENTRAÎNEURS, OFFICIELS, ADMINISTRATEURS ET PARENTS DÉCEMBRE 2007 1 2 INTRODUCTION Bonjour aux membres Chaque membre à le droit au respect de

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET

PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET Direction générale Avril 2010 Préparé par : Daniel Paré Directeur général Adopté par le conseil d administration du CSSSML le 15 avril 2010 i Sommaire PLAN

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Pochette de bienvenue Résidence Les Jardins de Montarville

Pochette de bienvenue Résidence Les Jardins de Montarville Pochette de bienvenue Résidence Les Jardins de Montarville 155 rue de Muy, Boucherville, QC, J4B 4W7 Tel : 450-449-3063, Fax : 450-655-3765, Courriel : direction@lesjardinsdemontarville.ca Gagnant de l

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 JUIN 2010 / RÉSOLUTION N O 1880 Page 1 de 7 PRÉAMBULE La présente politique est adoptée par le conseil

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Page : 1 de 9 Émis : 2014-09-22 Note : Les textes modifiés d une politique existante sont identifiés par un trait vertical dans la marge de gauche. A. PRÉAMBULE La Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Politique en matière de respect de la dignité de la personne au travail La BEI vise à offrir un environnement de travail favorable, qui aide et encourage

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

charte de déontologie du Groupe

charte de déontologie du Groupe charte de déontologie du Groupe Dans un monde numérique en perpétuelle évolution, notre mission est d apporter au plus grand nombre le meilleur du numérique, avec l ambition de faire préférer Orange. Avec

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

RPA No Règlement 2012 No Règlement 2007 Sujet C/N

RPA No Règlement 2012 No Règlement 2007 Sujet C/N T 12 L exploitant d une résidence privée pour aînés doit, avant d accueillir un résident, conclure avec lui ou avec son représentant, le cas échéant, un bail écrit, en utilisant, selon le cas, les formulaires

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

code d éthique Vision de l OMM, valeurs fondamentales et principes directeurs

code d éthique Vision de l OMM, valeurs fondamentales et principes directeurs code d éthique Organisation météorologique mondiale Vision de l OMM, valeurs fondamentales et principes directeurs 1. L Organisation météorologique mondiale, en tant qu institution spécialisée des Nations

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information CA 06-02-2015 Annexe 10.1 Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information Janvier 2015 2 1. PRÉAMBULE La Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) est une fédération

Plus en détail

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES JUIN 2013 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 2 Introduction... 3 Champ d application... 4 Mise en œuvre... 5 Notions abordées dans le cadre de

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale 2 Définitions Définitions Banque Bureau de l ombudsman Ombudsman Client Client commercial Client particulier Décision d affaires Décision

Plus en détail

Groupe Roche. Politique de l emploi

Groupe Roche. Politique de l emploi Groupe Roche Politique de l emploi 2 Les principes fondamentaux du groupe Roche expriment notre conviction que le succès de l entreprise repose sur le talent et les performances d employés très impliqué

Plus en détail

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS Page 1 de 9 UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CONTEXTE La Commission scolaire doit s assurer d un usage adéquat des ressources informatiques mises à la disposition des

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Financement agricole Canada Code de déontologie de FAC. Code de déontologie

Financement agricole Canada Code de déontologie de FAC. Code de déontologie Code de déontologie Vue d ensemble Principes fondamentaux Condition d embauche Conduite représentative de la société Utilisation des biens de la société Cadeaux, prix, divertissements ou articles d accueil

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC Service des communications Service des technologies de l information et des télécommunications Mai 2014 POLITIQUE D UTILISATION

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

UN GUIDE D'ÉTHIQUE POUR SE POSER LES BONNES QUESTIONS PAGE 2 ÉDITO PAGE 3 UNE DÉMARCHE DE PROGRÈS. PAGE 4 nos PRINCIPES PAGE 6 NOS PRATIQUES

UN GUIDE D'ÉTHIQUE POUR SE POSER LES BONNES QUESTIONS PAGE 2 ÉDITO PAGE 3 UNE DÉMARCHE DE PROGRÈS. PAGE 4 nos PRINCIPES PAGE 6 NOS PRATIQUES UN GUIDE D'ÉTHIQUE POUR SE POSER LES BONNES QUESTIONS PAGE 2 ÉDITO PAGE 3 UNE DÉMARCHE DE PROGRÈS PAGE 4 nos PRINCIPES PAGE 6 NOS PRATIQUES Phil Boorman - Getty LES SIX VALEURS CLÉS DE REXEL Offrir la

Plus en détail

Code de conduite pastorale

Code de conduite pastorale Code de conduite pastorale à l intention des prêtres, diacres, séminaristes, employés et bénévoles engagés dans le ministère et les autres services de l archidiocèse d Ottawa Contenu 1 Préambule Code de

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail