Éditorial. Cinquante ans!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éditorial. Cinquante ans!"

Transcription

1

2 20 12 Éditorial Cinquante ans! Cinquante ans déjà, cinquante ans seulement. Quelle histoire mais par où commencer? Que de chemin parcouru depuis les premiers dossiers de succession et de gestion de sinistres pour le compte de ressortissants britanniques en 1962, à la création du Fonds Européen de Stabilité Financière au printemps Cinquante ans dans la vie d'un cabinet d'avocats c'est un bel âge, celui de la maturité, un jubilé. C'est avant tout une fantastique aventure humaine, animée par des hommes et des femmes qui ont su être des visionnaires exceptionnels. Des hommes et des femmes habités par cette conviction forte que les activités de conseil seraient celles répondant le mieux aux besoins des entreprises, qu'il fallait privilégier à tout prix la dimension internationale, être obnubilé par la qualité du service à fournir à nos clients, et se persuader que derrière chaque nouveau client, petit ou moyen, pouvait se cacher le grand groupe de demain. Des hommes et des femmes qui ont, à travers ces années, fait preuve d'une ambition jamais démentie tout en construisant leur métier avec la plus grande humilité et qui ont basé tous leurs efforts de développement sur l'excellence technique de leurs prestations, convaincus que la qualité du travail fourni est le premier et le meilleur vecteur de fidélisation de la clientèle. Des hommes et des femmes qui ont cru à l'intérêt stratégique d'une approche pluridisciplinaire du droit en cherchant à développer toutes les disciplines intéressant les grandes entreprises et sans limiter leur ambition aux premiers succès rencontrés dans tel ou tel domaine. Cinquante ans, c'est beaucoup de stress mais aussi de bons moments, de fous rires, de coups de gueule et de peine lorsque le souvenir nous ramène vers celles et ceux trop tôt disparus alors qu'ils contribuaient pleinement à cette aventure. Cinquante ans, c'est la confirmation d'une culture forte qui a résisté aux tempêtes qui ont pourtant emporté de trop nombreux cabinets que l'on croyait solides, et c'est déjà l'émergence de la troisième génération d'avocats, dans un métier où le passage d'une génération à une autre est souvent perçu comme une étape décisive dans l'affirmation d'une pérennité. C'est le contraste entre les premières instructions reçues par courrier simple, et l'avènement des s et autres comptes "Twitter", reflet d'une évolution technologique fulgurante qui amplifie ellemême une accélération incroyable du marché. C'est également une remise en cause permanente, face à la vigueur du marché et à l'incroyable situation concurrentielle qu'elle génère, face à nos clients qui ont professionnalisé de façon remarquable leur utilisation du droit comme outil de stratégie commerciale, et face aux exigences mêmes de notre métier, dans son évolution géographique, technologique ou économique. Cinquante ans c'est aussi la conviction que si la réussite dans notre métier exige avant tout de grands succès pour le compte de nos clients, elle nous commande aussi de savoir rendre à notre profession ce qu'elle nous apporte, à travers les nombreuses charges d'enseignements assurées par le Cabinet, les partenariats dans le milieu universitaire et académique, l'accueil de centaines de stagiaires, les actions de bénévolat vers les plus démunis et la participation active à la vie de notre Ordre. Cet engagement essentiel fait partie de notre culture, donne du sens à notre action, et permet à chacun de s'épanouir dans les multiples facettes de notre profession. L'histoire de ce cabinet est pour moi un plaisir et un défi sans cesse renouvelés depuis plus de trente-deux ans et je mesure chaque jour l'honneur qui m'a été fait par mes associés en me confiant la gestion de cette magnifique maison depuis l'an Yves Wehrli Avocat à la Cour Managing Partner 1

3 L astronaute Buzz Aldrin junior marche sur la surface de la Lune le 20 juillet 1969 "C est un petit pas pour l homme mais un pas de géant pour l humanité": la mission Apollo 11 se pose sur la lune Le festival de Woodstock, aux États-Unis, rassemble une centaine d artistes et plusieurs centaines de milliers de hippies Sortie en France du film La Piscine de Jacques Deray George Pompidou est élu Président de la République le 15 juin 1969, avec 58,22 % des voix Clifford Turner conseille Bernard Sunley dans le cadre de la construction d Isola 2000 Le footballeur brésilien Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, marque son 1000 ème but 20

4 19 69 La guerre du verre ou l OPA RATéE de BSN sur Saint-Gobain 1969 est l'année de la première offre publique d'achat (OPA) hostile en France, celle de BSN contre Saint-Gobain. Ce qui ne devait être qu'une opération industrielle devint l'évènement du début d'année, au point que l'on parla de "la guerre du verre". L'opération est pour le moins audacieuse pour l'époque : une entreprise relativement récente envisageait de prendre par surprise le contrôle d'une entreprise emblématique, plusieurs fois centenaire, au chiffre d'affaires trois fois supérieur au sien, et ceci sans même mobiliser de capitaux, par la technique de l'obligation convertible en actions. Créée en 1665 par Louis XIV, la Manufacture royale des glaces et miroirs a su traverser les siècles sereinement, ayant autrefois fabriqué les miroirs de la Galerie des Glaces à Versailles et devenir un acteur prépondérant dans le secteur du verre plat et du verre d'emballage. BSN, quant à elle, avait été créée en Cette dernière estimait qu'un rapprochement des deux sociétés était nécessaire pour faire face à la concurrence étrangère et conquérir le marché de l'emballage, alors en pleine expansion. Pour Saint-Gobain, qui avait entrepris de diversifier son activité, l'exploitation de ces nouveaux marchés n'était pas aussi indispensable. Les dirigeants de BSN, convaincus que le rapprochement leur était vital, décidèrent que la seule solution possible était de s'emparer par la force de la "Compagnie". BSN devait prendre le contrôle d'une société beaucoup plus importante qu'elle-même (BSN avait à l'époque un chiffre d'affaires global d'environ 2,5 milliards de francs, Saint-Gobain un chiffre d'affaires proche de 7 milliards de francs). La solution trouvée par BSN fut l'utilisation du mécanisme de l'obligation convertible. BSN offrait aux actionnaires de Saint-Gobain des obligations convertibles en actions BSN de 230 francs de nominal et portant intérêt de 4,5 % l'an. Ce mécanisme ingénieux permettait de concilier les avantages des obligations et des actions, à savoir un taux d'intérêt garanti, assorti de la possibilité, à terme, de devenir actionnaire du grand groupe mondial nouvellement formé. à l'échange, ordonne la vente massive d'actions Saint-Gobain qu'elle détenait afin de faire baisser le cours de l'action Saint-Gobain et inciter les actionnaires à échanger leurs titres contre les obligations convertibles de BSN. Enfin, la contre-attaque fut médiatique. Saint-Gobain insista notamment sur l'aspect subversif d'un rachat reposant sur le mécanisme de l'obligation convertible qui permettait de prendre le contrôle d'une société sans mobiliser de capitaux, ce qui reviendrait à "faire payer les actionnaires de Saint-Gobain avec leur propre argent". Finalement, l'offre échoua. Sans doute, l'opération était trop novatrice et audacieuse pour réussir et le mécanisme envisagé trop complexe pour le public de l'époque. Cependant, cette OPA pionnière en entraînerait d'autres qui allaient façonner le droit boursier français : Pinault/Printemps, Total/Elf, BNP/Paribas/Société Générale, pour n'en citer que quelques-unes. Le monde des OPA était en marche et avec lui le développement de la communication financière en direction des salariés et des actionnaires. Banques d'affaires et cabinets d'avocats allaient devenir les conseils indispensables de ces offensives d'un style nouveau, que ce soit pour l'initiateur ou pour la cible. Arnaud Félix Avocat à la Cour Gilles Lebreton Avocat à la Cour Mais la vénérable "Compagnie" allait surprendre son agresseur par la verdeur de sa défense. La contre-attaque fut juridique, boursière et médiatique. Sous l'angle juridique, la contre-attaque consistait notamment à faire valoir que l'émission des obligations convertibles n'avait pas été autorisée par l'assemblée générale des actionnaires de BSN préalablement à l'offre. L'acquisition constituerait, en outre, une concertation prohibée et un abus de situation dominante car le futur groupe serait placé dans une position de quasi-monopole. La contre-attaque boursière devait être mise en œuvre par les actionnaires défenseurs de Saint-Gobain, qui procédèrent à des achats massifs de l'action Saint-Gobain portant le cours du titre au-dessus du niveau des 230 francs offert par l'obligation convertible BSN. En un mois, plus d'un quart du capital de Saint-Gobain change de main. En riposte, BSN, quelques jours avant la date butoir pour procéder Brel, Brassens et Ferré réunis pour un entretien historique, sur proposition du magazine Rock n Folk 21

5 Le ministre de la Justice Robert Badinter intervient à la tribune du Sénat, le 28 septembre 1981, pour défendre son projet de loi sur l abolition de la peine de mort. Elle fut définitivement abolie en France le 9 octobre 1981 Jusqu'en 1981, on pouvait lire dans le Code pénal français : Article 12 du Code pénal : "Tout condamné à mort aura la tête tranchée." Article 17 du Code pénal : "Si une femme condamnée à mort se déclare et s il est vérifié qu elle est enceinte, elle ne subira la peine qu après sa délivrance." Il y a à peine plus de trente ans, les cours d assises de la République appliquaient encore ces dispositions d un autre âge. Le 10 octobre 1981, la loi abolissant la peine capitale était promulguée au Journal officiel, la France devenait le 35 ème État abolitionniste, l un des derniers en Europe occidentale. Aujourd hui, l on s étonne que cette loi n ait pas été votée plus tôt. Le débat n était pourtant pas neuf. Il a vu le jour dans l enceinte de la première Assemblée constituante de la République en 1791 lors de l élaboration d un projet de Code pénal. La question de l abolition réapparaîtra dans les débats de l Assemblée en 1795, 1848 et Elle ne sera jamais votée. Entretemps, la peine de mort était abolie en 1867 au Portugal, en 1870 aux Pays-Bas et en 1905 en Norvège. C est finalement 200 ans après l avoir envisagée pour la première fois que la France abolit à son tour cette peine irréversible. L abolition est cependant fragile : l opinion publique voit toujours dans la mort une revanche que d autres peines sont insusceptibles de garantir et un sondage récent montre que 47 % des Français seraient favorables au rétablissement de la peine de mort. Mais la France a aujourd hui intégré l abolition dans sa Constitution et adhéré au Protocole additionnel n 6 de la Convention européenne de droits de l'homme (CEDH) interdisant la peine capitale. Ainsi, jamais plus les avocats ne devraient connaître la sensation terrible de leurs aînés d avoir à plaider au risque de la vie d un homme. Inauguration du TGV reliant Paris à Lyon en 2 h 40 François Mitterand est élu Président de la République le 10 mai 1981 avec 51,76 % des voix Clifford Turner conseille Bouygues SA pour la construction d une centrale électrique à Lagos au Nigeria Clifford Turner conseille Cable & Wireless PLC NCE dans un arbitrage CCI au Moyen-Orient 44

6 : un nouveau régime français qui va inspirer le monde Le rayonnement d un pays emprunte parfois des voies détournées, qui avec le recul surprendraient bien les dirigeants de l époque. Le 12 mai 1981, en pleine effervescence politique, la France se dote d un nouveau régime relatif à l arbitrage international. Avec seulement seize articles et trente ans d existence, ce décret du 12 mai 1981 a beaucoup contribué à l influence du droit français en matière d arbitrage. Paris est l une des toutes premières places au monde dans ce domaine. Ce succès est largement dû à la présence de la Cour internationale d arbitrage de la Chambre de commerce internationale (CCI) et ce, depuis sa création en Les dernières statistiques de la CCI en témoignent. Sur les cinq dernières années, la France a été le siège de 19 % des arbitrages conduits sous l égide de la CCI. Sur la seule année 2011, Paris a été choisi dans 18 % des arbitrages CCI, soit 8 points de plus que Londres, deuxième de ce classement. Le décret de 1981 a encouragé le choix de Paris comme siège d arbitrage, alors même que les parties pourraient n avoir aucun lien avec la France. C est ainsi que, d une part, les articles 1494 et 1495 du Code de procédure civile ont placé la volonté des parties au centre de chacune des étapes de la procédure arbitrale. Et que, d autre part, la limitation des pouvoirs du juge étatique à l égard de l arbitrage a été confirmée par la codification du principe fondamental dit de "compétence-compétence". Les articles 1458 et 1466 du Code de procédure civile prévoient en effet que les arbitres statueront par priorité sur leur propre compétence. La doctrine française et les praticiens de la place de Paris ont largement contribué au rayonnement de la France dans le règlement des litiges internationaux par voie d arbitrage. L exécution en France d une sentence annulée par l État du siège de l arbitrage en est un exemple discuté. Dans son arrêt Putrabali du 29 juin 2007, la Cour de cassation a ainsi suivi un courant doctrinal en affirmant que "la sentence internationale, qui n est rattachée à aucun ordre juridique étatique, est une décision de justice internationale". L œuvre jurisprudentielle a été à ce point créative qu une codification fut opérée par le décret du 13 janvier 2011 portant, à nouveau, réforme de l arbitrage. L intensification et la complexification des échanges internationaux, aussi bien financiers que commerciaux, sont autant de défis que ce récent décret devra relever afin de maintenir Paris, comme le décret de 1981 l avait fait en son temps, au rang de capitale de l arbitrage international. Jason Fry Solicitor, England & Wales Barrister and Solicitor, High Court of New Zealand Simon Greenberg Inscrit au barreau de Paris Solicitor, England & Wales Barrister and Solicitor, Supreme Court of Victoria and High Court of Australia L adoption de ce décret renforce l innovation et le progressisme dont la France faisait déjà preuve. Il fut à l origine d un important mouvement de modernisation des régimes juridiques propres à l arbitrage international de nombreux pays signataires de la Convention des Nations unies, signée à New York le 10 juin 1958, "pour la reconnaissance et l exécution des sentences arbitrales étrangères". Pour ne citer que les principaux, il s agit des Pays-Bas en 1986, de la Suisse en 1987 ou plus généralement des pays ayant fondé leurs législations sur la loi type de la Commission des Nations unies pour le droit commercial international (CNUDCI), telle qu adoptée en La jurisprudence française fondée sur le décret devient également une source d inspiration pour le monde. L arrêt Dutco, du 7 janvier 1992, en est un exemple important. Sur la base des dispositions relatives à la régularité de la constitution du tribunal arbitral, la Cour de cassation a posé un principe d égalité en cas de pluralité de parties dans la désignation de leurs arbitres. Ce principe a été repris par les sections 16 et 18 de l Arbitration Act anglais de 1996 et par de nombreux règlements d arbitrage, comme celui de la CCI du 1 er janvier 1998 et celui de la CNUDCI tel que révisé en Le prince Charles et Lady Diana quittant la cathédrale Saint-Paul le jour de leur mariage 45

7 Russell Crowe dans Gladiator Au 1 er janvier le bug de l an 2000 n a pas eu lieu Le français Mohamed Ouaadi remporte le Marathon de Paris en 2 h 08 min 49 s Le CAC 40 atteint sa valeur record de 6 922,33 points Le film Gladiator de Ridley Scott remporte l Oscar du meilleur film et du meilleur acteur pour Russell Crowe, Rogers & Wells et le cabinet Pünder, Volhard, Weber & Axster fusionnent en janvier 2000, créant ainsi le premier cabinet d avocats au monde regroupés au sein d un partnership unique Création d un premier Règlement Intérieur Harmonisé pour l ensemble des Barreaux de France Le cabinet conseille EADS dans le cadre de sa triple introduction en Bourse à Paris, Francfort et Madrid conseille le ministère des Transports, de l équipement et du Logement sur l élaboration du contrat et la procédure de sélection du concessionnaire du grand viaduc de Millau. En 2008, le cabinet conseillera DEPFA, Dexia, FSA & MBIA pour le refinancement rehaussé du viaduc de Millau L Inde compte officiellement 1 milliard d habitants 84 Google fête ses deux ans d existence : en juin 2000, Google est le premier moteur de recherche à avoir référencé 1 milliard de pages web

8 20 00 EADS : une introduction en Bourse peu ordinaire La création et l'introduction en bourse d'eads restera comme l'une des opérations les plus marquantes de la place de Paris. Tout d'abord, il s'agissait d'une opération ayant pour caractéristique d'être à la fois une Initial Public Offering (IPO) et un rapprochement industriel des activités aérospatiales et militaires de trois sociétés : la française Aérospatiale Matra (elle-même issue de la fusion Matra/ Aérospatiale l'année précédente), l'allemande Daimler Chrysler Aerospace et l'espagnole CASA. Ces groupes coopéraient certes déjà depuis de nombreuses années (notamment au sein d'airbus), mais il est apparu alors nécessaire d'œuvrer vers une véritable intégration. Sous cet angle, l'opération comprenait des négociations complexes sur les parités et la gouvernance du nouvel ensemble entre les principaux promoteurs de cette opération (Lagardère et l'état français, Daimler en Allemagne et l'état espagnol). Simultanément à la réalisation de ce rapprochement, l'entité résultant de cette fusion (dénommée EADS) devait être introduite en bourse. Ceci pour deux raisons : parce qu'aérospatiale Matra était cotée sur la bourse de Paris, mais aussi pour que le nouveau groupe puisse faire appel au marché et fournir des instruments de motivation à ses cadres par le biais de stock-options et d'actions réservées aux salariés. Pour des raisons principalement politiques, l introduction en bourse devait se dérouler simultanément sur les trois marchés nationaux des principaux pays concernés par l'opération, les bourses de Paris, Francfort et Madrid. Le calendrier de cette opération était particulièrement serré. Une opération de ce type prend d ordinaire six mois à un an, le calendrier finalement imposé sera de quatre mois et rien de plus. Sur le plan boursier, l'explosion de la bulle des valeurs technologiques de l'époque a certes joué défavorablement à court terme. L'action EADS a été introduite le lundi 10 juillet 2000 à 18 euros auprès des particuliers et à 19 euros pour les investisseurs institutionnels. Le titre s'est effrité par la suite, car comme toutes les valeurs cycliques et liées au dollar, EADS était exposée aux aléas de la conjoncture. Mais à plus long terme, EADS affiche un parcours boursier remarquable, celui d'un des plus beaux fleurons industriels européens devenu numéro un mondial. Du coup, la valeur du titre EADS a pratiquement doublé en moins de six ans, puisqu'elle affichait un plus haut de 35,13 euros le 20 mars Début 2012, EADS se traitait autour de ces niveaux et reste un exemple souvent cité comme l'un des plus grands succès européens. Tout cela place l'introduction en bourse d'eads comme une opération hors du commun et en fait probablement l'une des opérations de ce type les plus complexes jamais réalisées. Thierry Schoen Avocat à la Cour Avocat au barreau de New York Aux problématiques françaises, allemandes et espagnoles venaient s'ajouter des problématiques hollandaises, EADS étant une société de droit néerlandais. Cette option avait été retenue pour des raisons politiques et de souplesse réglementaire mais aussi en raison de problématiques américaines et britanniques du fait de la taille de l'opération et de la situation géographique des actionnaires institutionnels (fonds de pensions et autres). Il fallait donc naviguer entre six droits différents. Autre élément de complexité, l'introduction en bourse portait sur une société qui ne préexistait pas à l'opération mais résultait de celleci. En effet, EADS est le résultat non pas d'une ou de plusieurs acquisitions mais d'une véritable fusion au sens économique du terme. Le "E" dans la dénomination sociale European Aeronautic Defense and Space Company est d'ailleurs important, puisqu'il symbolise la première constitution d'une société industrielle véritablement européenne et à dimension mondiale. Cette opération concernait les secteurs de l'aéronautique, de l'espace et de la défense, des secteurs fascinants dans lesquels les futures filiales d'eads étaient déjà des acteurs mondiaux et de tout premier plan, notamment Airbus et Eurocopter. Une décennie plus tard, ces sociétés conservent tout leur prestige et ont même amélioré leur positionnement. Cette fusion semble donc prouver que les groupes européens peuvent s'unir et concurrencer les groupes américains. Tombstone de la création d EADS 85

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE / L ETUDE L Etude ZABALDANO est un cabinet d avocats établi en Principauté de Monaco, qui intervient dans les affaires les plus complexes, présentant fréquemment une dimension internationale. Elle représente

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

ARBITRAGE INTERNATIONAL

ARBITRAGE INTERNATIONAL ARBITRAGE INTERNATIONAL LE NOUVEAU DROIT FRANÇAIS DE L ARBITRAGE Yvan GUILLOTTE Avril 2011 La France vient de se doter d un corpus de règles modernes (Décret n 2011-48 du 13 janvier 2011) laissant aux

Plus en détail

Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise

Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise Lors de son avènement en 1938, et bien qu elle ait hérité des anciens réseaux (compagnies

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

UNIVERSITE PIERRE MENDES France FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES (TELE ENSEIGNEMENT)

UNIVERSITE PIERRE MENDES France FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES (TELE ENSEIGNEMENT) UNIVERSITE PIERRE MENDES France FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES (TELE ENSEIGNEMENT) MASTER EISA SPÉCIALITÉ DEFI Année 2004-05 NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES & DIAGNOSTIC FINANCIER Deuxième devoir Akim

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE Jean-François Paulin Maître de conférences en droit privé www.jfpaulin.com / jeanfrancoispaulin@gmail.com Qu est-ce que le Droit? Le Droit est

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC)

L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC) L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC) Paris, 15 juin 2006 Me Detlev Kühner, Pôle Arbitrage dkuehner@bmhavocats.com BMHAVOCATS www.bmhavocats.com I. Introduction: Imaginons

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma 1 L Internet, est un service mondial ouvert au public, dont l accès se fait à travers les différents réseaux de télécommunications : fixes, mobiles ou satellitaires.

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix

La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix MODÉRATEUR : Martin Sheehan Fasken Martineau PANÉLISTES : Yves St-Arnaud, Bombardier produits récréatifs Dominique Gibbens

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE RAPPEL DE LA SITUATION DES RETRAITES page 1 à 3 REFORMULATION 2008 page 4 REUNION DU 29 JANVIER 2008 page 5 EPILOGUE page 5 NAO_Sna.Unsa

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

CLOUT Recueil de jurisprudence

CLOUT Recueil de jurisprudence CNUDCI Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Présentation de CLOUT Recueil de jurisprudence concernant les textes de la CNUDCI Une base de données juridiques sur les décisions

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS Le Manifeste des Avocats Collaborateurs (MAC www.notremanifeste.com) est un syndicat qui a pour objet la défense des intérêts des avocats collaborateurs et des avocats en installation, ainsi que la défense

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q.

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q. ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE: BIBIANE PECK NADER (L APPELANTE ) ET: COMMISSION ADMINISTRATIVE

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA Association déclarée conformément à la loi du 1 er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, portant règlement d Administration publique pour exécution de la loi du 1 er

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Planificateur de campagne de publipostage

Planificateur de campagne de publipostage www.postescanada.ca Planificateur de campagne de publipostage Postes Canada 6-640 (11 04) Un guide par étapes pour vous aider à planifier et à créer votre prochaine campagne de publipostage Utilisez votre

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

The Universum Graduate Survey 2007 Édition Française

The Universum Graduate Survey 2007 Édition Française PRESS RELEASE May 21, 2007 The Universum Graduate Survey 2007 Édition Française Le classement des employeurs les plus plébiscités par les futurs ingénieurs révèle des changements importants. Excepté EADS,

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 mars 2015 N de pourvoi: 14-11768 ECLI:FR:CCASS:2015:C100252 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Le Bret-Desaché,

Plus en détail

AVIS N 152/10 RELATIF A L AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BCP AU TITRE DE LA FUSION-ABSORPTION DE LA BANQUE POPULAIRE DE CASABLANCA

AVIS N 152/10 RELATIF A L AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BCP AU TITRE DE LA FUSION-ABSORPTION DE LA BANQUE POPULAIRE DE CASABLANCA Casablanca, le 28 Septembre 2010 AVIS N 152/10 RELATIF A L AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BCP AU TITRE DE LA FUSION-ABSORPTION DE LA BANQUE POPULAIRE DE CASABLANCA Avis d approbation de la Bourse de Casablanca

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Ce que la loi Economie Sociale et Solidaire va changer avec l obligation d informer tous les salariés deux mois avant une cession d entreprise

Ce que la loi Economie Sociale et Solidaire va changer avec l obligation d informer tous les salariés deux mois avant une cession d entreprise Ce que la loi Economie Sociale et Solidaire va changer avec l obligation d informer tous les salariés deux mois avant une cession d entreprise Pour vous permettre de mieux comprendre les enjeux de la loi

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Encadrement des marchés publics de la CCI

Encadrement des marchés publics de la CCI Encadrement des marchés publics de la CCI Selon l article 26 du CMP, les marchés sont passés sur Appel d Offres (AO). Toutefois, selon le montant et la nature du marché, le Pouvoir Adjudicateur pourra

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 4 SEPTEMBRE 2015

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 4 SEPTEMBRE 2015 DASSAULT SYSTEMES Société européenne au capital de 127 708 193,50 Siège social : 10 rue Marcel Dassault 78140 Vélizy-Villacoublay 322 306 440 R.C.S. Versailles SIRET : 322 306 440 00213 RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller LA BANQUE POSTALE STRUCTURED ASSET MANAGEMENT : ACTEUR MAJEUR DE LA GESTION STRUCTURÉE 2007 a été l année d une nouvelle impulsion dans la vie de

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Les médias sociaux (réseaux sociaux, blogs, wikis*, forums, etc.) sont au cœur du Web 2.0. La communication traditionnelle et descendante, dont le paroxysme se matérialise

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore Secteur Métaux Produits et services Technologie des matériaux Site web www.umicore.com Solutions SAP

Plus en détail

Répercussions sociales de La Banque Postale

Répercussions sociales de La Banque Postale Répercussions sociales de La Banque Postale La Banque Postale RÉPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES CITOYENS RÉPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES PERSONNELS DE LA POSTE FRANCAISE REPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES CITOYENS

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Le 1 er portail dédié au succès de vos dossiers comme à la croissance de votre cabinet

Le 1 er portail dédié au succès de vos dossiers comme à la croissance de votre cabinet Le 1 er portail dédié au succès de vos dossiers comme à la croissance de votre cabinet La documentation la plus riche du marché Matières Dalloz.fr Administratif Affaires Civil Immobilier International

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail