GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES"

Transcription

1 CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN INFRASTRUCTURES URBAINES GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES CONSEIL PERMANENT RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS (RTU) 1998

2 CONSEIL PERMANENT DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS (RTU) GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES Une publication du : Centre d expertise et de recherche en infrastructures urbaines () 1255, rue University Bureau 800 Montréal (Québec) H3B 3W3 Tous droits réservés Le contenu de cet ouvrage ne peut être reproduit, en tout ou en partie, sans autorisation écrite du. Produit en Modifié en 2013.

3 CONSEIL PERMANENT DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS (RTU) GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES LISTE DES MODIFICATIONS Date Révision 1 Juin 2013 Modification Ajout du consentement municipal en remplacement de la demande d intervention et mise à jour des documents relatifs aux travaux réalisés à proximité d infrastructures existantes art (Danielle Lanoue, ing. M.A.P. CSEM, chargée de projet pour le ) Mise à jour du formulaire «Demande de consentement municipal/mtq 1» 1 MTQ Ministère des Transports du Québec

4 GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES Liste des membres qui ont collaboré à la réalisation du présent Guide : Monsieur Ronald F. Blanchet, ing., M.Sc. Monsieur Serge. A. Boileau, ing., M.gest. Monsieur Pierre Dubé, ing. Monsieur Pierre Egesborg, ing. Monsieur Robert P. Fortin, ing. Monsieur Jacques Lapierre et Monsieur Claude Levasseur Monsieur Jean-Claude Lavoie Monsieur Florent Memme, ing., M.B.A. Monsieur Pierre Ménard et Monsieur John Paulino Monsieur Bertrand Plante, ing. Monsieur André Roy Monsieur Paul St-Jacques Ministère des Transports du Québec (MTQ) Président du groupe de travail Animateur, secrétaire du groupe de travail Rédacteur du Guide Commission des services électriques de la Ville de Montréal Association des ingénieurs municipaux du Québec (Ville de Saint-Léonard) Ville de Saint-Laurent Hydro-Québec Commission des services électriques de la Ville de Montréal Corédacteur du Guide Gaz Métropolitain Association des câblodistributeurs du Québec (Vidéotron) Ville de Verdun Ville de Montréal Bell

5 GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES Liste des membres du projet-pilote de Saint-Léonard qui ont collaboré à la validation du présent Guide : Monsieur Michel Bélanger Monsieur Roland Bernier Monsieur Serge. A. Boileau, ing., M.gest. Monsieur Carl Dubé Monsieur Pierre Egesborg, ing. Monsieur Robert Généreux, ing. Monsieur Normand Hachey, ing. Monsieur Michel Hardy, ing. Monsieur Jean-Claude Lavoie Monsieur Joël Levasseur, ing. Monsieur Pierre Ménard Monsieur Robert Ouellet Monsieur Denis Ouimet Monsieur Yvon Paquette, ing. Monsieur Raymond Sauvageau, ing. Ministère des Transports du Québec (MTQ) Direction de l Île-de-Montréal AT & T Canada Gaz Métropolitain Ville de Saint-Léonard Ville d Anjou Ville de Montréal-Est Info-Excavation Commission des services électriques de la Ville de Montréal Hydro-Québec Vidéotron Ministère des Transports du Québec (MTQ) Bell Ville de Montréal-Nord Gaz Métropolitain

6 GUIDE DE GESTION DES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS DANS LES EMPRISES PUBLIQUES Liste des membres du projet-pilote de Chicoutimi qui ont collaboré à la validation du présent Guide: Monsieur Marc Asselin Monsieur Serge. A. Boileau, ing., M.gest. Monsieur Raynald Gobeil, ing. Monsieur Claude Laberge Monsieur Yves Laberge Monsieur Alain Lebel Monsieur Claude Malenfant, ing. Monsieur Alain Maltais Monsieur Denis Simard Monsieur Jacques Simard Gaz Métropolitain Ville de Chicoutimi Bell Canada Ministère des Transports du Québec (MTQ) Hydro-Québec Ville de Jonquière Vidéotron ltée Ville de Jonquière Ville de La Baie

7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 PRÉAMBULE ENJEUX ET VOCATION DU GUIDE... 1 CHAPITRE 2 INTRODUCTION DÉFINITION DU CADRE D APPLICATION DU GUIDE... 3 CHAPITRE 3 INTERVENANTS PROFIL RESPONSABILITÉS IDENTIFICATION... 8 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION RÉUNIONS STATUTAIRES Initiation Réunion de démarrage Gestion des réunions PLANIFICATION GÉNÉRALE Identification des projets Identification des priorités Planification des projets Avis de modification CONCEPTION DES RÉSEAUX Consultation préalable Normes d implantation Demande de déplacement d équipements Accord de principe Avis de changement Recherche et développement TRAVAUX CONJOINTS Identification d un responsable Partage des responsabilités GESTION COURANTE ET ENTRETIEN Demande de consentement municipal/mtq Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques 1998 vi

8 4.5.2 Avis public Repérage Travaux d excavation et de construction à proximité d infrastructures urbaines, de réseaux techniques ou d équipements Plans «Tel que construit» CHAPITRE 5 PROJETS SPÉCIAUX GESTION DES PROJETS SPÉCIAUX CHAPITRE 6 FORMULAIRES LISTE DES INTERVENANTS DEMANDE DE CONSENTEMENT MUNICIPAL/MTQ CHAPITRE 7 ANNEXES AVIS DE CONVOCATION TYPE ORDRE DU JOUR TYPE (RÉUNION DE DÉMARRAGE) ORDRE DU JOUR TYPE (PREMIÈRE RÉUNION) ORDRE DU JOUR TYPE (RÉUNIONS SUBSÉQUENTES) COMPTE RENDU DE RÉUNION AVIS DE MODIFICATION (PLANIFICATION) AVIS DE CHANGEMENT (CONCEPTION) AVIS PUBLIC LEXIQUE ET VOCABULAIRE LISTE DES OUVRAGES DE RÉFÉRENCE Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques 1998 vii

9 CHAPITRE 1 PRÉAMBULE 1.1 ENJEUX ET VOCATION DU GUIDE La session portant sur la problématique des réseaux techniques urbains, tenue dans le cadre de la Semaine des infrastructures urbaines du en 1995, avait permis de mettre en lumière l ampleur des difficultés qu éprouvent déjà les multiples INTERVENANTS à concerter leurs actions et ce, à toutes les phases des opérations. Il devient impératif, dans un tel contexte, d adopter une attitude proactive et de jeter rapidement les bases d un cadre de gestion souple et efficace, permettant de gérer non seulement la situation actuelle, mais également de préparer le terrain pour les nouveaux intrants qui viendront la modifier et dont certains ne nous sont pas encore connus. L importance de s attaquer rapidement à cette problématique se justifie d autant plus lorsque l on considère le poids économique des réseaux techniques à l intérieur du parc d infrastructures urbaines québécois. En effet, celui-ci représente près de 20 % des actifs totaux évalués à quelque 100 milliards de dollars et génère annuellement plus de 500 millions de dollars en déboursés d opération ainsi que 2,5 milliards d investissements additionnels. Les télécommunications, l énergie et les autres infrastructures urbaines telles les conduites d aqueduc et d égouts et les routes, qu elles soient en milieu rural ou urbain, constituent indéniablement des moteurs de développement économique. Le groupe de travail formé par le en 1996, et traitant particulièrement de cette situation, s est résolument engagé dans un processus de concertation afin d initier les changements nécessaires auprès de tous les INTERVENANTS et améliorer la performance globale de la gestion des réseaux. L intérêt d adhérer à cette démarche est principalement motivé par la recherche d une réponse commune aux éléments de problématique qui semblent réunir a priori des intérêts divergents. Il suffit cependant de réaliser que le client, le citoyen, est situé bien au centre des préoccupations de tous les INTERVENANTS afin de comprendre la portée des objectifs à poursuivre dans une approche de concertation globale qui se résume à : Amélioration de la qualité des interventions Les objectifs de cet enjeu ne se limitent pas qu à la livraison du service, mais bien à tous les aspects qui s y rattachent. La population doit être en mesure de vivre dans un environnement agréable alliant les qualités d aménagement esthétique et de sécurité, tout en permettant une accessibilité aux réseaux pour en faciliter l entretien. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

10 CHAPITRE 1 PRÉAMBULE 1.1 ENJEUX ET VOCATION DU GUIDE (SUITE) Rationalisation des dépenses Les lacunes identifiées au chapitre de la coordination des interventions entre les compagnies de réseaux techniques urbains et les propriétaires et gestionnaires d emprises publiques génèrent des coûts directs et indirects à tous les INTERVENANTS impliqués. Il importe de réduire cette facture par l entremise d une planification efficace des activités et par le biais d implantations favorisant la pérennité des infrastructures. Réduction des délais d intervention Le temps qui s écoule entre la prise de décision et la réalisation d un ouvrage est un élément primordial de contrôle sur la qualité du service à offrir et les coûts qui s y rattachent. Une saine gestion des infrastructures doit permettre de réduire ce délai d intervention ainsi que d amenuiser tous les inconvénients qui s y rattachent. Amélioration des relations entre les divers INTERVENANTS Cet objectif constitue véritablement la pierre angulaire de la présente démarche. Il implique que chacun des partenaires fournisse les efforts nécessaires à saisir l ampleur de l impact de ses propres activités sur celles des autres, et ce, à tous les niveaux d intervention, de la planification à l entretien des réseaux techniques urbains et des infrastructures connexes. Le présent GUIDE vise ainsi à jeter les bases d une collaboration et d une concertation intense entre tous les INTERVENANTS. Le groupe de travail a un souci particulier à voir ce GUIDE devenir progressivement une référence autant pour les propriétaires et les gestionnaires d emprises que pour les entreprises de réseaux techniques urbains, le tout étant réalisé dans un environnement de réel partenariat pour l usage multifonctionnel des emprises publiques. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

11 CHAPITRE 2 INTRODUCTION 2.1 DÉFINITION DU CADRE D APPLICATION DU GUIDE Le présent contexte de rationalisation budgétaire et de modification structurelle des ORGANISATIONS bouscule passablement notre façon de gérer les divers réseaux d'infrastructures urbaines. L'avènement d'un nouvel outil de gestion, dans une telle situation, peut par conséquent apparaître fastidieux, voire même irritant. Que l'utilisateur se rassure, dès la lecture des premières pages, il sera en mesure de constater que l'épaisseur physique d un document n'est pas obligatoirement synonyme de lourdeur administrative. En effet, les orientations proposées par le groupe de travail ont fait l'objet d'une validation continuelle au sein de deux projets-pilotes. Cette simulation en situation opérationnelle a permis la rédaction de procédures simples et flexibles, sans toutefois perdre de vue les objectifs du GUIDE. De plus, d un commun accord, tous les participants reconnaissent que l application du GUIDE ne se justifie que dans les conditions où l intégrité de l emprise publique et de ce qu elle contient est affectée. Le chapitre 4 constitue le cœur de cet ouvrage, puisqu'il rassemble les grands volets décrivant les mécanismes de concertation à implanter entre les INTERVENANTS. Une attention particulière doit d'ailleurs être portée aux «Réunions statutaires» qui deviennent le lieu privilégié d'échanges d'information et la base de l'établissement d'une relation «gagnant/gagnant» entre les INTERVENANTS. Les autres chapitres viennent soutenir ces mécanismes, en suggérant et en expliquant les procédures qui sont susceptibles d'apporter les bénéfices souhaités. Bien entendu, ces derniers sont étroitement liés à la discipline et à la rigueur manifestées par les INTERVENANTS afin de créer le climat relationnel propice à leur obtention. Dans le but de simplifier la rédaction du GUIDE, une terminologie a été développée et est présentée à l'annexe 7.9 intitulée «Lexique et vocabulaire». Certains de ces termes sont repris ci-après afin de faciliter la compréhension du lecteur. Ces mots apparaissent d'ailleurs sous une forme différente de caractères, partout à l'intérieur du GUIDE, afin de rappeler à l'utilisateur que leur signification peut être plus large que leur définition habituelle. GUIDE : MUNICIPALITÉ : Le GUIDE de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques. Ce terme regroupe l ensemble des propriétaires et gestionnaires d emprises publiques (villes, Transport Québec, etc.). Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

12 CHAPITRE 2 INTRODUCTION 2.1 DÉFINITION DU CADRE D APPLICATION DU GUIDE (SUITE) ENTREPRISE : ORGANISATION : Ce terme s'applique à l'ensemble des ENTREPRISES de réseaux techniques urbains. Ce terme englobe les MUNICIPALITÉS et les ENTREPRISES. COMITÉ DE GESTION : Comité formé de tous les INTERVENANTS impliqués dans la gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques. INTERVENANT : INITIATEUR : Ce terme désigne la personne identifiée par chacune des ORGANISATIONS pour participer au COMITÉ DE GESTION. Ce terme identifie l'organisation d'où provient une demande ou une démarche décrite dans le GUIDE. Il importe enfin que l'utilisateur soit conscient qu'à l'instar de toutes les nouvelles approches, l application du GUIDE nécessitera une certaine période d adaptation. Celle-ci est cependant souhaitable afin de permettre aux INTERVENANTS de s'ajuster à ce concept novateur et de déterminer, entre eux, la portée des procédures à considérer en relation avec leur situation locale. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

13 CHAPITRE 3 INTERVENANTS 3.1 PROFIL Nous avons voulu ici tracer un profil général des INTERVENANTS pouvant faire partie du COMITÉ DE GESTION, en établissant et dressant, à l attention de tous, une énumération des types d habiletés recherchées, sans qu elles soient exhaustives ni limitatives pour les INTERVENANTS potentiels. Habilités de gestion : Possède de bonnes aptitudes pour établir et maintenir un bon réseau de relations avec les divers INTERVENANTS, tant internes qu externes; Connaît l organigramme de responsabilités internes à son ORGANISATION et les titulaires de postes qui y sont rattachés; Favorise une synergie de travail d équipe au sein de son ORGANISATION et des autres INTERVENANTS; Est conscient de l importance de la planification des projets et des travaux à l interne et à l externe; S assure de bien connaître cette planification et de bien la transmettre. Habiletés de communication : Fait preuve d un bon sens de la communication, autant écrite qu orale; A des aptitudes en relations interpersonnelles et en relations publiques. Connaissances de base : Connaît les notions de base en infrastructures urbaines; Connaît bien les règlements internes de l ENTREPRISE; Possède les connaissances générales des réglementations fédérales, provinciales et municipales en vigueur; Possède une formation générale en santé et sécurité sur les chantiers. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

14 CHAPITRE 3 INTERVENANTS 3.2 RESPONSABILITÉS But : Établir clairement les responsabilités des INTERVENANTS au regard de diverses démarches proposées dans le GUIDE de gestion. La forme matricielle a été retenue pour ce chapitre afin de fournir à l utilisateur un outil lui permettant de retracer rapidement le partage des responsabilités pour chacune des démarches proposées dans le GUIDE. Elles sont présentées dans l ordre correspondant à leur traitement dans le chapitre du GUIDE relatif aux mécanismes de concertation. CHAP. DÉMARCHES MUNICIPALITÉS ENTREPRISES RESPONSABILITÉ PARTAGÉE INITIATEUR 4.1 Réunions statutaires Initiation des réunions statutaires x Avis de convocation réunion de démarrage x Ordre du jour réunion de démarrage x Animation réunion de démarrage x Confirmation des INTERVENANTS x x Liste des INTERVENANTS x Calendrier de rencontres x Compte rendu réunion de démarrage x Avis de convocation réunions subséquentes x Ordre du jour réunions subséquentes x Compte rendu réunions subséquentes x 4.2 Planification générale Identification des projets x x Gestion des informations des projets x Identification des priorités x Planification des projets x Gestion de l échéancier des projets x Avis de modification x Gestion des modifications à la planification x Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

15 CHAPITRE 3 INTERVENANTS 3.2 RESPONSABILITÉS (SUITE) CHAP. DÉMARCHES MUNICIPALITÉS ENTREPRISES RESPONSABILITÉ PARTAGÉE INITIATEUR 4.3 Conception des réseaux Étude de préfaisabilité x Avis d intention x Établissement des normes d implantation x Demande de déplacement d équipements x Accord de principe x x Avis de changement x Recherche et développement x x 4.4 Travaux conjoints Identification d un responsable x x Partage des responsabilités Ententes x x Interventions et contributions x x Échéancier x 4.5 Gestion courante et entretien Demande de consentement municipal/ MTQ x Avis public x Repérage x Plans tel que construit x x Mesures d urgence (à venir) x x Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

16 CHAPITRE 3 INTERVENANTS 3.3 IDENTIFICATION But : Reconnaissance officielle d un INTERVENANT, responsable à l intérieur de chacune des ORGANISATIONS, de l établissement et du maintien des liens de communication entre les ORGANISATIONS. Cette reconnaissance s effectue idéalement par l identification spécifique de la responsabilité «réseau technique urbain» dans la description de tâches liée aux postes de l ENTREPRISE et par l entremise d une résolution de conseil pour les MUNICIPALITÉS. La liste qui suit (voir page suivante) regroupe les principaux INTERVENANTS impliqués dans le processus de gestion. Elle n est pas exhaustive et doit être établie et mise à jour par la MUNICIPALITÉ, selon les besoins locaux ou spécifiques. Toutes les ORGANISATIONS ont cependant la responsabilité d identifier leur propre INTERVENANT ainsi que d aviser le COMITÉ DE GESTION de toute modification subséquente. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

17 CHAPITRE 3 INTERVENANTS 3.3 IDENTIFICATION (SUITE) ORGANISATION Bell Canada Télébec Québectel Câblodistributeur Télécommunicateur Gaz Métropolitain Hydro-Québec MTQ Désignation de l INTERVENANT Gestionnaire du territoire Directeur gestion du réseau d accès Technicien Ingénierie du réseau extérieur Directeur du service technique réseau À définir Conseiller aux affaires municipales et gouvernementales (un représentant provincial appuyé d un chargé de projets régional) Chef de gestion de projets Coordonnateur territorial MUNICIPALITÉS Trois possibilités selon l ampleur des effectifs disponibles : Cas a) Cas b) Cas c) Ressource spécifiquement dédiée; Ressource identifiée à un poste existant, déjà impliquée dans la gestion d infrastructures; Ressource identifiée au secrétaire-trésorier (Loi sur les cités et villes) ou à une ORGANISATION supramunicipale (MRC), ou engagement d une ressource contractuelle. Autres INTERVENANTS (dynamique à développer au besoin) (p. ex. : ports et parcs nationaux, voie maritime, Commission des services électriques de la Ville de Montréal, paramunicipal, Hydro-Québec Télécom, promoteur immobilier, services ambulanciers, de police et de pompiers, etc.) Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

18 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.1 RÉUNIONS STATUTAIRES But : Mettre en place une procédure normalisée de rencontres périodiques qui fournit un lieu d'échanges structuré et reconnu entre les INTERVENANTS INITIATION La MUNICIPALITÉ assume la responsabilité d initier le processus de réunions. Dans un premier temps, la MUNICIPALITÉ doit identifier les différents INTERVENANTS et ORGANISATIONS qui sont présents sur son territoire. Dans la mesure du possible, un regroupement des MUNICIPALITÉS limitrophes est suggéré lorsque les infrastructures sont contiguës ou que le traitement en commun de la problématique locale des réseaux techniques urbains permet de gagner en efficacité. Par la suite, la MUNICIPALITÉ doit convoquer tous ces INTERVENANTS communs à une réunion de démarrage afin de constituer un COMITÉ DE GESTION (voir annexe Avis de convocation type). Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

19 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.1 RÉUNIONS STATUTAIRES RÉUNION DE DÉMARRAGE But : Définir l encadrement de gestion des réunions. La MUNICIPALITÉ ayant initié la démarche prépare l ordre du jour de la réunion de démarrage (voir annexe Ordre du jour - Réunion de démarrage type). A) ANIMATION Les INTERVENANTS décident entre eux de la procédure d animation à envisager, en se référant respectivement à l une ou l autre des trois possibilités offertes à l article 3.3, quant aux ressources disponibles de la MUNICIPALITÉ : Cas a) Cas b) Cas c) La MUNICIPALITÉ convoque et gère les réunions; La MUNICIPALITÉ convoque la première réunion, mais partage les responsabilités de la logistique, de l'organisation et de la gestion des réunions avec les autres INTERVENANTS, dans un esprit de partenariat; La MUNICIPALITÉ effectue une demande d'identification de projets à tous les INTERVENANTS, par écrit, et convoque une réunion au besoin. La logistique de l'organisation et de la gestion des réunions est partagée dans un esprit de partenariat. B) CONFIRMATION DES INTERVENANTS Chacune des ORGANISATIONS présentes doit confirmer à la MUNICIPALITÉ l identité de l INTERVENANT qui agira en son nom au sein du groupe. Par la suite, la MUNICIPALITÉ devient responsable de dresser la liste des INTERVENANTS et d en faire la gestion (voir formulaire Liste des INTERVENANTS). Les responsabilités de cet INTERVENANT sont décrites à l article 3.2. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

20 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.1 RÉUNIONS STATUTAIRES RÉUNION DE DÉMARRAGE (SUITE) C) CALENDRIER DE RENCONTRES But : Établir un calendrier de rencontres. Les INTERVENANTS doivent établir un calendrier annuel de rencontres en fonction de leurs besoins spécifiques. Les dates d allocation ou d adoption des budgets relatives aux diverses ORGANISATIONS, ou encore les dates butoirs pour la planification des projets sont au nombre des éléments à considérer. Il est préférable d identifier au préalable ces dates sur une période annuelle afin que les INTERVENANTS puissent les inscrire à l avance à leur agenda. D) COMPTE RENDU La MUNICIPALITÉ ayant convoqué la réunion de démarrage prend note des interventions et doit produire un compte rendu de cette réunion. Une copie de ce compte rendu est ensuite envoyée à tous les INTERVENANTS et l original est consigné à la MUNICIPALITÉ pour référence ultérieure. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

21 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.1 RÉUNIONS STATUTAIRES GESTION DES RÉUNIONS But : Établir une procédure récurrente permettant d assurer le suivi des diverses démarches. A) CONVOCATION L avis de convocation (voir annexe Avis de convocation type) est le document qui confirme la tenue de la prochaine réunion. L'ensemble des INTERVENANTS doit avoir reçu cet avis 1 à 2 semaines avant la date de réunion afin que chacun puisse rassembler toutes les informations pertinentes aux dossiers à traiter lors de cette réunion. L'avis de convocation doit spécifier la date, l'heure et le lieu de la réunion ainsi que l'ordre du jour qui y sera discuté. B) ORDRE DU JOUR Ce document est remis lors de la réunion, à l'ensemble des INTERVENANTS. Il permet d'assurer la cohérence de la démarche et du contenu des échanges. Outre les sujets de l'avis de convocation, il devrait toujours y avoir un point qui concerne la planification et un autre sur l avancement des travaux en cours (voir annexes 7.2, 7.3 et Ordre du jour type). C) COMPTE RENDU Écrit, ce document se veut conforme aux discussions, orientations et décisions prises par les INTERVENANTS lors de cette réunion. Il permet d'assurer un suivi des dossiers et projets, de connaître l'historique et l'évolution de ceux-ci (voir annexe Compte rendu de réunion). Le compte rendu de toute réunion doit être distribué à l'ensemble des INTERVENANTS, présents ou non, au maximum 2 semaines après chaque réunion. Les INTERVENANTS pourront ainsi en prendre connaissance et y apporter des commentaires ou précisions avant la réunion suivante du COMITÉ DE GESTION, et entreprendre les activités dont ils sont responsables. Le compte rendu doit faire l'objet d'une adoption par les INTERVENANTS à la réunion suivante. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

22 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.1 RÉUNIONS STATUTAIRES GESTION DES RÉUNIONS (SUITE) C) COMPTE RENDU (SUITE) Le compte rendu sert de référence et doit être consigné par la MUNICIPALITÉ pour consultation ultérieure. Dans les situations où plusieurs MUNICIPALITÉS se sont regroupées, elles peuvent déléguer à l une d entre elles cette responsabilité, ou la partager. D) FRÉQUENCE La fréquence des réunions est établie en fonction des besoins spécifiques exprimés par les INTERVENANTS et selon l ampleur des projets locaux. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

23 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.2 PLANIFICATION GÉNÉRALE But : Établir un mécanisme d échange d information sur les projets à venir afin de faciliter la mise en application des mécanismes de concertation subséquents IDENTIFICATION DES PROJETS But : Identifier les projets dont la réalisation est prévue soit à court, à moyen ou à long terme. Il appartient aux INTERVENANTS de définir le mode, la façon et les moyens de divulguer les informations pertinentes à la planification des projets. L aspect confidentiel des informations est primordial. Il est non pertinent, à ce stade-ci, de mentionner le but et le type d équipement à installer afin que chaque INTERVENANT soit protégé d une éventuelle concurrence. Seules les informations principales des projets devraient être mentionnées (ex. : ouvrages prévus en génie civil, travaux ayant un impact sur les structures existantes, avant-projet de lotissement, etc.). Selon l ampleur du projet, les INTERVENANTS peuvent décider de référer le projet au processus de consultation préalable (voir article Consultation préalable). Gestion des informations : Il revient à la MUNICIPALITÉ de compiler, diffuser et mettre à jour toutes les informations relatives aux projets sur son territoire. Les moyens de diffusion de l information peuvent se faire par l une ou l autre des alternatives suivantes : Une liste descriptive des projets; Un tableau d échéancier des projets; Une identification des projets sur une carte commune, etc. Pour mener à bien cette planification, il faut comprendre que chaque INTERVENANT peut, préalablement à cette réunion : Identifier les projets propres à leur ORGANISATION; Connaître, dans la mesure du possible, les projets prioritaires; Prévoir les délais en établissant un échéancier de ses projets. Les INTERVENANTS peuvent également utiliser les planifications triennales et quinquennales lorsqu elles s appliquent. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

24 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.2 PLANIFICATION GÉNÉRALE IDENTIFICATION DES PROJETS (SUITE) Le contexte actuel ne s y prêtant que peu, la classification suivante est suggérée pour permettre de départager les divers projets en fonction de leur délai de réalisation. Court terme équivaut à une période de moins d un an; Moyen terme équivaut à une période entre 1 an et 2 ans; Long terme équivaut à une période de plus de 2 ans. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

25 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.2 PLANIFICATION GÉNÉRALE IDENTIFICATION DES PRIORITÉS But : Connaître et établir les priorités de tous les INTERVENANTS. «Une priorité est ce qui passe en premier dans le temps.» Cette étape incontournable doit amener les INTERVENANTS, par la discussion et le jumelage d information, à préciser leurs priorités. Celles-ci peuvent ensuite être traitées de façon globale, sur une base d approches par consensus. Pour ce faire, une justification de chacune des priorités peut être requise par les INTERVENANTS afin de pouvoir prendre une décision éclairée à l identification des priorités concernant le COMITÉ DE GESTION. Tel que le prône ce GUIDE, il serait souhaitable, lors de l identification des priorités, que les INTERVENANTS prennent en considération les avantages d exécuter leurs travaux conjointement. Il importe aussi que les INTERVENANTS puissent traiter de la flexibilité de chacun d eux et de leur marge de manœuvre possible dans l identification de ces priorités. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

26 CHAPITRE 4 MÉCANISMES DE CONCERTATION 4.2 PLANIFICATION GÉNÉRALE PLANIFICATION DES PROJETS But : Établir un programme de réalisation des projets. Une fois terminée l identification des projets et des priorités, une analyse de l ensemble de tous les projets doit être exécutée par les INTERVENANTS afin de produire une version la plus complète et finale possible de l échéancier des travaux à réaliser. Gestion de l échéancier : Cet échéancier sera ensuite tenu et géré par la MUNICIPALITÉ qui devra veiller à son respect, dans la mesure du possible. Cet échéancier permet de visualiser beaucoup plus facilement toutes les implications de ces projets, telles que : Les ressources nécessaires à leur réalisation; Les interférences entre les divers projets; Les déviations de circulation; La possibilité pour les INTERVENANTS de faire des travaux conjointement; La possibilité de planifier les interventions afin d éviter les chevauchements, etc. Guide de gestion des réseaux techniques urbains dans les emprises publiques

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports.

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Cette publication a été produite par la Direction du soutien aux opérations Ministère des Transports 700, boul. René-Lévesque

Plus en détail

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES COLLECTE SÉLECTIVE DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES PRÉPARÉ PAR : MRC DE DRUMMOND NOVEMBRE 2004 DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES & ASSURANCES

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux études Conditions et exigences pour les études de besoins et de faisabilité

Plus en détail

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier Ministère des Transports Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier AVANT-PROPOS Aménagement routier Les travaux d aménagement des voies publiques («aménagements routiers»)

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche TITRE : Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-150421-13 Date : 21 avril 2015 Révisions : Résolution : Date : TABLE

Plus en détail

Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement

Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement Lancement de l appel de projets : 12 février 2015 Date limite dépôt des dossiers : 6 mars 2015 Résumé Dans le cadre

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2008-55.

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2008-55. CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2008-55 DE LA VILLE DE SAGUENAY DÉLÉGUANT CERTAINS POUVOIRS D AUTORISER DES DÉPENSES ET DE PASSER DES CONTRATS AVERTISSEMENT Le présent document constitue

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 95-2008

RÈGLEMENT NUMÉRO 95-2008 MUNICIPALITÉ DE LAC-DES-ÉCORCES MRC D ANTOINE-LABELLE PROVINCE DE QUÉBEC CANADA RÈGLEMENT NUMÉRO 95-2008 Décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaires À la séance ordinaire tenue le 14 janvier

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES

CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES CONTRÔLE BIOLOGIQUE DES INSECTES PIQUEURS 2014 ET 2015 Le 24 janvier 2014 1 1. MANDAT La Municipalité de Saint-Côme sollicite les services professionnels d une firme pour le

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES EXPLOITATION PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES -2015-2016 Adopté le 13 décembre 2013 Résolution 13-CA (AMT)-314 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L AGENCE MÉTROPOLITAINE DE TRANSPORT...

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 ENTENTE RELATIVE AUX COMITÉS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET AU TEMPS DE LIBÉRATION ALLOUÉ AUX REPRÉSENTANTS À LA PRÉVENTION DANS L EXERCICE DE LEURS FONCTIONS (Juin 1992) Article 1 En vue de prévenir

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

049-2009 OUVERTURE DE LA SÉANCE ET CONSTAT DU QUORUM ADOPTÉ

049-2009 OUVERTURE DE LA SÉANCE ET CONSTAT DU QUORUM ADOPTÉ PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE CRABTREE Procès-verbal de la séance extraordinaire du Conseil de la municipalité de Crabtree, pour, tenue le 10 février au lieu ordinaire des séances de ce Conseil, au

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS Adopté au Bureau des gouverneurs le 22 avril 2015 Entériné à l'assemblée générale des membres le XXX 2015 Table des matières 1. Nom... 3 2. Siège social et adresse... 3 3. Définition...

Plus en détail

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE Service des ressources humaines et affaires juridiques 20 octobre 2014 TABLE DES MATIÈRES Contenu Introduction 1 Les dispositions

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

Madame Lise Lalonde, conseillère. Monsieur Jacques Brisebois, directeur général Madame Danielle Gauthier, directrice générale adjointe

Madame Lise Lalonde, conseillère. Monsieur Jacques Brisebois, directeur général Madame Danielle Gauthier, directrice générale adjointe PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ DE SAINT-FAUSTIN-LAC-CARRÉ PROCÈS-VERBAL de la séance spéciale du conseil de la Municipalité de Saint-Faustin- Lac-Carré, présidée par Monsieur le maire

Plus en détail

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES Mise à jour au 28 février 2013 Véronique Bibeau, Conseillère en gestion

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Faire une demande de service

Faire une demande de service Faire une demande de service Alimentation de nouvelles unités Nouveaux besoins sur une ligne existante Enfouissement d une ligne existante à la demande d une municipalité Guide pratique à l usag e des

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES.

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. VILLE DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1325-07 (Modifié par 1364-08) PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. PRÉAMBULE : ATTENDU que le conseil municipal de la ville de

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES Présences Absences Employés Marcel Paul Raymond (président), Robert Bissonnette

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (RLRQ, chapitre R-5, a. 14 et a. 15) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Siège : Le siège

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

Comité régional tripartite sur le logement Compte rendu Réunion du 28 mai 2014

Comité régional tripartite sur le logement Compte rendu Réunion du 28 mai 2014 Comité régional tripartite sur le logement Compte rendu Réunion du 28 mai 2014 Présences : Diane McGregor, APNQL Bruce Labrador, AADNC Madeleine Paul, APNQL William John, SCHL Guy Latouche, APNQL Jean

Plus en détail

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère Septembre 2013 Outil Liste de vérification des documents à remettre au Ministère 5.3 Financement des améliorations locatives Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la Famille.

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE

POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE 1. PRÉAMBULE 1.1 Nature du service de la gestion documentaire Le service de la gestion documentaire est une unité administrative

Plus en détail

Formulaire de demande Programme d infrastructure communautaire de Canada 150

Formulaire de demande Programme d infrastructure communautaire de Canada 150 Canadian Northern Economic Development Agency Agence canadienne de développement du Nord Formulaire de demande Programme d infrastructure communautaire de Canada 150 PARTIE A Renseignements sur le demandeur

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES»

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» Adoptées par le Conseil syndical du 14 juin 2013 25-CS-02 Amendées par le Conseil syndical des 15 et

Plus en détail

présentés à l Ordre des ingénieurs du Québec

présentés à l Ordre des ingénieurs du Québec Commentaires de l Association des ingénieurs-conseils du Québec sur le projet de Règlement sur l assurance responsabilité professionnelle des membres de l Ordre des ingénieurs du Québec présentés à l Ordre

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT Contrat de Réservation...2 VOTRE DOSSIER DE FINANCEMENT...3 LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE...4 DURANT LA CONSTRUCTION....5 Les Appels de Fonds...6 Les Visites du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Litec Formulaire des Maires Cote : 02,2012 Date de fraîcheur : 10 Juillet 2012 Fasc. 293-30 : ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Sommaire analytique FORM. 1. - Délibération du conseil municipal

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE Commentaires sur La Stratégie de développement durable de l Administration portuaire de Québec 5 février 2014 TABLE DES MATIÈRES Commentaires

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

Séance du 22 août 2011

Séance du 22 août 2011 Séance du 22 août 2011 A une séance ordinaire du Conseil de cette municipalité tenue à la salle du Conseil, lundi, le 22 août, à 20h00. Sont présents: M. Éric Duhamel, Mme Jocelyne Calvé, M. Jacques Martin,

Plus en détail

CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA

CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA PROCÈS-VERBAL de la séance régulière du Conseil municipal de la Ville de Pohénégamook, MRC de Témiscouata, tenue le 3 août 2015, à 20 h, en la salle des

Plus en détail

PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU

PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU Annexe de la délibération n 75-2015DEL du Conseil Municipal du 9 juillet 2015 PREAMBULE Issus de la transposition des directives

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

Edition 2015 des conditions modèles non contraignantes de l ASA. Les compagnies sont libres de convenir de conditions divergentes.

Edition 2015 des conditions modèles non contraignantes de l ASA. Les compagnies sont libres de convenir de conditions divergentes. Assurance de la responsabilité civile pour les architectes ainsi que pour les ingénieurs civils et en technique du bâtiment Conditions générales complémentaires (CGC) Edition 2015 des conditions modèles

Plus en détail

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS ENTENTE DE PRESTATION DU COURS D AMBASSADEUR (Trainer Course) INDIVIDUEL avec Assurance - PRINCIPES ET TECHNIQUES 151, Boulevard Ste Rose, Laval, Québec, H7L1L2 Tél : 1-877-238-9343 Fax : 1-450-661-3884

Plus en détail

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES 1. INTRODUCTION Le Code civil prévoit des dispositions qui imposent aux employés des obligations en matière de loyauté et de protection des informations à caractère confidentiel : Art. 2088. Le salarié,

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2007-125

Décision de télécom CRTC 2007-125 Décision de télécom CRTC 2007-125 Ottawa, le 7 décembre 2007 Comité directeur du CRTC sur l'interconnexion Rapport de non-consensus sur une architecture fonctionnelle pour la mise en œuvre du service E9-1-1

Plus en détail

Formulaire 1 VILLAGE DE CASSELMAN

Formulaire 1 VILLAGE DE CASSELMAN Formulaire 1 Politique F2 (10/05/2005) VILLAGE DE CASSELMAN PROCÉDURES D ACHAT Ce document contient les procédures d achat pour la Corporation du village de Casselman et doit faire partie intégrante, sous

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

Commune de MIOS. Marché n 11/2013. RENOVATION D UN BATIMENT COMMUNAL En salle polyvalente REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Commune de MIOS. Marché n 11/2013. RENOVATION D UN BATIMENT COMMUNAL En salle polyvalente REGLEMENT DE LA CONSULTATION Commune de MIOS Marché n 11/2013 RENOVATION D UN BATIMENT COMMUNAL En salle polyvalente REGLEMENT DE LA CONSULTATION La procédure de consultation utilisée est la suivante : Procédure adaptée en application

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES Préambule Le cadre de références pour la rédaction de plan d'affaires est un document de travail qui a pour but de vous guider dans la rédaction

Plus en détail

Procès-verbal du conseil de la MUNICIPALITÉ DE MILLE-ISLES

Procès-verbal du conseil de la MUNICIPALITÉ DE MILLE-ISLES PROVINCE DE QUÉBEC MRC D ARGENTEUIL Procès-verbal de la séance extraordinaire du conseil municipal de Mille-Isles, tenue le 26 août 2015 à 19 h 02, à la place régulière des séances, sous la présidence

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société admissible... 3 Titre

Plus en détail

Guide du requérant et du mandataire

Guide du requérant et du mandataire Guide du requérant et du mandataire Service en ligne du programme de la taxe sur l essence et de la contribution du Québec volet Reddition de comptes 00- Novembre 0 Direction générale des infrastructures

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail