VACHER EXÉCUTÉ. OFFERT n 8. Ce mois-ci TASSIN. Aux environs de Lyon. 31 décembre 1898 EDITO BESSENAY. Première année JUIN 2015.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VACHER EXÉCUTÉ. OFFERT n 8. Ce mois-ci TASSIN. Aux environs de Lyon. 31 décembre 1898 EDITO BESSENAY. Première année JUIN 2015."

Transcription

1 Lyon et le lyonnais ont une grande histoire. La voici... Première année JUIN 2015 OFFERT n 8 VACHER EXÉCUTÉ Illustration de l exécution de Joseph Vacher : Journal Autrefois Colin Tissot 31 décembre 1898 Bourg-en-Bresse Autrefois n 8 EXÉCUTION DE VACHER Vacher, le sinistre tueur de bergers dont les crimes ont jeté l épouvante dans un grand nombre de départements et dont l arrestation, les aveux et le procès ont défrayé pendant si longtemps la chronique, a été exécuté ce matin, à sept heures, sans aucun incident. L ASPECT DE LA VILLE Lorsque nous arrivons à Bourg, la petite ville présente une animation extraordinaire. L annonce de l exécution de Vacher, publiée dès le matin par tous les journaux, a attiré en ville une foule de curieux, et, toute la journée, les trains n ont cessé de déverser des voyageurs que la perspective d assister aux derniers moments du terrible chemineau avait fait affluer de tous les points de la région. Les cafés et les hôtels regorgent de monde et les blouses des paysans bressans jettent une note pittoresque et bien significative dans les groupes que l on rencontre de toutes parts. Les conversations, il est inutile de le dire, roulent toutes sur l événement du jour, et tout le monde exprime sa satisfaction de voir enfin arriver, pour le misérable, le jour du châtiment. AVANT L EXÉCUTION C est au Champ-de-Mars que doit avoir lieu l exécution. Le Champ-de-Mars est un assez vaste plateau quadrangulaire, situé en face de la caserne et bordé d arbres dont les branches serviront tout à l heure de refuge à une foule de gamins et de curieux. L aspect, à la nuit, est sinistre, et le décor convient bien à la scène qui va se dérouler dans quelques instants. C est là, d ailleurs, qu avait eu lieu la dernière exécution capitale faite à Bourg, il y a une trentaine d années, celle de Blanc-Gonnet qui avait assassiné sa bienfaitrice pour la voler. Deibler et ses aides sont arrivés hier matin avec les bois de justice. Ils sont descendus à l Hôtel de Genève, et, selon son habitude, le bourreau s est enfermé chez lui et n a plus bougé de la journée. suite page 20 Aux environs de Lyon Ce mois-ci TASSIN Note de la rédaction : BESSENAY L almanach voir page 10 La retranscription de ce texte est originale. Elle est écrite en Français classique utilisé entre la renaissance et le XVIII e siècle. Ce Français classique donnera naissance au Français moderne parlé depuis le XIX e siècle jusqu à nos jours. L édition de l almanach de Lyon, de 1760, offre la description des villes, bourgs, villages, seigneuries, fiefs, rivières et montagnes des provinces du lyonnais, du forez et du beaujolais. Voici ce que l on peut trouver pour la commune de Bessenay. La graphie de ce texte est fidèle à l original. GOUVERNEMENT DE LYON Ce qui forme le gouvernement de Lyon, l un des douze grands Gouvernemens (1) de France, étoit (2) autrefois habité par les Ségufiens (3), peuples célèbres dans les Gaules, auxquels les Romains laifferent leur liberté, même après les avoir vaincus ; Segufiani Liberi (4). Cette contrée qui fe diftinguoit alors par fon amour pour une prérogative toujours chère à l humanité, mérite peut-être aujourd hui encore plus d éloges par fon attachement à fes maîtres. À la tenue des Etats du Royaume en 1614 (5), le Gouvernement de Lyon comprenoit l Auvergne, le Bourbonnois & une partie du Nivernois....suite page 6 EDITO par Olivier Gros-Chevallier Chers lecteurs, L exécution de Joseph Vacher le 31 décembre 1898 marque la fin de l épopée extrêmement sanglante d un homme âgé de 29 ans, responsable de ses actes, conscient du mal qu il pouvait engendrer sur son prochain et qui a essayé de fuir ses responsabilités en tentant, avec l aide de son avocat, de feindre la folie. Et si tout cela n était pas la stricte vérité, et si tout cela n était qu un procès où le condamné est déjà condamné, et si tout cela n était qu une vaste mascarade judiciaire et policière qui craque sous la pression populaire qui n attend qu une chose : se débarrasser au plus vite de ce démon qui nous ressemble tant car tellement humain. Comme toujours les questions méritent d être posées en profondeur, seule la hâte et le refus de l introspection commune font prendre de mauvaises routes. Vous retrouverez, à ce titre, un excellent mémoire, qui nous a été confié par le Docteur Jean-Pierre Luauté, membre de la Société Française d Histoire de la Médecine, au cœur de notre dossier. Pour avoir été, au cours de ces six derniers mois, au coeur de ce morceau de vie datant d un peu plus d un siècle, je me permets d avancer les quelques réflexions suivantes : Joseph Vacher a commis des atrocités insoutenables, c est un fait ; le juge d instruction Émile Fourquet, âgé de 36 ans lors de cette affaire, a fait montre d un sang froid et d un professionnalisme remarquables, il a tenté de véritablement comprendre l homme, Joseph Vacher, au delà des forfaits immondes commis par ce dernier ; de nombreux experts et spécialistes ont rendu leur avis lors d un procès retentissant ; malgré cela, il faut avouer que la question de la folie demeure, en tout cas pour moi. Mais alors, quand sommes-nous fous? Est-ce que Vacher aurait pu connaître la rédemption au sein de l humanité, tout en restant incarcéré ad vitam æternam? Si oui, il n était pas fou donc responsable ; si non, il aurait été enfermé à vie dans un asile de haute sécurité. Nous n en aurons jamais le cœur net, la machine infernale de Louis Deibler a séparé la tête du corps à 7 h 02. Bonne lecture 1

2 DU 1 er AU 30 JUIN -20% SUR TOUT LE MAGASIN DE NOMBREUX LOTS À GAGNER PAR TIRAGE AU SORT DU 1 er JUIN AU 6 JUILLET 1 NUIT EN RELAIS CHÂTEAU POUR 2 PERSONNES avec repas et petit déjeuner d une valeur de 389 euros environ DES SOLAIRES DE MARQUE Ray Ban, Lacoste, Polo Ralph Lauren, Ice Watch et de nombreux autres lots Jeu gratuit sans obligation d achat. Voir règlement complet et conditions en magasin Photos non contractuelles. CRAPONNE Lunettes de vue, solaires, lentilles 124, place Andrée Marie Perrin

3 Pour nous contacter Tel Pour vous abonner Voir page, C est un journal mensuel est une collection historique éditée par Les Éditions Thiat[e] Chambost-Longessaigne Tél S.A.R.L. au capital de 6500 RCS Lyon Impression : Rotimpres Réalisation maquettes publicitaires : Annick Vermot Distribution : Adrexo Dépôt légal à parution ISSN Crédits photos : Fotolia.com - Olivier Gros-Chevallier - Gilles Champion...C est une page Facebook journal Autrefois...C est un site Internet journalautrefois.fr Olivier Gros-Chevallier Directeur de la publication, Gérant Ont participé à ce numéro : Marie-France David-Chevallier, Alexandre Guingois, Colin Tissot La reproduction, même partielle, des articles, illustrations, photos et publicités parus dans le journal Autrefois est interdite, sauf autorisation écrite préalable de la direction. Sauf erreur typographique, les publicités sont passées sous la responsabilité des annonceurs. Source des chroniques : Lyon Républicain, Le Progrès, le Salut Public, L Indépendant, Le Précurseur, Journal de Lyon et du midi - Bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu...C est un blog journalautrefois.blogspot.fr

4 Le journal et Expo motos rétro avec l aimable participation du moto club Follis les seules motos ayant été fabriquées à C 09 au 1 Nataly F leurs artisan fleuriste

5 Grézieu organisent raponne 3 juin Exposition à découvrir dans la galerie marchande E.Leclerc Grézieu-la-Varenne

6 Chronique des campagnes...suite de la page 1 Il comprend aujourd hui feulement le Lyonnois, le Forez et le Beaujolois. Son étendue eft de vingt-cinq lieues (6) du midi au nord, & de feize lieues de l orient à l occident. Il eft confiné au nord par le Bourbonnois & la Bourgogne, à l occident par l Auvergne, au midi par le Vivarais & le Velay, & à l orient par le Dauphiné, la Breffe et la Dombes. Le Rhône fépare le Lyonnois du Dauphiné ; & de l autre côté de ce fleuve, la feule Paroiffe de la Guillotière eft du Gouvernement de Lyon. PROVINCE DE LYONNOIS Le Lyonnois eft la première Province du Gouvernement. Il eft borné au nord par le Beaujolois ; à l occident & au midi, par le Forez ; & à l orient par le Dauphiné, la Breffe, le Franc- Lyonnois & la Dombes. Son étendue du midi au nord, c eft-à-dire, depuis St. Chaumond (7) jufqu à la ville d Oingt, eft de plus de dix lieues ; et de l orient à l occident, depuis Lyon jufqu à la Bourdelière (8) fur le chemin de Feurs, d environ fix lieues. Ses principales Villes font Lyon, St. Chaumond, Anfe, Condrieu, Charlieu, S. Symphorienle-Château (9) & Tarare. Le climat y eft tempéré & la terre affez fertile. BESSENAY Bourg & paroiffe dans le Lyonnois, diocèfe de Lyon, archiprêtré (10) de Courzieu, élection (11) de Lyon. Ce bourg eft fitué dans les confins de l ancienne baronnie de Savigny, à 4 lieues (12) de Lyon ; il y a une place publique affez jolie ; on y tient 4 foires, le mercredi après Pâques, le 12 mai, le 17 août, & le 22 décembre. Les poids & les mefures font les mêmes qu à Lyon ; il y a quelques tifferands ; la paroiffe eft arrofée par la Brévenne ; on y compte 700 communians (13), et on y cueille du vin et du bled (14). L Églife eft sous le vocable de faint-irénée. Le prieur (15) de Courzieu nomme à la cure, & partage la dîme (16) avec plufieurs autres feigneurs. Curé, 1759, M. Garel. Il y a à 300 pas du bourg une chapelle rurale, fous le vocable de faint-irénée. La plus grande partie de cette paroiffe dépend de la justice du Mas (17), dans la paroiffe, et le refte dépend de la juftice de Chamouffet & de celles du chamarier (18) de Savigny, du prieur de Courzieu & du doyen de Lafnay; il y a un fief nommé le Jabert (19). POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Gouvernement et gouvernemens, le pluriel d un certain nombre de mots avec une terminaison en ent se voit ôter la lettre t, d où cette orthographe. (2) Il faut lire était en français moderne. (3) Tous les s du texte prennent la forme du f, il faut donc lire les Ségusiens, peuple celte de notre région. La capitale des Ségusiens était Feurs. (4) Segufiani Liberi : le peuple libre (5) 27 octobre 1614 : ouverture des États-Généraux de Paris, qui marquent l échec définitif de la représentation nationale auprès de la monarchie. Aux États-Généraux, le président du bailliage d Auvergne, Jean Savaron, mandaté par le Tiers État, décrit en présence du jeune roi la misère des ruraux de sa région. (6) Lieue : La lieue (de Paris) ou nouvelle lieue, était l unité de mesure entre 1674 et Elle correspond à 3,898 kilomètres soit dans le texte : 97,45 kilomètres. (7) Saint-Chaumond, Saint-Chamond actuellement, dans la Loire. La ville de Saint-Chamond doit son nom à un évêque de Lyon (Saint Ennemond) et à une évolution de son nom mais pas de Saint-Chaumond, il doit donc s agir d une erreur typographique. (8) La Bourdelière, lieu-dit de Saint-Laurent-de-Chamousset. (9) Saint-Symphorien-le-Château, ancien nom de Saint-Symphorien-sur-Coise. (10) Archiprêtré : Partie d un diocèse gérée par un archiprêtre ; dans l Église catholique, archiprêtre est un titre honorifique attribué à un prêtre, en général le curé d une église importante, de l église principale d une ville ou d un ensemble de paroisses, ou encore d une cathédrale ou une basilique (11) Élection : En 1760, nous sommes sous l Ancien Régime, l élection (aussi appelée pays d élection) est une subdivision, en matière fiscale et financière, d une généralité, une généralité étant une circonscription administrative. Dans le cas de Chaponost, les décisions, quant à la répartition des impôts au niveau local, se prenaient avec l aide des élus, en relation avec le représentant du gouvernement royal ou avec l intendant de Lyon. Ces représentants du gouvernement royal étaient élus par les États généraux, d où le nom : élection. (12) Quatre lieues : Environ seize kilomètres. (13) Communians : Les communes françaises sont nées à la Révolution. Auparavant, on parlait de paroisses dans lesquelles habitaient des communiants. Communiant : subst. Celui qui communie. Il y a eu tant de communians à Pâques dans telle Paroisse, tant de communians à Noël. Il signifie aussi, Ceux qui sont capables de communier, en âge de pouvoir communier. Il y a tel nombre de communians dans cette Paroisse (source : Guichet du savoir / Dictionnaire de L Académie française, 4th Édition (1762)) (14) Bled : Ensemble de céréales. (15) Le statut de prieur est une dignité administrative et hiérarchique au sein d une communauté religieuse chrétienne. Le prieur remplace l abbé, en cas d absence; il n est pas comme l abbé, nommé à vie, et peut même redevenir simple moine. (Wikipédia) (16) La dîme ou dime (du latin decima, dixième) est une contribution (10%), habituellement en soutien d une œuvre chrétienne. (17) En date du 6 mai 889, le cartuaire de Savigny mentionne le village de Bessenay et pendant longtemps le village dépendra de cette Abbaye. A cette même époque, Bessenay fut aussi le chef lieu d une justice seigneuriale dont le seigneur résidait au château du Mas.(Source : Mairie de Bessenay) (18) Chamarier : Dignité ecclésiastique à Lyon. (19) Le Jabert : Actuellement un lieu-dit, à l extrême sud de Bessenay, à côté de la Giraudière. (20) Définition des titres honorifiques : Abbé Commendataire : Séculier dont le bénéfice a été donné par le roi pour une abbaye régulière avec permission de disposer des fonds. Juge : Le juge seigneurial est d abord le représentant officiel du seigneur et préside, à ce titre, toutes les réunions d habitants. Comme officier judiciaire, il est juge unique, chargé, par conséquent, de juger mais aussi d instruire les affaires : il rend des sentences et des ordonnances, préside aux enquêtes civiles et criminelles, aux conseils de famille et édicte même des règlements de police ; Procureur fiscal : Dans une seigneurie, le propriétaire noble confie son administration à un intendant qui est en charge des recettes, des dépenses et de la comptabilité. Ce rôle est souvent dévolu au procureur fiscal, l équivalent du percepteur de nos jours ; Greffier : Il est à la fois le secrétaire et l archiviste de la justice seigneuriale. Il rédige les jugements, il les expédie aux parties, il dresse le procès-verbal des interrogatoires, il procède aux inventaires et aux ventes des biens mobiliers, à la poursuite des successions vacantes. Lieutenant : Il est le responsable du maintien de l ordre dans une ville. Source : Description du Gouvernement de Lyon (Extraite de l Almanach de Lyon de 1760) [Attribuée à Lemoine, archiviste du Chapître de Lyon, par M. Péricaud ainé]. Bibliothèque municipale de Lyon - Cote Craponne XXe siècle Follis, une famille de passionnés La marque Follis, du nom de son créateur, prend naissance de l autre côté des Alpes dans le village d Alpignano près de Turin, en Italie. En effet, Joseph Follis, ouvrier chez FIAT dans le secteur du vélo, fonde sa propre affaire en 1903, en fabriquant des cadres et des bicyclettes sous la marque J. Follis. Durant les années 20, les Italiens traversent en grand nombre la frontière pour venir travailler dans les départements français proches de l Italie. Joseph s installe donc à Lyon dans le 3e arrondissement; il travaille chez un fabricant de cycles et conçoit, en parallèle, des cadres de vélos de course de très bonne qualité qu il brase au fond de son jardin. Son fils, François, bien que très jeune, travaille avec lui et porte beaucoup d intérêt aux cycles. Les établissements Follis s installent alors 44 rue du Dauphiné puis du 10 au 16 rue Danton à Lyon, dans leurs propres murs. Pendant la 2e Guerre Mondiale, François Follis prend la direction de la Société et l oriente vers une industrialisation de plus en plus importante qui la conduira assez rapidement à devenir la plus grosse production Lyonnaise de cycles. La gamme couvre alors tous les besoins, de la bicyclette très bon marché à la machine de très haute qualité et au Tandem. En 1947, Joseph décède d un accident de moto au guidon de sa machine personnelle de la marque Dollard. Tout de suite après la seconde guerre, il n y Joseph Follis - Mont Verdun Coll. Privée Follis a qu un pas entre le vélo et le vélomoteur et la marque va se laisser séduire par l aventure motocycliste. Il y a, à cette époque, une très forte demande de deux roues pour les jeunes. Les bâtiments de la rue Danton sont trop petits. En 1950, François Follis achète un terrain à Craponne pour y construire l usine destinée à sa nouvelle ambition : devenir un véritable constructeur de motocyclettes de façon industrielle. Cette nouvelle unité sera uniquement réservée à la construction de cyclomoteurs et de motocyclettes, les vélos resteront rue Danton. Au plus fort des années 50 et à l âge de 33 ans, François est à la tête de l usine de Craponne qui emploie jusqu à 250 ouvriers et culmine avec une production de 100 motorisés par jour. Marcel Follis, frère de François, crée sa propre affaire dans ces années-là, en prenant la suite des Cycles FIOL, dont la fabrication de porte-bagages est la grande spécialité. Il s installe à Oullins. Les frères Follis, François et Marcel, fils de Joseph, ont donc réussi leur reconversion. Le fils aîné de François, qui porte le même prénom que son grand-père, est dessinateur à l usine, c est un visionnaire. C est lui qui crée les modèles des motos Gnome & Rhône construites chez Follis, par exemple les R4D, R4F et R4S. Elles sortent aussi sous la marque Follis, toujours équipées d un moteur Gnome mais avec une dénomination différente. Il dessine et réalise pour son petit frère Louis la première moto de sport de 49cc à moteur Sachs et équipée de pédales rendues obligatoires par la loi des cyclomoteurs de 49cc. Joseph ne supporte pas que son jeune frère circule en cyclomoteur. Cette machine très fine, légère, épurée est à l image de tout ce qui se construit chez Follis. Joseph Follis ne se contente pas de concevoir des machines, il construit aussi des prototypes, les essaye et participe même à des courses en parallèle avec des pilotes officiels Follis de l époque. Les grandes marques nationales de motos eurent de grandes craintes en voyant le mariage réussi de Follis avec Gnome & Rhône. Grâce à une usine moderne, équipée d une chaîne d émaillage (peinture) mais aussi de montage et d emballlage car une grosse production est destinée à l export, la gamme Follis, au milieu des années 50, est très complète, même si ce constructeur se limite à la fabrication des parties cycles et monte sur les cyclomoteurs des moteurs Lavalette, Marquet, VAP... et sur les motos, des moteurs Ydral, Gnome & Rhône, JLO, Sachs, NSU, Ultima, AMC et même Chaise. Pour épauler Joseph, l ingénieur Hongrois Meriath dessine certains cyclomoteurs; il est à l origine d une partie de la série des machines Follis, ainsi que du très beau prototype V35 dont le cadre est en aluminium coulé et le moteur un Ydral horizontal. Ces motos simples, légères et épurées sont à l image des cycles et de toutes les fabrications futures. À partir de 1951, c est l apogée de la société qui, avec pas moins de 250 employés, produit 600 vélos et 2000 motos de différentes cylindrées par mois, distribués par 200 agences et 3500 points de vente en France. Follis est le 4e constructeur Français derrière Peugeot, Motobécane et Terrot. Les vélos restent de fabrication urbaine tandis que l usine de Craponne, qui tourne à plein régime, est réservée à la gamme d engins motorisés qui s étend du vélomoteur à la moto. En 1955, lors du 53e Paris-Roubaix, la société Follis voit sa consécration dans le vélo avec la victoire de Jean Forestier dans la boue de l Enfer du Nord devant Coppi, Bobet et Gauthier. Par ailleurs, la victoire d une moto Follis 175 cm3 au grand rallye Lyon-Charbonnières de l époque, vient parachever le tableau de chasse. Mais avec la guerre d Algérie, la mécanique 6 Autrefois n 8

7 DESTOCKAGE AVANT TRAVAUX Tout le mois de juin SUR GÉRANIUMS IMPATIENS PÉTUNIAS. BÉGONIAS SURFINIAS VERVEINES Au temple des Lilas HORTICULTRICE PLANTS DE FLEURS ET DE LÉGUMES 181, Route du Pont du Chêne BRINDAS - Tél : Lundi - Samedi Dimanche

8 Chronique des campagnes se grippe et l activité des motocycles tout d abord, est définitivement interrompue en Comme pour la majorité des marques françaises, la branche moto chez Follis disparaît début 1960, suite à la guerre d Algérie qui provoque, en quelques semaines, l annulation des commandes par les jeunes appelés. C est aussi le cas de Joseph qui quitte l usine pour 36 mois de service militaire en Algérie. Il revient pour déménager l usine de Craponne. Celle-ci est alors vendue à Teppaz, une autre société qui a marqué cette époque. François se retranche dans son usine de la rue Danton où se fabriquent toujours les vélos, sa vraie passion. Par ailleurs, avec la démocratisation des voitures, les vélos ne trouvent plus autant de clients. il devenait ridicule de se promener à vélo, quand les premiers jeunes pouvaient désormais rouler en automobile Joseph reste à Craponne où il monte son premier atelier de mécanique; la tête toujours pleine d idées, il va mettre au point une fabrication de Karts en kit de 50 et 100 cm3 à moteur Lavalette et Ydral; il est précurseur en la matière. Son frère Louis se retranche avec son père François, à Lyon, pour lancer une société qui importera d Italie et diffusera des machines pour la transformation des métaux essentiellement destinés au Cycle. Joseph produira les outillages de ces machines. Jusqu en 1970, pour faire le dos rond, face à une conjoncture très difficile pour tous les fabricants de cycles, Follis va satisfaire à la demande du moment en réalisant des bicyclettes bas de gamme. C est la fin d une époque. Entre 1970 et 1972, avec un net regain d intérêt du marché américain pour François Follis - Moto Dollar - Coll. Privée Follis la petite reine, de nouvelles opportunités s ouvrent mais très vite la production du sud-est asiatique emporte le marché. En 1973, la fille de François, Myriam Follis et son mari, Jean-Claude Chollet, reprennent définitivement l entreprise de cycles qui fabrique de très beaux vélos de course et de randonnées, dans les aciers les plus nobles du marché mais aussi des tandems pour lesquels ils remporteront pendant plusieurs années consécutives le titre de champion du monde des constructeurs. Ils réalisent une modeste production de cycles et de tandems, fabriqués selon des critères de qualité et de fiabilité toujours très appréciés des passionnés amoureux de belles machines relativement classiques. De nombreux tandems sont exportés vers les états-unis d Amérique et, contrairement à François, Jean-Claude et Myriam ont pour objectif la satisfaction et le plaisir plutôt que la production de masse. De nos jours, la Maison Follis reste, dans le monde des randonneurs avertis, une référence en termes de sérieux et de qualité de la fabrication. Les cycles Follis fermeront leurs portes définitivement en 2007 après plus de cent ans au service du cycle. Joseph, au début des années 70, passionné de mécanique et de course automobile, lancera la fabrication d une monoplace de catégorie Formule Libre (F3) équipée d un moteur de 1300cc Gordini destinée à la course de côte, puis une Barquette équipée d un moteur V12 Ferrari tiré de la célèbre 250 GTE 2+2 de Elle sont très performantes en matière de châssis et de suspensions mais la mécanique Ferrari n est pas adaptée à la course de côte. Il n y aura donc que deux prototypes. Au début des années 80, François visionnaire construira les tout premiers V.T.T; l idée vient des USA, ils s appellent Mountain Bike. Joseph n y croit pas beaucoup et pourtant cette nouvelle variété de cycles va ouvrir un marché qui fera, à nouveau, exploser les ventes de vélos en France. François le visionnaire est détenteur de nombreux brevets d invention; il a toujours voulu faire de ses entreprises un véritable nid d affaires dans lequel chaque membre de sa famille pouvait trouver sa place. C est une véritable holding du cycle que François a créée. Une société achetait la matière première en Italie, une autre importait les machines outils pour transformer cette matière, une troisième fabriquait les outillages permettant de transformer la matière et enfin, en bout de chaîne, la société des cycles Follis fabriquait des cycles et des tandems destinés en partie au marché Américain en plein essor. François Follis, après avoir voué toute sa vie au service du cycle, s est éteint en février À la campagne Dimanche 25 février 1844 Fermeture de la chasse Un arrêté de M. le préfet du Rhône fixe au 10 mars prochain la clôture de la chasse. Givors Mercred i 21 mars 1888 Accident Hier soir, à 2 heures, un vieillard âgé de 84 ans, habitant Grigny, traversait le Gier sur une planche située derrière l atelier de Fives-Lille, lorsqu il perdit l équilibre et tomba dans la rivière. Le Gier qui roule furieusement ses eaux à cet endroit, entraînait le vieillard sans qu il puisse prendre pied, lorsqu un homme témoin de l accident put l amener à bord en saisissant une canne que le veillard avait gardée à la main. C est la quatrième fois que pareille chose arrive en cet endroit depuis une dizaine de jours. Givors Mercedi 11 janvier 1826 Assassinats en série Il paraît qu une bande de malfaiteurs désole nos environs. Dernièrement trois personnes ont été assassinées sur la route de Rive-de-Gier à Givors. Un habitant de Lyon a été attaqué sur cette même route par trois individus ; mais doué d une force peu commune, il s est échappé des mains de ces brigands malgré deux coups de couteau qu ils lui avaient donnés. Il s est traîné jusqu à l auberge de la Maison-Neuve. Un autre voyageur, parti de Lyon depuis quinze jours, n a pas donné de ses nouvelles, quoique son voyage ne dût pas être de long cours. Inquiétés par ce silence, ses parents ont envoyé inutilement plusieurs personnes sur ses traces. Il avait aussi suivi la route de Rivede-Gier. On attribue ces actes criminels à des malheureux désespérés par le manque d ouvrage. Brignais Dimanche 22 janvier 1826 Meurtre Un voyageur a été volé et assassiné avec une arme à feu sur la route de Lyon à St.-Etienne près de Brignais. Des charbonniers accourus au bruit de la détonation, se sont emparés des deux assassins qu ils ont livrés à la justice. Réclame 1888 Le véritable Rob Lechaux Beaucoup de gens se suicident, chaque jour, sans faire usage d arme à feu ni de poison : ils se laissent seulement mourir On a de temps en temps des troubles de la digestion, des tristesses indéfinissables, des bouffées de chaleur, des éblouissements, mais cela passe rapidement et on se figure être bien portant. Cependant, un jour, la maladie vous terrasse brusquement. Pourquoi? Parce que le sang était un peu vicié, âcre ou trop faible pour remplir son rôle dans l économie. Tout cela serait évité si l on savait faire usage en temps voulu du véritable Rob Lechaux, préparé par M. Lechaux, pharmacien à Bordeaux Cet excellent tonique, aussi agréable qu efficace, régularise les fonctions digestives, dissipe les ballonnements du ventre, donne à l homme la santé, la joie, la gaîté, parce qu il assainit et régénère le sang, dans lequel tous les organes puisent les éléments nécessaires à leur bon fonctionnement. Tout cela est expliqué dans une petite étude fort intéressante (44e édition), sur la régénération du sang, que M. Lechaux envoie gracieusement à ceux qui la demandent. Il expédie aussi franco 3 flacons pour 12 francs et 6 flacons contre 21 francs, mandat. Monts du lyonnais Mercredi 8 mars 1826 Mines Les montagnes de notre département renferment une grande quantité de minéraux qui auraient dû depuis longtemps, attirer l attention des savants et des minéralogistes, outre les mines de Chessy et de Saint-Bel, si belles et si productives, tous les jours, on en signale de nouvelles, qui ne peuvent qu accroître les richesses de notre département, et le rendre plus remarquable. Déjà nous avons fait connaître la découverte faite près des aqueducs de Chaponost d une mine de plomb sulfuré dont l existence était indiquée par un large filon de baryte sulfaté. Aujourd hui nous devons en signaler une nouvelle, de plomb sulfuré argentifère, dont M. Maurice-Ange de Marnas, avocat à Lyon, a demandé la concession à M. le préfet. Elle est située sur les communes de Propières, Poule, Chenelette et Claveisole. Grâces soient rendues aux propriétaires qui consentent à faire quelques sacrifices, pour arracher aux entrailles de la terre les trésors qu elle recèle! Leurs heureuses spéculations, en faisant leur bien particulier font aussi le bien général. Givors Lundi 12 mars 1888 Crue Pendant cette nuit, le Rhône a crû subitement de plus de 1m50 ; Il continue aujourd hui son mouvement ascensionnel, bien que plus lentement. Un voiturier qui, hier soir, avait laissé deux de ses tombereaux chargés de cailloux sur le bord du Rhône; ce matin, ceux-ci étaient couverts d eau jusqu aux trois quarts de leur hauteur, et ils sont maintenant entièrement submergés. Rive-de-Gier Mercredi 8 mars 1826 Incendie dans une mine Une mine de bouille à Rive-de-Gier vient de s enflammer. Sept ou huit ouvriers qui y travaillaient ont été victimes de cet accident. Les propriétaires de nos mines attendrontils de nouveaux malheurs pour adopter les lampes à la Davy (1), au moyen desquelles le gaz consumé à mesure qu il se dégage ne peut plus causer de détonations dangereuses? POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Lame Davy : La lampe Davy est une lampe à combustible dont la flamme est entourée d un grillage fin. Sans ce grillage, la flamme aurait pu enflammer les gaz de la mine, ou les poussières (coup de grisou ou coup de poussière). En effet, les flammes ne traversent pas les grillages fins. Le métal absorbe la chaleur de la flamme. Ainsi refroidie à proximité du grillage, la flamme ne peut pas le traverser.(wikipedia) Autrefois, tous les mois dans les boîtes aux lettres et en dépôt dans les établissements et commerces de bonne tenue de Lyon-ouest et du pays lyonnais 8 Autrefois n 8

9

10 Chronique des campagnes AUX ENVIRONS DE LYON 1892 TASSIN Tassin et Charbonnières sont limitrophes ; naguère, les deux ne formaient même qu une paroisse. Il n est, cependant, pas possible d imaginer des territoires ayant, de l un à l autre, moins de moyens directs de communication. Notez que la nature, en faisant couler une petite rivière de Charbonnières à Tassin, avait bénévolement indiqué le tracé d une route courte et plane, qui, au surplus, aurait beaucoup facilité la circulation des voitures entre Lyon et l établissement des eaux. Mais les intéressés se ce mouvement, on croirait toujours que le monde sortent(sic) de la messe. Tous ces arrivants ne restent pas à Tassin : le petit bourg ne suffirait pas à les recevoir. Au bout de dix minutes, ils se sont éparpillés, se dirigeant, qui vers Saint-Genis-les-Ollières, le Tabagnon ou le Chapoly, qui vers le Méridien et la partie haute de Charbonnières. D ailleurs, Tassin lui même n est plus dans Tassin. Depuis qu un décret lui annexa la Demi-Lune, l ancienne commune est dans la situation où se trouverait la Belgique, si on lui annexait la France. Le sol, fait d une roche granitique, que les glaciers, aux âges préhistoriques, ont recouvert d une boue mêlée de cailloux, était resté, presque en entier, à l état de bois et de broussailles. Ce sont les grands travaux de voirie du siècle dernier, l ouverture des nouvelles routes de Paris par le Bourbonnais et de Bordeaux (1), qui ont déterminé le défrichement de ces terrains. La plaine s est peu à peu couverte d habitations. Au point de jonction de ces deux voies, l agglomération de la Demi-Lune, dont trois communes, Lyon, Écully et Tassin, se partagent les maisons, est en passe de devenir une petite ville. Mais pourquoi Demi-Lune, puisque la place est circulaire? Voilà de quoi nous rendre indulgents pour les étymologistes que nous accusons parfois de forcer le sens des mots. de Craponne ; la route et le pont construits sous Louis XVI : enfin la route rectifiée et le pont actuel, d où l on a une fort belle échappée sur le vallon de Francheville que traverse le viaduc du chemin de fer. Cet endroit a été longtemps un des passages redoutés des voyageurs. Il fallut même y établir un poste permanent de gendarmes, et la maison qui s élève au bord de la vieille route, sur la gauche du ruisseau, est encore appelée la Gendarmerie. J ai risqué plus haut, pour Alaï, une étymologie qui ne sera pas admise par tout le monde. Mon savant confrère, Nizier du Puitspelu (2), indique le nom de l alisier, qui, en patois, se dirait alaï : ce serait donc le pont des alisiers. Tassin est une des rares communes, situées dans le rayon nord-ouest de Lyon, qui n aient pris leur nom ni d un saint, ni d un personnage latin. Les romanistes à outrance ont voulu, il est vrai, le dériver de stationarii, soldats formants, d après Menestrier, la garde permanente du commandant romain, et rattacher l origine du village au camp de Marc-Antoine. Mais une récente étude de M. Philippon montre la parenté évidente qu à Tassin avec les nombreux Tesson, Teyssonnière, Tassenière, Tassigny. Il faut chercher l étymologie commune de ces noms de lieux dans Taxoneriæ, tannières à blaireaux, à taissons. Les deux mots taisson et taissonnière ont, du reste, obtenu droit de cité dans le dictionnaire de Littré. Tassin faisait partie du comté de Lyon et, à ce titre, était la résidence d un chanoine mansionnaire. Une ferme, située sur l ancien chemin qui descend du village, pour se diriger vers Saint-Genis, porte encore, sur le cadastre, le nom de la Mansion. Tassin était le siège de la paroisse dont Charbonnières formait une parcelle. Il ne reste, de l ancienne église, que la tour carrée, couverte d un toit à quatre pentes, selon le type usité dans le Lyonnais. La nouvelle église, romane, sans aucun compromis avec le prétendu gothique à la mode, dresse sa flèche de pierre, qu on prendrait - n était la couleur des matériaux - pour une œuvre des temps passés, tant le style en est sobre et pur. Clair Tisseur fecit (3). C est au delà du bourg qu il faut chercher le Tassin de la villégiature et de la promenade, dans les ravins boisés, le long des ruisseaux pleins de rocs moussus. Les bords du Ratier, qui descend de Saint-Genis, sont particulièrement fréquentés, en semaine, par les peintres ; le dimanche, par les dîneurs, dont on retrouve les garde-manger sous forme de journaux froissés. À la première heure, vous y verrez même des baigneurs et des pêcheurs à la ligne. Si l eau trouble est réellement favorable à la pêche, la présence de ces derniers s explique ; mais celle des baigneurs? Enfin, je ne discuterai pas sur le plaisir des uns ni des autres. J ai moi-même - il y a bel âge de cela! - voulu tâter de la pêche à la ligne, mais ma vocation n eut pas durée. J avais d abord essayé des épingles recourbées, sans obtenir rien de bon ; le poisson se dérobait d un bon bien compris. Enfin, je me procurai des hameçons. Du premier coup, je sens que ça mord. Je tire vivement et envoie ma proie sur le gravier. Horreur! mon poisson se met à courir, entraînant la ligne que j ai lâchée avec effroi. J avais pêché une salamandre! Cet exploit de mon enfance avait lieu dans la rivière de Charbonnières, qui, grossie de maints ruisseaux, vient justement s adjoindre, en dernier, le Ratier, en bas de Tassin, pour aller se perdre dans l Yzeron, vers Francheville. Tout ce canton, fleurant bon la prairie, les bruyères et les bois, est hérissé de maisons, grandes ou petites, embusquées dans les arbres. C est Tibur, à trente minutes de Lyon. (Source : Aux environs de Lyon - Monsieur Josse - Librairie Dizain et Richard Cote 6900 ZO BLE - Bibliothèque de Lyon Part-Dieu) POUR ALLER PLUS LOIN : (1) La Demi-Lune : au croisement des routes nationales de Paris par le Bourbonnais (Ex Nationale 7) et la route de Bordeaux par Clermont-Ferrand (Ex Nationale 89). (2) Nizier du Puitspelu : Clair Tisseur (27 janvier septembre 1896), plus connu sous le pseudonyme de Nizier du Puitspelu, est un écrivain et architecte français natif de Sainte-Foy-lès-Lyon, dans le département du Rhône, en France. (3) Fecit : Troisième personne du singulier du parfait de facio qui veut dire faire, donc Clair Tisseur (2) a fait (en tant qu architecte). Ancienne église de Tassin sont obstinés à fermer les yeux, et le chemin de fer seul a eu l idée d utiliser cette indication. Placé en dehors des grandes routes, isolé de Charbonnières, Tassin était connu de quelques chercheurs, lorsque le chemin de fer y plaça une station. Je vous promets qu il se dédommage bien de l abandon séculaire où il était laissé! La gare est une des plus fréquentées du tronçon ; les trains sont nombreux et, le dimanche surtout, une foison de voyageurs, à chaque arrivée, remplit les chemins. À Tassin, entendais-je dire à un paysan de Sainte-Consorce, ébahi de Il se forme aussi un groupe appelé à prendre quelque importance, dit l Étoile d Alaï, aux abords du pont - ou plutôt des ponts du même nom-. Car nos ingénieurs, désireux d atténuer la double pente que subit la route de Bordeaux, dans la traversée du vallon d Alaï, ont établi, en amont de l ancien pont, un viaduc supprimant la moitié de la côte. L endroit a ceci de particulier, de présenter, intacts et juxtaposés les uns aux autres, trois tracés de route, correspondant à diverses époques : le vieux chemin de fer, par lequel on franchit l eau à gué - Alaï, à l aye, vers l eau - qui n est autre que l ancienne voie d Aquitaine et qui passe auprès du Tourillon Les ponts d Alaï Aux environs de Lyon - Cote 6900 ZO BLE 10 Autrefois n 8

11 Camille* - 20 ans - Craponne Tous les mois, je lis Autrefois * Cette photo n est pas un montage. Les personnes et les textes représentent des situations réelles. Passionnant tout simplement

12 Les communes voisines de Lyon Collonges Dimanche 18 mars 1888 Accident au tunnel de Collonges Le nommé Brazzy, ouvrier maçon travaillant au tunnel du chemin de fer de St-Clair à Collonges, a eu la jambe fracturée par un convoi de déblai. Après un pansement fait par le médecin de la Compagnie, le blessé a été transporté à l hôpital de la Croix-Rousse. La Mulatière Jeudi 22 mars 1888 Bateau en Détresse Le bateau Méditerranée, de la Compagnie Génerale de Navigation, descendait la Saône hier, allant prendre un chargement à Beaucaire. Arrivé sous le pont de la Mulatière, une conduite à vapeur éclata, produisant un bruit épouvantable, qui mit le quartier en émoi. La machine ne pouvant plus fonctionner, le bateau s en alla à la dérive et vint heurter l avant contre la digue du barrage de la Mulatière. La coque fut trouée; les grosses barres de fer, ainsi que les palettes formant la roue gauche, furent littéralement broyées. Aussitôt les secours arrivèrent, et on put jeter l ancre devant le quai de la Mulatière. Vaise Vendredi 23 mars 1888 Incendie Un violent incendie s est déclaré, hier soir, vers 11 heures, dans la maison portant le n 34 de la rue de Paris, tout près de la gare de Vaise. Mme Ve Cosonna, propriétaire d une épicerie-restaurant, au rez-de-chaussée, était au lit lorsque soudain elle entendit sa bonne qui l appelait. Une épaisse fumée remplissait la chambre et dans le magasin on entendait les crépitements de l incendie Affolée, Mme Cosonna se vêtit à la hâte et courut dans l allée, frappant contre la porte du magasin voisin occupé par M. Gauthier, serrurier. M. Gauthier se leva et essaya à son tour de pénétrer dans l épicerie. A ce moment, une épaisse colonne de flammes et de fumée sortait de la devanture. M. Gauthier cria : Au feu! au feu! et alla en toute hâte prévenir les pompiers de la 5e compagnie. La pompe de la gare et celles de Vaise et de Serin furent rapidement mises en batterie sous les ordres du capitaine Ponchon, et l incendie fut vigoureusement attaqué. Déjà le feu avait gagné le plancher du premier étage, où se trouvent les appartements de MM. Vidal, chef monteur au chemin de fer, et Leblanc, mécanicien. On put heureusement circonscrire le feu à cet endroit, et lorsque la pompe à vapeur, sous les ordres du capitaine adjudant major Viretton arriva, vers 11 heures ½, on pouvait considérer le danger comme écarté. La pompe à vapeur n eut donc pas à fonctionner et repartit. Elle était à peine sur le quai qu un nouveau cri d alarme se fit entendre. Un épais rideau de flammes venait d illuminer tout le troisième étage, occupé par MM. Lanier, mécanicien au P.-L.-M., et Forest, chef de train; on dut mettre de nouveau une pompe en batterie pour éteindre ce second incendie. A une heure ½, les pompes se retiraient. Les dégâts, couverts par des assurances, notamment la Compagnie du Phénix, sont évalués à 16,000 francs (1) environ. Les causes de l incendie paraissent accidentelles. L immeuble appartient à Mme Peronnin. Mme Veuve Cosonna devait vendre son fonds aujourd hui même. La pauvre femme est désespérée de ce douloureux contre-temps. POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Si l on tient compte des différentes variations de l inflation et des monnaies entre 1888 et 2014, la somme de francs correspond de nos jours à euros. Vénissieux Samedi 24 mars 1888 Arrivée du tramway Les habitants de la commune de Vénissieux apprendront avec un sensible plaisir que la ligne de tramways (à vapeur), de Lyon à Vénissieux (bourg) va enfin être construite. M. le maire de notre commune, qui vient de nous donner cette bonne et fraîche nouvelle, nous a dit que le dossier de cette grosse affaire était à Paris, que la Compagnie avait bien voulu accepter les modifications qui ont été apportées à son cahier des charges par les soins du ministère des travaux publics, et que M. le Préfet du Rhône lui avait assuré son concours pour obtenir, dans quelques jours, le décret d utilité publique. Vénissieux (bourg), tête de ligne de tramways!!! les eaux, le gaz; il ne manquera plus rien, et tout fait espérer, pour notre commune, une ère de prospérité. Sénozan (Saône et Loire) Mercredi 28 mars 1888 Un habitant de Vaise se tue Hier matin, à onze heures, un grave accident est arrivé à la gare de Sénozan. Le train de marchandises numéro 2,047 était en manoeuvre depuis quelques instants pour laisser des wagons à cette gare. En voulant atteler les deux parties du train qui devaient continuer sur Mâcon un conducteur chargé de ce travail s est introduit entre les tampons. Malheureusement, cet employé a sans doute mal calculé son affaire, car il a été pris entre deux tampons au moment de leur contact. Le malheureux est tombé comme foudroyé. C est le nommé Joseph Couillerot, habitant à Vaise, père de cinq enfants. Ce même employé avait été déjà, il y a quelques années, victime d un accident de chemin de fer, où il avait été grièvement blessé à la tête. Tassin-la-Demi-Lune Mercredi 28 mars 1888 M. le maire répond Nous avons reçu de quelques habitants d Ecully un petit questionnaire en deux points nous demandant pourquoi le sieur Machinau, propriétaire d un omnibus de voyageurs faisant le service entre le Pont-d Ecully et la Demi-Lune, qui avait l autorisation de prolonger son service jusqu aux Trois-Renards, n avait point reçu de réponse affirmative et s il était vrai que M. le maire de Tassin- La-Demi-Lune, interrogé à ce sujet par un membre de son conseil, aurait répondu qu il ne serait pas donné suite à cette demande. M. le maire de Tassin nous fait savoir qu il n a jamais eu à refuser aucune autorisation de ce genre, attendu que tout voiturier a le droit en payant les droits de régie de pousser jusqu aux Trois-Renards, si bon lui semble, et qu en second lieu n ayant jamais été saisi officiellement par aucun conseiller de la question, il n a pas eu à y répondre. Vendredi 30 mars 1888 M. le maire répond...la suite Nous recevons la lettre suivante : Dans l article que vous avez inséré le 28 courant, concernant le questionnaire qu un certain nombre d habitants des Trois-Renards ont adressé à M. le maire de Tassin-la-Demi- Lune, au sujet du prolongement jusqu aux Trois-Renards, du service de la voiture de M. Machineau, je vous dirai, M. le gérant, que c est par erreur que M. le maire de Tassin vous fait dire que ce sont les habitants d Ecully qui ont signé cette pétition. Je vous dirai à ce sujet qu il n y a point de votre faute, car les signataires, par discrétion, n ont pas jugé à propos de faire légaliser leurs signatures. Mais je vous confirme que sur cette pétition, il n y a qu une signature d Ecully, c est celle de M. Micoud, directeur de l Institution Fulton, et que tous les autres signataires sont propriétaires ou restaurateurs à Tassin-la-Demi-Lune. Lesdits signataires n ont pas pensé non plus qu il était nécessaire que M. le maire dût se trouver en plein conseil pour qu un conseiller de la commune pût lui parler officiellement. La Demi-Lune Samedi 31 mars 1888 Panique à l église Grand émoi, hier soir, parmi la gent cléricale prosternée suivant la coutume annuelle devant l autel du Jeudi Saint. Au moment où les nombreux et pieux fidèles se frappaient la poitrine en envoyant au ciel leurs meâ culpa, le Saint-Esprit jugea à propos de descendre parmi les croyants et il descendit avec une telle rapidité qu il renversa quelques bougies brûlant en son honneur. En un clin d oeil, le feu se communiqua aux fleurs artificielles et autres ornements entassés sur le saint autel, détruisant sans vergogne l oeuvre des dévotes. De là une panique générale qui donna lieu à un sauve-qui-peut précipité. Aucun accident sérieux, fort heureusement, n a eu lieu et, grâce au sang-froid et à la présence d esprit de quelques citoyens, le feu a été promptement éteint; quelques instants après, il ne restait de tout cela que beaucoup de bruit et pas de fumée. La Demi-Lune Samedi 19 mai 1888 Vol Avant-hier matin, à 9 heures, se présentait à l hôtel Badole, aux Trois-Renards (Demi- Lune), un individu mais avec une certaine élégance et se disant voyageur de commerce. Après s être fait servir à déjeuner, il allait faire une course à Saint-Genis et revint le soir; il dîna puis monta se coucher. Le matin, Mme Badole entendit du bruit dans la chambre; elle monta en toute hâte et surpris cet individu en train de dévaliser la malle d un nommé Jean Pelosson, manoeuvre. Elle fit immédiatement prévenir la gendarmerie. Pendant ce temps, notre individu prit la fuite et fut rattrapé sur la route d Ecully par MM. Benoît et Antoine Mélinand, marchands bouchers, aux Trois-Renards. C est un nommé N, qui, paraîtil, n en est pas à son coup d essai. N a dérobé dans la malle de Pelosson un portemonnaie contenant 3 fr. 35. Il a été écroué. POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Si l on tient compte des différentes variations de l inflation et des monnaies entre 1888 et 2014, la somme de 3,35 francs correspond de nos jours à 9,15 euros. La Demi-Lune Mardi 22 mai 1888 Acte de Courage Jeudi dernier, vers une heure de l aprèsmidi, un break portant plusieurs dames et attelé d un cheval de boucher descendait à toute vitesse la route nationale de la Demi- Lune, lorsque, vers le pont du chemin de fer, le cheval pris le mors aux dents. Le conducteur, en voulant retenir l animal, fut jeté à terre et se trouva pris dans les guides. Un accident effroyable était sur le point de se produire, lorsqu un courageux citoyen qui passait là par hasard, M. Bardel fils, de la Demi-Lune, se jeta bravement à la tête du cheval emporté et, non sans avoir risqué sa vie lui-même, parvint à le maîtriser. Ce même citoyen, qui n en est pas à son premier sauvetage, a tué samedi dernier, sur la route de la Demi-Lune à Saint-Just, un chien enragé qui venait de mordre une quarantaine d animaux de son espèce. Tous nos éloges à ce courageux citoyen, qui certainement ne sera pas oublié. 12 Autrefois n 8

13 i vous Et si vous preniez Et si preniez vous preniez URE OUVERTURE OUVERTURE LE LE OUVERT DE 8H30 À 20H00 Vos co Vos co Et si vous preniez 1 F 1 Retrouvez tous vos rayons habituels. Choisissez vos produits en quelques clics. Produits frais, fruits et légumes, us vos rayons habituels. F Choisissez boucherie, vos produits volaille, surgelés, en quelques épicerie,droguerie, clics. Produits frais, hygiène, fruits animalerie et légumes, Disposez de milliers d articles! laille, surgelés, épicerie,droguerie, Retrouvez 2 tous hygiène, vos rayons animalerie habituels. Disposez Choisissez de vos milliers produits d articles en quelques! clics. Produits frais, fruits et légumes, boucherie, volaille, surgelés, épicerie,droguerie, hygiène, animalerie Disposez de milliers d articles! 2 2 heures* après votre commande ou le jour et l heure Vos de co votre choix, aux emplacements retrait. rès votre commande ou le jour * Conditions et l heure différentes de votre selon choix, le E.LeclercDrive. aux emplacements retrait. F 1 rentes selon le E.LeclercDrive. 3 Retrouvez tous vos rayons habituels. Choisissez vos produits en quelques clics. Produits frais, fruits légumes, 2 heures* après votre commande ou le jour et l heure de votre boucherie, choix, volaille, surgelés, épicerie,droguerie, aux emplacements hygiène, animalerie Disposez de milliers d articles retrait.! En arrivant de Chaponost / Francheville * Conditions différentes selon le E.LeclercDrive heures* après votre commande ou le jour et l heure de votre choix, aux emplacements retrait. * Conditions différentes selon le E.LeclercDrive. 3 OUVERTURE LE Suivez nous sur les réseaux sociaux Téléchargez gratuitement nos applications smartphones et tablettes En arrivant de Brignais RUE DU GENERAL DE GAULLE E.Leclerc DRIVE NIEPPE ZI les trois tilleuls Nieppe SPA D486 - ROUTE DE LYON Cinémas Bowling En arrivant de Oullins/ St-Genis-Laval s sur sociaux z gratuitement nos s smartphones et tablettes Suivez nous sur les réseaux sociaux Téléchargez gratuitement nos Suivez nous applications sur smartphones et tablettes les réseaux sociaux Téléchargez gratuitement nos applications smartphones et tablettes LECLERC DRIVE LEC_13_6332_LD_GEN_AnnoncePresse_21x297cm_Sieste R1 - date : 24/12/2013 A NOUS RETOURNER SIGNÉE AVEC VOTRE ACCORD OU VOS CORRECTIONS JFB CRÉATION PRODUCTION E.Leclerc DRIVE NIEPPE E.Leclerc DRIVE NIEPPEZI les trois tilleuls ZI les trois tilleuls E.Leclerc DRIVE NieppeNIEPPE Nieppe 2 ZI bis, les route trois tilleuls de Lyon - BRIGNAIS (Rond-point Nieppe de la SPA) CONSULTANT CLIENT + QUALITÉ* FOURNISSEUR ACCORD DATE *La responsabilité de la validation des textes marketing et qualité appartient au client CARRÉ NOIR - 24, rue Salomon de Rothschild Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0) / Fax : +33 (0) / Web : TONS RECOMMANDÉS (4) CYAN MAGENTA JAUNE NOIR En arrivant de Mornant Les 7 chemins FORMAT D IMPRESSION SORTIE LASER : 100% TONS COMPOSÉS PANTONE 021C C 0 M 55 J 90 N 0 R 241 V 142 B 0 PANTONE 439C C 85 R 67 C 55 R 127 M 85 V 57 M 0 V 178 VOIE J 85 RAPIDE B 56 - J D386 0 B 226 N 0 N PANTONE 2915C PANTONE 2935C C90 M 50 J 0 N 0 R 0 V 90 B 187 ÉCHELLE FICHIER : 1/1 TRACÉS TECHNIQUES VOIE RAPIDE - D386 - A450 En arrivant Lyon Centre/Marseille

14 Chronique de Lyon Lyon Mercredi 1er février 1826 Avis Un capitaliste aisé et qui est aussi propriétaire, offre une association pour une entreprise industrielle quelconque, dont il fournira l emplacement, situé à trois lieues de Grenoble, sur une grande route, et pourvu de chutes d eau intarissables, et en telle abondance et hauteur qu on le désirera ; de plus, de vastes bâtiments déjà construits, et la faculté d en établir de nouveaux à peu de frais. La commune où est le site dont il s agit, ou les environs, peuvent fournir à bas prix, environ trois ou quatre cents bras de tout âge et sexe, selon la destination qu on leur donnerait. S adresser pour les renseignemens de détail et l indication plus positive, à MM. Miege frères, rue-puits Gaillot, n. 31, qui recevront les propositions. 14 Lyon Vendredi 13 janvier 1826 Vol par ruse Il y a quelques jours, une véritable piété avait conduit à l église madame D.. Sa prière achevée, elle se lève, cherche une tabatière d or qu elle avait mise, à côté d elle, sur son prie-dieu. Mais soin inutile! elle a disparu. Est-elle tombée? un mendiant d église en a-t-il fait sa proie? En ce moment, un homme bien vêtu, au maintien composé, au visage bénin, qui jusque-là avait paru absorbé dans un saint recueillement, s approche, et, d un ton patelin, s informe des causes de l inquiétude de madame D.. et lui offre ses services. Madame D.. presque consolée par tant de complaisance, se répand en remerciements et s empresse de donner son adresse à l offi cieux personnage. Quelques jours après, madame D.. invitée à dîner chez une de ses parentes, laisse sa maison sous la garde d une domestique. Une heure était à peine écoulée, que l homme de l église se présente. - Je dîne, dit-il, avec madame D.. chez madame R.. sa parente. Celle-ci a besoin de douze couverts d argent; ces dames m envoient les demander, et, pour marque de ma mission, madame D.. m a remis sa tabatière. - Comment la fidèle gouvernante n auraitelle pas cru à la réalité d un tel message? Elle donne ce qu on lui demande, et l argenterie va rejoindre la tabatière. Nouvelle preuve qu il ne faut pas toujours se fier à un extérieur dévot, et même à une mine d honnête homme! Lyon Vendredi 24 février 1826 Notice historique : Gouvernement municipal de Lyon Après que les Gaulois, les Romains, les Francs et autres barbares qui s étaient transplantés dans les Gaules, se furent à peu près fondus en une seule nation (la nation française) ; après que les différents états élevés dans la Gaule eurent été réunis, ou par la force ou par la ruse, au royaume primitif de France, les individus de ces peuples mélangés étaient toujours justiciables d après les lois de la tribu à laquelle avaient appartenu leurs pères. Lorsque le débile Charles-le-Chauve eut rendu les comtés héréditaires, ses faibles Téléchargez le journal en vous rendant à l adresse : journalautrefois.fr Retrouvez-nous sur facebook successeurs ne purent empêcher les comtes de secouer le joug des envoyés royaux. Les comtes et les seigneurs, à l envie l un de l autre, travaillèrent à saper les codes en vigueur, et les Francs, les Ripuaires, les Bourguignons et les Gaulois qui jusqu alors avaient eu des lois particulières, furent tous confondus dans la même servitude. Les seules provinces méridionales, dans lesquelles les Romains formaient presque toute la population, maintinrent leurs lois, et le droit romain a été jusqu en 1789 le droit commun de ces provinces. Les seigneurs usurpèrent tous les droits Sous le gouvernement féodal, les seigneurs usurpèrent tous les droits attribués à la royauté. Ils faisaient la guerre au roi et aux autres possesseurs de fiefs ; ils faisaient battre monnaie et promulguaient des lois. Les dénominations et les limites de ces fiefs furent conservées aux provinces qui ont subsisté jusqu à la division de la France en départements. Les lois promulguées par ces seigneurs furent la base de tous ces codes embrouillés qui étaient en vigueur dans chaque subdivision de la France. Le pillage à main armée fut le seul moyen de subsistance de tous ces seigneurs ruinés par leurs guerres intestines. Pour mettre un terme à ce brigandage, Louis-le-Gros voulut fournir à ses sujets les moyens de se défendre eux-mêmes ; et pour cela il vendit aux villes et aux bourgs, un droit naturel à tous les hommes, le droit de communes. Les seigneurs exploitèrent aussi cette branche de revenus, sans songer qu ils affaiblissaient leur puissance. Les bourgeois des communes recouvrèrent le droit de changer de domicile, de se marier, de disposer de leurs biens, et les tailles furent fixées. Les communes s administraient ellesmêmes sous l inspection du gouvernement. Les magistrats municipaux, élus par les habitants, étaient juges civils et criminels, ou seulement assesseurs du juge seigneurial. Les membres des communes composaient la garde de leurs villes, et les chartes leur accordaient le droit de poursuivre par la voie des armes les torts qu on leur ferait. Enfin sous Philippe-Auguste Enfin sous Philippe-Auguste les seigneurs perdirent toute l autorité qu ils avaient sur les communes, et celles-ci ne voulurent plus dépendre que du roi. Telle fut l origine de cette administration municipale dont nous allons suivre les développements dans l histoire de la commune de Lyon. La ville de Lyon, après avoir passé de la domination romaine sous celle des rois de Bourgogne, puis sous celle des rois de France, et qui, peut-être plus tard, fit partie du royaume de Provence, devint enfin la propriété de l archevêque, depuis que Burchard, archevêque de Lyon, fit hommage à l empereur Conrad pour la ville et ses dépendances. L archevêque Heraclius de Montboissier obtint de l empereur Barbe-Rousse la fameuse bulle par laquelle la souveraineté de Lyon et l exercice des droits régaliens lui furent confirmés, tels qu ils avaient été exercés par les rois de Bourgogne. Le comte de Forez veut s y opposer, prend le titre de comte de Lyon et fait hommage de ses terres au roi Louis-le- Jeune. De ces démêlés entre l archevêque et le comte de Forez, il résulta que Philippe- Auguste, profitant de l éloignement de l empereur, sanctionna une transaction entre le comte de Forez et l archevêque de Lyon, à condition que celui-ci lui prêterait serment de fidélité ; ce qu il fit. Ce fut à cette époque que se montrèrent les premiers éléments du gouvernement municipal. Je laisse parler ici M. Poullin de Lumina, historien que l on n accusera pas d avoir été infecté par les doctrines révolutionnaires : C est sous Renaud de Forez C est sous Renaud de Forez, archevêque, que commencèrent les troubles entre les habitants de Lyon et l église, qui ne finirent que lorsque cette ville rentra sous le domaine de nos rois. L origine de ces troubles eut sa source dans l abus du gouvernement trop arbitraire de l église, et dans les exactions des offi ciers de l archevêque et du chapitre commis à la perception des droits établis sur les denrées qui se débitaient au marché de cette ville. Il fut cependant transigé pour ces droits, mais cet accord ne dura guère. Les officiers de l église trouvant tous les jours de nouveaux prétextes d inquiéter et de tyranniser les habitants, ceux-ci recoururent aux armes, et commencèrent à se former un gouvernement municipal, composé d un certain nombre de citoyens notables pour veiller à leur sûreté. Louisle-Gros, roi de France, avait le premier montré ce rayon de liberté aux villes de son royaume, qui gémissaient sous la tyrannie des seigneurs, et les avait appuyées de sa protection dans cette entreprise ; les Lyonnais ne faisaient donc que suivre ou imiter l exemple de leurs voisins. Lyon n était plus la même ville Tous les historiens ont voulu faire dériver les privilèges de cette ville de ceux dont elle jouissait du temps des Romains ; mais Lyon n était plus la même ville, et ses habitants le même peuple. L état, les usages et les besoins des lyonnais d alors n avaient pas plus de rapport aux moeurs et à la manière de ses anciens conquérants, qu avec celles des Gaulois du temps de Brennus et de Sigovèse. Ce fut l amour de la liberté et la crainte de succomber sous la tyrannie d un pouvoir trop arbitraire, qui fit naître aux Lyonnais l idée de se donner des chefs qui veillassent à la conservation de leurs droits, qui n étaient d ailleurs que ceux de l humanité qu ils réclamaient contre la barbarie du gouvernement féodal. Nous verrons dans un autre article comment la division des biens de l église entre l archevêque et le chapitre causa de nouveaux troubles, et détermina de la part du roi la confirmation de la commune. Les habitants se retranchèrent C est à l année 1228 que l on doit rapporter l établissement définitif de la commune. L archevêque Robert de la Tour-d Auvergne voulut lever de nouveaux impôts sur le vin, et les troubles recommencèrent. Les habitants se retranchèrent dans le quartier de St-Nizier, s emparèrent des clefs de la ville et des tours du pont où ils placèrent une cloche pour convoquer leurs assemblées. Les citoyens élurent cinquante d entre eux pour composer le conseil de la commune dont les assemblées se tenaient dans l église de St-Jacques. Les corps de métier furent organisés en compagnies de garde nationale ; elles étaient distinguées par leurs drapeaux nommés pennons (de panni), et Autrefois n 8

15 Chronique de Lyon ce nom servit dans la suite à désigner les officiers qui les commandaient. Les officiers de ces corps prêtèrent serment de fidélité entre les mains des membres du conseil. Le chapitre craignant que les citoyens n échappassent à leur domination Le sceau de la commune représentait le pont de la Saône, avec une fleur de lis comme emblème de la protection de la France. L archevêque et le chapitre craignant que les citoyens n échappassent à leur domination, demandèrent la médiation d Eudes de Bourgogne qui fut acceptée par les habitants, et l une des conditions du traité fut que l on suivrait le cours ordinaire de la justice dans la punition des délits, et que les citoyens pourraient changer d habitation, et même quitter la ville sans perdre les biens qu ils y possédaient. En 1251, les chanoines firent de nouveaux efforts pour s emparer de la justice séculière. Mais les citoyens lassés de ce conflit de juridiction et de cette tyrannie, s emparèrent des clefs de la ville, firent des patrouilles pour pourvoir à leur sûreté, et mirent dans leurs intérêts un bon nombre de nobles de Bresse et de Savoie. Avec leur appui ils s emparèrent du pont et chassèrent les chanoines du cloître de St-Jean. Ces derniers se retirèrent à St-Just, s y fortifièrent et parvinrent à y rassembler une armée de 20,000 hommes, que les citoyens tentèrent plusieurs fois, mais toujours en vain, de chasser de ce poste. L évêque d Autun offrit inutilement sa médiation pour faire cesser cette guerre ; l excommunication qu il lança contre les habitants fut même visuel autrefois 262x175 mm.pdf 1 20/05/ :24:12 de nul effet, et ils déclarèrent ne vouloir reconnaître pour arbitres que le roi de France et le légat du Pape. Les chanoines ne purent refuser la médiation de St-Louis dont les députés arrivèrent pour prendre connaissance de l affaire. Il fut ordonné que tout serait remis sur l ancien pied ; mais le Roi étant parti pour la Terre-Sainte, les chanoines recommencèrent la guerre avec fureur et firent massacrer les paysans des villages qui ne leur appartenaient pas. Il fut défendu aux citoyens d élire leurs conseillers Enfin, après sept années de guerre, les citoyens modifièrent leur administration et réduisirent à douze le nombre des cinquante conseillers qu ils avaient d abord élus. La paix fut rétablie par Grégoire X et Philippe III, alors à Lyon. Il fut défendu aux citoyens d élire leurs conseillers, consuls et gouverneurs, sans le consentement de l archevêque et du chapitre. En 1312, l archevêque céda à Philippele-Bel la suzeraineté de Lyon, et en 1315 la sénéchaussée royale fut instituée et les habitants furent débarrassés du joug temporel des archevêques qui (dit de Lumina), ne furent occupés que de guerres, de négociations, de ruptures et d accommodements. En 1320, Philippe V se réserve la garde des forteresses et des clefs de la ville. Dans la même année l archevêque confirma la commune de Lyon et les privilèges dont les habitants avaient joui jusqu alors. Il est dit dans cet acte, que les citoyens pourront s assembler pour élire les conseillers ; qu ils pourront s imposer des taxes pour les besoins de la ville ; qu ils sont autorisés à faire le guet pendant la nuit ; qu ils pourront prendre les armes quand l utilité du seigneur et des citoyens le requerra ; qu ils auront la garde des portes et des clefs de la ville ; qu ils ne pourront être imposés à la taille, ni à aucune autre taxe, et ne le furent jamais. François 1 er et ses successeurs confirmèrent En 1495, Charles VIII rend un édit par lequel il confirme la commune de Lyon et accorde la noblesse aux conseillers. Les ayant toujours trouvés, dit-il dans ses lettrespatentes, prompts, enclins et appareillés de nous obéir et complaire. Par ces causes et autres à ce nous mouvant, avons de notre propre mouvement certaine science, grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, à notre ville et cité de Lyon, et aux dits conseillers, bourgeois, marchands, et autres manants et habitants en ville, donné et octroyé, donnons et octroyons par ces présentes, les privilèges, libertés, franchises, autorités, droits, prérogatives et prééminences qui s ensuivent, c est-à-dire, le droit de nommer douze conseillers, dont six étaient renouvelés chaque année, puis l anoblissement de ces conseillers et de leur postérité née et à naître en loyal mariage. François 1 er et ses successeurs confirmèrent par de nouvelles lettres-patentes les priviléges accordés par Louis XII et Charles VIII. Cette forme d administration subsista même pendant le temps de la ligue dont Lyon fut un des principaux appuis, sous la direction de l archevêque Pierre d Epinac, qui fut pendant quelque temps gouverneur de la ville. Lorsqu enfin elle rentra sous l obéissance du roi, on remarqua que de tous les ordres, soit réguliers, soit séculiers, les jésuites furent les seuls qui refusèrent de prêter serment de fidélité au monarque légitime. Dans l année 1595, Henri IV mît à exécution le projet de Henri II, et par un édit du mois de décembre réduisit le nombre des conseillers. Pour le bien, sûreté et repos de ladite ville, il statue et ordonne par cet édit perpétuel et irrévocable, qu en l échevinage de ladite ville de Lyon, au lieu du nombre effréné de douze échevins, il n y aura dorénavant qu un prévôt des marchands et quatre échevins, un procureur et un clerc et secrétaire, qui seront élus et choisis par les habitants, etc. Les jésuites furent les seuls qui refusèrent de prêter serment de fidélité Les privilèges de la ville furent maintenus. L historien de Lumina attribue deux motifs à ces changements. Le premier, une plus prompte expédition des ordres de la cour ; le deuxième que le gouvernement municipal tel qu il était, ayant pris naissance dans le temps des troubles et des insurrections contre la souveraineté des archevêques, il paraissait convenir à la dignité du trône d en substituer une autre qui ne dût sa forme qu à l autorité légitime. Un autre édit de 1601 portait que le prévôt des marchands et les quatre échevins devaient être choisis dans le nombre de ceux qui étaient natifs et originaires de la ville. Cet édit, non plus que le précédent ne parlait pas de la noblesse accordée au corps-de-ville par Charles VIII. Ces Messieurs ayant goûté les douceurs de l anoblissement, ne pouvaient plus se contenter des libertés obtenues par leurs concitoyens ; il leur fallait une dose de C M J CM MJ CJ CMJ N

16 Chronique de Lyon privilèges plus considérable. En conséquence les nouveaux magistrats supplièrent le roi de s expliquer affirmativement à l égard des privilèges de noblesse dont avaient joui leurs prédécesseurs. Le roi s inclinant à leur prière et désirant traiter favorablement la ville de Lyon, confirma spécialement, par lettres-patentes, le privilège de noblesse en la personne du prévôt des marchands, des quatre échevins et de leur postérité née et à naître en loyal mariage. Un autre édit de 1603, accorde aux forains domiciliés à Lyon depuis dix ans, la faculté d être élus échevins. Les citoyens avaient toujours joui du droit de se garder eux-mêmes. Il fallut recourir à la force Leur nonchalance dans le service de la garde bourgeoise et leur négligence à se rendre aux assemblées de la commune, engagèrent les échevins à solliciter du roi le renouvellement de ce privilège et à confirmer la validité de leur autorité dans cette affaire. Il fallut recourir à la force de la volonté royale pour empêcher que ces citoyens insouciants se démissent peu à peu d une prérogative aussi honorable qu importante. En 1764, Louis XV confirma le gouvernement municipal et y apporta quelques modifications pour que les assemblées ne fussent point troublées par une trop grande affluence de monde. Il est dit dans ces lettres patentes : 1. que le corps-de-ville sera composé d un prévôt des marchands, de quatre échevins, de douze conseillers de ville, d un procureur, d un receveur et d un secrétaire, sans que ces trois derniers aient voix délibérative ; 2. que le prévôt sera nommé par le roi, sur la présentation de trois candidats élus par les notables ; 3. au nombre des douze conseillers seront toujours quatre anciens échevins. Les conseillers seront élus par les notables. Aucun conseiller ne pourra être continué dans ses fonctions et ne pourra être réélu qu après un intervalle de six années ; Les notables seront élus pour une année 4. le procureur du roi sera élu tous les six ans et sera choisi parmi ceux qui auront rempli une charge ans la juridicature ou fréquenté le barreau ; 5. les officiers qui composent ledit corps-de-ville seront toujours électifs et sous aucun prétexte ne pourront être créés en titre d office ; 6. les assemblées des notables se composeront du corps-de-ville, de deux officiers de la cour des monnaies et sénéchaussée, et de dix-sept habitants, dont un sera choisi par le chapitre, un dans la noblesse, un parmi les trésoriers, un dans le siège de l élection, un dans l ordre des avocats, un parmi les notaires, un parmi les procureurs, cinq parmi ceux qui exercent le commerce, et quatre dans les communautés d arts et métiers. Telle fut la forme de notre gouvernement municipal jusqu en 1790 Les notables seront élus pour une année, et devront être âgés de 35 ans ; 7. il sera nommé chaque année des députés des différents corps désignés ci-dessus, et ces députés procéderont à l élection des notables à la pluralité des voix ; 8. les notables détermineront aussi quelles sont les affaires qui peuvent être réglées par le corps-de-ville seul, et quelles sont celles qui exigent la convocation des conseillers. Telle fut la forme de notre gouvernement municipal jusqu en en récapitulant depuis 1218, les modifications qu a subies l administration municipale entre les mains des bourgeois peu jaloux de leurs libertés, et qui semblaient abandonner cette administration au hasard des convenances, aux exigences du moment et au bon plaisir du souverain, nous verrons que le gouvernement communal fut d abord institué par les habitans, pour échapper à la tyrannie des seigneurs, leurs propriétaires, et que le souverain favorisa l établissement de ces gouvernemens municipaux, pour se créer un appui contre les insolentes prétentions des ducs, des comtes et des seigneurs. Lorsque les rois n eurent plus rien à craindre des seigneurs, le droit naturel que les habitans des cités avaient acquis, celui de s administrer eux-mêmes, leur parut un obstacle non moins redoutable à l établissement du pouvoir absolu ; dès-lors les rois le légitimèrent par des chartes ; cette générosité apparente aveugla les citoyens à un tel point que par cette acceptation de lettres-patentes, ils reconnurent tacitement que ce droit n était point imprescriptible. Il fallait faire des hommes dévoués Ils le reconnurent si bien, qu à chaque avènement ils avaient grand soin de solliciter la confirmation de leurs privilèges, et que chaque roi avait grand soin dans son édit d apporter quelques modifications à la forme du gouvernement municipal, comme pour répéter aux habitans des cités qu ils ne jouissaient point d un droit inhérent à l homme, mais d un privilège et d une faveur qui leur étaient octroyés. Ce n était point encore assez des classes que le mérite seul établit dans la société, il fallait faire des hommes dévoués, de ceux qui étaient dépositaires du pouvoir municipal, et les placer dans une caste privilégiée ; c est ce que fit Charles VIII, dont l édit avait deux buts ; 1. celui de séparer les intérêts des administrateurs de ceux de leurs administrés, qui n étaient plus leurs égaux, et pour lesquels chaque nouvel échevin était une nouvelle sangsue ; 2. de déprécier la noblesse en la rendant plus vulgaire ; chacun sait comment maintes personnes parlent encore de la noblesse d échevinage. Henri IV fut celui qui porta le coup le plus funeste Tout en déclarant que les sentiments des Lyonnais le dispensaient d avoir une citadelle au milieu d eux, et que la couronne n avait pas de sujets plus fidèles, ni l état de meilleurs citoyens. Henri IV fut celui qui porta le coup le plus funeste au gouvernement municipal, en introduisant le prévôt des marchands, pour lequel, après l édit de Louis XV, on eut seulement le droit de présenter des candidats élus, au moyen de trois degrés d élection. Pendant la révolution, le gouvernement municipal se rapprochait de celui qui fut établi dans le principe. Nous ne décrirons pas, au milieu de cette tempête, les formes souvent ridicules sous lesquelles il s est montré quelques instans, pour tomber ensuite sous le despotisme de la centralisation impériale. Quant au simulacre d administration municipale que le gouvernement impérial nous a laissé en héritage, personne ne se fait illusion, et nous n en parlerons pas. Cette centralisation absolue est plus nuisible aux provinces que celle de l industrie, pour laquelle on a tant plaidé en faveur de la capitale. Lyon Jeudi 1er mars 1888 Argent perdu Il a été perdu, dans la matinée d hier, un billet de banque de cent francs (1), dans le trajet du cours du Midi au cours de la Liberté et de là à la rue du Boeuf par le pont Lafayette. Prière de le rapporter rue du Boeuf, 28, chez M. Reithofer, employé au chemin de fer P.-L.-M. POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Si l on tient compte des différentes variations de l inflation et des monnaies entre 1888 et 2014, la somme de 100 francs correspond de nos jours à 273 euros. Lyon Lundi 5 mars 1888 Noyé retiré Des mariniers ont retiré hier, du Rhône, à la Vitriolerie (1), le cadavre d un homme paraissant âgé de 25 à 30 ans. Sur l ordre du commissaire de police du quartier, le corps a été transporté à la Morgue. Taille, 1m66; cheveux bruns, moustache brune; pantalon en velours à côtes; deux gilets en drap gris, gilet en drap noir; une chemise à carreaux bleus et blancs; chaussettes rouges et brodequins; plusieurs tricots en laine violette. Tatouage sur le bras représentant un soldat. POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Le fort de la Vitriolerie est un ouvrage de la première ceinture de Lyon. Il est aujourd hui plus connu sous le nom de quartier général Frère à Lyon.(Wikipedia) Lyon Mardi 6 mars 1888 Affaire Mystérieuse Hier matin à 2 heures, les nommés Boulu, âgé de 16 ans, boulonnier, rue Garibaldi, et Plantier, 19 ans, jardinier, route de Vaux, rendaient compte aux gardiens de la paix qu ils venaient d être attaqués par des inconnus qui les avaient frappés à coups d épée. En effet, Plantier porte la trace d une blessure à la joue gauche et Boulu au bras gauche; une femme, qu il a été impossible de retrouver, aurait été, au dire des deux blessés, également frappée. Le commissaire de police a ouvert une enquête. Lyon Jeudi 8 mars 1888 Injures aux Agents A cinq heures du matin, M, chauffeur, rue Delandine, était venu échouer à l Assommoir de Bellecour ; là, il fit une consommation de 2 fr. 30, qu il refusa de solder, prétendant qu il avait payé d avance. Les gardiens de la paix étant survenus et ne pouvant faire entendre raison à notre pochard, se mirent en devoir de le conduire à la Permanence. Arrivé au pont Tilsitt, M ne voulut plus avancer et se mit à injurier les agents qu il traita de : cochons, lâches, fainéants, etc. Il menaça, en outre, l un des gardiens, lui disant qu il le reconnaîtrait et qu il lui ferait son affaire. POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Si l on tient compte des différentes variations de l inflation et des monnaies entre 1888 et 2014, la somme de 2,30 francs correspond de nos jours à 6,28 euros. Lyon Lundi 12 mars 1888 Pauvre Folle Un rassemblement considérable s était formé, hier soir, à 8 heures, sur le quai St-Antoine, autour d une femme gesticulant, hurlant des chanson obscènes. Cette malheureuse, nommée V, demeurant rue de la Poulaillerie, qui est atteinte d aliénation mentale, a été conduite au poste par les gardiens de la paix, qui mirent fin à cette scène pénible. Le mari, averti, a emmené sa femme à son domicile. Lyon Mercredi 14 mars 1888 Le Sinistre sur le Rhône Nous recevons d un groupe d habitants du quartier des Brotteaux la lettre suivante : Monsieur le Rédacteur, Vous avez relaté le double sinistre qui a eu lieu sur le Rhône le 12, et dont ont été victimes deux maîtres de plattes, MM. Rodet et Perret. Ces braves gens sont aujourd hui dépouillés de tout ce qu ils possédaient. Malheureusement toute assurance est à peu près impossible pour ce genre d établissement sur le Rhône, et MM. Rodet et Perret se trouvent aujourd hui complètement ruinés. Les voisins n ont pas vu ce malheur fondre sur eux sans y compatir, car ils sont unanimement estimés dans le quartier. Ils viennent donc faire oeuvre de solidarité en faisant appel à tous les habitants du quartier et ils ouvrent une petite souscription. Les versements seront reçus chez M. Mounier, rue Godefroy, 10 et 12, et au café Dumorand, quai des Brotteaux, 1. Lyon Dimanche 18 mars 1888 Vol de Carrioles De nombreux vols de carrioles se commettaient depuis longtemps sur les divers marchés de notre ville et, malgré les 16 Autrefois n 8

17 Chronique de Lyon recherches faites, il n avait pas été possible de découvrir l auteur de ces méfaits. Hier, des gardiens de la paix ont vu un homme qui prenait sur le marché Saint-Antoine une petite carriole. Ils l ont suivi et lui ont vu aller vendre la carriole chez un sieur Peytra, loueur de voitures, rue Bouchardy, 15. Le receleur et le voleur ont été arrêtés. Une perquisition faite dans le domicile de Peytra a amené la découverte de quatorze carrioles volées. Le voleur se nommait Antoine Trari, âgé de 47 ans, journalier, sans domicile fixe. Lyon Mercredi 21 mars 1888 Rixe Dimanche soir, à dix heures, une rixe a éclaté dans la rue Marignan, entre un soldat et un souteneur. Le souteneur a frappé brutalement le militaire, qui est tombé, baignant dans son sang. Fort heureusement est arrivé un artilleur, qui a dégainé et qui a mis en fuite le souteneur. Lyon Dimanche 15 avril 1821 Baptême du duc de Bordeaux Lyon, 15 Avril, M. le baron Rambaud, maire de Lyon, qui est parti hier pour Paris, a réglé avant son départ, le programme des fêtes et réjouissances qui auront lieu dans notre ville, à l occasion de!a cérémonie du baptême de S. A. R. Mgr. le duc de Bordeaux (1). Nous nous empressons de mettre cette pièce sous les yeux de nos lecteurs. Baptême de S. A. R. Mgr. le duc de Bordeaux. Le baptême de S. A. R. a été définitivement fixé par S. M. au mardi 1er mai prochain. Habitants de la ville de Lyon, ce jour de fête et d allégresse publique se fera distinguer parmi les beaux jours que citent, avec honneur, les annales lyonnaises. Dans cette circonstance mémorable, vous donnerez au Roi, à la dynastie des Bourbons, au noble fils de France, que la providence a accordé à nos vœux, de nouvelles preuves de cette antique et inaltérable fidélité qui, dans tous les temps, distingua si éminemment votre cité. Le Roi, la famille royale, la légitimité et les institutions que S. M. nous a données, sont à jamais inséparables pour votre bonheur et pour celui de la France. Lyonnais, je suis heureux de porter aux pieds du trône l expression des sentiments qui vous animent. Je répéterai ce que naguère je disais au prince auguste qui daignait nous visiter : C est par l observance des lois, par la soumission la plus profonde aux ordres de S. M., et par le maintien de l ordre et de la tranquillité que la ville de Lyon prouve le bon esprit de ses habitants, le dévouement sans bornes qu elle porte au Monarque chéri, protecteur de son commerce et de ses manufactures. Lyonnais, vous ne démentirez jamais ces sentiments dont vos magistrats se sont toujours plus à rendre témoignage, et dans les jours d allégresse qui vont se succéder, vous unirez, vous confondrez vos concerts de vœux et d acclamations ; vous ne ferez tous entendre qu un même cri, celui de tout bon Français : Vive le Roi! Vive les Bourbons! Fait à l Hôtel-de-Ville, Lyon, le 11 avril Le maire de la ville de Lyon, le Baron Rambaud. Programme Le lundi soir 30 avril, le son des cloches et les salves d artillerie annonceront la fête du lendemain. Le 1er mai, à huit heures du matin, le corps municipal se transportera avec la commission administrative des prisons, à la prison de Saint-Joseph, pour y mettre en liberté ceux des détenus pour dettes qui auront été délivrés, à la faveur de la somme que la ville a consacrée à cet objet. À neuf heures, Ies mariages dotés par la ville seront célébrés à la mairie. À dix heures, cérémonie religieuse dans l église métropolitaine de Saint-Jean. Immédiatement après la cérémonie religieuse, et après la revue des troupes de la garnison, il sera, au nom de S. A. R. Mgr. le duc d Angoulême et par S. E. M. le maréchal duc de Bellune, délégué du Prince, procédé, sur la place Louis le Grand, à la pose de la première pierre du piédestal de la statue équestre de Louis XIV, votée par le département du Rhône et par la ville de Lyon. Les personnes invitées par billets, et MM. les chevaliers de S. Louis et de la Légion d honneur revêtus de leur décoration, seront admis dans l enceinte formée au milieu de la place. De là, le cortège se rendra sur le quai du Rhône, pour assister à la pose de la première pierre de la partie du bâtiment de l Hôpital général des maiades de cette ville, dont la démolition a eu lieu l année dernière. À trois heures du soir les danses publiques s ouvriront sur la promenade des Tilleuls de la place Louis-le-Grand. À la même heure, des commissaires de police délégués par nous feront l ouverture du jeu des mâts de cocagne qui seront établis sur la place de Louis-le-Grand et sur celle des Terreaux. À sept heures, un feu d artifice sera tiré suc le pont de l Archevêché. Après le feu d artifice, il y aura une illumination générale de tous les bâtiments publics et particuliers. Le vœu du conseil municipal relatif au retrait d un certain nombre d effets engagés au Montde-piété, a déjà reçu son exécution en vertu de notre arrêté du 16 décembre 1820, et il sera statué ultérieurement sur le mode de distribution des autres actes de bienfaisance par lesquels le conseil municipal a voulu célébrer, d une manière digne de la seconde ville de France une fête si chère aux Français. Fait à l Hôtel-de-Ville, Lyon, le 11 avril POUR ALLER PLUS LOIN : (1) Henri Charles Ferdinand Marie Dieudonné d Artois, duc de Bordeaux, Comte de Chambord. Fils de Charles-Ferdinand d Artois, duc de Berry et de Caroline des Deux-Siciles. Né le 29 septembre 1820 et décédé le 24 août 1883 à 62 ans. Petit-fils du roi Charles X, il est prétendant à la Couronne de France de 1844 à sa mort. Sa mort sans enfants en 1883 marque l extinction de la branche Artois de la maison de Bourbon et le début d une querelle (toujours d actualité) entre les maisons de Bourbon-Anjou et d Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France. (Source Wikipedia) VENTE AUX PARTICULIERS Plantes à massif Plants de légumes Produits complémentaires 70 % JUSQU À DE REMISE DU 13 AU 27 JUIN SUR TOUTE LA PRODUCTION* DESBOS HORTICULTURE De Brindas Centre De Messimy De Craponne Rte Neuve Rte Neuve Rte du Bouleau - D50 D75 De Messimy Thurins Rte de Saint-Irénée - D75 Rte du Bouleau - D50 Chemin de la Claire Lande De Francheville DESBOS HORTICULTURE NOUVELLE ENTRÉE De Chaponost Centre Chemin de Claire Landes CHAPONOST lundi samedi / P * Selon articles signalés - Voir conditions sur le lieu de vente

18 Dossier paru en mars 2015 AVIS AUX LECTEURS COMME NOUS VOUS L AVONS EXPLIQUÉ DANS NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS, VOUS RETROUVEREZ DANS LES DEUX PAGES SAUMONÉES SUIVANTES : - LE RÉCIT DE VACHER PAR LA PRESSE DE L ÉPOQUE PARU AU MOIS DE MARS AVEC CETTE DERNIÈRE RÉÉDITION, NOUS AURONS TENU NOTRE ENGAGEMENT DE METTRE À LA DISPOSITION DE TOUS LES LECTEURS DE L OUEST LYONNAIS L INTÉGRALITÉ DE NOS DOSSIERS DE JANVIER, FÉVRIER ET MARS DÈS LE MOIS PROCHAIN, TOUTES LES PAGES DE VOTRE JOURNAL AUTREFOIS SERONT INÉDITES. LE RÉCIT DE VACHER PAR LA PRESSE DE L ÉPOQUE L AFFAIRE VACHER 1897 Mardi 19 octobre 1897 Le crime de Varennes On nous télégraphie du Puy : Voici des renseignements sur le crime qui fut commis il y a un an environ à Varennes-Saint- Honorat, près Allègre (Haute-Loire), par le fameux tueur de bergers, Vacher. La bestialité du meurtrier et la nature des blessures rappellent de tous points les autres crimes qui lui sont reprochés. Dans la matinée du 1 er octobre 1896 la jeune Rosine Rodier, vachère chez M. Chossegros, fermier à Cheneville, était partie comme à l habitude le matin pour aller garder les vaches de son maître dans un pâturage sis à 500 mètres environ du village. Ne la voyant pas venir et craignant un malheur le fermier et le père de l enfant se mirent à sa recherche. Bientôt leurs investigations les conduisaient au bord du bois qui longeait le pré et là il se trouvait en présence d un horrible spectacle. Ils avaient gisant devant eux le cadavre de la jeune Rosine ; la robe et la chemise étaient relevées sur la poitrine, à l abdomen se trouvait une plaie affreuse d où s échappaient les intestins ; les cuisses et toutes les parties génitales externes avaient été horriblement mutilées et arrachées, la peau avait été enlevée sur une étendue de près de vingt centimètres. Le misérable bourreau ne pouvant sans doute assouvir sa passion sur la victime, avait satisfait en la mutilant ses instincts féroces et bestiaux. D après les constatations qui avaient été faites par le parquet on avait ainsi rétabli la scène du crime : La jeune Rodier était partie vers huit heures du matin par une matinée de brouillard intense, des plus favorables au meurtrier. Le crime avait dû être commis entre neuf heures et demie et dix heures du matin. Pour échapper à l étreinte de son meurtrier, Rosine Rodier avait dû prendre la fuite, divers indices en donnaient une preuve ; malheureusement elle fit une chute ; le meurtrier dut se jeter alors sur elle en lui maintenant la face contre terre lui trancha le cou au milieu du larynx. Une large plaque de sang relevée dans le pré indiquait la place de la chute. Seule cette blessure qui se présentait obliquement aurait suffi à occasionner la mort presque instantanée par suite de l abondance de la perte de sang. La rumeur publique avait désigné comme auteur de cet assassinat un vagabond qui le matin même du crime demandait, la menace aux lèvres, l aumône dans les hameaux environnants ; mais toutes les recherches avaient été inutiles, et c est avec une grande satisfaction que la population d Allègre a appris l arrestation du vrai coupable. Mercredi 20 octobre 1897 À Belley On nous télégraphie de Belley : Cet après-midi à deux heures M. le juge d instruction Fourquet a fait comparaître Vacher dans son cabinet. Chaque jour une foule nombreuse et hostile attend patiemment aux abords du palais de pharmacien à Saint-Just (Lyon), préparés aux bourgeons de sapins du Nord et au baume de tolu (1), contre la toux, l oppression, la coqueluche, la phthisie (2) pulmonaire, les crachements de sang, les catarrhes (3) de poitrine et de vessie, les glaires (4) d estomac et d intestins. Dépôts : à Lyon, pharmacie Parrayon, place de la Comédie ; à l ancienne pharmacie Deschamps, rue Saint-Dominique (5) ; aux Brotteaux, pharmacie Cleysson, place Kléber ; à Neuville-sur-Saône, pharmacie Penet ; à Givors, pharmacie Perroud, et dans les bonnes pharmacies. - Demander le sirop et les pastilles de CROLAS. justice le moment où les gendarmes amènent de la prison le tueur de bergers. Avides de voir de près sa sinistre physionomie, les curieux se pressent et se bousculent, huant l assassin, et il en résulte de regrettables scènes de désordre. Pour éviter le renouvellement de pareils faits, M. Fourquet a ordonné hier que l on introduisit Vacher par le jardin du palais de justice. De la sorte le misérable a passé inaperçu. La foule n en a pas moins stationnée longuement, attendant en vain sa venue. Un nouveau forfait Dans son interrogatoire de ce soir, Vacher a fait à M. le juge d instruction Fourquet l aveu d un nouveau forfait. Il s agit d une tentative de viol et d assassinat commise par lui dans la forêt de Pescheseul, près du Mans, sur la personne d une jeune fille de quatorze ans, dont le père, M. Derouet, était garde particulier de Mme de Lentillac. Vacher a donné sur cette affaire des détails très précis. Comme il traversait la forêt, il rencontra la fillette qui semblait seule. Pris de sa fureur de tuer il s élança sur elle, la pris dans ses bras et se disposa à l emporter dans un fourré, comme un loup sa proie, pour l égorger. Heureusement la pauvrette poussa des cris perçants ; son père et sa mère étaient tout près ; ils accoururent et M. Derouet bondit sur Vacher auquel il réussit à faire lâcher prise. L enfant était sauvée, mais la garde ne put s emparer du monstrueux satyre. Celuici, doué, nous l avons dit, d une force herculéenne, réussit à échapper à l étreinte du père furieux. Il y eut néanmoins un rapide combat auquel le tueur de bergers mit fin en décochant en pleine figure à M. Derouet un coup de pied violent. Étourdi par le choc, les yeux ensanglantés, celui-ci ne put continuer la lutte et Vacher prit la fuite. La fillette venait de l échapper belle. Le flair d un gendarme Le même jour, M. Derouet se rendit à la gendarmerie du canton où il fit savoir ce qui s était passé. Il donna le signalement très exact du satyre, qui l avait eu le temps d examiner, et les gendarmes partirent immédiatement en recherche. Ici se place une anecdote du plus haut comique, dont un brave Pandore est le héros, et qui peut-être paraîtra invraisemblable à plus d un lecteur. Elle a été contée par le tueur de bergers lui-même au juge d instruction. Vacher errait sur la grand route lorsqu il vit arriver à sa rencontre un gendarme monté à bicyclette. Celui-ci s arrête aussitôt, descend de sa machine et interpelle le chemineau. Vacher se croit pris ; il ne répond qu en tremblant. - Vos papiers ; lui dit Pandore, en constatant sa mauvaise mine et son allure de trimardeur. Le tueur de bergers tire de son sac son livret militaire et divers certificats de cultivateur chez qui il a travaillé. D un œil sévère, le gendarme parcourt ces documents, mais bientôt son regard s éclaire et devient bienveillant. - C est bien ; ils sont en règle! s écrie-t il. Vacher se rassure ; le représentant de l autorité ne l a âs reconnu ou peut-être ne sait-il rien de l affaire de la forêt de Pescheseul. Cependant le gendarme examine avec attention son interlocuteur, et bientôt il lui demande : - Puisque vous venez de ce côté, n auriez-vous pas rencontré un individu de votre taille, vêtu comme vous d un habit de velours et ayant à peu près votre coupe de barbe? C est un misérable qui a essayé de violer une jeune fille et toute la brigade est à sa recherche. Sans se troubler, Vacher répond : - Je viens justement de croiser un homme qui doit être celui-là. Comme vous avez une bicyclette, en vous pressant un peu vous l aurez vite rejoint. Et le gendarme d enfourcher sa machine, après s être confondu en remerciement. Grâce à sa présence d esprit et au flair du brave pandore, Vacher était sauvé. C est en pouffant de rire que le misérable a raconté au juge d instruction cette plaisante histoirequi ressemble à une nouvelle à la main. Un ou deux jours après cette aventure, le parquet du Mans lançait contre le tueur de bergers un mandat d arrêt parfaitement en règle portant son nom et la mention : Ancien sergent au 60 de ligne. L enquête avait en effet retrouvé la trace de Vacher dans une ferme où celui-ci, pour obtenir un gîte, avait montré son livret militaire. Il l hexibait d ailleurs tout le long des routes et dans les communes, chqaue fois qu il avait affaire à la gendarmerie ou qu il cherchait à s embaucher. M. Fourquet a demandé au parquet du Mans le dossier de l affaire Derouet afin de contrôler les dires de Vacher. C est à cette affaire que s est borné l interrogatoire d aujourd hui. Un crime dans le Gard On signale qu à l époque du passage de Vacher dans le Midi il aurait été commis 18 Autrefois n 8

19 Dossier paru en mars 2015 aux environs de Nîmes un crime présentant les mêmes particularités que tous ceux de la sinistre série du tueur de bergers.le cadavre d un jeune homme avait été trouvé mutilé ; le cou était était sectionné et le ventre ouvert. M. Fourquet n a pas parlé à Vacher de cette affaire. Il attend d avoir reçu du parquet de Nîmes des renseignements lui permettant d interroger le misérable à coup sûr. Chaque jour le tueur de bergers fait l aveu d un nouveau forfait, et on se demande quand il se décidera à clore la sanglante énumération de ses victimes. L examen médical de Vacher On s occupe au parquet général de Lyon de faire examiner Vacher par des médecins aliénistes. Jusqu à présent cependant aucune décision ferme n a été prise.une question de cette importance ne pourra se régler qu après mûre réflexion. La décision que prendront les médecins sera précédée d un long examen du misérable. Un tel monstre ne doit être, en effet, soustrait au juste châtiment que méritent les crimes qu il a commis qu au cas ou il serait réellement irresponsable de ses actes. Le soin de l examiner ne sera pas laissé à un seul médecin. Comme cela se produit dans les affaires importantes de ce genre, le parquet désignera un médecin légiste et le fera assister de deux médecins aliénistes. Ce sont certainement des médecins de Lyon qui seront chargés de cette mission délicate. D après nos informations, Vacher ne serait pas amené à Lyon, la commission médicale de transporterait à Belley.Mais ce n est pas avant quelques jours que celle-ci sera désignée. On laisse à M. Fourquet le soin d interroger Vacher sur tous les crimes qui lui sont imputés. Le magistrat instructeur a reçu de tous ses collègues qui ont eu à s occuper des assassinats de Vacher une commission rogatoire. Il leur transmettra ensuite les aveux qu il aura recuillis afin que les juges puissent donner une sanction aux instructions qu ils ont ouvertes. L Historique de l Instruction Il sera certainement intéressant pour nos lecteurs de savoir exactement de quelle façon M. Fourquet a procédé pour arriver à trouver le coupable des nombreux crimes à l actif de Vacher :À la suite du crime de Courzieu, M. Reverdet, procureur de la République à Belley, parla à M. Fourquet, nouvellement arrivé dans notre ville, du crime de Benonces que l honorable magistrat ne connaissait pas et dont le dossier avait été classé. M. Fourquet, après avoir examiné ce dossier qui l intéressa vivement se mis dans la tête d aboutir dans cette affaire. Ayant vu par une note trouvée au dossier de Benonces que M.Fonfrède, procureur de la République à Dijon, avait, à la suite du crime d Etaules, commis dans son arrondissement, envoyé à tous les parquets de France une lettre priant ses collèges de lui faire connaître si dans leur arrondissement respectifs des crimes n auraient pas été accomplis dans des conditions semblables à celles de l assassinat d Augustine Mortureux, et persuadé que M.Fonfrède devrait posséder des renseignements interessants M.Fourquet s adressa à lui. Le procureur de la République de Dijon lui envoya aussitôt en communication un petit dossier formé de notes, extraites des dossiers des affaires de Benonces, Saint-Ours, Saint-Étienne-de-Boulogne, la Vaquière, Varacieux, Busset, Varenne, Saint-Honorat et Courzieu.M.Fourquet étudie minutieusement le dossier qu il doit à l obligeance de M. Fonfrède, puis pour pouvoir synthétiser plus commodément ses observations il établit un tableau comparatif des signalements divers du vagabonds aperçu dans les différentes localités et un autre tableau comparatifs de l aspect des bléssures reçues par les victimes. En ce qui concerne les signalements, il fait figurer dans les colonnes horizontalement les noms des localités plus haut désignées, puis dans une serie de colonnes verticales, perpendiculaires aux premières, chacun des détails du signalement correspondant à chaque crime. Une dernière colonne relate les propos caractéristiques tenus par le vagabond et rapportés par les témoins. M. Fourquet souligna ensuite au crayon bleu tous les signes qui se ressemblaient. Le coup d oeil d ensemble obtenu par ce tableau comparatif lui a permis de conclure que le même vagabond était passé dans toutes les localités où des crimes avait été commis. Même travail pour les blessures, leurs formes, leurs dimensions, leur emplacement, le plus ou moins de netteté des coupures, l état des vêtements des victimes, la nature du lieu où elles étaient trouvées assassinées, ect. Un coup d œil d ensemble jeté sur ce travail confirma le juge d instruction dans son idée première, à savoir que le même individu était l auteur de tout ces crimes mystérieux. Reprenant l information première relative à Benonces, M. Fourquet élimina, parmis les trentre témoins entendus en 1895, tous ceux qui n avaient aperçu que vaguement le vagabond assassin. Il restait dix sept noms de témoins, sur lesquels douze convoqués à l instruction et minutieusement interrogés donnèrent les éléments avec lesquels le juge composa le signalement à lancer dans sa commission rogatoire dont l envoi a abouti au resultat cherché. Moins de trois semaines après l envoi de sa commission rogatoire, trois vagabonds sont signalés à M.Fourquet par différents parquets comme correspondant au signalement. Amenés à Belley, on n observait pas chez ces vagabonds le rictus caractéristique et l œil malade remarqués sur l individu recherché. M.Fourquet n avait pas grand espoir d aboutir. Par acquit de conscience, il fit venir les témoins de Benonces qui, du premier coup, déclarèrent que ce n était pas l assassin de Portalier. (Source : Le Progrès Bibliothèque de Lyon - Cote ) Tous les mois vous fait vivre votre histoire

20 Dossier Le réveil de Vacher avant son exécution - Le Progrès Illustré - Bibliothèque Municipale de Lyon décembre 1898 Suite de la page 1... L exécuteur des hautes oeuvres a bien vieilli ; il est maintenant tout courbé et c est avec plaisir qu il doit voir arriver l heure de la retraite. C est, en effet, sa dernière exécution et, le 1er janvier, son fils Anatole lui succèdera dans le titre de Monsieur de Paris. Parmi les centaines d exécutions que M. Deibler a eu à faire depuis vingt ans, on peut citer parmi les plus intéressantes : Prunier à Beauvais, 18 novembre 1879, sur qui fut pratiquée pour la première fois l autopsie immédiate, démontrant que le corps du supplicié n a plus aucune sensation. Le sergent de ville Prévost (1879), qui avait assassiné un bijoutier nommé Lenoble, coupé son corps en morceaux jetés dans les égouts et fait cuire la tête dans une marmite. Campi, le mystérieux et légendaire assassin de M. Ducros de Sixt et de sa soeur, rue du Regard, et qu on prétendait être le frère du général Boulanger!.. Puis Gamabut, l assassin de Mme Ballerich, le chanteur des Blés d or, dont le crime eut pour les deux fils de la victime de si terribles conséquences, Gaspard et Marchandon, exécutés le même jour (11 août 1885), l un pour le crime d Angoulème, l autre pour celui de la rue de Sèze. Pranzini (1er septembre 1888). Puis Eyraud, l amant de Gabrielle Bompard, l assassin de l huissier Gouffé, dont les aventures ont fait tant de bruit (3 février 1891). Vodable, le décapiteur (août 1891) ; Berlaud et Doré, les sinistres gamins assassins de Courbevoie ; Ravachol, le 10 juillet 1892, à Montbrison, et Anastay, le sous-lieutenant, à Paris. Vaillant, l auteur de l attentat à la Chambre des députés, et Emile Henry, l auteur de l explosion du Torminus (1894) ; Caserio, l assassin du président de la République Carnot, et en dernier lieu Carrara, le brûleur de cadavre. Comme on le voit, M. Deibler peut se reposer. Il a eu beaucoup de besogne et, parmi ses clients, de nombreux assassins de marque. Sa gloire peut être satisfaite. AU CHAMP-DE - MARS À trois heures, les gendarmes, montent à cheval et se rendent au Champ-de-Mars. Cinquante hommes en tout : vingt-cinq cavaliers, vingt-cinq gendarmes à pied. Ils sont rejoints bientôt par un bataillon du 23e qui refoule les curieux et prend ses positions sur la place. Les troupes se déploient en un cordon qui coupe en deux le Champ-de-Mars. Toutes les rues aboutissantes sont barrées et la consigne étant très sévère, il est impossible de pénétrer sans carte. La foule augmente sans cesse, des rumeurs confuses s en élèvent ; des voitures arrivent sur lesquelles s étagent de véritables grappes humaines. Des cris, des refrains se succèdent. Mais voici le fourgon contenant des bois de justice. De suite sous la surveillance de M. Deibler, les aides commencent leur besogne. Dans l allée qui continue la rue des Ursules, au centre du Champ-de-Mars, bientôt la sinistre machine s élève et rien n est lugubre, dans cette nuit frissonnante, comme le travail, aux falotes clartés des lanternes, de ces hommes tranquilles édifiant lentement le fatal engin. LE RÉVEIL DU CONDAMNÉ À six heures, M. Ducher, procureur de la République, assisté de M. Morellet, greffier, de M. Raisin, substitut, et Verdalle, juge, accompagné de M. Sambet, aumônier, de la prison, réveille Vacher. Le terrible éventreur dort d un paisible sommeil. M. Ducher le touche à l épaule. Vacher se dresse sur son séant. - Qu y a-t-il? M. Ducher lui dit d une voix grave : - Vacher, votre pourvoi a été rejeté, soyez énergique. Vacher ne se trouble point et c est sans altération dans la voix, sans aucun tremblement qu il répond : - Ça m est égal, faites de moi ce que vous voudrez. Je marche droit devant moi. Et Vacher se lève et commence à se vêtir, aidé de ses gardiens. L aumônier s approche de lui et l exhorte à se repentir de ses crimes. Vacher refuse de se confesser. - Vous voulez bien, lui dit le prêtre, entendre la messe? - Je n ai pas besoin de la messe, je suis innocent. À vous tous qui m entourez, je souhaite d être aussi pur que la grande victime fin du siècle que je suis, vous n aurez pas peur de mourir. Puis Vacher se ravise, il consent à aller à la chapelle, à condition qu on l y porte. Il est déféré à son désir et, de suite, Vacher change d idée, il refuse en protestant encore de son innocence. Le bourreau procède alors à sa toilette. On lui coupe les cheveux, on échancre largement le col de sa chemise. Et pendant cette opération, sans rien perdre de son sang-froid, Vacher proteste encore et toujours de son innocence. Tout est terminé, l heure est venue; en bas le fourgon stationne tout ouvert, entouré de gendarmes, sabres au clair. Un jour grisâtre éclaire peu à peu l étroite place qui s étend devant la prison. La porte s ouvre. Vacher, qui a refusé de marcher, apparaît porté par les aides. Son visage est livide; il ne porte plus sa barbe taillée en pointe qu il avait à la cour d assises et son teint paraît encore plus blafard. Au moment où l on va l introduire dans le fourgon, il s écrie de cette voix perçante dont il interrompait si souvent, pendant les débats de son procès, le président et les témoins. La voilà, la victime des fautes des asiles! Les portes de la voiture, où les aides du bourreau et l aumônier ont pris place, sont fermées et au pas, avec un bruit sourd que martèle le heurt des sabots des chevaux, la voiture s en va vers le Champ-de-Mars. Pendant le trajet, Vacher continue à protester de son innocence. Il interpelle les aides assis à coté de lui : - Est-ce possible de faire de pareilles injustices, dit-il, voilà Mazoyer qui s avoue coupable, on le gracie et on me tue, moi qui suis innocent et que tout le monde sait innocent. L aumônier l exhorte au repentir. Il lui présente le crucifix. Embrassez, dit-il, Jésus-Christ. J embrasserai, dit-il, Jésus-Christ tout à l heure. Autrefois n 8

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

Une journée du roi. Les secondes entrées : Il s agit des gens de qualité qui souhaitent voir le roi. Ils sont annoncés par l huissier.

Une journée du roi. Les secondes entrées : Il s agit des gens de qualité qui souhaitent voir le roi. Ils sont annoncés par l huissier. 1 Une journée du roi Vers 8 heures : Le premier valet de chambre réveille le roi en disant : «Sire, voilà l heure!» Les valets entrent et allument le feu, ils ouvrent les volets. Puis, le premier médecin

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

«Un rat qui court dans la campagne» «Le Petit train Zaman» : notice technique

«Un rat qui court dans la campagne» «Le Petit train Zaman» : notice technique «Un rat qui court dans la campagne» «Le Petit train Zaman» : notice technique «On dirait un rat qui court dans la campagne!», s exclama un industriel anglais venu admirer le petit train Zaman. (1) Cette

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

La mobilité en toute sécurité.

La mobilité en toute sécurité. La mobilité en toute sécurité. Mobilité, rapidité, confort et sécurité. Les CFF transportent environ un million de passagers, jour après jour. Car le train est fiable. Car voyager en train, c est pratique

Plus en détail

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE!

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE! Petite résidence de 4 étages plus attique, l ensemble architectural est conçu pour préserver les espaces verts existants et créer une ambiance végétale jusqu aux logements situés en rez-de-chaussée. Les

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 480 tests Code de la route Jean-Luc Millard Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 Codoroute - Tendance & Repères S é r i e N 1 À la sortie de ce carrefour, je vais emprunter la rue la plus à gauche,

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU 1 Acteurs économiq PAROLES D ACTIFS 1. Les personnes qui travaillent font partie de la population active. a. Lisez la leçon du jour ci-contre. b. Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

La Société d assurance automobile du Québec

La Société d assurance automobile du Québec CHAPITRE 2 : La Société d assurance automobile du Québec La SAAQ 1. Vrai ou faux? Il n est pas nécessaire, pour une victime d accident d automobile résidente du Québec, de déterminer le responsable de

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun RAPPORT Marche exploratoire Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun Le 7 mai 2014 Table des matières Préambule... 3 Mise en

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS VOCABULAIRE LES VACANCES ET LES VOYAGES

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS VOCABULAIRE LES VACANCES ET LES VOYAGES 1 VOCABULAIRE LES VACANCES ET LES VOYAGES 2 VACANCES ET VOYAGES Avoir, prendre des vacances ["les vacances" = toujours au pluriel] Nous aurons des vacances dans deux semaines. Les vacances de la Toussaint,

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise Emanuele Ormella Design : Frank Czarné Nombre de joueurs : 2-5 Age : 12+ Durée : 90-120 minutes CONTENU Un plateau de jeu (avec la carte de la région, le tableau d affichage des prix et le marché principal)

Plus en détail

PROJET INTER LA TESTE 2016

PROJET INTER LA TESTE 2016 PROJET INTER LA TESTE 2016 Présentation du GWCF Aquitaine Affiliés à la Fédération des GoldWing Club de France qui regroupe 1500 possesseurs de motos GoldWing, notre Club comprend des hommes et des femmes

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Une histoire d assurances Lecture/fiche de travail

Une histoire d assurances Lecture/fiche de travail Information pour les enseignants 1/6 Exercice Jean F. et son histoire d assurances Description de différents cas issus du vécu des adolescents et indication des assurances concernées. L histoire de Jean

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Jours et semaines. séquence 1 2. séance 1 Le jour, la nuit. séance 2 Les activités d une journée. séance 3 Une journée à l école.

Jours et semaines. séquence 1 2. séance 1 Le jour, la nuit. séance 2 Les activités d une journée. séance 3 Une journée à l école. séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Van GOGH, La nuit étoilée, Arles RMN (Musée d Orsay) / H. Lewandowski Jours et semaines séance 1 Le jour, la nuit. séance 2 Les activités d une journée. séance 3 Une journée

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1 Les trois brigands partie1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Le premier avait un tromblon, le deuxième un soufflet qui lançait du poivre,

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak NOTRE COMMUNE 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie Nom de la commune : Géderlak Siège, adresse: 6334 Géderlak, Kossuth u. 95 Téléphone/télécopie : +36 78/417058 Emplacement : a)

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2 Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Les trois brigands Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC 1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC HOMMAGE AU COUPLE BOLDUC-ROUETTE Mariette Bolduc Rouette. Mariette est aussi issue d une vieille famille

Plus en détail

Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle

Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle À l occasion des 50 ans de la Cinémathèque de Toulouse, la Cinémathèque

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Exercices Objectifs Points obtenus

Exercices Objectifs Points obtenus Français I LE FAIT DIVERS 8P Exercices Objectifs Points obtenus Seuil de réussite LA STRUCTURE D UN FAIT DIVERS Connaître les divers éléments qui constituent un fait divers /17 /12 1 Différencier un titre

Plus en détail

Parcours découverte. du Musée Auto Moto Vélo

Parcours découverte. du Musée Auto Moto Vélo 3 Parcours découverte du Musée Auto Moto Vélo Mode d emploi de ton carnet Ne va pas trop vite! Observe bien les panneaux, les véhicules, les objets et les documents présentés dans l exposition. Lis les

Plus en détail

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit! pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!, oui. Mais seulement dans la mesure où vous en avez vraiment besoin. Parce que votre entreprise est unique, Protekta vous offre

Plus en détail

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT Le 7 mars 1867, un acte d acquisition est passé par les pères Mariste avec la commune de Rochefort par devant M. Dutour, notaire à Rochefort, portant sur un

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU VOCABULAIRE Choisissez la préposition appropriée. Les prépositions de lieu: Où sont-ils? Richard David Samuel Armand Carole Nicole 1) Armand est 2) Richard

Plus en détail

En ville sans ma voiture demande de dérogations. Foire aux questions

En ville sans ma voiture demande de dérogations. Foire aux questions En ville sans ma voiture demande de dérogations Foire aux questions Vous trouverez ci-joint quelques-uns des cas les plus fréquemment rencontrés dans les communes lors des précédentes éditions de la journée

Plus en détail

www.axa.be l assurance de votre appartement sur base du nombre de mètres carrés offre appartements SUPER AVANTAGEUX

www.axa.be l assurance de votre appartement sur base du nombre de mètres carrés offre appartements SUPER AVANTAGEUX votre courtier en assurances ou Agent bancaire AXA Cette brochure n est bien entendu pas exhaustive. N hésitez pas à faire appel à votre courtier en assurances ou à votre Agent bancaire AXA pour plus d

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

11 décembre 2013 à partir de 14h OOSTEZ. vos déplacements! Nouveau! Gare d Oullins Part-Dieu MÉDIACITÉ

11 décembre 2013 à partir de 14h OOSTEZ. vos déplacements! Nouveau! Gare d Oullins Part-Dieu MÉDIACITÉ 11 décembre 2013 à partir de 14h OOSTEZ vos déplacements! Gare d Nouveau! MÉDIACITÉ à minutes de la! Le mercredi 11 décembre à partir de 14 h, la ligne du métro B est prolongée de la station «Stade de

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 7 AU 13 JANVIER 2014

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 7 AU 13 JANVIER 2014 Saviez-vous que? Dans le cadre de l opération «VACCIN» se déroulant durant tout le mois de décembre, les policiers de la MRC des Maskoutains ont érigé différents points de contrôle routier afin de vérifier

Plus en détail

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Questionnaire eevm échange école ville montagne www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Répondre aux questions. Il y a 3 types de réponses en fonction des types de questions. - Questions fermées à réponse unique

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LES OUBLIÉS DU MÊME AUTEUR DIT-IL, 1987 K. 622, 1989 L AIR, 1991 DRING, 1992 LES FLEURS, 1993 BE-BOP, 1995 ( double, n o 18) L INCIDENT, 1996 LES ÉVADÉS, 1997 LA PASSION DE MARTIN FISSEL-BRANDT, 1998 NUAGE

Plus en détail

!"#!$ %& " # ' ()*+%"# ",) # * - +./ $ **

!#!$ %&  # ' ()*+%# ,) # * - +./ $ ** !"#!$ & " # ' ()*+"# ",) # * - +./ $ ** 0" *1)*)*& # "-*+) # #! # 2# &)!# $! # +) * $) *!# * & $!#.)*# # # 3! )* # " $# # 0 $)4 # +567 84 * )) # 2# # #!$ +*" 9 &(# 1"0# *6 # "# $ : $ * $. $ /; < #! * -

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail

L auteure. L illustrateur

L auteure. L illustrateur Nouveauté jeunesse L histoire Dans le centre historique de Milan, Emma, dix ans, habite avec ses parents et son chat dans un immeuble ancien qui renferme un jardin secret. Son souhait le plus cher est

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION 1 ÈRE ÉDITION 4 & 5 NOV.2015 PALAIS DES FESTIVALS ET DES CONGRÈS DE CANNES un événement 80 exposants + de 1 500 rendez-vous d affaires pré-organisés avec des Top décideurs 100 déjeuners

Plus en détail

REGLEMENT DE LA MANIFESTATION. Rétrospective Raymond Sommer. Samedi 2 et Dimanche 3 juillet 2011

REGLEMENT DE LA MANIFESTATION. Rétrospective Raymond Sommer. Samedi 2 et Dimanche 3 juillet 2011 ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DU CIRCUIT AUTOMOBILE DE CADOURS-LAREOLE. REGLEMENT DE LA MANIFESTATION I DEFINITION Rétrospective Raymond Sommer Samedi 2 et Dimanche 3 juillet 2011 C.A.C.L. : ASSOCIATION

Plus en détail

PRE-REGLEMENT 2014 REGLEMENT DE LA MANIFESTATION. Rétrospective Raymond Sommer. Samedi 6 et Dimanche 7 septembre 2014

PRE-REGLEMENT 2014 REGLEMENT DE LA MANIFESTATION. Rétrospective Raymond Sommer. Samedi 6 et Dimanche 7 septembre 2014 ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DU CIRCUIT AUTOMOBILE DE CADOURS-LAREOLE. PRE-REGLEMENT 2014 Rétrospective Raymond Sommer Samedi 6 et Dimanche 7 septembre 2014 C.A.C.L. : ASSOCIATION LOI 1901 N 10847 BP

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Questions proposées pour notre enquête chez les pompiers Equipe 1 (Emilie, Laura, Arnaud, Myriem) 1. Qu est-ce que vous avez dans les bonbonnes que vous portez

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie.

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie. Les valeurs du présent de l indicatif Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on 1. Un avion passe en ce moment dans le ciel. 2. Tous les jours, je me lève à six heures du matin. 3. Il part tous

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail