SUJETS DE TER MASTER MIMSE, SPECIALITE 4 IREF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUJETS DE TER 2011-2012 MASTER MIMSE, SPECIALITE 4 IREF"

Transcription

1 SUJETS DE TER MASTER MIMSE, SPECIALITE 4 IREF Sujets 1 et 2. «Tentation et incitations en économie» Proposés par Cécile AUBERT Quelques articles de théorie économique analysent la tentation et la difficulté pour les individus à contrôler leurs envies immédiates afin de favoriser leurs objectifs de long terme (cf. références ci-dessous). Ces problèmes ont été largement étudiés en psychologie et sociologie, mais avec des méthodes et objectifs différents de ceux des économistes. On a montré par exemple que les jeunes enfants capables de résister à la tentation (pour obtenir deux marshmallows au lieu d un en attendant dix minutes) étaient plus heureux que les autres une fois adultes. Un aspect particulièrement intéressant de ce problème concerne ses interactions avec les incitations, en particulier (mais pas uniquement) les incitations permettant d améliorer le contrôle de soi. Le mémoire pourrait résumer et organiser la littérature existante en économie, et présenter les apports des autres disciplines (psychologie, sociologie, neurobiologie), en se concentrant sur les interactions avec les incitations. Deux applications paraissent particulièrement intéressantes : - santé : l une concerne les politiques de prévention et de santé (lutte contre l obésité, contre le tabac, l alcoolisme, etc.), en lien ou non avec la dépendance et l addiction. - le travail : L autre concerne les politiques incitatives dans le monde du travail : l utilisation de bonus et de primes incitatives est-elle adaptée aux problèmes spécifiques de contrôle et aux conflits court-terme / long-terme auxquels font face les employés? Peut-on comparer l efficacité des primes avec les perspectives de carrière? Chaque domaine d application correspond à une littérature plus spécifique, dont les références principales pourront être données ultérieurement. L étudiant peut aussi bien entendu ne pas choisir l un de ces domaines d application, et réaliser un travail général plus théorique. Benhabib, Jess, and Alberto Bisin (2005) Modeling Internal Commitment Mechanisms and Self-Control: A Neuroeconomics Approach to Consumption-Saving Decisions, Games and Economic Behavior, 52(2): Fudenberg, Drew, and David Levine (2006) A Dual Self Model of Impulse Control, American Economic Review, 96: Gul, Faruk, and Wolfgang Pesendorfer (2001) Temptations and Self-Control, Econometrica, 69(6): Loewenstein, George (1996) Out of Control: Visceral Influences on Behavior, Organ. Behav. Human Dec. Process. 65: Sujet 3. «Efficacité des financements publics accordés aux entreprises pour leurs activités de R&D» Proposé par Jean Belin Domaines : Economie de l innovation, économétrie Après avoir réalisé un bilan théorique sur la justification de l'intervention publique en matière de R&D et sur les différentes techniques économétriques permettant de mesurer l'efficacité des politiques publiques, l'étudiant pourra réaliser une application sur les données d'entreprises françaises. A compléter Sujet 4. «Typologie des banques françaises» Proposé par Jean Belin Domaines : économie bancaire, analyse de données A partir d'une base de données contenant les comptes des entreprises françaises et leur banque principale, l'étudiant devra analyser si les banques françaises opèrent sur des segments de clientèle spécifiques et quelles sont les caractéristiques des entreprises financées. A compléter Sujet 5. «Les déterminants de la rentabilité des entreprises» Proposé par Jean Belin Domaines : Econométrie, économie de l entreprise Bilan théorique et empirique avec possibilité d'application sur base de données d'entreprises françaises. A compléter Sujet 6. «Le modèle de sélection d'heckman en panel» Proposé par Jean Belin et Marie Lebreton Domaines : Econométrie, économie de l innovation Après avoir maîtrisé les fondements du modèle de sélection d'heckman, l'étudiant devra l'appliquer à des données de panel et pourra estimer les comportements d'innovation des entreprises française (Déterminants de l'activité d'innovation et déterminants du montant des dépenses d'innovation). A compléter 1 2

2 Sujet 7. «Centralité vectorielle dans la science» Proposé par Nicolas Carayol Domaines : Economie de la science et de l innovation, analyse de réseau En 1998, L. Page et S. Brin, ont l'idée d'implémenter un indice de mesure de la centralité dans les réseaux (connu en sociologie) au web (réseau de liens hypertextes entre pages web). L'algorithme (pagerank) sera au cœur du succès de Google. L'idée est qu'une page est importante si elle est citée par des pages importantes. Ce mode de calcul consiste fondamentalement à trouver la solution d'un système d'équations linéaires qui peut être représenté sous forme matricielle. On peut obtenir des solutions par les valeurs et vecteurs propres ou des solutions numériques lorsque la dimensionalité du problème devient trop importante. D'autres variantes de cette forme de centralité sont disponibles (ex: Katz, 1953; Pinski et al., 1976; Kleinberg, ). Le travail consistera, après une brève revue des différentes formes de centralité matricielle d'intérêt, de réaliser une programmation permettant d'obtenir ces différentes centralités (simulation numérique ou calcul matriciel). L'étudiant(e) pourra s'appuyer sur une programmation déjà implémentée du pagerank en VBA qu'il s'agira d'étendre à d'autres variantes et d'autre méthode de calcul. La programmation pourra s'opérer en VBA, ou avec un autre logiciel plus performant en fonction des connaissances de l'étudiant(e) (SAS, et/ou R ou C). Ces algorithmes seront ensuite testés sur des données empiriques de citation et de collaboration scientifiques, qui seront mises en forme puis mises à disposition de l'étudiant sous forme de tableaux de données. Il s'agira alors plus précisément de données de citations et de collaborations entre journaux scientifiques, entre domaines scientifiques, entre les plus grandes universités US et entre régions européennes. Les calculs permettront de réaliser des indices de centralité et des classements. D'autres variables pourront être ajoutées aux tableaux de données permettant d'apprécier leurs relations aux indices calculés. L'étudiant pourra être amené à interagir avec des informaticiens et des chargés d'étude dans un institut statistique situé à Paris. Le travail dans le cadre du TER ne constituera qu'une exploration préalable du projet présenté ici. Un stage d'été pourra être proposé à l'issue de ce TER afin de réaliser de nouvelles explorations et leur présentation. Références: Brin S., Page L., 1998, The Anatomy of a Large Scale Hypertextual Web Search Engine. Jackson, M., 2008, The economic and social networks, Princeton University Press. Katz L., 1953, A new status index derived from sociometric analysis, Psychometricka, vol. 18, pp Kleinberg JM, 1998, Authoritative sources in a hyperlinked environment, Proc. Of the 9.sup.th Annual ACM-SIAM E. Garfield, 1972, Citation analysis as a tool in journal evaluation, Science, vol. 178, pp Pinski et al., 1976, Citation influence for journal aggregates of scientific publications: Theory, with application to the literature of physics," Inf. Proc. And Management, vol. 12, pp Newman, 2010, Networks: An Introduction, Oxford University Press. 3 Sujet 8. «Production du savoir en équipe et excellence scientifique» Proposé par Nicolas Carayol et Sébastien Rouillon Domaines : Economie de la science et de l innovation, économétrie L'objectif du mémoire sera de proposer une analyse des avantages et inconvénients du travail en équipe dans le domaine de la recherche scientifique. Sur le plan théorique, les notions (micro) économiques abordées seront les économies d'échelle, les biens publics, la duplication, le free-riding, la mesure de la qualité... Sur le plan technique, le mémoire devra tout d'abord recourir à la modélisation économique permettant de bien apprécier les avantages et les inconvénients de la collaboration. Ensuite, une base de données des publications récentes des meilleures universités U.S. sera procurée au candidat. Une exploration empirique fine, pour certaines disciplines, des liens entre taille des collaborations, positionnement géographique, impact des articles, et classement des universités sera aussi attendue. Il s'agira ensuite de tester, au moyen de modèles économétriques appropriés, les effets des pratiques de collaboration sur l'impact des publications scientifiques. Des compétences en utilisation de logiciels statistiques et management de données seront utiles (Stata ou SAS notamment), mais pas obligatoires. Un stage d'été pourra être proposé à l'issue de ce TER afin de réaliser de nouvelles explorations et leur présentation. Barnett et al., 1988, The rising incidence of co-authorship in economics: further evidence, Review of Economics and Statistics. Cho et al., 2010, Improvements in productivity based on co-authorship: a case study of published articles in China, Scientometrics, 85: Hollis, 2001, Co-authorship and the output of academic economists, Labour Economics, 8: James D. Adams, Grant C. Black, J. Roger Clemmons, Paula E. Stephan, 2005, Scientific teams and institution collaborations: evidence from U.S. universities, , Research Policy 34(3),

3 Sujet 9. «L impact des transferts de fonds sur les conditions de vie des ménages» Proposé par Matthieu Clément Domaines : Economie du développement Les transferts de fonds (remittances) peuvent être définis comme les transferts d argent réalisés par des migrants travaillant dans un pays étranger dans leur pays d origine. Le rôle de ces transferts de fonds dans les pays en développement est aujourd hui très largement souligné dans la littérature macroéconomique. Néanmoins ces conséquences sur les ménages bénéficiaires (dans le pays d origine) restent encore discutées. L objectif de ce mémoire sera de proposer une synthèse de la littérature (théorique et empirique) analysant les conséquences des transferts de fonds sur les conditions de vie des ménages bénéficiaires. Plusieurs questions pourront être abordées : (i) l impact des transferts de fonds sur la pauvreté et l inégalité ; (ii) l impact sur la structure de la dépense des ménages ; (iii) l impact sur la santé, sur la scolarisation, etc. Fajnzylber, P., Lopez, J.H. 2008, Remittances and Development. Lessons from Latin America, World Bank: Washington DC. Adams, R.H., Evaluating the economic impact of international remittances on developing countries using household surveys: A literature review, Journal of Development Studies, 47(6), Adams, R.H. 2007, International Remittances and the Household: Analysis and Review of Global Evidence, Policy Research Working Paper, n 4116, World Bank, /Rendered/PDF/wps4116.pdf Chami, R., Fullenkamp, C., Jahjah, S. 2005, Are Immigrant Remittances Flows a Source of Capital for Development?, IMF Staff Papers, 52(1), McKenzie, D., Sasin, M.J. 2007, Migration, remittances, poverty and human capital: conceptual and empirical challenges, Policy Research Working Paper, n 4272, World Bank, Gubert, F. 2010, «Pourquoi migrer? Le regard de la théorie économique», Regards croisés sur l économie, 8, Massey, D.S., Arango, J., Hugo, J., Kouaouci, A., Pellegrino, A., Taylor, J.E. 1993, Theories of international migration: A review and appraisal, Population and Development Review, 19(3), Sjaastad, L.A. 1962, The costs and returns of human migration, Journal of Political Economy, 70(5-2), Stark, O. 1984, Rural-to-urban migration in LDCs: A relative deprivation approach, Economic Development and Cultural Change, 32(3), Stark, O., Bloom, D.E. 1985, The new economics of labor migration, American Economic Review, 75(2), Papers and Proceedings, Stark, O., Levhari, D. 1982, On migration and risk in LDCs, Economic Development and Cultural Change, 31(1), Todaro, M. 1969, A model of labor migration and urban unemployment in less developed countries, American Economic Review, 59, Sujet 11. «La coopération conditionnelle et la gestion des biens communs» Proposé par Marc Léandri Domaines : économie des ressources naturelles, gestion des biens communs, économie expérimentale De nombreux travaux ont montré que la tragédie des biens communs (Hardin, 1968) n était pas une fatalité (Ostrom, 1990). L économie expérimentale a mis notamment en lumière les comportements de «coopération conditionnelle» qui favorisent une gestion durable des ressources naturelles. Il s agira de montrer d abord dans quelle mesure l éclairage de l économie expérimentale a infirmé les postulats traditionnels sur les comportements individuels en présence d un bien commun. Il faudra ensuite montrer si ces résultats restent valides «hors du laboratoire» et enfin s interroger sur leur portée et leurs implications en termes de politique de gestion des ressources naturelles (exemples des forêts et des pêcheries). Sujet 10. «Les facteurs influençant la décision de migrer» Proposé par Matthieu Clément Domaines : Economie du développement L objectif de ce mémoire est de proposer une revue de la littérature problématisée et structurée présentant les principaux modèles d analyse de la décision de migrer. Des modèles fondateurs des années (modèle de Lewis, modèle d Harris-Todaro) jusqu à la nouvelle économie de la migration et aux travaux soulignant le rôle des réseaux migratoires, ce mémoire mettra en évidence les progrès réalisés dans la compréhension des phénomènes migratoires (internes ou internationaux). Le mémoire pourra être enrichi par des références à des travaux de nature empirique. 5 Devesh Rustagi, et al. Conditional Cooperation and Costly Monitoring Explain Success in Forest Commons Management, Science, 2010, 330, pp Fehr, E. and S. Gächter. Cooperation and Punishment in Public Goods Experiments, The American Economic Review, 2000, 90(4), pp Fehr, E. and S. Gächter, Social Norms and Human Cooperation, Nature, 2002, 415, pp Fischbacher, U., Gächter, S. and E. Fehr. Are People Conditionally Cooperative? Evidence from a Public Goods Experiment, Economics Letters, 2001, 71, pp Frey, B. and Meier, S. Social Comparison and Pro-Social Behavior: Testing Conditional Cooperation in a Field Experiment, American Economic Review, 2004, 94(5), pp

4 Gächter, S. "Conditional Cooperation: Behavioral Regularities from the Lab and the Field and Their Policy Implications.", in Psychology and Economics, Bruno S. Frey and A. Stutzer, , Cambridge: The MIT Press. Hardin, G., The Tragedy of the Commons", Science, 1968, 162 (3859), pp Kocher, M., Cherry, T, Kroll, S., Netzer, R. and M. Sutter, "Conditional Cooperation on Three Continents." Economics Letters, 2008, 101, pp Ostrom, E. Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press, Ostrom, E. Collective Action and the Evolution of Social Norms, The Journal of Economic Perspectives, 2000, 14(3), pp Sujet 12. «Estimation non paramétrique par splines et/ou ondelettes de la relation compétition / effort en R&D» Sujet 13. «Causalité au sens de Granger et co-intégration dans un modèle sur la relation compétition / effort en R&D. Modélisation VAR ou VECM.» Proposés par Marie Lebreton et Pascale Roux Domaines : Economie industrielle, économie de l innovation, économétrie non paramétrique Ces deux TER portent sur l étude de la relation entre compétition et incitations des firmes à investir en R&D. Face aux résultats divergents obtenus dans la littérature économique (effets positifs vs. négatifs), des auteurs ont émis différentes hypothèses supportant l existence d une relation plus complexe (notamment Aghion et al., 2005, qui supposent une relation non linéaire de type U inversée). Il s agit d explorer cette relation à l aide des techniques nouvelles et peu utilisées dans le domaine issues de l économétrie non paramétrique. Les deux sujets nécessitent une revue préalable de la littérature de ces modèles, des hypothèses sous-jacentes ainsi que des résultats empiriques obtenus, dont la stabilité serait à discuter vav des tests et des mesures de compétition utilisés. Il s agit aussi de proposer et de construire des variables de compétition sur la base de données françaises d entreprises industrielles. Dans le premier sujet, l étudiant aura ensuite à tester la relation compétitionefforts de R&D en utilisant les techniques de l économétrie non paramétrique sur ces données. Dans le second, il s agit de tester la causalité de la compétition vers l effort en R&D sur le panel d entreprises industrielles françaises. Aghion et al. (2005), Competition and Innovation: An inverted U relationship, The Quarterly Journal of Economics,120 (2), p Amadha, I., Flachaire, E. (2008) Econométrie non paramétrique, Economica (BU Recherche, Bordeaux 4) Green, W.H (2005) Econométrie, Pearson. (BU Recherche, Bordeaux 4) Sujet 14. «Le pilier monétaire de la BCE depuis la crise financière» Proposé par Samuel Maveyraud-Tricoire Domaines : Macroéconomie, politique économique, économétrie La BCE s appuie sur deux piliers pour mener à bien sa politique monétaire : le pilier économique et le pilier monétaire. L efficacité de ce dernier pilier est depuis son origine remise en cause par de nombreux économistes (par exemple : Bordes, C., Clerc, L. et V. Marimoutou (2007), «Y-a-t-il une rupture structurelle dans la vitesse de circulation d'équilibre de la monnaie dans la zone euro?», Banque de France, Note d'études et de recherche n 165). Ce mémoire a pour objet de tester la robustesse du pilier monétaire depuis la crise financière. On pourra pour cela estimer la stabilité de la fonction de la demande de monnaie pour la zone euro. Enhancing monetary analysis, bulletin mensuel de la BCE, Novembre 2010 De Santis, R.A., Favero, C.A. and Roffi a, B., Euro area money demand and international portfolio allocation: a contribution to assessing risks to price stability, Working Paper Series, No 926, ECB, Frankfurt am Main, August Sujet 15. «La rentabilité des fonds thématiques» Proposé par Samuel Maveyraud-Tricoire Domaines : Gestion de portefeuille, finance éthique Répondant à la demande d épargnants sensibles aux enjeux du développement durable, les fonds dits «verts» constituent une évolution récente de la finance éthique. Différents des fonds socialement responsables cherchant à concilier performance financière et respects des fameux critères ESG (environnement, social, gouvernance) via un screening positif ou négatif, les fonds verts sont des fonds sectoriels investissant exclusivement dans le secteur de l eau, des énergies alternatives, ou de l écologie. Ce mémoire a pour objet d analyser en quoi la réduction du périmètre d investissement pourrait diminuer le potentiel de diversification de tels fonds et, en conséquence, leur couple rendement-risque. Bollen, N., Mutual fund attributes and investor behavior. Journal of Financial and Quantitative Analysis 42, Rivoli P, Ethical aspects of investors behaviour, Journal of Business Ethics, vol 14., n 4,

5 Sujet 16. «Qui est l homo-oeconomicus» Proposé par Emmanuel Petit La théorie économique standard repose sur deux hypothèses centrales, l hypothèse de rationalité et celle de l agent «représentatif». L hypothèse de rationalité postule que l individu maximise ses objectifs sous contrainte. L hypothèse de l agent «représentatif» (Kirman, 1992) implique que les différences de personnalité, de genre, d identité, de catégorie sociale, ou même d ethnie, n ont aucune incidence sur l analyse des comportements individuels. En économie expérimentale, certains travaux récents, s appuyant sur la pratique plus ancienne de la psychologie expérimentale, ont cependant montré qu il existait des différences de comportements individuels (personnalité, genre, ethnie, catégorie sociale, etc.) concernant la notion de risque, la prise en compte de l incertitude ou encore en ce qui concerne les préférences sociales des agents économiques. Dans les jeux d interaction sociale, comme ceux liés à la coopération ou à la négociation, des études expérimentales ont notamment mis en évidence l impact des profils psychologiques ou des orientations sociales des sujets (Offerman et al., 1996 ; Boone et al., 1999). L objectif d une mémoire est d effectuer une revue de la littérature expérimentale illustrant le rôle des facteurs individuels dans l étude du comportement économique de façon à cerner qui se cache derrière l homo oeconomicus. Boone C., De Brabander B. et van Witteloostuijn A. (1999), The impact of personality on behavior in five Prisoner s Dilemma games, Journal of Economic Psychology, 20, p Kirman A. P., Whom or What does the Representative Individual Represent?, Journal or Economic Perspectives, 1992, vol. 6. Offerman T., Sonnemans J. et Schram A. (1996), Value Orientation, expectations and voluntary contributions in public goods, The Economic Journal, 106, p Sujet 17. «Le rôle de la dopamine dans la prise de décision individuelle» Proposé par Emmanuel Petit Dans le cadre de l économie expérimentale et comportementale, la neuro-économie peut informer la théorie économique en utilisant les connaissances des mécanismes du cerveau. En reliant la décision à ses substrats neuronaux, la neuroéconomie permet de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau et les fondements des processus décisionnels. Dans le système nerveux central, la dopamine joue un rôle complexe en tant que neurostransmetteur (substance chimique libérée par un neurone qui agit sur d autres neurones). La dopamine intervient dans diverses fonctions centrales, telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil ou la mémorisation. Les neurones dopaminergiques, qui ne représentent que 0,3% de 9 l ensemble des cellules du cerveau, joueraient notamment un rôle crucial dans la prise de décision. La dopamine serait en particulier associée au circuit de la récompense anticipée et de la recherche de plaisir ou de la satisfaction (Schultz et al., 1997). En particulier, il existerait un lien positif entre le degré d incertitude et l activation des neurones dopaminergiques, ce qui aurait des conséquences directes sur la décision risquée ou la décision de consommation. Plus récemment, des travaux ont également indiqué que la dopamine aurait des effets sur les comportements sociaux. Le lien entre la dopamine, la fonction récompense et le comportement pro social de réciprocité (soit coopération, soit confiance) a été relevé notamment par Rilling et al. (2002) et King-Casas et al. (2005). Ces travaux montrent que certaines zones du cerveau composées de neurones qui répondent à la dopamine sont fortement activées lors des séries de coopération mutuelle. L objectif d un mémoire est d effectuer une revue de la littérature récente en neuroéconomie illustrant le rôle de la dopamine dans l étude des comportements individuels. King-Casas B., Tomlin D., Anen C., Camerer C. F., Quartz S. R., and Montague P. R. (2005), Getting to Know You: Reputation and Trust in a Two-Person Economic Exchange, Science, 308: Rilling J. K., Gutman D. A., Zeh T. R., Pagnoni G., Berns G. S., and Kilts T. S. (2002), A neural basis for Social Cooperation, Neuron, 35: Schultz W, Dayan P., Montague P. R., 1997, A Neural Substrate of Prediction and Reward, Science, 275, Schmidt C. (2010), Neuroéconomie: comment les neurosciences transforment l économie, O.Jacob, Paris. Sujet 18. «Le rôle du statut social et de l image dans la théorie économique» Proposé par Emmanuel Petit et Sébastien Rouillon Le sujet porte sur les effets du statut social ou économique et de la recherche d image sur les comportements économiques individuels. Quelle attention les agents économiques portent-ils à leur statut économique au sein de la société? Comment peut-on la mesurer? Les agents adoptent-ils des stratégies leur permettant de protéger leur image ou leur statut? Quelles en sont les conséquences en termes de bien-être? Le statut économique est entendu ici comme un indicateur quantitatif, comme le revenu relatif d'un individu, sa consommation relative de biens ostentatoires, etc. Le mémoire pourra mobiliser les ressources de la modélisation économique et de l'économie expérimentale pour éclairer ces sujets. Alpizar et al. (2005), How much do we care about absolute versus relative income and consumption?, Journal of Economic Behavior and Organization. Bernheim (1994), A theory of conformity, Journal of Political Economy, 102:

6 Frank (1997), The Frame of Reference as a Public Good", Economic Journal, 107(445): Oxoby (2004), Cognitive dissonance, status and growth of the underclass, Economic Journal, 114: Sujet 19. «Adaptation versus Mitigation dans le cas du Changement Climatique : complémentaires ou substituts» Proposé par Jean-Christophe Pereau Domaines : Economie de l environnement Face à l échec des négociations internationales sur le changement climatique visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre, les pays ont décidés de se lancer dans des plans d adaptation visant à réduire les impacts des dommages. Ce mémoire visera à explorer d un point de vue théorique si les politiques de réduction et d adaptation sont complémentaires ou substituables. Un second aspect du mémoire consistera à analyser le contenu du 1 er plan national d adaptation au CC (juillet 2011) Walid Marrouch, Amrita Ray Chaudhuri (2011) working paper International Environmental Agreements in the Presence of Adaptation Ebert et Welsch (2011) Adaptation and mitigation in global pollution problems: Economic impacts of productivity, sensitivity, and adaptive capacity, Environmental and Resource Economics Rapport PNACC Sujet 20. «Biodiversité et négociation Nord-Sud» Proposé par Jean-Christophe Pereau Domaines : Economie de l environnement La biodiversité provenant des pays en développement est une ressource importante pour les firmes des pays industrialisés dans leur activité productive et de R&D. Ce mémoire aura pour objet d analyser à la fois d un point de vue théorique et empirique quels sont les acteurs concernés, le type de biodiversité concerné, les conflits Mare Sarr, Tim Swanson (2011) FEEM Working Paper Intellectual Property and Biodiversity: When and Where are Property Rights Important? Sujet 21. «Modélisation des anticipation adaptatives. Une approche par les réseaux de neurones artificiels» Proposé par Murat Yildizoglu Domaines : Economie évolutionniste, Economie computationnelle, Macroéconomie, Politique économique L objet de ce mémoire est de faire le point sur l approche moderne des anticipations adaptatives, en rapport avec le concept de rationalité procédurale de Simon (1978). En effet, face aux faiblesses des modèles qui font recours aux anticipations rationnelles et aux prévisions parfaites pour expliquer l émergence des problèmes de coordination et de déséquilibre, une approche plus réaliste des anticipations des agents se base sur une renaissance des anticipations adaptatives qui ont été «enterrées» par les Nouveaux Classiques. Le mémoire devrait faire le point sur les stratégies qu on peut adopter pour représenter la formation et l évolution en fonction de l expérience des agents de telles anticipations et les résultats qui en découlent, en termes de dynamique économique et, notamment, de convergence vers les équilibres à anticipations rationnelles. La littérature a notamment mis un accent particulier sur les réseaux de neurones artificiels comme stratégies de modélisation de ces anticipations. Le mémoire visera à établir le bilan de cette approche. Il est aussi possible de prolonger ce survol de littérature par une modélisation computationnelle qui teste ces stratégies dans un oligopole de Cournot simple. La programmation peut être réalisée dans un langage standard de type le Java ou via une plateforme qui offre des facilités comme le NetLogo ou Scilab. Cho, In-Koo, & Sargent, Thomas J Neural networks for encoding and adapting in dynamic economies. Chap. 9, pages of : Tesfatsion, L., & Judd, K.L. (eds), Handbook of Computational Economics, vol. 1. North-Holland. Evans, George W., & Honkapohja, Seppo Learning and Expectations in Macroeconomics. Princeton :NJ : Princeton University Press. Rubinstein, Ariel On Price Recognition and Computational Complexity in a Monopolistic Model. Journal of Political Economy, 101(3), Sargent, Thomas J Bounded Rationality in Macroeconomics. Oxford University Press. Simon, Herbert A Rationality as Process and as Product of Thought. American Economic Review, 68(2), Yildizoglu, Murat Connecting Adaptive Behaviour and Expectations in Models of Innovation : The Potential Role of Artificial Neural Networks. European Journal of Economics and Social Systems, 15(3),

7 Sujet 22. «Modélisation du canal de l investissement dans les modèles à base d agents (ABM) de dynamique macroéconomique» Proposé par Murat Yildizoglu Domaines : Economie évolutionniste, Economie computationnelle, Macroéconomie, Politique économique L objet de ce mémoire est de faire le point sur la modélisation de l effet de la politique monétaire dans la dynamique macroéconomique, surtout via le canal de l investissement. Après avoir fait le tour du rôle de la politique macroéconomique dans la modélisation de ce problème avec des modèles d équilibre général dynamique stochastique (EGDS), basés sur les anticipations rationnelles, même quand ils sont d inspiration keynésienne (le modèle NK de Woodford (2003)), le mémoire se consacrera aux modèles à base d agents (ABM) qui font recours à l hypothèse de rationalité procédurale (voir la liste des références). Le mémoire fera clairement apparaître les apports de ces modèles dans notre compréhension du rôle de la politique monétaire et leurs insuffisances. Delli Gatti, Domenico, Gaffeo, Edoardo, & Palestrini, Antonio The Apprentice Wizard : Monetary Policy, Complexity And Learning. New Mathematics and Natural Computation, 1(1), Raberto, M., Teglio, A., & Cincotti, S A dynamic general disequilibrium model of a sequential monetary production economy. Chaos, Solitons and Fractals, 29. Raberto, M., Teglio, A., & Cincotti, S Integrating Real and Financial Markets in an Agent-Based Economic Model : An Application to Monetary Policy Design. Computational Economics, 32. Sargent, Thomas J Bounded Rationality in Macroeconomics. Oxford University Press. Woodford, Michael Interest and Prices. Foundations of a Theory of Monetary Policy. Princeton University Press. Sujet 23. Proposé par Murat Yildizoglu Domaines : Economie évolutionniste, Economie computationnelle, Macroéconomie, Politique économique L objet de ce mémoire est de faire le point sur les résultats qui ont été obtenus dans la littérature récente sur la convergence des comportements des firmes dans un oligopole de Cournot, en fonctions des hypothèses adoptées sur leur apprentissage en rationalité limitée. Le mémoire doit dessiner un tableau précis des différentes solutions vers lesquelles on obtient la convergence des comportements des firmes et les conditions nécessaires, en termes de mécanismes d apprentissage et de paramètres structurelles (fonctions de coûts et de demande ; nombre de firmes, etc.), de ces résultats de convergence. Pour ce faire, le mémoire doit couvrir la littérature analytique, en termes de jeux évolutionnaires et la littérature computationnelle, en termes d apprentissage. 13 Alós-Ferrer, C Cournot versus Walras in dynamic oligopolies with memory. International Journal of Industrial Organization, 22(2), Alós-Ferrer, C., & Ania, A.B The evolutionary stability of perfectly competitive behavior. Economic Theory, 26(3), Alós-Ferrer, C., & Shi, F Imitation with asymmetric memory. Economic Theory, Alós-Ferrer, C., Ania, A.B., & Schenk-Hoppe, K.R A dynamic evolutionary model of Bertrand oligopoly. Alós-Ferrer, C., Ania, A.B., & Vega-Redondo, F An evolutionary model of market structure. The theory of markets, Arifovic, Jasmina Genetic Algorithm Learning and the Cobweb Model. Journal of Economic Dynamics and Control, Special Issue on Computer Science and Economics, 18(1), Bergin, J., & Bernhardt, D Comparative Learning Dynamics. International Economic Review, 45(2), Vallée, Thomas, & Yildizoglu, Murat Convergence in the Finite Cournot Oligopoly with Social and Individual Learning. Journal of Economic Behaviour and Organization, Vega-Redondo, F The evolution of Walrasian behavior. Econometrica : Journal of the Econometric Society, Vriend, Nicolaas An Illustration of the Essential Difference between Individual and Social Learning, and its Consequences for Computational Analyses. Journal of Economic Dynamics and Control, 24(1), Sujet 24. «Optimisme, déception et croyances optimales» Proposé par Emmanuelle Gabillon Domaine : Théorie micro-économique. L objectif de ce mémoire est de faire une synthèse d une partie de la littérature selon laquelle les agents déterminent eux-mêmes leurs croyances subjectives de manière à maximiser leur bien-être. Brunnermeier, M.K., and J.A. Parker, Optimal Expectations, The American Economic Review, vol 95(4), 2005, C. Gollier, Optimal Choice and Beliefs with Ex Ante Savoring and Ex Post Disappointment, Management Science, vol. 56, n 8, août 2010, p C. Gollier, Optimal Illusions and the Simplification of Beliefs, June C. Gollier, Optimal Expectations with Complete Markets, July

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries Chapitre 8 Innovation technologique et dynamique des industries Niveau méso-économique : Approche évolutionniste innovations technologiques comme source principale de la dynamique industrielle Vision riche,

Plus en détail

REVUES ECONOMIQUES PAR THEMES ET REVUES EN LIGNE. Sommaire

REVUES ECONOMIQUES PAR THEMES ET REVUES EN LIGNE. Sommaire REVUES ECONOMIQUES PAR THEMES ET REVUES EN LIGNE Sommaire ACTUALITE ECONOMIQUE, POLITIQUE ET SOCIALE... 2 AGRICULTURE... 3 BANQUE - FINANCE - MONNAIE... 3 COMMERCE ET COMMERCE INTERNATIONAL... 4 COMPTABILITE...

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT

TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT Université d Auvergne, Clermont 1. Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. 2009-2010 TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT Master 2 ème année : développement durable dans les pays en développement

Plus en détail

Conférence d Economie Internationale

Conférence d Economie Internationale Conférence d Economie Internationale 13 e séance, 2 juin 2009 Trade and Development SCIENCES-PO, MASTER Affaires Internationales, UP : 57517 Plan de la séance 1. Intro 2. Commerce et spécialisation 3.

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2014 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca Assistant: Jean Armand Gnagne Adresse couriel:

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

Explication et répartition des crédits ECTS

Explication et répartition des crédits ECTS Explication et répartition des crédits ECTS PROGRAMME BSc in International Business Année 2013-2014 1 LES CREDITS ECTS (NOTE EXPLICATIVE) Qu est-ce qu un système de crédits? Un système de crédits est une

Plus en détail

BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT

BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT ECTS CM TD Volume horaire Semester 1 30 161 109 288 UE1 Economics 9 48 32 80 Microeconomics 1: Central/Essential/Major Principles 24 16 40 Macroeconomics 1:

Plus en détail

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse LISTE DES THESES ENREGISTREES AU CEDOC Formation Doctorale : Sciences de gestion Sujet de thèse L analyse technique en tant qu outil d anticipation des crises boursières : Entre réalité et surréalisme

Plus en détail

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours Le cours de comportement organisationnel et management appliqué

Plus en détail

Quantitative and Behavioural Finance MFM Quanteviour European Equities

Quantitative and Behavioural Finance MFM Quanteviour European Equities Quantitative and Behavioural Finance MFM Quanteviour European Equities 1 SOMMAIRE Finance Comportementale - Notions Un Premier Constat Démarche Modèle d investissement Track Record MFM Quanteviour European

Plus en détail

1er Semestre. Macroeconomics 36h CM et 15h TD 6. Econometics with SAS 9h TP 3. R Programing 12h TD 3. Econometrics 36h CM, 15h TD et 15h TP 6

1er Semestre. Macroeconomics 36h CM et 15h TD 6. Econometics with SAS 9h TP 3. R Programing 12h TD 3. Econometrics 36h CM, 15h TD et 15h TP 6 Programme Master 1 Les 3 Masters 1 proposés : Economie, Economie et Droit, Economie et Statistique, ont pour finalité de donner aux étudiants une solide formation dans les domaines concernés (économie,

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

ECN-60219: Théorie macroéconomique I http://www.webct.ulaval.ca

ECN-60219: Théorie macroéconomique I http://www.webct.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2008 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Tél.: 418-656-2131 poste 5442 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca ECN-60219:

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Master Ingénierie des risques économiques et financiers Mention Mathématiques appliquées, statistique

Master Ingénierie des risques économiques et financiers Mention Mathématiques appliquées, statistique Master Ingénierie des risques économiques et financiers Mention Mathématiques appliquées, statistique 2016-2017 Présentation de la faculté 6 mentions de master L offre de formation proposée par la faculté

Plus en détail

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Auteur: Luiz Flavio Andrade (GATE-CNRS, IRDES) Discutant: Lydie Ancelot (IRIAF, Université de

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Economie et ingénierie financière Dauphine Master 2015-2016

Economie et ingénierie financière Dauphine Master 2015-2016 Economie et ingénierie financière Dauphine Master Type de diplôme : Diplôme de grand établissement conférant le grade de master Niveau : Bac +5 Crédits ECTS : 120 Durée des études : 4 semestres (hors année

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo 1 La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014 Patricia Crifo Université Paris Ouest, Ecole Polytechnique & Cirano (Montréal) Plan de la

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE»

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Ma Licence à l ESTIM

Ma Licence à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Ma Licence à l ESTIM Livret des études Année universitaire 2010-2011

Plus en détail

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE Matinale Recherche «Diversification à un Prix Raisonnable» Comment intégrer les stratégies alternatives de façon optimale dans une gestion actif/passif? avec Mathieu VAISSIE La dernière crise systémique

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes

D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes MODULES FINAL D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Projet soutenu par la MSH Paris Nord à l'issue de son appel à projets 2012

Projet soutenu par la MSH Paris Nord à l'issue de son appel à projets 2012 There are no translations available. Projets soutenus par l'axe 3 thème 4 en 2012 l en 2009 Projet soutenu par la MSH Paris Nord à l'issue de son appel à projets 2012 Sur le renouvellement des cadres comptables

Plus en détail

La confiance, facteur de protection et développement

La confiance, facteur de protection et développement Association canadienne pour la santé mentale Division du Québec 911, rue Jean-Talon Est, bureau 326, Montréal (Qc) H2R 1V5 Tél. 514-849-3291 Téléc. 514-849-8372 Courriel : info@acsm.qc.ca Site : www.acsm.qc.ca

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil UFR d'economie et de Gestion 10, placette Lafleur BP 2716 80027 Amiens Cedex 1 www.u-picardie.fr Objectifs Publics Débouchés Modalités d'accès Organisation Contrôle des connaissances Formation continue

Plus en détail

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion 1 ère Année 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion LUNDI 08/06/2015 MARDI 09/06/2015 MERCREDI 10/06/2015 JEUDI 11/06/2015 VENDREDI 12/06/2015 SAMEDI 13/06/2015 LUNDI 15/06/2015 MARDI

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

EXAMENS DU SEMESTRE D'AUTOMNE 2015-2016

EXAMENS DU SEMESTRE D'AUTOMNE 2015-2016 EXAMENS DU SEMESTRE D'AUTOMNE 2015-2016 Mise à jour du : mercredi 18 novembre 2015 Jeudi 10 décembre 2015 3h 8h30-11h30 Soumission ou révolte : le sujet politique en questions 16962 Collège U 480 2h 10h30-12h30

Plus en détail

Master in Economics and Business

Master in Economics and Business Master in Economics and Business Préambule Le département d Economie de Sciences Po se développe à l image d une école, il est structuré par une faculté disciplinaire permanente, un portefeuille de masters

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 Economie monétaire et système financier européens Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 http://www.nikolaynenovsky.com/ Economie monétaire et Système financier européens Plan des séminaires Séminaire 1 L intégration

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Laboratoire de mathématiques financières ACT 3282

Laboratoire de mathématiques financières ACT 3282 Automne 2015 Département des mathématiques et statistiques Université de Montréal Laboratoire de mathématiques financières ACT 3282 1. Renseignements généraux: Horaire: Mardi 18h30-19h30 et Vendredi 11h30-13h30

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

SOMMAIRE VII. Remerciements

SOMMAIRE VII. Remerciements SOMMAIRE VII S o m m a i r e Remerciements Préface XIII XVII Introduction 1 Changer les comportements, c est possible 1 mais la règle, c est l échec! 3 Les humains ne décident pas comme des homo economicus

Plus en détail

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html Option Deux thèmes : La recherche opérationnelle : Traiter des problèmes d optimisation, d aide à la décision et d évaluation de performances

Plus en détail

CMI ECONOMIE, FINANCE QUANTITATIVE ET STATISTIQUES - PARCOURS FORMATION EN APPRENTISSAGE

CMI ECONOMIE, FINANCE QUANTITATIVE ET STATISTIQUES - PARCOURS FORMATION EN APPRENTISSAGE Université de PARIS 2 - ASSAS 1/3 PARCOURS FORMATION EN APPRENTISSAGE L1 S1 Mathématiques 1 4 L1 S1 Statistiques 1 4 L1 S1 Fondemants de l'informatique 4 L1 S1 Compléments Maths 2 L1 S1 Compléments Stats

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Caractérisation de l entreprise

Caractérisation de l entreprise Caractérisation de la décision scientifique dans l entreprise d un point de vue statistique Abderahmane Yousfate Universté Djillali Lyabes Sidi Bel Abbes Caractérisation de l entreprise 'entreprise peut

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 M1 9 1

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE TUNISIE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM MAROC ALGERIE FACULTES Sciences Economiques, Commerciales et de Gestion Sciences

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

Promesses et limites de l application des simulations multi agents à la recherche qualitative

Promesses et limites de l application des simulations multi agents à la recherche qualitative Promesses et limites de l application des simulations multi agents à la recherche qualitative 3e Congrès de l Association Française de Sociologie Réseau Thématique n. 20 (Méthodes) Paris, 14 17 avril,

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

[Aucun étudiant ne. sera autorisé à passer les examens sans la présentation de sa carte d'étudiant.].

[Aucun étudiant ne. sera autorisé à passer les examens sans la présentation de sa carte d'étudiant.]. [Aucun étudiant ne sera autorisé à passer les examens sans la présentation de sa carte d'étudiant.]. 1 ère Année 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion Mercredi 11/06/2014 Jeudi 12/06/2014

Plus en détail

Maxime MERLI Professeur de Finance CNU, Section 06, Sciences de Gestion

Maxime MERLI Professeur de Finance CNU, Section 06, Sciences de Gestion Maxime MERLI Professeur de Finance CNU, Section 06, Sciences de Gestion Adresse Professionnelle : LaRGE, EM Pôle Européen de Gestion et d Economie 61, avenue de la forêt noire 67085 - Cedex E-mail : merli@unistra.fr

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3 Banque de Finlande Le mot du Gouverneur Une monnaie stable et un système financier fiable représentent des choses importantes pour chacun de nous. Veiller à ces deux points relève de la compétence des

Plus en détail

Ramona JIMBOREAN. (mise à jour : décembre 2012) Experience professionnelle Economiste, Service des Relations Européennes, Banque de France

Ramona JIMBOREAN. (mise à jour : décembre 2012) Experience professionnelle Economiste, Service des Relations Européennes, Banque de France Ramona JIMBOREAN (mise à jour : décembre 2012) Adresse professionnelle Banque de France Service des Relations Européennes 49-1487 DGEI DERIE SRE 31 rue Croix des Petits Champs 75049 Paris Cedex 1, France

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Normes s : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Toulouse School of Economics (INRA-LERNA-IDEI) Auteur Introduction Le contrôle de la pollution est perçu en économie comme un coût, un fardeau pour

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC)

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Pour le contrôle continu en session 1 d examen, chaque enseignant indique en début de cours les modalités de contrôle (nombre d examen écrit et/ou

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises?

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? Patrice LAROCHE et Heidi WECHTLER GREGOR IAE - Université Paris 1 Sorbonne Plan de l exposé Le contexte d émergence

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Expertise, Indépendance et Performances Durables

Expertise, Indépendance et Performances Durables Expertise, Indépendance et Performances Durables Atelier «Gouvernance et engagement actionnarial» Chaire «Finance durable et Investissement Responsable» Gwenaël Roudaut Ecole Polytechnique 2 juillet 2012

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse)

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Chaire Finance Durable et Investissement Responsable AFG, Paris, vendredi 9 novembre

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Membre du Conseil de département LSO de 2006 à 2008 Membre du Conseil d'administration de 2008 à 2012

Membre du Conseil de département LSO de 2006 à 2008 Membre du Conseil d'administration de 2008 à 2012 Arestoff Florence Maître de conférences Florence.Arestoff@dauphine.fr Tél : 01 44 05 45 23 Bureau : P 117 Poste actuel et responsabilités à Dauphine Département de rattachement : LSO Centre de recherche

Plus en détail