! " # $ % & '( #! " "

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "! " # $ % & '( #! " ""

Transcription

1

2 ! # $ % & '( #! 2

3 ) ************************************************************************************************************************************************* * ************************************************************************************************************************************+ #$% % & '( $)* )) + &,&,& $* & $& & -% &,& &.)+ -)*,+ % $)'& + ''#/ 0* -& '&,& * - 1& -$.,)2 & $.-)* & -,* 3 &,+! )* '-)* * & 4& * -,& 5+ $,'-)* '',& & '-& + $& -,% % &,)'-)2 $& 0//6 & % -& 42 $& 0//7#0 8',$& 4& -( ),)) + & #9 * ********************************************************************************************************************************************,- # + $&,!! '+ -& & & $* -&,& & + -&,& % $)'& #6 : #6 : ; #< : #< : #= : 0/ : 0/ : 7< ) * >#7?0// $&,!! '+ -& & & % % '-)*,& ))$* + & ''08 0## 08 : 08 : 09 : % #0 8/ : 8/ 8# : 8# B : 88 : 89 : 86 3

4 00# 8< : 8< : 8D # : 9# : 90 : : 98 : 99 : : 97 : 97 : E F9< 006 9< : 9< : 9= :! 9= 8 + $4% '-)*,& # $ % $& ' % $# ( 9D 9 + $& % $& )''+ % -)*,& % )% + -)* + -$.& $,& $& 4$ + &! -& * ) )2 & $.-& + $ 6# * *************************************************************************************************************************************., #')* -- $& -! % & $),&,)2 & $.-)* 6# )* )* +! )* +, )* - )* +! -. )* - )*!, )/!, 0 )/!, 0')* -- $& -! ''& & $-)*,& % $)'& 66 )* 1. )* 1. 4

5 * ************************************************************************************************************************./.#$& ')44*,-)* ')* '& $* * -''& & $-)*,& % $)'& 6= ).0$& ')44*,-)* ')* '& $* * -& % $)'& + ''6= )/ + - )/ 2 0.8$& ')44*,-)* ')* '& $* * -))$* + & * >#7?0//9* + & & 4),! '-)* % % )$-& & % $))$* + & * >#/?0//<6D ) )& )* $& ')44*,-)* + $& ',$& & * & $,& -$-& 4& * -,+ ')* -& * -& + G,+ & * )',& 7# )8 1. )' + 9. )& :. ) 5 78 '? =/.% =0. * >/7?#/ # 0//7 5 5 =6 G - ) >#7?0//9>#/?0//<=D G 2! DD G '* >#=?4?4?0//< 8/ 0//< & * 5#// 5

6 ! 1! 5% 15 H 5 : 51 5 H 5 : % $),( )$1 $I %,, ( * 51 * 5 6

7 ), #DD7! $I #DD9& ;! K 1 )* %! 1 I ; )! & ; # % ' ;,! 1 Voir bibliographie (nnexe X). 7

8 ! 4 & L % ; M H: N ) ; ; '; 1 N '! 8

9 *! H! : 0//6 5 ) >#7?0//9 #D?/7?0//9 0 ' 5 O! 0//7 0//< 0//<! B 5 8# 0//<! 0//<' E F 0//= ' 0//< ) * >#/?0//< /#?/8?0//< 8! H M M : ; * *! ' G B 2 La Loi Organique Gacaca n 16/2004 du 19/06/2004 régissant les uridictions Gacaca a été partiellement modifiée et complétée par la Loi Organique n 10/2007 du 01/03/ Inyangamugayo : personne intègre élue par la population pour faire partie des uridictions Gacaca et juger les prévenus. 9

10 *,* & '( # % 5 % 34 ' % 97 : # 8' 4 % # # 5 1 1, #DD9 $I L #DD7 E # #DD/8# #DD9F 7/// #///// ; ) 07 0//#5 & 0//0 5 <6# 5 ' F N ) * >#7?0//9 5 # #DD/8# #DD9 #D0//9 & 0//6 5 ' ' #/ 0//6 ##= E F##= 5 ##= 5 E F #696 5 #696 5 ' 0//6 * 5 H * 5: 9 P & ' 5 ' 0//7 0//7 5 0//6 0//7 5 ' #60//7 #696 5 ; 5 & #/0//6H E F:8/ 0//70<96D 5 4 Une première formation générale sur le nouveau système Gacaca, avait été organisée à l intention de tous les Inyangamugayo des uridictions Gacaca, immédiatement après la création de ces dernières en

11 * 5 0//7 5 ' =#=679 ; 6 <<07D # 98066< 0 8/=<8= 8 0//< $ 5, ) >#/?0//< # 0//< ) >#/?0//< # 0//<#=/8 # #0 # ' ; 5, * 5 8# 0//<#/=<80 #//6/< 5 < * 8#0//< ; ', & * 5# 0//<D/Q 0 #/Q = * 5 890<7D 5 H : #6 0//7 8/ 0//< D 9D=8=8 </Q #/ </ D/Q 0//< H #//6/<890<7D 5 : 5 Rappelons, à titre indicatif, que d après ces mêmes sources, le nombre de personnes accusées de crime de génocide dans les prisons rwandaises s élevait à plus de en L instruction n 11/07 du 02/03/2007 du SNG énonce le principe de la multiplication des Sièges. Les chiffres concernant les nouveaux Sièges ont été donnés par la Secrétaire Exécutive du SNG lors de la réunion de présentation des avancées du processus Gacaca du 03/07/2007, à l attention des partenaires de la société civile et des bailleurs de fonds. 7 Réunion du 3 juillet 2007 avec les partenaires au Processus Gacaca. ompte rendu disponible sur le site internet du SNG : 8 Réunion de la Secrétaire Exécutive du SNG avec les partenaires du processus Gacaca, le 4 octobre Entre le 10/03/2005 et le 14/07/2006, 7015 procès ont eu lieu dans le cadre de la phase pilote. 10 ssemblée parlementaire P-UE du 20 novembre Exposé du Ministre de la ustice «le rôle central des uridiction Gacaca dans la perspective du processus de réconciliation» (les chiffres figurent sur le document, du même nom, remis aux participants). 11

12 % # # 5 # 3'% '1 8' #D0//006 0//0 <6#5 ' 0 7 7, 6* ( 1 ;. : 7 7, < = % #6 0//6 #/0//6 50//7 #60//7! D//=5 ' ##= D//=5 ' # * ( 1 ; 7 : 7 7 * ( 1 ;. : 7 7, < = % #0//< #=/8 5 9#0 5 ** % 4 85 ;83 : '% 9 < 5 3: 8' 4 8% 9 4! 5 % # = 4 1 8' 4 4 $ 4 8% 5 # 3'% '1 8' % 1 8# 38% 90 0 >% < 3.? 5 0 8$ < 3! ' 5 0//6 0//7! #D8 0<< 4 < 12

13 @ 4 1 R R * N ; * 5 @, H : $ H S M ; M : & @ $ 4 ' $I $I 4 * 13

14 ** % 3$ 7 82 % & '( # '! 5 S! T 5, ; * E F &! ' *, 5! #99 0D/ 0//7 0//<' >#/?0//< /#?/8?/< S ' ; S 5 ), 14

15 *,*# 35 % '=='1 # 87 5 '7 5? & 3 4 8'% 97 ( # '87 % ##, E' 5 F' #0 + ; : ; 5 5 ' * ; 11 Lorsqu un intervenant demande au prévenu pourquoi il n a pas sauvé l enfant dont il était le parrain, l accusé répond qu il n en avait pas le pouvoir (PI Kanyarwanda, Kicukiro/Kicukiro, le 18/02/2007). Un accusé, lorsque le Siège lui demande ce qu il a à ajouter, dit : «e n est pas nous qui avons commis le génocide, c est l Etat». (PI Ndagijamana, Gatore/Kirehe, le 15/02/2007). Un autre accusé dit que «celui qui ne partait pas à la guerre se voyait privé de ses biens». (PI Rwakibibi, Gatore/Kirehe, le 08/02/2007). 12 PI GTRIGMB élestin, Ndera/Gasabo, le 13/02/

16 ; - #9 ' & 5 * ' #6 #7 #< #= #D E F,, + 13 BGIRISHY Gabriel, Butare/Ruhango, le 13/02/ PI NYMWIGEM François et crts, Mubuga/Karongi, le 08/02/2007. PI HRINDINTWRI Fidèle et crts, Gihundwe/Rusizi/08/02/ PI NEMEYE Eléazar et consorts, le 11/01/2007, Muyenzi/Bugesera ; PI NGENDHIMN yprien et consorts, Gahanga/Kicukiro le 25/01/ PI NGENDHIMN yprien et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 25/01/ PI MTBRO et PI HBIMN ean, Zaza/Ngoma, le 18/04/2007 ; PI HBIMN harlot, PI KMONYO bel et PI RUSHENGUR Benoît, Zaza/Ngoma, le 25/04/2007 ; PI BNDIBHUTU Dominique et MUDDLI acques, Musha/Rwamagana, le 26/04/2007. PI MUSHENGEZI NSEKNBNG Zéphanie, Shangi/Nyamasheke, le 25/01/2007. PI RWKIBIBI, Gatore/Kirehe, les 08/02 et 01/03/2007. PI MUVUNNDIND Habib et consorts, Burema/Nyarugenge, le 20/10/2006 : le juge ne souhaite tout simplement pas qu il y ait de débats, estimant que la seule reconnaissance des faits par l accusé est suffisante pour rendre un jugement. 18 BNDIBHUTU Dominique et MUDDLI acques, Musha/Rwamagana, le 26/04/2007. PI RWKIBIBI, Gatore/Kirehe, les 08/02 et 01/03/2007. PI MUSHENGEZI NSEKNBNG Zéphanie, Shangi/Nyamasheke, le 25/01/2007. PI NEMEYE Eléazar et consorts, Muyenzi/Bugesera, le 11/01/2007 ; PI NGENDHIMN yprien et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 25/01/2007. PI UWITONZE Innocent et crts, Remera/Muhanga, le 21/11/2006. PI RUBYIZ, NDEREYIMN et UGIRSE, Kibirizi/Nyamagabe, le 26/10/2006 et le 02/11/ PI UWITONZE Lambert et KMNZI Innocent, Tumba/Huye, le 24/01/

17 0/ * #9 0# : ; ; ; 00 ' ; 08 : UF HE F 09 E F 06 E F 07 E SF 0< EG F: ', E V F 20 PI IYITEGETSE, Rurembo/Gicumbi, le 04/01/ PI MUVUNNDIND Habib et consorts, Burema/Nyarugenge, le 20/10/ PI HBIMN Isaïe, Rambura/Gicumbi, le 11/01/2007. NGENDHIMN Diogène& srts, Gashenyi/Nyagatare, le 30/11/2006. PI TWYISIRE Isae, Ntarama/Bugesera, le 16/11/2006 et les 7 et 14/12/2006; PI UHGZE ean, Ntarama/Bugesera, les 9 et 16/11/2006. PI KNYMUGR David, Gasura/Karongi, les 23 et 30/11/2006. PI KWIPERU Evariste, Nyamgana/Ruhango, le 16/01/ PI TWYISIRE Isae, Ntarama/Bugesera, le 14/12/2006 : la juridiction a indiqué dans la motivation de son jugement qu elle s était fondée notamment sur le témoignage d un coauteur de l accusé, lequel témoignage a été recueilli en dehors de l audience. 24 PI TWGIRIMN oseph, Dusego/Ruhango, le 07/11/ PI NGIRBTWRE Simon et KNYMUGR David, Gasura/Karongi, le 23/11/2006. PI SENKIM Enock, Kibirizi/Karongi, le 26/10/ PI MUTBRUK Nicolas, NSNZIMN, KREKEZI, Kiraro/Nyamagabe, le 09/11/ PI RYIVUZE ean, Gasura/Karongi, le 09/11/

18 , ; ; S E T F F ; ' + 0= ' 0D & #0, 5 S E- ; ; M ; F 8/ ) 067<7>7<#8> : 28 ertains accusés avouent par exemple n avoir porté qu un coup ayant fait trébucher la victime, les coaccusés se chargeant de la tuer. Un autre précise même la personne qui a donné l allumette à une autre personne, cette dernière ayant mis le feu à une clôture. 29 PI NYMWIGEM François et crts, Mubuga/Karongi, les 08 et 15/02/2007. PI KMURONSI Vital et consort, Rugendabari/Muhanga, le 25/10/ rticle 141 al. 2, onstitution du 4 juin

19 8# W 80 ' 88 & 89 5% * -+ $* ?2 /0?##?0//71 >$ - + +? $ ? $?! * ( 1 < +! $B ' % ' * <, * + - < 1 ++ D E 31 PI BRNYNG ean Damascène, Gisa/Rubavu, le 15/02/2007. PI MUSER et MUNYNDID, Gatunda/Nyagatare, le 23/11/2006. NGENDHIMN Diogène et crts, Gashenyi/Nyagatare, les 30/11 et 07/12/2006. PI NTURNYI ean Bosco, Maranyundo/Bugesera, le 02/11/ Peine prévue pour les personnes relevant de la 2 ème catégorie point 3, prévue à l article 51 de la Loi Organique Gacaca es peines ne peuvent excéder sept ans d emprisonnement, alors que les peines prévues pour les personnes relevant de la 2 ème catégorie points 1 et 2 peuvent aller jusqu à 30 ans d emprisonnement. 33 PI MUKNSNG Béatrice, Kanyinya/Nyarugenge, le 16/11/2006 et PI RWGSN ean Népomuscène, Kanyinya/Nyarugenge, le 30/11/ PI NTKIBYE Ladislas et PI VTIRI élestin, Nanga/Nyabihu, 17/04/2007. Les audiences observées dans la uridiction Gacaca de Secteur de Gatore, District de Kirehe, ancien District de Rusumo, ex-province de Kibungo, au mois de février PI RUDERE Etienne, Kicukiro/Kicukiro, le 18/02/2007, PI GTWZ oseph, Kicukiro/ Kicukiro, le 25/02/2007 et PI RURNGW Emmanuel, Ndera/Gasabo, le 20/02/2007. Toutes les audiences observées dans la uridiction Gacaca de Secteur de Rurembo, District de Gicumbi, ex-province de Byumba, au mois de janvier PI MUSHENGEZI NSEKNBNG Zéphanie, Shangi/Nyamasheke, le 25/01/2007; PI BUTER Léonard, Gihundwe/Rusizi, le 25/01/2007. Toutes les audiences observées dans la uridiction Gacaca de Secteur de Rugerero, District de Rubavu, dans l exprovince de Gisenyi, au mois de janvier PI HBINEZ Balthazar et consort, Buhoro/Mudasomwa, le 11/01/2007 ; PI UWITONZE Lambert et KMNZI Innocent, Tumba/Huye, le 24/01/2007 ; PI KWIPERU Evariste et NTHUG ssumani alias yamudonge, Nyamagana/Ruhango, le 16/01/2007. PI MUVUNNDIND Habib et consorts, Burema/Nyarugenge, le 02/11/2006. PI NTNYUNGU Félicien, Gashenyi/Nyagatare, le 19/10/2006. PI NKURIZ Simon, Kibirizi/Nyamagabe, le 19/10/2006 ; PI NTGND élestin et NTMWER Ezéchias, Kibirizi/Nyamagabe, le 05/10/2006. PI TWGIRIMN oseph, Dusego/Ruhango, le 07/11/2006 ; PI HITIMN Felix, Dusego/Ruhango, le 14/11/2006 ; PI NTBNGNYIMN ean Bosco, HKIZIMN hrysogone, Dusego/Ruhango, le 28/11/

20 : # ) 87 1 ' H<6 ) : L M 8< 0//6 0//7 R U : 5 8= & 8D 5 ' 9/ ' 9# 35 SEBHUTU Vincent, Ngoma/District de Kamonyi, le 24/04/ PI NTGND élestin et NTMWER Ezéchias, Kibirizi/Nyamagabe, le 05/10/2006 ; PI NKURIZ Simon, Kibirizi / Nyamagabe, le 19/10/ PI NEMEYE Eléazar et consorts, Muyenzi/Bugesera, le 11/01/ BNDIBHUTU Dominique et MUDDLI acques, Musha/Rwamagana, le 26/04/2007. PI NTGND élestin, Kibirizi/Nyamagabe, le 05/10/2006 ; PI NKURIZ Simon et NKOMEIMN alixte, Kibirizi / Nyamagabe, le 19/10/2006. PI NIZEYIMN ean Damascène, Kanyinya/Nyarugenge, le 09/11/2006 : la juridiction s est limitée à dire que l accusé rejetait tous les faits allégués à sa charge, sans se prononcer sur les aveux que ce dernier avait présentés. 39 Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Gashonga, District de Rusizi, ex-province de yangugu, au mois d avril PI MUNYENTWRI Oscar et consorts, Gashonga/Rusizi, le 26/04/ L article 73 de la Loi Organique Gacaca n 16/2004 du 19/06/2004, telle que modifiée à ce jour, énonce des peines 20

21 S 90 * ) 0//9 6= ) 0//< 1 E- 5 F, T ; ' 98 & 99 S T ) ' ; 97 ) ; 9< différentes selon que le recours à la procédure d aveu, de plaidoyer de culpabilité, de repentir et d excuses a été fait avant ou après que la liste des accusés des infractions constitutives du crime de génocide ait été établie par la uridiction Gacaca de ellule. 42 PI KRNGW ean d amour, Maranyundo/Bugesera, le 19/10/ PI MUNYEMN MV, Remera/Muhanga, le 01/11/2006 : cette lacune n a pas permis de vérifier la légalité de la peine de 12 ans d emprisonnement prononcée à l encontre des accusés, peine minimum prévue pour les accusés qui ont avoué après leur inscription sur la liste des accusés (art. 73, 2 Loi Organique Gacaca 2004, avant sa modification par la Loi Organique Gacaca n 10/2007 du 01/03/2007) et peine maximum pour ceux qui ont avoué avant leur inscription sur cette liste (art. 73, 3 ). 44 PI NTHUG ssumani alias yamudonge, Nyamagana/Ruhango, le 16/01/ PI NYNDWI et crts, Nyarutovu/Muhanga, le 14/11/2006 : c est à juste titre qu une juridiction ayant rejeté les aveux présentés par l accusé avant le jour du jugement, et ayant plutôt accepté ceux qu il a présentés en audience, a considéré que lesdits aveux avaient été présentés après son inscription sur la liste des accusés du crime de génocide établie par la uridiction Gacaca de ellule. 46 PI MUGRUR uvénal, Rurembo/Gicumbi, le 21/12/2006. PI MUHWENIMN Donat et RUTGNIR Vincent, Busanza/Kicukiro, le 04/10/2006 et PI MUVUNNDIND Habib et consorts, Burema/Nyarugenge, le 02/11/ L article 73 de la Loi Organique de 2004 prévoit que les prévenus relevant de 2 ème catégorie, figurant déjà sur la liste des auteurs des infractions des infractions de génocide lorsqu ils ont recouru à la procédure d aveu, encourent une peine allant de 12 à 15 ans. eux ayant présenté leurs aveux avant d être inscrit sur cette liste encourent une peine allant de 7 à 12 ans. 21

22 #8 : 7< ) * >#7?0//9 9= 7< ) #0 + ; 7< ) 9D 6/ 6# Tout jugement rendu par la uridiction Gacaca de Secteur et d ppel indique : 1 la juridiction qui l a rendu ; 2 les noms des membres du Siège qui ont pris part au délibéré ; 3 l identité des parties au procès ; 4 chacune des préventions mises à charge du prévenu ; 5 les moyens présentés par les parties aux procès ; 6 les motifs du jugement ; 7 l infraction dont le prévenu est connu coupable ; 8 les peines prononcées ; 9 l identité des victimes et la liste des préjudices corporels subis ; 10 la présence ou l absence des parties ; 11 l ouverture au public des audiences et du prononcé ; 12 le lieu et la date du jugement ; 13 les dispositions de la présente loi organique appliquée ; 14 la mention du délai de recours. 49 udiences observées dans la juridiction de Secteur de Rurembo, District de Gicumbi, ex-province de Byumba, au mois de janvier. PI NTURNYI ean Bosco, Maranyundo/Bugesera, le 2/11/2006. PI TWGIRIMN oseph, Dusego/Ruhango, le 07/11/2006 ; PI HITIMN Felix, Dusego/Ruhango, le 14/11/2006 ; PI NTBNGNYIMN ean Bosco, HKIZIMN hrysogone, Dusego/Ruhango, le 28/11/2006. PI MUGRUR uvénal, Rurembo/Gicumbi, le 21/12/2006 ; PI HRERIMN Michel, Rurembo/Gicumbi, le 28/12/ PI TWGIRIMN oseph, Dusego/Ruhango, le 07/11/2006 ; PI HITIMN Felix, Dusego/Ruhango, le 14/11/2006 ; PI NTBNGNYIMN ean Bosco, HKIZIMN hrysogone, Dusego/Ruhango, le 28/11/2006. PI MUGRUR uvénal, Rurembo/Gicumbi, le 21/12/2006 ; PI HRERIMN Michel, Rurembo/Gicumbi, le 28/12/ PI NTURNYI ean Bosco, Maranyundo/Bugesera, le 2/11/2006. PI BIZIMN ean et MUNYENTWRI Damascène, Maranyundo/Bugesera, le 5/10/2006 et PI KRNGW ean d amour, Maranyundo/Bugesera, le 19/10/ PI NTBNGNYIMN ean Bosco, HKIZIMN hrysogone, Dusego/Ruhango, le 28/11/

23 : 68 4; 7< 69 6#H :<8H ' ) ; 66 **# 35 % '=='1 # 87 5 '7 5? '1 8' 4 % '3& 4 '( # 1 1 0# ' % 5 H * 5! 0//6: '? ) T H : ) 'S 0## : ; 4 % 53 PI MUKNSNG Béatrice, Kanyinya/Nyarugenge, le 16/11/2006. PI MUTBRUK Nicolas, NSNZIMN, KREKEZI, Kiraro/Nyamagabe, le 09/11/2006 ; PI MUNYNDIND Félicien, Kiraro/Nyamagabe, le 30/11/ PI MUGRUR uvénal, Rurembo/Gicumbi, le 21/12/2006 : le jugement évoque l article 51,1, qui vise la première catégorie, alors que, d après la peine, l accusé a été placé dans la deuxième catégorie, point cf. II a sur la qualification des infractions et la notion de complicité. 23

24 4 % 67 ) % 5 ' 8= ) 6< ;, 6= ' 8= 5 ; B : #/ ) H ; : & 56 rticle 38 de la Loi Organique N 16/2004 du 19/06/ PI NTKIBYE Ladislas et PI VTIRI élestin, Nanga/Nyabihu, 17/04/07 ; PI TUYISENGE aphet, Nanga/Nyabihu, 24/04/07. PI KNYRWND et consorts, Ngoma/Kamonti, le 17/04/2007 et SEBHUTU Vincent, Ngoma/Kamonyi, le 24/04/2007. Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Zaza, district de Ngoma, et dans la juridiction d ppel du Secteur Musha, District de Rwamagana, actuelle province de l Est, au cours du mois de avril PI MUNYURBTWRE Faustin, Gashonga/Rusizi, le 19/04/2007 ; PI MUNYENTWRI Oscar et consorts, Gashonga/Rusizi, le 26/04/2007. Les audiences observées dans la juridiction de secteur de Gisa, District de Rubavu, ex- province de Gisenyi, au cours du mois de février Les audiences observées dans la juridiction de Secteur Mubuga, District de Karongi, ex-province de Kibuye, au cours du mois de février Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Gatore, dans le District de Kirehe, ancien District de Rusumo, ex-province de Kibungo au mois de février Les audiences observées dans la uridiction Gacaca de Secteur Rugerero, District Rubavu, dans l ex-province de Gisenyi, au mois de janvier Les audiences observées dans les juridictions de Secteur de Shangi, District Nyamasheke et Gihundwe, District Rusizi dans l ex-province de yangugu au mois de janvier PI HBINEZ Balthazar et consort, Buhoro/Mudasomwa, le 11/01/2007. PI HKIZIMN Séléman et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 04/01/2007. PI TUYISENGE Issa, Gacaca/Karongi, le 11/01/2007. PI IYITEGETSE, Rurembo/Gicumbi, le 04/01/2007. ette omission a été constatée au cours de 64 autres audiences, entre le mois d octobre 2006 et celui de décembre de la même année. 58 PI UWITONZE Lambert et KMNZI Innocent, Tumba/Huye, le 24/01/

25 #/ #/ 6D 7/ 7#, 70 ' #/ ; 76 #/ ' 77 7< 7= 7D $ #/ 59 PI KNYRWND et consorts, Ngoma/Kamonyi, le 17/04/2007. PI MUNYURBTWRE Faustin, Gashonga/Rusizi, le 19/04/2007; PI MUNYENTWRI Oscar et consorts, Gashonga/Rusizi, le 26/04/2007. Les audiences observées dans la juridiction de Secteur Mubuga, District de Karongi, ex-province de Kibuye, au cours du mois de février Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Gatore, dans le District de Kirehe, ancien District de Rusumo, ex-province de Kibungo au mois de février PI HBINEZ Balthazar et consorts, Buhoro/Mudasomwa, le 11/01/2007. PI KYINMUR assien et consorts, le 11/01/2007 et PI NGENDHIMN yprien et consorts, Gahanga/Kicukiro le 25/01/2007. Les audiences observées dans les juridictions de Secteur de Rurembo et Rambura, District de Gicumbi, ex-province de Byumba, au mois de janvier. ette omission a été constatée au cours de 31 autres audiences, entre le mois d octobre 2006 et celui de décembre de la même année. 60 PI NYBEND et consorts, Maranyundo/Bugesera, les 5 et 19/10/ PI KNYBITRO.Damascène et YINGMIYE Madeleine, Rugerero/Rubavu, 18/01/ PI TWYISIRE Esae, Ntarama/Bugesera, le 16/11/2006 et les 07 et 14/12/ PI MUNYNDIND Félicien et consorts, Kiraro / Nyamagabe, le 23/11/ KNKINDI, Buhoro/Mudasomwa, le 25/01/ KNKINDI, Buhor /Mudasomwa, le 25/01/ PI NTGND élestin, Kibirizi/Nyamagabe, le 05/10/2006 ; PI RUBYIZ, NDEREYIMN et UGIRSE, Kibirizi/Nyamagabe le 26/10/2006 et le 02/11/ u motif qu il était le fils d un coauteur de cet accusé principal. L article susmentionné ne prévoit cependant que la récusation des membres du Siège. 68 PI NTBNGNYIMN ean Bosco, HKIZIMN hrysogone, Dusego/Ruhango, le 28/11/ PI NKURIZ Simon, Kibirizi/Nyamagabe, le 19/10/

26 ) % 2 </ ) : % 5 <# % 5 < & % ) 8= 10DH :8/H :797>H :766>H :<#H :, <0 ' ' E F ; <8 0D8/ 80 0D M 8/ 80 1E HX: 70 SEBHUTU Vincent, Ngoma/Kamonyi, le 24/04/ Le Guide Simplifié de la Procédure de ugement, SNG, SF, e guide, relatif à la préparation de l audience, au jugement proprement dit, au délibéré, au prononcé du jugement ainsi qu aux voix de recours, a été conçu pour les Inyangamugayo en complément des différents outils didactiques dont ils ont besoin pour appliquer la Loi Organique Gacaca. 72 Pour cette raison, les audiences où ces articles n ont pas été rappelés ne sont pas signalées en note en bas de page. 73 RWSUBUTRE, Butare/Ruhango, le 07/02/2007 : Les autorités locales, qui assistaient à une audience, ont publiquement manifesté leur désapprobation de la décision que le président a unilatéralement prise de suspendre un procès en invoquant les besoins d une enquête complémentaire. Elles ont quitté précipitamment le lieu de l audience, imitées par une partie de l assistance. eci a poussé le président du Siège à menacer de démissionner. e cas illustre la pression avec laquelle les Inyangamugayo doivent parfois travailler, afin de respecter les délais qui ont été annoncés pour clore le processus Gacaca. 26

27 ; ; XF 80 ' ; 0D8/ <9 <6 ) * >/7?#/ # 0//7 & * 5 < D8/ 9 1E 0DHX: F 74 Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Nanga, District de Rubavu, ex-province de Gisenyi, au cours du mois d avril Les audiences observées dans la uridiction Gacaca d ppel du secteur Kabaya, District de Musanze, ex-province de Ruhengeri, au cours du mois d avril Les audiences observées dans les uridictions Gacaca de Secteur et d ppel de Ngoma, District de Kamonyi, exprovince de Gikongoro, au cours du mois d avril Les audiences observées dans la juridiction d ppel du Secteur Musha, District de Rwamagana, actuelle province de l Est, au cours du mois de avril PI MUNYURBTWRE Faustin, Gashonga/Rusizi, le 19/04/2007 ; PI MUNYENTWRI Oscar et consorts, Gashonga/Rusizi, le 26/04/2007. Les audiences observées dans la juridiction de Secteur Mubuga, District de Karongi, ex-province de Kibuye, au cours du mois de février Les audiences observées dans la juridiction de Secteur de Gatore, dans le District de Kirehe, ancien District de Rusumo, ex-province de Kibungo au mois de février PI DUSENGIMN Venant et PI KRIND Emmanuel, Shangi/Nyamasheke, le 08/02/2007. PI BZIRIKI Pierre et PI UWIHOREYE Eraste, Shangi/Nyamasheke, le 15/02/2007. PI BVUGIRIE ean, Shangi/Nyamasheke, le 22/02/2007. PI KYINMUR assien et consorts, le 11/01/2007 et PI NGENDHIMN yprien et consorts, le 25/01/2007, Gahanga/Kicukiro. Les audiences observées dans les juridictions de Secteur de Rurembo et Rambura, District de Gicumbi, ex-province de Byumba, au mois de janvier. ette omission a été constatée au cours de neuf autres audiences, entre le mois d octobre 2006 et celui de décembre de la même année. 75 Lors de la période d observation précédente (octobre 2005-septembre 2006), sur 219 condamnations, 17 concernaient des faux témoignages. 76 Voir nnexe VIII. 27

28 0D 8/ << & 4 * 80 ) ' 0D 8/ E ; F 0D 8/ * HE ; F: 9 * >/7?#/ # 0//7 V ) % 5 ' T <= & <D =/ 80 ' % ; U T =# 77 Il semble en général que les Inyangamugayo aient eu des difficultés à saisir le sens de l instruction. Un secrétaire de juridiction a par exemple indiqué à la population qu un accusé pouvait être poursuivi pour faux témoignage après l épuisement des voies de recours. Or, un accusé ne peut jamais être poursuivi pour faux témoignage car il est une partie au procès. L article 4 de cette instruction, comme nous l avons vu, évoque en effet le cas de la personne poursuivie pour faux témoignage ou refus de témoigner, mais il ne concerne que les témoins et non les accusés. 78 PI KYINMUR assien et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 11/01/2007 : En l espèce, le témoin était voisin des victimes. Notons que l accusé, qui avait recouru à la procédure d aveu, de plaidoyer de culpabilité, de repentir et d excuses, sera condamné à 12 ans d emprisonnement, suite à ce seul témoignage qui ne contient aucune information. 79 ertains témoins ont ainsi affirmé qu étant malades et obligés de rester chez eux, ils n ont pas été informés de l existence du génocide. La maladie est souvent invoquée pour prétexter ne rien savoir. D autres disent ne rien savoir, sans même expliquer comment ils n ont pu rien voir dans un contexte si particulier. Un témoin n a par exemple livré aucune information et a prétexté qu il n était à l époque pas au courant du génocide. Le président, qui était semble-t-il très irrité par ce comportement, lui a simplement demandé de signer le Procèsverbal (PI BIHORINGERI Félicien, Gatore/Kirehe, le 01/03/2007). 80 PI BIHORINGERI Félicien, Gatore/Kirehe, le 01/03/2007. PI KYINMUR assien et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 11/01/ Lors des audiences observées dans la juridiction de Secteur de Gatore, District de Kirehe, ex-province de Kibungo 28

29 * E F + 0//7 =0 9<9Q ) S H 8/: ; ' S =8 1 & & 1 >F $G $ $% $ ( $ < + 7, :7 : 7 7 F +9 H 2 E & ; 8# ) ; 8/ ' =9 8/ * 8# ) 0//9 0D 8/ ; ) 0//< 1E F' 0D8/ au mois de février 2007, alors que nous avons constaté plusieurs omissions évidentes de témoignage sans que le président du Siège ne rappelle les dispositions de la loi punissant ces comportements, plusieurs crises de traumatisme ont été enregistrées parmi l assistance. Suite à ces crises, le président a été amené plusieurs fois à suspendre les débats. 82 «Problématique des informations et témoignages devant les uridictions Gacaca», LIPRODHOR, décembre 2006, p PI NKURUNZIZ ean laude et consorts, le 11/02/2007, Kicukiro/District Kicukiro. 84 La recherche précitée (voir note 77) réalisée par la LIPRODHOR rapportait que l intimidation des témoins était le premier facteur mentionné par ceux qui jugeaient que les uridictions Gacaca ne se déroulaient pas de manière satisfaisante. 29

30 @ % 5 =6 5 * ' =7 % <#% =< ' <# ; & == 0#0 : ; #7 ) 85 «Pour prendre la parole, il faut la demander ; c est le président qui accorde la parole ; la parole est donnée premièrement à ceux qui viennent de loin, à ceux qui sont âgés, et à ceux qui ont des difficultés à se déplacer ; celui qui parle doit être animé par le souci de dire la vérité ; il ne faut pas interrompre quelqu un qui prend la parole ; il est interdit d être injurieux et violent ou de proférer des menaces ; il est préférable de ne pas parler trop longtemps pour que les autres puissent avoir leur tour de parole ; il ne faut pas parler sur un autre sujet que celui de l ordre du jour». 86 Les audiences observées dans les ex-province de Byumba, Kibuye aux cours des mois de novembre et décembre. PI DUSENGIMN Venant et PI KRIND Emmanuel, Shangi/Nyamasheke, le 08/02/2007. PI NKURUNZIZ ean laude et consorts, le 11/02/2007, PI RUDERE Etienne, le 18/02/2007 et PI NTMBR oseph et consorts, Kicukiro/District Kicukiro, le 25/02/2007. PI BZIRIKI Pierre et PI UWIHOREYE Eraste, Shangi/Nyamasheke, le 15/02/2007. PI BVUGIRIE ean, Shangi/Nyamasheke, le 22/02/ PI NYIRMPKNIYE Xavière, Gasura/Karongi, le 16/11/ On peut citer par exemple la juridiction de Secteur de Kibirizi (ex-province de Kibuye). Dans le cadre des observations d octobre, elle a constamment rappelé les 8 règles de prise de parole ainsi que les articles 29, 30, 32 et 71 de la Loi Organique Gacaca qui prévoient des sanctions. 30

31 , =D D/ ' ; ; 799> ) 1 E F ' T 5 ') ' : D0 799> 89 PI MUNYNDIND Félicien et consorts, Kiraro/Nyamagabe, le 23/11/2006 ; PI TWYISIRE Isae, Ntarama/Bugesera, le 16/11/2006 et les 7 et 14/12/2006 ; PI RUBYIZ, NDEREYIMN et UGIRSE, Kibirizi/Nyamagabe, le 26/10/2006 et le 02/11/2006 ; PI KMURONSI Vital et consorts, Rugendabari/ Muhanga, les 18 et 25/10/2006 ; PI MUVUNNDIND Habib et consorts, les 20, 27/10 et 02/11/ Monitoring des uridictions Gacaca, rapport analytique n 2 (octobre 2005-septembre 2006), vocats Sans Frontières, p Les audiences observées dans la juridiction de Secteur Mubuga, District de Karongi, ex-province de Kibuye, au cours du mois de février PI KYINMUR assien et consorts, Gahanga/Kicukiro, le 11/01/2007. PI NYMWIGEM François, Mubuga/Karongi, le 25/01/2007. PI MUSHENGEZI NSEKNBNG Zéphanie, Shangi/Nyamasheke, 25/01/2007. PI TWGIRIMN oseph, Dusego/Ruhango, le 07/11/2006 ; PI HITIMN Felix, Dusego/Ruhango, le 14/11/2006. PI MUHWENIMN Donat et RUTGNIR Vincent, Busanza/Kicukiro, le 04/10/2006. PI BIZIMN ean et MUNYENTWRI, Maranyundo/Bugesera, le 5/10/ Les audiences observées dans la juridiction de Secteur Mubuga, District de Karongi, ex-province de Kibuye, au cours du mois de février PI RUBYIZ, NDEREYIMN et UGIRSE, Kibirizi/Nyamagabe, le 26/10/2006 et le 02/11/2006. PI TUYISBE Bonaventure, Kibirizi/Karongi, le 19/10/2006. PI HBINEZ. B. et BSBOSE E., Murundi/Karongi, 22/09/2006 ; PI NDORIYOBIY., Kibirizi/Karongi, 28/09/

32 D8 ) 5 ' D9 ; ; D6 ) ) S D7 ' ; ; ' H00# : 79#/> 766> 770> ) D< D= ' #// 93 PI KZUNGU ean Bosco et consorts, Butare/Ruhango, le 20/02/2007. PI RUBYIZ, NDEREYIMN et UGIRSE, Kibirizi/Nyamagabe, le 26/10/2006 et le 02/11/ PI SENKIM Enock, Kibirizi/Karongi, le 26/10/ PI NYMWIGEM François et consorts ; PI GSIRBO ustin et PI MUBILIGI hrysostome, Mubuga/Karongi, le 25/01/ PI KGIN, Gatore/Kirehe, le 15/02/ PI NTKIBYE Ladislas et PI VTIRI élestin, Nanga/Nyabihu, 17/04/2007 ; PI TUYISENGE aphet, Nanga/Nyabihu, 24/04/2007. u cours du mois de février 2007, dans l ex- province de Gisenyi (actuelle province de l Ouest), District de Rubavu, la uridiction Gacaca de Secteur de Gisa. PI NKURUNZIZ ean laude et consorts, Kicukiro/Kicukiro, le 11/02/2007. PI NYMWIGEM François et consorts, Mubuga/Karongi, le 08/02/2007. PI HBINEZ Balthazar et consorts, Buhoro/Mudasomwa, le 11/01/2007. Les audiences observées dans la uridiction de Secteur Rugerero, District Rubavu, dans l ex-province de Gysenyi au mois de janvier. PI IYITEGETSE, Rurembo/Gicumbi, le 04/01/2007. ette omission a été constatée au cours de 10 autres audiences, entre le mois d octobre 2006 et celui de décembre de la même année. 98 RUHINDUK uvénal alias «professeur», Tumba/Huye, le 31/01/2007 et MUNYNDMUTS, Tumba/Huye, le 07/02/2007. PI GPIKIRI et consorts, Tumba/Huye, le 21/02/2007. PI KZUNGU ean Bosco et crts, Butare/Ruhango, le 20/02/ PI KNYRWND et consorts, Ngoma/Kamonyi, le 17/04/2007. PI HRINDINTWRI Fidèle et consorts, Gihundwe /Rusizi, les 8 et 15/02/2007. PI BUTER Léonard, Gihundwe/Rusizi, 25/01/2007. #// PI NGIRBTWRE Simon et KNYMUGR David, Gasura/Karongi, le 23/11/

MONITORING DES JURIDICTIONS GACACA PHASE DE JUGEMENT RAPPORT ANALYTIQUE

MONITORING DES JURIDICTIONS GACACA PHASE DE JUGEMENT RAPPORT ANALYTIQUE MONITORING DES JURIDICTIONS GACACA PHASE DE JUGEMENT RAPPORT ANALYTIQUE MARS-SEPTEMBRE 2005 Le projet de monitoring des juridictions Gacaca est financé par l Initiative Européenne pour la Démocratie et

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

REMERCIEMENTS. Ce travail a été coordonné par Jean-Charles Paras, expert «Droits civils et politiques» au sein d Avocats Sans Frontières.

REMERCIEMENTS. Ce travail a été coordonné par Jean-Charles Paras, expert «Droits civils et politiques» au sein d Avocats Sans Frontières. REMERCIEMENTS Ce projet est financé par DFID. Le présent rapport, qui se fonde sur l activité d assistance judiciaire conduite par Avocats Sans Frontières (ASF) entre 2010 et 2012, avec le soutien financier

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

5. Règlement de procédure et de preuve *+

5. Règlement de procédure et de preuve *+ 5. Règlement de procédure et de preuve *+ Table des matières Règle Chapitre 1. Dispositions générales 1. Emploi des termes... 2. Textes faisant foi... 3. Amendements... Chapitre 2. Composition et administration

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel)

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) United Nations Nations Unies Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) CHAMBRE D APPEL La Haye, 8 octobre 2008 RÉSUMÉ DE L'ARRÊT RENDU DANS L AFFAIRE LE PROCUREUR c/

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

La présente brochure vous permet de faire plus ample connaissance avec la cour d assises. À la fin de la brochure figure un lexique explicatif 1.

La présente brochure vous permet de faire plus ample connaissance avec la cour d assises. À la fin de la brochure figure un lexique explicatif 1. La cour d assises introduction Les procès d assises attirent largement l attention des médias par la gravité et souvent aussi par l atrocité des faits examinés par la cour d assises. Les gens se sentent

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

HUIT ANS APRÈS LE POINT SUR LE MONITORING DE LA GACACA AU RWANDA

HUIT ANS APRÈS LE POINT SUR LE MONITORING DE LA GACACA AU RWANDA HUIT ANS APRÈS LE POINT SUR LE MONITORING DE LA GACACA AU RWANDA 1 Penal Reform International ISBN: 978-0-9535220-6-4 Penal Reform International 2010 Pour tous renseignements veuillez vous adresser à publications@penalreform.org

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris La question à traiter concerne le respect de la vie privée dans le monde du travail. Jusqu à quel point

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître?

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître? Être un témoin Qu est-ce qu un témoin? Le témoin est celui à qui il est demandé de se présenter devant le tribunal pour répondre à des questions sur une affaire. Les réponses données par un témoin devant

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement (juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement Cette phrase, à ne surtout pas prendre au premier degré, aurait pu

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Daniel NOEL, avocat à la Cour, en l étude duquel domicile est élu,

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Daniel NOEL, avocat à la Cour, en l étude duquel domicile est élu, N 5 / 2013 pénal. du 24.1.2013. Not. 2442/10/CD Numéro 3131 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

De la faillite aux condamnations : une chronologie

De la faillite aux condamnations : une chronologie CBC News Online De la faillite aux condamnations : une chronologie Mis à jour le 23 octobre 2006 Née en 1985 de la fusion d Houston Natural Gas et de Internorth of Omaha, Enron entre en activité en tant

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Convention européenne des droits de l homme

Convention européenne des droits de l homme Convention européenne des droits de l homme Convention européenne des droits de l homme Telle qu amendée par les Protocoles n os 11 et 14, completée par le Protocole additionnel et les Protocoles n os

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 14 février 2007 Rejet N de pourvoi : 06-81924 Publié au bulletin Président : M. COTTE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit :

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit : N 8 / 2012 pénal. du 2.2.2012. Not. 4066/08/CD Numéro 3029 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 5 juillet 2005 N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 juin 2005. RAPPORT

Plus en détail

Statut de Rome de la Cour pénale internationale

Statut de Rome de la Cour pénale internationale Statut de Rome de la Cour pénale internationale Le texte du Statut de Rome est celui du document distribué sous la cote A/CONF. 183/ 9, en date du 17 juillet 1998, et amendé par les procès-verbaux en date

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 février 2010 N de pourvoi: 09-11464 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois Lorsque la loi pénale a une application extraterritoriale, les juridictions nationales ont compétence même lorsque les faits ont été jugés par une juridiction étrangère. Mais si la peine prononcée a été

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4952 Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, alinéa 6, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail