MUSÉE DE LA CIVILISATION CELTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MUSÉE DE LA CIVILISATION CELTIQUE"

Transcription

1 MUSÉE DE LA CIVILISATION CELTIQUE

2 livret édité à l occasion de l exposition temporaire présentée au Musée de la Civilisation Celtique durant la saison estivale 23 Cette exposition a été produite par BIBRACTE Chefs de projet : Vincent Guichard, Françoise Paquelot Coordination technique : Jacques Gorlier, Dominique Lacoste Scénographie : Patrick Bidot (Beaune) Graphisme : Les Pistoleros (Dijon) Documentation : Gérard Bataille Aménagement de l espace : Gérard Blanchot, Bruno Caré, Bernard Duquy-Nicoud, Noël Doreau, Pascal Guillemoz, Jean-Pierre Mongouachon, Claude Sainjon Fabrication graphique : Dicolor (Dijon), En Apparence (Villemomble) Création sonore : Pascal Dores et Metalovoice (Nevers) avec la voix de Rudy Moraës Lumières : Hérissons Prod. (Blanzy) Photographie des objets : Antoine Maillier Dessins : Daniel Beucher Livret de l exposition : Gérard Bataille, Daniel Beucher, Myriam Giudicelli Serrurerie : Profil Scène (Perreuil) Verrerie : Prior (Montcenis) Secrétariat : Patricia Lepaul L exposition a bénéficié des prêts des institutions suivantes : Musée Rolin, Autun Musée Schwab, Bienne, Suisse Herman Ottó Múzeum, Miskolc, Hongrie Musée Denon, Chalon-sur-Saône Musée municipal, Châlons-en-Champagne Service régional de l Archéologie de Champagne-Ardennes, Châlons-en-Champagne Musée Vivenel, Compiègne Regionální muzeum, Kolín, République tchèque Nordico-Museum, Linz, Autriche Institut archéologique, Nitra, Slovaquie AG Vor- und Frühgeschichte Oberursel, Allemagne BIBRACTE remercie les personnes suivantes pour leur collaboration : Bruno Bell, restaurateur d objets archéologiques Madeleine Betschart, conservatrice du musée Schwab, Bienne Eric Blanchegorge, conservateur du musée Vivenel, Compiègne Louis Bonnamour, conservateur au musée Denon, Chalon-sur-Saône Sophie Desenne, chercheur à l Institut national de recherches archéologiques préventives, Metz Carole et Georges Diard, Saint-Cloud Gilbert Kaenel, directeur du musée cantonal, Lausanne (Suisse) Brigitte Maurice-Chabard, conservatrice du musée Rolin, Autun Karol Pieta, chercheur à l Institut d archéologie de Nitra (Slovaquie) André Rapin, président de l Institut de restauration et de recherches archéologiques et paléométallurgiques, Compiègne Karl-F. Rittershofer, chercheur à la Römisch-Germanische Kommission, Francfort (Allemagne) Erwin Ruprechtsberger, conservateur du Nordico-Museum, Linz (Autriche) Alexander Ruttkay, directeur de l Institut d archéologie de Nitra (Slovaquie) Pavel Sankot, conservateur au musée de Bohême centrale, Roztoky (République tchèque) Valérie Schidlowsky, conservateur du musée municipal, Châlons-en-Champagne Miklós Szabó, professeur à l Université Eötvös Lorand, Budapest (Hongrie) Otto-H. Urban, professeur à l université de Vienne (Autriche) Jarmila Valentová, conservatrice du musée de Kolín (République tchèque) et tout spécialement Jean-Paul Guillaumet, directeur de recherche au CNRS, UMR 5594, Dijon Crédit photo : BIBRACTE A. Maillier, sauf mention contraire : P. 12 bas : K. Pieta (inst. arch. de Nitra) ; p. 17 haut : O.-H. Urban (univ. Vienne) ; p. 17 bas : O. Chrstos (univ. Vienne) ; p. 19, p. 2 : K. Pieta ; p. 21 gauche : O. Nilesse (Inrap) ; p. 25 : Recherches d archéologie aérienne René Goguey. Premier élément date et référence bibliographique Exposition 23 : Forgerons et ferrailleurs : fer et savoir faire à l époque celtique, livret accompagnant l exposition. Glux-en-Glenne : Bibracte, 23. Diffusion : BIBRACTE Centre archéologique européen. F 5837 Glux-en-Glenne 23 : BIBRACTE ISBN :

3 «Qui plus est, le forgeron crée les armes des héros. Il ne s agit pas seulement de leur fabrication matérielle mais de la magie dont elles sont investies ; c est l art mystérieux du forgeron qui les transforme en outils magiques.» Mircea Eliade L époque gauloise ou celtique, qui couvre les cinq derniers siècles avant la naissance du Christ, est aussi appelée second âge du Fer. Cette période voit en effet un grand développement de l usage du fer, dans le domaine de l armement, de l outillage et aussi de la parure vestimentaire. Les objets en fer sont donc une source importante d information pour l archéologue qui étudie cette période. Pourtant, ils ont été longtemps négligés en raison de la rouille qui les masque généralement après un séjour de 2 ans dans le sol. Aujourd hui, ces objets sont soumis à des restaurations minutieuses, qui révèlent chaque jour un peu plus la diversité des usages du métal et l adresse des artisans celtes. Cette exposition veut témoigner de cette diversité et de cette adresse. De son acquisition, à partir de minerai, jusqu à son rejet ou son dépôt volontaire dans le sol, l objet en fer passe de mains en mains, du mineur au forgeron, du forgeron à un utilisateur, qui pourra le réparer ou le céder à un ferrailleur L exposition essaie de restituer cet itinéraire. Ceci amène à s interroger sur la valeur économique et symbolique du métal et sur l échelle de son utilisation par les Celtes.

4 Voyage dans le temps Âge du Fer, âge de fer En l absence de documents écrits, la chronologie des périodes préhistoriques doit se fonder sur d autres bases. L innovation technologique est la plus évidente de ces bases, ce qui explique qu elle a servi à bâtir les premières grandes subdivisions : âge de la Pierre, âge du Bronze, âge du Fer. Logiquement, le fer, dont l acquisition est plus difficile, apparaît un à deux millénaires après le travail du cuivre et de ses alliages. Cette théorie des trois Âges fondée sur la typologie des objets, permet, par classement et comparaison, de déterminer une chronologie relative. Ce qui nous paraît aujourd hui une évidence est une convention vieille de moins de deux siècles. Elle est due à Christian Jurgensen Thomsen ( ), conservateur du musée des Antiquités du Danemark. Âge du Fer, âge de feu C est par l observation, l ingéniosité et surtout par l expérimentation acharnée et méthodique, que les hommes ont peu à peu conquis les métaux. Presque aussi vitaux que les aliments, l eau et les matières premières énergétiques, leur rôle dans l histoire des peuples, de leurs industries et de leurs cultures n a cessé de s amplifier depuis 1 ans. Les plus anciennes découvertes d objets en fer remontent à plus de 5 ans, bien avant le début de l âge du Fer, en Mésopotamie et en Égypte. Il s agit de perles fabriquées avec du fer natif provenant de météorites et travaillées comme des objets en pierre. La production du métal par fusion d un minerai marque une étape importante dans le développement des civilisations. Cette découverte provient sans doute de l observation d éruptions volcaniques. C est en tout cas la maîtrise du feu et du four à haute température qui permet aux peuples de l Antiquité de faire leurs premiers pas en métallurgie. La production de fer dont la fusion est beaucoup plus difficile que celles du cuivre ou des métaux précieux correspond donc à une étape ultérieure du développement technologique. Les qualités métalliques de ce métal (dureté et souplesse) font qu il s impose très vite et qu il produit un très fort impact économique, culturel et environnemental sur les sociétés qui l adoptent. Mécaniquement bon, mais chimiquement instable Le fer a des qualités mécaniques meilleures que le cuivre, l or ou l argent. Il est en effet plus dur. Il fond à une température nettement plus élevée que ces autres métaux : On le travaille à chaud (forge) par déformation plastique entre 9 et 1 4, température à laquelle on le soude. Ses qualités peuvent en outre être modifiées par ajout de carbone (ce qui le rend encore plus dur) ou par des traitements mécaniques et thermiques particuliers (corroyage, trempe, cémentation ). C est l élément chimique le plus abondant de notre planète, mais il s oxyde bien plus facilement que le cuivre. Ceci explique qu on le trouve surtout dans la nature associé à l oxygène (magnétite Fe34, hématite Fe23, Goethite FeO[OH]) ou au soufre (Pyrite FeS, etc.). L adjonction de nickel ou de chrome atténue les effets de la rouille (oxydation), mais ce procédé était inconnu dans l Antiquité. Chronologie comparée de l'apparition de la sidérurgie à travers le monde Métallurgie du cuivre et du bronze Europe Dès le ve millénaire avant J.-C., métallurgie du cuivre en Europe du Sud-Est (mines de Rudna Glava en Yougoslavie). Bassin méditerranéen oriental Aux viie et vie millénaires avant J.-C., début de l'âge du cuivre en Anatolie. Moyen-Orient Vers la fin du ve millénaire avant J.-C., dé du cuivre en Iran. À la fin du iiie millénaire avant J.-C. généralisation de la métallurgie du bronze dans toute l'europe. Vers 2 6 avant J.-C., début de la métal (civilisation de Suse II et III). Au milieu du iie millénaire avant J.-C., débuts de la sidérurgie en Europe orientale. Au milieu du iie millénaire avant J.-C., développement de la sidérurgie en Anatolie (invention hittite?). Obtention du fer par le procédé de réduction directe du minerai dans un four de petite dimension (bas fourneau) À partir du viiie siècle avant J.-C., civilisation du premier âge du Fer ou de Hallstatt, en Europe centrale et occidentale. Utilisation du fer pour des objets de prestige et des armes. Au xiie siècle avant J.-C., développement de la sidérurgie autour de la mer Egée et en Palestine. Au début du ier millénaire avant J.-C., production volontaire d'acier par cémentation en Grèce. Développement progressif de la sidérurgie dans toutes les civilisations méditéranéennes. À partir du début du ier millénaire avant J. généralisation de la sidérurgie en Mésopo Obtention du fer par le procédé de réduction indirecte, à partir de la fonte, dans un grand four (haut fourneau) À partir du ve siècle avant J.-C., civilisation gauloise du second âge du Fer ou de La Tène en Europe centrale et occidentale. Généralisation de l'utilisation du fer dans toutes les activités de la société. Entre les xie et xiiie siècles, apparition des roues hydrauliques, qui permettent d'entraîner de lourdes machines (martinets) pour affiner et mettre en forme le métal. Apparition des hauts fourneaux et de la fonte. 145 : à Liège, premières coulées de fonte régulières, ce qui marque le début de la sidérurgie moderne. 2

5 Tout sur le fer Un matériau abondant mais difficile à extraire Le fer métallique a des qualités mécaniques (dureté, souplesse) qui permettent de fabriquer des outils et des armes bien plus efficaces que le cuivre et ses alliages. Mais il est difficile de l extraire de ses minerais. À l état naturel, il se trouve surtout associé à l oxygène (oxydes) et au soufre (sulfures). Le fer métallique (ou natif) est bien plus rare : c est le fer des météorites. Les artisans de Bibracte, par exemple, pouvaient se procurer le minerai en abondance sur les bordures sédimentaires du pourtour du Morvan, voire au sein même du Massif. À l époque celtique, l extraction est faite sur le lieu d exploitation du minerai, au moyen de bas-fourneaux qui permettent la production de fer métallique par le procédé dit direct, qui n oblige pas à porter le minerai à la température de fusion du fer très élevée. Le métal est ensuite commercialisé sous forme de barres de différentes formes ou lopins. Tout redeviendra oxyde Sitôt abandonné aux intempéries, l objet en fer commence à se transformer en oxyde, c est-à-dire à rouiller. Enfoui dans le sol pendant plusieurs siècles, il se recouvre progressivement d une gangue qui en masque la forme. Sauf lorsque le milieu d enfouissement est exempt d oxygène libre, comme dans les dépôts vaseux des fonds de rivière, ce qui explique l état de conservation exceptionnel des objets trouvés dans la Saône et sur le site de La Tène. L objet en fer extrait sur une fouille archéologique est donc habituellement peu spectaculaire et impossible à identifier sans un minutieux travail de restauration ou sans des radiographies dont les rayons X sont moins facilement absorbés par la gangue d oxydes que par le métal resté sain. Pour cette raison, les objets en fer ont très longtemps été négligés et relégués dans les réserves des musées où leur oxydation se poursuivait sagement. Il n y a guère plus d un quart de siècle que l on a reconnu l immense potentiel archéologique de ces objets, notamment pour l époque celtique, et que l on a créé des laboratoires de restauration spécialisés. Anneau de suspension d épée (détail). La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). but de la métallurgie Extrême-Orient Afrique Vers 2 7 avant J.-C., début de la métallurgie du cuivre en Égypte (Ancien Empire). Amériques Au ive millénaire avant J.-C., apparition de la métallurgie du cuivre en Amérique centrale. lurgie du bronze Au début du iie millénaire avant J.-C., début de l'âge du Bronze (dynastie Shang). Au iie millénaire avant J.-C., premières traces de la métallurgie du cuivre et du bronze en Afrique du Nord. Au ier millénaire avant J.-C., généralisation de la métallurgie du cuivre en Amérique centrale et du Sud. -C., tamie. Au viiie siècle avant J.-C., premiers objets en fer (poignards à poignée en cuivre). À partir du début du ier millénaire avant J.-C., développement de la sidérurgie en Égypte. Au vie siècle avant J.-C., invention de la fonte, ce qui permet l'obtention d'acier par le procédé indirect deux mille ans avant le reste du monde. Très rapidement, cette industrie se voit renforcée par l'invention de mécanismes hydrauliques. Au viie siècle avant J.-C., apparition de la sidérurgie en Afrique sub-saharienne (Niger). En 1492, la sidérurgie est introduite en Amérique par les conquérants européens. 3

6 Le grand inventaire La diversité des productions des forgerons celtiques Le fer est initialement réservé à des utilisations prestigieuses, qu il s agisse d armes ou de parures vestimentaires. Jusqu au i er siècle avant J.-C., les objets en fer sont de plus en plus fréquents sur les sites archéologiques du monde celtique. Cette omniprésence s accompagne d une diversité croissante des usages du métal. C est le matériau privilégié de l outillage, qu il soit agricole ou artisanal, pour le charpentier comme pour le chirurgien. Il est devenu indispensable pour le transport, équipant les chevaux et participant à la construction des chariots. Il apparaît aussi en masse dans le domaine domestique, pour les ustensiles de cuisine et sous forme de petite quincaillerie. Il reste même prisé pour la parure, sous forme d agrafes de vêtements (fibules). Cette diversification des fabrications suppose une spécialisation accrue des forgerons, qui deviennent taillandiers, serruriers, ferronniers, bijoutiers, dinandiers ou cloutiers. Exploiter les ressources naturelles Deux objets très fréquents dans les dépôts votifs de l époque celtique sont symptomatiques de l intensité de l exploitation des ressources agraires : le soc d araire et la faux. La faux permet de stocker pour l hiver le fourrage nécessaire à l entretien du bétail et, par là, d entretenir des animaux de trait surtout des bœufs, utilisés pour tirer des chariots ou tracter un araire. Armée de son soc en fer, celleci permet aux agriculteurs de labourer plus efficacement et plus rapidement. Ces outils permettent une véritable révolution agricole. Celle-ci modèle un nouveau paysage, très ouvert, alternant parcelles cultivées et prairies de fauche. Elle rend possible un développement démographique important, qui aboutira à la création d agglomérations aux ii e et i er siècles avant J.-C. De la même manière, l exploitation des ressources minières est fortement dynamisée par la généralisation d outils en fer qui permettent d attaquer la pierre. Travailler et transformer les matériaux Les Celtes travaillent toutes sortes de matériaux (pierre, métaux, cuir, corne, os, textiles ), mais leur matériau de prédilection reste le bois, comme le montre la grande diversité des outils qui lui sont destinés (haches, herminettes, ciseaux, gouges, scies). Bien souvent, la forme des outils, simple et parfaitement adaptée à une fonction précise, est restée inchangée jusqu à nos jours. De l'abattage du bois à l'ébénisterie, le bois est travaillé pour une grande diversité d'usages : ossature des remparts (aux assemblages rudimentaires), structure porteuse et charpente des édifices (aux assemblages plus savants), planches et tuiles pour habiller les murs et les toitures, roues et caisses de chars, vaisselle en bois tourné Chaque artisan utilise un assemblage d'outils adapté à son travail. Aussi, l'archéologue recherche dans les ateliers les séries d'outils révélatrices d'une chaîne opératoire et donc d'un métier particulier. Dépôt formé de huit faux et d une pierre à affûter. Oppidum d Heidetränk, ii e -i er siècles avant J.-C. AG Vor- und Frühgeschichte Oberursel, Oberursel (Allemagne). 4

7 Un porte-broche et deux broches à rôtir. Découvertes de la Saône, ii e -i er siècles avant J.-C. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. Extrémité de broche en forme de tête d oiseau (détail). Découverte de la Saône, ii e -i er siècles avant J.-C. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. Chaudron en tôle de bronze et en fer (détail). La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). 5

8 Ustensiles culinaires : chaudron, couteau, louche, tisonnier. La Tène, la Saône et Bibracte, ii e -i er siècles avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse) ; Musée Denon, Chalon-sur-Saône ; Bibracte, Centre archéologique européen. Outils de métallurgiste : marteaux, pinces et enclume. Oppidum d Heidetränk, ii e -i er siècles avant J.-C. AG Vor- und Frühgeschichte Oberursel, Oberursel (Allemagne). Landier à décoration en forme de tête de taureau (détail). Découverte de la Saône, ii e -i er siècles avant J.-C. Collection particulière. 6

9 Vivre au quotidien L environnement architectural d une famille celtique est surtout fait de bois. Cependant, le fer s immisce fortement dans la construction aux ii e et i er siècles avant J.-C., sous forme de clous, de crampons, de cornières, mais aussi de serrures et de clés aux dispositifs variés. La serrure devient en effet un objet d'usage très fréquent, qui sert à verrouiller la porte des maisons, les coffres ou encore les entraves de prisonniers. La complexité des mécanismes de ces serrures montre l'importance croissante accordée à la protection des biens et l'accroissement des risques de vol dans les grandes agglomérations qui se développent à cette époque. La cuisine bénéficie également du fer. Les landiers, les broches et les grils permettent de rôtir la viande. Les chaudrons en tôle de cuivre renforcés de fer, accrochés à des crémaillères, servent à préparer des ragoûts. Avec de longues fourchettes à dents recourbées, on pique les morceaux de viande dans le chaudron sans le percer. Les seaux de bois cerclés de fer puisent et transportent l eau. Se parer et s équiper Lances et épées du guerrier celte sont toujours de fer, tout comme les fourreaux d épées et les armatures des boucliers faits de minces planches de bois couvertes de cuir. Au iii e siècle avant J.-C., les forgerons celtes ont recherché le meilleur mode de suspension des épées, qui étaient portées à la ceinture, sur le côté droit. Ils ont pour cela inventé différents types de chaînes qui devaient permettre un mouvement très libre perpendiculairement à la cuisse et au contraire éviter le ballottement. Le système le plus astucieux est celui de la chaîne-gourmette. Le fer est aussi très utilisé pour la parure, même s il est concurrencé pour cet usage par les alliages de cuivre et les métaux précieux. Jusqu au ii e siècle avant J.-C., les Celtes fabriquent notamment des fibules en fer très ouvragées, œuvres de virtuosité dont la décoration rivalise avec celle obtenue avec des métaux fusibles par la technique de la cire perdue. Rasoir, pince à épiler et paire de forces sont les ustensiles de toilette les plus fréquemment rencontrés, généralement en association dans les tombes masculines. Les forgerons celtes, inventeurs de génie? Beaucoup d outils fabriqués par les forgerons celtes font toujours partie de notre caisse à outils. Doit-on en conclure que la période celtique est à l origine d importantes innovations technologiques? Ce n est pas si sûr. Le principal mérite de ces artisans a été de rationaliser l usage de savoirfaire et d outils déjà connus. Les métiers se sont différenciés et chacun a disposé d un outillage spécifique. Par ailleurs, la possession du fer confère une importance sociale à celui qui en possède. En l absence d architecture monumentale, le statut de la personne s affiche d abord par son équipement individuel : les vêtements, les objets de parure et surtout les armes. Le prestige de l homme se mesure à la diversité de la panoplie militaire qu il porte et à la qualité de la décoration de ses armes. Il n est donc pas surprenant que les principales innovations que l on prête aux Celtes dans le domaine de la sidérurgie se réfèrent à l équipement militaire. Ce sont les seuls à être parvenus, au v e siècle avant J.-C., à fabriquer des fourreaux légers en mince tôle de fer pour protéger leurs épées. Ils ont aussi inventé la cotte de mailles et le casque de fer, que s approprieront les armées romaines. La chaîne semirigide, qu ils inventent au iii e siècle avant J.-C. pour suspendre leurs épées, sera quant à elle oubliée et réinventée à l époque moderne. Umbo de bouclier. La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). Clés et platine de serrure. Oppidum de Bibracte, i er siècle avant J.-C. Bibracte, Centre archéologique européen. Fibules. La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). Anneau de suspension d épée. La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). 7

10 Forgeron, qui étais-tu? Le travail du fer témoigne d une grande diversité de savoir-faire. Les objets bricolés avec plus ou moins d adresse ne sont pas rares. Les traces d activités sidérurgiques sont fréquentes sur les sites d habitat, parce que tout agriculteur doit pouvoir réparer son outillage. Les métiers du fer font appel à des compétences variées, certainement source d une hiérarchie entre les artisans : le taillandier qui peut fabriquer une lame d épée tranchante comme un rasoir et souple comme un roseau est certainement bien plus estimé qu un simple cloutier. Sur la place des forgerons dans la société, on est réduit à des conjectures qui s appuient surtout sur des comparaisons ethnographiques. Peut-être étaient-ils organisés en corporations jalouses de leurs savoir-faire et placées sous la protection d une divinité spéciale, comme Gobanos ou Ucuétis? Les forgerons celtes signent rarement leurs fabrications. Leurs estampilles, presque exclusivement réservées aux lames d épées, sont très rares. Un seul d entre eux, Korisios, a gravé son nom sur une épée. Les autres restent anonymes. Cet anonymat est irrémédiable, mais les forgerons celtes nous ont laissé un autre héritage, bien palpable celui-là : celui d un artisanat très actif et créatif, qui a largement contribué à modeler la société celtique et à asseoir sa prospérité. La forge Les ateliers de forgeron sont rarement bien conservés. L oppidum de Bibracte échappe à cette règle. Des dizaines d ateliers de métallurgistes étaient regroupés à l abri de ses remparts. L un des mieux documentés était abrité par un bâtiment en bois d une superficie réduite à 4,5 x 3,5 m. Son sol était jonché de petits foyers de forge permettant la mise en forme d objets de taille réduite telles que des fibules. Cet atelier, qui a fonctionné dans la première moitié du i er siècle avant J.-C., fut ensuite remplacé par un autre qui a poursuivi la même production, mais avec une technique radicalement différente (bronze coulé). On est tenté de voir dans cette succession l évolution d une famille d artisans qui produisaient en grande série pour un marché régional très organisé et n hésitèrent pas à abandonner un savoir-faire ancestral pour s adapter à de nouvelles conditions économiques. Lors du déplacement de la capitale éduenne, leurs descendants ont installé leurs ateliers à Autun, où la métallurgie est restée une activité prépondérante pendant l époque romaine. Les outils et les matières premières Deux matières premières sont indispensables au forgeron : le fer, mais aussi le combustible. Ce dernier était le charbon de bois, dont le pouvoir calorifique est beaucoup plus élevé que celui du bois sec. Il faut donc imaginer une importante activité de charbonnage dont on ignore encore tout à proximité des centres métallurgiques comme Bibracte. Le fer était disponible sous formes de lopins de différentes formes : barres minces munies d une soie ou d une extrémité en forme de gouge, blocs bipyramidaux aux pointes effilées. Chaque forme correspondait à une qualité de métal particulière : plus ou moins épuré, plus ou moins aciéré. Les outils les plus massifs utilisés dans les ateliers (enclumes, pinces pour manipuler les objets chauffés), ne sont que rarement retrouvés en place. Les vestiges les plus fréquents sont de petits outils (burins, limes ), des résidus de fabrication (scories de fer, menues chutes de métal) ou les installations de chauffe, sous la forme de taches de terre rougie par le feu et de tuyères en terre. Relevé d un atelier de forgerons fouillé à Bibracte, près de la Porte du Rebout, en 199 (d après M. Pernot et A. Duval). 729,87 Vue rapprochée d un foyer de forge de l atelier du Rebout. FOSSÉ Amphore Conduit * * 215,96 trous de piquets 8 Atelier de forgeron (reconstitution) : lopin de fer, pinces, enclume, marteau, tisonnier, tuyère en terre cuite, scories de forge, fond d amphore contenant des chutes de fer. La Saône, Heidetränk et Bibracte, ii e -i er siècles avant J.-C. Musée Denon, Chalon-sur-Saône ; AG Vor- und Frühgeschichte Oberursel ; Bibracte, Centre archéologique européen. N 1m foyers battitures * meule fosses ou creusements trous de poteaux zones rubéfiées

11 Du bricoleur au maître d art Fabrication en série Louche de fondeur fabriquée à partir d un casque de type Port. Bibracte, fin du i er siècle avant J.-C. (Découverte de 21). Seule la calotte du casque a été conservée. Elle porte les deux arcades sourcilières faites au repoussé qui caractérisent ce type de casque porté par les légionnaires romains. L arme de prestige acquise à grand prix auprès d un artisan de renom doit être précieusement conservée et entretenue, réparée autant qu il est possible, voire même adaptée à de nouvelles modes ou de nouvelles techniques de combat (ce que l on observe souvent sur les fourreaux d épées). En dernier ressort, quand elle est définitivement inutilisable, les Celtes s efforcent de lui trouver un nouvel usage, parfois au prix d un bricolage plus ou moins habile. Jusqu au ii e siècle avant J.-C., les objets en fer très décorés, comme les fourreaux d épées, figurent parmi les plus typiques témoignages de l art celtique. Au i er siècle avant J.-C., ils deviennent bien moins nombreux. Au temps des objets fabriqués à l unité pour êtres portés par une élite succède un temps où la production se soumet à un marché beaucoup plus large et adopte des rythmes de production nettement plus importants. Les fibules en fer fabriquées en grand nombre dans la première moitié du i er siècle avant J.-C. sont devenues des objets moins ostentatoires. Elles seront supplantées par des fibules en bronze fabriquées encore plus rapidement par une adaptation de la technique de la cire perdue. Désormais, la prouesse technique de l artisan contribue moins au prestige des objets que la matière de ceux-ci, qui, le cas échéant, peut être l or ou l argent. Cette période des oppida est donc celle des productions en grande série, qui exigent de l artisan non plus des prouesses techniques mais des gestes sans cesse répétés au profit de la productivité. Paquet de fibules en cours de fabrication. Bibracte, I re moitié du i er siècle avant J.-C. (fouille de 199). Bibracte, Centre archéologique européen. Ces ébauches ont été abandonnées juste avant la mise en forme du ressort. Elles appartiennent à un type de fibule très simple, qui était fabriqué en fer ou en laiton (comme l exemplaire cidessous). Épée dans son fourreau, portant de nombreuses marques de réparations Reims, La Neuvillette (Marne), v e siècle avant J.-C. (découverte de 22). Service régional de l Archéologie de Champagne- Ardennes, Châlons-en-Champagne. 9

12 1 Lames d épées provenant de la Saône. Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

13 Épées et fourreaux : le sommet de la technologie des forgerons celtes Décoration de la partie supérieure d un fourreau. La Tène, ii e siècle avant J.-C. Musée Schwab, Bienne (Suisse). Trois éléments de suspension d épées montrant différents types de chaînes inventés par les forgerons gaulois. Sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Oise), iii e siècle avant J.-C. Musée Vivenel, Compiègne. La longue épée est l arme la plus prisée des Celtes. Sa lame doit être légère, souple et tranchante comme un rasoir. La souplesse est acquise par corroyage, c est-à-dire par repliements et martèlements successifs d une barre de fer, le tranchant est acquis par l utilisation d un fer suffisamment chargé de carbone. Ces qualités sont exaltées par une finition qui allie souvent polissage des tranchants et révélation du corroyage par attaque à l acide. Les fourreaux de ces épées, presque toujours en fer, requièrent un savoirfaire encore plus grand, qu aucun autre peuple de l Antiquité n a maîtrisé. Ils sont fabriqués avec de très fines tôles serties (environ 5/1 e de mm d'épaisseur), sur lesquelles sont fixées différentes pièces (bouterolle, pontet ). Leur fabrication relève à la fois d un travail de forge, de dinanderie et d ajustage de haute précision, sans compter la décoration souvent très complexe et différente selon les modèles (pose d émail, ciselure, travail au repoussé ). Vue de détail de lames d épées provenant de la Saône. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. La forte corrosion de la lame du centre met en valeur le corroyage du métal. 11

14 Où trouve-t-on le fer? Objets perdus ou objets cachés? Les archéologues notent que les objets en fer ne se retrouvent pas sur n importe quel site. Sur les lieux de production et de vie, comme l oppidum de Bibracte, on ne retrouve généralement que des objets de trop petite taille (clous, fragments divers) pour être réutilisables. Les seuls objets complets, particulièrement ceux de grande taille, qui ont échappé au recyclage ne se sont conservés qu à la faveur d un mode d enfouissement spécifique. Il s agit d objets dissimulés pour leur valeur en vue d un réemploi futur ou soustraits à leur utilisation première pour accompagner des défunts dans la tombe ou être offerts à des divinités. L apparente richesse des productions en fer des Celtes tient pour beaucoup à leur engouement particulier pour ces pratiques de déposition, que l on ne retrouve pas de façon aussi prononcée auprès des peuples contemporains. Des objets omniprésents dans la vie quotidienne Les objets en fer sont toujours présents parmi les rejets domestiques trouvés sur les lieux de vie. Leur fréquence croît fortement à la fin de l âge du Fer, au moment ou se généralise toute une quincaillerie utilisée pour la fabrication du mobilier et pour la construction. Ces objets innombrables sont cependant peu spectaculaires. Il s agit surtout de clous tordus, de fibules cassées et de fragments divers, trop petits pour être facilement recyclables, car les objets plus volumineux sont généralement réparés ou recyclés. Des objets pour les morts Le défunt est accompagné pour son dernier voyage par une grande variété d objets, en relation avec son statut. Les femmes de haut rang sont parées de bracelets, de fibules, de chaînes de ceinture. Les hommes sont équipés d armes dont la variété traduit la puissance de leur propriétaire : lance, épée, bouclier, voire même casque ou cotte de mailles. Parfois, l équipement du mort est complété par un outil ou un lot d outils. Ces tombes, très rares, sont une opportunité exceptionnelle d observer des assemblages qui permettent d identifier un métier bien mieux qu un outil isolé. Mobilier d une tombe, seconde moitié du v e siècle avant J.-C. La Chaussée-sur-Marne (Marne). (Musée municipal, Châlons-en-Champagne). Le dépôt découvert sur l oppidum de Pohanská en 21 au moment de sa découverte. Cet ensemble fouillé en 191 contient des objets fréquents dans les tombes celtiques de Champagne : un gobelet à boire en céramique, deux fers de lance et un fragment d armature de bouclier. Beaucoup plus inhabituelle est la panoplie d outils qui accompagne le défunt, parmi laquelle on identifie : une scie égoïne, une gouge à emmanchement transversal et une autre à emmanchement à douille, une râpe avec restes d un manche en os, une lime plate et une lime ronde à denture fine (non visible), un petit couteau courbe et une pierre à aiguiser. La majeure partie de ces outils (scie, gouges, râpe) n ont pu travailler qu un matériau tendre, probablement le bois. Les limes et le petit couteau suggèrent quant à eux du travail de précision. 12

15 Des objets pour les dieux Il n est pas rare que l on retrouve des ensembles d objets métalliques qui avaient été enfouis dans le sol aux âges des métaux. Initialement considérés comme des cachettes d objets destinés au recyclage, une bonne partie relève en fait de pratiques cultuelles. L époque celtique offre une diversité de dépôts tant par les lieux de déposition que par leur composition inégalée jusque-là. De vastes sanctuaires comme ceux de Gournaysur-Aronde et Ribemont-sur-Ancre en Picardie accueillent des armes par milliers. Des lieux naturels remarquables notamment le lit de rivières à proximité de gués ou de ponts, comme les célèbres dépôts de La Tène en Suisse en sont souvent le réceptacle. Enfin, ils apparaissent parfois sur ou à proximité des lieux de vie les plus importants, notamment les oppida des ii e et i er siècles avant J.-C. Qu ils s agisse de cachettes votives ou simple thésaurisation de métal en vue d une réutilisation future, ces dépôts livrent parfois un panorama quasicomplet de la diversité des usages du fer par les Celtes. Certains, comme celui de Kolín, rassemblent en effet des objets d usage très divers et souvent en bon état de fonctionnement : ustensiles domestiques, outillage agricole, outillage artisanal, armement, parures et pièces de char et de harnachement. Ensemble de lopins, v e -i er siècles avant J.-C. La Saône. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône). 13

16 Où trouve-t-on le fer? Métal en stock À l époque celtique, le fer semble toujours séparé de son minerai sur le lieu même d extraction de ce dernier. Par martelage de la masse poreuse issue du bas-fourneau (l éponge), il est façonné en barres, que l on désigne sous le nom de lopins. Ces lopins de quelques kilogrammes, facilement empilables et transportables, sont ensuite commercialisés auprès des artisans. La diversité de leurs formes reflète une longue évolution, des traditions métallurgiques régionales et sans doute aussi des qualités de métal particulières. Ces lopins représentaient une somme importante, à tel point qu ils ont pu être utilisés comme monnaie d échange, comme César nous indique l avoir observé à son époque dans l île de Bretagne. Un matériau rare et cher? Les accumulations spectaculaires d armes et d outils dans des dépôts votifs, les rites funéraires consistant à ensevelir hommes et femmes avec armes et parures, insignes de leur statut social, ont conduit à une consommation massive de métal. Elle peut laisser penser que le fer était un matériau abondant, que l on pouvait se permettre de gaspiller au moyen de ces insolites détournements d usage. Pourtant, la quantité d objets en fer que les Celtes nous ont laissé est dérisoire par rapport à l usage que l on fait aujourd hui de ce métal. L ensemble du fer d époque celtique conservé dans les musées permettrait à peine de construire quelques centaines de mètres de rails de chemin de fer. Les plus lourds objets celtiques en fer connus, les deux chenets de la tombe aristocratique de Boé (Lot-et-Garonne), pèsent à peine 1 kg chacun. Il faut donc se rendre à l évidence : le fer était un matériau très recherché qui ne pouvait être soustrait de son utilisation normale que dans des circonstances très particulières, rituels religieux ou funéraires, actes destinés à montrer le prestige de leurs auteurs. Clous de murus gallicus Oppidum de Bibracte, i er siècle avant J.-C. Les remparts qui entourent les grandes villes de la fin de l époque celtique comme Bibracte sont construits suivant une technique originale : un talus armé de poutres de bois horizontales entrecroisées. Ces poutres de bois sont parfois assemblées par de longues et massives fiches en fer. A Bibracte, on a pu estimer que le rempart de la ville du i er siècle avant J.-C., long de 5,2 km, utilisait de 1 à 15 fiches de ce type par mètre linéaire. À raison de,15 kg par fiche, près de dix tonnes de fer ont donc été nécessaires à cette construction. Le clouage des poutres des remparts a donc été une des utilisations les plus dispendieuses de fer par les Celtes. Pourtant, on doit s interroger sur l efficacité de ce procédé, puisque certains remparts du même type présentent une utilisation bien plus parcimonieuse des grandes fiches de fer. Tout comme le rempart est un ouvrage destiné à impressionner le regard des étrangers plus qu à se défendre des assaillants, le fer qu il utilise n aurait-il pas surtout comme fonction de renforcer le prestige de la construction? 14

17 R catalogue des objets exposés P A Y S - B A S Gournay-sur-Aronde Reims La Chaussée-sur-Marne B E L G I Q U E A L L E M A G N E Heidetränk Kolín R É P U B L I Q U E T C H È Q U E P O L O G N E Liptovská Bibracte La Saône La Tène S U I S S E Gründberg A U T R I C H E S L O V A Q U I E Pohanská Sajópetri F R A N C E H O N G R I E I T A L I E B U L Sajópetri Herman Ottó Múzeum, Miskolc (Hongrie) iii e siècle avant J.-C. Objets constituant un dépôt découvert en 22 sur un habitat celtique. Liptovská Mara Institut archéologique, Nitra (Slovaquie) ii e siècle avant J.-C. Environ 3 objets constitutifs d un dépôt retrouvé en 1992 sur un habitat fortifié. Oppidum de Pohanská Institut archéologique, Nitra (Slovaquie) ii e siècle avant J.-C. Environ 1 objets constitutifs d un dépôt retrouvé en 21 sur le site de l oppidum. Kolín Regionální muzeum, Kolín (République tchèque) ii e -i er siècles avant J.-C. Environ 68 objets en fer constituant un dépôt trouvé fortuitement en Gründberg Nordico-Museum, Linz (Autriche) ii e -i er siècle avant J.-C. Choix d objets issus de trois dépôts trouvés en 1997 lors de la fouille du rempart d un habitat fortifié. Oppidum d Heidetränk AG Vor- und Frühgeschichte Oberursel, Oberursel (Allemagne) ii e -i er siècle avant J.-C. Objets provenant de prospections sur l oppidum. La Tène Musée Schwab, Bienne (Suisse) ii e siècle avant J.-C. Objets provenant de dépôts retrouvés à l embouchure de la Thielle sur le lac de Neuchâtel. Fouilles du xix e siècle. Gournay-sur-Aronde Musée Vivenel, Compiègne (France) iii e siècle avant J.-C. Trois chaînes de suspension d épées issues des riches dépôts du sanctuaire de Gournaysur-Aronde. La Saône Musée Denon, Chalon-sur-Saône (France) et collection particulière v e -i er siècle avant J.-C. Objets provenant de diverses découvertes effectuées dans le fleuve (dragages et prospections). Reims Service régional de l Archéologie, Châlons-en-Champagne (France) v e siècle avant J.-C. Épée dans son fourreau issue d une tombe à inhumation fouillée en 22 sur le site de la Neuvillette. La Chaussée-sur-Marne Musée municipal, Châlons-en-Champagne (France) v e siècle avant J.-C. Ensemble du mobilier d une sépulture fouillée en 191, comprenant plusieurs outils. Oppidum de Bibracte Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne ; musée Rolin, Autun (France) i er siècle avant J.-C. Choix d objets provenant de fouilles d habitations et d ateliers. 15

18 Le site fortifié du Gründberg Linz, Haute-Autriche Historique des recherches Plusieurs sites de hauteur fortifiés préhistoriques et protohistoriques sont connus dans la région de Linz-an-der-Donau, le chef-lieu de la province fédérale de Haute-Autriche (Oberösterreich). Deux de ces sites sont attribués aux Celtes. Au i er siècle avant J.-C. (phase La Tène D1), un rempart datant du Bronze final a été consolidé sur le Freinberg au sud du Danube, sur la rive gauche (Urban 1994). Le Gründberg est, quant à lui, situé au nord du Danube sur un éperon qui s'étend du nord au sud sur une longueur de 1,5 km et une largeur de 4 m. Il est protégé sur trois côtés par des rochers escarpés. Du côté nord, l'accès est défendu par deux remparts successifs (rempart nord et rempart sud). Une description topographique exacte ainsi qu'un plan du site ont été publiés en 1911 par Ludwig Benesch (Benesch 1911). Plan du site fortifié du Gründberg. L'accès au rempart nord est possible par une porte à ailes rentrantes bien visible de 6 m de largeur et 12 m de profondeur. Cette porte a attiré dès 1926 l'attention de Paul Reinecke, un des préhistoriens les plus renommés de son temps. Les premières fouilles archéologiques ont été entreprises en 1937 par Franz Stroh, archéologue provincial à l'époque, et Leonhard Franz, titulaire de la chaire d'archéologie de la Karls-Universität (université de langue allemande) à Prague. Pendant la campagne de fouilles de trois semaines, des sondages ont été faits à une cinquantaine d'endroits. La publication de ces fouilles en 194 a attesté l'existence d'un habitat de hauteur fortifié celtique des ii e et i er siècles avant J.-C. (Franz, Stroh 194). Entre 1994 et 1998, de nouvelles recherches ont eu lieu sous la direction conjointe du Nordico-Museum de la Ville de Linz (Erwin M. Ruprechtsberger) et de l'institut de Préet Protohistoire de l'université de Vienne (Otto-H. Urban). Ces recherches faisaient partie du projet de recherche Sites de hauteur fortifiés préhistoriques et protohistoriques dans la région de Linz. Des fouilles systématiques du rempart sud ont été entamées en Du mobilier bien stratifié de La Tène récente, dont de la céramique peinte, a été trouvé à la base du talus du rempart ainsi que dans les déblais du parement. En 1997, on a procédé à une fouille extensive de la façade nord du rempart. Celle-ci a livré trois dépôts d'objets de fer in situ ainsi qu'un autre dans les déblais du rempart. En 1998, la fouille du lieu de la découverte et de ses environs a été terminée. Les restes d'un mur en pierres sèches, écroulé pour la plus grande partie, ont été dégagés. À une distance de 2,5 m ont été repérées des alvéoles de 4 cm de largeur pour les poutres d'une construction en bois remplie de pierres. 16

19 Les dépôts de fer : le trésor des Celtes Cette construction en bois a probablement étayé le parement et supporté une courtine. Calculé à la base des déblais en pierre, ce mur avait à l'origine une hauteur d'au moins 3 m. Il était placé en façade du talus en terre. Deux des dépôts du Gründberg découverts en 1997 en cours de dégagement. Dans le rempart sud, trois dépôts de fer ont été découverts. Ils étaient placés à l'intérieur du mur en pierres sèches à des distances d'environ 1,5 m (dépôts 1-3). Les restes d'un quatrième dépôt avec deux lopins de fer étaient cachés dans les déblais du mur. Le dépôt 1 comprenait 16 objets d'un poids total de presque 2 kg, dont une grande clé à crochet, quatre frettes de moyeu, cinq marteaux, une enclume bigorne et un autre fragment de lopin. Le dépôt 2, d'un poids total de presque 1 kg de fer, était composé de 12 objets : entre les restes déformés d'un bandage de roue se trouvaient, entre autres, une épée avec son fourreau, une lame d'épée anciennement déformée, des ustensiles domestiques (une broche, une pelle à cendres et une grande fourchette), ainsi qu'un autre marteau et une hache. Le dépôt 3, qui comprend 13 objets, est le plus lourd : il pèse 21,2 kg. Divers objets dont deux crémaillères, une paire de moyeux, une hache, un marteau de forgeron et des tenailles, étaient également placés à l'intérieur d'un bandage de roue plié et anciennement brisé. Une foëne et une broche ont probablement servi à pêcher de grands poissons dans le Danube ou à chasser. Une partie du mobilier des dépôts du Gründberg. 17

20 La composition variée et riche de ces dépôts est remarquable. À côté des armes et des bandages de roue, il convient de mentionner la qualité exceptionnelle des armes. Les outils montrent une gamme très large. La plupart sert au travail des forgerons, comme les tenailles et les fragments de lopins. Une grande variété de formes est représentée, avant tout pour les marteaux : marteaux lourds ou légers, avec de larges plats pour l emboutissage et parfois une panne longitudinale ou transversale. Des haches à douille ou à œil sont néanmoins destinées à travailler le bois. En ce qui concerne les pièces de charronnerie, il faut mentionner les deux bandages prévus pour des roues à rayons d'un diamètre d'environ 1 m et les nombreuses frettes de moyeu. Les armes sont représentées par deux épées, l une d un type de La Tène moyenne, l autre de La Tène finale, le talon de lance et la foëne. Les autres objets servaient à des fins culinaires : les crémaillères, la broche et la grande fourchette. On s'est probablement aussi servi de la pelle à cendres autour du foyer. Enfin, nombre de ces objets portent des traces d'utilisation. Les outils donnent un bon aperçu de la technologie des forgerons celtiques du Gründberg, à la fois par les lopins et les outils et par les produits finis. D'après les analyses techniques, ils maîtrisaient la composition des différentes qualités de fer (Preßlinger, Mayr 21). Il faut se contenter de formuler des hypothèses sur les causes de ces dépositions. La position des dépôts à l'intérieur d'un rempart de La Tène finale permet de supposer qu'il pourrait s'agir d'offrandes dans le sens le plus large du terme, déposées à l'occasion de la construction du monument. La proximité d'une source est également remarquable. Ce sont surtout les riches découvertes d'objets de fer, mais aussi la découverte d'un fragment de situle (seau) en bronze italique sur le Freinberg, qui témoignent de l'importance économique des habitats de hauteur celtiques pendant La Tène finale, soit comme places commerciales, soit comme lieux de production (Urban, Ruprechtberger 1998). Les monnaies celtiques trouvées dans la région de Linz fournissent la preuve qu'il existait des relations directes avec le territoire des Boïens, au nord, au ii e siècle et des contacts avec le sud de l'allemagne au i er siècle. On manque pourtant de preuves pour des contacts intensifs vers l est et le sud, en direction du royaume du Norique, réputé pour son industrie du fer (Urban 2). Otto-H. URBAN, institut de Pré- et Protohistoire, université de Vienne (Autriche) Erwin M. RUPRECHTBERGER, Nordico-Museum (Linz) (Traduction : Anneliese Pleyer) Catalogue des objets exposés Métallurgie - Pinces de forgeron avec manche assez court, pour forger des lopins et des loupes. L. 47,3 cm. Dépôt 3, Inv Enclume bigorne ; le trou pourrait servir à la suspendre ; traces d'utilisation marquées. L. 15,5 cm, Dépôt 1, Inv Petit marteau à planer avec traces d'usure marquées. L. 11,6 cm. Dépôt 1, Inv Petit marteau à planer avec traces d'usure marquées. L. 11,8 cm. Dépôt 1, Inv Marteau à planer moyen avec traces d'usure marquées, asymétrique. L. 13,1 cm. Dépôt 1, Inv Marteau à planer lourd avec traces d'usure marquées ; traces d'un coin d'un côté de l'œil. L. 16 cm. Dépôt 1, Inv Grand marteau de forgeron avec panne mince et plan de frappe rectangulaire ; avec deux coins dans l'œil destinés à fixer le manche ; traces d'usure marquées. L. 19,4 cm. Dépôt 1, Inv Lopin de fer, en forme de pyramide tronquée, avec traces de découpe. Poids 3,5 kg, L. 9,6 cm, Dépôt 1, Inv Fragment de loupe, presque rectangulaire avec une surface plane et deux surfaces tranchées ; la face inférieure est rugueuse ; les deux faces restantes pourraient correspondre à la surface originale de la loupe. Poids 1,2 kg, L. conservée,8 cm. Dépôt 1, Inv Fragment de loupe ou de lopin de fer, avec faces longitudinales travaillées, beaucoup de bulles sur les autres faces ; traces d'outil (?) sur les surfaces supérieure et inférieure. Poids original 6,5 kg, L. 23 cm. Dépôt 4, Inv. 77. Travail du bois - Hache à douille pour travailler le bois. L. 14,3 cm. Dépôt 3, FNr Hache à œil ; les traces d'usure sur la table pourraient avoir été causées par une utilisation comme marteau. L. 15,1 cm. Dépôt 2, Inv Herminette à douille plate ou ciseau de grande taille pour le travail de charpentier ou pour l'agriculture, avec traces d'usure sur la face inférieure. L. 22,1 cm. Dépôt 3, Inv. 75. Autres - Foëne en deux parties fixées par un rivet ; appropriée pour chasser de gros poissons ou du gibier. L. 28,9 cm. Dépôt 3, Inv Crémaillère formée de sept tiges tordues reliées par 16 anneaux et qui pouvait servir à suspendre un chaudron d'environ 6 cm de diamètre. Vu sa position lors de la découverte, cette crémaillère peut être pliée en un paquet d'environ 36 cm de long, de 14 cm de large et de 3 cm de haut. L. 175 cm. Dépôt 3, Inv Cerclage de moyeu de roue (?) serré par une bride, et avec un coin entre la bride et le cerclage. Diamètre 7,4 cm. Dépôt 1, Inv. 89. Lieu de conservation : Nordico-Museum, Linz (Autriche) 18

Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse»

Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse» Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse» Placé à l est de la ville antique, ce site présente les résultats de la première grande fouille archéologique urbaine. Les vestiges, classés Monument historique,

Plus en détail

La Pierre d'appel. L'extrémité du promontoire de la Pierre d'appel

La Pierre d'appel. L'extrémité du promontoire de la Pierre d'appel La Pierre d'appel La Pierre d'appel est le nom donné à l'extrémité du promontoire rocheux dominant Etival-Clairefontaine dans les Vosges. L'ensemble du massif porte le nom de Côte de Repy. Le promontoire

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6

Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6 Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6 Depuis la création de la Fonderie Royale en 1782 jusqu'à nos jours, de nombreux bâtiments industriels ont été construits au Creusot. Nous allons étudier leur évolution.

Plus en détail

HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH

HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH NOM, Prénom Classe HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH Notre année de 6 e en histoire UNE CIVILISATION DE L ORIENT ANCIEN La Mésopotamie au III e millénaire avant Jésus-Christ XI e m. X e m.

Plus en détail

Parc des Braves Fiche technique

Parc des Braves Fiche technique Parc des Braves Fiche technique Historique du site Dès 1633, le terme «banlieue» réfère à une étendue d une lieue (environ 5 km) à partir des limites de la ville de Québec. En 1639, le commis de traite

Plus en détail

D8 Couverture métallique

D8 Couverture métallique Arts de bâtir: Pays : D8 Couverture métallique Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture métallique - Toiture à pente de 20% à 80%, couverte de plaques de tôle de zinc

Plus en détail

Réponses. Document d accompagnement

Réponses. Document d accompagnement Réponses Document d accompagnement 1 L auteur de la description du murus gallicus n est autre que Jules César en personne. Général, homme politique et écrivain romain, né à Rome le 12 ou le 13 juillet

Plus en détail

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets.

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets. Il faut avant tout faire une introduction, un historique et préciser que nous parlons du Niger. Cette technique est probablement applicable dans d autres pays mais pour chaque zone il faudra analyser le

Plus en détail

Petite histoire de la Nouvelle-France Activités de compréhension de texte / 2 e et 3 e cycles du primaire

Petite histoire de la Nouvelle-France Activités de compréhension de texte / 2 e et 3 e cycles du primaire Texte S il est un métier rare en Nouvelle-France, c est celui de cloutier. Tout au long du Régime français, seuls six hommes pratiquent cette profession. Parmi ceux-ci, mentionnons Antoine Beaudry dit

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Amboise : la ville gauloise et gallo-romaine

Amboise : la ville gauloise et gallo-romaine ATLAS ARCHÉOLOGIQUE DE TOURAINE IV LES LIEUX Amboise : la ville gauloise et gallo-romaine Conseil général d Indre-et-Loire Loire et de l Amasse, a été occupée de manière continue depuis la Protohistoire.

Plus en détail

Installation. Porte Simple FIGURE 1 FIGURE 2

Installation. Porte Simple FIGURE 1 FIGURE 2 Porte Simple Avant toute chose, nous vous recommandons de peindre, teindre ou vernir votre porte avant d en faire l installation. Il est beaucoup plus facile d appliquer le produit de finition sur une

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Quel matériau choisir pour réaliser le support dérive de l aéroglisseur? -.. -.. -..

Quel matériau choisir pour réaliser le support dérive de l aéroglisseur? -.. -.. -.. DOC 1/4 Le support de dérive permet de fixer les ailerons en position verticale sur l aéroglisseur. Observez-le et indiquez les opérations à effectuer pour fabriquer cet objet technique. -.. -.. -.. NOM

Plus en détail

Trucs de finition. Des panneaux de toutes tailles à la mesure des bricoleurs! Formats de planches disponibles

Trucs de finition. Des panneaux de toutes tailles à la mesure des bricoleurs! Formats de planches disponibles Des panneaux de toutes tailles à la mesure des bricoleurs! Brico Pano est constitué de planches de pin lamellées-collées que les bricoleurs peuvent tailler et assembler afin de créer des meubles de toutes

Plus en détail

par Santé Historique et croquis

par Santé Historique et croquis Historique et croquis Un système permettant le réglage en hauteur et le changement de fraise par le haut de la table était une de mes préoccupations depuis longtemps sans toutefois en trouver la solution.

Plus en détail

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-12209-1 III Les travaux d aménagement / Créer un escalier intérieur Créer un escalier intérieur H 1,80

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / Travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / Travaux spéciaux Page 1 / 7 Rapport technique / Travaux spéciaux Contenu : Mise en place de palplanches Rédaction : Nicolas Rime / Etudiants ETC 3 ème année Date : 23 novembre 2007 Mise en place de palplanches Introduction

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS

ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS Ce document est destiné à l enseignant. Il contient les réponses au document d enquête distribué aux élèves. Les

Plus en détail

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Arts de bâtir: Pays : D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture de tuiles plates mécaniques - Toiture à pente courante de 25%

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

bouilloire. Il avoue que s'il n'avait pas acheté une torche électrique pour souder quelques temps auparavant, il n'aurait pas pu réaliser cet ouvrage.

bouilloire. Il avoue que s'il n'avait pas acheté une torche électrique pour souder quelques temps auparavant, il n'aurait pas pu réaliser cet ouvrage. Le ferrage des chevaux Une importante partie du travail du forgeron consiste à ferrer les chevaux. On dit d'ailleurs d'un bon forgeron qu'il peut ferrer de seize à dix-sept chevaux par jour. Pour ferrer

Plus en détail

Faciles à poser, économiques, les plaques ondulées sont idéales pour constituer un endroit abrité dans le jardin.

Faciles à poser, économiques, les plaques ondulées sont idéales pour constituer un endroit abrité dans le jardin. Faciles à poser, économiques, les plaques ondulées sont idéales pour constituer un endroit abrité dans le jardin. A) Avant de commencer : Trucs et astuces : En cas de faible pente, utiliser du mastic d'étanchéité

Plus en détail

Construisez avec le soleil!

Construisez avec le soleil! DOSSIER DE PRESSE Construisez avec le soleil! Bâti Concept écologique Z.A. Les Meules 63270 Vic-le-Comte Contact : Stéphane WEBER - Tél. : 04.73.77.93.34. Contact presse : Vincent FABRE - Tél. : 06.01.84.50.13.

Plus en détail

Sujet : l évolution des modes de paiement

Sujet : l évolution des modes de paiement Branche : Histoire Sujet : l évolution des modes de paiement Situation de la leçon dans le programme : 730, 734 p.143 ; 750 p.145 ; Compétences : 730 : Confronté à des traces du passé, s entraîner à: -

Plus en détail

Photo 1 : Les fouilles archéologiques menées au Boisé-Saint-Félix en 2011 (photo Michel Plourde).

Photo 1 : Les fouilles archéologiques menées au Boisé-Saint-Félix en 2011 (photo Michel Plourde). Fouilles archéologiques au Boisé-Saint-Félix, prise 2! Dans le cadre d un chantier-école du département d histoire de l Université Laval, une deuxième campagne de fouilles archéologiques a été menée au

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Je vais aujourd hui évoquer rapidement l état des connaissances sur les sépultures et les rites funéraires. Tout d abord, il convient de préciser que si on reconnaît

Plus en détail

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique!

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules les autres banques y

Plus en détail

Tronçonneuse ou scie à chaîne

Tronçonneuse ou scie à chaîne Tronçonneuse ou scie à chaîne CHAÎNE ET AFFÛTAGE 1. Généralités La chaîne d une tronçonneuse est l organe coupant de la machine. Sa forme particulière et les évolutions techniques qu elle a subies lui

Plus en détail

Les jeux pédagogiques sur les métiers d art Création et réalisation Dominique Thireau-Bruneau

Les jeux pédagogiques sur les métiers d art Création et réalisation Dominique Thireau-Bruneau 1 Les jeux pédagogiques sur les métiers d art Création et réalisation Dominique Thireau-Bruneau Une façon ludique et innovante de découvrir des savoir-faire d exception, une incitation à la curiosité pour

Plus en détail

Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft

Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft 1 Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft Avant d engager toute démarche administrative, mieux vaut vous assurer que

Plus en détail

Dossier Principal : Le thé est conditionné sous forme de cubes mousseline, avec un emballage secondaire (papier) servant également de languette.

Dossier Principal : Le thé est conditionné sous forme de cubes mousseline, avec un emballage secondaire (papier) servant également de languette. 1. Thé Cube Dossier Principal : Résumé du projet En France, un français consomme en moyenne 0,24 kg de thé par an, l équivalent de 5 boîtes de 50g. Ces 25 dernières années la France a plus que triplé sa

Plus en détail

Notice de montage d abri de voiture à toit plat pour une voiture. Notice de montage

Notice de montage d abri de voiture à toit plat pour une voiture. Notice de montage Notice de montage pour l abri de voiture à toit plat 304 x 510 P.C.V. 001 Avant-propos Chère cliente, cher client, à l aide de nos instructions de montage détaillées, l assemblage d un de nos kits de construction

Plus en détail

FICHE RESSOURCE. Technologie au collège César Franck. Centre d'intérêt 2 : Un objet technique, de quoi est-il constitué?

FICHE RESSOURCE. Technologie au collège César Franck. Centre d'intérêt 2 : Un objet technique, de quoi est-il constitué? Page 1/7 QUELS MATÉRIAUX COMPOSENT UN OBJET TECHNIQUE? Tout au long de son histoire, l homme a eu besoin pour se nourrir, s habiller, travailler, se déplacer, de fabriquer des objets. Pour cela, il a utilisé

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

Les châteaux-forts Fiche pédagogique 1 / 5

Les châteaux-forts Fiche pédagogique 1 / 5 Fiche pédagogique 1 / 5 Histoire du château-fort Le sais-tu? Aux IXème et Xème siècle, les Vikings, les Hongrois et les Sarrasins font régner l insécurité. Chaque seigneur défend ses terres par un petit

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Les bardeaux IKO, La vision futée sur la toiture

Les bardeaux IKO, La vision futée sur la toiture Les bardeaux IKO, La vision futée sur la toiture AUTORITE GLOBALE EN MATIER E BARDEAUX BITUMES DE HAU Socrate, (469 399 avant Jésus Christ (Grec : Socrate, (469 399 avant Jésus Christ (Grec : ), est le

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Livret-jeux réservé aux 6/12 ans. à la découverte de notre patrimoine. Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain

Livret-jeux réservé aux 6/12 ans. à la découverte de notre patrimoine. Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain Livret-jeux réservé aux 6/12 ans à la découverte de notre patrimoine Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain S o m m a i r e Edito 3 Joue avec Agricolix aux Méli-mé-mots 4 Retrouve les mots cachés

Plus en détail

Bien aménager, bien utiliser son four à pain

Bien aménager, bien utiliser son four à pain Jacques Revel Bien aménager, bien utiliser son four à pain Avec la collaboration technique de M. Baron-Languet Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-11739-6 Chapitre 1 Construire un four à pain Le four

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

Choisir et ranger les outils et les accessoires

Choisir et ranger les outils et les accessoires Choisir et ranger les outils et les accessoires Gage d'ordre et d'optimisation de l'espace, les rangements permettent également de gagner du temps et de limiter les accidents malheureux. Râteliers, armoires

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Défendre Metz au Moyen Âge. l histoire d une architecture au service des hommes

Défendre Metz au Moyen Âge. l histoire d une architecture au service des hommes Défendre Metz au Moyen Âge l histoire d une architecture au service des hommes Livret pédagogique accompagnant l exposition proposée par Historia Metensis en partenariat avec les Archives municipales de

Plus en détail

Architectures rurales. Dossier thématique n 3 : La locaterie

Architectures rurales. Dossier thématique n 3 : La locaterie Dossier thématique n 3 : Le savais-tu? Une locaterie est une ferme composée d un seul bâtiment. C est une exploitation agricole de taille réduite : elle est différente du domaine. Rappelons que le domaine

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

L ardoise. Couvertures en ardoises. rectangulaires. La perfection naturelle. Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade.

L ardoise. Couvertures en ardoises. rectangulaires. La perfection naturelle. Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. L ardoise. La perfection naturelle. PIZARRAS LOUSAVAL Couvertures en ardoises PIZARRAS LOUSAVAL CAFERSA Poligono Industrial A Raña 32300 O Barco de Valdeorras (Ourense) L Espagne Tél. +34 988 321 609 Fax

Plus en détail

Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle

Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle N 527 Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle A Description Dans cet exemple d'application est montré un remplacement de planches isolées dans le parquet posé. Dans le cas

Plus en détail

De la préhistoire à nos jours, Petite histoire du Jouet

De la préhistoire à nos jours, Petite histoire du Jouet De la préhistoire à nos jours, Petite histoire du Jouet Le jouet est un objet connu de tous quel que soit le pays dans lequel nous vivons, quelle que soit la catégorie sociale à laquelle nous appartenons

Plus en détail

Le stage céramique. (maximum 1 classe)

Le stage céramique. (maximum 1 classe) (maximum 1 classe) artisanat / archéologie Sites associés Le Fâ Talmont sur Gironde Saintes Le stage céramique sensibilise l élève à l approche de la matière (toucher, sentir), au respect de la terre et

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Collection Histoire & Patrimoine. en Haute-Marne. Les Gallo-Romains. Sur les traces des Lingons. www.tourisme-hautemarne.com

Collection Histoire & Patrimoine. en Haute-Marne. Les Gallo-Romains. Sur les traces des Lingons. www.tourisme-hautemarne.com Collection Histoire & Patrimoine Les Gallo-Romains en Haute-Marne Sur les traces des Lingons www.tourisme-hautemarne.com L E S G A L L O -RO M A I N S LES LI N G O N S O N T P R O G R E S S I V E M E N

Plus en détail

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX Le site archéologique de la rue Déménitroux a été découvert en juin 2000 lors de la construction par la S.A. H.L.M. pour Paris & sa région d immeubles locatifs. Alerté

Plus en détail

construction Poutres en I pour toitures, murs et planchers Systèmes constructifs STEICO en bois, naturellement

construction Poutres en I pour toitures, murs et planchers Systèmes constructifs STEICO en bois, naturellement construction Poutres en I pour toitures, murs et planchers Systèmes constructifs STEICO en bois, naturellement DOMAINES D APPLICATION Construction ossature bois minimisant les ponts thermiques. Planchers

Plus en détail

Pannecé II : un trésor enrichit les collections du musée départemental Dobrée

Pannecé II : un trésor enrichit les collections du musée départemental Dobrée Pannecé II : un trésor enrichit les collections du musée départemental Dobrée Table des matières : Sa découverte... 2 Un «trésor» gallo-romain dix-huit fois centenaire... 2 Sa restauration... 2 Son contexte

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

POSER DES TRINGLES ET DES BARRES A RIDEAUX. C a s t o r a m a

POSER DES TRINGLES ET DES BARRES A RIDEAUX. C a s t o r a m a 10.01 POSER DES TRINGLES ET DES BARRES A RIDEAUX C O N S E I L C a s t o r a m a Les régles de pose page 2 La pose sur mur page 3 La pose de mur à mur page 4 La pose au plafond page 5 page 1/5 - Fiche

Plus en détail

Créer son mobilier en carton

Créer son mobilier en carton L A T E L I E R E N I M A G E S Créer son mobilier en carton Éric Guiomar Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-11552-9 12 C RÉER SON MOBILIER EN CARTON 1. Tabouret Ming Maniement des outils Règles de

Plus en détail

Contraintes environnementales

Contraintes environnementales Contraintes environnementales 6ème Chacune s étapes transformation d'un matériau engendre l'utilisation d'énergie et amène donc s rejets chaleur ou matières polluantes plus ou moins nocifs pour l'environnement.

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010 Volet «RECHERCHE»

APPEL A PROJETS 2010 Volet «RECHERCHE» APPEL A PROJETS 2010 Volet «RECHERCHE» fsa 1 APPEL A PROJETS 2010 VOLET «RECHERCHE» DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION VOLET RECHERCHE APPEL A PROJETS 2010 ************ TITRE DU PROJET Cuivres, bronzes et

Plus en détail

TECHNIQUE CRÉATION D UN BAS-RELIEF EN CARTON ET PAPIER MÂCHÉ

TECHNIQUE CRÉATION D UN BAS-RELIEF EN CARTON ET PAPIER MÂCHÉ TECHNIQUE CRÉATION D UN BAS-RELIEF EN CARTON ET PAPIER MÂCHÉ Démonstration : Lise Goulet Photographies : Colette Dromaguet Document : Colette Dromaguet et Lise Goulet 2012 Développer les techniques permettant

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

«MODULES 15» 270/180 F2/DP

«MODULES 15» 270/180 F2/DP «MODULES 15» 270/180 F2/DP 40631P000 40631S000 FR AVANT DE DEBALLER LE COLIS LISEZ ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT - CELA VOUS FACILITERA LA TACHE MERCI ET BON TRAVAIL! CONSEILS GENERAUX PREALABLES A LIRE ATTENTIVEMENT

Plus en détail

c.a.u.e. de la manche collection DÉCOUVERTE du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter

c.a.u.e. de la manche collection DÉCOUVERTE du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter collection DÉCOUVERTE c.a.u.e. de la manche du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter Le pan de bois associé au torchis constitue probablement l un des plus célèbres

Plus en détail

Le Télégraphe de Chappe et son musée

Le Télégraphe de Chappe et son musée DOSSIER PÉDAGOGIQUE Le Télégraphe de Chappe et son musée Saint-Marcan Situé un point haut offrant un panorama exceptionnel sur la Baie du Mont-Saint-Michel, le Télégraphe de Saint-Marcan est un témoignage

Plus en détail

L artisanat de tranchée.

L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée est une forme d art théoriquement spécifique aux tranchées, mais qui rapidement s industrialisera : ce seront des «souvenirs de guerre»,qu il était de bon

Plus en détail

L art de la sculpture sur pierre

L art de la sculpture sur pierre LE GESTE ET L OUTIL Jean-Pierre Grimaux L art de la sculpture sur pierre Bas-relief, chapiteau, ronde-bosse en taille directe Groupe Eyrolles 2004 ISBN 2-212-11266-1 9. CONSEIL Pour travailler le marbre,

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

ACTIVITES DANS L ESPACE CYCLE 3 - COLLEGE

ACTIVITES DANS L ESPACE CYCLE 3 - COLLEGE IRES DE TOULOUSE Institut de Recherche pour l Enseignement des Sciences RÉGIONALE APMEP DE TOULOUSE Association des Professeurs de Mathématiques de l'enseignement Public ACTIVITES DANS L ESPACE CYCLE 3

Plus en détail

Installation des cloisons

Installation des cloisons -2- Installation des cloisons TITAN CR2 pour salles blanches L objectif de ces consignes est de donner à l installateur une idée correcte de la technique à employer pour installer et assembler un cloisonnement

Plus en détail

PLANCHERS FINNFRAME. Guide d installation

PLANCHERS FINNFRAME. Guide d installation PLANCHERS FINNFRAME Guide d installation SOMMAIRE MATÉRIAUX À METTRE EN ŒUVRE...04 OUTILLAGE NÉCESSAIRE...08 LE PLANCHER FINNFRAME EN 7 ÉTAPES...09 REPÉRER LE NIVEAU DU PLANCHER...12 MISE EN PLACE DES

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas L énergie solaire GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas Sommaire Introduction A quoi sert l énergie solaire? Les avantages de l énergie solaire Les inconvénients de l énergie solaire Depuis

Plus en détail

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines)

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines) Garde-corps (moyens d accès permanents aux machines) Le présent feuillet d information rassemble les prescriptions (règles techniques) applicables aux garde-corps permettant d accéder à des machines. Il

Plus en détail

Terrasses et amé nagements extérieurs

Terrasses et amé nagements extérieurs + de 800 photos pour vous guider pas à pas Robert Longechal Terrasses et amé nagements extérieurs La maison du sol au plafond Je construis Je rénove Je pose J enduis Maquette intérieure et couverture :

Plus en détail

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran) Université Lumière Lyon 2 Ecole doctorale : Sciences Sociales (ED 483) Archéorient Environnement et sociétés de l Orient ancien (UMR 5133) Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie

les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie Guide d installation d un escalier pour bricoleurs L escalier représente souvent

Plus en détail

Syndicat Mixte pour la Restauration et l Animation du Site de Brouage - Centre documentaire - 05 46 85 77 77

Syndicat Mixte pour la Restauration et l Animation du Site de Brouage - Centre documentaire - 05 46 85 77 77 LES ARSENAUX DE RICHELIEU... Cette exposition présente les relations privilégiées entre la Saintonge et la péninsule italienne et leurs traces dans l architecture civile et militaire. Le visiteur découvre

Plus en détail

La fabrication des objets techniques

La fabrication des objets techniques CHAPITRE 812 STE Questions 1 à 7, 9, 11, 14, A, B, D. Verdict 1 LES MATÉRIAUX DANS LES OBJETS TECHNIQUES (p. 386-390) 1. En fonction de leur utilisation, les objets techniques sont susceptibles de subir

Plus en détail

chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne

chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne Partie 1 : L' ORIENT ANCIEN au 3ème millénaire avt JC chap.1 : La Mésopotamie chap.2 : L'Egypte ancienne Chap. 1 : La Mésopotamie au 3ème millénaire avt JC Ne pas copier. Pour survivre, les hommes ont

Plus en détail

LIVRET DE PRISE EN MAIN ET Dʼ EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE

LIVRET DE PRISE EN MAIN ET Dʼ EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE LIVRET DE PRISE EN MAIN ET Dʼ EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE Chers utilisateurs, La KEZAKO TECH est une mallette pédagogique à destination de tous les enseignants et animateurs désirant mener un projet pédagogique

Plus en détail

LA BATTERIE CI : L électricité

LA BATTERIE CI : L électricité Doc professeur 1 sur 11 CI 1. : Implantation L électricité du système Le frein à disques se généralise tant sur le train avant que sur le train arrière des véhicules de tourisme. 9 10 8 2. Éléments constitutifs

Plus en détail

LE FOUR SOLAIRE D ODEILLO

LE FOUR SOLAIRE D ODEILLO SORTIE AU FOUR SOLAIRE D ODEILLO PICARD Romain LOUBET Floriant QUENNEHEN Sylvain LE FOUR SOLAIRE D ODEILLO Sommaire : 1. Bref historique 2. Géographie 3. Avantages 4. Les projets 5. Les installations 5.1

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS DE HETRE CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE Objet : Construction d une Maison du vélo / VTT Commune d implantation :

Plus en détail

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en 4 VIE ET RECYCLAGE DES APPAREILS ET SUPPORTS NUMÉRIQUES Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en France, on vend plusieurs millions de tablettes, ordinateurs, smartphones. Et l utilisation

Plus en détail

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame F 3 20.01 du 11 octobre 2000 (Entrée en vigueur : 20 octobre 2000) Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 40

Plus en détail

Les directives suivantes fournissent des renseignements qui vous aideront à répondre à l Enquête mensuelle sur le charbon.

Les directives suivantes fournissent des renseignements qui vous aideront à répondre à l Enquête mensuelle sur le charbon. CHARBON MENSUEL Guide de déclaration 1. Directives générales Les directives suivantes fournissent des renseignements qui vous aideront à répondre à l Enquête mensuelle sur le charbon. Si vous avez besoin

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire, Voiture te Technologie, Voiture et Société, Voiture et Course.

4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire, Voiture te Technologie, Voiture et Société, Voiture et Course. Nom : Prénom : Date : A la découverte du Musée des 24 Heures Feuille de route 6 ème 5 ème Dans ce livret, tu trouveras : 4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire,

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE POSE

INSTRUCTIONS DE POSE 5/2013 FR INSTRUCTIONS DE POSE Etant donné la plus longue durée de vie de la porte en bois composite Duofuse par rapport à une porte en bois classique, il est important de la placer correctement afin de

Plus en détail

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art Base CDOA Mai 2012 1 2 Table des matières 1. Historique de la base...5 1.1 Pourquoi une base de données sur les dépôts...5 1.2 Mise en place de la base

Plus en détail