Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil)"

Transcription

1 Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil) Délibération n du 17 juin 2010 de la formation restreinte prononçant une sanction pécuniaire à l encontre de la société JPSM La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en sa formation restreinte sous la présidence de M. Alex TURK ; Etant aussi présents M. Emmanuel de GIVRY, vice-président délégué, Mme Isabelle FALQUE-PIERROTIN, vice-présidente, Mme Claire DAVAL, M. Sébastien HUYGHE et M. Jean-Marie COTTERET, membres ; Vu la Convention n 108 du Conseil de l Europe du 28 janvier 1981 pour la protection des personnes à l égard du traitement automatisé des données à caractère personnel ; Vu la loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifiée par la loi n du 6 août 2004 ; Vu le Code des postes et des communications électroniques, notamment son article L ; Vu le décret n du 20 octobre 2005 pris pour l'application de la loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifié par le décret n du 25 mars 2007 ; Vu la délibération n du 23 mai 2006 fixant le règlement intérieur de la Commission nationale de l informatique et des libertés ; Vu la délibération n du 14 juin 2007 adoptée par la formation restreinte de la Commission adressant une mise en demeure à la société JPSM ; Vu la délibération n du 22 novembre 2007 portant sanction pécuniaire de 5000 à l encontre de la société JPSM ; Vu les plaintes enregistrées à la Commission sous les références PL n , PL n , PL n , PL n , PL n , PL n et PL ; Vu le rapport de M. Dominique RICHARD, commissaire rapporteur, remis par porteur à la société JPSM le 12 mai 2010, et les observations en réponse de cette dernière ; Vu les autres pièces du dossier ; Après avoir entendu, lors de la réunion du 17 juin 2010 : M. Dominique RICHARD, commissaire, en son rapport ; Mme Elisabeth ROLIN, commissaire du Gouvernement, en ses observations ; Page 1/11

2 Maître F. Z., avocat de la société JPSM, M. J. A., ancien gérant de la société JPSM, M. V. M., responsable magasin et associé de la société JPSM ; Les représentants de la société mise en cause ayant pris la parole en dernier. Rappel des faits Descriptif de la société JPSM Créée en 2004, la société JPSM (ci-après «la société») a pour activité le commerce de détail d habillement. Sise 25 rue Richard Lenoir à PARIS (75011), elle a réalisé un chiffre d affaires de en 2008 sous le nom commercial «STOCK PREMIUM». Dans le cadre de cette activité, elle adresse à ses prospects des télécopies d invitation à des ventes privées de vêtements «à prix entrepôt». Les télécopies se présentent comme des invitations valables pour deux personnes, pour des ventes prévues à dates fixes. Elles mentionnent des exemples de prix des articles proposés (manteaux, chaussures, pantalons, cravates, chemises, etc.). Les plaintes reçues par la Commission entre 2005 et 2007 Entre 2005 et 2007, la Commission nationale de l informatique et des libertés (ci-après «la CNIL» ou «la Commission») avait été saisie à de nombreuses reprises (44 plaintes depuis février 2005) par des plaignants ayant reçu des messages publicitaires par télécopie de la part de la société JPSM. Les télécopies comportaient la mention suivante : «en conformité avec la loi n 7817 (CNIL), vous pouvez vous désinscrire de nos listes de diffusion en nous retournant ce fax au ». Les plaignants avaient tenté, plusieurs fois mais en vain, d exercer leur droit d opposition à recevoir des sollicitations commerciales de la part de la société. Aussi, par un courrier en date du 23 avril 2007, la CNIL avait rappelé à la société qu il convenait de faire droit aux demandes d opposition formulées par les destinataires de télécopies. Aucune réponse n avait été adressée à la Commission à la suite de ce courrier. La mise en demeure du 14 juin 2007 En l absence de réponse, la Commission avait, par délibération n du 14 juin 2007, mis en demeure la société, sous un délai de dix jours à compter de la notification de la délibération de : - procéder à l accomplissement des formalités préalables auprès de la CNIL pour tout traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre ; - cesser toute prospection commerciale par télécopie auprès des personnes qui n auront pas préalablement donné leur accord pour être démarchées, en application des dispositions du 1 de l article 6 de la loi du 6 janvier 1978 et de l article L du code des postes et des communications électroniques ; - supprimer les coordonnées des requérants ayant exercé leur droit d opposition ; Page 2/11

3 - apporter toute garantie que, pour l avenir, les droits des personnes dont les données à caractère personnel font l objet d un traitement automatisé à des fins commerciales soient respectés, en particulier le droit d opposition prévu par l article 38 de la loi ; - indiquer par quels moyens la société s est procuré les numéros de télécopieurs de ses prospects et apporter toute garantie qu une telle collecte a bien été réalisée conformément aux dispositions de la loi «informatique et libertés». Le 28 septembre 2007, la CNIL avait reçu un courrier de la société G. F., seul document adressé en réponse à la mise en demeure visant la société JPSM. La société G. F., prestataire de service d envoi de télécopies publicitaires agissant pour la société JPSM, exposait alors avoir mis en œuvre un premier système de gestion des oppositions qui, en raison d un problème technique, n a pu prendre en compte qu une partie des demandes de désinscription. Elle précisait également qu un second numéro de télécopie avait été mis en place par la suite, nécessitant une intervention humaine pour permettre de radier efficacement les personnes démarchées des listes de diffusion, sur la base desquelles s effectuait la prospection commerciale par télécopie de la société JPSM. La sanction du 22 novembre 2007 A l issue de la formation restreinte de la CNIL du 22 novembre 2007, la Commission a adopté le 22 novembre 2007 une délibération n portant sanction pécuniaire de 5000 à l encontre de la société, en considérant que la société n avait pas respecté le dispositif de la mise en demeure du 14 juin 2007, s agissant en particulier du recueil du consentement préalable des destinataires des télécopies de prospection, du respect du droit d opposition des personnes concernées et de l obligation d accomplir des formalités préalables à la mise en œuvre des traitements. La société ne s est acquittée que partiellement de la sanction prononcée. Après avoir versé au Trésor Public la somme de 1880 en 2008, elle n a en effet effectué aucun paiement complémentaire. Au 31 décembre 2009, elle restait donc redevable auprès du Trésor Public d une somme de 3120, laquelle a fait l objet d un commandement de payer. Les plaintes reçues par la CNIL en 2009 et 2010 Entre juin 2009 et mars 2010, la CNIL a été saisie de sept nouvelles plaintes visant la société. Ces plaintes avaient le même objet que celles reçues par la Commission entre 2005 et 2007, à savoir la réception de télécopies non sollicitées ayant pour objet d inviter les destinataires à des ventes privées de vêtements et l absence de prise en compte du droit d opposition garanti par la loi «informatique et libertés». 1. Madame M. B. a en effet reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées entre juillet et septembre 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Le 18 juillet et le 31 juillet 2009, elle a renvoyé deux des télécopies reçues afin d être radiée du fichier de prospection de la société. Après avoir reçu une nouvelle télécopie le 7 août 2009, elle a saisi la CNIL le 12 août 2009 (PL n ). Elle a ensuite continué à recevoir des télécopies de la société, en particulier le 10 septembre Votre rapporteur attire l attention de la société sur le trouble important occasionné par les envois répétés de télécopies non sollicitées au domicile de cette plaignante, âgée et Page 3/11

4 malentendante, qui utilise le télécopieur comme principal moyen de communication avec sa famille ainsi qu avec son établissement de santé. En effet, ces envois intempestifs consomment les rouleaux de papier fax qu elle entend consacrer à ces échanges personnels, alors qu elle ne peut plus se déplacer pour en acheter de nouveaux. En l absence de prise en compte des demandes d opposition effectuées par télécopie, le fils de la plaignante a directement contacté la société par téléphone en janvier Ce n est qu après plusieurs contacts téléphoniques avec la société que les envois ont cessé. 2. Madame N. L. a également reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu elle ait renvoyé à deux reprises les télécopies reçues en juillet 2009, elle a continué à recevoir des télécopies de prospection. Ce n est qu après l envoi d un courrier à la société, le 31 juillet 2009, que la plaignante a cessé de recevoir des télécopies de la part de la société. La plaignante a saisi la CNIL le 18 septembre 2009 (PL n ). 3. Monsieur M. G. a également reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. En l absence de prise en compte des demandes d opposition effectuées par télécopie, il a saisi la CNIL d une plainte le 20 novembre 2009 (PL n ). Ce n est qu après l envoi d une lettre recommandée avec accusé de réception, le 9 janvier 2010, que le plaignant a cessé de recevoir des télécopies de la part de la société. 4. Monsieur M. W. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Il a continué à recevoir des télécopies de prospection, y compris la nuit, après avoir renvoyé une des télécopies reçues. Il a saisi la CNIL le 13 octobre 2009 (PL n ) et n a pas reçu de nouvelles télécopies depuis. 5. Monsieur P. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009 et en 2010, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu il ait renvoyé une des télécopies reçues, il a continué à recevoir des télécopies de prospection. Il a saisi la CNIL d une plainte le 29 juin 2009 (PL n ). Au jour de l audience, malgré le renvoi d une des télécopies reçues, Monsieur P. continuait à recevoir des télécopies de prospection, y compris en pleine nuit. 6. Monsieur M. W. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009 et en 2010, l invitant aux ventes privées de la société. Il a continué à recevoir des télécopies de prospection bien qu il ait renvoyé à plusieurs reprises les télécopies reçues. Il a saisi la CNIL le 9 mars 2010 (PL n ). Au jour de l audience, malgré plusieurs tentatives d exercice de son droit d opposition, Monsieur W. continuait à recevoir des télécopies de prospection. 7. Monsieur P. G. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu il ait renvoyé à plusieurs reprises les télécopies reçues, il a continué à recevoir des télécopies de prospection, dont une à la fin du mois de décembre Il a saisi la CNIL le 19 janvier 2010 (PL n ). La CNIL a adressé à la société un courrier en date du 10 mars 2010, demandant la Page 4/11

5 suppression des données du plaignant. Ce n est qu après cette intervention de la CNIL que le plaignant a cessé de recevoir des télécopies de prospection commerciale. Le 26 mars 2010, la société a indiqué qu elle avait bien pris en compte la demande de radiation du plaignant, en date du 19 mars 2009, et l avait transmise à son prestataire. Elle a précisé que ce denier avait traité sa demande et supprimé les coordonnées du plaignant. Elle a également informé la Commission que son prestataire utilisait les CD-ROM de prospection fournis par les sociétés F. P. et C. P. pour réaliser les envois de télécopies, en précisant que seules les coordonnées de «professionnels» étaient utilisées. Enfin, elle a indiqué que les télécopies envoyées mentionnaient les coordonnées de la société ainsi qu un numéro non surtaxé permettant la désinscription, au [ ]. Procédure Suite à la réception des plaintes susmentionnées, la Commission a engagé une procédure contre la société JPSM sur le fondement du 1 du I de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose : «I. - La Commission nationale de l informatique et des libertés peut ( ) mettre en demeure le responsable de faire cesser le manquement constaté dans un délai qu elle fixe. Si le responsable d un traitement ne se conforme pas à la mise en demeure qui lui est adressée, la commission peut prononcer à son encontre, après une procédure contradictoire, les sanctions suivantes : 1 Une sanction pécuniaire, dans les conditions prévues par l article 47, à l exception des cas où le traitement est mis en œuvre par l Etat ; ( )». Aux fins de cette procédure, le rapport de M. Dominique RICHARD, membre de la CNIL, rapporteur, proposant à la formation restreinte de la CNIL de prononcer une sanction pécuniaire d au moins à l encontre de la société JPSM, a été remis en mains propres au siège de la société le 12 mai Le courrier de notification qui accompagnait le rapport informait par ailleurs celle-ci que son dossier était inscrit à l ordre du jour de la formation restreinte du 17 juin 2010 à 14h. Au soutien de sa demande, le rapporteur a fait valoir que les faits relevés lors de l instruction des plaintes précitées révélaient un certain nombre de manquements, chacun d entre eux étant qualifié avec précision dans le rapport : En premier lieu, un manquement à l obligation de respecter les dispositions de l article L du code des postes et des communications électroniques, qui dispose qu «est interdite la prospection directe au moyen d'un automate d'appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d'une personne physique qui n'a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen» ; En deuxième lieu, un manquement à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes consacré par l article 38 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose que toute personne «a le droit de s opposer, sans frais, à ce que les données la concernant soient utilisées à des fins de prospection, notamment commerciale, par le responsable actuel du traitement ou celui d un traitement ultérieur» ; Page 5/11

6 En troisième lieu, un manquement à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement, en application du Chapitre IV de la loi du 6 janvier 1978 modifiée. Le rapporteur proposait ainsi à la formation restreinte de prononcer de nouveau une sanction pécuniaire à l encontre de la société, sur le fondement de la mise en demeure du 14 juin Par ailleurs, constatant que les manquements dénoncés à la CNIL en 2009 et en 2010 constituent la réitération des manquements aux dispositions de l article 38 et du chapitre IV de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi que des dispositions de l article L du code des postes et des communications électroniques, déjà sanctionnés par la délibération n du 22 novembre 2007, le rapporteur remarquait qu il y avait dès lors lieu de faire application des dispositions relatives à la réitération de manquements figurant à l article 47 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose que : «Le montant de la sanction pécuniaire prévue au I de l article 45 est proportionné à la gravité des manquements commis et aux avantages tirés de ce manquement. Lors du premier manquement, il ne peut excéder En cas de manquement réitéré dans les cinq années à compter de la date à laquelle la sanction pécuniaire précédemment prononcée est devenue définitive, il ne peut excéder ou, s agissant d une entreprise, 5 % du chiffre d affaires hors taxes du dernier exercice clos dans la limite de » Le rapporteur en déduisait que la société encourrait une sanction pécuniaire d un montant de 5% du chiffre d affaires hors taxes du dernier exercice clos dans la limite de Ainsi, appréciant la gravité des manquements commis et les avantages qui en ont été retirés par la société JPSM, ainsi que la situation financière de cette dernière, le rapporteur demandait à la formation restreinte de prononcer à son encontre une sanction d au moins si elle devait être pécuniaire et qui serait rendue publique. Par un courrier de son conseil en date du 10 mai 2010, arrivé à la Commission le 12 mai, la société a fait part de ses observations écrites sur le rapport. Lors de la séance de la formation restreinte de la CNIL du 17 juin 2010, elle a réitéré ces observations en défense oralement. La société, sans remettre en cause la matérialité des faits lui étant reprochés, a pour l essentiel conclu à l entière responsabilité de son prestataire en matière de prospection commerciale, la société A. M., sur les trois chefs de sanction proposés par le rapporteur. Par télécopie en date du 17 juin 2010, la société JPSM a également communiqué à la Commission la copie d une mise en demeure adressée à la société A. M. le 21 mai 2010 pour obtenir des explications sur les manquements relevés par la Commission, ainsi que le courrier de résiliation du contrat liant ces deux sociétés, en date du 31 mai Elle a également communiqué deux attestations, l une de M. J. A., ancien gérant de la société JPSM, l autre de M. V. M., associé et responsable de magasin, selon lesquelles la société A. M. n aurait jamais informé la société JPSM des dysfonctionnements rencontrés dans la gestion des désinscriptions. Motifs de la décision Sur la responsabilité de la société JPSM Page 6/11

7 La société JPSM réfute toute responsabilité quant aux manquements qui lui sont reprochés par le rapporteur, qu elle impute à son prestataire, la société A. M.. A cet effet, la société JPSM invoque les termes du contrat de prestation conclu avec cette société suite à la sanction précédemment prononcée par la formation restreinte. Selon ce contrat, la société A. M. s était engagée : - à n effectuer des comptages et extractions que sur des CD ROM disponibles sur le marché ; - à ne sélectionner que des personnes morales aux fins de prospection ;à fournir un numéro de télécopie permettant aux destinataires des opérations de fax-mailing de se désinscrire de ses fichiers ; - et à mettre à jour et à constituer de manière hebdomadaire ce fichier de destinataires qui ne souhaitent plus redevoir de télécopies publicitaires et à l utiliser comme filtre dans le cadre des opérations de fax mailing de son client. En outre, la société A. M. s est engagée contractuellement à être tenue pour responsable de toutes violations de ces dispositions. La société JPSM indique qu elle estime ainsi avoir pris «toutes les précautions et toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des dispositions légales et réglementaires». Le I de l article 3 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que «le responsable d un traitement de données à caractère personnel est, sauf désignation expresse par les dispositions législatives ou réglementaires relatives à ce traitement, la personne, l autorité publique, le service ou l organisme qui détermine ses finalités et ses moyens». L article 35 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que «toute personne traitant des données à caractère personnel pour le compte du responsable de traitement est considérée comme un sous-traitant» au sens de la loi. Il dispose également que les opérations de traitement ne peuvent être réalisées par un sous-traitant que «sur instruction du responsable de traitement». Il n est pas contestable, en l espèce, que la société JPSM est le responsable des traitements mis en cause, à savoir l exploitation de fichiers de contacts aux fins d envoi de télécopies de prospection commerciale, et que la société A. M. est, pour sa part, le sous-traitant réalisant ces opérations pour le compte de la société JPSM. Si la conclusion d accords contractuels peut permettre à la société JPSM de se retourner contre son prestataire dans le cadre d un recours en responsabilité civile, elle ne saurait pour autant écarter la responsabilité qui lui incombe au premier chef au regard de la loi du 6 janvier 1978 modifiée quant aux traitements mis en cause. Il est d autant plus tendancieux de la part de la société JPSM de tenter d imputer les manquements reprochés à son prestataire défaillant qu elle-même n a réagi qu avec la plus grande désinvolture une fois ces manquements connus. En effet, la société n a demandé d explications formelles à son prestataire que le 21 mai 2010, soit neuf jours après la réception du rapport du rapporteur le 12 mai 2010, alors pourtant que la Commission lui avait adressé un courrier le 10 mars 2010 pour lui demander des explications sur la situation de M. G., et qu au moins trois personnes physiques s étaient déjà manifestées directement auprès Page 7/11

8 d elle pour se plaindre la réception de fax non-sollicités sur les mois précédents, et pour certains d eux à plusieurs reprises : Mme L. en juillet 2009, M. G. et Mme B. en janvier La société JPSM saurait d autant moins se soustraire à cette responsabilité qu elle a récemment fait l objet d une précédente sanction pour les mêmes faits, ce qui aurait dû l inciter à la plus grande des vigilances quant aux agissements de son prestataire. Sur l absence de mise en demeure préalable La société JPSM indique qu elle n était pas au courant de la réception des nouvelles plaintes parvenues à la Commission entre 2009 et Elle reproche ainsi à celle-ci de ne pas lui avoir adressé une mise en demeure préalablement à l envoi du rapport du rapporteur, en application de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée qui prévoit que la Commission peut prononcer une sanction pécuniaire à l encontre d un responsable de traitement à la condition que celui-ci «ne se conforme pas à la mise en demeure qui lui est adressée». C est pourtant à bon droit que la Commission n a pas adopté une nouvelle mise en demeure après avoir reçu des plaintes pour des manquements identiques à ceux ayant mené à l imposition d une sanction en 2007, après une période de mise en conformité, dès lors qu elle s appuyait pour ce faire sur une jurisprudence établie du Conseil d Etat (v. notamment Conseil d Etat, 7 février 2003, n , Association Radio deux couleurs, et 24 novembre 2004, n , Association Radio SUN FM). En outre, la société JPSM a pu présenter sa défense après la réception du rapport du rapporteur, à défaut d avoir reçu une mise en demeure préalable. Ainsi, la société JPSM : - a reçu communication du rapport de présentation de la sanction ainsi que du dossier de la procédure engagée pour lui infliger une nouvelle sanction ; - a produit des observations écrites sur ce rapport ; - a été entendue en sa défense lors de la séance de la formation restreinte de la Commission le 17 juin La Commission pouvait dès lors se dispenser d adopter une mise en demeure préalable à la notification du rapport en sanction, dès lors qu elle a satisfait aux exigences posées par la jurisprudence du Conseil d Etat dans les arrêts précités. Sur le manquement à l obligation de recueillir le consentement préalable des personnes physiques à la réception de télécopies commerciales L article L du code des postes et des communications électroniques dispose qu «est interdite la prospection directe au moyen d'un automate d'appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d'une personne physique qui n'a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen». La société précise également n avoir jamais eu l intention de démarcher des personnes physiques. Ses prospects ne seraient, selon elle, que «des personnes morales dont les coordonnées ont été collectées via les CD ROM F. P. et C. P.». Ainsi, selon elle, «si des personnes physiques ont été destinataires de publicités adressées par la société JPSM, ces Page 8/11

9 envois ne peuvent être que la conséquence d une défaillance du prestataire» ; il se pourrait également que «certains des envois aient été la conséquence d une réattribution d un numéro de télécopie d une personne morale figurant sur le logiciel à une personne physique». En imposant à son prestataire l obligation de ne sélectionner que des personnes morales et à n utiliser que les CD-ROM disponibles sur le marché, la société JPSM aurait donc entendu se conformer strictement aux dispositions de l article L du Code des postes et communications électroniques. La Commission rappelle cependant que la société a été mise en demeure en juin 2007 de cesser toute prospection commerciale par télécopie auprès des personnes qui n auront pas préalablement donné leur accord pour être démarchées, et qu elle a été sanctionnée pécuniairement en novembre 2007 pour non respect de l interdiction de prospection directe au moyen d un télécopieur sans le consentement préalable de la personne physique destinataire. Pour autant, de nouvelles personnes physiques ont reçu des télécopies les invitant aux ventes privées de la société, alors qu elles n avaient pas préalablement consenti à recevoir de télécopies publicitaires. Ces faits, au demeurant non contestés par la société JPSM, qualifient bien la réitération d un manquement déjà sanctionné au regard de l article L du code des postes et des communications électroniques. Sur le manquement à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes L article 38 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que toute personne «a le droit de s opposer, sans frais, à ce que les données la concernant soient utilisées à des fins de prospection, notamment commerciale, par le responsable actuel du traitement ou celui d un traitement ultérieur». La société JPSM estime «avoir pris toutes les mesures à sa portée pour que les demandes d opposition soient prises en compte de manière effective et pérenne», dès lors que le contrat passé avec le prestataire mentionnait que celui-ci serait «tenu pour responsable des violations aux articles susvisés». De même, elle considère avoir traité efficacement les demandes des personnes ayant fait valoir directement leur droit d opposition auprès d elle, en demandant et en s assurant auprès du prestataire de la suppression immédiate des coordonnées de ces personnes. Compte tenu de la sanction dont elle a fait l objet en 2007 pour non-respect du droit d opposition des personnes, la société ne pouvait pourtant ignorer que les pratiques dénoncées dans les plaintes susvisées étaient contraires aux dispositions de la loi. Il lui appartenait au contraire de garantir la prise en compte effective et pérenne des demandes d opposition à la prospection commerciale, comme elle s y était déjà engagée en Or le seul moyen mis à la disposition des prospects pour exercer leur droit d opposition, sous la forme d un numéro de télécopie, s est avéré parfaitement inefficace puisqu au moins sept plaignants ont continué à recevoir de la prospection commerciale de la part de la société JPSM, bien qu ils s y soient expressément opposés en renvoyant les télécopies au numéro indiqué à cet effet. Si certains plaignants ont finalement cessé de recevoir des télécopies, ce n est d ailleurs qu après être intervenus par téléphone et par courrier auprès de la société. Page 9/11

10 En outre, la liste des personnes s étant opposée à l utilisation de leurs coordonnées par la société JPSM n a, à l évidence, pas été recoupée avec le fichier de prospection puisqu un plaignant a reçu une nouvelle télécopie à la fin du mois de décembre 2009, l invitant à des ventes prévues en janvier 2010, alors que la société avait assuré à la Commission avoir obtenu la garantie de sa radiation. Enfin, la Commission constate que certaines des télécopies lui ayant été communiquées par les plaignants comportaient un numéro surtaxé pour exercer leur droit d opposition. Outre qu il était inefficace, le moyen proposé par la société pour s opposer à la réception de télécopies a donc pu présenter un coût pour certaines personnes ayant tenté de faire respecter leurs droits. Dès lors, il apparaît à l évidence que la société JPSM doit être tenue responsable de ces manquements persistants à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes. Sur le manquement à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement Tout responsable de traitement a l obligation d accomplir des formalités préalables auprès de la CNIL avant la mise en œuvre d un traitement automatisé de données personnelles, conformément aux dispositions du chapitre IV de la loi du 6 janvier La Commission constate que la société JPSM n a procédé pour son compte à aucune formalité préalable à la mise en œuvre des traitements ayant pour finalité la gestion de prospection par télécopies pour ses ventes privées, contrairement à ses obligations légales. Elle relève que la société a pourtant été sanctionnée en novembre 2007 sur le fondement de l absence de toute formalité préalable, et qu elle ne saurait tenter de s abriter une fois encore derrière la supposée défaillance de son prestataire pour échapper à ses obligations légales. Ici encore, l abstention de la société JPSM constitue la réitération d un manquement déjà sanctionné au chapitre IV de la loi n du 6 janvier 1978 modifiée. Sur les manquements constatés En conséquence, eu égard aux manquements constatés relatifs à l obligation de recueillir le consentement préalable des personnes physiques à la réception de télécopies commerciales, à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes, à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement, la société JPSM verra prononcer à son encontre une sanction pécuniaire d un montant de Sur la publicité de la délibération Eu égard à la nature et à la gravité des manquements commis ainsi qu à la nécessité, d une part, pour les personnes physiques de connaître les règles relatives à la protection de leurs données à caractère personnel et, d autre part, pour les responsables de traitement de mieux appréhender les règles qui s imposent à eux, la délibération de la Commission sera rendue publique sur le site internet de la CNIL et sur le site internet Légifrance. Page 10/11

11 PAR CES MOTIFS Conformément au I de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, la formation restreinte de la CNIL, après en avoir délibéré, décide : - de prononcer à l encontre de la société JPSM une sanction pécuniaire de , - de publier cette décision sur le site internet de la CNIL et sur le site internet Légifrance. La société JPSM dispose d un délai de deux mois pour exercer un recours devant le Conseil d Etat à l encontre de la présente délibération. Le Président Alex TURK Page 11/11

1 sur 7 17/05/2010 22:00

1 sur 7 17/05/2010 22:00 1 sur 7 17/05/2010 22:00 2 sur 7 17/05/2010 22:00 Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Délibération n 2009-201 du 16 avril 2009 de la formation restreinte prononçant une

Plus en détail

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France La Commission nationale de l informatique et des libertés,

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Délibération n 2008-187 du 3 juillet 2008

Délibération n 2008-187 du 3 juillet 2008 Accueil > Approfondir > Décisions de la CNIL > Délibération n 2008-187 du 3 juillet 2008 Délibération n 2008-187 du 3 juillet 2008 03 Juillet 2008 - Thème(s) : Commerce DÉLIBÉRATION N 2008-187 DU 3 JUILLET

Plus en détail

Client: R.I.E. / commission communications Aspect juridique de la création N : d un annuaire et de sa mise sur Internet Date : 11/10/2013

Client: R.I.E. / commission communications Aspect juridique de la création N : d un annuaire et de sa mise sur Internet Date : 11/10/2013 Page : 1 / 5 1 PREAMBULE. La CNIL (Commission Nationale de l Informatique et des Libertés) est une institution indépendante chargée, en France, de veiller au respect de l'identité humaine, de la vie privée

Plus en détail

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 mai 2012 N de pourvoi: 10-15238 Publié au bulletin Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Bouzidi et Bouhanna,

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON COUR DES COMPTES ----------- CHAMBRES REUNIES ----------- Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON Arrêt en appel d'un jugement de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, après cassation

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 46690 RECEVEURS DES IMPOTS DE MEURTHE-ET-MOSELLE RECETTE PRINCIPALE DES IMPOTS DE NANCY SUD-OUEST Exercices 1999 à 2003 Rapport n 2006-144-2 Audience

Plus en détail

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Imprimer JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DECRET n 2008-718 du 30 juin 2008 DECRET n 2008-718 du 30 juin 2008 relatif au commerce électronique pris pour l application de la loi n

Plus en détail

RECOMMANDATION. en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications.

RECOMMANDATION. en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications. LE MÉDIATEUR DU SERVICE UNIVERSEL POSTAL Dossier 2003-0392/FW-Public RECOMMANDATION en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications. relative à la saisine

Plus en détail

Section des Assurances Sociales

Section des Assurances Sociales CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS Section des Assurances Sociales Affaire Mme A Décision n 908-D Décision rendue publique par affichage dans les locaux du Conseil national de l Ordre des pharmaciens

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

GUIDE LA PUB SI JE VEUX!

GUIDE LA PUB SI JE VEUX! GUIDE LA PUB SI JE VEUX! Édition 2011 Sommaire Avant-propos Ce que vous devez savoir Vos droits Comment éviter de recevoir des publicités? La prospection commerciale par courrier électronique, télécopie

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD SAVOIR LOUER Cinquième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

Conditions générales de Ventes

Conditions générales de Ventes CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA SOCIETE RELATIA DEFINITIONS : Pour la bonne compréhension des présentes, il est convenu des définitions suivantes : «Le Client» : toute société qui contracte en vue

Plus en détail

Institut professionnel des agents immobiliers Chambre d'appel d'expression française. Décision n 931 du 04 mars 2015. Numéro du rôle : CdA 875

Institut professionnel des agents immobiliers Chambre d'appel d'expression française. Décision n 931 du 04 mars 2015. Numéro du rôle : CdA 875 Institut professionnel des agents immobiliers Chambre d'appel d'expression française Décision n 931 du 04 mars 2015 Numéro du rôle : CdA 875 En cause de Monsieur Alain REYNDERS, Demeurant à ( ); Appelant

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

Charte d Agrément Annonceur Pacitel

Charte d Agrément Annonceur Pacitel Charte d Agrément Annonceur Pacitel Table des matières Préambule... 2 1 Procédure d'agrément Annonceur... 3 1.1 Dossier de candidature... 3 1.2 Conditions d Agrément Annonceur... 3 1.2.1 Engagements du

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie

CODE PROFESSIONNEL. déontologie déontologie Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis de la protection des données à caractère personnel 1 Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

Conditions générales pour l utilisation des Distributeurs de paquets

Conditions générales pour l utilisation des Distributeurs de paquets Conditions générales pour l utilisation des Distributeurs de paquets 1. Introduction 1.1. Champ d application et paquets admis 1.1.1. Les présentes Conditions générales (ci-après les «Conditions générales»)

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-37 du 5 juillet 2005 relative à l exécution de la décision n 03-D-03 du 16 janvier 2003 concernant des pratiques mises en œuvre par le barreau des avocats de Marseille

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 12-23608 ECLI:FR:CCASS:2014:C300610 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Le Prado, Me Spinosi,

Plus en détail

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Le présent contrat est conclu entre les parties suivantes : Net Solution Partner - Mailissimo SARL au capital de 9 146,94 Euros Inscrite

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler»

REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler» REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler» Article 1 : Société organisatrice La société LUSTUCRU FRAIS, Société par Actions Simplifiée au capital de 2 591 633, 29 euros, ayant son siège social

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 368748 ECLI:FR:CESSR:2015:368748.20150311 Mentionné aux tables du recueil Lebon Mme Anne Iljic, rapporteur Mme Aurélie Bretonneau, rapporteur public SCP GATINEAU, FATTACCINI ; SCP GADIOU,

Plus en détail

LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE

LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE E T D E S L I B E R T É S Sommaire CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR page 2 VOS DROITS page 3 COMMENT ÉVITER

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 avril 2015 N de pourvoi: 13-26951 ECLI:FR:CCASS:2015:C200661 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez,

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés 1 Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération no 2012-209 du 21 juin 2012 portant création d une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES UNIQ INTERIEURS

CONDITIONS GENERALES UNIQ INTERIEURS CONDITIONS GENERALES UNIQ INTERIEURS Article 1 : Acceptation des conditions Les présentes conditions de ventes sont conclues entre d une part, Courtaut Mélanie dirigeante d'uniq Intérieurs dont le siège

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. EN LISANT ET ACHETANT SUR LE SITE EN LIGNE DE SAS TEESHIRT- MINUTE.COM, LE CLIENT CERTIFIE AVOIR LU ET APPROUVÉ CES PRESENTES CONDITIONS GENERALES DE VENTES. I. GENERALITÉS.

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

CONCLUSIONS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE JUGE DES REFERES AUDIENCE DU 18 SEPTEMBRE 2012 POUR : Monsieur Michel TOUZEAU, Conservateur des Hypothèques

CONCLUSIONS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE JUGE DES REFERES AUDIENCE DU 18 SEPTEMBRE 2012 POUR : Monsieur Michel TOUZEAU, Conservateur des Hypothèques Cabinet MERCIE Société d'avocats 29, rue de Metz 31000 TOULOUSE Tél. 05.34.45.54.01 Fax. 05.61.22.58.88 avocats@cabinetmercie.com.fr 126580 CBV/CBV TOUZEAU/LABORIE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE JUGE DES

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE

CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE CONVENTION D ADHESION AU PROGRAMME DE TESTS DU LAB ORANGE Le lab Orange est un site internet accessible à l adresse URL «www.laborange.fr» exploité par France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 Article 1 Organisation et thème Eovi-Mcd mutuelle, mutuelle ayant son siège social 44 rue Copernic, 75016 Paris, soumise aux

Plus en détail

L a C n i l en bref. D é c o u v r i r. A p p r o f o n d i r. A g i r. D é c l a r e r

L a C n i l en bref. D é c o u v r i r. A p p r o f o n d i r. A g i r. D é c l a r e r L a C n i l en bref D é c o u v r i r A p p r o f o n d i r A g i r D é c l a r e r Édition 2011 U N P E U D H I S T O I R E La révélation par la presse, dans les années 70, d'un projet gouvernemental

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 12PA05144,13PA01264 Inédit au recueil Lebon 9ème Chambre M. DALLE, président Mme Laurence NOTARIANNI, rapporteur Mme ORIOL, rapporteur public COURONNE, avocat(s)

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir.

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir. PAGE 1/ Conditions générales 1. Objet du contrat Les présentes Conditions générales définissent les conditions applicables à la relation contractuelle entre les parties au contrat pour les services définis

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

LICENCIEMENT INDIVIDUEL POUR MOTIF ECONOMIQUE D UN SALARIE NON PROTEGE DANS UN CABINET DEPOURVU D INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

LICENCIEMENT INDIVIDUEL POUR MOTIF ECONOMIQUE D UN SALARIE NON PROTEGE DANS UN CABINET DEPOURVU D INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL LICENCIEMENT INDIVIDUEL POUR MOTIF ECONOMIQUE D UN SALARIE NON PROTEGE DANS UN CABINET DEPOURVU D INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL AVERTISSEMENT : La présente note ne constitue qu un rappel sommaire

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Les futurs pouvoirs des CNIL

Les futurs pouvoirs des CNIL Cet article est paru initialement dans la Revue Lamy Droit de l'immatériel, RLDI 2013/96, n 3210 Pour citer cet article : Fabrice Mattatia, «Les futurs pouvoirs de la CNIL», RLDI 2013/96, n 3210 Les futurs

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS JFV/CB/NR Audience publique du 14 mars 2013 Décision rendue publique par affichage le 13 mai 2013 Affaire : Docteur G. M. Chirurgien-dentiste Dos. n 2027 LA CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE, Vu la requête,

Plus en détail

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION Edition du 27/10/2011 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1001920 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1001920 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1001920 M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG M. Michel Rapporteur public Audience du 24 octobre 2013 Lecture du 14 novembre 2013 19-01-03-01-02-04 C ev RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s)

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 8 juillet 2010 N de pourvoi: 08-45287 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle CNIL Commission nationale de l informatique et des libertés _ Délibération n o 2013-255 du 19 septembre 2013 portant

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre réponse aux questionnaires

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01 DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES Mise en ligne Octobre 2010 version 01 TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE... 3 2. DEFINITIONS... 3 3. OBJET...

Plus en détail

RÈGLEMENT DU JEU «À QUI RESSEMBLEZ-VOUS?»

RÈGLEMENT DU JEU «À QUI RESSEMBLEZ-VOUS?» Le présent règlement définit les règles juridiques applicables à cette opération ainsi que l ensemble des modalités de participation et de tirage au sort. Article 1 - Organisation Mutuelle Bleue, mutuelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 juillet 2012 N de pourvoi: 11-24804 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot,

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES La société M & C, SARL au capital de 50.000 euros, dont le siège social est à SAINT JULIEN EN GENEVOIS Cedex (74162) 300 rue Louis Rustin - Archamps, 449 468 693 RCS THONON-LES-BAINS,

Plus en détail

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.mutuelle-smi.com (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

COUR D APPEL DE PARIS

COUR D APPEL DE PARIS Suivi de la décision : Décision du Conseil de Discipline de l'ordre des Avocats de Paris du 10 avril 2012 n 218801 DEFINITIVE COUR D APPEL DE PARIS Pôle 2, Chambre 1 DECISION DU 25 OCTOBRE 2012 Numéro

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION

CONTRAT DE DOMICILIATION www.neuillydom.fr CONTRAT DE DOMICILIATION (à remplir et à nous retourner en 2 exemplaires signés) CONTRAT DE DOMICILIATION ENTRE LES SOUSSIGNÉS : NEUILLYDOM SARL au Capital de 5.000 Euros, dont le siège

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n o 2012-020 du 26 janvier 2012 portant recommandation relative à la mise en œuvre par les partis ou groupements à caractère politique,

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Conditions Générales Prestation Pack Démarrage Homelive à domicile

Conditions Générales Prestation Pack Démarrage Homelive à domicile Conditions Générales Prestation Pack Démarrage Homelive à domicile Article 1 - Définitions Dans les présentes Conditions Générales, on entend par : «Micro-ordinateur» : le micro-ordinateur personnel ainsi

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente (ci-après dénommées " CGV ") sont conclues entre : D'une part, Smart Park SAS (ci-après «SMART PARK»), société au capital de 10.000

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 2 juillet 2014 N de pourvoi: 13-10076 ECLI:FR:CCASS:2014:C100808 Non publié au bulletin Cassation M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Désignation du fournisseur Tenuta La Novella S.r.l. - Soc. Agr. Via Musignana nº 11, San Polo in Chianti 50022 Greve in Chianti, Florence, Italie Nº tél. : (+39) 055.8337749

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mars 2011 N de pourvoi: 10-13727 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président Me Luc-Thaler, SCP Bénabent, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail