Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil)"

Transcription

1 Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil) Délibération n du 17 juin 2010 de la formation restreinte prononçant une sanction pécuniaire à l encontre de la société JPSM La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en sa formation restreinte sous la présidence de M. Alex TURK ; Etant aussi présents M. Emmanuel de GIVRY, vice-président délégué, Mme Isabelle FALQUE-PIERROTIN, vice-présidente, Mme Claire DAVAL, M. Sébastien HUYGHE et M. Jean-Marie COTTERET, membres ; Vu la Convention n 108 du Conseil de l Europe du 28 janvier 1981 pour la protection des personnes à l égard du traitement automatisé des données à caractère personnel ; Vu la loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifiée par la loi n du 6 août 2004 ; Vu le Code des postes et des communications électroniques, notamment son article L ; Vu le décret n du 20 octobre 2005 pris pour l'application de la loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifié par le décret n du 25 mars 2007 ; Vu la délibération n du 23 mai 2006 fixant le règlement intérieur de la Commission nationale de l informatique et des libertés ; Vu la délibération n du 14 juin 2007 adoptée par la formation restreinte de la Commission adressant une mise en demeure à la société JPSM ; Vu la délibération n du 22 novembre 2007 portant sanction pécuniaire de 5000 à l encontre de la société JPSM ; Vu les plaintes enregistrées à la Commission sous les références PL n , PL n , PL n , PL n , PL n , PL n et PL ; Vu le rapport de M. Dominique RICHARD, commissaire rapporteur, remis par porteur à la société JPSM le 12 mai 2010, et les observations en réponse de cette dernière ; Vu les autres pièces du dossier ; Après avoir entendu, lors de la réunion du 17 juin 2010 : M. Dominique RICHARD, commissaire, en son rapport ; Mme Elisabeth ROLIN, commissaire du Gouvernement, en ses observations ; Page 1/11

2 Maître F. Z., avocat de la société JPSM, M. J. A., ancien gérant de la société JPSM, M. V. M., responsable magasin et associé de la société JPSM ; Les représentants de la société mise en cause ayant pris la parole en dernier. Rappel des faits Descriptif de la société JPSM Créée en 2004, la société JPSM (ci-après «la société») a pour activité le commerce de détail d habillement. Sise 25 rue Richard Lenoir à PARIS (75011), elle a réalisé un chiffre d affaires de en 2008 sous le nom commercial «STOCK PREMIUM». Dans le cadre de cette activité, elle adresse à ses prospects des télécopies d invitation à des ventes privées de vêtements «à prix entrepôt». Les télécopies se présentent comme des invitations valables pour deux personnes, pour des ventes prévues à dates fixes. Elles mentionnent des exemples de prix des articles proposés (manteaux, chaussures, pantalons, cravates, chemises, etc.). Les plaintes reçues par la Commission entre 2005 et 2007 Entre 2005 et 2007, la Commission nationale de l informatique et des libertés (ci-après «la CNIL» ou «la Commission») avait été saisie à de nombreuses reprises (44 plaintes depuis février 2005) par des plaignants ayant reçu des messages publicitaires par télécopie de la part de la société JPSM. Les télécopies comportaient la mention suivante : «en conformité avec la loi n 7817 (CNIL), vous pouvez vous désinscrire de nos listes de diffusion en nous retournant ce fax au ». Les plaignants avaient tenté, plusieurs fois mais en vain, d exercer leur droit d opposition à recevoir des sollicitations commerciales de la part de la société. Aussi, par un courrier en date du 23 avril 2007, la CNIL avait rappelé à la société qu il convenait de faire droit aux demandes d opposition formulées par les destinataires de télécopies. Aucune réponse n avait été adressée à la Commission à la suite de ce courrier. La mise en demeure du 14 juin 2007 En l absence de réponse, la Commission avait, par délibération n du 14 juin 2007, mis en demeure la société, sous un délai de dix jours à compter de la notification de la délibération de : - procéder à l accomplissement des formalités préalables auprès de la CNIL pour tout traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre ; - cesser toute prospection commerciale par télécopie auprès des personnes qui n auront pas préalablement donné leur accord pour être démarchées, en application des dispositions du 1 de l article 6 de la loi du 6 janvier 1978 et de l article L du code des postes et des communications électroniques ; - supprimer les coordonnées des requérants ayant exercé leur droit d opposition ; Page 2/11

3 - apporter toute garantie que, pour l avenir, les droits des personnes dont les données à caractère personnel font l objet d un traitement automatisé à des fins commerciales soient respectés, en particulier le droit d opposition prévu par l article 38 de la loi ; - indiquer par quels moyens la société s est procuré les numéros de télécopieurs de ses prospects et apporter toute garantie qu une telle collecte a bien été réalisée conformément aux dispositions de la loi «informatique et libertés». Le 28 septembre 2007, la CNIL avait reçu un courrier de la société G. F., seul document adressé en réponse à la mise en demeure visant la société JPSM. La société G. F., prestataire de service d envoi de télécopies publicitaires agissant pour la société JPSM, exposait alors avoir mis en œuvre un premier système de gestion des oppositions qui, en raison d un problème technique, n a pu prendre en compte qu une partie des demandes de désinscription. Elle précisait également qu un second numéro de télécopie avait été mis en place par la suite, nécessitant une intervention humaine pour permettre de radier efficacement les personnes démarchées des listes de diffusion, sur la base desquelles s effectuait la prospection commerciale par télécopie de la société JPSM. La sanction du 22 novembre 2007 A l issue de la formation restreinte de la CNIL du 22 novembre 2007, la Commission a adopté le 22 novembre 2007 une délibération n portant sanction pécuniaire de 5000 à l encontre de la société, en considérant que la société n avait pas respecté le dispositif de la mise en demeure du 14 juin 2007, s agissant en particulier du recueil du consentement préalable des destinataires des télécopies de prospection, du respect du droit d opposition des personnes concernées et de l obligation d accomplir des formalités préalables à la mise en œuvre des traitements. La société ne s est acquittée que partiellement de la sanction prononcée. Après avoir versé au Trésor Public la somme de 1880 en 2008, elle n a en effet effectué aucun paiement complémentaire. Au 31 décembre 2009, elle restait donc redevable auprès du Trésor Public d une somme de 3120, laquelle a fait l objet d un commandement de payer. Les plaintes reçues par la CNIL en 2009 et 2010 Entre juin 2009 et mars 2010, la CNIL a été saisie de sept nouvelles plaintes visant la société. Ces plaintes avaient le même objet que celles reçues par la Commission entre 2005 et 2007, à savoir la réception de télécopies non sollicitées ayant pour objet d inviter les destinataires à des ventes privées de vêtements et l absence de prise en compte du droit d opposition garanti par la loi «informatique et libertés». 1. Madame M. B. a en effet reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées entre juillet et septembre 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Le 18 juillet et le 31 juillet 2009, elle a renvoyé deux des télécopies reçues afin d être radiée du fichier de prospection de la société. Après avoir reçu une nouvelle télécopie le 7 août 2009, elle a saisi la CNIL le 12 août 2009 (PL n ). Elle a ensuite continué à recevoir des télécopies de la société, en particulier le 10 septembre Votre rapporteur attire l attention de la société sur le trouble important occasionné par les envois répétés de télécopies non sollicitées au domicile de cette plaignante, âgée et Page 3/11

4 malentendante, qui utilise le télécopieur comme principal moyen de communication avec sa famille ainsi qu avec son établissement de santé. En effet, ces envois intempestifs consomment les rouleaux de papier fax qu elle entend consacrer à ces échanges personnels, alors qu elle ne peut plus se déplacer pour en acheter de nouveaux. En l absence de prise en compte des demandes d opposition effectuées par télécopie, le fils de la plaignante a directement contacté la société par téléphone en janvier Ce n est qu après plusieurs contacts téléphoniques avec la société que les envois ont cessé. 2. Madame N. L. a également reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu elle ait renvoyé à deux reprises les télécopies reçues en juillet 2009, elle a continué à recevoir des télécopies de prospection. Ce n est qu après l envoi d un courrier à la société, le 31 juillet 2009, que la plaignante a cessé de recevoir des télécopies de la part de la société. La plaignante a saisi la CNIL le 18 septembre 2009 (PL n ). 3. Monsieur M. G. a également reçu de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. En l absence de prise en compte des demandes d opposition effectuées par télécopie, il a saisi la CNIL d une plainte le 20 novembre 2009 (PL n ). Ce n est qu après l envoi d une lettre recommandée avec accusé de réception, le 9 janvier 2010, que le plaignant a cessé de recevoir des télécopies de la part de la société. 4. Monsieur M. W. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Il a continué à recevoir des télécopies de prospection, y compris la nuit, après avoir renvoyé une des télécopies reçues. Il a saisi la CNIL le 13 octobre 2009 (PL n ) et n a pas reçu de nouvelles télécopies depuis. 5. Monsieur P. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009 et en 2010, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu il ait renvoyé une des télécopies reçues, il a continué à recevoir des télécopies de prospection. Il a saisi la CNIL d une plainte le 29 juin 2009 (PL n ). Au jour de l audience, malgré le renvoi d une des télécopies reçues, Monsieur P. continuait à recevoir des télécopies de prospection, y compris en pleine nuit. 6. Monsieur M. W. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009 et en 2010, l invitant aux ventes privées de la société. Il a continué à recevoir des télécopies de prospection bien qu il ait renvoyé à plusieurs reprises les télécopies reçues. Il a saisi la CNIL le 9 mars 2010 (PL n ). Au jour de l audience, malgré plusieurs tentatives d exercice de son droit d opposition, Monsieur W. continuait à recevoir des télécopies de prospection. 7. Monsieur P. G. a également reçu à son domicile de nombreuses télécopies de prospection non sollicitées en 2009, l invitant aux ventes privées de la société. Bien qu il ait renvoyé à plusieurs reprises les télécopies reçues, il a continué à recevoir des télécopies de prospection, dont une à la fin du mois de décembre Il a saisi la CNIL le 19 janvier 2010 (PL n ). La CNIL a adressé à la société un courrier en date du 10 mars 2010, demandant la Page 4/11

5 suppression des données du plaignant. Ce n est qu après cette intervention de la CNIL que le plaignant a cessé de recevoir des télécopies de prospection commerciale. Le 26 mars 2010, la société a indiqué qu elle avait bien pris en compte la demande de radiation du plaignant, en date du 19 mars 2009, et l avait transmise à son prestataire. Elle a précisé que ce denier avait traité sa demande et supprimé les coordonnées du plaignant. Elle a également informé la Commission que son prestataire utilisait les CD-ROM de prospection fournis par les sociétés F. P. et C. P. pour réaliser les envois de télécopies, en précisant que seules les coordonnées de «professionnels» étaient utilisées. Enfin, elle a indiqué que les télécopies envoyées mentionnaient les coordonnées de la société ainsi qu un numéro non surtaxé permettant la désinscription, au [ ]. Procédure Suite à la réception des plaintes susmentionnées, la Commission a engagé une procédure contre la société JPSM sur le fondement du 1 du I de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose : «I. - La Commission nationale de l informatique et des libertés peut ( ) mettre en demeure le responsable de faire cesser le manquement constaté dans un délai qu elle fixe. Si le responsable d un traitement ne se conforme pas à la mise en demeure qui lui est adressée, la commission peut prononcer à son encontre, après une procédure contradictoire, les sanctions suivantes : 1 Une sanction pécuniaire, dans les conditions prévues par l article 47, à l exception des cas où le traitement est mis en œuvre par l Etat ; ( )». Aux fins de cette procédure, le rapport de M. Dominique RICHARD, membre de la CNIL, rapporteur, proposant à la formation restreinte de la CNIL de prononcer une sanction pécuniaire d au moins à l encontre de la société JPSM, a été remis en mains propres au siège de la société le 12 mai Le courrier de notification qui accompagnait le rapport informait par ailleurs celle-ci que son dossier était inscrit à l ordre du jour de la formation restreinte du 17 juin 2010 à 14h. Au soutien de sa demande, le rapporteur a fait valoir que les faits relevés lors de l instruction des plaintes précitées révélaient un certain nombre de manquements, chacun d entre eux étant qualifié avec précision dans le rapport : En premier lieu, un manquement à l obligation de respecter les dispositions de l article L du code des postes et des communications électroniques, qui dispose qu «est interdite la prospection directe au moyen d'un automate d'appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d'une personne physique qui n'a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen» ; En deuxième lieu, un manquement à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes consacré par l article 38 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose que toute personne «a le droit de s opposer, sans frais, à ce que les données la concernant soient utilisées à des fins de prospection, notamment commerciale, par le responsable actuel du traitement ou celui d un traitement ultérieur» ; Page 5/11

6 En troisième lieu, un manquement à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement, en application du Chapitre IV de la loi du 6 janvier 1978 modifiée. Le rapporteur proposait ainsi à la formation restreinte de prononcer de nouveau une sanction pécuniaire à l encontre de la société, sur le fondement de la mise en demeure du 14 juin Par ailleurs, constatant que les manquements dénoncés à la CNIL en 2009 et en 2010 constituent la réitération des manquements aux dispositions de l article 38 et du chapitre IV de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi que des dispositions de l article L du code des postes et des communications électroniques, déjà sanctionnés par la délibération n du 22 novembre 2007, le rapporteur remarquait qu il y avait dès lors lieu de faire application des dispositions relatives à la réitération de manquements figurant à l article 47 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, qui dispose que : «Le montant de la sanction pécuniaire prévue au I de l article 45 est proportionné à la gravité des manquements commis et aux avantages tirés de ce manquement. Lors du premier manquement, il ne peut excéder En cas de manquement réitéré dans les cinq années à compter de la date à laquelle la sanction pécuniaire précédemment prononcée est devenue définitive, il ne peut excéder ou, s agissant d une entreprise, 5 % du chiffre d affaires hors taxes du dernier exercice clos dans la limite de » Le rapporteur en déduisait que la société encourrait une sanction pécuniaire d un montant de 5% du chiffre d affaires hors taxes du dernier exercice clos dans la limite de Ainsi, appréciant la gravité des manquements commis et les avantages qui en ont été retirés par la société JPSM, ainsi que la situation financière de cette dernière, le rapporteur demandait à la formation restreinte de prononcer à son encontre une sanction d au moins si elle devait être pécuniaire et qui serait rendue publique. Par un courrier de son conseil en date du 10 mai 2010, arrivé à la Commission le 12 mai, la société a fait part de ses observations écrites sur le rapport. Lors de la séance de la formation restreinte de la CNIL du 17 juin 2010, elle a réitéré ces observations en défense oralement. La société, sans remettre en cause la matérialité des faits lui étant reprochés, a pour l essentiel conclu à l entière responsabilité de son prestataire en matière de prospection commerciale, la société A. M., sur les trois chefs de sanction proposés par le rapporteur. Par télécopie en date du 17 juin 2010, la société JPSM a également communiqué à la Commission la copie d une mise en demeure adressée à la société A. M. le 21 mai 2010 pour obtenir des explications sur les manquements relevés par la Commission, ainsi que le courrier de résiliation du contrat liant ces deux sociétés, en date du 31 mai Elle a également communiqué deux attestations, l une de M. J. A., ancien gérant de la société JPSM, l autre de M. V. M., associé et responsable de magasin, selon lesquelles la société A. M. n aurait jamais informé la société JPSM des dysfonctionnements rencontrés dans la gestion des désinscriptions. Motifs de la décision Sur la responsabilité de la société JPSM Page 6/11

7 La société JPSM réfute toute responsabilité quant aux manquements qui lui sont reprochés par le rapporteur, qu elle impute à son prestataire, la société A. M.. A cet effet, la société JPSM invoque les termes du contrat de prestation conclu avec cette société suite à la sanction précédemment prononcée par la formation restreinte. Selon ce contrat, la société A. M. s était engagée : - à n effectuer des comptages et extractions que sur des CD ROM disponibles sur le marché ; - à ne sélectionner que des personnes morales aux fins de prospection ;à fournir un numéro de télécopie permettant aux destinataires des opérations de fax-mailing de se désinscrire de ses fichiers ; - et à mettre à jour et à constituer de manière hebdomadaire ce fichier de destinataires qui ne souhaitent plus redevoir de télécopies publicitaires et à l utiliser comme filtre dans le cadre des opérations de fax mailing de son client. En outre, la société A. M. s est engagée contractuellement à être tenue pour responsable de toutes violations de ces dispositions. La société JPSM indique qu elle estime ainsi avoir pris «toutes les précautions et toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des dispositions légales et réglementaires». Le I de l article 3 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que «le responsable d un traitement de données à caractère personnel est, sauf désignation expresse par les dispositions législatives ou réglementaires relatives à ce traitement, la personne, l autorité publique, le service ou l organisme qui détermine ses finalités et ses moyens». L article 35 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que «toute personne traitant des données à caractère personnel pour le compte du responsable de traitement est considérée comme un sous-traitant» au sens de la loi. Il dispose également que les opérations de traitement ne peuvent être réalisées par un sous-traitant que «sur instruction du responsable de traitement». Il n est pas contestable, en l espèce, que la société JPSM est le responsable des traitements mis en cause, à savoir l exploitation de fichiers de contacts aux fins d envoi de télécopies de prospection commerciale, et que la société A. M. est, pour sa part, le sous-traitant réalisant ces opérations pour le compte de la société JPSM. Si la conclusion d accords contractuels peut permettre à la société JPSM de se retourner contre son prestataire dans le cadre d un recours en responsabilité civile, elle ne saurait pour autant écarter la responsabilité qui lui incombe au premier chef au regard de la loi du 6 janvier 1978 modifiée quant aux traitements mis en cause. Il est d autant plus tendancieux de la part de la société JPSM de tenter d imputer les manquements reprochés à son prestataire défaillant qu elle-même n a réagi qu avec la plus grande désinvolture une fois ces manquements connus. En effet, la société n a demandé d explications formelles à son prestataire que le 21 mai 2010, soit neuf jours après la réception du rapport du rapporteur le 12 mai 2010, alors pourtant que la Commission lui avait adressé un courrier le 10 mars 2010 pour lui demander des explications sur la situation de M. G., et qu au moins trois personnes physiques s étaient déjà manifestées directement auprès Page 7/11

8 d elle pour se plaindre la réception de fax non-sollicités sur les mois précédents, et pour certains d eux à plusieurs reprises : Mme L. en juillet 2009, M. G. et Mme B. en janvier La société JPSM saurait d autant moins se soustraire à cette responsabilité qu elle a récemment fait l objet d une précédente sanction pour les mêmes faits, ce qui aurait dû l inciter à la plus grande des vigilances quant aux agissements de son prestataire. Sur l absence de mise en demeure préalable La société JPSM indique qu elle n était pas au courant de la réception des nouvelles plaintes parvenues à la Commission entre 2009 et Elle reproche ainsi à celle-ci de ne pas lui avoir adressé une mise en demeure préalablement à l envoi du rapport du rapporteur, en application de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée qui prévoit que la Commission peut prononcer une sanction pécuniaire à l encontre d un responsable de traitement à la condition que celui-ci «ne se conforme pas à la mise en demeure qui lui est adressée». C est pourtant à bon droit que la Commission n a pas adopté une nouvelle mise en demeure après avoir reçu des plaintes pour des manquements identiques à ceux ayant mené à l imposition d une sanction en 2007, après une période de mise en conformité, dès lors qu elle s appuyait pour ce faire sur une jurisprudence établie du Conseil d Etat (v. notamment Conseil d Etat, 7 février 2003, n , Association Radio deux couleurs, et 24 novembre 2004, n , Association Radio SUN FM). En outre, la société JPSM a pu présenter sa défense après la réception du rapport du rapporteur, à défaut d avoir reçu une mise en demeure préalable. Ainsi, la société JPSM : - a reçu communication du rapport de présentation de la sanction ainsi que du dossier de la procédure engagée pour lui infliger une nouvelle sanction ; - a produit des observations écrites sur ce rapport ; - a été entendue en sa défense lors de la séance de la formation restreinte de la Commission le 17 juin La Commission pouvait dès lors se dispenser d adopter une mise en demeure préalable à la notification du rapport en sanction, dès lors qu elle a satisfait aux exigences posées par la jurisprudence du Conseil d Etat dans les arrêts précités. Sur le manquement à l obligation de recueillir le consentement préalable des personnes physiques à la réception de télécopies commerciales L article L du code des postes et des communications électroniques dispose qu «est interdite la prospection directe au moyen d'un automate d'appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d'une personne physique qui n'a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen». La société précise également n avoir jamais eu l intention de démarcher des personnes physiques. Ses prospects ne seraient, selon elle, que «des personnes morales dont les coordonnées ont été collectées via les CD ROM F. P. et C. P.». Ainsi, selon elle, «si des personnes physiques ont été destinataires de publicités adressées par la société JPSM, ces Page 8/11

9 envois ne peuvent être que la conséquence d une défaillance du prestataire» ; il se pourrait également que «certains des envois aient été la conséquence d une réattribution d un numéro de télécopie d une personne morale figurant sur le logiciel à une personne physique». En imposant à son prestataire l obligation de ne sélectionner que des personnes morales et à n utiliser que les CD-ROM disponibles sur le marché, la société JPSM aurait donc entendu se conformer strictement aux dispositions de l article L du Code des postes et communications électroniques. La Commission rappelle cependant que la société a été mise en demeure en juin 2007 de cesser toute prospection commerciale par télécopie auprès des personnes qui n auront pas préalablement donné leur accord pour être démarchées, et qu elle a été sanctionnée pécuniairement en novembre 2007 pour non respect de l interdiction de prospection directe au moyen d un télécopieur sans le consentement préalable de la personne physique destinataire. Pour autant, de nouvelles personnes physiques ont reçu des télécopies les invitant aux ventes privées de la société, alors qu elles n avaient pas préalablement consenti à recevoir de télécopies publicitaires. Ces faits, au demeurant non contestés par la société JPSM, qualifient bien la réitération d un manquement déjà sanctionné au regard de l article L du code des postes et des communications électroniques. Sur le manquement à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes L article 38 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dispose que toute personne «a le droit de s opposer, sans frais, à ce que les données la concernant soient utilisées à des fins de prospection, notamment commerciale, par le responsable actuel du traitement ou celui d un traitement ultérieur». La société JPSM estime «avoir pris toutes les mesures à sa portée pour que les demandes d opposition soient prises en compte de manière effective et pérenne», dès lors que le contrat passé avec le prestataire mentionnait que celui-ci serait «tenu pour responsable des violations aux articles susvisés». De même, elle considère avoir traité efficacement les demandes des personnes ayant fait valoir directement leur droit d opposition auprès d elle, en demandant et en s assurant auprès du prestataire de la suppression immédiate des coordonnées de ces personnes. Compte tenu de la sanction dont elle a fait l objet en 2007 pour non-respect du droit d opposition des personnes, la société ne pouvait pourtant ignorer que les pratiques dénoncées dans les plaintes susvisées étaient contraires aux dispositions de la loi. Il lui appartenait au contraire de garantir la prise en compte effective et pérenne des demandes d opposition à la prospection commerciale, comme elle s y était déjà engagée en Or le seul moyen mis à la disposition des prospects pour exercer leur droit d opposition, sous la forme d un numéro de télécopie, s est avéré parfaitement inefficace puisqu au moins sept plaignants ont continué à recevoir de la prospection commerciale de la part de la société JPSM, bien qu ils s y soient expressément opposés en renvoyant les télécopies au numéro indiqué à cet effet. Si certains plaignants ont finalement cessé de recevoir des télécopies, ce n est d ailleurs qu après être intervenus par téléphone et par courrier auprès de la société. Page 9/11

10 En outre, la liste des personnes s étant opposée à l utilisation de leurs coordonnées par la société JPSM n a, à l évidence, pas été recoupée avec le fichier de prospection puisqu un plaignant a reçu une nouvelle télécopie à la fin du mois de décembre 2009, l invitant à des ventes prévues en janvier 2010, alors que la société avait assuré à la Commission avoir obtenu la garantie de sa radiation. Enfin, la Commission constate que certaines des télécopies lui ayant été communiquées par les plaignants comportaient un numéro surtaxé pour exercer leur droit d opposition. Outre qu il était inefficace, le moyen proposé par la société pour s opposer à la réception de télécopies a donc pu présenter un coût pour certaines personnes ayant tenté de faire respecter leurs droits. Dès lors, il apparaît à l évidence que la société JPSM doit être tenue responsable de ces manquements persistants à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes. Sur le manquement à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement Tout responsable de traitement a l obligation d accomplir des formalités préalables auprès de la CNIL avant la mise en œuvre d un traitement automatisé de données personnelles, conformément aux dispositions du chapitre IV de la loi du 6 janvier La Commission constate que la société JPSM n a procédé pour son compte à aucune formalité préalable à la mise en œuvre des traitements ayant pour finalité la gestion de prospection par télécopies pour ses ventes privées, contrairement à ses obligations légales. Elle relève que la société a pourtant été sanctionnée en novembre 2007 sur le fondement de l absence de toute formalité préalable, et qu elle ne saurait tenter de s abriter une fois encore derrière la supposée défaillance de son prestataire pour échapper à ses obligations légales. Ici encore, l abstention de la société JPSM constitue la réitération d un manquement déjà sanctionné au chapitre IV de la loi n du 6 janvier 1978 modifiée. Sur les manquements constatés En conséquence, eu égard aux manquements constatés relatifs à l obligation de recueillir le consentement préalable des personnes physiques à la réception de télécopies commerciales, à l obligation de respecter le droit d opposition des personnes, à l obligation d accomplir les formalités préalables à la mise en œuvre du traitement, la société JPSM verra prononcer à son encontre une sanction pécuniaire d un montant de Sur la publicité de la délibération Eu égard à la nature et à la gravité des manquements commis ainsi qu à la nécessité, d une part, pour les personnes physiques de connaître les règles relatives à la protection de leurs données à caractère personnel et, d autre part, pour les responsables de traitement de mieux appréhender les règles qui s imposent à eux, la délibération de la Commission sera rendue publique sur le site internet de la CNIL et sur le site internet Légifrance. Page 10/11

11 PAR CES MOTIFS Conformément au I de l article 45 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, la formation restreinte de la CNIL, après en avoir délibéré, décide : - de prononcer à l encontre de la société JPSM une sanction pécuniaire de , - de publier cette décision sur le site internet de la CNIL et sur le site internet Légifrance. La société JPSM dispose d un délai de deux mois pour exercer un recours devant le Conseil d Etat à l encontre de la présente délibération. Le Président Alex TURK Page 11/11

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte, sous la présidence de M.

Plus en détail

1 sur 8 20/05/2010 22:15

1 sur 8 20/05/2010 22:15 1 sur 8 20/05/2010 22:15 2 sur 8 20/05/2010 22:15 Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Délibération n 2010-112 du 22 avril 2010 de la formation restreinte décidant l interruption

Plus en détail

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France La Commission nationale de l informatique et des libertés,

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Le Ministre de l Intérieur. Mesdames et Messieurs les Préfets ---- * ----

Le Ministre de l Intérieur. Mesdames et Messieurs les Préfets ---- * ---- Direction Générale des Collectivités locales Sous-Direction des Compétences et des Institutions locales Bureau des Structures territoriales CIL/2 - SU/MKC 01.49.27.34.51 Affaire suivie par Susy UNGER n

Plus en détail

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Délibération n 2007-391 du 20 décembre 2007 portant avis sur le projet de décret pris pour l application de l article 6 de la loi n

Plus en détail

Paris, le 18/11/2010. Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/

Paris, le 18/11/2010. Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 18/11/2010 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/ Objet : délivrance des formules numérotées de reçus-dons et justification

Plus en détail

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Emploi- Emploi privé- Existence d un contrat de travail- Licenciement fondé sur l état de grossesse de la réclamante - Observations. La réclamante est embauchée

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Paris, le 29 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire La Commission s est réunie, en formation disciplinaire, le 11 avril 2014 à 11h30 au siège de la Fédération française d athlétisme (FFA) 33 Avenue

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation

Conditions générales d'utilisation Conditions générales d'utilisation Article 1 : Présentation Le site besoinde.fr est la propriété de la société DBB design, dont le siège est situé au : 75011 Paris France. En cours d immatriculation au

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-six avril deux mille douze. Numéro 37191 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE ET MENTIONS LÉGALES Il est expressément précisé que les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») régissent

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONCURRENCE

CONSEIL DE LA CONCURRENCE CONSEIL DE LA CONCURRENCE Décision n 00-MC-04 du 5 avril 2000 relative à des pratiques de la Chambre syndicale Fnaim de l'immobilier de la Côte-d Or sur le marché des transactions immobilières Le Conseil

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 13-11197 ECLI:FR:CCASS:2014:C300194 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014

La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014 Au sommaire : SOCIAL - Le salarié et la gestion des mails - Jours fériés FISCALITE - Exonération

Plus en détail

L'action directe en paiement du transporteur ou le "recours Gayssot"

L'action directe en paiement du transporteur ou le recours Gayssot L'action directe en paiement du transporteur ou le "recours Gayssot" 1. Le principe La loi n 98-69 du 6 février 1998 dite "Loi Gayssot" a mis en place en droit français un dispositif très protecteur pour

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 11 octobre 2013, «Maison de retraite intercommunale de Champcevrais» N 191-701 REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

VENTES A DISTANCE 31/07/2015

VENTES A DISTANCE 31/07/2015 VENTES A DISTANCE 31/07/2015 Aux termes de l article L121-16 du code de la consommation, constitue un "contrat à distance" tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d'un

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057

Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057 Paris, le 20 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

DIRECT ECUREUIL INTERNET

DIRECT ECUREUIL INTERNET DIRECT ECUREUIL INTERNET CONDITIONS GENERALES Marché Secteur Public Page 1 sur 6 Les présentes dispositions, qui, avec les conditions particulières qui y sont associées, forment le présent contrat (ci-après

Plus en détail

1. Principes généraux concernant la transaction

1. Principes généraux concernant la transaction ACCORDS TRANSACTIONNELS Fondements : Article 2044 CV : «La transaction est le contrat par lequel les parties terminent une contestation née ou préviennent une contestation à naître. Circulaire du 1 er

Plus en détail

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL PROCEDURE DE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL Convocation

Plus en détail

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT»

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT» DELIBERATION N 2012-133 DU 24 SEPTEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR CITI GLOBAL WEALTH MANAGEMENT SAM RELATIVE A LA

Plus en détail

La chambre de discipline du Conseil national de l Ordre des pharmaciens réunie le 17 décembre 2013 en séance publique ;

La chambre de discipline du Conseil national de l Ordre des pharmaciens réunie le 17 décembre 2013 en séance publique ; CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS Affaire M. A Décision n 1039-D Décision rendue publique par lecture de son dispositif le 17 décembre 2013 et par affichage dans les locaux du Conseil national

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants

FICHE PRATIQUE. Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants FICHE PRATIQUE Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants INTRODUCTION 3 Le respect des règles de procédure à suivre ne vaut que pour les mesures

Plus en détail

TECHNOLOGIES AVANCÉES

TECHNOLOGIES AVANCÉES Le correspondant à la protection des données à caractère personnel : un maillon important de la réforme DOCTRINE F4686 L Allemagne, nation pionnière avec la France en matière de protection de la vie privée,

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Origine Emploi Emploi secteur privé Recommandations Le réclamant, d origine ukrainienne, engagé en CDD en qualité de convoyeur de fonds, a été suspendu sans

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement 1 N 3967 - Conflit positif Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Séance du 13 octobre 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement Du 8 juillet

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-08-00004 DATE : 15 septembre 2009 LE COMITÉ : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante a été sommée de retirer le foulard qu elle portait

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-19729 ECLI:FR:CCASS:2014:C101250 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président), président Me Le Prado,

Plus en détail

Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre :

Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre : Article 1 Champs d application Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre : La société FLORENT, S.A.S., société d enseignement culturel, élisant domicile au

Plus en détail

MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR

MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR MARCHE : 15.004 MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR CONVENTION DE PRESTATIONS Page n 1/6 CONTRACTANTS Entre d'une part, CILGERE - Association régie par la Loi du 1 er juillet

Plus en détail

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2011 Conseil d État N 329254 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur Mme Lieber Sophie-Justine, commissaire

Plus en détail

Version Non confidentielle. Autorité de la Concurrence. Madame Nadine Mouy Rapporteure Générale adjointe Chef du service des concentrations

Version Non confidentielle. Autorité de la Concurrence. Madame Nadine Mouy Rapporteure Générale adjointe Chef du service des concentrations Autorité de la Concurrence Madame Nadine Mouy Rapporteure Générale adjointe Chef du service des concentrations Monsieur Simon Genevaz Chef adjoint du service des concentrations Madame Patricia Basset Rapporteure

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

La charte du pharmacien partenaire

La charte du pharmacien partenaire Partenariat Allianz/CNGPO La charte du pharmacien partenaire Fiche d identification du pharmacien Nom : Prénom : Adresse : Tél : E-mail : N ADELI : N R.I.B. (à joindre à la charte) : Conformément à la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES

Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie

Plus en détail

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ;

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1431317, 1500865/5-1 Union Syndicale SUD des SDIS de France et des DOM-TOM M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Etant aussi présents MM. Jean-François CARREZ, Jean-Marie COTTERET, Claude DOMEIZEL, Sébastien HUYGHE et Dominique RICHARD, membres ;

Etant aussi présents MM. Jean-François CARREZ, Jean-Marie COTTERET, Claude DOMEIZEL, Sébastien HUYGHE et Dominique RICHARD, membres ; Délibération n 2011-193 du 28 juin 2011 de la formation restreinte prononçant une sanction pécuniaire de 10 000 euros à l encontre de la société PM PARTICIPATION La Commission nationale de l informatique

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES d UTILISATION DE PRESTATION DE SERVICES. Article 4 Validité de la prise de commande et modalités d intervention du dépanneur.

CONDITIONS GÉNÉRALES d UTILISATION DE PRESTATION DE SERVICES. Article 4 Validité de la prise de commande et modalités d intervention du dépanneur. CONDITIONS GÉNÉRALES d UTILISATION DE PRESTATION DE SERVICES Dernière mise à jour le: 08 Avril 2016 Article 1 Objet et Opposabilité. Article 2 Conditions d Utilisation des Services. Article 3 Prise de

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un licenciement discriminatoire d une salariée dans un restaurant en raison de la couleur de peau (Observations

Plus en détail

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ;

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ; DELIBERATION N 2011-107 DU 28 NOVEMBRE 2011 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique DOSSIER DE PRESSE Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique le 1 er juin 2016 Sommaire Une nécessité : protéger les consommateurs du démarchage

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments

ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments Maître d Ouvrage : Communauté d Agglomération Amiens Métropole - 1 - ARTICLE 1 : MAITRISE D OUVRAGE Le présent accord cadre est lancée par

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police Paris, le 19 mars 2007 Le ministre d Etat, ministre de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Le ministre des Affaires Etrangères à Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 12NT00637 Inédit au recueil Lebon 1ère Chambre M. PIOT, président Mme Valérie COIFFET, rapporteur Mme WUNDERLICH, rapporteur public GUILLOUX, avocat(s) lecture du

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir.

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. ! Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. notification de violation de données (Article 34 bis de la loi n 78-17 du 6 janvier

Plus en détail

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits Le présent site accessible à l adresse http://www.aideauxfamilles.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de l association pour l aide aux familles. Il est édité par l association pour l aide aux familles,

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX00650 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement SCP CHARREL ET ASSOCIÉS, avocat(s)

Plus en détail

Contrat d édition relatif à la publication sur MemoFlash

Contrat d édition relatif à la publication sur MemoFlash Contrat d édition relatif à la publication sur MemoFlash Entre L utilisateur du site internet MemoFlash qui souscrit au module contributeur, ci-après dénommé l Auteur, d une part et La société Smart Academy

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Préambule L essence même de la profession

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 20 mars 2014 N de pourvoi: 12-26518 ECLI:FR:CCASS:2014:C100333 Publié au bulletin M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 novembre 2007 N de pourvoi: 05-21527 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Salomon, conseiller apporteur M. Mellottée (premier

Plus en détail

COMMISSION DE CONTRÔLE DE L'INFORMATIQUE DE L'ÉTAT

COMMISSION DE CONTRÔLE DE L'INFORMATIQUE DE L'ÉTAT - 1 - du 13 février 2001 dans la cause Madame E représentée par M. E, mandataire contre COMMISSION DE CONTRÔLE DE L'INFORMATIQUE DE L'ÉTAT A/1186/2000-JPT - 2 - EN FAIT 1. Madame E, enseignante, domiciliée,

Plus en détail

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Adopté par le Conseil d Administration de l ARPP en date du 9 octobre 2008, modifié le 11 décembre 2009 et le 26 septembre 2011. SOMMAIRE A. OBJET

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n o 2014-284 du 3 juillet 2014 portant avis sur un projet de décret relatif à la mise en œuvre d un traitement de données à caractère

Plus en détail

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Guide pratique MDPH Partie 3 Fiche n IV-3 CNSA - DGAS Version 1 Décembre 2008 CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Plan : 1. Quelles

Plus en détail

BMHAVOCATS. Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France

BMHAVOCATS. Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France Commission juridique de la Chambre franco-allemande de Commerce et d Industrie 14.09.2015 - Paris Dr. Aymeric Le Goff Partner Introduction

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS

CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS Contrat de Location entre Particuliers de Matériels Page 1 CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Propriétaire : Nom : Prénom : Adresse : N pièce d'identité : ET

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 12 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE siégeant à la Cour des comptes, en audience non publique, a rendu l arrêt suivant : LA COUR, Vu le titre Ier

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

SERVICE INFINITE. NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances

SERVICE INFINITE. NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances SERVICE INFINITE NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances Les prestations de la convention d'assistance n 516325 / 0008 sont souscrites par la banque émettrice par l'intermédiaire

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00002 DATE : 13 Février 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Renée O Dwyer, erg. Membre Mme

Plus en détail

2-Description globale du programme IziMailing

2-Description globale du programme IziMailing 1-But La raison d être de ce document est de déterminer les conditions d utilisation du logiciel IziMailing ainsi que la fonctionnalité associée «Routage Professionnel», mis en vente par l entreprise Softiciel

Plus en détail