LES RESTAURATIONS NEOGOTHIQUES DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME DE DIJON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RESTAURATIONS NEOGOTHIQUES DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME DE DIJON"

Transcription

1 LES RESTAURATIONS NEOGOTHIQUES DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME DE DIJON par Pierre-Antoine JACQUIN Parmi les églises de Dijon, Notre-Dame revêt une importance spéciale. Si les dimensions dans lesquelles elle fut construite dans la première moitié du XIII e siècle n'ont rien d'exceptionnel, son architecture et sa décoration témoignent en revanche d'une recherche particulière. L'harmonie des proportions, la singularité de la façade principale, la qualité de la sculpture et des vitraux révèlent le souci des commanditaires de créer un édifice remarquable. Première paroisse de la ville, l'église était chère aux Dijonnais. Ils y priaient devant une ancienne statue de la Vierge, dite Notre-Dame de l'apport puis de Bon-Espoir. Le vicomte-mayeur nouvellement élu venait y prêter serment sur l'évangile ; la tour nord de la façade occidentale renfermait les chartes de la commune. Le duc de Bourgogne Philippe le Hardi avait choisi Notre-Dame pour recevoir l'horloge du Jacquemart prise en 1382 à Courtrai. L'édifice suscita dès le XVIII e siècle un regain d'intérêt chez les architectes français '. Cette admiration culmina au XIX e siècle, avec l'engouement pour le Moyen Âge. À un moment où le gothique, paré A.A.D. : Archives de l'archevêché de Dijon. A.D.C.O. : Archives départementales de la Côte-d'Or. A.N.-D.D. : Archives de l'église Notre-Dame de Dijon. B.M.D. : Bibliothèque municipale de Dijon. M.A.P. : Médiathèque de l'architecture et du Patrimoine. M.C.A. C. O. : Mémoires de Ici Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or. Les titres des dossiers et documents d'archives, les titres d'ouvrages et les prénoms des personnages cités ont été transcrits tels quels. I. BARIDON (Laurent), «Noire-Dame de Dijon et la tradition rationaliste», Gothiques Le Moyen Age bourguignon et ses relectures modernes et contemporaines, Paris, Histoire au présent, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 1992, p. 43, 46. Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, T. XXXIX, , p

2 254 PIERRE-ANTOINE JACQUIN de toutes les qualités, apparut comme le meilleur style pour construire des églises, Notre-Dame devint un modèle. Cependant, le monument avait subi, depuis sa création, des ajouts et des altérations que les hommes du milieu du XIX e siècle jugèrent insupportables. Us voulurent assurer sa pérennité et retrouver sa forme originelle. C'est pourquoi l'église connut de 1865 à 1884 une restauration complète. De ces travaux, la postérité a surtout retenu la modification de la tour de la croisée et la création de la flèche. Ce n'est que l'aspect le plus visible d'une intervention qui concerna toutes les parties de l'édifice. Il convient d'en préciser l'ampleur, pour déterminer ce que Notre- Dame doit au XIX e siècle. NOTRE-DAME VERS 1850 Les dégradations de l'église au milieu du XIX e siècle affectaient d'abord sa façade occidentale (fig. 1). Les quatre statues placées de chaque côté des trois grandes arcades avaient disparu, ainsi que l'imagerie des trois portails, détruite en janvier Les piliers et les murs du porche présentaient une déviation d'une dizaine de centimètres qui inquiéta les membres du Congrès archéologique de France en Sur les trois frises encadrant les deux galeries d'arcatures, les métopes n'alternaient plus, depuis longtemps, avec les fausses gargouilles. Selon Etienne de Bourbon, ces dernières furent supprimées après que l'une d'elles, représentant l'avarice, eut écrasé un usurier vers Une seule subsistait à l'angle droit de la frise supérieure, d'autres ornant encore la face arrière des deux tours. Une toiture en légère avancée couronnait cette façade, d'où émergeait à peine la couverture conique des deux tourelles d'angle. Treize échoppes occupaient les espaces entre les contreforts du mur gouttereau nord, du chœur et de l'abside, le long de la rue Notre- Dame, actuelle rue de la Chouette 4. Quant au mur gouttereau sud, 2. B.M.D., ms 1607, BAUDOT (Louis-Bénigne), Notes prises pendant la Révolution dans l'eglise Notre Dame de Dijon d'après les objets mêmes, f. 38 v. 3. PETIT (Victor), «Visite des monuments de Dijon Le 3 Juillet.», Congrès archéologique de France. Séances générales tenues à Dijon, en 1852, par la société française pour la conservation des monuments historiques., Paris, Derache, Didron, Caen, A. Hardel, 1853, p A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», «Monuments historiques Rapport adressé au Conseil de Fabrique concernant l'eglise Notre-Dame de Dijon.», Eug[ène] Millet, 5 août 1858.

3 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 255 DrPARTCMCNT n u COÏT D'OR VILLEotDYON MUSE NOIRL-PAME Fie Jean-Baptiste Lassus, relevé de la façade occidentale de Notre-Dame de Dijon en 1855, MH Cliché Archives Photographiques. Collection Médiathèque de l'architecture et du Patrimoine. C.M.N., Paris.

4 256 PIERRE-ANTOINE JACQUIN des constructions l'occultaient presque entièrement. À un peu plus de deux mètres à droite du contrefort de la façade occidentale, sur son alignement, se trouvait une demeure ancienne dite maison Malbranche. Contre les troisième et quatrième travées de la nef s'élevait une chapelle nommée successivement de Sainte-Barbe, de Barjon, des Cinq-Plaies et finalement du Sacré-Cœur. Au-dessus de cet édifice fondé en 1432, le duc Philippe le Bon s'était fait aménager un oratoire, démoli en Dans la cinquième travée de la nef s'ouvrait une porte latérale protégée par un porche en charpente. Puis, après le bras sud du transept et accolée à son mur est, s'élevait la sacristie médiévale adventice. Elle s'appuyait contre les murs extérieurs de l'absidiole sud et de la face sud du chœur, avec lequel elle communiquait directement par une porte (fig. 2). En 1845, Pierre- Paul Petit avait agrandi cette sacristie en édifiant une salle néogothique contre sa façade sud 6. Etienne Martellange en et Jean-Baptiste Lassus en 1855 représentèrent Notre-Dame couverte d'une toiture de tuiles nuancées à compartiments en losanges. Eugène Millet notait en 1858 que ces motifs avaient été «malheureusement dérangés 8». Des tuiles recouvraient la galerie extérieure passant devant les fenêtres hautes du chœur. Sur la croisée s'élevait le clocher, ancienne tour lanterne qui n'éclairait pas l'intérieur de l'église, car une voûte la séparait du transept. Cette tour comportait sur chaque face deux grandes fenêtres murées divisées chacune en deux lancettes par un meneau. Un étage la couronnait, percé sur ses quatre côtés de trois lancettes cantonnées de part et d'autre d'une baie aveugle. Ce niveau supportait un toit quadrangulaire en ardoise surmonté d'une petite tourelle octogonale terminée par une flèche. À l'intérieur de la tour se trouvait un beffroi en charpente à quatre étages, «reposant sur les piliers du transept, 5. [GAUDRILLET (Joseph)], Histoire de Notre-Dame de Bon-Espoir, Dont l'image Miraculeuse, qui est dans l'eglise Paroissiale de Nôtre-Daine, est en grande vénération dans la Ville de Dijon de/mis plus de huit siècles., Dijon, Arnauld Jean-Baptiste Auge, 1733, p. 48. A.N.-D.D., dossier «Mémoires », «Mémoire Dès ouvrage faits par moi Dumont a legli/.e notre Damme pour le compt De la fabrique». 6. A.N.-D.D., dossier «Sacristie», liasse «Fabrique de Notre-Dame.» 7. CHABEUF (Henri), «Notre-Dame et Saint-Michel au commencement du dix-septième siècle», M.C.A.C.O., t. 13, , p Cité note 4.

5 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 257 i... Fie 2. - Charles-Élie Le Jolivet, plan de Notre-Dame de Dijon en Bibliothèque municipale de Dijon, ms. 2103, f. 1. Cliché François Jay. Il est indiqué par erreur «chapelle des fonts» à l'emplacement de la chapelle du Sacré-Cœur. La chapelle Saint-Antoine, accolée au côté sud du porche, a été démolie en 1795.

6 258 PIERRE-ANTOINE JACQUIN indépendant des maçonneries de la lanterne, [...] et sur lequel [était] posée la sonnerie 9.» Une toiture bombée couvrait les quatre tourelles d'angle. Dans l'église au pavage rehaussé au cours des siècles, les murs étaient revêtus depuis 1684 d'un badigeon clair et les colonnettes d'une nuance rosâtre, teintes renouvelées en 1833 l(). Au bord de la tribune s'élevait un orgue au buffet François I er remanié de 1687 à 1690, avec un positif accroché au-dessus du portail ". Contre le pilier formant l'angle de la nef et du bras nord du transept s'adossait une chaire du XVII e siècle prise après la Révolution à l'église voisine des Jacobins. L'absidiole nord, chapelle dédiée à saint Joseph, s'ornait d'un autel en pierre noire. Il se composait de fragments du tombeau réalisé au XV e siècle pour Pierre de Bauffremont, provenant de Saint- Bénigne l2. Une statue de saint Joseph à l'enfant 13 et un tableau le surmontaient. À sa gauche, la chapelle de la Croix comportait un autel dont la façade en bois sculpté représentait VAdoration des bergers. Au-dessus, une toile, Y Invention de la sainte Croix, dissimulait la fresque du Calvaire l4. Dans l'absidiole sud, dédiée à sainte Anne, se voyaient un autel et un groupe qui figurait sainte Anne éduquant la Vierge 15. À sa droite, contre le mur est, se trouvait la 9. M.A.P., 81/21, carton 32, dossier « », chemise «Travaux et divers», «Ville de Dijon. Mémoire sur le Projet de restauration de l'eglise Notre- Dame de Dijon présenté par M 1 l'architecte Millet.», Vernis, 27 janvier BRESSON (J[oseph]), Histoire de l'église Notre-Dame de Dijon depuis ses origines jusqu'à la fin du XVIII e siècle, Dijon, Union typographique, 1891, p A.N.-D.D., dossier «Pièces diverses - Correspondance etc.», «Devis Estimatif et conditionnel des ouvrages à faire pour le Badigeonnage de l'intérieur de l'eglise et de la Sacristie de la Paroisse Notre Dame de Dijon», [Jacques] Caumont, 6 juillet B.M.D., ms 1818, DIETSCH (Joseph), Dijon, Les orgues - les organiers, , 1888, p Je remercie pour son accueil M. Dominique Geniau, organiste de Notre-Dame. 12. Après avoir composé l'autel de la chapelle des fonts, ces fragments ont été scellés dans le mur nord de cette chapelle au début des années QUARRÉ (Pierre), «Le bas-relief à pleurants de l'église de l'étang-vergy Fragment du tombeau de Pierre de Bauffremont, Chambellan de Philippe le Bon», L'Etang- Vergy, Association des Amis de Vergy, n 8, [1974]. 13. FYOT (Eugène), L'église Notre-Dame de Dijon Monographie descriptive, Dijon, Félix Rey, 1910, p. 182, Ibidem, p. 135, Journal de la Côte-d'Or, 10 Thermidor an 13, p. 499.

7 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 259 chapelle de Notre-Dame de Bon-Espoir. Reconstruite en 1803 par le sculpteur Nicolas Bornier dans le goût néoclassique, elle comprenait un autel en pierre polie l6 avec tabernacle au-dessus duquel une niche ornée d'anges et de nuages en plâtre abritait la statue de la Vierge noire l7. À l'extrémité de chacun des bras du transept, devant les lancettes du premier niveau, une tribune en bois offrait des places supplémentaires. Le chœur, fermé par une balustrade de maçonnerie datant de 1690, avait été décoré par Jean Dubois à la fin du XVII e siècle (fig. 3). Les stalles et menuiseries dont il revêtit chaque côté furent vendues à la Révolution et remplacées en 1803 par des stalles acquises à l'hôpital dijonnais du Saint-Esprit l8. Les hautes boiseries qui les surmontaient masquaient les arcatures aveugles du soubassement en les dépassant même. Un plaquage de tables de marbre et de pilastres à chapiteaux ioniques dissimulait les arcatures de l'abside. Au-dessus du maître-autel en porphyre et marbre blanc commandé à Dubois en 1684, s'élevait VAssomption en pierre et en bois réalisée par le même sculpteur en 1694 l9. Les fenêtres basses du chœur étaient murées, tandis que les fenêtres hautes s'ornaient de verrières médiévales. Un vitrail Renaissance représentant l'assomption se voyait dans la lancette centrale du bras sud du transept, tandis que les lancettes du bras nord comportaient les dernières verrières du XIII e siècle. Dans le reste de l'église, du verre blanc remplaçait la plupart des vitraux depuis le XVII e siècle 2(). GENÈSE DE LA RESTAURATION Malgré ses constructions parasites et son mobilier adventice, Notre-Dame suscitait l'enthousiasme et figura sur la liste des Monuments historiques en La protection de ces bâtiments s'accompagnait d'une politique de grands travaux, de nombreux édifices 16. A.A.D., 2 P 231 / 01 a, lettre d'edmond de Bretenières à M»' Rivet, 2 octobre REMY (Emile), Comment la Statue miraculeuse de N.-D. de Bon-Espoir de Dijon Echappa au vandalisme révolutionnaire, Dijon, Union typographique, 1892, p A.N.-D.D., dossier «Mémoires », «Quittance du d. Marchand économe de l'hôpital du 23 floréal an XI. 11 juin 1803». 19. BRESSON (J[oseph]), op. cit. note 10, p BRISELANŒ (Marie-France), Recherches sur le vitrail médiéval à Dijon, mémoire de maîtrise d'histoire de l'art, faculté des Lettres et des Sciences humaines de Dijon, 1969, p

8 260 PIERRE-ANTOINE JACQUIN Fie 3. - Emile Sagot, intérieur de Notre-Dame de Dijon en Lithographie parue dans le Voyage pittoresque en Bourgogne, ou description historique et vues des monumens historiques, modernes et du Moyen Age, Dessinés d'après nature par différens Artistes. Première partie, Département de la Côte-d'Or., Dijon, veuve Brugnot, 1833.

9 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 261 étant alors rénovés ou même achevés. À leur tour, le curé Amédée de Chalonge ( ) et le conseil de fabrique voulurent restaurer Notre-Dame de Dijon. Ils s'adressèrent à l'architecte Jean-Baptiste Lassus ( ), qui avait prouvé ses compétences dans ses travaux à la Sainte-Chapelle puis à Notre-Dame de Paris 21. À Dijon, il devait construire l'église néogothique Saint-Pierre, commencée en Visitant Notre-Dame, il admira vivement l'édifice, en dressa le plan et reprit en 1855 la décoration du chœur. Il remplaça la balustrade par une grille de communion, déposa les boiseries et les quatre tableaux de Revel qui les surmontaient, restaura les chapiteaux. Il dessina de nouvelles stalles néogothiques 22, dont une seule fut réalisée 23. Lassus mourut le 15 juillet À sa place fut nommé le 3 janvier 1858 l'architecte des Monuments historiques Eugène Millet ( ). Cet ancien élève de l'école des Beaux-Arts, d'henri Labrouste et d'eugène Viollet-le-Duc dont il était estimé 24, connaissait «les édifices dus à l'école bourguignonne 25». Il restaura notamment les églises de Châteauneuf et de Paray-le-Monial en Saône-et-Loire, les cathédrales de Châlons, Moulins, Reims et Troyes, le château de Saint-Germain-en-Laye, l'église Notre-Dame de Boulogne-Billancourt 26. Pour Notre-Dame de Dijon, Millet signa un rapport le 5 août Il reprenait d'abord l'historique de l'église paru en 1777 dans la Description historique et topographique du duché de Bourgogne de Claude Courtépée et Edme Béguillet. Puis 21. LENIAUD (Jean-Michel), Jean-Baptiste Lassus ( ) ou le temps retrouvé des cathédrales, Paris, Arts et métiers graphiques, 1980, 296 p. 22. BOUGAUD (Em[ile]), Notice sur la restauration de l'église Notre-Dame de Dijon, Dijon, Darcier-Legendre, 1855, p A.N.-D.D., dossier «Stalle pour le chœur de Notre-Dame». 24. LENIAUD (Jean-Michel), Les cathédrales au XIX e siècle Étude du service des édifices diocésains, Paris, Caisse nationale des Monuments historiques et des sites, Economica, 1993, p M.A.P., 81/21, carton 32, dossier « », chemise «Travaux et divers», «Rapport de la Commission par M. 1 Viollet-le-Duc sur l'eglise Notre- Dame de Dijon (Côte d'or) Séance du 4 Août 1862.» 26. CHABAUD (Marius), «Architectes attachés à la Commission des Monuments historiques et architectes en chef des Monuments historiques», Centenaire du service des Monuments historiques et de la Société française d'archéologie Congrès archéologique de Fiance XCV11 1 ' session tenue à Paris en 1934, Paris, A. Picard, 1936, p Cité note 4.

10 262 PIERRE-ANTOINE JACQUIN il présentait ses propres interprétations architecturales. Il estimait que le constructeur de Notre-Dame voulait éclairer le transept par la tour lanterne, mais que le clocher y avait été installé, parce que les tours de la façade s'étaient révélées trop faibles pour supporter les cloches. Millet proposait de revenir au dessein primitif en supprimant la voûte de la croisée du transept, le beffroi et l'étage supérieur de la tour. Il préconisait la destruction de la sacristie médiévale, de la chapelle du Sacré-Cœur et des échoppes accolées à l'église, pour rouvrir les fenêtres basses du chœur et des absidioles. Toutes les parties endommagées de l'édifice seraient restaurées et «la toiture en tuiles entaillées à compartiments 28» rétablie. En 1859, la fabrique communiqua ce projet à la municipalité, en lui demandant de participer aux travaux. Les édiles soumirent ce devis onéreux à l'ingénieur des ponts et chaussées Biaise Adolphe Antoine Vernis. Dans un mémoire du 27 janvier 1860, il proposait de conserver l'ancienne sacristie et de reconstruire plus solidement la tour de la croisée en la bardant de fer. Sa lanterne éclairerait la nef et son étage supérieur, surélevé, abriterait seul les cloches 29. Après deux ans d'attente infructueuse, la fabrique insista auprès du gouvernement pour obtenir sa participation financière aux travaux. La Commission des Monuments historiques demanda un rapport sur la question à Eugène Viollet-le-Duc. Ce dernier déclarait le 4 août 1862 que l'église constituait «peut-être l'édifice le plus remarquable dû à l'école bourguignonne du XIII e siècle.» Elle gagnait à être étudiée et admirée, avec «l'église paroissiale de Cluny et celle de Notre-Dame de Semur 30». Estimant que Millet avait «saisi parfaitement» la pensée de l'architecte initial, il approuvait son projet de rétablissement de la tour lanterne et écartait les propositions de Vernis. Sur le désir de la fabrique, la mairie demanda cependant le 14 novembre 1862 au ministère d'envoyer un inspecteur des Monuments historiques pour examiner encore le clocher 31. Emile Boeswillwald, désigné, confirmait dans un rapport du 21 août 1863 l'opinion de Millet et de Viollet-le-Duc 32. Le 18 juin 1864, le maréchal Jean- 28. A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», «5 août Devis de M. Millet». 29. Cité note Cité note A.M.D., 1 MI 587, p. 251, M.A.P., 81/21, carton 32, dossier « », chemise «Travaux et divers», rapport d'emile Boeswillwald au ministre de la Maison de l'empereur et des Beaux-Arts, 21 août 1863.

11 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 263 Baptiste Philibert Vaillant ( ), ministre de la Maison de l'empereur et des Beaux-Arts, originaire de Dijon, allouait une première somme de vingt mille francs pour la restauration de l'église. Eugène Millet ne mena pas les travaux : appelé à enseigner à l'école des Beaux-Arts de Paris, il démissionna de ses fonctions de restaurateur de Notre-Dame le 6 juillet Aussi, le 26 juillet, le ministre choisit-il l'architecte parisien Jean Charles Laisné ( ). Ce dernier avait restauré le pont du Gard avec Charles Auguste Questel, Saint-Just de Narbonne avec Viollet-le-Duc, Saint-Maurice de Vienne et Saint-Philibert de Tournus. Nommé architecte diocésain d'auch en 1856, il en répara l'église épiscopale 34. En 1865, il dessina les plans de la nouvelle cathédrale de Gap, inachevée en En Côte-d'Or, il devait restaurer en 1881 l'église de Saint- Seine-F Abbaye 35. En 1887, il devint architecte de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre 36. Pour Notre-Dame, Laisné reprit le projet établi par Millet. Il lui fallait un confrère dijonnais qui surveillât le chantier en permanence. Le 26 juin 1865, il proposa Edouard Mairet ( ), recommandé par le maire de Dijon et le conseil de fabrique 37. Il eut gain de cause le 10 août. Élève de l'école des Beaux-Arts de sa ville, Mairet y obtint le premier prix d'architecture en 1858 et en Il travailla ensuite avec Questel au château de Versailles et continua ses études à l'école des Beaux-Arts de Paris en Ce praticien de l'historicisme devait trouver à Notre-Dame une source d'inspiration pour ses créations. Il dessina à Saint-Jean de Dijon un tambour de portes et un confessionnal, qui suscitèrent des éloges en Dans cette église, il donna 33. Ibidem, lettre d'eugène Millet au ministre de la Maison de l'empereur et des Beaux-Arts, 6 juillet CHABAUD (Marius), op. cit. note 26, p CHABEUF (Henri), «Histoire d'une église Monographie historique et descriptive de l'église bénédictine de Saint-Seine-1'Abbaye (Côte-d'Or)», M.C.A.C.O.,t. 11, , p LENIAUD (Jean-Michel), op. cit. note 24, p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier « », chemise «Travaux et divers», lettre de J. Ch. Laisné au ministre de la Maison de l'empereur et des Beaux-Arts, 26 juin A.D.C.O., 32 T 2 a, chemise «I Affaires générales et collectives», lettre d'e. Mairet au préfet, au président et aux membres du conseil général de la Côted'Or, 15 juin GUÉRIN (A[ntoine] Bfernard]), «Chronique diocésaine. Vitraux de l'église Saint-Jean.», Chronique religieuse de Dijon, 5 septembre 1868, p Chronique religieuse de Dijon, 12 septembre 1868, p. 818.

12 264 PIERRE-ANTOINE JACQU1N également les plans du buffet d'orgue néogothique construit en À Saint-Bénigne, il restaura en néogothique la chapelle de la Vierge 4I, travail terminé en 1870, et décora en 1874 en néoroman la chapelle du Sacré-Cœur 42. Il réalisa les plans du monument aux morts de la guerre de 1870 à Fontaine-lès-Dijon. La chapelle néogothique supportant la statue monumentale de Notre-Dame d'étang à Velars est aussi une de ses créations 43. À cette œuvre commencée en 1877, il participa d'ailleurs financièrement 44. En 1881, Laisné le délégua à la restauration de l'église de Saint-Seine-1'Abbaye. En 1884, il améliora la chapelle de la colonie pénitentiaire de Cîteaux 45. PREMIERS TRAVAUX ET POLÉMIQUES La restauration de Notre-Dame commença le 10 juin Le long du mur gouttereau nord et de l'abside, l'entrepreneur dijonnais Pierre Faucher reconstruisit certains des arcs-boutants, démolit les échoppes et reprit en sous-œuvre les contreforts 46. Le 4 juillet 1865, une cloison en planches montant du sol aux voûtes sépara le chœur et le transept de la nef et des collatéraux où s'exerçait le culte 47. Pour compenser cette réduction de l'église, le porche fut par la suite réuni 40. DIETSCH (Joseph), op. cit. note 11, p Cet orgue a été démonté après la transformation de Saint-Jean en théâtre. 41. A.A.D., 2 P 231 / 01 c, «Cathédrale de Dijon. Restauration de la Chapelle de la Vierge. Exposé», approuvé le 18 mai A.A.D., 2 P 231 / 01 f, f. 240 v r. La chapelle du Sacré-Cœur, devenue Guillaume de Volpiano en 1994, ne comporte plus de décors néoromans. 43. JAVELLE (Bernard), FORTHEY [Léon-Claude], Notre-Dame d'étang, Dijon, J. Marchand, [1877], p. III. 44. Chronique religieuse de Dijon, 21 juin 1879, p GARRAUD (René), Histoire de la vie et des œuvres du R. P. Joseph Rey chevalier de la Légion d'honneur, officier d'académie fondateur de la société de Saint-Joseph des colonies agricoles d'oullins, Cîteaux et S. Genest- Lerpt, Cîteaux, Typographie de l'école Saint-Joseph, 1891, p , 375. La chapelle de Cîteaux, construite de 1860 à 1861, a été détruite pour l'essentiel en M.A.P., 81/21, carton 32, dossier « », chemise «Mémoires de travaux », «Travaux exécutés jusqu'au Vingt Décembre l 6rc et 2 e Situation», p A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», chemise «Demande d'un local provisoire pour l'exercice du culte pendant les travaux de restauration de Notre Dame», «Historique».

13 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 265 à la nef, les trois grandes arcades étant fermées par des cloisons 48. À partir du 5 juillet, le percement de la voûte de la croisée du transept permit d'élever un échafaudage afin de dépendre les trois cloches 49. La tour de l'ancienne église Saint-Nicolas sonna les offices dès le 9 juillet 50, ainsi que la cloche d'un petit campanile provisoire édifié à cheval sur la toiture du bras nord du transept de Notre-Dame 51. En août 1865, la flèche surmontant la tour de la croisée ayant été démontée à la scie et à la hache, la destruction de l'étage supérieur commença. Les membres de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or se réunirent le 17 août pour condamner le «fanatisme» des architectes qui supprimaient cet étage sous prétexte qu'il «n'accusfait] pas le pur style du XIII e siècle 52». Le 19 août, ils demandaient la conservation de la chapelle des fonts, mais acceptaient la démolition de la chapelle du Sacré-Cœur et de la sacristie médiévale. Ils s'opposaient cependant à l'enlèvement de Y Assomption de Dubois, que certains espéraient transférer au musée des Beaux-Arts 53. Le dernier mot resta aux architectes, qui réparèrent les piliers de la tour. Les ouvriers démontèrent les deux tribunes aux extrémités du transept. Ils déposèrent les tableaux, les autels des chapelles de la Vierge noire, de Sainte-Anne, de Saint-Joseph et de la Croix, le maître-autel et les décorations du chœur, sauf Y Assomption. La suppression du badigeon commença 54. Au début de 1866, les travaux se poursuivirent avec la réparation des contreforts et des arcs-boutants du mur gouttereau sud et de l'abside. Tous les oculi éclairant le triforium furent démolis et reconstruits. Ouverts seulement en 1611 et , ils portaient une 48. A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», «Restauration de Notre Dame 26 mars 1866 Règlement de travaux à la charge de la Fabrique.» 49. Cité note 46, p A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», note manuscrite. 51. Cité note 46. p BAUIDOT (Henri), BRUN, CAPMAS, CHAPLUET, FÉRIEL, FOISSET, GUIGNARD, MIGNARD, VALLOT, «Rapport sur les Travaux qui s'exécutent en ce moment à l'église Notre-Dame de Dijon Lu à la Séance de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, du 17 août 1865.», M.C.A.C.O., t. 7, , p BAUDOT (Henri), «Délibération». M.C.A.C.O., t. 7, , p Cité note 46, p B[ORLÉE] (D enise ), «Eglise paroissiale Notre-Dame», JANNET- V ALLÂT (Monique), JOUBERT (Fabienne) (dir.), BOUVARD (Frédéiïque), PÉRICHON (Denis) (coordination générale). Sculpture médiévale en Bourgogne Collection lapidaire du Musée archéologique de Dijon, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2000, p. 213.

14 266 PIERRE-ANTOINE JACQU1N moulure signalant leur époque. Mais les restaurateurs, dont Violletle-Duc, les crurent du XIII e siècle et les rétablirent sans cet ornement 56. Dans certains cas, les ouvriers rebâtirent tout le mur entourant l'oculus S7. La restauration de la chapelle des fonts s'accomplit après qu'elle eut été vidée de son autel, sa vasque baptismale, ses boiseries et son confessionnal 58. Les pierres nécessaires au chantier, choisies pour leur ressemblance avec celles de l'église, étaient extraites de plusieurs carrières de France et acheminées par chemin de fer 59. Un accident interrompit les travaux. Le 27 juin 1866, les étais du premier arc-boutant du côté sud de la nef se rompirent, projetant une pierre sur un mur peu solide de la maison Malbranche, qui s'effondra. Le boucher Jean-Pierre Duchemin, qui habitait là, fut tué sous les décombres 60. Le maire décida aussitôt la fermeture de Notre- Dame, ce qui obligea les paroissiens à se rendre dans des communautés religieuses du quartier. La statue de la Vierge noire fut transférée dans la chapelle des sœurs de la Charité, rue de la Préfecture, où se célébrèrent les messes basses. Les offices du dimanche eurent lieu chez les sœurs de Sainte-Marthe ; les baptêmes, mariages et obsèques se déroulèrent à la chapelle des frères des Écoles chrétiennes place Saint-Nicolas 61. Laisné vint examiner l'église et la trouva en bon état. Mais la presse locale, hostile au gouvernement, amplifia l'événement pour mettre en cause l'administration impériale. Le journal La Publicité affirma le 28 juin que les travaux menés à Notre-Dame en avaient «sérieusement compromis la solidité» et que le monument était «à jamais perdu pour l'art.» La municipalité républicaine élue en 1865, opposée à l'empire, exagéra également l'accident. Le 18 juillet 1866, 56. CHABEUF (Henri), op. cit. note 7, p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier « », chemise «Mémoires de travaux », «Etat de situation du 20 Décembre 1865 au 1 01 Novembre e Situation.». p Ibidem, «4 e Situation », p «Restauration de l'église Notre-Dame de Dijon. État des travaux.», Chronique religieuse de Dijon et du diocèse, 12 octobre 1867, p L'Union bourguignonne Journal de Dijon. 27 juin GARRAUD (René), Notice biographique sur M. l'abbé Amédée de Chalonge chanoine honoraire ancien curé de Notre-Dame de Dijon M' , Dijon, Union typographique, 1893, p. 6. La chapelle des sœurs de la Charité se trouvait 18 rue de la Prélecture ; celle des sœurs de Sainte-Marthe 56 rue de la Préfecture ; celle des frères des Écoles chrétiennes au 1 de l'actuelle rue de Mulhouse. Les trois ont été détruites.

15 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 267 le conseiller Louis-François d'azincourt demandait si l'édifice ainsi fragilisé pourrait être restauré ou s'il faudrait «le reconstruire à peu près en entier 62». Le 2 août 1866, le ministre de la Maison de l'empereur et des Beaux-Arts chargea Boeswillwald et Viollet-le-Duc d'examiner l'église. Dans leur rapport, les architectes concluaient qu'il fallait évidemment «conserver le spécimen le plus complet peut-être de l'école des constructeurs bourguignons au XIII e siècle 6 \» Le monument pourrait être facilement consolidé. Ils estimaient nécessaire que l'assomption de Dubois, qu'ils croyaient en plâtre et jugeaient «d'un goût détestable», fût enlevée du chœur, ce qui provoqua une nouvelle protestation de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or 64. À la fin de 1866 et au début de 1867, la chapelle du Sacré-Cœur était démolie et la plupart de ses débris transportés aux décharges publiques. Le porche en charpente de la porte latérale voisine disparut également. Les ouvriers démontèrent la tour de la croisée 65. Puis ils enlevèrent Y Assomption et la mirent dans des caisses qu'ils déposèrent à l'ancienne église Saint-Étienne 66. Ils ôtèrent le badigeon de l'abside et de la nef 67. Entre le 20 janvier et le 1 er octobre 1867, l'entrepreneur Faucher déménagea le mobilier de la sacristie et détruisit sa partie médiévale adossée au côté sud du chœur (is. Elle laissa place à une cour longeant l'église. Seule subsista la sacristie ajoutée en 1845 par Pierre-Paul Petit. Les sculpteurs rétablirent les arcatures des deux absidioles. Dans les bras du transept, dont le mur ouest avait été reconstruit jusqu'à la tablette des fenêtres, ils refirent les bancs en pierre, ainsi que les arcatures aveugles ornant le mur est 69. Ils recréèrent celles du chœur sans égard pour les 62. A.M.D., I MI 588, p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », chemise «CRP travaux & financement », liasse «Refus de la Ville de concourir à la dépense pour plus de f Correspondance y relative», rapport de Boeswillwald et Viollet-le-Duc au maréchal Vaillant. 64. «Extrait du registre des délibérations de la Commission départementale des antiquités de la Côte-d'Or», Chronique religieuse de Dijon et du diocèse, 15 septembre 1866, p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier « », chemise «Mémoires de travaux », «5 U Situation 1866.», p , M.C.A.C.O., t. 7, , p. LXVI. 67. Cité note 65, p M. A.P., 81 / 21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », «Notre-Dame de Dijon K Cahier.», p «Restauration de l'église Notre-Dame de Dijon. État des travaux.», Chronique religieuse de Dijon et du diocèse, 12 octobre 1867, p. 728.

16 268 PIERRE-ANTOINE JACQUIN peintures médiévales d'apôtres qui décoraient leurs vestiges 70, ainsi que l'armoire et le lavabo. Puis ils rouvrirent les fenêtres basses murées du chœur et rétablirent l'encadrement de sept de ces fenêtres. Us changèrent plusieurs colonnettes du triforium avec des bases, des chapiteaux et des tailloirs, et reconstruisirent le plafond couronnant cette galerie. Les sculpteurs réparèrent également les encadrements des onze fenêtres hautes du chœur. Dans la tour nord de la façade occidentale, ce qui restait de l'ancien cabinet des archives communales, notamment sa voûte, disparut 71. Le maréchal Vaillant demanda à la mairie de Dijon de participer financièrement aux travaux. Mais le 13 mars 1867, la municipalité proposa une coopération de cinquante mille francs, à condition que le ministre en acceptât le caractère définitif et s'engageât à assumer le reste des frais 72. Le ministère estima que «La question posée dans ces termes ne pouvait être acceptée sans porter atteinte à la dignité du Gouvernement qui n 'a pas à se soumettre aux conditions de la ville [...]. La restauration fut alors continuée aux frais de l'état, qui tenait à honneur de mener à bonne fin une consolidation qui avait été déclarée impossible par des esprits hostiles 73.» Ces crédits se limitèrent cependant aux réparations indispensables. Aussi l'entrepreneur Faucher, qui avait fait des avances en comptant sur le concours de la municipalité, ralentit les travaux en Il rétablit cependant les arcatures aveugles des absidioles et reconstruisit la tour lanterne jusqu'au dallage du triforium. Les ouvriers remontaient ses colonnettes en novembre , avec 70. BOUGAUD (Em[ile]), op. cit. note 22, p. 21. JANNET-VALLAT (Monique), JOUBERT (Fabienne) (dir.), op. cit. note 55, p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », «Notre-Dame de Dijon e Cahier.», «Notre-Dame de Dijon K et dernier Cahier.», p A.M.D., 1 MI 589, p M.A.R, 81/21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », chemise «CRP travaux & financement », liasse «Refus de la Ville de concourir à la dépense pour plus de F Correspondance y relative», «Note pour Monsieur le Conseiller d'etat Secrétaire Général.», 12 juillet Ibidem, «Restauration de l'eglise Notre-Dame de Dijon», J. Ch. Laisné, 7 novembre M.A.R, 81 / 21, carton 33, dossier «Mémoires de travaux », «Eglise Notre Dame N 2 Exercice 1869.», p

17 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 269 d'anciens matériaux et de la pierre neuve 75. Faucher n'accéléra pas son rythme en À la demande de Laisné, le préfet dut le mettre en demeure le 2 octobre 1869 «d'augmenter [...] de douze tailleurs de pierre de l ère classe, le nombre de ses ouvriers» et d'apporter sur le chantier les échafaudages nécessaires 76. Les travaux reprirent alors plus rapidement. Le 16 juin 1870, Laisné exposait que les ouvrages exécutés comprenaient «la suite de la reconstruction de la lanterne qui a été élevée à la hauteur de la naissance des arêtiers de la voûte, la restauration des chapelles et des galeries des transepts, et enfin, la construction des échafaudages et cintres nécessaires à la réfection des arcs-boutants de la nef 11.» En réédifiant la lanterne, Laisné supprima le meneau de chaque fenêtre et agrandit ces dernières vers le bas. UNE NOUVELLE IMPULSION La guerre de 1870 interrompit le chantier. Éprouvé par l'invasion prussienne et fatigué par son ministère, le curé Amédée de Chalonge démissionna le 2 novembre Jean-Baptiste-Bernard Ramousset ( ) le remplaça le 15 mai Décidé à rouvrir son église, le nouveau pasteur fit appel au mécénat de ses paroissiens et des Dijonnais 78. Il put avancer cent mille francs, ce qui détermina la reprise des travaux le 4 juillet Les ouvriers reconstruisirent les arcs-boutants de la nef 80, l'architecte Laisné estimant qu'ils présentaient «une base trop grêle et une buttée trop élevée 8I». Le rétablissement de la tour lanterne s'achevait en août Ses 76. Ibidem, arrêté du préfet, 2 octobre Ibidem, «Restauration de l'eglise Notre-Dame de Dijon. A Son Excellence, Monsieur le Ministre des Lettres, Sciences et Beaux-Arts», J. Ch. Laisné, 16 juin «Eglise Notre-Dame de Dijon.», Chronique religieuse de Dijon, 15 novembre 1873, p A.N.-D.D., dossier «Restauration de N. Dame», «Historique de tout ce qui a rapport à la restauration de l'église Notre Dame de Dijon, Et des faits administratifs auxquels ont donné lieu la fermeture de cette même église, du 27 Juin 1866, au 11 Novembre 1873». 80. M.A.P., 81 / 21, carton 33, dossier «Mémoires de travaux », «Année 1871», p M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », chemise «CRP travaux & financement », «Rapport sur la Restauration de l'eglise Notre-Dame de Dijon.», J. Ch. Laisné, 20 novembre Le Bien public, 13 août 1872.

18 270 PIERRE-ANTOINE JACQUIN quatre tourelles d'angle furent surélevées et couronnées de quatre lanternons de pierre, en poivrière, copiés sur ceux des pignons du transept. Par la même occasion, durant le deuxième semestre de 1872, Laisné ajouta sur les escaliers menant à la tribune deux lanternes ajourées en pierre 83. Purement décoratives, elles s'ornaient de colonnettes et d'arcatures évoquant celles de la façade occidentale. L'architecte suivait une certaine logique, consistant à surmonter les escaliers de l'église de lanternons similaires à ceux des bras du transept. Puis la toiture de la grande nef fut découverte et la charpente retaillée pour retrouver «son ancienne forme 84», plus basse, sans que la couverture de tuiles nuancées à compartiments ne soit rétablie. Les ouvriers ajoutèrent un chéneau de pierre au bord des couvertures, sculptèrent de nouveaux bancs en pierre dans les collatéraux, creusèrent les conduits et les bouches d'un calorifère 85. Un carrelage à motifs géométriques couvrit le sol du chœur 86. Devant la porte latérale sud de l'église fut édifiée une galerie néogothique achevée en 1873, débouchant dans l'impasse Notre-Dame, actuelle impasse de Braisne, et reliée à la sacristie par un couloir perpendiculaire 87. Laisné couronna la tour lanterne d'une haute flèche à quatre pans aux angles saillants. «En cours d'exécution de restauration», écrivit Faucher, «une flèche en charpente a été décidée 88.» L'entrepreneur Philippe Guyot la construisit en chêne et ses ouvriers fixèrent la croix à son extrémité le 12 avril Quatre lucarnes s'ouvraient à sa base et quatre plus petites près de son sommet 90. À la fin 83. M.A.P., 81/21, carton 33, dossier «Mémoires de travaux », «Eglise Notre Dame de Dijon 2 e Semestre de 1872.», p Ibidem, p Ibidem, p , Ce carrelage a été remplacé en 1930 par un dallage de pierre. M.A.P., 81 / 21, carton 35, dossier «7 e dossier », chemise «Réfection du carrelage du chœur». 87. M.A.P., 81 / 21, carton 32, dossier «Mémoires de travaux », «Eglise Notre-Dame de Dijon Mémoire des Travaux de Peinture Exécutés par Faucher Entrepreneur», p M.A.P., 81 / 21, carton 33, dossier « », «Réclamation sur le Règlement du Décompte général des Travaux de Diverses natures exécutés pour la Restauration de l'eglise Notre Dame de Dijon Année er Semestre Charpente.», 27 août Chronique religieuse de Dijon, 19 avril 1873, p Les petites lucarnes ont été supprimées lors de la restauration menée de 1969 à B.G., «Après quatorze mois de minutieux travaux, la flèche de Notre-Dame va apparaître entièrement restaurée», Le Bien public, 6 novembre 1970.

19 RESTAURATIONS NÉOGOTHIQUES DE NOTRE-DAME 271 du mois d'août , elle fut recouverte d'ardoises d'angers de deux nuances disposées en bandes horizontales alternées. Pendant ce temps, le curé et la fabrique remeublaient l'église ; ils la rouvrirent au culte le 11 novembre Le lendemain, la statue de la Vierge noire revenait à Notre-Dame. Elle prit place au-dessus du maître-autel provisoire 92, dont la façade s'ornait du bas-relief de l'adoration des bergers. Le peintre verrier parisien Edouard Didron ( ) fut chargé de restaurer les cinq vitraux subsistant du XIII e siècle, placés sous la rosé du bras nord du transept. La fabrique lui ayant commandé des verrières du même style pour les deux absidioles, Didron posa les anciens et les nouveaux vitraux en Les deux chapelles, entièrement recouvertes de peintures murales par Marc Gaïda 94, reçurent chacune un autel d'orfèvrerie émaillée de la maison Poussielgue-Rusand. Celui de l'absidiole sud, dédiée désormais à la Vierge, fut offert en remerciement de la préservation de Dijon en 1870 attribuée à l'intercession de Notre-Dame de Bon- Espoir 9 -\ La statue de la Vierge noire prit place dans la chapelle le 26 mars 1876 %. La fabrique, voulant doter toute l'église de verrières inspirées de celles du XIII e siècle, commanda à Didron «des vitraux légendaires à l'étage inférieur, et des personnages dans les fenêtres hautes 91». Le peintre verrier livra en 1875 et 1876 ceux de l'abside. Les anciennes armatures métalliques des deux grandes rosés des bras du transept ayant subsisté, Didron plaça en 1878 dans celles du nord des vitraux figurant la création du monde. En 1879, il dota celles du sud de verrières représentant le Jugement dernier 98. La fabrique avait demandé à Laisné un projet d'exhaussement des deux tours de la façade occidentale pour y suspendre les cloches. Le 8 juillet 1875, Viollet-le-Duc désapprouvait cette idée devant la 91. Chronique religieuse de Dijon, 30 août 1873, p «Eglise Notre-Dame de Dijon.», Chronique religieuse de Dijon, 15 novembre 1873, p Le Bien public, \ juillet L'essentiel de ces peintures a été enlevé lors du nettoyage intérieur de l'église entre 1975 et THOMAS (Jules), La Confrérie de Notre-Dame de Bon-Espoir, Dijon, Jobard, 1899, p Chronique religieuse de Dijon, 1 er avril 1876, p M.A.P., 81 / 21, carton 34, dossier « "= Dossier», chemise « », «Rapport de la Commission par M.' Selmersheim Inspecteur G al sur les vitraux de l'eglise Notre-Dame à Dijon (Côte-d'Or)», 10 mai THOMAS (Jules), Les vitraux de Notre-Dame de Dijon, Dijon, Jobard, 1898, p. 18.

20 272 PIERRE-ANTOINE JACQU1N Commission des Monuments historiques. Il estimait que «les tours projetées par M. Laisné, bien que réduites à un étage de beffroi, seraient assez lourdes cependant pour occasionner des ruptures dans les points d'appui inférieurs», et que «leur aspect serait mesquin». Il recommandait en outre à l'architecte, lorsqu'il restaurerait le massif occidental, «de conserver tous les fragments de sculpture encore existant et de se borner à remplacer les parties de ces sculptures qui sont entièrement détruites ".» Paradoxalement, Viollet-le- Duc, moins scrupuleux sur d'autres édifices, empêcha la transformation de la façade de Notre-Dame. Le 30 septembre 1876, un ouragan d'une violence exceptionnelle renversa les deux lanternons ouest de la tour lanterne l0(), qui furent reconstruits à l'identique. Les nouveaux couronnements de ces tourelles surélevées offraient trop de prise au vent : le 22 février 1914, une tempête abattit celui du sud-est 1()1. LA RESTAURATION DE LA FAÇADE OCCIDENTALE En été 1877, les ouvriers étayèrent le massif antérieur par des «batteries de contrefiches» établies sur des maçonneries empiétant sur la place Notre-Dame. Pour rendre toutes les parties de la façade solidaires, ils relièrent les colonnettes entre elles par des cloisons en briques. Ils enveloppèrent les sculptures de papier et de plâtre afin de les protéger (fig. 4) l()2. En 1878, les fondations des piliers du porche, mal assises et reposant sur un sol «traversé par un ruisseau l03», furent reprises. Les piles et les murs latéraux, déversés, étaient reconstruits sur des bases nouvelles et un contrefort ajouté à chacun 99. M.A.P., 81/21, carton 33, dossier « », «Rapport lu dans la Séance du 8 Juillet 1875 Eglise Notre Dame de Dijon.», E. Viollet-le-Duc Ibidem, «Eglise Notre Dame de Dijon. A Monsieur le Ministre de l'instruction publique et des Beaux-Arts.», Laisné, 2 octobre «Chronique paroissiale Chute d'une des petites tourelles de la flèche», Bulletin paroissial de Notre-Dame de Dijon, mars 1914, p M.A.P., 81 / 21, carton 33, dossier « », «Décompte des Travaux de Maçonnerie exécutés par le S' Poillot, Entrepreneur de Maçonnerie, demeurant à Dijon Dans le cours de l'année 1877, pour la Restauration de la façade occidentale de l'eglise Notre-Dame», p M.A.P., 81 / 21, carton 34, dossier « », «Restauration de l'eglise Notre Dame de Dijon A Monsieur le Ministre de l'instruction publique des Beaux-Arts et des Cultes», J. Ch. Laisné, 6 février 1886.

MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT. Étude complémentaire

MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT. Étude complémentaire MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT Étude complémentaire Le temple protestant se situe dans le centre de la ville, à l ancien emplacement du couvent des dominicains (probablement achevé vers

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO

GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO L église Saint-Pierre est un bel édifice gothique à l architecture très sobre. La partie la plus ancienne, le chœur où est situé le maître-autel, date du XIIe siècle.

Plus en détail

Ancien couvent d'ursulines de Noyon, devenu petit séminaire, puis collège (détruit)

Ancien couvent d'ursulines de Noyon, devenu petit séminaire, puis collège (détruit) Ancien couvent d'ursulines de Noyon, devenu petit séminaire, puis collège (détruit) rue Paul-Bert ancienne rue des Ursulines ancienne rue du Petit-Séminaire Noyon Dossier IA00049508 réalisé en 1986 Copyrights

Plus en détail

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire La cathédrale d Amiens Classée au patrimoine mondial de l'unesco depuis 1981, la cathédrale gothique d'amiens s'élève en plein centre de la ville. Sa flèche s'élève à 112 mètres du sol. Pour une longueur

Plus en détail

MEDIATHEQUE DE L ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE ARCHIVES INVENTAIRE. relatives aux. TRAVAUX DU XIXè SIECLE SUR LES GRANDS EDIFICES CLASSES

MEDIATHEQUE DE L ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE ARCHIVES INVENTAIRE. relatives aux. TRAVAUX DU XIXè SIECLE SUR LES GRANDS EDIFICES CLASSES MEDIATHEQUE DE L ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE ARCHIVES INVENTAIRE relatives aux TRAVAUX DU XIXè SIECLE SUR LES GRANDS EDIFICES CLASSES (fonds 80/14/1 à 92) par Blandine Balas secrétaire de documentation,

Plus en détail

Grisaille décorative (baie 25)

Grisaille décorative (baie 25) Grisaille décorative (baie 25) Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet Soissons Dossier IM02005331 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Eglise paroissiale Saint-Martin

Eglise paroissiale Saint-Martin Eglise paroissiale Saint-Martin place de la Mairie Armbouts-Cappel Dossier IA59002570 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général Frémaux Céline Rédacteur

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello

Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello 196 boulevard Montebello Lille Dossier IA59000339 réalisé en 1994 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000473

Département : 77 Référence : IA77000473 Département : 77 Référence : IA77000473 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : Bancel (rue) 30 Titre courant Dénomination : institution Sainte Jeanne d'arc : école Cartographie : Lambert1 0624011

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000414

Département : 77 Référence : IA77000414 Département : 77 Référence : IA77000414 Aire d'étude Commune Adresse : Melun : Melun : Notre-Dame (place) Titre courant Dénomination : église paroissiale Saint-Etienne : église paroissiale Cartographie

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

LA CATHEDRALE DE METZ

LA CATHEDRALE DE METZ LA CATHEDRALE DE METZ UNE VUE GENERALE DEPUIS LA PLACE DE LA COMEDIE 1) Complétez le croquis ci-dessous en dessinant la silhouette de la cathédrale : 2) Répondez aux questions : a) Combien de tours peut-on

Plus en détail

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied.

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied. Fl 01 Clochers des villes Clochers des champs Circuit découvertes Les églises historiques de Bruges FLANDRE OCCIDENTALE Le présent document présente un guide à destination des principales églises situées

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Immeuble : Hôtel de Magnieu

Immeuble : Hôtel de Magnieu Immeuble : Hôtel de Magnieu 22 rue Martin-Bernard 4 rue Pasteur Montbrison Dossier IA42001987 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Plus en détail

EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS

EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS Septembre 2006 L exception dans le contexte géographique Le contexte Un riche patrimoine des édifices réligieux dans le pays de Meaux Période de construction

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 10/2013 le 26 juin 2013 Concerne : Demande de crédit complémentaire de Fr. 181'868.70 pour les travaux de rénovation de l Eglise

Plus en détail

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION par M lle Marie-Hélène DEGROISE Thoires, petite commune à l'écart de la route nationale de Châtillon à Chaumont, fait partie du canton de Montigny-sur-Aube.

Plus en détail

Amandine ROYER. L utilisation des ciments romains dans la restauration des monuments historiques en France au XIX e siècle

Amandine ROYER. L utilisation des ciments romains dans la restauration des monuments historiques en France au XIX e siècle Amandine ROYER L utilisation des ciments romains dans la restauration des monuments historiques en France au XIX e siècle Conférence ICOMOS, Paris, 26 et 27 avril 2012 Introduction «Si les ouvrages neufs

Plus en détail

Le palais des ducs et des États de Bourgogne

Le palais des ducs et des États de Bourgogne Le palais des ducs et des États de Bourgogne Aux origines du palais Le palais s est développé au nord-ouest du castrum (1), la muraille édifiée au III e siècle. Il semble que le centre du pouvoir politique

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Venerque Eglise Saint-Pierre

Venerque Eglise Saint-Pierre Venerque Eglise Saint-Pierre Observations faites à l occasion d un nettoyage partiel sur l extrados de la voûte de l abside Mars 2010 Diane Joy Maurice Scellès Service de la connaissance du patrimoine

Plus en détail

Les églises et chapelles anciennes en voiture

Les églises et chapelles anciennes en voiture I D E E D E V I S I T E VILLE ET CULTURE Les églises et chapelles anciennes en voiture Niederbronn les Bains Reichshoffen Uttenhoffen avec la plus petite église à colombages d Alsace Pfaffenhoffen Bouxwiller

Plus en détail

Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue

Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue rue de l' Eglise Aubenton Dossier IM02001540 réalisé en 1998 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général Guiochon Xavier-Philippe

Plus en détail

Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile

Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile Cambrai Ville d'art et d'histoire Du 15 février au 15 mai 2012, Cambrai accueille le Centre Pompidou Mobile. Pour

Plus en détail

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION 1982 : travaux d urgence ; vitraux cassés remplacés par des vitres. Pose d une serrure à la porte latérale. Branchement électrique pour éclairage

Plus en détail

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE)

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) Cadastre de 1981, section F, parcelle 141 Cadastre de 1841, section F, parcelle 200 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,63 y = 178,21 DESCRIPTION DESCRIPTION GENERALE EXTERIEURE

Plus en détail

Villes et Pays d Art et d Histoire. raconte-moi. La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg. Livret découverte 7 > 10 ans

Villes et Pays d Art et d Histoire. raconte-moi. La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg. Livret découverte 7 > 10 ans Villes et Pays d Art et d Histoire raconte-moi La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg Livret découverte 7 > 10 ans Bonjour! Nous te proposons de partir à la découverte de la cathédrale Notre-Dame de

Plus en détail

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie P A R C O U R S D U P A T R I M O I N E Cherbourg-Octeville le théâtre à l italienne Manche basse-normandie Façade du théâtre, dessin aquarellé, non daté, par Gutelle, musée d art Thomas- Henry, Cherbourg-

Plus en détail

ÉGLISE COMMUNALE SAINT-MAURICE

ÉGLISE COMMUNALE SAINT-MAURICE ÉGLISE COMMUNALE SAINT-MAURICE Située à l angle de la rue Maurice Gredat et de la rue du Maréchal Leclerc, l église communale Saint-Maurice date du milieu du XI ème siècle. Mais certains historiens ont

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

La basilique Saint-Sernin est une étape incontournable pour le pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, sur la voie d'arles.

La basilique Saint-Sernin est une étape incontournable pour le pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, sur la voie d'arles. La basilique Saint-Sernin 13 Place Saint-Sernin - 31000 TOULOUSE - Situation : Centre - Accès : M Capitole - Tél : 05 61 21 80 45 Cet édifice roman, considéré comme le plus vaste de l'occident, surprend

Plus en détail

La Porterie du palais ducal 1511/1512

La Porterie du palais ducal 1511/1512 La Porterie du palais ducal 1511/1512 Construite sous le règne du duc Antoine, la Porterie était l unique entrée du palais. D après les registres de compte de l époque, elle fut achevée vers 1511-1512.

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly

Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly église paroissiale Saint-Eloi rue Saint-Eloi Pœuilly Dossier IM80001975 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Église Notre-Dame de l Assomption 1070 ~ 2014

Église Notre-Dame de l Assomption 1070 ~ 2014 Église Notre-Dame de l Assomption 1070 ~ 2014 Un monument millénaire à Bougival Église Notre-Dame de l Assomption 1070 ~ 2014 Un monument millénaire à Bougival Un paradoxe : Bougival, renommée pour ses

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

CAHORS. Palais d Arnaud de Via

CAHORS. Palais d Arnaud de Via 1 Pierre GARRIGOU GRANDCHAMP Société Archéologique du Midi de la France & Société Française d Archéologie CAHORS Palais d Arnaud de Via Un monument insigne du début du XIV e siècle L administration pénitentiaire

Plus en détail

Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux

Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux boulevard des Côtes Centre historique Aix-les-Bains Dossier IA731138 réalisé en 24 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par Commune Guebwiller 6 8 (aire d étude : Guebwiller) Référence : IA00054860 Adresse : Titre de l œuvre : Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron Cartographie : Cadastre : Dossier : Inventaire général

Plus en détail

Aucun document n est autorisé

Aucun document n est autorisé MINISTÈRE DE L'EGALITE DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ENERGIE CONCOURS EXTERNE ET INTERNE Épreuve

Plus en détail

Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame

Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame Commune : Lieu-dit : Adresse : Titre de l œuvre : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Marienthal Basilique (rue de la) 6 Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame Référence: IA00062025 Cartographie :

Plus en détail

Etape de visite n 7. Le chœur. Où sommes-nous? Comment cet espace est-il organisé?

Etape de visite n 7. Le chœur. Où sommes-nous? Comment cet espace est-il organisé? Etape de visite n 7 Le chœur Où sommes-nous? Nous sommes ici dans la partie la plus sacrée de la cathédrale, là où se tenaient les chanoines et l évêque pour célébrer la messe au maître-autel. Celui-ci,

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

HISTOIRE DE LA BIBLIOTHEQUE VAUGIRARD

HISTOIRE DE LA BIBLIOTHEQUE VAUGIRARD HISTOIRE DE LA BIBLIOTHEQUE VAUGIRARD Par Isabelle Magnan, Bérangère Meillat et Anaïs Mérat Décembre 2013 Aux origines : la salle des fêtes du XVe arrondissement de Paris Au rez-de-chaussée de l immeuble

Plus en détail

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ACADÉMIE DE CAEN L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN Lexique Abside Extrémité d'une église, en demi-cercle ou polygonale, entourant le chœur, où se plaçait le clergé.

Plus en détail

Hôtel de ville. Références du dossier. Désignation. Compléments de localisation. Historique. Picardie, Somme Amiens place de l' Hôtel-de-Ville

Hôtel de ville. Références du dossier. Désignation. Compléments de localisation. Historique. Picardie, Somme Amiens place de l' Hôtel-de-Ville Picardie, Somme Amiens place de l' Hôtel-de-Ville Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 1997 Date(s) de rédaction : 1998, 2002 Cadre de l'étude : enquête thématique régionale

Plus en détail

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin Rénovation hôtel Biron Dossier de presse p.2 Rénovation du musée Rodin 2012-2015 Des travaux à partir de 2010 et un plan de financement de 15,5

Plus en détail

rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005

rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005 Cité ouvrière Ducret rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET Le Pallet Comprendre la chapelle Sainte-Anne Etude technique et historique Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET SOMMAIRE - Page 2 - La chapelle aujourd hui. Introduction Rappel historique

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades 1. Une prime? Il existe sur l entité montoise de nombreux bâtiments de qualité faisant partie

Plus en détail

Chapelle de l'assomption, actuellement maison

Chapelle de l'assomption, actuellement maison Chapelle de l'assomption, actuellement maison 13 bis boulevard de la Falaise Pontaillac Vaux-sur-Mer Dossier IA17046411 réalisé en 2015 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire

Plus en détail

13 place Pasteur 10 rue Montalembert Montbrison Dossier IA42001974 réalisé en 2007

13 place Pasteur 10 rue Montalembert Montbrison Dossier IA42001974 réalisé en 2007 École primaire 13 place Pasteur 10 rue Montalembert Montbrison Dossier IA42001974 réalisé en 2007 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Lg-3/2. Clochers des villes Clocher des champs. Circuit découvertes Eglises remarquables du Condroz liégeois

Lg-3/2. Clochers des villes Clocher des champs. Circuit découvertes Eglises remarquables du Condroz liégeois Lg-3/2 Clochers des villes Clocher des champs Circuit découvertes Eglises remarquables du Condroz liégeois Nandrin - Tinlot - Modave Clavier - Anthisnes En partant de Liège, prendre la N 63 vers Marche-en-Famenne.

Plus en détail

Ecole maternelle, dite école maternelle de Choudy

Ecole maternelle, dite école maternelle de Choudy Ecole maternelle, dite école maternelle de chemin de Gamont -Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002265 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

CATHEDRALE DE LANGRES CCTP pour réparations sur les toitures du déambulatoire

CATHEDRALE DE LANGRES CCTP pour réparations sur les toitures du déambulatoire CATHEDRALE DE LANGRES CCTP pour réparations sur les toitures du déambulatoire LOT N 1 CHARPENTE u quantités P. unitaire prix total 1 2 3 4 Installation de chantier, compris les agrès: treuil, cordages

Plus en détail

Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement

Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement ateliers municipaux 63 avenue de Saint-Simond Franklin Roosevelt-Lafin Aix-les-Bains Dossier IA73001367 réalisé en 2005

Plus en détail

Valorisation du bâti du centre ancien

Valorisation du bâti du centre ancien l e b â t i a n c i e n Valorisation du bâti du centre ancien Présentation du contexte Un cahier de recommandations architecturales qui valorise le bâti ancien Ce cahier, très complet, met déjà largement

Plus en détail

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Journées Européennes DU Patrimoine Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Chaque année, depuis maintenant 30 ans, les Journées Européennes du Patrimoine permettent à chacun d entre nous d en découvrir les

Plus en détail

D I J O N VISITES GUIDÉES

D I J O N VISITES GUIDÉES D I J O N VISITES GUIDÉES 2012 www.visitdijon.com DIJON DÉCOUVERTE Dans un écrin de verdure, l ancienne capitale des Ducs Valois, offre aux visiteurs la découverte du patrimoine de l une des plus importantes

Plus en détail

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection CFC GENRE DE TRAVAIL SUVBENTIONNALBE 0 TERRAIN 04 Financement avant le début des travaux 05 Conduites

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Rigny : Gray (4km) : Beaujeu (6 km) : Champlitte (20 km) :

Rigny : Gray (4km) : Beaujeu (6 km) : Champlitte (20 km) : Rigny : Eglise du 18 ème siècle avec son retable et ses boiseries d époque. Deux toiles originales de Prud hon datées de 1794. Gisants. Gray (4km) : Hôtel de ville renaissance (1556) Musée Baron Martin

Plus en détail

AR C H I V E S D E L A P AR O I S S E D E SUCE-SUR-ERDRE

AR C H I V E S D E L A P AR O I S S E D E SUCE-SUR-ERDRE AR C H I V E S D E L A P AR O I S S E D E SUCE-SUR-ERDRE Sous-série P-Sucé (1802-1983) Répertoire num érique détaillé Novem bre 2008 par Claire Gurvil, archiviste diocésaine Les archives paroissiales ont

Plus en détail

Le Marché Saint-Honoré

Le Marché Saint-Honoré Palais Hanovre Le Palais du Hanovre est une construction de style néo-classique, des années 30. Le bâtiment a été baptisé ainsi en hommage à son prédécesseur, le Pavillon de Hanovre, démonté puis reconstruit

Plus en détail

Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon

Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon 20 et 24 rue Blaise-Pascal Poitiers Dossier IA86004880 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

CHAPELLE DE L ORATOIRE

CHAPELLE DE L ORATOIRE Atelier Féroé Bureau d architectes Christian Foehr Architecte EAUG - SIA CHAPELLE DE L ORATOIRE Pour le compte de l Église Évangélique Libre de Genève Propriété de la paroisse de l Oratoire Chapelle -

Plus en détail

Dossier #2 : Des expressions de notre. patrimoine religieux québécois

Dossier #2 : Des expressions de notre. patrimoine religieux québécois Dossier #2 : Des expressions de notre patrimoine religieux québécois Basilique Saint-Anne-de-Beaupré Nom : Gr : Dans ce dossier. - Qu est-ce que le patrimoine religieux québécois? - Un peu de savoir -

Plus en détail

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes Dossier IM10004513 réalisé en 2003 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Ministère de la culture ; (c) Région Champagne-Ardenne

Plus en détail

Monument funéraire du cardinal Jean de la Grange et de l'évêque Jean de Boissy (vestiges)

Monument funéraire du cardinal Jean de la Grange et de l'évêque Jean de Boissy (vestiges) Monument funéraire du cardinal Jean de la Grange et de l'évêque Jean de Boissy (vestiges) Cathédrale Notre-Dame place Notre-Dame Amiens Dossier IM80000947 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

FDP. Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves

FDP. Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves FDP Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves Carte des projets présentés dans l'exposition J'entoure le nom des villes les plus proches de mon école : Pour m'aider, je scanne ce code :

Plus en détail

libre de filles sourdes-muettes actuellement institutions pour personnes déficientes intellectuelles

libre de filles sourdes-muettes actuellement institutions pour personnes déficientes intellectuelles Ecole libre de filles sourdes et muettes, actuellement institutions pour personnes déficientes intellectuelles 144 rue Centrale la Reclava Moingt Dossier IA42002797 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights

Plus en détail

LE COUVENT DES TRINITAIRES

LE COUVENT DES TRINITAIRES LE COUVENT DES TRINITAIRES Fondation et implantation L'Ordre des Trinitaires, fondé en 1198 par un provençal, Jean de Matha, avait pour but de racheter aux Barbaresques les chrétiens enlevés lors des razzias

Plus en détail

ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC

ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC HISTOIRE EXTÉRIEUR DE L ÉGLISE Construite en 1822 sur un lot offert par le fondateur de Drummondville, Frederick George Heriot, la première église est démolie en 1879 pour faire

Plus en détail

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Quatrième article sur cinq

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Quatrième article sur cinq Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012 Quatrième article sur cinq Dans ce quatrième et avant dernier article sur le 50 e anniversaire

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

CAHORS. 318 rue du Président Wilson (LOT)

CAHORS. 318 rue du Président Wilson (LOT) CAHORS. 318 rue du Président Wilson (LOT) BANQUE DE FRANCE Sommaire Étude Documentation Illustrations NOTE COMPLÉMENTAIRE L'édifice n'a fait l'objet d'aucune autre étude que celle de Ghislaine Legrand

Plus en détail

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE :

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : ETAT DE CONSERVATION 1- Situation Vue aérienne de l'est du quartier de Trinquetaille avec localisation du site L'ancienne verrerie est inscrite dans un enclos irrégulier

Plus en détail

Ensemble des portes et fenêtres du château

Ensemble des portes et fenêtres du château Ensemble des portes et fenêtres du château la Bastie d'urfé Saint-Étienne-le-Molard Dossier IM42000771 réalisé en 2000 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Plus en détail

ACADÉMIE BOURGET 094 / 094 1914 G. A. Monette Université Concordia, Maîtrise en Beaux-Arts 1230, rue de la Montagne Montréal, H3G 1Z2 (514) 848-4608

ACADÉMIE BOURGET 094 / 094 1914 G. A. Monette Université Concordia, Maîtrise en Beaux-Arts 1230, rue de la Montagne Montréal, H3G 1Z2 (514) 848-4608 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle IGNACE-BOURGET Autre(s) appellation(s) ACADÉMIE BOURGET 2. No. dossier 13 3. No. réf. Archives CSDM 094 / 094 4. ANNÉE de construction 1914 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

ST-GOHARD AR C H I V E S P AR O I S S I AL E S D E SAI N T-GOHAR D D E S AI N T-NAZ AI R E (1886-2003)

ST-GOHARD AR C H I V E S P AR O I S S I AL E S D E SAI N T-GOHAR D D E S AI N T-NAZ AI R E (1886-2003) AR C H I V E S P AR O I S S I AL E S D E SAI N T-GOHAR D D E S AI N T-NAZ AI R E Sous-série P-St-Gohard (1886-2003) R é p e r t o i r e n u m é r i q u e d é t a i l l é s e p t e m b r e 2015 p a r V

Plus en détail

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Département de la CORSE DU SUD COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Décomposition du Prix Global Forfaitaire. Marché de Travaux Les Services Techniques Mairie annexe de Porticcio Tel : 04.95.25.29.27 Fax : 04.95.25.06.21

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Parcelle : AR 11 5 boulevard Bara Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : m² Meulière, rocaille,

Plus en détail

Les monuments aux morts du canton de Montbrison

Les monuments aux morts du canton de Montbrison Les monuments aux morts du canton de Montbrison Copyrights Dossier IA42001303 réalisé en 2008 Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire

Plus en détail

à Salins-Les-Bains 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura

à Salins-Les-Bains 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura à Salins-Les-Bains Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura Texte et organisation : Aurore Alix Avec l aide : «De la promenade à travers

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Centre-Lartigue Autre(s) appellation(s) École Sainte-Marguerite-Marie 2. No. dossier 47 3. No. réf. Archives CSDM 234 / 234 4. ANNÉE de construction 1954 5. ARCHITECTE

Plus en détail

Fondation du patrimoine

Fondation du patrimoine Fondation du patrimoine La Fondation du Patrimoine a pour but essentiel de sauvegarder et de valoriser le patrimoine rural non protégé. Maisons, églises, ponts, lavoirs, moulins, patrimoine industriel,

Plus en détail

24 euros ISBN 978-2-35733-104-4

24 euros ISBN 978-2-35733-104-4 DOSSIER DE PRESSE, ARCHITECTURE / PATRIMOINE Parution : juillet 2010 Des bureaux de postes de campagne aux hôtels des postes monumentaux, des centres de tri urbains aux gigantesques plates-formes industrielles

Plus en détail

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse 1 L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse Façade sur la rue Teynière Façade arrière Son histoire 1769-1774 : construction de l Hôtel particulier de Gaspard-Constant Marron, baron de Meillonnas,

Plus en détail

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes Dossier IM10004513 réalisé en 2003 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Ministère de la culture ; (c) Région Champagne-Ardenne

Plus en détail