Le cas des migrants tunisiens

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cas des migrants tunisiens"

Transcription

1 Projet MIREM (Migration de retour au Maghreb) Action collective de soutien à la réintégration des migrants de retour dans leur pays d origine Réponses aux questionnements soulevés au cours de la première rencontre consultative novembre 2007 Institut Universitaire Européen, Florence, Italie Le cas des migrants tunisiens Abderazak Bel Haj Zekri

2 Question 1 : Comment différent les différents profils socioprofessionnels de migrants tunisiens de retour en termes de perspectives pré et post-retour? Les études menées sur le retour des émigrés tunisiens se sont intéressées au processus de retour et de réinsertion socioéconomique des migrants, notamment à travers deux dimensions liées à la fois à la préparation et au projet de retour. Elles ont montré que certains déterminants sociaux et professionnels influent sur la nature de ce processus et différencient les comportements des migrants de retour. les caractéristiques éducatives et socioprofessionnelles : niveau d instruction avant le départ, le statut professionnel avant l émigration et dans le pays d immigration, la durée de l expérience migratoire et ses acquis, notamment dans le domaine de la formation. les caractéristiques sociales : le degré d intégration socioculturelle dans le pays d immigration, la nature des liens familiaux, des liens avec la localité d origine (fréquence des visites annuelles en Tunisie), enfin des liens avec le pays d origine(régularité et importance des transferts de revenus effectués et des investissements réalisés). Les données de l enquête menée en Tunisie auprès de 330 migrants de retour, ont montré que 265 migrants avaient décidé de retourner de leur plein gré en Tunisie et 65 migrants furent contraints au retour. Avant leur départ de Tunisie, la plupart des migrants étaient des actifs dans leur pays ; les statistiques indiquent la prédominance des salariés, soit 35,8 % dont 26,1 % dans des emplois permanents et 9,7 % dans des postes à durée déterminée et/ou partielle. La répartition des autres statuts professionnels se résume de la manière suivante: 15,5 % ont été des travailleurs saisonniers, 14,3 % ont occupé des activités libérales et 1,2 % étaient des employeurs/chefs d entreprise. En s installant dans le pays d accueil, les différents statuts professionnels ont connu des changements significatifs. Le taux des salariés est resté prédominant a été multiplié par 1,6, passant de 35,8 % avant de quitter la Tunisie à 56,7 % dans le PPI ; (dont 23,3 % occupent des emplois permanents, et plus de 33 % des postes à durée déterminée et/ou partielle). Les activités libérales ont également connu une forte progression. La taux des employeurs/ chefs d entreprise a été multiplié par six, en passant de 1,2 % à 7 %. Par ailleurs, on note également une légère augmentation de la part des travailleurs autonomes réguliers (passant de 5,2 % avant le départ de Tunisie à 7,3 % dans le PPI). En revanche le statut des travailleurs autonomes irréguliers a subi une diminution de 2,33 fois, il est passé de 9,1 % des travailleurs avant de quitter la Tunisie à 3,9 % dans le PPI. Il est à remarquer que le statut des migrants actifs à l étranger s est amélioré par rapport à celui qu ils avaient dans leur pays d origine. De plus, l émigration a divisé par deux le taux de chômage de l échantillon. Au retour dans le pays d origine, les migrants sont majoritairement des salariés (26,3 %) puis des travailleurs autonomes (13,6 % dont 8,8 % réguliers) et enfin des chômeurs (6,4 % contre 4,5 % au PPI et 9,7 % à la veille du départ). La migration a contribué à la modernisation des secteurs d activités liés aux professions exercées par les migrants de retour en Tunisie. En effet, il convient de noter un attrait majeur pour les secteurs les plus modernes: 37 % des migrants de retour (décidés et imposés) en Tunisie sont actifs dans les branches du commerce (13,6 %), de l hôtellerie (12,1 %) et de l éducation (11,5 %). En revanche, les secteurs d activités traditionnelles tels que l agriculture et la construction qui représentaient 21,5 % des activités à la veille du départ de Tunisie, n atteignent que 7,5% lors du retour. 1

3 Question 2 : De quelle manière les migrants dont le retour est temporaire se distinguent des migrants dont le retour est permanent? Du fait de l'émergence d'une émigration récente vers de nouvelles destinations européennes, en particulier l'italie (2ème pays d'accueil des émigrés tunisiens le débat sur le retour et son caractère temporaire ou définitif revient à l'ordre du jour. En effet cette émigration récente est confrontée à un contexte socio-économique, voire même politique ne favorisant pas toujours une intégration et une installation durable dans le pays d accueil. Les résultats de l'enquête du projet MIREM apportent des éclairages concernant la distinction entre les migrants de retour temporaire et les migrants de retour permanent. La première constatation montre que plus de la moitié des émigrés enquêtés (58,5 %) n envisagent pas de ré-émigrer, optant ainsi pour un retour définitif. Toutefois, si l on se réfère à la nature du retour, on constate que cette intention ne concerne que 47,7 % des migrants contraints au retour, contre 61,1 % des migrants ayant décidé de retourner en Tunisie. Les migrants dont le retour est déclaré comme étant temporaire se subdivise en deux catégories,: près de 18 % d entre eux planifient une ré-émigration très certaine (26,2 % ont eu un retour forcé et 15,8 % un retour choisi) et 23,6 % envisagent un nouveau départ comme étant probable (26,2 % ont eu un retour forcé et 23 % un retour choisi).ainsi, le retour temporaire peut aussi bien concerner les émigrés dont le retour fut contraint que ceux dont le retour fut décidé. En se réinstallant en Tunisie, 72,1 % de la totalité des interrogés déclarent être satisfaits d être revenus en Tunisie. 81 % des migrants dont le retour fut choisi se disent satisfaits de vivre en Tunisie. 50,3% des migrants déclarent que leur niveau de vie actuel s est amélioré par rapport à celui qu ils avaient à l étranger et qu ils vivent mieux dans leur pays d origine (50,3 %). Cette dernière catégorie constitue la part de ce qu'on pourrait qualifier de migrant dont le retour est définitif. La moitié des enquêtés définissent leur retour comme temporaire. Cette attitude peut s expliquer par les contraintes auxquelles sont confrontés les migrants depuis leur retour que celui-ci soit décidé ou non. En effet les obstacles majeurs résident dans les difficultés administratives, les bas salaires et les problèmes de réadaptation en Tunisie. Comme on peut s y attendre, ces problèmes sont encore plus forts dans le cas des migrants contraints au retour. S'agissant de l'évaluation du contexte lié au retour, 23,9 % des migrants de retour jugent adéquates les mesures prises pour faciliter le retour. La majorité de cette catégorie se compose de migrants ayant décidé leur retour, contre, seulement 4,6 % des migrants contraints au retour. Cette constatation marque une nette démarcation entre les émigrés de retour définitif ou temporaire. L analyse des données empiriques relatives aux migrants de retour en Tunisie, recueillies dans le cadre du l enquête MIREM, apporte de nouvelles réponses quant aux tendances actuelles des flux de retour en Tunisie, Entre autres, trois variables peuvent être soulignés à savoir : * l âge des migrants : Tous les seniors décident, généralement, de retourner au pays de manière volontaire et n ont pas le désir de ré-émigrer, contrairement aux migrants plus jeunes qui ont plus de difficultés à se réintégrer au pays (d où l éventualité d une ré-émigration). * L expérience migratoire acquise à l étranger : Elle peut permettre au migrant tunisien d améliorer son niveau de vie, son capital humain et social et de valoriser ses compétences (Ceux dont c est le cas effectuent des investissements et planifient un retour définitif) * Le contexte du pays du retour : En fonction des conditions rencontrées il peut faciliter le processus de réintégration ou être à l origine d une volonté de ré-émigration. 2

4 Les migrants dont le retour est temporaire se distinguent par leur jeune âge et la courte durée de leur expérience migratoire, qui n a pas permis d atteindre les objectifs, assignés à leur migration. Cependant, les résultats de l enquête montrent que le caractère temporaire du retour n est pas forcement lié à la situation financière des migrants de retour. Question 3 : Dans quelle mesure le contexte institutionnel, ainsi que le milieu rural ou urbain, influencent les perspectives de réintégration des migrants tunisiens et leur capacité à investir dans le pays d origine? La stabilité politique et sociale, les performances économiques ainsi que l amélioration de l environnement des affaires grâce aux nombreuses réformes accomplies, ont largement contribué à la réalisation d un nombre non négligeable de projets par les migrants tunisiens (de retour définitif ou non) et ont consolidé l investissement, national et international. De multiples mesures ont été prises afin d encourager les tunisiens à l étranger à contribuer à l effort de développement économique de leur pays d origine et à impulser l épargne nationale. Les mesures mises en place en faveur de cette population furent la création d une franchise sur les taxes et les droits de douanes pour l importation de matériel et de biens d équipements servant à la réalisation d un projet économique en Tunisie. D autre part, des colloques et des rencontres furent organisées pour améliorer l information et promouvoir d avantage la participation des migrants à l effort de développement de leur pays d origine. Cependant, et malgré ce contexte institutionnel favorable, les migrants de retour n ont pas manqué lors de leur retour de rencontrer des difficultés, telles que des tracasseries administratives (24,1 %) et un manque d appui à la réinsertion (84,2 %). 30 % d entre eux déclarent avoir vécu depuis leur retour, dans des conditions moins bonnes que dans le PPI si non très mal. 41 % des enquêtés ont déclaré avoir réalisé un ou plusieurs projets dans leur pays d origine dont 43,5 % parmi ceux qui ont décidé le retour et 31 % contraints au retour. Il est à noter à ce niveau, que le milieu d origine n est pas sans importance quant à la propension d investissement de la part des migrants de retour. À cet effet, 74 % des investisseurs sont issus d un milieu urbain et 74 % des projets relèvent du secteur des services, 17 % de celui de l industrie et seulement 9 % appartiennent au secteur agricole. Il existe donc un lien entre le contexte institutionnel et la motivation à investir ainsi qu un lien entre le milieu d origine du migrant de retour investissant en Tunisie et la nature du projet économique créé. Question 4 : Quels facteurs contextuels, aussi bien dans les pays d immigration qu en Tunisie, agissent sur la décision d investir? Comment pérenniser l investissement opéré par le migrant de retour tunisien? L évolution du statut professionnel des enquêtés dans le - PPI - se présente comme une valeur explicative de la décision d investir dans le pays d origine en cas de retour. Cela explique l évolution importante enregistrée au niveau des migrants de retour employeurs et chefs d entreprises passant de 1,2 % avant le départ à 7 % dans le PPI pour atteindre près de 28 % au retour dans le pays d origine. Il est à noter, par ailleurs, que plus de la moitié des migrants (54,5 %) ont effectué des transferts financiers vers leur pays d origine. Ces transferts étaient destinés, entre autres, au financement de projets économiques. Ainsi 92 % des migrants de retour ayant effectué un investissement l ont fait sans avoir recours à un emprunt et l ont autofinancé. 3

5 Les réformes structurelles initiées par les pouvoirs publics tunisiens visant à la consolidation de la politique d ouverture et à l incitation de l initiative privée ont redéfini le cadre de l investissement en Tunisie. Elles ont participé à l augmentation du nombre de migrants de retour ayant investi dans leur pays d origine. Le partenariat avec les pays d immigration aurait pu favoriser l investissement des migrants de retour. Cependant l intention affichée des pays d accueil de consolider de telles initiatives est restée lettre morte; Les programmes d aide à la réinsertion des migrants de retour se caractérisent par de faibles aides financières et des actions de formation à portée limitée. Les résultats obtenus par les mesures prises par certains pays d immigration, notamment la France confirment cette constatation. Cependant, l engagement des pays d immigration pour la mise en œuvre d instruments financiers et bancaires et de programme de formation destinés aux migrants de retour, pourrait favoriser la capacité des émigrés tunisiens à investir. La concrétisation de cet engagement pourrait s effectuer en favorisant l investissement des migrants vers des projets productifs dans le cadre de programmes de co-développement, et en encourageant les institutions bancaires à présenter des mécanismes financiers d accompagnement des émigrés porteurs de projets. La poursuite d une telle consolidation de la part des pays d'immigration et des différentes institutions (financières, d'aide au développement), conjuguée à un effort d assistance de la part des institutions publiques concernées par l investissement en Tunisie, ne peut qu inciter d avantage de migrants à investir et à développer leurs projets. Question 5 : Sur la base de l enquête MIREM, quel profil de migrant de retour semble le plus enclin à investir? L enquête menée dans le cadre du projet MIREM nous a permis d identifier des outils d analyse et de compréhension quant au profil du migrant de retour enclin à investir. C est ainsi que le retour constitue (selon l enquête MIREM) un processus qui s inscrit dans le temps et dont le degré de préparation est tributaire de facteurs à la fois propres à l expérience migratoire de l individu et extérieurs à celle-ci. Pris ensemble, ces éléments donnent des variables clés permettant de comprendre les modes de réinsertion des migrants et surtout leurs capacités d investissement dans le pays d origine. * l âge : Près de 33 % des migrants investisseurs appartiennent à la tranche d âge 40/49 ans, 28 % sont âgés entre 50 et 59 ans seulement 6 % des retraités ont investi dans leur pays. * Durée de l expérience migratoire : La durée optimale de l expérience à l étranger pour les migrants investisseurs en Tunisie s étend entre 10 et 15 années soit 24,4% et 15 à 20 années soit 16.3%. La tendance connaît un fléchissement avec l allongement de la durée migratoire (seul 8,9% des émigrés ayant une expérience migratoire située entre 20 et 25 ans ont investi en Tunisie). 4

6 * Acquisition de formation professionnelle dans le dernier PPI : Seul 31 % des migrants de retour créateurs de projets, ont acquis une formation lors de leur séjour à l étranger. Cependant cette formation n a pas manqué de valoriser leurs qualifications. Ceci apparaît largement dans leurs statuts et leurs choix d orientation professionnelle après leur retour. En effet, les activités salariales ont perdu leur première position (26,3%) au profit des activités libérales et ou indépendantes (41,6%). * statut professionnel dans le dernier PPI : Il est à noter que plus de 75% des émigrés ayant occupé un emploi autonome dans le dernier PPI ont effectué un investissement à leur retour contre 34,7% des salariés. * Niveau d instruction : Près de 50 % des investisseurs ont un niveau secondaire, 24,5 % ont un niveau primaire et 11 % supérieur. Il est à remarquer, par ailleurs, que les femmes émigrées jouent un rôle de plus en plus important dans la création de projets économiques du fait de leur haut niveau d instruction. Parmi les 11,5 % des femmes interrogées, 7 % sont à la tête de projets économiques. Question 6 : Puisque le choix du retour constitue une variable explicative des modes de réintégration des migrants, peut-on influencer le choix du retour par des compagnes d information? Plus de la moitié des migrants tunisiens de retour (52,7 %) affirment que la famille constitue la principale source d information dans le processus de retour. 14,6 % ont eu recours aux organisations gouvernementales et aux consulats pour obtenir des informations sur le retour. Plus d un quart sont revenus sans avoir eu recours aux sources d information. Les migrants contraints au retour se distinguent, en formant la catégorie la plus importante de personnes n ayant pas recueilli d information dans la phase pré retour (30,8%). Cela s explique par l interruption soudaine du projet migratoire et par le manque de temps nécessaire à la préparation du retour. Pour les migrants contraints au retour, la famille demeure la principale source d information, mais son rôle s avère toutefois amoindri par rapport aux migrants dont le retour est décidé. Avant le retour dans leur pays d origine, la quasi-totalité des migrants soit 85% ont discuté du retour (47 % en ont parlé souvent, 25,5 % parfois et 12,4% très rarement) contre 15 % des migrants qui ne l ont jamais fait. En analysant l impact de fréquence de discussions à propos du retour, on constate que plus la discussion est fréquente et régulière, plus le retour est décidé par le migrant (78,9 % contre 46,2 %) et s effectue dans des conditions favorables. Le choix du retour est généralement influencé par l entourage proche du migrant et dans une moindre mesure par des sources officielles appelées à orienter le migrant de retour afin de garantir une meilleure réinsertion. Les migrants sont demandeurs d information concernant les possibilités de réussir leur réinsertion. Ainsi des campagnes d information (sur les mesures d encouragement, les possibilités d investissement au niveau régional et sectoriel ainsi que sur les priorités d investissement inscrites dans les plans de développement) ciblées, permettraient de lutter contre l échec du retour et favoriser le développement du pays. 5

7 Question 7 : Comment et pour quelles raisons, le retour des migrants hautement qualifiés (le dit retour des cerveaux) en Tunisie diffère-t-il de celui des migrants moins qualifiés? Quelles conditions et perspectives de retour les caractérisent le plus? L émigration première de Tunisiens hautement qualifiés (étudiants et universitaires) vers les pays industrialisés, souhaitant continuer leurs études ou ayant accepter un contrat de travail, n a pas regagné la Tunisie. L émigration des migrants hautement qualifiés a continué,, notamment au cours des années 90, touchant les meilleures élites formées par les institutions universitaires tunisiennes qui sont parties en Europe et enamérique du Nord (USA et Canada). Ce drainage de compétences est certes avantageux pour les pays d accueil, mais l est bien moins pour les pays d origine. Conscients de la spécificité de cette catégorie de migrants et de l'importance de la participation des expatriés dans le développement de la Tunisie, les pouvoirs publics ont adopté une stratégie leur étant destinée, associant l ensemble des partenaires publics (Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Ministère des affaires sociales et des Tunisiens à l'étranger ) et privés. Cette démarche consiste à faire participer les Tunisiens de l étranger dans la définition des priorités au niveau de la recherche fondamentale ou appliquée et dans la mise en place des structures appropriées. Pour se faire, la Tunisie a noué un nouveau type de relation avec les migrant hautement qualifiés résidents à l étranger, reposant sur une collaboration virtuelle permettant l édification de la Tunisie de demain sur les plans technologiques, financiers et même humain. C est ainsi qu un réseau d élites tunisiennes résidentes à l étranger a été mis en place dans le but de mieux participer au développement de leur pays d origine. S'agissant du retour de cette catégorie, le retour temporaire est privilégié, dans le cadre de programmes de recherche ou d'enseignement. Une attention particulière est portée au secteur de la santé en renforçant les liens avec les émigrés compétents dans ce secteur, afin de consolider le rendement de la santé publique et des entreprises pharmaceutique. Question 8 : Peut-on approfondir l étape relative à l expérience migratoire vécue à l étranger, afin de comprendre l impact de celle-ci sur les modes de réintégration en Tunisie? Par exemple, peut-on dire qu une expérience d intégration réussie à l étranger signifie également une expérience de réintégration réussie en Tunisie, après le retour (temporaire ou permanent)? Au retour dans le pays d origine, les différents statuts professionnels ont connu des changements significatifs, c est ainsi que les activités salariales ont perdu la première position au profit des activités libérales indépendantes. En effet, les activités salariales n occupent plus que 26,3 % des migrants de retour contre 56,7 % dans le PPI quand aux activités libérales, elles ont connu une croissance très importante puisque 41,6 % des migrants de retour se sont mis à leurs propres comptes contre 18,2 % dans le PPI. Ceci montre l importance de la qualification acquise à l étranger par le migrant tant sur le plan économique que sur le plan du capital humain. Il est aussi important de souligner que le statut des migrants actifs au retour s est nettement amélioré par rapport au statut occupé à la veille du départ de la Tunisie. Cette expérience professionnelle migratoire vécue avant le retour au pays a fait diminuer le taux de chômage des personnes interrogées passant de 9,7 % à 6,4 %. Lors de leur retour les migrants 6

8 choisissent également des emplois plus stables. Avant le départ 15,5 % étaient des travailleurs saisonniers, alors que ce pourcentage n est plus que de 1,8 % au retour. Il est à remarquer que l effectif de femmes aux foyers était de 4,2 % avant le départ, au retour dans le pays d origine ce ratio n est plus que de 2,1 %. L amélioration constatée quant au statut de la femme émigrée engendre des effets bénéfiques sur le noyau familial participant ainsi à la réussite de la réintégration dans le pays d origine. Le migrant ayant accumulé du capital humain et social tout en valorisant ses compétences connaît une meilleure réintégration dans son pays d origine. La réussite de cette intégration reste tributaire, outre l expérience migratoire, de l espace de réintégration et des facteurs et circonstances motivants le retour dans le pays d origine. 7

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Transférabilité des compétences et réinsertion professionnelle des travailleurs qui rentrent au pays: l étude comparative de l ETF

Transférabilité des compétences et réinsertion professionnelle des travailleurs qui rentrent au pays: l étude comparative de l ETF Transférabilité des compétences et réinsertion professionnelle des travailleurs qui rentrent au pays: l étude comparative de l ETF EUROMED Migration III: Réinsertion sociale et professionnelle des migrants

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane)

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014 L entrepreneuriat féminin Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Introduction Les Midis de l Innovation sont une initiative du Département

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Prestations assurées par l ANETI

Prestations assurées par l ANETI Ministère de l Emploi l et de l Insertion professionnelle des Jeunes L Agence Nationale pour L emploi L et le Travail Indépendant Prestations assurées par l ANETI Présentation Création : Février 1993 Changement

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Observatoire National de l'emploi et des Qualifications Effet du stage en entreprise au cours des études sur l insertion des

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise L année 2009 a été le témoin d un grand bouleversement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de l auto-entrepreneur. Institué

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Pôle Universitaire Européen 163 rue Auguste Broussonnet 34090 Montpellier Tél : 04 67 41 93 33 poluniv@univ-montp2.fr http://www.poluniv-mpl.fr

Plus en détail

"Un regard sur la politique de formation en Suisse"

Un regard sur la politique de formation en Suisse "Un regard sur la politique de formation en Suisse" Jacques-André Maire Conseiller national, membre de la CSEC-WBK et de la CER-WAK Président du Groupe parlementaire pour la formation professionnelle Président

Plus en détail

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Quelques exemples Méthodologie et accompagnement Introduction Ce document présente quelques registres, critères et indicateurs d évaluation

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES»

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Code : 2900-02-15-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Date d approbation : 17 mars 2015 Service dispensateur : Services

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI Ministère à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance, de la Privatisation, de l Inspection Générale de l Etat et de l Administration Locale ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE

Plus en détail

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 Source : http://www.carim.org/public/polsoctexts/po3sou1316_1125.pdf Relevé

Plus en détail

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Juillet 2014 Rédaction Chakib Benzakour Traitement statistique Raluca Paula Filip

Plus en détail

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012 SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE Tunis 13 novembre 2012 Introduction La jeunesse est un stade qui sépare l enfance de l âge adulte de l individu, vécu différemment d une personne à une autre où chacun organise

Plus en détail

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Introduction Pourquoi cette enquête? Dans le cadre de la crise financière, les medias abordent le chômage des jeunes en Europe de manière récurrente.

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées TUNISIE La promotion de l emploi est annoncée, depuis plusieurs années, comme étant une priorité absolue de la stratégie de développement de la Tunisie, notamment dans un contexte qui demeure marqué par

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Numéro 19 Novembre 2009 Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Près de 7 diplômés sur 10 sont en emploi en février 2009 Situation

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel. Accompagnement des étudiants, levier à l employabilité?

Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel. Accompagnement des étudiants, levier à l employabilité? Zineb Rachedi-Nasri Maître de conférences en sociologie (Grhapes EA 7287) INSHEA 56 avenue des Landes 92150 Suresnes Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel.

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Sozialamt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des affaires sociales Rathausgasse 1 3011 Berne Tél. +41

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

En 2006, des élections présidentielles se sont tenues

En 2006, des élections présidentielles se sont tenues Argentine Belize Bolivie Chili El Salvador Équateur Guatemala Guyana Honduras Mexique Nicaragua Paraguay Pérou Suriname Uruguay Venezuela Amérique latine (Plan d action de Mexico) Environnement opérationnel

Plus en détail

Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études

Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études Résumé de la note de recherche 9 Cette note de recherche s intéresse aux parcours scolaires des étudiants de première

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins 3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins Allocution de Monsieur Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Marrakech, 17-18 février 2014 Monsieur le Chef du Gouvernement, Monsieur le Secrétaire Général

Plus en détail

Création et reprise d entreprise dans le secteur de la coiffure

Création et reprise d entreprise dans le secteur de la coiffure Création et reprise d entreprise dans le secteur de la coiffure Sources Etude 2009 ISM/FNC réalisée auprès d un échantillon de 500 entreprises de coiffure créées ou reprises ces 3 dernières années. Avec

Plus en détail

Les immigrés et l emploi (Vol. 2) : l intégration sur le marché du travail en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au Portugal

Les immigrés et l emploi (Vol. 2) : l intégration sur le marché du travail en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au Portugal Les immigrés et l emploi (Vol. 2) : l intégration sur le marché du travail en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au Portugal Synthèse et recommandations BELGIQUE En Belgique, les performances des migrants

Plus en détail

L emploi par-delà la crise Note de synthèse

L emploi par-delà la crise Note de synthèse L emploi par-delà la crise Note de synthèse Conseil d orientation pour l emploi Laurence Gaune Tél : 01 42 75 63 33 06 28 46 20 76 Contacts TNS Sofres Emmanuel Rivière Eric Chauvet Céline Azzi 16/06/2010

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT. www.angem.dz

IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT. www.angem.dz IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT www.angem.dz IV.1 PRÉSENTATION DE L ANGEM L ANGEM est née dans un environnement économique et social très favorable. Depuis 1999, les taux de croissance annuels

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mars 2015 Levée d embargo le 27 Mars 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum

Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum Eine deskriptive Analyse Prof. Dr. Yvonne Seiler Zimmermann printed in switzerland Gedruckt in der Schweiz stampato in Svizzera

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail