COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur"

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2509/03 FR Orig. EN Bruxelles, le 3 mars 2003 MARKT/F3/UL D(2003) NOTE DES SERVICES DE LA COMMISSION Objet: I Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'union européenne Recommandations des services de la Commission Introduction Contexte 1. Le projet Solvabilité II a été lancé en vue d'étudier la nécessité de réviser le système de solvabilité aujourd'hui en vigueur dans l'union européenne. Il a été scindé en deux phases, dont la première touche à présent à son terme. Au cours de cette première phase, les services de la Commission et les États membres ont examiné un certain nombre de questions (utilisation des systèmes fondés sur le risk-based capital, leçons à tirer du processus de Bâle engagé dans le secteur bancaire, utilisation des modèles internes, évolution impulsée par l'approche Lamfalussy, liens entre comptes financiers et comptes prudentiels, etc. 1 ), afin de réfléchir à la forme globale à donner à un futur système européen de solvabilité. 2. Dans le document MARKT/2535/02, intitulé «Considérations sur la forme d'un futur système de contrôle prudentiel», les services de la Commission résumaient le travail accompli au cours de la première phase et donnaient une vue d'ensemble des solutions envisageables au titre d'un système Solvabilité II. Ce document a été discuté lors des réunions du sous comité Solvabilité du CA tenues les 7 et 14 février Les services de la Commission ont également reçu un certain nombre d'observations écrites de la part des États membres, du secteur de l'assurance et des autres parties intéressées. Les présentations et les débats qui ont eu lieu à l'occasion du Solvency Market Day ont encore fourni un éclairage utile. 1 Tous les documents relatifs au projet Solvabilité II peuvent être téléchargés à partir de la page consacrée à l'assurance sur le site Internet de la Commission: Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie, B-1049 Brussel Belgique. Téléphone: Bureau: C107 1/58. Téléphone: ligne directe Télécopieur:

2 Objectif de la présente note 3. La présente note vise à préparer le débat d'orientation que tiendra le comité des assurances, le 9 avril prochain, sur la direction à donner désormais au projet Solvabilité II. 4. Faisant suite au document MARKT/2535/02 (et au questionnaire correspondant, portant la référence MARKT/2500/03), elle expose les idées provisoires des services de la Commission sur la forme globale à donner à un futur système européen de solvabilité. Ces recommandations sont toutefois susceptibles de modifications, à la lumière des conclusions du débat d'orientation du CA. 5. En fin de note, les services de la Commission font des observations sur le travail qu'il conviendra d'accomplir dans le cadre de la seconde phase du projet Solvabilité II. 2

3 II Considérations générales sur un futur système européen de contrôle prudentiel Points de départ 6. Le nouveau système doit doter les autorités de contrôle des instruments nécessaires pour évaluer correctement la «solvabilité globale» d'une entreprise d'assurance. En d'autres termes, il ne doit pas uniquement prévoir des indicateurs et ratios quantitatifs, mais aussi couvrir des aspects qualitatifs influençant l'exposition au risque de l'entreprise d'assurance considérée (gestion, contrôle interne des risques, position concurrentielle, etc.). 7. Un système de solvabilité défini dans cette acception large pourrait utilement se fonder sur une structure à trois piliers du type proposé par le comité de Bâle, avec les ajustements que requiert le contrôle des assurances. L'adoption d'une telle structure supposerait néanmoins de tenir spécialement compte de l'interaction s'exerçant entre contrôle quantitatif et qualitatif au titre des différents piliers ainsi que du rôle de la publicité de l information. L'importance du processus de surveillance prudentielle (deuxième pilier) serait notamment soulignée. Les recommandations provisoires des services de la Commission, présentées ci-après, sont organisées autour d'une structure à trois piliers. 8. Le système de solvabilité doit encourager et même inciter les entreprises d'assurance à mesurer et à gérer leurs risques. À cet égard, il existe clairement le besoin d'élaborer des principes européens communs de gestion des risques et de surveillance prudentielle. En outre, les exigences quantitatives de marge de solvabilité doivent couvrir les risques les plus importants auxquels les entreprises d'assurance sont exposées. Cette approche axée sur les risques devrait conduire à la reconnaissance (totale ou partielle) des modèles internes, sous réserve que ceux-ci permettent aux entreprises d'assurance d'améliorer leur gestion des risques et reflètent mieux leur véritable profil de risque qu'une formule standard. 9. Afin de clarifier les différents rôles joués par les exigences de fonds propres dans le système de solvabilité, les services de la Commission trouveraient pertinent d'opérer une distinction entre une exigence «cible» qui serait fondée sur le besoin de fonds propres économiques, défini en fonction d'une certaine probabilité de faillite, et une exigence minimale absolue, plus faible et plus aisément calculable. Une telle approche à deux niveaux des exigences de fonds propres offrirait l'avantage d'accorder aux autorités de contrôle et aux entreprises d'assurance le temps nécessaire pour prendre les mesures correctives qui peuvent s'imposer. 10. Pour garantir la cohérence requise entre secteurs financiers, le système Solvabilité II doit, dans sa forme générale, être compatible avec l'approche et les règles applicables dans le secteur bancaire. Des produits présentant des risques similaires devraient, en principe, être assujettis au même type de contrôle et faire l'objet des mêmes exigences de marge de solvabilité ou d'adéquation des fonds propres. 3

4 11. Le nouveau système de solvabilité doit viser un contrôle plus efficace des groupes d'assurance et des conglomérats financiers. Si le principe de base est celui d'un contrôle exercé «en solo», des formes de coopération et de coordination entre les autorités compétentes pourraient néanmoins être développées. Les services de la Commission vont donc réfléchir plus avant à la répartition des missions prudentielles aux niveaux de l'entreprise individuelle et du groupe. En outre, il conviendrait d'inviter la Conférence des autorités de contrôle européennes à intensifier ses efforts en vue de renforcer l'efficacité du contrôle exercé sur les groupes. La reconnaissance possible des modèles internes utilisés au niveau des groupes soulève également la question de cette coopération des autorités de contrôle. 12. Le futur système doit conduire à une harmonisation accrue des méthodes de contrôle quantitatif et qualitatif et, partant, contribuer à l'instauration de conditions de concurrence égales dans le secteur de l'assurance ainsi qu'entre les secteurs financiers. Par conséquent, il doit, dans la mesure du possible, être fondé sur le principe d'une harmonisation maximale. Cet avis est clairement partagé par le secteur de l'assurance, le Parlement européen et le Comité économique et social européen. 13. Le futur régime réglementaire et prudentiel doit être aussi souple et efficace que possible. Il doit être adaptable à la nature changeante des opérations d'assurance comme à l'évolution rapide des produits, des techniques et des modèles. Il conviendrait donc de recourir à l'approche Lamfalussy ou à la comitologie afin d'élaborer un cadre prudentiel permettant l'emploi de méthodes plus complexes tout en conservant une certaine souplesse. Le comité des assurances ou l'organe qui lui succédera conservera un rôle pivot d'orientation des travaux effectués au titre du projet Solvabilité II conformément à l'approche Lamfalussy. Une coopération étroite entre le comité des assurances «nouvelle version» et la Conférence des autorités de contrôle européennes sera nécessaire. En tant que futur organe de niveau 3 selon l'approche Lamfalussy, celle-ci revêtira d'ailleurs une importance croissante pour la fourniture d'avis techniques à la Commission. Contexte international 14. Pour promouvoir une plus grande convergence des efforts de normalisation prudentielle, le futur système doit aussi tenir compte des projets menés en la matière au niveau international et notamment des travaux réalisés par des organisations telles que l'association internationale des contrôleurs d'assurance (AICA), l'association actuarielle internationale (AAI) et l'international Accounting Standards Board (IASB). Une contribution importante de l'union européenne à ces projets est également cruciale, pour garantir un échange bilatéral d'idées. 15. Les orientations, les normes et les principes de solvabilité définis par l'aica doivent être pris en considération dans la seconde phase du projet Solvabilité II. Étant donné la forte implication européenne dans les travaux menés par l'aica en matière de solvabilité, les services de la Commission estiment qu'une coordination des deux projets serait à la fois possible et mutuellement bénéfique. De plus, le calendrier de travail de l'aica semble correspondre à celui de l'ue. 4

5 16. Les services de la Commission estiment aussi que l'engagement de la profession actuarielle AAI/groupe consultatif actuariel européen et les travaux qu'elle réalise seront importants pour la poursuite du projet Solvabilité II. Par sa participation à des groupes de travail technique, le groupe consultatif conservera notamment un rôle de premier plan. De plus, le groupe de travail constitué par l'aai sur «une structure de solvabilité et de capital fondée sur le risque» (riskbased solvency capital structure) rendra son rapport en mai Ce rapport ainsi que la contribution de spécialistes de l'aai/du groupe consultatif pourraient se révéler utiles pour la définition d'un niveau de capital souhaitable («exigencecible») ainsi que pour l'élaboration de critères de validation des modèles internes. 17. Comme le concluait le rapport du Forum Group on Reporting Requirements 2, les règles comptables élaborées par l'iasb contribueront, de manière décisive, à faire converger comptes financiers et prudentiels. Le projet de l'iasb sur la comptabilité des assurances influera clairement sur le projet Solvabilité II. L'IASB a scindé son travail en deux phases, dont la première prévoit la mise en place de solutions temporaires à compter de 2005, et la seconde l'application d'une norme complète spécifique à l'assurance à partir de 2007 ou de Cette norme constituera une référence importante pour les travaux réalisés dans le cadre du projet Solvabilité II. 18. Les services de la Commission estiment que les exigences d'information formulées au titre du projet Solvabilité II devront tenir compte de l'avancement des travaux menés par l'iasb. Il conviendrait ainsi de prévoir la mise en œuvre de règles comptables compatibles avec leur résultat probable. Dans les domaines où les états financiers prescrits par l'iasb ne permettraient pas de répondre au besoin d'information des autorités de contrôle, des retraitements ou des compléments d'information pourraient toutefois se révéler nécessaires. Les règles comptables actuellement en vigueur, pour autant qu'elles soient conformes au résultat probable des travaux de l'iasb, pourraient servir de base à l'élaboration de critères quantitatifs dans le cadre du projet Solvabilité II. 2 Ce rapport peut être téléchargé à partir de la page consacrée aux services financiers sur le site Internet de la Commission: 5

6 III Recommandations provisoires pour un futur système européen de contrôle prudentiel Ces recommandations suivent l'ordre de présentation de l'annexe au document MARKT/2500/03. Recommandations pour le premier pilier Provisions techniques d'assurance non vie 19. La plus grande harmonisation des provisions de sinistres doit constituer un volet essentiel du nouveau système européen de solvabilité. À cette fin, les services de la Commission recommandent la fixation d'un seuil quantitatif de référence pour le niveau de prudence des provisions techniques ainsi que l'élaboration d'une norme en matière de provisions techniques qui contienne des éléments relevant tant du premier que du deuxième piliers. S'ils conviennent de la difficulté d'établir les distributions de probabilités correspondantes, les services de la Commission estiment néanmoins qu'une telle approche pourrait favoriser un processus de provisionnement structuré, stimuler le processus de surveillance prudentielle et encourager le développement des modèles internes. La question du seuil de référence à retenir devra être discutée plus avant. Par ailleurs, les techniques et les méthodes prescrites par la norme devront être compatibles avec celles utilisées pour établir les comptes conformément aux règles énoncées par l'iasb. 20. L'utilisation actuelle de la provision pour égalisation pourrait changer l'iasb étant susceptible de la classer dans les fonds propres. Les services de la Commission considèrent toutefois que, dans le cadre du futur système européen de solvabilité, les entreprises d'assurance devraient conserver la possibilité de constituer des réserves en franchise d'impôt, en tant que capital affecté, et de prendre en compte de telles réserves statutaires pour satisfaire aux exigences de marge de solvabilité. Ils estiment aussi que la question devrait être traitée à un stade ultérieur du projet, lorsque la structure générale des exigences de fonds propres et leur lien avec l'information financière auront été définis. Provisions techniques d'assurance vie 21. Les règles actuelles d'établissement des provisions techniques d'assurance vie seront probablement revues à la lumière d'un nouveau système de solvabilité à deux niveaux et de la mise en application des solutions comptables conçues par l'iasb. Cet organisme devrait utiliser un taux de marché hors risque pour l'actualisation des flux de trésorerie et instaurer des règles d'évaluation applicables aux options intégrées et aux garanties incluses dans les produits d'assurance vie. Cela considéré, il sera peut-être nécessaire d'élaborer une norme prudentielle afférente aux provisions techniques d'assurance vie, qui exigerait aussi bien une marge prudentielle qu'une réserve de résistance (resilience reserve). Un travail détaillé en la matière devra être accompli au cours de la seconde phase du projet Solvabilité II. 6

7 Investissement 22. Certains ont fait valoir que les règles de solvabilité aujourd'hui en vigueur dans l'union européenne couvraient insuffisamment le risque d'actif, en particulier en assurance non vie. Les services de la Commission recommandent donc que celui-ci soit intégré plus explicitement dans le calcul du niveau de capital souhaitable. On peut en outre discuter de la question de savoir si le nouveau système doit prévoir un nombre restreint de limites quantitatives (ou «filets de sécurité») pour réduire le risque inhérent à des portefeuilles très déséquilibrés. Il convient, par ailleurs, de déterminer si ces limites quantitatives doivent obéir au principe d'une harmonisation minimum ou, au contraire, maximum. 23. Les services de la Commission tendent à penser que non seulement les provisions techniques, mais aussi l'exigence de fonds propres correspondant au niveau de capital souhaitable devraient être couverts par des actifs sûrs, diversifiés et adéquatement dispersés. Une période transitoire pourrait se révéler nécessaire pour l'introduction d'une telle exigence. Règles sur les fonds propres 24. Les services de la Commission proposent de fixer des exigences réglementaires de fonds propres à deux niveaux: un niveau de capital souhaitable et un niveau de capital minimum. Tous deux seraient contraignants pour les sociétés, le système réglementaire prévoyant les interventions prudentielles et les sanctions déclenchées par leur non-respect. En outre, il pourrait être nécessaire de définir des actions prudentielles graduées dans le cas où la capitalisation d'une entreprise d'assurance se situe entre le niveau souhaitable et le niveau minimum (ou «garde-fou») (voir le deuxième pilier). 25. Le niveau de capital souhaitable devrait, en principe, correspondre aux fonds propres économiques dont une société a besoin pour fonctionner avec une faible probabilité de faillite, qui serait quantifiée. Le calcul de l'exigence de fonds propres correspondante devrait prendre en considération et quantifier la plupart des risques auxquels une entreprise d'assurance est exposée. Les services de la Commission estiment que, dans le cas des sociétés opérant dans des conditions normales, le niveau de capital souhaitable devrait constituer le principal instrument de contrôle prudentiel. Il conviendrait d'élaborer un cadre standardisé au niveau européen, avec l'aide éventuelle de l'aai/du groupe consultatif. Un jeu de coefficients européens standard pourrait ainsi être mis au point, tout en laissant aux pays disposant de statistiques suffisantes la possibilité d'utiliser leurs propres coefficients. Le cadre standardisé susmentionné pourrait donc être conçu de façon modulaire. De plus, il devrait tenir compte des couvertures de réassurance et traiter de la question des sinistres de faible fréquence, mais de forte intensité. L'horizon temporel et le niveau de confiance devraient aussi entrer en ligne de compte. 7

8 26. Le nouveau système européen devrait autoriser les sociétés à recourir à des modèles internes de risques pour calculer le niveau souhaitable de leur fonds propres. Cette option devrait toutefois être assujettie à la validation, par l'autorité de contrôle, du modèle interne de risques utilisé. Des critères de validation devraient donc être définis au niveau européen, avec l'aide éventuelle de l'aai/du groupe consultatif et de l'aica ainsi qu'en se fondant sur l'expérience du secteur bancaire. Des modèles partiels pourraient être reconnus, afin d'encourager l'utilisation des modèles internes en général. 27. Un niveau de capital minimum («garde-fou») devrait être établi en tant que seuil déclencheur d'une intervention prudentielle de dernier ressort. Il devrait être calculé de manière simple et objective, dès lors que l'intervention prudentielle, à un tel niveau, peut impliquer une décision de justice dans certains pays. Ce calcul pourrait être effectué de manière indépendante, ou on pourrait retenir une fraction du niveau de capital souhaitable. Les services de la Commission trouveraient avantageux d'opter pour la première option. Le niveau de capital minimum pourrait être calculé de manière similaire à l'actuelle exigence de marge de solvabilité, avec l'ajout de certains éléments visant à rendre cette exigence plus efficace dans ses effets. Une solution consisterait à exprimer l'exigence en pourcentage des provisions techniques (calculées d'une manière plus harmonisée). Le minimum absolu pourrait être fixé au même niveau, environ, que le prévoit le système actuellement applicable en non vie. En vie, d'autres considérations seront peut-être nécessaires pour fixer le niveau du garde-fou. Enfin, les services de la Commission ne prévoient pas que l'utilisation de modèles internes puisse remplacer l'exigence de capital minimum. Recommandations pour le deuxième pilier Contrôle interne et gestion des risques 28. Des principes relatifs au contrôle interne dans les entreprises d'assurance devraient être développés conformément aux futures recommandations du groupe de Madrid institué par la Conférence (voir la partie IV ci-après). 29. Les entreprises d'assurance devraient aussi être tenues d'appliquer des principes de saine gestion des risques. De tels principes pourraient être élaborés sur la base du cadre général défini par le groupe de Londres (ou «Sharma») 3 institué par la Conférence (voir la partie IV ci-après), mais aussi s'inspirer de ce qui se fait dans le secteur bancaire. Il devrait notamment s'agir de principes concernant les activités de souscription et d'instructions générales afférentes à la gestion des polices, des sinistres et des provisions techniques. 30. Les entreprises d'assurance devraient, en outre, avoir l'obligation de présenter un plan relatif à leur politique d'investissement, qui renforce leur gestion financière. 31. Il conviendrait aussi d'attacher une importance particulière à l'adéquation des actifs et des passifs et à la gestion actif-passif ainsi qu'à la structure des programmes de réassurance souscrits par les entreprises d'assurance. 3 Le rapport de ce groupe peut être téléchargé à partir de la page consacrée à l'assurance sur le site Internet de la Commission (ibid. note n 1). 8

9 32. Enfin, les entreprises d'assurance pourraient être tenues de faire preuve d'une attitude loyale et équitable (fair attitude) à l'égard des assurés, en ce qui concerne, par exemple, leur politique de partage des bénéfices et la divulgation d'informations (voir également le troisième pilier). Processus de surveillance prudentielle 33. Le processus de surveillance prudentielle est essentiel au bon fonctionnement d'un nouveau régime européen de solvabilité. Plusieurs aspects importants d'un tel processus pourraient utilement être harmonisés au niveau européen, sans que soit pour autant perdue de vue la nécessité d'un contrôle adapté aux besoins des différentes sociétés. 34. Les autorités de contrôle ont, en effet, besoin d'un cadre commun pour évaluer les pratiques du gouvernement d'entreprise. Des indicateurs d'alerte précoce et des scénarii de référence en matière de tests de résistance (stress tests) pourraient aussi être harmonisés au niveau européen, avec des adaptations possibles en fonction des caractéristiques de chaque marché. Le processus de surveillance prudentielle devrait également comprendre une analyse de l'évolution à long terme des entreprises d'assurance, en vue d'apprécier leur situation financière sur une base continue. 35. Par ailleurs, un jeu minimum de statistiques communes harmonisées faciliterait la communication entre les autorités de contrôle et promouvrait la convergence des pratiques prudentielles. 36. Enfin, on pourrait fixer des critères minimums pour les contrôles sur place, car ceux-ci risquent de devenir un volet obligatoire de la procédure de validation des modèles internes. Coordination de l'action prudentielle en temps de crise 37. Le nouveau système de solvabilité devrait traiter de la nécessaire coordination de l'action prudentielle lorsqu'une ou plusieurs entreprises, voire un marché entier, éprouve(nt) des difficultés à remplir les obligations prudentielles qui lui ou leur incombent. En outre, il devrait éviter de fixer des obligations procycliques pouvant aggraver une situation d'ores et déjà difficile. Pouvoirs et mesures prudentiels 38. Comme indiqué ci-dessus lors de la discussion des deux niveaux réglementaires de capital envisagés, les pouvoirs d'intervention et les responsabilités des autorités de contrôle devraient être précisément définis. 39. L'objectif d'un renforcement du processus de surveillance prudentielle est de mieux ajuster le système prudentiel au profil de risque de chaque entreprise d'assurance. Dans certains cas particuliers, les autorités de contrôle pourraient ainsi fixer des exigences allant au-delà des exigences standard ou demander la divulgation d'informations plus détaillées. À cet égard, il conviendrait d'élaborer des principes généraux régissant les dérogations aux règles de base. 9

10 Transparence des contrôles et responsabilité des autorités de contrôle 40. Il conviendrait de fixer des principes garantissant la transparence de l'action prudentielle vis-à-vis du marché. Les critères généraux et la méthode d'évaluation employés par les autorités de contrôle doivent ainsi être rendus publics. Contrôle par les pairs 41. La plus grande complexité du futur système de solvabilité en général et l'importance accrue de l'action prudentielle menée au titre du deuxième pilier en particulier pourraient rendre nécessaire l'instauration d'un processus de contrôle par les pairs des méthodes de travail utilisées par les autorités de contrôle, afin de renforcer le système en question. L'organisation d'un tel contrôle pourrait, par exemple, incomber à la Conférence des autorités de contrôle européennes. Bien qu'aucune discussion détaillée à ce sujet n'ait encore eu lieu au niveau européen, les services de la Commission estiment que celui-ci devrait être traité dans le cadre du projet Solvabilité II. Recommandations pour le troisième pilier 42. La publication d'informations au titre du troisième pilier constituera un volet important du futur système de contrôle prudentiel applicable à l'assurance dans l'union européenne. Transparence et publicité pourraient, en effet, contribuer à renforcer les mécanismes du marché ainsi que la surveillance fondée sur les risques. Dépendant des méthodes et des mesures adoptées pour les premier et deuxième piliers, les exigences d'information relevant du troisième pilier ne pourront toutefois être définies que lors des travaux devant désormais être accomplis dans le cadre du projet Solvabilité II. 43. À cet égard, les services de la Commission estiment dans l'esprit des recommandations formulées par le Forum Group on Reporting Requirements qu'il convient de suivre de près l'avancement des travaux menés par l'iasb, l'aica (notamment via son sous comité sur la publicité renforcée Subcommittee on Enhanced Disclosure) ainsi qu'au titre du projet Bâle II, de manière à coordonner les exigences d'information en vue de réduire la charge administrative imposée aux entreprises. 44. Cependant, il faut réfléchir soigneusement à la question de savoir si certaines informations à visée prudentielle doivent ou non être rendues publiques. Cette question se pose avec une acuité particulière pour les sociétés ayant du mal à remplir leurs obligations réglementaires, le simple fait de publier cette information pouvant fortement aggraver leur situation. 10

11 IV Prochaines étapes du projet Solvabilité II 45. Sous réserve que le comité des assurances avalise, d'une manière générale, les recommandations incluses dans la présente note, les services de la Commission entendent élaborer un document de gestion de projet détaillant l'organisation et le calendrier provisoire des prochaines étapes du projet Solvabilité II. Ce document sera discuté au sein du sous comité Solvabilité du CA, puis présenté au CA (éventuellement à sa réunion du mois de juillet) pour débat et approbation. 46. Le projet Solvabilité II recouvre un certain nombre de tâches extrêmement complexes et impliquant une charge de travail importante. Le document de gestion de projet formulera donc des propositions sur la manière dont ces tâches pourraient être structurées et réparties entre les groupes de travail de la Commission ainsi qu'entre les groupes de travail de la Conférence (dans l'esprit de l'approche Lamfalussy) et mentionnera les cas où des intervenants extérieurs pourraient être invités à fournir matière à réflexion. Il fixera, en outre, les modalités selon lesquelles les différents groupes de travail devront faire rapport ainsi que le mode de leurs relations. 47. L'organisation du projet Solvabilité II dépendra toutefois des décisions qui seront prises concernant l'extension de l'approche Lamfalussy à l'assurance. Les services de la Commission estiment que celle-ci offre clairement des avantages et que les concepts généraux qu'elle définit pourraient aussi être appliqués dans le domaine du contrôle des assurances. Dans tous les cas, ils tiendront le CA informé de l'évolution de la question. 48. Le modèle, qui a prouvé sa valeur, utilisé pour les groupes de travail technique sur les provisions techniques d'assurance non vie et sur l'assurance vie, pourrait être repris pour la création de groupes dont le fonctionnement serait dirigé ou facilité par la Commission. Ces groupes seraient essentiellement composés de spécialistes émanant des autorités de contrôle des États membres. Étant donné les contraintes de ressources à la Commission, il est également probable que les États membres devraient assurer le secrétariat de certains d'entre eux. Il est enfin envisagé que des spécialistes externes compétents dans les matières traitées (actuaires, comptables, experts de sociétés) soient invités à participer au travail de certains groupes. 49. Comme indiqué précédemment, la Conférence des autorités de contrôle européennes continuera à jouer un rôle important dans le projet Solvabilité II, même si sa contribution risque de changer de nature dans le cadre de l'approche Lamfalussy envisagée. Le rapport produit par le groupe de Londres (ou groupe Sharma), qui a fourni un aliment précieux aux discussions tenues lors de la première phase, servira ainsi de base à la plupart des travaux de seconde phase sur la gestion des risques. Pareillement, les conclusions du groupe de Madrid sur le contrôle interne des risques seront directement intégrées à ces travaux de seconde phase. Conformément à l'approche Lamfalussy, la Commission, au niveau 2, demandera donc à la Conférence, au niveau 3, d'entreprendre de nouveaux travaux. 11

12 50. Les services de la Commission pourront également demander à des parties extérieures (telles que le CEA ou les organisations représentatives des mutuelles) d'apporter une contribution ou de fournir des informations de référence aux groupes de travail. 51. Le projet Solvabilité II requerra la mobilisation de ressources humaines importantes au niveau tant de l'union européenne que des États membres. Il est toutefois peu probable que les équipes de la Commission en charge du dossier «assurance» puissent être renforcées de manière significative. Par conséquent, l'essentiel du travail technique devra être accompli par des experts nationaux. 52. Enfin, le projet Solvabilité II est un projet à long terme, ce qui implique que différents jeux de règles pourront être introduits à différents moments. Pendant un certain temps, il y aura ainsi coexistence de règles prudentielles anciennes et nouvelles. Les services de la Commission estiment qu'une telle période transitoire sera nécessaire au bon calibrage des nouvelles règles et permettra une bonne compréhension des différences potentielles entre ancienne et nouvelle approches. 12

Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue

Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue MARKT/2503/03 FR Orig. EN Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue (Recommandations des services de la Commission) Commission européenne,

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS 1. Rappels : Objectif et organisation du projet L objectif du projet Solvabilité 2 est d effectuer une révision de l ensemble des règles

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Principes et objectifs de financement des

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) 6690/3/08 REV 3 RC 1 COASI 47 PROPOSITION Origine: Commission En date du: 14 janvier

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de Cette note a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE pour apporter des conseils aux pays mettant en œuvre l ITIE sur la manière de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Les lecteurs

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS 59th UIA CONGRESS Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE Jeudi 29 octobre 2015 LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS Enrique Sanz Fernández-Lomana C/ Serrano

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Orientations relatives aux limites des contrats

Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA-BoS-14/165 FR Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Gîrbină Maria Mădălina L objective de notre intervention est de soumettre aux attention deux sujets d actualité pour la communauté comptable

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 24.2.2009 C 45/1 I (Résolutions, recommandations et avis) AVIS BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 7 novembre 2008 sur une proposition de décision de la Commission instituant

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Nom de la société de réassurance A. Conseil d'administration Etat d'avancement fin 2013 Etat d'avancement projeté

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA-BoS-14/174 FR Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

Orientations sur l'approche par transparence

Orientations sur l'approche par transparence EIOPA-BoS-14/171 FR Orientations sur l'approche par transparence EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance I. Introduction Plus de dix ans après la signature par les partenaires sociaux européens de l'accord-cadre

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2013 C(2013) 9098 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2013 complétant la directive 2011/61/UE du Parlement européen et du Conseil en ce

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Concept "qualité" Forum/KSK

Concept qualité Forum/KSK Concept "qualité" Forum/KSK Concept pour l'introduction d'une gestion institutionnalisée de la qualité, au sens de la LAMal dans les EMS suisses Répertoire 1. Introduction 1.1. Situation initiale 1.2.

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978)

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Légende: Conformément au mandat qui lui a été confié le 17 octobre

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28.9.2010 C(2010) 6418 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 28.9.2010 sur la reconnaissance du cadre juridique et du dispositif de surveillance du Japon comme étant équivalents

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE Conseil de l'union européenne 10879/15 (OR. en) PRESSE 50 PR CO 42 RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL 3403 e session du Conseil Affaires économiques et financières Bruxelles, le 14 juillet 2015 Président

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

Annex to MARKT/2508/02 FR. COMMISSION EUROPÉENNE DG marché intérieur. Bruxelles, le 1er février 2002 MARKT/C2/UL D(2002)

Annex to MARKT/2508/02 FR. COMMISSION EUROPÉENNE DG marché intérieur. Bruxelles, le 1er février 2002 MARKT/C2/UL D(2002) COMMISSION EUROPÉENNE DG marché intérieur Annex to MARKT/2508/02 FR INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance Bruxelles, le 1er février 2002 MARKT/C2/UL D(2002) NOTE A L'INTENTION DES MEMBRES DU SOUS-GROUPE DU

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Rapport du Comité d'audit

Rapport du Comité d'audit Cote du document: EB 2008/93/R.25 Point de l'ordre du jour: 11 e) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d'audit Conseil d'administration Quatre-vingt-treizième

Plus en détail

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Sommaire 1. Contrats d assurance... 2 2. Contrats de location... 4 3. Campagne d améliorations 2012-2014... 5 4. Vente ou apport en nature d actifs

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail