Dette odieuse : toute une histoire. Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dette odieuse : toute une histoire. Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011"

Transcription

1 Dette odieuse : toute une histoire Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011

2 Mexique 1861 : Juarez déclare un gel de deux ans du remboursement de la dette extérieure, contractée par différents régimes dont celui du dictateur Antonio Lopez de Santa Anna. Un acte unilatéral

3 Aux yeux de Juarez, cette dette ne constitue pas un impératif. Il préfère se consacrer à la reconstruction du pays suite à la guerre civile de

4 Réaction de la France, du Royaume Uni et de l'espagne : occupation française et fondation de l'empire dirigé par Maximilien d'autriche. Maximilien contracte de nombreuses dettes à fort taux d'intérêt afin de maintenir sa domination. Il est destitué en 1867.

5 La loi du 18 juin 1883, dite loi sur le règlement de la dette nationale, répudie effectivement les dettes contractées de 1857 à 1860 et de 1863 à 1867.

6 Etats-Unis A la fin de la guerre civile, un amendement à la constitution déclare la dette de la Confédération contractée 'in aid of insurrection or rebellion against the United States' nulle.

7 Cuba er exemple international. En 1897, soucieux de leurs intérêts géostratégiques, les USA soutinrent la cause cubaine et entrèrent en guerre contre la couronne hispanique. Ils mirent rapidement fin au conflit et remportèrent, entre autres, la souveraineté de l'ile.

8 L'Espagne réclama aux USA le paiement des créances qu'elle et d'autres puissances européennes (notamment la France et la Belgique) détenaient sur le peuple cubain. Ces créances avaient été contractées par les agents de la régence espagnole sur les marchés internationaux sous formes d'obligation.

9 L'Espagne appuyait sa requête sur les exemples passés de ses anciennes colonies qui avaient pris à leur charge la part de la dette publique espagnole ayant servi à leur colonisation. Elle s'appuyait également sur le propre exemple des USA, qui avaient reversé plus de 15 millions de livres sterling au Royaume Uni lors de leur accession à l'indépendance

10 Contre cette tendance respectée à l'époque les USA répondirent que cette dette, imposée au peuple cubain sans son accord et par la force des armes, constituait l'un des motifs de la révolte cubaine. Ils ajoutèrent que les créanciers avaient pris le risque de leurs investissements : ils savaient que ces dettes servaient l'asservissement d'un peuple.

11 1898 : Traité de Paris. L'Espagne reconnaît qu'avant 1860, une partie du revenu de l'ile a financé les dépenses nationales espagnoles; qu'entre 1861 et 1880, les dettes contractées par la régence ont financé l'expédition espagnole au Mexique, à la tentative de récupération de Santo Domingo, et à la répression des soulèvements populaires cubains entre 1868 et 1878.

12 Au total, les dettes de la régence avaient été contractées sous le droit espagnol et non cubain, et obligeaient l'espagne et non l'ile. Ni les USA, ni Cuba ne remboursèrent la dette et les créanciers ne recouvrirent jamais leur 'dû'.

13 Leçons des exemples mexicains et cubains. L'exemple mexicain illustre la 'politique de la canonnière', utilisée par les grandes puissances européennes dans le recouvrement de leurs créances. Le Venezuela en fera les frais en 1902, malgré le précédent américain.

14 Convention de Drago-Porter de 1907 : le recours à la force dans le recouvrement de créances sera limité aux situations où l'etat débiteur adopte un comportement non-coopératif (refus de négociation ou non-respect de ses engagements).

15 Après le Traité de Paris, la communauté internationale reconnaît implicitement le concept de dette odieuse. Seule une puissance occidentale pouvait imposer ces pratiques.

16 Union soviétique Le parti bolchévique répudie la dette tsariste que le gouvernement provisoire avait décidé d'honorer.

17 Les détracteurs de la doctrine avancent : 1. le contexte radical du changement de régime isole cette répudiation du champ d'application. 2. il s'agit d'un acte unilatéral non sanctionné par une cour arbitrale. 3. En 1996, la Fédération de Russie s'est engagée à apurer ces dettes envers la France. (400 millions $)

18 Les traités de paix post conflits mondiaux. Traité de Versailles de 1919 : annule officiellement la dette réclamée par l'allemagne et la Prusse au nouvel Etat polonais. Traité entre la France et l'italie de 1947 : il déclare 'inconcevable que l'ethiopie assure le fardeau des dettes contractées par l'italie afin d'assurer sa domination sur le territoire Ethiopien'.

19 Ce rejet des dettes de guerre par l'etat successeur est ancien Traité de Campoformio entre la France et l'italie (1797) Traité de Tilsit (1807) entre la France et la Prusse Traité de Vienne (1864) entre le Danemark, Prusse et Autriche. Etc...

20 Pratiques liées aux conditions politiques : ainsi la Tchécoslovaquie paya 33 % des emprunts de guerre autrichiens souscrits sur son territoire.

21 Ces traités de paix ont étendu de manière très large la notion de 'dette de guerre' : Un emprunt contracté par l'allemagne en 1917 pour la construction d'un pont à Teschen (Haute Silésie) a été considéré comme un emprunt de guerre par la commission des réparations allemandes du seul fait de sa date de conclusion.

22 Costa Rica 1924 principale jurisprudence supportant la doctrine : le gouvernement costaricain vote une loi (law of nullities N 41) annulant tous les contrats passés de 1917 à 1919 entre le gouvernement de Tinoco, général putschiste, et les personnes privées. Elle vise les porteurs de bons émis par la Banco Internacional de Costa Rica.

23 Avant de quitter le pays, le général Tinoco et son frère ont détourné les fonds mis à disposition de cette banque par la Royal Bank of Canada. La Grande Bretagne refusa cette annulation des contrats. Elle affirma que le gouvernement Tinoco était de facto et de jure et que ses actes incombaient donc au nouveau gouvernement.

24 Le Costa Rica répondit :. La Grande Bretagne n'avait pas reconnu le gouvernement putschiste. Les actes de ce dernier contrevenaient à la constitution.. Selon la doctrine Calvo, visant à protéger les Etats débiteurs, les créanciers devaient se tourner vers les juridictions costaricaines.

25 Mise en place d'une commission d'arbitrage, composée du juge Taft, président de la cour suprême des USA. Le régime Tinoco était de facto mais les contrats étaient inapplicables car la Bank of Canada n'avait pas agi de 'bonne foi' et les fonds avaient été utilisés contre l'intérêt public, à des fins personnelles.

26 Le Juge William Howard Taft ( ). 1 gouverneur civil des Philippines de 1901 à 1904 Président républicain des Etats-unis de 1909 à Décidera interventions militaires au Honduras et au Nicaragua.

27 Le Juge William Howard Taft ( ).

28 Alexander Nahum Sack ( ). Professeur agrégé de droit à l'université de Petrograd. Il n'a jamais été ministre du tsar. Quitte l'union soviétique en : ' Les effets des transformations des Etats sur leurs dettes publiques et autres obligations financières'. Recuil Sirey. Paris

29 Indonésie Conférence de la Haye, L'Indonésie accepte d'assumer une partie de la dette publique néerlandaise contractée avant l'occupation japonaise de 1942 mais refuse de participer au remboursement des fonds ayant financé la répression militaire du mouvement de libération nationale.

30 L'Indonésie prit en charge 4,5 milliards de florins, les Pays Bas 2 milliards. Contrevenant ainsi à la pratique antérieure. En 1956, l'indonésie dénoncera cet accord comme 'odieux'

31 Changement de période : En 1960 les Etats du 'Sud' deviennent majoritaires à l'assemblée générales des Nations Unies. Création de la Cnuced en 1964 Mais ils vont échouer à modifier dans la réalité les choses.

32 Négociation de la Convention de Vienne sur la succession d'etats en matière de biens, archives et dettes d'etats, adoptée en Proposition du rapporteur spécial à la Commission de Droit International des Nations Unies :

33 Définition des dettes odieuses : ' Toutes les dettes contractées par l'etat prédécesseur pour réaliser des objectifs contraires aux intérêts majeurs de l'etat successeur ou du territoire transféré; Toutes les dettes contractées par l'etat prédecesseur dans un but et pour un objet non conformes au droit international...'

34 Ce texte sera refusé

35 Pourquoi non application? Nicaragua Afrique du Sud post apartheid Pourquoi on en reparle pour l'irak en 2003?

36 Selon Anaïs Tamen : ' On peut avancer que la non application de la doctrine de la dette odieuse, révèle l'opposition entre droit naturel et droit positif. En effet, si la décolonisation a apporté un caractère progressiste au droit international celui-ci reste dominé par des notions classiques conformes aux pratiques d'etats...

37 Cette opposition engendre une bilatéralisation des disputes dont l'issue dépend des enjeux et des rapports de force.'

LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN

LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN 13 janvier 2004 LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN Travail présenté le 11 décembre 2003 lors du 3 ème colloque de Droit

Plus en détail

LE MEXIQUE FACE AU MONDE

LE MEXIQUE FACE AU MONDE 2 LE MEXIQUE FACE AU MONDE 2.1 Situation Economique et Commerciale Actuelle Le Mexique, aujourd hui neuvième économie mondiale et première puissance commerciale de l Amérique Latine 1, se trouve dans un

Plus en détail

DÉCLARATIONS DES ETATS PARTIES CONCERNANT LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS FAITES EN VERTU DE L ARTICLE 287 (CHOIX DE LA PROCÉDURE)

DÉCLARATIONS DES ETATS PARTIES CONCERNANT LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS FAITES EN VERTU DE L ARTICLE 287 (CHOIX DE LA PROCÉDURE) Algérie DÉCLARATIONS DES ETATS PARTIES CONCERNANT LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS FAITES EN VERTU DE L ARTICLE 287 (CHOIX DE LA PROCÉDURE) [Original : arabe et français] «La République algérienne démocratique

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Angola. [Original : anglais]

Angola. [Original : anglais] DÉCLARATIONS DES ETATS PARTIES CONCERNANT LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS FAITES EN VERTU DE L ARTICLE 298 (EXCEPTIONS FACULTATIVES À L APPLICATION DE LA SECTION 2 DE LA PARTIE XV DE LA CONVENTION) Angola

Plus en détail

D'ARBITRAGE OBLIGATOIRE

D'ARBITRAGE OBLIGATOIRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 11 I. LA NOTION D'ARBITRAGE 12 A. L'ARBITRAGE EST LA SOLUTION DES LITIGES PAR UNE JURIDICTION INTERNATIONALE 12 1. Les tribunaux arbitraux sont des juridictions 12 a) Un

Plus en détail

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues.

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues. LOD N 00/07 Nouméa, le 14 décembre 2000 Organisme : Office Territorial de Retraites des Agents Fonctionnaires (OTRAF) Examen de la gestion Exercices : 1996 et suivants OBSERVATIONS DEFINITIVES 0. - INTRODUCTION

Plus en détail

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ;

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS er N os 0700806, 0701422 Mme Michèle GODICHAUD c/ - Inspecteur de l académie de la Vienne - Recteur de l académie de Poitiers Mme Jaffré Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815. I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire

C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815. I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815 I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire A) Le poids de l Europe dans le Monde - 1815 : L Europe

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011. Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français)

Commentaire. Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011. Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français) Commentaire Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011 Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français) La première chambre civile de la Cour de cassation a renvoyé au

Plus en détail

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours)

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'emprunt des collectivités locales... 4 La réglementation

Plus en détail

À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix"

À la recherche de la sécurité collective, conciliation, arbitrage, paix À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix" Après 1925 et le règlement du problème des réparations allemandes, avec également le retour de la prospérité économique, c'est

Plus en détail

COUR DES COMPTES - Chambre française. Rôle n 11. Arrêt n 1.513.331 A2 du 29.11.1999 ARRET. En cause :

COUR DES COMPTES - Chambre française. Rôle n 11. Arrêt n 1.513.331 A2 du 29.11.1999 ARRET. En cause : COUR DES COMPTES - Chambre française Rôle n 11 Arrêt n 1.513.331 A2 du 29.11.1999 ARRET En cause : La Communauté française représentée par son Gouvernement, poursuites et diligences de Madame la Ministre-Présidente,

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE Durée 4H, coefficient 1 L épreuve de culture générale vise un triple but : 1 ère ÉPREUVE : CULTURE GÉNÉRALE 1. Vérifier le niveau général des connaissances des candidats Si l épreuve ne comporte aucun

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites d admissibilité des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires

Plus en détail

MARIAGE POUR TOUS : LE POINT JURIDIQUE

MARIAGE POUR TOUS : LE POINT JURIDIQUE MARIAGE POUR TOUS : LE POINT JURIDIQUE L association Perspectives et Actions, dont je suis le vice-président, organisait le 13 décembre 2012 une conférence sur le projet de loi ouvrant le mariage et l

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Paris, le 18 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROTECTION DES EMBLÈMES DE LA CROIX-ROUGE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROTECTION DES EMBLÈMES DE LA CROIX-ROUGE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1645 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 104 110 22 18 mai juin 2009 2014 S o m m a i r e PROTECTION DES

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées

Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées Remarques de Jean-Pierre Roth, vice-président de la Direction générale de la BNS, à la conférence de presse du 20

Plus en détail

CATALONIA BACKGROUND INFORMATION

CATALONIA BACKGROUND INFORMATION CATALONIA BACKGROUND INFORMATION [SÉRIE E / 2014 / 3.1 / FR] Date: 02/12/2015 Auteur : Juan Carlos Moreno Cabrera L ABSOLUTISME LINGUISTIQUE DE L ÉTAT ESPAGNOL Introduction Comme c est le cas dans d autres

Plus en détail

De ce fait, des Témoins de Jéhovah ont même été martyrisés à cause de l'application de cette doctrine, comme par exemple aux Philippines.

De ce fait, des Témoins de Jéhovah ont même été martyrisés à cause de l'application de cette doctrine, comme par exemple aux Philippines. Vote Au moment de voter dans des élections politiques, les Témoins de Jéhovah n'interviennent pas dans le droit des autres à ce sujet, ni ne font une quelconque campagne contre des élections politiques.

Plus en détail

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945)

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Source: Notes et études documentaires. dir. de publ. La Documentation française. 21.04.1948, n 884. Paris: La Documentation

Plus en détail

T A B L E D E S M A T I E R E S. (Premier. Semestre) GOUVERNEMENT PRESIDE PAR

T A B L E D E S M A T I E R E S. (Premier. Semestre) GOUVERNEMENT PRESIDE PAR T A B L E D E S M A T I E R E S (Premier Semestre) GOUVERNEMENT PRESIDE PAR M.GEORGES THEUNIS, PREMIER MINISTRE Composition du Gouvernement présidé par M.Georges Theunis,.Premier Ministre CONSEIL DE CABINET

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Conférence internationale sur le thème de. «L abolition universelle de la peine de mort» Costa Rica, 9-11 octobre 2014

Conférence internationale sur le thème de. «L abolition universelle de la peine de mort» Costa Rica, 9-11 octobre 2014 Conférence internationale sur le thème de «L abolition universelle de la peine de mort» Costa Rica, 9-11 octobre 2014 Présentation Depuis octobre 2012 la France s'engage dans une campagne mondiale pour

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE Procédures et détermination des modalités de retrait d une commune membre Actualisée au 1 er septembre 2012 NOTE 1 I. Les procédures de retrait En complément de la procédure

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN

LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN 13 janvier 2004 LA DOCTRINE DE LA DETTE ODIEUSE OU : L UTILISATION DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES RAPPORTS DE PUISSANCE. Anaïs TAMEN Dissertation présentée le 11 décembre 2003 lors du 3 ème colloque de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1401378 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Football Club X Association Football Club Y

TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1401378 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Football Club X Association Football Club Y N 1401378 TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON Football Club X Association Football Club Y M. Fabre Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Besançon, (2 ème

Plus en détail

Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 01.12.

Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 01.12. FR Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date:

Plus en détail

Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d établissement

Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d établissement A / P 1 / 5 / 79 Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d établissement Les Hautes parties contractantes Vu le paragraphe 2 (d) de l'article 2 du Traité de la Communauté

Plus en détail

Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES. Règlement collectif de dettes Admissibilité. CH.H., domiciliée à [xxx],

Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES. Règlement collectif de dettes Admissibilité. CH.H., domiciliée à [xxx], 1e feuillet Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE EXTRAORDINAIRE DU 17 MAI 2011 12e Chambre Règlement collectif de dettes Admissibilité EN CAUSE DE : CH.H., domiciliée à

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

PROJET Bruxeles,le10 juin 2005 BACKGROUND 1 CONSEIL AFFAIRES GÉNÉRALES et RELATIONS EXTÉRIEURES Luxembourg,le13 juin 2005 Le Conseilsera précédé,le dimanche 12 juin à 18h30,par une réunion ministérie le

Plus en détail

Raccordements électriques. Francine EZAGAL 13 avril 2010

Raccordements électriques. Francine EZAGAL 13 avril 2010 1 Une différence s impose entre raccordements provisoires et raccordements définitifs Qui obéissent à des régimes juridiques différents Que les jurisprudences distinguent aussi Qui font appel à deux acteurs

Plus en détail

Les flux financiers mondiaux

Les flux financiers mondiaux Les flux financiers mondiaux Constats, enjeux et solutions Par Olivier Bonfond & Eric Toussaint I) Financement du développement Ressources financières nécessaires au financement du développement Constat

Plus en détail

Rapport d activités de l Assemblée des. Représentants du Peuple. Avril 2015

Rapport d activités de l Assemblée des. Représentants du Peuple. Avril 2015 Rapport d activités de l Assemblée des Représentants du Peuple Avril 2015 Un mois après la mise en place de ses commissions, l'assemblée des Représentants du Peuple a accéléré le rythme pour examiner les

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Les États Parties à la présente Convention, Considérant que les immunités juridictionnelles des États et de

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/C.6/67/L.14

Assemblée générale. Nations Unies A/C.6/67/L.14 Nations Unies A/C.6/67/L.14 Assemblée générale Distr. limitée 6 novembre 2012 Français Original : anglais Soixante-septième session Sixième Commission Point 80 de l ordre du jour État des Protocoles additionnels

Plus en détail

REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES

REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES Différend Maurice Hallez Décision n 188 5 May 1955 VOLUME XIII pp. 692-695 NATIONS UNIES - UNITED NATIONS Copyright (c) 2006 DIFFÉREND

Plus en détail

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 - I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 Définition L allocation compensatrice tierce personne est une prestation d aide sociale dont

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1430948/5-1. SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1430948/5-1. SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1430948/5-1 SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin)

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Formation de Chambre Avis n 2013-002 Séance du 21 mai 2013 Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Trésorerie de Mulhouse couronne - BUDGET PRIMITIF 2013 - Article L. 1612-2 du code général des collectivités

Plus en détail

LES RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES ET INTERNATIONALES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE : 2 ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE SON ACTION INTERNATIONALE

LES RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES ET INTERNATIONALES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE : 2 ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE SON ACTION INTERNATIONALE LES RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES ET INTERNATIONALES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE : 2 ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE SON ACTION INTERNATIONALE NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE LA VICE PRÉSIDENTE DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

Plus en détail

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 Date : Le 30 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-164 DIVISION D APPEL Entre: B. G. Demandeur et Commission de

Plus en détail

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par :

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par : Communication Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel du droit à la santé présentée par : Mme BENCHABANE membre du Conseil constitutionnel Algérien La place du droit à la santé par rapport

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ.

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. Juin 2014 1 I. LES FAITS CONCERNANT L ACCES A LA MER DE LA BOLIVIE Plus de 20 % des pays dans le monde sont sans littoral. Parmi ces pays,

Plus en détail

Joseph Inguimberty, Marseille, 1924, huile sur toile, Coll. Musée d'histoire de Marseille cliché D. Giancatarina.Tableau présenté en séquence 11.

Joseph Inguimberty, Marseille, 1924, huile sur toile, Coll. Musée d'histoire de Marseille cliché D. Giancatarina.Tableau présenté en séquence 11. «Les migrations à Marseille de 1830 à la Seconde Guerre mondiale» Fiche pédagogique basée sur l'utilisation des supports audiovisuels présents en séquences 10 et 11 Joseph Inguimberty, Marseille, 1924,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord-cadre entre l Union européenne et ses Etats membres, d une part, et la République de Corée, d

Plus en détail

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4946 Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 15 de la loi du 1er mars 1958 relative au statut des officiers de carrière des forces

Plus en détail

Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009

Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009 - 1 - Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009 Le Grand Conseil du canton du Valais vu l'article 46 alinéas 1 et 2 de la Constitution fédérale; vu le

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION

RECUEIL DE LEGISLATION MEMORIAL Journal Officiel du GrandDuché de Luxembourg 685 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 25 18 avril 1983 SOMMAIRE Loi du 11 avril 1983 portant approbation du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles DOSSIER DE PRESSE Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles 1 1. Des chiffres effrayants Les chiffres de la BNB montrent que plus de la moitié 1 de la population majeure belge a au moins

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président CIV. 1 MF COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o B 10-18.142 Arrêt n o FS-P+B+I R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

Luttes et revendications dans la colonie britannique 1783-1848

Luttes et revendications dans la colonie britannique 1783-1848 Luttes et revendications dans la colonie britannique 1783-1848 À la fin du 18e siècle, le monde occidental est en pleine ébullition. Les Révolutions américaine et française font ce qui était alors impensable

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud

Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud Renaud Vivien (CADTM Belgique) 2ème Université d'été du CADTM Europe Le 03/07/11 www.cadtm.org

Plus en détail

Convention sur le régime international des voies ferrées

Convention sur le régime international des voies ferrées Texte original Convention sur le régime international des voies ferrées 0.742.101 Conclue à Genève le 9 décembre 1923 Approuvée par l Assemblée fédérale le 28 septembre 1926 1 Instrument de ratification

Plus en détail

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 décembre 2009 SEC(2009) 1720 final COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS Simplification du processus de recouvrement

Plus en détail

L injonction de payer européenne:

L injonction de payer européenne: L injonction de payer européenne: Utiliser le règlement (CE) 1896/2006 Amélie Leclercq, DSGJ Janvier 2016 Contexte du règlement 1896/2006 Processus législatif 1999 Conseil de Tampere objectif : faciliter

Plus en détail

Tremblay & Cie Ltée SYNDIC POUR MOTEL LAC VERT LTÉE CONDITIONS DE VENTE ET RÉSERVES

Tremblay & Cie Ltée SYNDIC POUR MOTEL LAC VERT LTÉE CONDITIONS DE VENTE ET RÉSERVES SYNDIC POUR MOTEL LAC VERT LTÉE CONDITIONS DE VENTE ET RÉSERVES 1. Vendeur : (ci-après appelé «Vendeur» ou «Syndic»), en sa qualité de syndic de l actif de Motel Lac Vert Ltée (ci-après appelée l «Entreprise»),

Plus en détail

France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République

France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République La reconnaissance progressive des puissances alliées permet ainsi au Général De Gaulle, «chef de tous les

Plus en détail

Investissement immobilier : modalités juridiques

Investissement immobilier : modalités juridiques JUILLET 2013 FICHE PRATIQUE Investissement immobilier : modalités juridiques 1. Préambule 2. Le propriétaire assume seul l investissement 3. Participation du locataire aux charges découlant de l investissement

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants EXPOSÉ DES MOTIFS Dès la fin de la guerre 1914-1918, se sont constituées de nombreuses associations de victimes

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Ordonnance n o 2016-351 du 25 mars 2016 sur les contrats de crédit aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 septembre 2014 N de pourvoi: 13-21339 ECLI:FR:CCASS:2014:C101057 Non publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales)

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales) CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 11 juin 2009 AVIS n 09-CB-08 SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA REGION DU BAZOIS (département de la Nièvre) BUDGET 2009 (articles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 février 2012 N de pourvoi: 10-21300 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président Me de Nervo, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

Table des matières LA QUALIFICATION DES INTÉRÊTS 15

Table des matières LA QUALIFICATION DES INTÉRÊTS 15 Table des matières Remerciements V Bibliographie XIII Liste des abréviations XLVII Introduction 1 1. L arbitrage commercial international....................................... 6 2. Définition des intérêts..........................................................

Plus en détail

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M. et Mme B...A..., de nationalité

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 20 mars 2014 N de pourvoi: 12-26518 ECLI:FR:CCASS:2014:C100333 Publié au bulletin M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Logement social en France Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Partie 1 Aides àla personne / aides àla pierre dans le secteur privé Spécificités du logement social sur cette

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OMPI WO/PBC/IM/05/3 ORIGINAL : anglais DATE : 14 janvier 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OPTIONS

Plus en détail

Qui doit payer pour une dette odieuse?

Qui doit payer pour une dette odieuse? Qui doit payer pour une dette odieuse? Plusieurs gouvernements dans l histoire ont refusé de payer la dette qu ils héritaient du régime illégitime qui les précédait, en arguant que cette dette n engageait

Plus en détail

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur,

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Nous vous informons que depuis le 1 er novembre 2009, le dispositif législatif français résultant de la transposition de la Directive 2007/64/CE (dite Directive

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10001027. Mlle O. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. O. Boubert Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10001027. Mlle O. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. O. Boubert Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10001027 Mlle O. O. Boubert Président de section Audience du 1er septembre 2010 Lecture du 1er octobre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

Décision déférée à la Cour : jugement rendu le 20 juillet 2012 par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de PARIS RG n 11-04020

Décision déférée à la Cour : jugement rendu le 20 juillet 2012 par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de PARIS RG n 11-04020 Cour d'appel Paris Pôle 6, chambre 12 11 Septembre 2014 N 12/11271 Madame X CAF 75 - PARIS représenté par Mme DUMEZ, Monsieur le Ministre chargé de la sécurité sociale Classement :Inédit Contentieux Judiciaire

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 novembre 2015 Cassation Mme FLISE, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 novembre 2015 Cassation Mme FLISE, président. CIV. 2 IK COUR DE CASSATION Audience publique du 5 novembre 2015 Cassation Mme FLISE, président o Pourvoi n Q 14-23.184 o Arrêt n 1496 P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10020534 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mlle O. M. d Haëm Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10020534 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mlle O. M. d Haëm Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10020534 Mlle O. M. d Haëm Président de section RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du droit d asile (Division 5) Audience du 20 juin 2011

Plus en détail

Règlement liquidation partielle et totale des caisses de prévoyance

Règlement liquidation partielle et totale des caisses de prévoyance Règlement liquidation partielle et totale des caisses de prévoyance UGZ Règlement liquidation 1/7 valable à partir du 1.1.2008 TABLE DES MATIERES Art. 1 Géneralités 3 Art. 2 Définition du montant des fonds

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014

DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014 DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014 Date : 11 Décembre 2014 Requérant : Codjo Joseph TOÏ Contrôle de conformité Conflit de travail Traitement discriminatoire Application de l article 26 alinéa 1er

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Les problèmes de la méthodologie du droit international privé: l application des règles de droit public étranger 1. Autrefois le droit international

Les problèmes de la méthodologie du droit international privé: l application des règles de droit public étranger 1. Autrefois le droit international Les problèmes de la méthodologie du droit international privé: l application des règles de droit public étranger 1. Autrefois le droit international prive n admettait en aucun cas la possibilité d application

Plus en détail

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 IMMOBILISÉ AU FONDS DE REVENU VIAGER SUIVANT LE RÈGLEMENT EN APPLICATION DE LA LOI SUR LES

Plus en détail