CONTACTS. Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués PAS-DE-CALAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTACTS. Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués PAS-DE-CALAIS"

Transcription

1 Jean-françois DUHR Cram Nord-Picardie Alain REFFAS Raymond CROUZET Sécurité Sociale moustafa EDDERBAL PAS-DE-CALAIS NORD Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués Gérard DENZ SOMME AISNE Alain BELLET OISE CONTACTS Fax : Fax : Tél. entreprise : (0,09 /mn) Fax : Tél. particulier : (0,09 /mn) Fax : Tél. : Conception/impression Cram Nord-Picardie - juin 2009 Stéphane BARLIER Comité Technique Régional du Bâtiment et des Travaux Publics

2

3 Cependant le programme d entretien des APR porte également sur différents points sans lesquels les mesures recommandées précédemment ne peuvent être efficaces : les conditions de stockage (y compris les filtres pour les APR concernés), le contrôle du bon fonctionnement aux intervalles prescrits, les vérifications et remplacement systématiques de pièces aux intervalles prescrits, le remplacement des éléments défectueux, les petites réparations et les différents réglages dès que nécessaire et signalés Les engins de chantier Les engins de chantier circulent parfois fenêtres ouvertes. Le conducteur d engin, souvent en location, n a pas d information sur les risques encourus sur le chantier de dépollution. Les engins doivent être équipés d une cabine climatisée et pressurisée avec alimentation en air propre et d un filtre à charbon actif. Le conducteur doit avoir un masque adapté au chantier, à disposition dans sa cabine, dont il devra s équiper en cas de descente d engin (cf choix des APR). Interdire strictement aux conducteurs de conduire leur engin fenêtres ouvertes. Effectuer la maintenance et le nettoyage des engins sur une aire aménagée spécifique et propre au chantier. La présence d un pare-flamme en sortie de pot d échappement peut s imposer selon la nature et le taux de concentration des polluants. Nota : D autres dispositions telles que l inclinaison des cabines pour les engins de démolition, l élévation des cabines et leur blindage, l ordinateur de pilotage de sécurité renforcent la protection du conducteur et des autres travailleurs évoluant dans la même zone Préambule Pour favoriser une mise en œuvre efficace des mesures législatives ou réglementaires en vigueur, il est recommandé aux chefs d entreprises des industries du bâtiment et des travaux publics, dont le personnel relève, en totalité ou en partie, du régime général de la sécurité sociale et utilise des véhicules ou engins de chantier, d appliquer les règles suivantes. Les prescriptions de cette recommandation sont aussi données à titre d information à tous les acteurs de la construction concernés par l acte de dépollution ou confrontés à des terres polluées, ainsi qu aux maîtres d ouvrage. 1 - INTRODUCTION La dépollution des sols n a débuté que dans les années Plus de sites ont hébergé, par le passé, une activité industrielle pouvant être à l origine d une pollution des sols. De nombreux risques sont présents sur les chantiers de dépollution. Un document très complet sur ce sujet a été réalisé par L INRS et l ADEME : «Protection des travailleurs sur les chantiers de réhabilitation des sites pollués» (ED866 éditée en juin 2002). Les risques auxquels sont soumis les salariés affectés au transport ou au traitement des terres polluées sont liés en particulier : à l environnement du chantier, à la nature des terres transportées Les polluants sont principalement de nature chimique, les plus préoccupants sont présentés ci après : certains métaux lourds et métalloïdes sont connus pour leur pouvoir neurotoxique (ex. le plomb) ou cancérogène (ex. : l arsenic, le chrome VI, le cadmium), par ingestion et/ou inhalation ; certains hydrocarbures, en particulier le benzène et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, sont reconnus pour leur effet CMR (Cancérigène Mutagène, Reprotoxique) ; beaucoup de solvants halogénés ou leurs produits de dégradation sont reconnus comme substance toxique ou très toxique, parfois cancérogène (ex. : chlorure de vinyle, trichloroéthylène ). Ils peuvent provoquer des troubles neurologiques aigus ou chroniques, cutanéo-muqueux, hépato-rénaux, cardio-respiratoires et digestifs ; l amiante est à l origine de cancers de la plèvre (mésothéliome). Aussi est-il nécessaire de cadrer les conditions d intervention sur les chantiers de réhabilitation de sites pollués par des produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques. p. 10 p. 3

4 2 - CHAMP D APPLICATION En complément des mesures législatives et réglementaires en vigueur, il est recommandé aux chefs d établissements de la circonscription de la Caisse régionale d assurance maladie (Cram) Nord-Picardie, dont tout ou partie du personnel relève du régime général, affecté aux travaux d excavation, de transport ou de traitement des terres polluées par des produits cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR hors amiante, pour laquelle existe une réglementation spécifique), lors des opérations de dépollution avérées ou accidentelles, d appliquer les dispositions de prévention ci-après : 3 - PRINCIPES de PREVENTION Les principes généraux de prévention, déclinés à l article L du code du travail définissent un cadre pour aborder la prévention des risques liés à la circulation et aux manœuvres des véhicules et engins sur les chantiers. L article L du code du travail précise que : «le chef d établissement met en œuvre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l établissement sur la base des principes généraux de prévention suivants : éviter les risques, évaluer les risques qui ne peuvent être évités, combattre les risques à la source, adapter le travail à l homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail, le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de minimiser le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé, tenir compte de l état d évolution de la technique, remplacer ce qui est dangereux par ce qui n est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux, planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l influence des facteurs ambiants, prendre les mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle, donner les instructions appropriées aux travailleurs» Hygiène L application de mesures strictes d hygiène s impose sur les chantiers de dépollution, lorsque l on est en présence de produits CMR. Lorsque l installation des locaux sociaux dans des bâtiments ne peut être réalisée de manière durable dès le début du chantier, l utilisation de locaux préfabriqués adaptés est préconisée. En effet, cette mesure permet d éviter toute période de transition (déménagement et travaux d aménagement) durant lesquelles les mesures d hygiène et de santé pourraient ne pas être appliquées exposant ainsi les salariés au risque chimique. Nota : des prélèvements et analyses dans les zones déterminées comme saines et dans les locaux sociaux sont utiles et recommandés afin de s assurer de l absence de pollution liée au milieu ambiant et à la contamination (personnel, véhicules ) Vêtements de travail En complément des mesures d hygiène évoquées cidessus, un soin particulier sera apporté aux vêtements de travail Equipements de protection individuelle Implanter les locaux sociaux dans une zone verte et non soumise aux travaux. Implanter les locaux sociaux dans des bâtiments non susceptibles d être démantelés ou réhabilités durant le chantier sinon dans des locaux préfabriqués adaptés. Des mesures strictes permettent d éviter ou tout au moins limiter la pollution par contamination : nettoyage régulier des salles de la base de vie (mobilier, sols ), séparation des flux du personnel en vêtements de travail et vêtements de ville, interdiction d accéder à la restauration en vêtements de travail, séparation physique et isolement des vestiaires vêtements de travail et vêtements de ville, maintien du masque durant le déshabillage et jusqu aux douches (à température réglable), douches en nombre suffisant à disposition du personnel, installation de lave-bottes. Le port de combinaisons jetables adaptées est obligatoire. En complément des équipements de protection individuelle courants (vêtements, gants, casque, bottes ), une attention particulière sera portée sur le choix des APR (Appareils de Protection Respiratoire) : Le choix commun des APR permet un dépannage interentreprises en cas de rupture de stock. Cette démarche doit être étendue aux différents types d APR nécessaires à la réalisation du chantier. L intégration des salariés au processus du choix leur permet de s approprier le port de l APR. Cependant, il ne faut pas oublier que le port de l APR lors de travaux reste pénible, qu il doit être effectif lorsque nécessaire. Son choix doit être issu de l analyse de risques du poste de travail. Dans tous les cas, cette mesure doit être accompagnée d une formation du personnel au port et à l entretien de son APR. Le nettoyage des APR par un service de laverie sur le site permet de s assurer que tout APR porté est propre et en bon état de fonctionnement (batteries chargées ). p. 4 p. 9

5 4.4. Personnel intervenant Statut des personnels intervenant sur les chantiers de dépollution Le statut des personnels intervenant sur les chantiers de dépollution n est pas défini. Le recours à des salariés en contrat précaire les expose à une absence de suivi médical dans le temps. Chaque fois qu il y a présence de produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques, le recours à des salariés en contrat précaire (intérimaires, contrat à durée déterminée, apprentis) est proscrit. Les plans de prévention établis avec les entreprises de maintenance extérieures (spécialistes en pneumatiques, en hydraulique, SAV, sociétés de nettoyage ) doivent spécifier les risques propres au chantier de dépollution. Eviter les risques Eviter la présence de personnes non protégées et non formées sur le chantier de dépollution. Respecter le principe «zone propre - zone sale» au niveau des vestiaires, prévoir une zone de décontamination des engins. Identifier et baliser les zones polluées. Identifier les risques Identifier les zones critiques sur le chantier ainsi que les phases critiques dans le déroulement des travaux, par exemple : nature des polluants, croisement des flux, superposition des tâches, présence de réseaux. Evaluer les risques qui ne peuvent être évités Evaluer les risques résiduels et mettre en place les mesures de prévention associées Formation au risque chimique En complément de la formation à la sécurité prévue par les textes législatifs : Mettre en place, en concertation avec le médecin du travail et les instances représentatives du personnel, une information de l ensemble des salariés intervenant sur le site à dépolluer, sur le risque chimique en général et sur les risques liés aux produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) présents sur le chantier de dépollution. Cette formation intégrera les notions d hygiène et de port des Equipements de Protection Individuelle. Cette formation sera formalisée : la liste émargée des salariés ayant suivi cette formation ainsi que son contenu seront disponibles sur le site, pour les organismes de contrôle. Adapter l organisation du travail aux conditions de travail du personnel et à l activité du chantier Organiser les circulations. Choisir le matériel adapté aux travaux à réaliser. Organiser le temps et le rythme de travail. Organiser la co-activité des équipes (règles communes de circulation, gestion des interférences ). Mettre en œuvre les techniques les mieux adaptées Privilégier les véhicules et engins présentant les meilleures caractéristiques de conception en termes d isolation de la cabine, de filtration et de conditionnement de l air, de visibilité et d ergonomie des postes de conduite. Choisir des dispositifs d aide à la conduite permettant de réduire les risques d écrasement ou de collision. Privilégier les mesures de protection collective Mettre en place des séparations physiques des voies de circulation. Réaliser préalablement les ouvrages provisoires et les rétablissements de circulation. Et/ou Existence d une norme concernant les prestations de service relatives aux sols et sites pollués (études, ingénierie, réhabilitation de sites pollués et travaux de dépollution) : la norme NF X Son annexe B concernant les compétences minimales des entreprises de travaux de dépollution devrait être respectée par l ensemble des entreprises amenées à effectuer ce type de travaux. Les entreprises amenées à effectuer des travaux de dépollution de sites respecteront, en termes de formation du personnel, l annexe B de la norme NF X Mettre en œuvre les mesures de protection individuelle Choisir et mettre à disposition des salariés les EPI adaptés à leur activité. S assurer de leur port effectif et de leur bon état. Former et informer les salariés sur les risques liés aux produits Cancérigènes, Mutagènes ou Toxiques pour la reproduction Former les salariés aux risques chimiques spécifiques à chaque chantier de dépollution. Diffuser et commenter les règles prises en matière de prévention du risque chimique, ainsi qu aux risques liés à la circulation des engins : plan de circulation, circuits p. 8 p. 5

6 4 - MESURES de PREVENTION Il s agit d intégrer les bonnes pratiques et les préalables d évaluation des risques lors du traitement et/ou transport de terres polluées sur un chantier de dépollution. L état des lieux se trouve dans la partie gauche, les mesures recommandées sont dans la partie droite Déclaration d ouverture de chantier Pas d obligation d avis d ouverture de chantier pour les chantiers de dépollution employant moins de 10 salariés. Cette déclaration est légalement établie par chaque entreprise devant réaliser un chantier de bâtiment ou de travaux publics occupant 10 personnes au moins pendant plus d une semaine (arrêté du 23 septembre 1957) Zonage du chantier Difficulté d identifier les zones à risques spécifiques, en particulier sur les grands chantiers de dépollution. Le découpage par zones (maillage) du chantier a des impacts sur plusieurs domaines : organisation du chantier et co-activité : le zonage permet de gérer le suivi du chantier et la répartition des travaux de façon détaillée. La co-activité simultanée peut être ainsi évitée si les bâtiments sont tous repérés y compris les structures les reliant. gestion des risques particuliers : dans chaque zone sont identifiés les risques particuliers tels que la présence de produits dangereux, de fosses, de tranchées couvertes, etc. Avant chaque intervention dans ces zones et bâtiments concernés, des mesures particulières de prévention peuvent être prises (suivi médical, équipements de protection individuelle adaptés, détection de gaz ). Pour tout chantier de dépollution : terrassement, transport de terre polluées contenant des métaux lourds ou des produits toxiques (CMR, hors amiante pour laquelle existe une réglementation spécifique), quelque soit la durée des travaux, une déclaration d ouverture de chantier doit être réalisée et envoyée aux organismes destinataires (DIRECCTE, CRAM, OPPBTP), spécifiant dans la rubrique «nature des travaux» la mention : réhabilitation d un site pollué par des CMR. Mettre en place un maillage du chantier permettant d identifier les différentes zones à risques spécifiques : sur le plan masse du site à dépolluer, par un balisage et une identification précise, sur le terrain, de ces différentes zones Identifier les polluants Pas de contrainte existante pour la réalisation d un inventaire précis des déchets. Nota : une localisation de chaque déchet par GPS peut être réalisée sur les grands chantiers. Chaque déchet recevra un numéro d identification (que l on retrouve physiquement sur chaque déchet sous forme de pancarte ou d étiquette) et sera localisé précisément par GPS. Un logiciel permettant de localiser précisément chaque déchet pourra être utilisé. La fiche d identification du déchet indique sa quantité estimée, son risque principal associé, son analyse précise, son aspect, son volume et tonnage estimés, destination du déchet Cette méthodologie permet d identifier chaque déchet, les risques associés et les filières d élimination. Elle permet d assurer une première mise en sécurité avant le début des travaux (élimination des déchets avant l intervention des autres entreprises), de suivre de manière précise le mouvement des déchets et de s assurer également d un oubli d identification (absence de pancarte signifie déchet inconnu entraînant un arrêt des travaux pour l identification). De même, si un produit identifié est toujours présent lors des travaux suivants, l entreprise peut en connaître sa nature grâce à la base de données mise à jour quotidiennement. L analyse systématique assure l organisation des mouvements des déchets : la connaissance de la filière d élimination permet de limiter les mouvements et apporte une connaissance des produits et des risques qui leur sont associés. La base de données informatique créée permet également le tri par localisation (par bâtiment par exemple). La connaissance exacte de ce qui se trouve sur les lieux permet d organiser l évacuation bâtiment par bâtiment par exemple en s assurant à la fin, via la mise à jour de la base de données, que tous les déchets ont bien été évacués (suivi des mouvements assuré par l entreprise ayant à charge l évacuation). Cependant, cette méthodologie n est pas applicable pour les produits non accessibles, ou dont la découverte reste fortuite (fûts enterrés dont la présence est inconnue). L évaluation des risques devra intégrer la possibilité d une découverte fortuite de pollution et la nécessité de la mise en place d une procédure de vigilance (suspension provisoire des travaux jusqu à plus ample information quant à la nature et au danger des produits découverts. Durant la préparation du chantier, effectuer un inventaire complet des déchets : Répertorier chaque déchet quelque soit sa forme (liquide, pâteuse, pulvérulente, solide ). Tout produit inconnu ou à risque doit être analysé. Chaque tas doit être échantillonné. Sur plusieurs tas d aspect identique localisés au même endroit, un prélèvement moyen pourra être réalisé. Cependant, chaque tas sera référencé, un double échantillonnage réalisé. Un échantillon témoin restera toujours sur le site (permettant une contre-analyse si nécessaire). Identifier distinctement les déchets en place sur le site. établir une cartographie des sites ou emplacements de déchets. Nota : le stockage des déchets de doit pas induire de nouvelle pollution. p. 6 p. 7

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on?

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on? ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Sites et sols pollués Quel type de pollution rencontre-t-on? Un site pollué est un site qui, du fait d anciens dépôts de déchets ou d infiltrations de substances polluantes, présente

Plus en détail

Toutes les clés pour évaluer, Maîtriser. Le risque. > risque chimique. en 3 étapes. évaluer. Informer. Prévenir

Toutes les clés pour évaluer, Maîtriser. Le risque. > risque chimique. en 3 étapes. évaluer. Informer. Prévenir Toutes les clés pour évaluer, > risque chimique Maîtriser Le risque chimique évaluer en 3 étapes Prévenir Informer Le risque chimique En résumé Guide d utilisation synthétique de la méthodologie d évaluation

Plus en détail

FICHE 3. Recommandations de prévention pour des opérations de démolition de chaussées par des techniques autres que le rabotage

FICHE 3. Recommandations de prévention pour des opérations de démolition de chaussées par des techniques autres que le rabotage 1 FICHE 3 Recommandations de prévention pour des opérations de démolition de chaussées par des techniques autres que le rabotage Ce document fait partie d une série de 4 fiches ayant pour but d établir

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PLAN I- Réglementation II- Les voies de pénétration des produits III- Les risques pour la santé selon l activité IV- Les principes généraux de prévention V- La classification

Plus en détail

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL REGLEMENTATION PREVENTION PROTECTION Les sources de dangers : L électricité Le travail en hauteur Le travail en espace confiné

Plus en détail

AP2R Opération A6 district de BEAUNE

AP2R Opération A6 district de BEAUNE Journée des acteurs de la route Thierry WINKEL - EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS BOURGOGNE FRANCHE COMTE AP2R Opération A6 district de BEAUNE 1 Points abordés DE LA THEORIE A LA PRATIQUE Exemple d un chantier

Plus en détail

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS Formation ACMO / CHS 26 mai 2011 Intervention d entreprises extérieures Brochure ED 941 INRS Plan de Prévention Protocole de Sécurité PLAN Introduction Réglementation Démarche globale Cas particulier du

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

MÉMO SANTÉ RISQUES CHIMIQUES PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS

MÉMO SANTÉ RISQUES CHIMIQUES PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS MÉMO SANTÉ PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS RISQUES CHIMIQUES Poussières, produits chimiques,... Le travail sur chantier vous expose à des risques qu il ne faut pas négliger. Pour protéger votre santé, adoptez

Plus en détail

ENJEUX ET METHODOLOGIE

ENJEUX ET METHODOLOGIE REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX ENJEUX ET METHODOLOGIE Intervenant : Hugues HARTMANN Gérant de la société Diagnostics, repérage et conseils en gestion de polluants 19, rue de la Victoire 68490 CHALAMPE

Plus en détail

d un diagnostic plomb avant travaux (Hors champ code de la santé publique)

d un diagnostic plomb avant travaux (Hors champ code de la santé publique) DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI Mars 2014 Préconisations pour la réalisation d un diagnostic plomb avant travaux (Hors champ code de

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Les activités de traitement de surface Prévention du risque chimique

Les activités de traitement de surface Prévention du risque chimique RECOMMANDATION R 442 Recommandation adoptée par le Comité technique national des industries de la métallurgie le 13 novembre 2008. CNAMTS (Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés)

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Introduction La mise en œuvre, de produits, notamment des produits chimiques,

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

LES AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX

LES AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX LES AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX LES AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX (ACD) LES CONSÉQUENCES POUR LA SANTÉ Définition Les ACD sont des agents chimiques, substance seule ou mélange, qui peuvent présenter un risque

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

SOLS POLLUES 1 - Définition de la nuisance ou situation dangereuse SOLS POLLUES

SOLS POLLUES 1 - Définition de la nuisance ou situation dangereuse SOLS POLLUES SOLS POLLUES 1 - Définition de la nuisance ou situation dangereuse Un site pollué est défini comme un site, qui du fait d anciens dépôts et de déchets ou d infiltrations de substances polluantes, présente

Plus en détail

Sols pollués urbanisme

Sols pollués urbanisme Sols pollués urbanisme en Aquitaine Prévenir et agir la réglementation en vigueur les responsabilités de chacun les risques sanitaires les leviers d action les solutions concrètes face aux problèmes qui

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Prévenir le risque CMR dans les collectivités territoriales (solvants et peintures, poussières de bois, amiante, pesticides)

Prévenir le risque CMR dans les collectivités territoriales (solvants et peintures, poussières de bois, amiante, pesticides) Prévenir le risque CMR dans les collectivités territoriales (solvants et peintures, poussières de bois, amiante, pesticides) Employeurs de la fonction publique territoriale Juin 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE EN45b/a39 Version 0 le 03/09/12 Date de l audit : / / Nom : N adhérent : Adresse : ENTREPRISE AUDITEE : Nature de l activité : Nombre

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTE-CIMENT

MATÉRIAUX AMIANTE-CIMENT MÉMO SANTÉ Artisan travaillant seul COUVREURS MATÉRIAUX AMIANTE-CIMENT Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer de la

Plus en détail

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Préambule Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise La note ci jointe décrit les engagements

Plus en détail

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation?

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? Sommaire page 2 > A { Qu est ce qu une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE)?

Plus en détail

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles Voir la fiche secteur tertiaire

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE Pensez à vérifier la date de validité des cartouches filtrantes NF EN 511 (froid) Les équipements de protection individuelle contre

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

Santé et sécurité au travail

Santé et sécurité au travail l SANTE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL DIRECTIVE POUR LES TRAVAUX EFFECTUÉS SUR LE SITE DE L AÉROPORT 1. Principes directeurs Préambule But Champ d application La sécurité du trafic aérien, des passagers et des

Plus en détail

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE >> www.cramif.fr RISQUE CHIMIQUE : LE SUIVI DES MESURES DE PRÉVENTION Dans le cas du risque chimique, lorsque la substitution

Plus en détail

I1603 - Maintenance d'engins de chantier, levage, manutention et de machines agricoles

I1603 - Maintenance d'engins de chantier, levage, manutention et de machines agricoles Appellations (Métiers courants) Mécanicien / Mécanicienne d'entretien et de maintenance d'engins de chantier et de travaux publics Définition Mécanicien / Mécanicienne de machines agricoles Effectue les

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%)

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%) Page : 1/6 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. 5.1 : Substances comburantes Danger 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial

Plus en détail

LE RISQUE CHIMIQUE. De l identification et l évaluation à la prévention GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES

LE RISQUE CHIMIQUE. De l identification et l évaluation à la prévention GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES LE RISQUE CHIMIQUE De l identification et l évaluation à la prévention Document confidentiel Ne pas diffuser sans autorisation Quelques chiffres (Enquête SUMMER

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Plomberie Chauffage Climatisation L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de plomberie-chauffage-climatisation peuvent être classés en trois catégories : Les déchets

Plus en détail

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire 1 Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants. Ils ne sont pas polluants mais peuvent

Plus en détail

LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES

LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES N fiche Segmentation Équipements Exigences Carsat PRÉVENTION DU RISQUE CHIMIQUE 1 VL Carrosserie et PL 2 VL Mécanique et PL Système de lavage pour pistolets à peinture

Plus en détail

L étiquetage des produits dangereux

L étiquetage des produits dangereux 1/5 Qu est qu un produit dangereux? > C est un produit susceptible de provoquer des intoxications, lésions, brûlures, incendies, explosions et même parfois la mort. Votre santé est en danger si un produit

Plus en détail

Huile Essentielle LITSEA CUBEBA Code article : 6633MP

Huile Essentielle LITSEA CUBEBA Code article : 6633MP Page : 1 /5 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Libellé Produit : Huile Essentielle de Litsea Cubeba Application(s) et/ou usage(s) normaux : Responsable de mise sur le marché : Adresse : Téléphone

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/L'ENTREPRISE Nom de produit: T4 Ligase Nom de kit: SOLiD(TM) FRAGMENT SEQUENCING ENZYME KIT Fournisseur: Applied

Plus en détail

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment 17.qxd 04/01/00 11:55 Page 46 SERVICES R 376 modifiée RECOMMANDATION Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment Recommandation R 376 modifiée, adoptée au comité technique national du bâtiment

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

CE fiche de groupe de données de sécurité correspondant à TRGS 220 pour ISOVER-Glaswolledämmstoffe (produits laine de verre)

CE fiche de groupe de données de sécurité correspondant à TRGS 220 pour ISOVER-Glaswolledämmstoffe (produits laine de verre) pour ISOVERGlaswolledämmstoffe Date d issue: 20050315 Révision: 20050311 1 Identification du produit et de la société 1.1 Dénomination commerciale: ISOVER produits laine de verre 1.2 Information concernant

Plus en détail

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION VHT - 1/16 PRESENTATION Les différents gaz rares sont fournis sous haute pression (150 bars) dans des bouteilles métalliques. Les gaz les plus généralement utilisés sont le néon pur et l'argon en mélange

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler Protection, prévention et impact environnemental des incendies de stockages de pneumatiques Dossier de retour d expérience du SNCP Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation

Plus en détail

SOLS POLLUÉS : EVALUATION DES RISQUES CHIMIQUES ET SURVEILLANCE DES PERSONNELS. Catherine Nisse

SOLS POLLUÉS : EVALUATION DES RISQUES CHIMIQUES ET SURVEILLANCE DES PERSONNELS. Catherine Nisse SOLS POLLUÉS : EVALUATION DES RISQUES CHIMIQUES ET SURVEILLANCE DES PERSONNELS. Catherine Nisse Introduction La prise de conscience concernant la problématique de gestion des sols pollués est relativement

Plus en détail

La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage. Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS

La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage. Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS La réglementation et ses conséquences appliquées au cas du dégraissage - décapage Anne-Sophie MAZE Responsable Technique UITS 1 UITS Un syndicat professionnel unique qui réunit les entreprises d applications

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Identification du produit : Utilisation

Plus en détail

Sites contaminés, entre passé et futur.

Sites contaminés, entre passé et futur. Sites contaminés, entre passé et futur. Maîtrise des sites pollués CFF. Assainissement des sites contaminés: la mission de la Confédération. 3 En novembre 1999, le Département fédéral des finances (DFF)

Plus en détail

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 CONSERVEZ CE DOCUMENT Fait à Bouchain, le : / / Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 SOMMAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR PLAN DU SITE PAGE 3 CONSIGNES GÉNÉRALES PAGE 4 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Plus en détail

1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier

1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier EXEMPLE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE Collection les Essentiels Fiche n 20 - Septembre 2012 1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE 1.1 Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier Total

Plus en détail

FICHE de DONNEES de SECURITE

FICHE de DONNEES de SECURITE Page: 1/5 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE. Nom du produit: Présentation: BOSTIK ENDUIT D'IMPERMEABILISATION Plusieurs couleurs disponibles. Code du produit: 125339 Fournisseur: Nom: Adresse:

Plus en détail

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2 Charte professionnelle visant à organiser et assurer l hygiène et la sécurité des salariés en situation de coactivité pendant les opérations de montage et de démontage des manifestations commerciales Préambule....

Plus en détail

Hygiène du travail et assainissement d un site pollué

Hygiène du travail et assainissement d un site pollué Hygiène du travail et assainissement d un site pollué 26 ème journées franco-suisses de santé au travail Strasbourg 11 & 12 juin 2015 Jean Parrat Hygiéniste du travail SSHT Ingénieur de sécurité Service

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Rappel sur les obligations des agents en hygiène et sécurité... 3 3-

Plus en détail

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes Dr BAJON-THERY Dr COURJARET Dr SURET Dr DEWITTE Dr MICHOT Surveillance médico-professionnelle

Plus en détail

Formation renforcée du personnel intérimaire par les entreprises utilisatrices

Formation renforcée du personnel intérimaire par les entreprises utilisatrices SP 1070 Formation renforcée du personnel intérimaire par les entreprises utilisatrices SP 1070 Formation renforcée du personnel intérimaire par les entreprises utilisatrices Le Code du Travail prévoit

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / DU MELANGE ET DE LA SOCIÉTÉ / L'ENTREPRISE 1. 1. Identificateur de produit: 1. 2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g

Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g DR Nettoyant de fer à souder Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g iche de données de sécurité Page : 1/5 * 1 Identification

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves :

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : MÉMO SANTÉ Chef d entreprise artisanale SERRURIERS MÉTALLIERS MATÉRIAUX AMIANTÉS Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer

Plus en détail

Garages automobiles. La santé de votre entreprise passe par la santé de vos salariés!

Garages automobiles. La santé de votre entreprise passe par la santé de vos salariés! Garages automobiles et poids lourds La santé de votre entreprise passe par la santé de vos salariés! Santé et sécurité riment avec rentabilité Des clients toujours plus exigeants, un marché de plus en

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques La démarche d analyse des risques Les principes généraux de prévention les phases de la démarche analyse des risques définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / DU MELANGE ET DE LA SOCIÉTÉ / L'ENTREPRISE 1. 1. Identificateur de produit: 1. 1. 1. N CE: Non applicable. 1. 2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

Pressing : arrêté 2345

Pressing : arrêté 2345 SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 2 2009 Pressing : arrêté 2345 Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 23/11/2009 Introduction Depuis 2002, les installations de nettoyage à sec sont soumises

Plus en détail

RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)

RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) Titre du projet : Complexe Numérique de Bamako Pays : Mali Numéro du projet : P-ML-IAE-002 Département : OSHD Division : OSHD.2 a) Brève description

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

S3.4 La prévention des risques professionnels

S3.4 La prévention des risques professionnels CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL RÉPARATION DES CARROSSERIES Classe de seconde Document professeur SAVOIRS ASSOCIÉS DÉVELOPPÉS Savoirs S3.4.1 Les enjeux sociaux des accidents du travail. S3.4.2 Le processus

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE OPERATION DE CHARGEMENT / DECHARGEMENT. Protocole en application de l arrêté du 26 avril 1996

PROTOCOLE DE SECURITE OPERATION DE CHARGEMENT / DECHARGEMENT. Protocole en application de l arrêté du 26 avril 1996 OPERATION E CHARGEMENT / OC CVE Protocole en application de l arrêté du 26 avril 1996 ENTREPRISE ACCUEIL CIEME Groupe TIRU Centre de Valorisation Energétique ZI des Terres du Pont Rouge 59600 - MAUBEUGE

Plus en détail

CAHIER TECHNIQUE C.T. 01 PRÉPARATION DU SECTEUR D INTERVENTION 1) Arrêter et calfeutrer les systèmes de ventilation et de traitement d air, afin d empêcher que toute poussière ne se propage vers les autres

Plus en détail

Produits chimiques : Les obligations des artisans utilisateurs aval

Produits chimiques : Les obligations des artisans utilisateurs aval Les obligations des artisans utilisateurs aval PREAMBULE En matière de gestion des risques liés à leurs produits chimiques, les artisans sont concernés par de multiples textes juridiques. Cette note de

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

8.3.1. Modèle de registre de sécurité

8.3.1. Modèle de registre de sécurité 8.3.1. Modèle de registre de sécurité Dans les établissements/associations recevant du public, doit être tenu un registre de sécurité incendie, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables

Plus en détail

Version du 17 octobre 2011. Le bruit

Version du 17 octobre 2011. Le bruit Version du 17 octobre 2011 Le bruit Bruit et BTP Etat des lieux Surdité professionnelle : handicap irréversible SUMMER 2003 : 25% des salariés victimes du bruit Maladies professionnelles (tableau N 42)

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail