CONTACTS. Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués PAS-DE-CALAIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTACTS. Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués PAS-DE-CALAIS"

Transcription

1 Jean-françois DUHR Cram Nord-Picardie Alain REFFAS Raymond CROUZET Sécurité Sociale moustafa EDDERBAL PAS-DE-CALAIS NORD Recommandation sur la prévention et les bonnes pratiques à mettre en place sur les opérations de dépollution des sites pollués Gérard DENZ SOMME AISNE Alain BELLET OISE CONTACTS Fax : Fax : Tél. entreprise : (0,09 /mn) Fax : Tél. particulier : (0,09 /mn) Fax : Tél. : Conception/impression Cram Nord-Picardie - juin 2009 Stéphane BARLIER Comité Technique Régional du Bâtiment et des Travaux Publics

2

3 Cependant le programme d entretien des APR porte également sur différents points sans lesquels les mesures recommandées précédemment ne peuvent être efficaces : les conditions de stockage (y compris les filtres pour les APR concernés), le contrôle du bon fonctionnement aux intervalles prescrits, les vérifications et remplacement systématiques de pièces aux intervalles prescrits, le remplacement des éléments défectueux, les petites réparations et les différents réglages dès que nécessaire et signalés Les engins de chantier Les engins de chantier circulent parfois fenêtres ouvertes. Le conducteur d engin, souvent en location, n a pas d information sur les risques encourus sur le chantier de dépollution. Les engins doivent être équipés d une cabine climatisée et pressurisée avec alimentation en air propre et d un filtre à charbon actif. Le conducteur doit avoir un masque adapté au chantier, à disposition dans sa cabine, dont il devra s équiper en cas de descente d engin (cf choix des APR). Interdire strictement aux conducteurs de conduire leur engin fenêtres ouvertes. Effectuer la maintenance et le nettoyage des engins sur une aire aménagée spécifique et propre au chantier. La présence d un pare-flamme en sortie de pot d échappement peut s imposer selon la nature et le taux de concentration des polluants. Nota : D autres dispositions telles que l inclinaison des cabines pour les engins de démolition, l élévation des cabines et leur blindage, l ordinateur de pilotage de sécurité renforcent la protection du conducteur et des autres travailleurs évoluant dans la même zone Préambule Pour favoriser une mise en œuvre efficace des mesures législatives ou réglementaires en vigueur, il est recommandé aux chefs d entreprises des industries du bâtiment et des travaux publics, dont le personnel relève, en totalité ou en partie, du régime général de la sécurité sociale et utilise des véhicules ou engins de chantier, d appliquer les règles suivantes. Les prescriptions de cette recommandation sont aussi données à titre d information à tous les acteurs de la construction concernés par l acte de dépollution ou confrontés à des terres polluées, ainsi qu aux maîtres d ouvrage. 1 - INTRODUCTION La dépollution des sols n a débuté que dans les années Plus de sites ont hébergé, par le passé, une activité industrielle pouvant être à l origine d une pollution des sols. De nombreux risques sont présents sur les chantiers de dépollution. Un document très complet sur ce sujet a été réalisé par L INRS et l ADEME : «Protection des travailleurs sur les chantiers de réhabilitation des sites pollués» (ED866 éditée en juin 2002). Les risques auxquels sont soumis les salariés affectés au transport ou au traitement des terres polluées sont liés en particulier : à l environnement du chantier, à la nature des terres transportées Les polluants sont principalement de nature chimique, les plus préoccupants sont présentés ci après : certains métaux lourds et métalloïdes sont connus pour leur pouvoir neurotoxique (ex. le plomb) ou cancérogène (ex. : l arsenic, le chrome VI, le cadmium), par ingestion et/ou inhalation ; certains hydrocarbures, en particulier le benzène et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, sont reconnus pour leur effet CMR (Cancérigène Mutagène, Reprotoxique) ; beaucoup de solvants halogénés ou leurs produits de dégradation sont reconnus comme substance toxique ou très toxique, parfois cancérogène (ex. : chlorure de vinyle, trichloroéthylène ). Ils peuvent provoquer des troubles neurologiques aigus ou chroniques, cutanéo-muqueux, hépato-rénaux, cardio-respiratoires et digestifs ; l amiante est à l origine de cancers de la plèvre (mésothéliome). Aussi est-il nécessaire de cadrer les conditions d intervention sur les chantiers de réhabilitation de sites pollués par des produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques. p. 10 p. 3

4 2 - CHAMP D APPLICATION En complément des mesures législatives et réglementaires en vigueur, il est recommandé aux chefs d établissements de la circonscription de la Caisse régionale d assurance maladie (Cram) Nord-Picardie, dont tout ou partie du personnel relève du régime général, affecté aux travaux d excavation, de transport ou de traitement des terres polluées par des produits cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR hors amiante, pour laquelle existe une réglementation spécifique), lors des opérations de dépollution avérées ou accidentelles, d appliquer les dispositions de prévention ci-après : 3 - PRINCIPES de PREVENTION Les principes généraux de prévention, déclinés à l article L du code du travail définissent un cadre pour aborder la prévention des risques liés à la circulation et aux manœuvres des véhicules et engins sur les chantiers. L article L du code du travail précise que : «le chef d établissement met en œuvre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l établissement sur la base des principes généraux de prévention suivants : éviter les risques, évaluer les risques qui ne peuvent être évités, combattre les risques à la source, adapter le travail à l homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail, le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de minimiser le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé, tenir compte de l état d évolution de la technique, remplacer ce qui est dangereux par ce qui n est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux, planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l influence des facteurs ambiants, prendre les mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle, donner les instructions appropriées aux travailleurs» Hygiène L application de mesures strictes d hygiène s impose sur les chantiers de dépollution, lorsque l on est en présence de produits CMR. Lorsque l installation des locaux sociaux dans des bâtiments ne peut être réalisée de manière durable dès le début du chantier, l utilisation de locaux préfabriqués adaptés est préconisée. En effet, cette mesure permet d éviter toute période de transition (déménagement et travaux d aménagement) durant lesquelles les mesures d hygiène et de santé pourraient ne pas être appliquées exposant ainsi les salariés au risque chimique. Nota : des prélèvements et analyses dans les zones déterminées comme saines et dans les locaux sociaux sont utiles et recommandés afin de s assurer de l absence de pollution liée au milieu ambiant et à la contamination (personnel, véhicules ) Vêtements de travail En complément des mesures d hygiène évoquées cidessus, un soin particulier sera apporté aux vêtements de travail Equipements de protection individuelle Implanter les locaux sociaux dans une zone verte et non soumise aux travaux. Implanter les locaux sociaux dans des bâtiments non susceptibles d être démantelés ou réhabilités durant le chantier sinon dans des locaux préfabriqués adaptés. Des mesures strictes permettent d éviter ou tout au moins limiter la pollution par contamination : nettoyage régulier des salles de la base de vie (mobilier, sols ), séparation des flux du personnel en vêtements de travail et vêtements de ville, interdiction d accéder à la restauration en vêtements de travail, séparation physique et isolement des vestiaires vêtements de travail et vêtements de ville, maintien du masque durant le déshabillage et jusqu aux douches (à température réglable), douches en nombre suffisant à disposition du personnel, installation de lave-bottes. Le port de combinaisons jetables adaptées est obligatoire. En complément des équipements de protection individuelle courants (vêtements, gants, casque, bottes ), une attention particulière sera portée sur le choix des APR (Appareils de Protection Respiratoire) : Le choix commun des APR permet un dépannage interentreprises en cas de rupture de stock. Cette démarche doit être étendue aux différents types d APR nécessaires à la réalisation du chantier. L intégration des salariés au processus du choix leur permet de s approprier le port de l APR. Cependant, il ne faut pas oublier que le port de l APR lors de travaux reste pénible, qu il doit être effectif lorsque nécessaire. Son choix doit être issu de l analyse de risques du poste de travail. Dans tous les cas, cette mesure doit être accompagnée d une formation du personnel au port et à l entretien de son APR. Le nettoyage des APR par un service de laverie sur le site permet de s assurer que tout APR porté est propre et en bon état de fonctionnement (batteries chargées ). p. 4 p. 9

5 4.4. Personnel intervenant Statut des personnels intervenant sur les chantiers de dépollution Le statut des personnels intervenant sur les chantiers de dépollution n est pas défini. Le recours à des salariés en contrat précaire les expose à une absence de suivi médical dans le temps. Chaque fois qu il y a présence de produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques, le recours à des salariés en contrat précaire (intérimaires, contrat à durée déterminée, apprentis) est proscrit. Les plans de prévention établis avec les entreprises de maintenance extérieures (spécialistes en pneumatiques, en hydraulique, SAV, sociétés de nettoyage ) doivent spécifier les risques propres au chantier de dépollution. Eviter les risques Eviter la présence de personnes non protégées et non formées sur le chantier de dépollution. Respecter le principe «zone propre - zone sale» au niveau des vestiaires, prévoir une zone de décontamination des engins. Identifier et baliser les zones polluées. Identifier les risques Identifier les zones critiques sur le chantier ainsi que les phases critiques dans le déroulement des travaux, par exemple : nature des polluants, croisement des flux, superposition des tâches, présence de réseaux. Evaluer les risques qui ne peuvent être évités Evaluer les risques résiduels et mettre en place les mesures de prévention associées Formation au risque chimique En complément de la formation à la sécurité prévue par les textes législatifs : Mettre en place, en concertation avec le médecin du travail et les instances représentatives du personnel, une information de l ensemble des salariés intervenant sur le site à dépolluer, sur le risque chimique en général et sur les risques liés aux produits Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) présents sur le chantier de dépollution. Cette formation intégrera les notions d hygiène et de port des Equipements de Protection Individuelle. Cette formation sera formalisée : la liste émargée des salariés ayant suivi cette formation ainsi que son contenu seront disponibles sur le site, pour les organismes de contrôle. Adapter l organisation du travail aux conditions de travail du personnel et à l activité du chantier Organiser les circulations. Choisir le matériel adapté aux travaux à réaliser. Organiser le temps et le rythme de travail. Organiser la co-activité des équipes (règles communes de circulation, gestion des interférences ). Mettre en œuvre les techniques les mieux adaptées Privilégier les véhicules et engins présentant les meilleures caractéristiques de conception en termes d isolation de la cabine, de filtration et de conditionnement de l air, de visibilité et d ergonomie des postes de conduite. Choisir des dispositifs d aide à la conduite permettant de réduire les risques d écrasement ou de collision. Privilégier les mesures de protection collective Mettre en place des séparations physiques des voies de circulation. Réaliser préalablement les ouvrages provisoires et les rétablissements de circulation. Et/ou Existence d une norme concernant les prestations de service relatives aux sols et sites pollués (études, ingénierie, réhabilitation de sites pollués et travaux de dépollution) : la norme NF X Son annexe B concernant les compétences minimales des entreprises de travaux de dépollution devrait être respectée par l ensemble des entreprises amenées à effectuer ce type de travaux. Les entreprises amenées à effectuer des travaux de dépollution de sites respecteront, en termes de formation du personnel, l annexe B de la norme NF X Mettre en œuvre les mesures de protection individuelle Choisir et mettre à disposition des salariés les EPI adaptés à leur activité. S assurer de leur port effectif et de leur bon état. Former et informer les salariés sur les risques liés aux produits Cancérigènes, Mutagènes ou Toxiques pour la reproduction Former les salariés aux risques chimiques spécifiques à chaque chantier de dépollution. Diffuser et commenter les règles prises en matière de prévention du risque chimique, ainsi qu aux risques liés à la circulation des engins : plan de circulation, circuits p. 8 p. 5

6 4 - MESURES de PREVENTION Il s agit d intégrer les bonnes pratiques et les préalables d évaluation des risques lors du traitement et/ou transport de terres polluées sur un chantier de dépollution. L état des lieux se trouve dans la partie gauche, les mesures recommandées sont dans la partie droite Déclaration d ouverture de chantier Pas d obligation d avis d ouverture de chantier pour les chantiers de dépollution employant moins de 10 salariés. Cette déclaration est légalement établie par chaque entreprise devant réaliser un chantier de bâtiment ou de travaux publics occupant 10 personnes au moins pendant plus d une semaine (arrêté du 23 septembre 1957) Zonage du chantier Difficulté d identifier les zones à risques spécifiques, en particulier sur les grands chantiers de dépollution. Le découpage par zones (maillage) du chantier a des impacts sur plusieurs domaines : organisation du chantier et co-activité : le zonage permet de gérer le suivi du chantier et la répartition des travaux de façon détaillée. La co-activité simultanée peut être ainsi évitée si les bâtiments sont tous repérés y compris les structures les reliant. gestion des risques particuliers : dans chaque zone sont identifiés les risques particuliers tels que la présence de produits dangereux, de fosses, de tranchées couvertes, etc. Avant chaque intervention dans ces zones et bâtiments concernés, des mesures particulières de prévention peuvent être prises (suivi médical, équipements de protection individuelle adaptés, détection de gaz ). Pour tout chantier de dépollution : terrassement, transport de terre polluées contenant des métaux lourds ou des produits toxiques (CMR, hors amiante pour laquelle existe une réglementation spécifique), quelque soit la durée des travaux, une déclaration d ouverture de chantier doit être réalisée et envoyée aux organismes destinataires (DIRECCTE, CRAM, OPPBTP), spécifiant dans la rubrique «nature des travaux» la mention : réhabilitation d un site pollué par des CMR. Mettre en place un maillage du chantier permettant d identifier les différentes zones à risques spécifiques : sur le plan masse du site à dépolluer, par un balisage et une identification précise, sur le terrain, de ces différentes zones Identifier les polluants Pas de contrainte existante pour la réalisation d un inventaire précis des déchets. Nota : une localisation de chaque déchet par GPS peut être réalisée sur les grands chantiers. Chaque déchet recevra un numéro d identification (que l on retrouve physiquement sur chaque déchet sous forme de pancarte ou d étiquette) et sera localisé précisément par GPS. Un logiciel permettant de localiser précisément chaque déchet pourra être utilisé. La fiche d identification du déchet indique sa quantité estimée, son risque principal associé, son analyse précise, son aspect, son volume et tonnage estimés, destination du déchet Cette méthodologie permet d identifier chaque déchet, les risques associés et les filières d élimination. Elle permet d assurer une première mise en sécurité avant le début des travaux (élimination des déchets avant l intervention des autres entreprises), de suivre de manière précise le mouvement des déchets et de s assurer également d un oubli d identification (absence de pancarte signifie déchet inconnu entraînant un arrêt des travaux pour l identification). De même, si un produit identifié est toujours présent lors des travaux suivants, l entreprise peut en connaître sa nature grâce à la base de données mise à jour quotidiennement. L analyse systématique assure l organisation des mouvements des déchets : la connaissance de la filière d élimination permet de limiter les mouvements et apporte une connaissance des produits et des risques qui leur sont associés. La base de données informatique créée permet également le tri par localisation (par bâtiment par exemple). La connaissance exacte de ce qui se trouve sur les lieux permet d organiser l évacuation bâtiment par bâtiment par exemple en s assurant à la fin, via la mise à jour de la base de données, que tous les déchets ont bien été évacués (suivi des mouvements assuré par l entreprise ayant à charge l évacuation). Cependant, cette méthodologie n est pas applicable pour les produits non accessibles, ou dont la découverte reste fortuite (fûts enterrés dont la présence est inconnue). L évaluation des risques devra intégrer la possibilité d une découverte fortuite de pollution et la nécessité de la mise en place d une procédure de vigilance (suspension provisoire des travaux jusqu à plus ample information quant à la nature et au danger des produits découverts. Durant la préparation du chantier, effectuer un inventaire complet des déchets : Répertorier chaque déchet quelque soit sa forme (liquide, pâteuse, pulvérulente, solide ). Tout produit inconnu ou à risque doit être analysé. Chaque tas doit être échantillonné. Sur plusieurs tas d aspect identique localisés au même endroit, un prélèvement moyen pourra être réalisé. Cependant, chaque tas sera référencé, un double échantillonnage réalisé. Un échantillon témoin restera toujours sur le site (permettant une contre-analyse si nécessaire). Identifier distinctement les déchets en place sur le site. établir une cartographie des sites ou emplacements de déchets. Nota : le stockage des déchets de doit pas induire de nouvelle pollution. p. 6 p. 7

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : OBJET DU REGLEMENT L objet du présent règlement

Plus en détail

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Didier Picard - Ingénieur Prévention Direccte Franche-Comté

Plus en détail

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE 1. GENERALITES SUR LES AGENTS CHIMIQUES 2. NOTIONS DE BASE : Agent chimique Danger Risque Exposition professionnelle à un agent chimique Voies d exposition Agent chimique :

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir»

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» Forum interdépartemental d Ile de France Bernard Dréno/Bruno Carta

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières Points essentiels en matière de sélection et d utilisation 1 Quand faut-il utiliser des demi-masques de protection respiratoire? Le présent

Plus en détail

MARCHÉS PUBLICS Marché de travaux d aménagement du site de la Fosse aux Carpes. Lot n 2 : Aménagements paysagers AVENANT N 2

MARCHÉS PUBLICS Marché de travaux d aménagement du site de la Fosse aux Carpes. Lot n 2 : Aménagements paysagers AVENANT N 2 MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction des Affaires Juridiques MARCHÉS PUBLICS Marché de travaux d aménagement du site de la Fosse aux Carpes Lot n 2 : Aménagements paysagers

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Présence de toxiques «métaux lourds» Principales exigences réglementaires Auteur : Serge HAMPARIAN Groupe OASMD Unité Chimie

Plus en détail

Présentation et guide d utilisation. Un outil au service de la prévention des risques :

Présentation et guide d utilisation. Un outil au service de la prévention des risques : - VIGILABO Outil de diagnostic et d évaluation des espaces et des travaux dédiés à l enseignement des sciences Rectorat Présentation et guide d utilisation Un outil au service de la prévention des risques

Plus en détail

Modalités pratiques de coopération SPS en phase de réalisation du projet

Modalités pratiques de coopération SPS en phase de réalisation du projet Fiche Prévention - A4 F 09 13 Modalités pratiques de coopération SPS en phase de réalisation du projet Cette fiche propose un cadre de modalités pratiques de coopération entre les différents acteurs d

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

Prévention des risques chimiques en entreprise

Prévention des risques chimiques en entreprise Prévention des risques chimiques en entreprise P. BARBILLON Ingénieur-Conseil Pascale Barbillon - Ingénieur conseil 1 Démarche 1 2 Préparation de l évaluation Identification des risques 3 Hiérarchisation

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail Déclaration de dérogation aux travaux réglementés en vue d accueillir des jeunes mineurs âgés d au moins 15 ans et moins de 18 ans en formation professionnelle ou technologique Articles L41539, D415315

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

Colles et produits adhésifs à base de résines synthétiques utilisés dans le bâtiment et les travaux publics

Colles et produits adhésifs à base de résines synthétiques utilisés dans le bâtiment et les travaux publics Risques principaux et précautions d emploi liés à l utilisation des produits tels que colles, revêtements de protection, mortiers, produits d injection contenant des résines synthétiques. Colles et produits

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET Nom du produit : IOC VEHICULE NET Informations sur la société : 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Institut Œnologique de Champagne Z.I. de Mardeuil BP 25 51201 EPERNAY Cedex Tel : + 33 (0)

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Centre Social Mozaïque 1, rue des Maures 69320 FEYZIN

Centre Social Mozaïque 1, rue des Maures 69320 FEYZIN RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES REVETEMENTS CONTENANT DU PLOMB AVANT REALISATION DE TRAVAUX - Articles L.230-2, L.235-1, R.231-56 et R. 231-56-1 du Code du Travail - Articles R 4412-156 à R 4412-160

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions;

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions; Arrêté royal du 28 mars 2007 relatif à l agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d enlèvement au cours desquels de grandes quantités d amiante peuvent être libérées

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 2 DIRECTIVE N 3535/DEF/CAB mesures de prévention face aux risques d exposition à

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels

Évaluation des risques professionnels Évaluation des risques professionnels Fascicule d aide à l élaboration du DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES (DUER) Nom de l établissement ou de l école : Ville : Département : Académie de Poitiers

Plus en détail

Formation Sécurité Vos Obligations

Formation Sécurité Vos Obligations Formation Sécurité Vos Obligations Salon IDEBA 19 juin 2014 Beauvais SOMMAIRE Préalable : Notion de compétence Origine des Obligations de formation Obligation «sécurité» Obligation «sociale» Exemples Notion

Plus en détail

Fiche de prévention - Réglementation

Fiche de prévention - Réglementation etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril Fiche de prévention - Réglementation N 2 LES PRODUITS CHIMIQUES : la fiche de donnée de sécurité & l étiquetage Mise à jour : Janvier 2011

Plus en détail

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION Les intervenants dans le transport de marchandises dangereuses doivent prendre les mesures appropriées selon la nature et l'ampleur des dangers afin d'éviter des dommages et, le cas échéant, d'en minimiser

Plus en détail

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Eclatement et découpe de branchements en amiante-ciment Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation INTERVENANT : JC BEHRENS Responsable

Plus en détail

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique Rédacteur : Vérificateur : Approbateur : Document créé le Document modifié le Document édité le 9 juin 2011 2011 Réf. document : XXX XXX XXX Version : 00 Document entreprise CALENDRIER DES FORMATIONS Sous-section

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

Catalogue de Formation 2012

Catalogue de Formation 2012 Catalogue de Formation 2012 GREENTIPS Prévention des risques chimiques Initiation au risque amiante Les agents C.M.R. : connaissances réglementaires et actions de prévention GREENTIPS 91 C route des Romains

Plus en détail

Une fiche d évaluation et de prévention

Une fiche d évaluation et de prévention Risques professionnels Une fiche d évaluation et de prévention Avec l aimable autorisation de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), nous reproduisons dans ce dossier un document réalisé

Plus en détail

Pollution du bâti - Amiante

Pollution du bâti - Amiante FEVRIER 2013 FICHE PRATIQUE Pollution du bâti - Amiante 1. Définition 2. Obligations réglementaires Gestion des ERP 3. Obligations réglementaires Cas des opérations de travaux & démolitions 4. Obligations

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR

UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR Paris, le 25/08/2014 UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR Pour les besoins d un scénario, une production peut être amenée à utiliser des armes de tous types (blanches, à feu ).

Plus en détail

Le Plomb. Peintures au plomb dans les bâtiments anciens. (Prévention/Réglementation) Ministère de l Équipement, des Transports et du Logement

Le Plomb. Peintures au plomb dans les bâtiments anciens. (Prévention/Réglementation) Ministère de l Équipement, des Transports et du Logement Le Plomb Peintures au plomb dans les bâtiments anciens (Prévention/Réglementation) Ministère de l Équipement, des Transports et du Logement MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ intoxication par le

Plus en détail

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Sébastien EVANNO (sebastien.evanno@ineris.fr) Contexte Programme d appui annuel

Plus en détail

Objet : Arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés.

Objet : Arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés. République Française Paris, le 22 décembre 2003 DIRECTION DE LA PREVENTION DES POLLUTIONS ET DES RISQUES SOUS-DIRECTION DES PRODUITS ET DES DECHETS Bureau de la Qualité Ecologique des Produits Affaire

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2

SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2 Page 1/15 SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2 2 - MOYENS DE SECURITE... 4 2.1 - CHARGE DE SECURITE... 4 2.2

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

Travail en hauteur Plan d action

Travail en hauteur Plan d action fide Travail en hauteur Plan d action 2015 Réalisation : APSAM Rédaction : Pascal Gagnon Version originale : 29 octobre 2015 Crédits photo : sakhorn/shutterstock.com Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

UTILISATION DES MACHINES : CE QU IL FAUT RETENIR

UTILISATION DES MACHINES : CE QU IL FAUT RETENIR UTILISATION DES MACHINES : CE QU IL FAUT RETENIR 1. Définitions Selon le code du travail : «Une machine est un ensemble de pièces ou d'organes liés entre eux dont au moins un est mobile et le cas échéant,

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

FORMATION ET HABILITATION N 1

FORMATION ET HABILITATION N 1 FORMATION ET HABILITATION N 1 Objectifs : - décoder les différents types d habilitations - s informer sur l organisation des formations à la prévention des risques électriques Mise en situation : Alors

Plus en détail

Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013. Bases en prévention. Sandra Dulieu DIRECCTE RA

Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013. Bases en prévention. Sandra Dulieu DIRECCTE RA Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013 Bases en prévention Sandra Dulieu DIRECCTE RA Les enjeux de la Prévention ENJEU HUMAIN et SOCIAL de préserver la santé et d

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE 1. Identification du produit et de la société Nom du produit Utilisation du produit / Préparation Fabricant La colle à joint FERMACELL Greenline est utilisée pour le traitement des joints entre plaques

Plus en détail

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Exploitants de pressing Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire ou cutanée, se faire mal au dos en manipulant des charges importantes

Plus en détail

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement Gestion de la santé et de la sécurité au travail dans l entreprise Vingt thèmes pour évaluer votre niveau d organisation et l implication de votre personnel Nom de l établissement Date de mise à jour 01/04/09

Plus en détail

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention Fonction Publique Territoriale Centre de Gestion de Maine et Loire Service Hygiène & Sécurité Fiche n 82 Création : Mai 2013 Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) :

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!!

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!! Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS Les intoxications au plomb existent toujours!!! Fin 2008, plusieurs chantiers de la région Centre ont donné lieu à des intoxications au

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes 1. DEFINITIONS Le travail en hauteur désigne soit un emplacement de travail (toitures, charpentes, passerelles ), soit l utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail

Plus en détail

Évaluer les risques chimiques..

Évaluer les risques chimiques.. Évaluer les risques chimiques.. Etape 1 : Inventaire des produits chimiques dangereux Cet inventaire doit comprendre TOUS les «agents chimiques dangereux» dés qu ils comportent au moins des étiquetages

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Rappels des notions fondamentales (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Le D.U. : une obligationdepuis 2001 Ca fait 11 ans

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Réparateurs automobiles Garagistes Peintres carrossiers Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire, se faire mal au dos en soulevant

Plus en détail

Enjeux humains CARSAT

Enjeux humains CARSAT Enjeux humains CARSAT Les autres enjeux La responsabilité du donneur d ordre: Article R. 4412-97: Le donneur d ordrea, en matière d opérations exposant à l amiante, des obligations qui lui sont propres

Plus en détail

Mettre en œuvre le document unique

Mettre en œuvre le document unique . Mettre en œuvre le document unique La responsabilité du chef de service atefo / Ministères économique et financier - Formation de formateurs DU V3 2 La responsabilité du chef de service «Les chefs de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/2011/3 Distr. générale 9 février 2011 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Fiche Prévention - A1 F 05 13 Annule et remplace les fiches A1 F 05 11 et I4 F 01 09 Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Obligations

Plus en détail

REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE

REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE SITE DES LABORATOIRES SANTE ANIMALE ET SECURITE ALIMENTAIRE 22, RUE PIERRE CURIE - 94700 MAISONS-ALFORT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 Conseils prévention Santé au travail Crée le 25/07/2011 par VK Mise à jour 08/09/2011 par VK Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 2. PRÉVENTION... 2 2.1. CONCEPTION DES LOCAUX... 2 2.2. ENTRETIEN DES LOCAUX...

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION

LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION Auteur : Brigitte GUILLAUME Conseiller Hygiène Sécurité Conseil général du Val d Oise INTRODUCTION

Plus en détail

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) 1 Les déchets Les déchets issus des activités de photographie peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER)

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER) Entreprises de travail à façon de la viande Document unique d évaluation des risques (DUER) La sécurité du personnel passe par une démarche d identification et d analyse des risques, puis de recherche

Plus en détail

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux (171) Le choix d une technologie de traitement et d élimination des déchets de soins médicaux doivent toujours être

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION Document unique olet 1 : Informations générales 1 Préambule 2 Textes 3 Réseaux 4 Formations à la sécurité 5 Offres de formation Année : 2005-2006 1 Préambule 11- Programme

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques professionnels

Le document unique d évaluation des risques professionnels Le document unique d évaluation des risques professionnels Guide pratique L'info pratique en droit du travail AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante?

Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante? Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante? Article R.4412-94, 2 e Communication réalisée dans le cadre du Plan régional Santé Environnement 2 et du Plan régional Santé Travail

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Conducteur(trice) de ligne de conditionnement des Industries Chimiques : niveau IV* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence

Plus en détail

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION Etude de postes pour le document unique De la maitrise des risques à l étude de postes Maitriser les risques professionnels

Plus en détail

REFERENCES REGLEMENTAIRES

REFERENCES REGLEMENTAIRES Le guide des Equipements de Protection Individuelle est un dossier comprenant plusieurs documents : - Ce premier document, qui évoque les généralités sur les EPI et les tenues de travail. - Ensuite, des

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES COTEAUX DU GIROU

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES COTEAUX DU GIROU COMMUNAUTE DE COMMUNES DES COTEAUX DU GIROU Commune de GARIDECH L assainissement non collectif Réunion publique du 17 juin 2011 1 - Présentation de l ANC : ses enjeux et ses acteurs Le Service Public de

Plus en détail

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Circulaire du 18 avril 2002 Vous avez au moins 1 salarié? un apprenti? Vous allez embaucher une personne en CDI, CDD ou intérim? Alors vous êtes concerné quel que

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale Du bon sens et un peu de temps Entreprise Nom Logo PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Chantier Nom de l opération Adresse du chantier: Période d'exécution: Lot : Maître

Plus en détail

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE Salle de formation : nouveau concept. Cadre agréable hors entreprise. Première session des 16 et 17 octobre2014 «Un sauveteur secouriste du travail (ou SST) peut sauver des vies sur le lieu de travail,

Plus en détail

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE N O 15 / Août 2007 PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL À l intention À du responsable

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 LOCALISATION DE L OPÉRATION : NATURE DE L OPÉRATION : Prestation de service en restauration collective Début de la prestation :... Fin de la prestation

Plus en détail