Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation"

Transcription

1 Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation Les caractéristiques des modules qui sont fournies par le constructeur sont des moyennes. Il indique d'ailleurs toujours l'écart à la moyenne sous forme d'un pourcentage. Dans la pratique, lors de la construction, chaque module est testé en sortie de la ligne d assemblage. On le soumet très brièvement à un éclairage dans une enceinte recréant les conditions STC de 1000W/m², 25 C, AM 1,5. On appelle ça le «flashage» Une fois tous les modules flashés, le constructeur fait des lots en triant les modules en puissance. Tous les modules d un lot auront donc la même puissance + ou quelques pourcent. Cela dépend des fabricants, on peut avoir +-3% ou 5+10%, Chaque module est donc unique dans ses caractéristiques. Pour qu une installation photovoltaïque fonctionne le mieux possible, il est donc préférable que tous ses modules soient les plus semblables possibles. En effet, l installation est constituée de plusieurs modules mis en série (string) et en parallèle. Lorsque l on met les modules en série, les tensions s ajoutent mais le courant reste constant et sera égal au courant du module le plus faible. De même, lorsque l on met des modules en parallèle, les courants s ajoutent mais la tension reste constante et sera égale à la tension la plus faible. Comme l on met généralement plus de module en série qu en parallèle, on va donc essayer d avoir des modules ayant des courants similaires ensembles. Jusque là tout va bien! Sauf qu un module n a pas toujours la même tension ni le même courant : c est un générateur d énergie qui va s adapter à la demande en puissance que l on fait. C est exactement comme une pile d une lampe de poche : si vous ne branchez rien dessus, la pile aura une tension donnée et un courant nul. On peut voir cela comme un «potentiel» d énergie à donner. Si vous créez un court-circuit entre les bornes + et -, vous aurez un courant élevé et une tension nulle (le potentiel est nul, la pile donne tout ce qu elle a dans le ventre!). Cet état n est pas durable car la pile va rapidement s épuiser. Entre ces deux extrêmes, il existe une infinité d états accessibles qui seront déterminés par la charge (la résistance de l ampoule) que vous mettrez entre les 2 pôles. Notre module fonctionne de la même manière sauf qu il est rechargé en permanence par les photons du Soleil (l explication de ce mécanisme sera pour une autre fois!). Chacun de ses états accessibles correspond à une puissance fournie. La puissance est obtenue comme le produit du courant par la tension. Dans les 2 cas extrêmes, la puissance est nulle puisque l une des deux valeurs est nulle. Entre ces 2 points existe un point ou la puissance est maximale. C est ce point que l on cherche à atteindre en permanence et c est là le boulot de l onduleur : faire en sorte qu à tout moment les modules donnent le maximum de puissance. On appelle ce point Pmpp, la tension associé Umpp et le courant associé Impp. MPP vient de l anglais Maximal Power Point : Point de Puissance Maximale. Concrètement, on peut visualiser cela par une courbe I = f(u) et une autre P = f(u). Par exemple pour un module de Sanyo de 210Wc, on a :

2 Caractéristique I = f(u) Caractéristique P = f(u) On observe bien les points : - en vert : Tension de circuit ouvert Uoc et courant de court-circuit Icc - en bleu : la tension Umpp et le courant Impp liés au point de fonctionnement maximal - en rouge : le point de puissance maximale : Pmpp Voilà pour le comportement d un module. Lorsque l on met plusieurs modules en série, on obtiendra au final le même genre de courbe. On peut considérer l ensemble de l installation comme un unique et énorme panneau! La détermination de la puissance de cet unique panneau n est pas évidente puisque chaque module entité est un peu différent. En première approximation, on peut additionner l ensemble des puissances, mais cela ne sera pas exact. Pour avoir un résultat exact, il faut déterminer pour chaque string sa tension et son courant.

3 Comment déterminer la tension d une string? Première approche : Repérons dans le groupe des modules en série qui composent la string celui qui a le courant le plus faible. On doit ensuite regarder pour chacun des autres modules qu elle est la tension qui correspond à ce courant (sur sa courbe I=f(U)). Une fois cela fait, il suffit d ajouter toutes les tensions obtenues pour obtenir la tension de la string. En multipliant par le courant, on obtient la puissance «réelle» de la string. Si l installation ne comporte qu une string nous avons là sa puissance. Maintenant si on a 2 string en parallèle. On peut faire la même opération que précédemment sur les 2 strings. Si les tensions obtenues sont identiques (cas fort peu probable!), pas de problème, la puissance de notre installation sera le produit de la tension par la somme des courants des 2 strings : P = U_string x (I_string1 + I_string2). Mais si les tensions sont différentes? Les choses se compliquent mais on peut s en sortir. On peut considérer chaque string comme un unique module. Comme ils sont en parallèles, les tensions doivent être les mêmes et égales à la tension la plus faible. Le string-module qui a sa tension la plus élevée devra la baisser ce qui aura pour conséquence de modifier son courant. On peut déterminer ce courant en traçant la caractéristique de se string-module. Une fois le courant déterminé, on retrouve le cas précédent ou les 2 string ont des tensions identiques. Ce raisonnement est en fait pas tout à fait correct car nous ne sommes pas dans une situation statique. En effet, au bout de nos modules, il y a l onduleur qui en permanence cherche le Pmpp et pour ce faire fait varier la tension. L onduleur ne voyant pas les modules individuellement, il fait varier la tension globale de chaque string. Chaque module va donc voir sa tension bouger un peu ainsi que son courant puisqu ils sont liés (on se promène sur la caractéristique I=f(U)). La solution de prendre le courant le plus faible est donc un peu perturbée et dans la réalité le courant de la string sera un peu plus élevé. Si vous êtes arrivé jusque là, vous vous dites : c est bien joli tout ça, mais qu en est-il de la «vrai» puissance de mon installation! J y arrive! Mais il y encore quelques considérations un peu techniques qu il me faut exposer. Elles ne sont cependant pas nécessaire pour l utilisation du programme et vous pouvez donc les sauter et aller directement à l exemple ci-dessous. L exposé ci-dessus montre que la solution du problème tourne autour du calcul de la caractéristique d un module. Il existe plusieurs modèle mathématique du fonctionnement d un module, mais tous utilisent la diode comme base en y rajoutant une ou plusieurs résistances. Une excellente introduction est donnée par M. Matagne là :

4 Le modèle est le suivant : Ce qui se traduit pour notre caractéristique I=f(U) par : Dans cette formule, nous avons : - I et U le courant et la tension aux bornes du module - I L : le courant photogénéré - I 0 : le courant de saturation inverse - γ : le facteur de qualité de la diode - R s : la résistance série - R sh : la résistance de Shunt - e : la charge de l électron - k : la constante de Boltzman A partir des points données par le fabricant (tension à vide, courant de court-circuit, coefficients de température) il est possible de résoudre cette équation et d obtenir ainsi la caractéristique complète du module. M. Matagne propose un programme Basic résolvant cette équation, j en ai fait une adaptation plus complète disponible là : EXEMPLE 1 : Considérons un module Sanyo HIP-210NKHE1. Le constructeur donne les caractéristiques moyennes suivantes : Nombre de cellules : 72 (ça c est pas une moyenne!) Tension Mpp : Umpp = 41,3 V Courant Mpp : Impp = 5,09 A Tension en circuit ouvert : Uco = 50,9 V Courant de court circuit : Icc = 5,57 A Coeff. de température de Uco : -127 mv/ C Coeff. de température de Icc : 1,67 ma/ C Coeff. de température de Pmpp : -0,3 %/ C Et les courbes :

5 Voilà les courbes obtenues avec le programme pour l évolution en fonction de l irradiation : On constate une bonne correspondance bien que les coudes des pentes soient moins brutales que ce qu elles devraient être. Faut dire aussi que les modules Sanyo HIP ont une technologie hybride cristallin/amorphe que le modèle ne sait pas reproduire. Considérons maintenant une installation constituée de 14 de ces modules dont les données techniques sont (flash-list) : N Uoc [V] Isc [A] Umpp [V] Impp [A] Pmpp[W] 1 51,06 5,500 41,82 5, ,7 2 51,18 5,504 41,49 5, ,7 3 51,24 5,464 41,84 5, ,6 4 51,45 5,453 41,92 5, ,1 5 51,18 5,456 41,82 5, ,2 6 50,89 5,516 41,22 5, ,4

6 7 51,19 5,493 41,66 5, ,7 8 51,32 5,475 41,50 5, ,9 9 51,39 5,521 41,84 5, , ,22 5,498 41,85 5, , ,47 5,469 42,09 5, , ,38 5,484 42,12 5, , ,22 5,462 41,83 5, , ,46 5,506 42,54 5, ,9 La somme brutale des puissances donnent : 2973,2Wc. Nous allons considérer 2 cas d installation : la première avec une seule string de 14 modules, la secondes avec 2 strings de 7 modules. Cas 1 : une string de 14 modules. Dans ce cas, trier ne sert à rien. Si on calcule la puissance avec la méthode du courant minimal, on obtient : Pmpp = Utotal x Imin = 585,54 x 5,005 = 2930,6Wc En utilisant les caractéristiques des modules, on obtient : Pmpp=2971,82Wc, Umpp=585,42V, Impp=5,08A On constate une puissance proche de celle obtenue par la somme brute. On voit aussi que le courant est supérieur au courant minimal. Cas 2 : deux string de 7 modules. Dans ce cas, on peut faire des tris afin d améliorer les choses (?). Le tableau ci-dessous regroupe plusieurs tests (les valeurs pour String 1 & 2 correspondent à la string isolée) : Résultats Sans tri Pmpp=2972,98Wc, Umpp=292,43V, Impp=10,17A String 1 : Pmpp=1489,33Wc, Umpp=291,82V, Impp=5,10A String 2 : Pmpp=1483,28Wc, Umpp=293,61V, Impp=5,05A Tri en puissance Pmpp=2972,47Wc, Umpp=292,06V, Impp=10,18A String 1 : Pmpp=1490,78Wc, Umpp=293,04V, Impp=5,09A String 2 : Pmpp=1481,11Wc, Umpp=292,23V, Impp=5,07A Tri en courant Pmpp=2972,58Wc, Umpp=291,76V, Impp=10,19A String 1 : Pmpp=1490,65Wc, Umpp=292,07V, Impp=5,10A String 2 : Pmpp=1482,03Wc, Umpp=293,68V, Impp=5,05A Conclusion, le tri n apporte rien! Les écarts ne sont pas significatifs pour être relevant. En fait, il se trouve que le groupe de module est très homogène. EXEMPLE 2 : Nous allons maintenant considérer un module SDM 185Wc. Les caractéristiques sont : Nombre de cellules : 72 Tension Mpp : Umpp = 34,6 V Courant Mpp : Impp = 5,35 A Tension en circuit ouvert : Uco = 44 V Courant de court circuit : Icc = 5,8 A Coeff. de température de Uco : -156 mv/ C Coeff. de température de Icc : 3,074 ma/ C

7 Coeff. de température de Pmpp : -0,485 %/ C La modélisation donne la caractéristique suivante : Faisons les mêmes opérations que dans l exemple précédent en considérant les 14 modules suivants : N Uoc [V] Isc [A] Umpp [V] Impp [A] Pmpp[W] FF 1 44,56 5,584 35,4 5, ,1 0, ,88 5,637 36,31 5, ,3 0, ,82 5,618 35,98 5,2 187,1 0, ,77 5,571 35,77 5, ,1 0, ,84 5,611 36,01 5, ,1 0, ,81 5,533 35,8 5, ,2 0, ,02 5,563 36,3 5, ,5 0, ,99 5,52 36,09 5, ,7 0, ,96 5,564 35,99 5, ,7 0, ,64 5,633 35,82 5, ,2 0, ,83 5,589 35,66 5, ,4 0, ,49 5,55 35,72 5, ,3 0, ,69 5,716 35,72 5, ,5 0, ,47 36,31 5, ,8 0,747 La somme brutale des puissances donnent : 2589Wc. Cas 1 : une string de 14 modules. Aucun tri nécessaire. Si on calcule la puissance avec la méthode du courant minimal, on obtient : Pmpp = Utotal x Imin = 502,88 x 5,047 = 2538,03Wc En utilisant les caractéristiques des modules, on obtient : Pmpp=2586,03Wc, Umpp=502,98V, Impp=5,14A On constate une puissance proche de celle obtenue par la somme brute. On voit aussi que le courant est supérieur au courant minimal.

8 Cas 2 : deux string de 7 modules. Dans ce cas, on peut faire des tris afin d améliorer les choses (?). Le tableau ci-dessous regroupe plusieurs tests (les valeurs pour String 1 & 2 correspondent à la string isolée) : Résultats Sans tri Pmpp=2586,54Wc, Umpp=251,53V, Impp=10,28A String 1 : Pmpp=1300,12Wc, Umpp=251,53V, Impp=5,17A String 2 : Pmpp=1286,48Wc, Umpp=251,43V, Impp=5,12A Tri en puissance Pmpp=2588,09Wc, Umpp=251,71V, Impp=10,28A String 1 : Pmpp=1306,34Wc, Umpp=251,71V, Impp=5,19A String 2 : Pmpp=1281,19Wc, Umpp=251,06V, Impp=5,10A Tri en courant Pmpp=2588,73Wc, Umpp=251,92V, Impp=10,28A String 1 : Pmpp=1304,70Wc, Umpp=251,14V, Impp=5,20A String 2 : Pmpp=1283,54Wc, Umpp=252,06V, Impp=5,09A La encore le tri n apporte pas grand chose, tout juste 2Wc de gagner. Conclusion : Dans le cas d une petite installation et sous réserve que le lot de modules fourni est homogène, une excellente approximation de la puissance de l installation sera obtenue en faisant simplement la somme des puissances des modules de la flash-list et faire un tri ne s impose pas.

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Manuel d utilisation du logiciel «Extracteur d équations»

Manuel d utilisation du logiciel «Extracteur d équations» Manuel d utilisation du logiciel «Extracteur d équations» Ce logiciel a pour but d aider les élèves à vérifier leurs réponses en ce qui a trait aux circuits RLC, dans le domaine «s», ainsi qu à faire l

Plus en détail

Installation photovoltaïque autonome

Installation photovoltaïque autonome Formation des enseignants 3 Spécialité : Energie et Environnement Installation photovoltaïque autonome Objectifs Définir la chaîne d énergie d une installation photovoltaïque autonome. alider le comportement

Plus en détail

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle?

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? Mise en parallèle, mise en série Voilà qui est bien souvent sujet à confusion. Voici plusieurs exemples vous permettant

Plus en détail

ESSAIS SYSTÈMES Système autonome installation solaire ELEMENT DE CORRECTION

ESSAIS SYSTÈMES Système autonome installation solaire ELEMENT DE CORRECTION I. Préliminaire - Que signifie par le terme «Photovoltaïque» Photo de photon (énergie lumineuse) et voltaïque de volt (tension électrique). Si le matériau est semi conducteur, alors une partie de l énergie

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2 Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 1 Table des matières Table des matières 1 Introduction 2 Théorie 3 Montages et manipulations 5 Partie 1 (Sans générateur) 5 Partie 2 (avec

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

Spécificités photovoltaïques d une installation DualSun

Spécificités photovoltaïques d une installation DualSun Spécificités photovoltaïques d une installation DualSun Les distributeurs du panneau DualSun proposent des kits thermiques et photovoltaïques adaptés aux installations DualSun. Les panneaux DualSun ont

Plus en détail

Proposition de corrigé

Proposition de corrigé Externat Notre Dame Devoir Survéillé n 2 (1 ere ES/L) Samedi 14 décembre Durée : 3 h calculatrice autorisée - pas d échange de calculatrice ou de matériel Proposition de corrigé Dans tout ce devoir, la

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles Investir sans souci Guide pour un portefeuille de placements personnalisé Le rapport entre le risque et le rendement est simple : plus le risque est grand, plus le rendement potentiel est élevé. Les résultats

Plus en détail

Les transistors bipolaires

Les transistors bipolaires Les transistors bipolaires I. Introduction: Définitions: Le transistor bipolaire est un composant à 3 électrodes comportant 2 jonctions PN. C est un cristal de semi-conducteur dans lequel on peut distinguer

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire

Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire BE Traitements Numériques des Signaux n 2 Filière SICOM 2A PHELMA-ENSE 3 Année 2015-2016 Pascal PERRIER Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire 1. Analyse d un signal périodique Dans cette

Plus en détail

Le grand livre de l électricité

Le grand livre de l électricité Le grand livre de l électricité Thierry GALLAUZIAUX David FEDULLO Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11535-0 Les bases Figure 4 : Les groupements dʼéléments 17 Le grand livre de l'électricité Exemple :

Plus en détail

Installation photovoltaïque autonome Document ressource

Installation photovoltaïque autonome Document ressource Installation photovoltaïque autonome Document ressource Les composants d un système photovoltaïque Deux types de capteurs solaires existent pour récupérer de l énergie : Les panneaux photovoltaïques qui

Plus en détail

Choisir son AAC, son rapport volumétrique et sa rampe de culbuteurs

Choisir son AAC, son rapport volumétrique et sa rampe de culbuteurs Choisir son AAC, son rapport volumétrique et sa rampe de culbuteurs Le choix de son AAC est un problème récurent lorsque l on souhaite préparer son moteur. Pour tous ceux qui ont la chance de savoir lire

Plus en détail

Installation photovoltaïque et éolienne autonome (charge de batterie rétrocession réseau)

Installation photovoltaïque et éolienne autonome (charge de batterie rétrocession réseau) Installation photovoltaïque et éolienne autonome (charge de batterie rétrocession réseau) (de gauche à droite) Rétrocession sur Réseau: LEROY Nicolas Stockage sur Batteries: MARCHAL Rémy DELPLACE Guillaume

Plus en détail

COURBES & SURFACES NURBS Lilian BUZER Dept. Informatique. Modélisation NURBS

COURBES & SURFACES NURBS Lilian BUZER Dept. Informatique. Modélisation NURBS Modélisation NURBS Nous nous proposons dans cette fiche d appréhender la modélisation par les courbes et les surfaces NURBS. Si l interface de Maya est avant tout conçue pour le monde du 7 ème art, les

Plus en détail

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes linéaires, affines et constantes 1. linéaires Comme il existe une infinité de fonctions différentes, on les classe par catégories. La première catégorie est constituée par les fonctions linéaires. Une

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

Modèle des grains en électricité classe de 4 ème

Modèle des grains en électricité classe de 4 ème Modèle des grains en électricité classe de 4 ème François Connes, collège Feuchères de NIMES francois.connes@ac-montpellier.fr Remerciements... 1 Avant propos : la démarche suivie... 1 Mes objectifs (certes

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A)

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A) LÇON 7 Page 1/5 1. xpérience Nous disposons du matériel suivant : n générateur à courant continu 24 V. n voltmètre. n ampèremètre ne lampe à incandescence. Nous réalisons un premier montage sans récepteur,

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Photo de portrait aux flashs

Photo de portrait aux flashs Photo de portrait aux flashs Souvent, on est déçu par les photos prises au flash. On ne comprend pas très bien comment ça marche, le flash produit une image peu flatteuse à cause de la lumière dure qu

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane?

LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane? LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane? Livre blanc Il n y a probablement pas plus important, dans

Plus en détail

2.1 APPAREILS DE MESURE ANALOGIQUES

2.1 APPAREILS DE MESURE ANALOGIQUES ;aeslgjh jgbjgbjg ;aeslgjhlk bjgbjgb ;aeslgj sghhhf hhfhhj gbjgbj bsghh hfhh ;aeslgjhlkj jgbbsghh hjkoop;y koop;y op;y hfhhjko op;y ;aeslgj jgbjgbbs gbjgbjgbbsghh hhfhhjkoop hjkoop;y ;y ;aes hlkjgbj bbsghh

Plus en détail

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli Partie 1 Camera raw Camera Raw est une partie de Photoshop qui permet de développer vos photos à la manière des chambres noires de l époque argentique, mais avec beaucoup, mais alors beaucoup plus de facilité.

Plus en détail

Une entreprise de BTP (Bâtiment et Travaux Publics) déménage dans de nouveaux locaux répondant aux normes RT2012, près de Bordeaux.

Une entreprise de BTP (Bâtiment et Travaux Publics) déménage dans de nouveaux locaux répondant aux normes RT2012, près de Bordeaux. Une entreprise de BTP (Bâtiment et Travaux Publics) déménage dans de nouveaux locaux répondant aux normes RT2012, près de Bordeaux. Les bureaux et le laboratoire de génie civil seront situés dans d anciens

Plus en détail

TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD

TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD Eskimon 06 janvier 2016 Table des matières 1 Introduction 5 2 Matériel nécessaire et mise en route 7 2.1 Le matériel.....................................

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

GESTION DE STOCK DOSSIER SPECIAL «GESTION DE STOCK» Activer ou pas la gestion de stock dans Vetesys? Bien comprendre pour bien décider

GESTION DE STOCK DOSSIER SPECIAL «GESTION DE STOCK» Activer ou pas la gestion de stock dans Vetesys? Bien comprendre pour bien décider GESTION DE STOCK DOSSIER SPECIAL «GESTION DE STOCK» Activer ou pas la gestion de stock dans Vetesys? Bien comprendre pour bien décider Si oui, comment faire? Progressez pas à pas, à votre rythme Activer

Plus en détail

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Objectifs Tracer la caractéristique à vide de la machine synchrone. Déterminer les éléments du modèle équivalent représenté ci-contre.

Plus en détail

Créer mon premier squelette

Créer mon premier squelette Créer mon premier squelette Avec ce tutoriel, découvrez progressivement le fonctionnement de SPIP en construisant votre premier squelette. Pas à pas, comment créer un SPIP qui défie les limites. Créer

Plus en détail

TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif»

TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif» Niveau 3 ème Physique Chimie Document du professeur 1/7 TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif» Connaissances Capacités

Plus en détail

Investissements. Plan

Investissements. Plan Investissements Plan Relation entre placement, revenus et taux d intérêt Relation entre emprunt, sommes remboursées et taux d intérêt Bilan: relation entre flux monétaires résultant d un échange intertemporel

Plus en détail

Statistiques de groupe

Statistiques de groupe Système Méthodologique d Aide à la Réalisation de Tests Statistiques de groupe et analyse des questions de votre épreuve Une unité de soutien de l IFRES Université de Liège L analyse des statistiques de

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

T A B L E A U X D O B J E T S E T D A T A B I N D I N G

T A B L E A U X D O B J E T S E T D A T A B I N D I N G T A B L E A U X D O B J E T S E T D A T A B I N D I N G L AUTEUR DE CE TUTORIEL Dominique DAUSSY 3 Place de la Galaxie 76400 TOUSSAINT Mail : daussy.dominique@orange.fr Web : http://dominique-daussy.fr

Plus en détail

Allègement de cotisations sur les heures supplémentaires et complémentaires Nouvelles modalités de calcul de la réduction «Fillon» Octobre 2007

Allègement de cotisations sur les heures supplémentaires et complémentaires Nouvelles modalités de calcul de la réduction «Fillon» Octobre 2007 Allègement de cotisations sur les heures supplémentaires et complémentaires Nouvelles modalités de calcul de la réduction «Fillon» Octobre 2007 Avertissement : les informations fournies ci-après sont sans

Plus en détail

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W MOTEUR ASYNCHRONE 1) Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz dont la tension entre phases est U = 380 V. Les enroulements du stator et du rotor

Plus en détail

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli Partie 1 Camera raw Camera Raw est une partie de Photoshop qui permet de développer vos photos à la manière des chambres noires de l époque argentique, mais avec beaucoup, mais alors beaucoup plus de facilité.

Plus en détail

Microsouris Formule Flowcode Guide de démarrage

Microsouris Formule Flowcode Guide de démarrage Microsouris Formule Flowcode Guide de démarrage Table des matières 1 Inventaire de la microsouris Formule Flowcode 2 Assemblage de la microsouris 3 Installation des pilotes USB a Windows XP / 2000 b Windows

Plus en détail

Appareils photo numériques (APN)

Appareils photo numériques (APN) Faststone Appareils photo numériques (APN) Très courants aujourd hui, ces appareils demandent quelques manipulations des photos qu ils produisent. En effet, là où on prenait 4 ou 5 photos avec un appareil

Plus en détail

Reprise en main du programme d Affectation de transport en commun

Reprise en main du programme d Affectation de transport en commun Reprise en main du programme d Affectation de transport en commun Modifications indispensables pour bonne compilation : Utilisation de visual C++ express pour avoir accès à un débuggeur et un compilateur

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

SIGNAUX LUMINEUX. Bien indiquer la puissance des piles et la résistance des ampoules

SIGNAUX LUMINEUX. Bien indiquer la puissance des piles et la résistance des ampoules Séance 1 SIGNAUX LUMINEUX Défi : Boule et Bill n ont pas été très polis, ils sont punis et doivent rester chacun chez soi Ils inventent un système de signaux lumineux pour communiquer. Fais le dessin ou

Plus en détail

TUTORIEL 5: SUIVRE LA LUMIERE

TUTORIEL 5: SUIVRE LA LUMIERE TUTORIEL 5: SUIVRE LA LUMIERE Description: Nous, les humains, avons deux jambes et pouvons nous déplacer dans la direction que nous voulons. Les robots peuvent avoir deux roues et on peut leur dire dans

Plus en détail

2E Traitements des données > 2) Tableaux croisés dynamiques 2012-2013

2E Traitements des données > 2) Tableaux croisés dynamiques 2012-2013 Objectifs de ce module Je serai capable... de créer des tableaux croisés dynamiques de modifier ces tableaux en fonction de mes besoins de créer des graphiques adaptés à mes besoins à partir de données

Plus en détail

TP-Phys 5. Cahier d activités. Imprimez ce document et regroupez ses pages dans un classeur.

TP-Phys 5. Cahier d activités. Imprimez ce document et regroupez ses pages dans un classeur. TP-Phys 5 Cahier d activités Imprimez ce document et regroupez ses pages dans un classeur. Ce cahier de l élève doit être utilisé en accompagnement du logiciel. Le rôle de ce cahier est d aider l élève

Plus en détail

1 Programmation linéaire

1 Programmation linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2012 2013 Master d économie Cours de M. Desgraupes Méthodes Numériques Document 4 : Corrigé des exercices d optimisation linéaire

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

Guide d utilisation en ligne des outils de Thomas International

Guide d utilisation en ligne des outils de Thomas International Guide d utilisation en ligne des outils de Thomas International Bienvenue sur notre site. Vous trouverez ci-dessous un guide pratique qui vous aidera dans l utilisation de notre site. En un clic, vous

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

Cours/TD n 3bis : les boucles

Cours/TD n 3bis : les boucles Cours/TD n 3bis : les boucles Découpons le problème Nous avons plusieurs utilisations des boucles C est précisément ce qui rend difficile leur création. Vu la difficulté, nous allons séparer les différentes

Plus en détail

GESTION ENERGETIQUE OPTIMALE D UN SCES «CAS D UN PANNEAU PHOTOVOLTAIQUE»

GESTION ENERGETIQUE OPTIMALE D UN SCES «CAS D UN PANNEAU PHOTOVOLTAIQUE» République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur et de Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax École Nationale d Ingénieurs de SFAX Département Génie Électrique Conférence

Plus en détail

ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR

ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR Nom : Prénom : Classe : Date : Fiche élève 1/ 6 Physique Chimie ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR Objectifs : - Établir la loi d Ohm à l aide d un tableur-grapheur

Plus en détail

0. ANALYSE GRAPHIQUE ET INTRODUCTION À EXCEL

0. ANALYSE GRAPHIQUE ET INTRODUCTION À EXCEL 0. ANALYSE GRAPHIQUE ET INTRODUCTION À EXCEL Préparation pour l expérience 1. lire le protocole de l expérience 2. lire la section B- Analyse d erreur et graphiques située au début de votre manuel de laboratoire

Plus en détail

Immobilisation : créer et gérer les Biens

Immobilisation : créer et gérer les Biens Fiche procédure n 11 Janvier 2013 Immobilisation : créer et gérer les Biens 1. Accéder à la table des biens immobilisés page 2 2. Créer une nouvelle immobilisation (code national, type ) page 3 3. Saisir

Plus en détail

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI Généralités Objet de la gestion de production Introduction 1.1 Objet de la gestion de production La gestion de production a pour objectif de répondre aux

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

«Listes de Recherche» Le CoMPAGNoN qui va vous faire gagner beaucoup de temps! ***** Prise en main rapide pour l utilisateur *****

«Listes de Recherche» Le CoMPAGNoN qui va vous faire gagner beaucoup de temps! ***** Prise en main rapide pour l utilisateur ***** «Listes de Recherche» Le CoMPAGNoN qui va vous faire gagner beaucoup de temps! ***** Prise en main rapide pour l utilisateur ***** Le CoMPAGNoN Listes de Recherches (LR) développé par les «CoMPAGNoNS d

Plus en détail

Didacticiel - Études de cas

Didacticiel - Études de cas 1 Objectif Description de l éditeur de code TINN-R pour le logiciel R. TINN-R (http://www.sciviews.org/tinn-r/index.html) est mon éditeur de code favori pour le logiciel R. Je l utilise pour mes enseignements.

Plus en détail

Fiche descriptive de l activité

Fiche descriptive de l activité Fiche descriptive de l activité Titre : Caractéristiques électriques du panneau solaire Classe : Terminale STI 2D Durée : 1h30 Type d activité (expérimentale, documentaire, ) : activité expérimentale Contexte

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

DEFI ELECTRICITE : CONSTRUIRE UNE BOITE QUI S ALLUME QUAND ON L OUVRE ET QUI S ETEINT QUAND ON LA FERME.

DEFI ELECTRICITE : CONSTRUIRE UNE BOITE QUI S ALLUME QUAND ON L OUVRE ET QUI S ETEINT QUAND ON LA FERME. DEFI ELECTRICITE : CONSTRUIRE UNE BOITE QUI S ALLUME QUAND ON L OUVRE ET QUI S ETEINT QUAND ON LA FERME. Classe de CP- CE1 Pôle scolaire Pierre Cochart Hannogne Saint Rémy 1. Présentation du défi aux élèves

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 6-7 Epreuve du 6 mars 7 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES GENIE PARASISMIQUE Sujet No, durée : heures Les copies doivent être rédigées en français et écrites

Plus en détail

Guide d utilisation. Configurateur d échafaudage

Guide d utilisation. Configurateur d échafaudage Guide d utilisation «www.mefranvision.fr» Configurateur d échafaudage Edition du 15/06/2015 www.mefranvision.fr Page 1 sur 29 Table des matières 1. Avant propos... 4 2. Introduction... 4 3. Réglages à

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

Les Appareils Photos Numériques (APN)

Les Appareils Photos Numériques (APN) Les Appareils Photos Numériques (APN) Très courants aujourd hui, ces appareils demandent quelques manipulations des photos qu ils produisent. En effet, là où on prenait 4 ou 5 photos avec un appareil argentique,

Plus en détail

Rappel de quelques points du Projet d école :

Rappel de quelques points du Projet d école : Ecole J. PREVERT, Castres DEFI SCIENTIFIQUE «LES ENERGIES : production et consommation» Rappel de quelques points du Projet d école : - Eduquer à l écocitoyenneté : sensibiliser à l économie d énergie,

Plus en détail

Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie

Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie Dans cette leçon vous continuez les traitements de vos photos avec PICASA 3 3 Luminosité et contraste 3.1 La luminosité L exposition est une notion fondamentale en photographie

Plus en détail

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital MATHEMATIQUES FINANCIERES Le temps, c'est de l'argent Si un capital est placé pendant "un temps assez long", on utilise les intérêts composés. En règle générale, à moins d'être complètement étranger aux

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Manuel d utilisation Manuel d aide réservé aux revendeurs v2.5

Manuel d utilisation Manuel d aide réservé aux revendeurs v2.5 2012 Table des matières x Manuel d utilisation Manuel d aide réservé aux revendeurs v2.5 Ce document recense les démarches à suivre permettant d effectuer une manipulation de montage ou de démontage sur

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS?

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? CHAPITRE 5 - STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Calculez les coûts réels d un stock trop âgé Calculez le potentiel de bénéfice supplémentaire Quelques

Plus en détail

I Open Résa. Sommaire :

I Open Résa. Sommaire : I Open Résa Sommaire : I Open Résa... 1 Définition :... 2 Identification... 3 Création d un nouveau dossier :... 8 Première méthode :... 10 Seconde méthode :... 10 Ajout d éléments à la proposition :...

Plus en détail

TP Thermique des locaux

TP Thermique des locaux TP Thermique des locaux Choix de solutions Mise en situation Ce TP abordera deux points particuliers de dimensionnement : tout d'abord, nous allons voir comment choisir un système de ventilation adapté,

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

Circuits triphasés équilibrés

Circuits triphasés équilibrés Chapitre 3 Circuits triphasés équilibrés Les circuits triphasés forment la base du réseau de distribution de l électricité. On se sert de circuits triphasés entre les génératrices et les réseaux industriels

Plus en détail

Approche empirique du test χ 2 d ajustement

Approche empirique du test χ 2 d ajustement Approche empirique du test χ 2 d ajustement Alain Stucki, Lycée cantonal de Porrentruy Introduction En lisant des rapports, on rencontre souvent des raisonnements du style : «le premier groupe est meilleur

Plus en détail

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ Cinquième partie Waldenburg 2012 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ 1 La conception d une SMPS La conception d une SMPS est un exercice difficile.

Plus en détail

Séminaire DEMOZ - ResCo 23 janvier 2009

Séminaire DEMOZ - ResCo 23 janvier 2009 Séminaire DEMOZ - ResCo 23 janvier 2009 SOMMAIRE Enoncé du problème de la roulette Echanges entre les classes Première semaine Deuxième semaine Troisième semaine Relance Recherche dans une classe suite

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Leçon n 11 Statistiques et simulations

Leçon n 11 Statistiques et simulations Leçon n 11 Statistiques et simulations C est une leçon qui se prolongera les années suivantes. Il s agit de rapprocher «les statistiques» d une notion qui sera étudiée en première «les probabilités» et

Plus en détail

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas?

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas? Méthodologie THÈME 1 1 Les conditions de l épreuve Les conditions d examen : «épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents

Plus en détail