Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST?"

Transcription

1 Fiche : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Quelques dates 98 : Identification d un premier cas de la maladie du SIDA 983 : Identification du virus VIH par l Institut Pasteur 987 : Première prescription de l AZT en France 996 : Premier traitement par multithérapie En France il y a environ porteurs du virus du SIDA Nombre de Cas de Sida Historique de l'epidémie du Sida en France Année Dans le Monde, il y a entre 36 et 46 millions de personnes vivants avec le VIH. 5 Millions de personnes sont contaminées chaque année. En France, on estime à 5000 le nombre de contaminations par an. Année Nombre de cas de SIDA LE POINT SUR L EPIDEMIE DE SIDA : DECEMBRE 2005 (ONUSIDA / OMS) Nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA dans le monde : 40,3 millions (36,7-45,3 millions) (38 millions d adultes dont 7,5 millions de femmes et 2,3 millions d enfants de moins de 5 ans) Personnes vivants avec le VIH/Sida dans le monde en 2005 Europe occidentale Afrique du Nord et et centrale Moyen Orient Les Caraïbes Asie de l'est Océanie Amérique du Nord Europe orientale et Asie Centrale Amérique Latine Asie du Sud et Sud- Est Afrique subsahariennes dont : - 25,8 millions en Afrique subsaharienne (2,4 millions de décès en 2005) - 7,4 millions en Asie du Sud et du Sud-Est ( décès en 2005) -,8 million en Amérique Latine ( décès en 2005) -,6 million en Europe orientale et Asie centrale ( décès en 2005) -,2 million en Amérique du Nord (8 000 décès en 2005) en Asie de l Est ( décès en 2005) en Europe occidentale et centrale (2 000 décès en 2005) en Afrique du Nord et Moyen-Orient ( décès en 2005) dans les Caraïbes ( décès en 2005) en Océanie (3600 décès en 2005)

2 IST (infections sexuellement transmissibles) Ensemble des infections qui peuvent se transmettre au cours d un rapport sexuel, avec ou sans pénétration, avec un partenaire contaminé (aussi appelées Maladies Sexuellement Transmissibles). Les plus connues sont l herpès génital, la blennorragie (ou chaude pisse), les condylomes (ou crêtes de coq), les chlamydiae, les mycoplasmes, la syphilis. Le VIH et les virus des hépatites sont également des IST même si d autres modes de transmission sont possibles. Les IST sont transmises par un agent infectieux. L agent infectieux (virus, bactérie, champignon ou parasite) se transmet par le vagin, l anus, la bouche, l urètre ou la verge. Néanmoins, certaines IST peuvent s attraper par le baiser, le cunnilingus, l anulingus ou par un simple contact direct. La période d incubation varie entre 2 jours et plusieurs semaines. A ce terme, des symptômes propres à chaque IST peuvent apparaître. Mais beaucoup n ont pas de signes apparents de l infection. IST Durée d'incubation* Signes Possibles Particularités et surveillance Dépistage Traitements Chlamidiae 7 à 28 jours Ecoulement clair par la verge ou l'anus Récidives possible Rougeurs de muqueuses après traitement Signes rares Examen médical : prélèvement urinaire et local (gorge et anus) Antibiotique approprié Condylomes ("crêtes de coq") à 8 semaines Petites verrues sur les organes génitaux ou l'anus. Signes systématiques Récidives fréquentes Examen médical, à renouveler après le traitement Extraction locale des verrues Brûlures et/ou écoulement jaunepar la verge ou l'anus Gonococcie ou Blennorragie ("chaude pisse") à 0 jours Fièvre Douleurs dans le bas-ventre Stérilité, infections Examen médical : prélèvement local Antibiotique approprié Signes très fréquents Syphilis 9 à 90 jours Chancre (petites plaies indolores) Eruptions sans démangeaisons sur la peau et les muqueuses Complications Prise de sang et éventuellement examen médical Antibiotique approprié Signes pas systématiques Hépatite B 2 et 8 semaines Fièvre, Fatigue, Jaunisse Signes pas systématiques Vaccination efficace dans 95% des cas Prise de sang Vaccin préventif pour éviter tous risques de contamination Traitements appropriés pour les personnes déjà infectées VIH 2 semaines puis ils disparaissent Fièvre, éruption cutanée, fatigue, diarrhée Signes pas systématiques Prise de sang Pas de traitement pour guérir Traitement d'urgence dans les 48h Traitements à long terme pour ralentir l'évolution de la maladie (trithérapies ) *Incubation : durée avant l apparition des signes après le rapport contaminant Presque toutes les IST peuvent guérir sans laisser de séquelles. Cependant il faut les soigner dès les premiers signes. Il est aussi impératif de traiter son/sa ou ses partenaires. Il faut garder tout de même à l esprit que les IST peuvent avoir des conséquences graves pouvant être potentiellement mortelles. Avoir une IST c est aussi augmenter notablement les risques d être infecté par le VIH. 2

3 Nombre de nouveaux cas d infection à VIH en 2005 : 4,9 millions (4,3-6,6 millions) (dont 4,2 millions d adultes et enfants de moins de 5 ans) Nombre de nouveaux cas d'infection à VIH dans le monde en 2005 Europe occidentale et centrale Asie de l'est Afrique du Nord Amérique du et Moyen Orient Nord Les Caraïbes Europe orientale et Asie Centrale Océanie dont : - 3,2 millions en Afrique subsaharienne en Asie du Sud et du Sud-Est en Europe orientale et Asie centrale en Amérique latine en Asie de l Est en Afrique du Nord et Moyen-Orient en Amérique du Nord dans les Caraïbes en Europe occidentale et centrale en Océanie Amérique Latine Asie du Sud et Sud-Est Afrique subsahariennes Nombre de décès dus au SIDA en 2005 : 3, millions (2,8-3,6 millions) (dont 2,6 millions d adultes et enfants de moins de 5 ans) Nombre de décès dus au Sida dans le monde en 2005 Europe occidentale et Asie de l'est Afrique du Nord centrale et Moyen Orient Amérique du Nord Océanie Europe orientale et Asie Centrale Les Caraïbes Amérique Latine Asie du Sud et Sud-Est Afrique subsahariennes dont : - 2,4 millions en Afrique subsaharienne en Asie du Sud et du Sud-Est en Amérique latine en Europe orientale et Asie centrale en Afrique du Nord et Moyen-Orient en Asie de l Est dans les Caraïbes en Amérique du Nord en Europe occidentale et centrale en Océanie Quelques définitions VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) Virus responsable de l infection par le VIH et du sida. On distingue le VIH (le plus répandu dans le monde) et le VIH 2 (surtout présent en Afrique de l Ouest). (en anglais: HIV). Il attaque le système immunitaire humain qui défend l organisme contre les maladies. Particularité du VIH : le virus infecte et détruit certains éléments essentiels au système immunitaire : il attaque en particulier certains globules blancs appelés les lymphocytes T4. Quand le taux de cellules T4 est trop faible, le corps a du mal à se défendre contre les maladies. Une personne qui a été contaminée par le VIH est séropositive. Une personne non contaminée est séronégative. Il n y a pas forcément de signes apparents et spécifiques de la contamination. Seul un test de dépistage permet de savoir si l on est séropositif. Sida (Syndrome d ImmunoDéficience Acquise) Phase de l infection par le VIH définie par l apparition d infections opportunistes voire de certains cancers. C est l étape la plus avancée et la plus grave de l infection par le VIH. Une personne qui a été contaminée par le VIH est séropositive. Une personne non contaminée est séronégative. Il n y a pas forcément de signes apparents et spécifiques de la contamination. Seul un test de dépistage permet de savoir si l on est séropositif. 3

4 Fiche 2 : Comment se transmettent les différentes IST? L IST est transmise de la personne contaminée à une autre personne lors : - d un échange de liquides organiques comme le sperme, les sécrétions vaginales ou le sang lors d un rapport sexuel non protégé - d un contact avec les muqueuses ou la peau des parties génitales : en particulier lorsqu il y a des inflammations, abrasions, coupures et autres lésions Les IST peuvent aussi se transmettre par injection, lorsque l on utilise une seringue et une aiguille ayant déjà servi à une personne atteinte. Le VIH est un virus particulier. C est un rétrovirus : il possède une enzyme, la transcriptase inverse (ou reverse transcriptase) capable de transcrire l ARN viral en ADN qui lui permet d utiliser le code génétique des cellules cibles (les T4 par exemple) pour lui permettre des se reproduire. Lymphocytes T CD4 (ou T4) Les lymphocytes T4 sont les coordinateurs des différentes réactions immunitaires et constituent la principale cible du VIH. Le virus du Sida est transmis d une personne contaminée à une autre personne par certains liquides corporels. Les liquides corporels qui transmettent le virus sont : -le sang -le sperme -les sécrétions vaginales -le liquide séminal : Liquide produit par l homme en cas d excitation sexuelle dès le début de l érection et jusqu à l éjaculation, ayant notamment un rôle de lubrifiant. Ce liquide contient d ailleurs aussi des spermatozoïdes, rendant la technique du «retrait» peu fiable contre les grossesses. -le lait maternel En revanche, la salive, la sueur, à l'occasion les larmes de piercing et l urine ou de ne tatouges sont pas des liquides permettant le sang la transmission du effectués par des outils non stérilisés virus du Sida. MODE DE TRANSMISSION DU VIRUS LIQUIDES CORPORELS QUI TRANSMETTENT LE VIRUS Pratiques sexuelles à risque sans préservatif PENETRATION VAGINALE PENETRATION ANALE CUNNILINGUS FELLATION notamment avec ejaculation Le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le liquide séminal Partage de seringues usagées ou piqure accidentelle par une aiguille souillée Contact d'une plaie ouverte et d'un liquide contaminant A l'occasion de piercing ou de tatouages effectués par des outils non stérilisés le sang Le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le liquide séminal, le lait maternel le sang Afin d empêcher le Sida de se propager, il faut avant tout savoir comment il se transmet : La transmission de la mère à l enfant peut se faire pendant la grossesse, lors de l accouchement et pendant l allaitement par le lait maternel. Se serrer la main, embrasser sur la bouche, caresser, se masturber, partager ses affaires, aller à la piscine ou aux toilettes, TOUT CELA EST SANS RISQUE!

5 Fiche 3 : Comment se protéger des IST et du Sida? Une seule prise de risque peut suffire pour que le VIH s introduise dans l organisme. Avoir un comportement responsable c est avant tout se protéger et protéger les autres. Connaître les Pratiques et situations à risques : - Les relations sans préservatif, dites non-protégées. - Utiliser un lubrifiant à base d eau en cas de sécheresse des muqueuses (notamment rapport vaginal chez la femme très jeune ou la femme âgée), en cas de rapport anal, lorsque le rapport dure longtemps. - L utilisation de seringues et autre matériel de drogue usagé ou non stérilisé. - Le piercing ou les tatouages avec du matériel non stérilisés. - La consommation de drogues ou d alcool favorisant les situations et comportements à risques (baisse de la vigilance, relations sexuelles accidentelles ou non souhaitées, oubli du préservatif). Se protéger dans tous les cas : Dans le cas de pénétrations anales et vaginales : Le préservatif masculin ou féminin protège de la contamination par le virus du sida (VIH) et de la plupart des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) lorsqu il est utilisé dès le début de la pénétration, et jusqu à la fin du rapport. Dans le cas de fellations : Seul l usage du préservatif permet d écarter tout risque de transmission lors d une fellation. Dans le cas de cunnilingus : Pour ceux qui souhaiteraient se protéger lors d un cunnilingus, il est possible d utiliser une digue dentaire (terme technique qui désigne un carré de latex) relativement onéreuse et difficile à se procurer (chez les fournisseurs de matériel chirurgical pour dentiste, ou dans certains sex-shops). Il est possible d utiliser un préservatif découpé dans le sens de la longueur afin de lui donner la forme d un carré de latex à appliquer sur la bouche afin de faire barrière entre la bouche et le sexe de la partenaire. Dans le cas d utilisation d objets : Recouvrir l objet d un préservatif qui sera changé entre chaque partenaire. Les préservatifs féminins ou masculins sont les seuls moyens efficaces pour se protéger du VIH/Sida, en plus ils protègent des IST ou des grossesses involontaires. Précautions à prendre dans l utilisation du préservatif : - les préservatifs sont habituellement lubrifiés, mais il est conseillé d ajouter un lubrifiant à base d eau si les secrétions vaginales sont peu abondantes, si le rapport dure longtemps, et en cas de pénétration anale. Autrement le préservatif risquerait de rompre. Il ne faut jamais utiliser de produits gras comme lubrifiant (beurre, produits solaires, vaseline, pommades et crèmes diverses) car ils abîment les préservatifs, augmentent les risques de rupture de celui-ci. Utiliser uniquement des lubrifiants à base d eau, appelés habituellement «gels». - Il faut se retirer avant que l érection ne «retombe», sans quoi le préservatif risquerait de rester à l intérieur du vagin ou de l anus au moment du retrait! Lors du retrait il est conseillé de maintenir le préservatif à la base

6 Fiche 4 : Le dépistage Dans quels cas doit-on faire un test de dépistage? - Quand on a pris un risque. - Avant d envisager une grossesse. - Dans une relation de couple stable, ou les partenaires sont fidèles, avant de ne plus utiliser le préservatif. - Tout simplement quand on en ressent le besoin. Quand un test de dépistage est-il fiable? Lors d une prise de risque, cela peut mettre jusqu à 3 mois pour que la contamination soit détectable dans le sang. Une personne contaminée qui ferait le test trop tôt risquerait d avoir un résultat négatif (on ne retrouve pas la présence du VIH) alors qu elle est porteuse du virus. Un résultat de test est entièrement fiable quand le test est pratiqué trois mois après la prise de risque. Que penser des tests qui peuvent se faire avant 3 mois? Chez une personne contaminée, le test peut être positif (on a retrouvé la présence du VIH) avant 3 mois. Ce n est pas toujours le cas. Quand le test est négatif, ce résultat n est sûr que s il n y a pas eut de risque dans les 3 derniers mois. Quand on a une relation suivie avec quelqu un et qu on veut avoir des rapports sans préservatif et sans prendre de risques, il faut que les deux partenaires fassent un test après 3 mois pendant lesquels on évite d avoir des rapports non protégés. Si les 2 résultats sont négatifs, cela signifie effectivement qu il n y a pas de risque entre les deux partenaires, à condition qu aucun d entre eux n ait des relations non protégées avec d autres personnes. Le test de dépistage ne nécessite pas d être à jeun. Où faire un test? Le test de dépistage est un examen biologique qui peut être prescrit par tout médecin. On peut, par exemple, en parler à son médecin traitant. Il existe également dans tous les départements français des lieux spécialisés, les CDAG (Centres de Dépistages Anonymes et Gratuits) qui sont également habilités a effectuer le dépistage des hépatites B et C, et, dans certains centres, d autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Retrouvez les coordonnées de tous les CDAG par département sur : Les Centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI),les Centres de Planification ou le Planning Familial peuvent également proposer un dépistage gratuit. Le coût du dépistage comprend le prix de la consultation avec le médecin, le pris de l acte de prélèvement et celui du test de laboratoire. Le test de laboratoire est remboursé à 00% par la sécurité sociale. Dans les CDAG, l ensemble des démarches est gratuite. On ne donne son nom à aucun moment. Il y a un premier entretien avec un médecin avec qui on peut parler des risques pris, et poser des questions sur le VIH, les hépatites et les IST. Quelques jours après le test, on revient au centre et le médecin remet le résultat. Il faut venir soi-même sans quoi le résultat ne sera pas rendu. Dans beaucoup de centre, il est également possible de rencontrer une assistante sociale ou un psychologue.

7 Fiabilité du test Les tests du sida sont réalisés selon des règles très strictes. Dans un premier temps, le laboratoire réalise 2 tests ELISA (c est une méthode biologique de dépistage). Si ces 2 tests sont négatifs, cela signifie que l on n a pas été contaminé si on n a pas pris de risque dans les 3 derniers mois. Si des 2 tests (ou les 2) est positif, le laboratoire va faire un troisième test (qui s appelle Western-Blot), qui va permettre de savoir si le virus est réellement présent. Seul ce test peut dire si on est séropositif (présence du virus). Si le test Western-Blot est négatif, cela signifie qu on n a pas été contaminé (à condition de n avoir pris aucun risque dans les 3 derniers mois). Quand le médecin remet un résultat positif, il prescrit une seconde prise de sang pour contrôler ce résultat. Parfois, un er test ne permet pas d affirmer qu on est séropositif ou séronégatif. Le médecin propose alors de refaire un test quelques jours ou quelques semaines plus tard. En cas de prise de risque dans les 48 heures Après une prise de risque on peut, sous 48 h, se rendre au plus vite aux urgences de l hôpital le plus proche où une évaluation médicale du risque sera réalisée. Un traitement sera éventuellement prescrit dans le but de réduire le risque de contamination. 2

8 Fiche 5 : Conseils pratiques pour informer sur les IST et le Sida Vous allez être organisateur d une action de prévention des IST? Vous devez vous préparer à informer et répondre aux attentes et questionnement de vos interlocuteurs, sur un stand, dans un atelier de réflexion, lors d un jeu de rôle - Sachez tout d abords que vous n êtes pas habilitez à donner des réponses de type «diagnostique» Rappelons que l objectif de cette campagne est d informer et de sensibiliser aux IST et comportements à risques, savoir orienter les étudiants vers les organismes compétents et leur donner les moyens de se responsabiliser et de prévenir des comportements à risques. - «on aide jamais seul». C est pourquoi il faut s entourer de professionnels de la médecine préventive, d un groupe d animateur capable de former et d informer issus des réseaux associatifs impliqués dans la lutte contre le Sida. Les attitudes à éviter : - Etre décisionnaire - Donner la bonne conduite à suivre, être moralisateur - Comparer avec son expérience personnelle, copiner - Prononcer un discours trop construit, répétitif comme appris par cœur - Prendre une attitude grave pour la circonstance Il ne faut pas hésiter à : - poser des questions - sourire - être silencieux - dire que l on a compris - dire ce que l on comprend mal, faire répéter Les formules à éviter : - Parler de «population à risque», au risque de paraître stigmatisant - «va te faire dépister» - «à ta place, moi» - «je connais quelqu un qui» - «tu devrais» Savoir Écouter : Ecouter, c est mettre de côté jugements, critiques, évaluations. Ecouter, c est apprendre à contrôler un besoin urgent d argumenter, de contrer, de dissuader, ou rejeter. Ecouter, c est montrer du respect pour chacun quelque soit son statut et son rôle. Ecouter, c est permettre à chacun d apporter sa contribution à une plus profonde compréhension. Ecouter, c est chercher à apprendre plutôt que vouloir confirmer une façon de penser. Ecouter, c est rechercher les points communs qu ils soient issues des individus, de la collectivité ou de l universel. Ecouter, c est assurer une présence. Ecouter, c est ne pas anticiper à ce que l autre va dire. Ecouter, c est se laisser surprendre. Ecouter, c est parler. Ecouter, c est se taire.

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire > Qu est-ce qu une IST p 5 > La Blennorragie gonococcique p 7 > La Chlamydiose p 8 > Les Condylomes p 9 > L Hépatite B p 10 > L Herpès

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles Petit manuel des infections sexuellement transmissibles entre femmes Qu est-ce qu une IST? Les IST sont les Infections Sexuellement Transmissibles. Elles se transmettent principalement lors de relations

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida Cases «!» Le joueur devra à l aide de cartons vert, rouge ou blanc dire s il est d accord (vert), pas d accord (rouge) ou n a pas d avis (blanc) au sujet de l affirmation énoncée sur la thématique de l

Plus en détail

Qu est-ce que tu connais sur les ITS et le VIH?

Qu est-ce que tu connais sur les ITS et le VIH? Qu est-ce que tu connais sur les ITS et le VIH? Objectifs Identifier les modes de transmissions du VIH et d autres I.T.S. Démystifier certaines croyances au sujet du VIH et des I.T.S. Groupe cible 12-25

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015 Le dépistage VIH Troussier- 2014-2015 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

CRIJ Franche-Comté 27 rue de la République à Besançon 03 81 21 16 16 www.jeunes-fc.com

CRIJ Franche-Comté 27 rue de la République à Besançon 03 81 21 16 16 www.jeunes-fc.com CRIJ Franche-Comté 27 rue de la République à Besançon 03 81 21 16 16 www.jeunes-fc.com La vie affective et sexuelle suscite beaucoup de questions et occupe une grande part des préoccupations de chacun.

Plus en détail

Infections Sexuellement Transmissibles

Infections Sexuellement Transmissibles Infections Sexuellement Transmissibles LES IST SOMMAIRE Les IST 3 Les détecter 5 Les soigner 12 Qui consulter? 14 A qui en parler? 15 Les éviter 16 Tableaux récapitulatifs 22 à 25 Ressources 26 En bref

Plus en détail

Projet de recherche sur les MTS

Projet de recherche sur les MTS Projet de recherche sur les MTS Objectif : Les participants devront définir et décrire les MTS les plus courantes Structure : Petits groupes Durée : 30 minutes, plus un cours consacré aux présentations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L herpès est une m En France, on estime qu'environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des

Plus en détail

Entre caresses et baisers, une ITS. s est faufilée. Il faut en parler

Entre caresses et baisers, une ITS. s est faufilée. Il faut en parler Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler Le présent document est une adaptation d un texte produit antérieurement par la Direction de santé publique de Montréal sous le titre

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER...

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... tu connais sans doute le sida, c'est la maladie transmissible sexuellement la plus connue à travers le monde. Mais sais-tu quelles sont les MTS les plus fréquentes

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

les hépatites virales

les hépatites virales LES BASES POUR COMPRENDRE les hépatites virales Comment savoir si je suis atteint d'hépatite? Que faire lorsqu'on a une hépatite? Comment me protéger, protéger mes proches? Qu'est-ce qu'une hépatite virale?

Plus en détail

Hépatite B. Ce que vous devez savoir si vous avez. une hépatite B chronique.

Hépatite B. Ce que vous devez savoir si vous avez. une hépatite B chronique. Hépatite B Ce que vous devez savoir si vous avez une hépatite B chronique. Qu'est-ce que l'hépatite B? L'hépatite B est un virus qui affecte le foie et peut vous rendre gravement malade. Il peut s'écouler

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2013

Le dépistage VIH. Troussier- 2013 Le dépistage VIH Troussier- 2013 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des résultats

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Sans condom, c est non!

Sans condom, c est non! Les MTS Le condom dans tous ses états! Sans condom, c est non! Les conseils Activités proposées Quiz Au revoir! Si tu as besoin de te confier, n hésite pas à contacter TEL- JEUNE ou rends-toi au CLSC le

Plus en détail

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible)

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible) Titre : Infections transmises sexuellement Groupe cible : 7 e année (version catholique) Domaine du curriculum de l Ontario : Santé Thème du domaine : Croissance et développement Contenus d apprentissage

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS Par la Hiv Vereniging Nederland, l Aids Fonds, Schorer et Soa-Aids-Nederland 24 mai 2011 Quel est le rapport entre la transmission

Plus en détail

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA PNLS Gouvernement du Bénin Ministère de la Santé BANKENGRUPPE ABMS POPULATION SER VICES INTERN ATIONAL BENIN Questions : 1) Qu est-ce

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes ignorent qu elles sont porteuses et transmettent le virus

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

L amour en questions. par Chantal Lauby

L amour en questions. par Chantal Lauby L amour en questions par Chantal Lauby «Au 21 e siècle, appelons un chat un chat et une chatte une foufoune.» De plus en plus de femmes sont contaminées par le virus du sida. Quand on m a proposé de participer

Plus en détail

Maladies sexuellement transmissibles Dossier pour les médiatrices

Maladies sexuellement transmissibles Dossier pour les médiatrices Maladies sexuellement transmissibles Dossier pour les médiatrices -- Transmission - Symptômes - Complications - Traitement - Prévention Ce classeur traitant des infections sexuellement transmissibles (IST),

Plus en détail

Transmettez vos résultats. (infection transmissible sexuellement)

Transmettez vos résultats. (infection transmissible sexuellement) Transmettez vos résultats Et non votre ITS (infection transmissible sexuellement) Une infection transmissible sexuellement (ITS) est une infection qui se transmet d une personne à l autre lors de rapports

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Prévenir... le VIH/Sida. et les maladies sexuellement transmissibles. chez les adolescents

Prévenir... le VIH/Sida. et les maladies sexuellement transmissibles. chez les adolescents Prévenir... le VIH/Sida et les maladies sexuellement transmissibles chez les adolescents 32 MST et Sida : pourquoi il faut toujours se protéger vec l arrivée des traitements efficaces la vigilance Aa tendance

Plus en détail

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape)

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) Description: Ce jeu propose aux joueurs d évaluer les risques de contamination du VIH lors d un rapport sexuel en fonction des pratiques

Plus en détail

Le méthotrexate Pour réduire les symptômes de maladies auto-immunes

Le méthotrexate Pour réduire les symptômes de maladies auto-immunes Le méthotrexate Pour réduire les symptômes de maladies auto-immunes Votre médecin vous a prescrit du méthotrexate. Ce médicament réduit la douleur due à plusieurs maladies auto-immunes. Cette fiche vous

Plus en détail

mais attention,ce n est pas aussi simple que ça!

mais attention,ce n est pas aussi simple que ça! 5 7 8 9 0 5 5 7 8 9 0 5 Ce jeu a été développé afin d aider les familles, dont une ou plusieurs personnes sont séropositives, à parler de sujets qui ont directement ou indirectement trait au v.i.h. Les

Plus en détail

+VIH. Ça vaut la peine de connaître les faits et les risques Un livret destiné aux ados

+VIH. Ça vaut la peine de connaître les faits et les risques Un livret destiné aux ados +VIH Ça vaut la peine de connaître les faits et les risques Un livret destiné aux ados Le SEXE est un sujet qui est difficile à éviter. On en parle à la télé, au cinéma, sur Internet et dans les magazines

Plus en détail

2.1 A partir de vos connaissances, cochez la définition d une conduite addictive.

2.1 A partir de vos connaissances, cochez la définition d une conduite addictive. SEQUENCE 1 L INDIVIDU ET SA SANTE SEANCE 4 Les conduites addictives Situation : En juin 2004, nous avons déploré un très grave accident du travail sur le chantier du TGV Est. Un conducteur d engins n a

Plus en détail

La sécurité routière. Fiche n 1

La sécurité routière. Fiche n 1 FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La sécurité routière Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une personne à bicyclette portant un casque attaché par la jugulaire. 2. Une femme au volant, avec

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Début du jeu Juillet 2008 1

Début du jeu Juillet 2008 1 Réalisation du diaporama: Jacinthe Marchand, CSSS des Pays-d en-haut Renseignements tirés de La transmission du VIH : guide d évaluation du risque, 5e édition (2004) Société canadienne du sida, 80 pages.

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans Caisse de coordination aux assurances socialesaux Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2014 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Grippe pandémique Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Quel est l objet de cette brochure? Cette brochure vise à vous informer sur la grippe pandémique. Vous y trouverez les réponses

Plus en détail

La Maladie à virus Ebola

La Maladie à virus Ebola La Maladie à virus Ebola Ampleurde l épidémieen Guinée 23 octobre2014 1,606 cas 933 décès Quefaut-ilsavoir surla maladieà virus Ebola? Maladiemortellecauséepar le virus Ebola Se transmetuniquementpar contact

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

La prévention primaire et secondaire du VIH/ sida

La prévention primaire et secondaire du VIH/ sida La prévention primaire et secondaire du VIH/ sida VIH/Sida : «Vous et les Vôtres» 1 La prévention primaire et secondaire du VIH/ sida!! "!"# $%& '& (')*)+!! *, -,*.- #$% &#'& (.!)*+&,#-./01 /.01 2 3.4

Plus en détail

CHOISIR SA CONTRACEPTION

CHOISIR SA CONTRACEPTION La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est sans ordonnance La mienne dure 3 ans La mienne n est pas contraignante La mienne est hebdomadaire La mienne est

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

CHOISIR SA CONTRACEPTION

CHOISIR SA CONTRACEPTION La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est sans ordonnance La mienne dure 3 ans La mienne n est pas contraignante La mienne est hebdomadaire La mienne est

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2015 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU Les CESU de l APHP 26/11/2014 D où vient le virus EBOLA? 2 Fièvre

Plus en détail

Les préservatifs sont en vente libre.

Les préservatifs sont en vente libre. C est un moment important dans une vie. Il doit être librement choisi, c est à dire sans aucune contrainte ni violence. Il importe que cette experience unique soit placée sous le signe de l amour, de l

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST)

Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST) Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST) À l attention du lecteur Cette brochure offre aux lecteurs des informatons sur l infection par le virus vih,

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH et le SIDA? ÉDITION 2014 FRANÇAIS SOMMAIRE SAVOIR PAGE 5 Qu est-ce que LE VIH? PAGE 6 Qu est-ce que LE SIDA? PAGE 7 Comment peut se transmettre le VIH? PAGE 8 Lors

Plus en détail

Juin 2001. Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter

Juin 2001. Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter Juin 2001 Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter 1 INTRODUCTION De la petite enfance à l adolescence, le parcours est souvent jalonné de nombreuses maladies infantiles ou de petits désagréments

Plus en détail

la vie affective & sexuelle

la vie affective & sexuelle Secteur habitat la vie affective & sexuelle guide à l attention des usagers Edition janvier 2014 Cette publication a été réalisée à l initiative du Foyer La Liovette pour poursuivre le travail réalisé

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada. Un guide de formation des soins de santé communautaire, et services sociaux

L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada. Un guide de formation des soins de santé communautaire, et services sociaux L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada Un guide de formation des soins de santé communautaire, et services sociaux Produit par Le Conseil ethnoculturel du Canada Avec La Fondation

Plus en détail

Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil

Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil Français Juillet 2015 EARTH INSTITUTE Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil EARTH INSTITUTE Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception.

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception. Objectif général de la séquence : être capable d avoir un comportement responsable en matière de sexualité, prenant en compte la maîtrise de la natalité. Objectif général de la séance : Etre capable de

Plus en détail

brochure papamamanbebe.net Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent

brochure papamamanbebe.net Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent 1 brochure Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent OUI c est possible de faire un bébé quand on a le VIH! Alors, comment faire? Vous devez protéger votre partenaire et votre

Plus en détail

Insetos do Amor. Folheto informativo das doenças sexualmente transmissíveis (DST s) para Gays e Homens Bissexuais

Insetos do Amor. Folheto informativo das doenças sexualmente transmissíveis (DST s) para Gays e Homens Bissexuais X8@ www.gay health network.ie Sexe plus sûr, dépistage du VIH, syphilis, renseignements sur les maladies sexuellement transmissibles et sur la prophylaxie post-exposition en français pour des hommes qui

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent

brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 1 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent OUI c est possible de faire un bébé quand on a le VIH! Alors, comment faire? Vous

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Section A La procréation

Section A La procréation La reproduction Section A La procréation 1. FécondationF Un seul spermatozoïde transperce la membrane de l ovule. Un mécanisme empêche tous les autres d entrer. La fécondation a lieu dans le 1 er tiers

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES la recherche biomédicale ou recherche sur la personne p4 p6 p6 p8 p 10 p 10 p 11 p 12 Quoi? Pourquoi? Comment? Étape par étape Pour préparer la recherche Lorsque

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite C au Canada

L épidémiologie de l hépatite C au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie de l hépatite C au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie de l hépatite C au Canada. Il fait partie d une série de feuillets d information

Plus en détail

Femmes pleines de sagesse

Femmes pleines de sagesse illustrations : Elle embrasse le pouvoir de l oiseau-tonnerre que le créateur a déposé dans son cœur. L oiseau-tonnerre porte l esprit de notre Terre mère, qui étreint la déesse détenant le pouvoir de

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail