Modèle des grains en électricité classe de 4 ème

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle des grains en électricité classe de 4 ème"

Transcription

1 Modèle des grains en électricité classe de 4 ème François Connes, collège Feuchères de NIMES Remerciements... 1 Avant propos : la démarche suivie... 1 Mes objectifs (certes ambitieux!)... 2 Quelques remarques préalables... 3 La progression en 3 parties... 4 I-Mise en place du modèle microscopique du courant :... 4 II Définition et mesures des grandeurs électriques... 6 III Les lois du courant continu Annexe figures Remerciements Je tiens à remercier Monsieur Jean-Loup Canal qui a transformé mon regard sur les sciences-physiques et leur enseignement et qui a initié tout mon travail sur l utilisation des modèles. Je voudrais aussi remercier Anne-Elen Libot pour son aide toujours riche et les nombreux échanges que nous avons, notamment autour de cette progression. Merci enfin et surtout à Madame Courtillot pour ses précieux conseils pour la rédaction de cet article, et surtout sa grande patience! Note : afin de réduire la taille de ce fichier, tous les schémas du modèle sont rassemblés dans un autre fichier qui constitue l annexe de cet article. Avant propos : la démarche suivie La progression proposée est une adaptation au nouveau programme de 4 ème des travaux de Jean-Loup Canal (voir BUP n 886 juillet/août/septembre 2006) que j ai eu la chance de rencontrer lors d une de ses formations à Montpellier. Les schémas sont extraits de cet article. Cette progression reprend très largement les activités de ses fiches. Seules certaines «articulations» ont été modifiées. La séquence décrite ci-dessous a été faite deux années de suite et m a semblé très concluante : les élèves confondent beaucoup moins les deux grandeurs tension et intensité. Nombre de séances : de 10 à 12 séances (ce qui correspond, quand on ajoute la loi d ohm et les évaluations) aux préconisations du programme officiel de 35% du volume total de 4 ème pour la partie électricité). 1 / 12

2 Mes objectifs (certes ambitieux!) 1 ER OBJECTIF : DONNER DU SENS AUX GRANDEURS TENSION, INTENSITE ET RESISTANCE Chaque grandeur est définie concrètement AVANT d être mesurée. Le tension est une «énergie par grain d électricité», l intensité est «le nombre de grain d électricité circulant par seconde en un point». La grandeur n est donc pas simplement le résultat d une mesure. Les trois grandeurs électriques -tension, intensité et résistance- sont introduites «conjointement» et non plus successivement. Le lien existant entre elle devient plus évident. 2 ème OBJECTIF : METTRE EN ŒUVRE DES DEMARCHES D INVESTIGATION Le plus souvent possible, je demande à l élève d émettre des hypothèses argumentées à l aide du modèle des grains, puis de les valider, par exemple, par des expériences ou des mesures. 3 ème OBJECTIF : UTILISER UN MODELE SCIENTIFIQUE On fait appel à une description microscopique pour dépasser la seule observation macroscopique de 5 ème et entrer dans l explication par la modélisation, c est la nouveauté du programme de 4 ème. On retrouve cela très explicitement en chimie avec le modèle moléculaire. Je mets en place un modèle microscopique du courant électrique que j appelle le modèle des petits grains d électricité. Trois aspects du modèle sont abordés dans les séances suivantes : - décrire le fonctionnement d un circuit ; - prévoir des valeurs de tensions, d intensités ou établir des lois ; - le faire évoluer quand il ne permet plus d expliquer convenablement les phénomènes observés par les élèves Cette triple utilisation est bien caractéristique d un modèle scientifique. Ainsi au début, seule la tension est introduite dans le modèle puis on s aperçoit qu une autre grandeur l intensité- doit être introduite aussi pour expliquer la différence d éclat de deux lampes différentes. Une amélioration du modèle a donc été nécessaire. J ouvre la porte à cette évolution, je la présente oralement comme faisant partie intégrante de l activité de modélisation scientifique. 2 / 12

3 IMPORTANT : Le modèle microscopique est illustré par une analogie mécanique qui permet à l élève de se faire une image de ce qui se passe à l intérieur des matériaux du circuit. Le modèle des petits grains d électricité est donc du type modèle analogique. Quelques remarques préalables 1. A propos du modèle : il faut veiller à ce que l élève ne mélange pas le modèle microscopique et l analogie mécanique ou avec la réalité. Le modèle théorique microscopique du courant électrique est une description de la réalité et l analogie mécanique n est qu une image qui facilite l appropriation du modèle et son fonctionnement. Jean-Loup Canal parle de simulation lorsque les élèves jouent avec les grains ce qui facilite la compréhension de ce modèle analogique. L enjeu ici n est pas que les élèves se représentent le courant comme un ensemble de petits grains d électricité circulant dans les conducteurs mais bien d obtenir qu ils représentent le courant par un ensemble de petits grains circulant. G. Robardet et J.C. Guillaud expliquent que «si nous voulons que les élèves utilisent les modèles, l enseignement doit clairement privilégier la fonction outil à la fonction objet». Générale qui tend à l universelle Partiel et adapté à un champ expérimental donné THÉORIE Donne le sens MODÈLE prédit interprète RÉALITÉ générale RÉALITÉ locale (Champ expérimental de référence) 3 / 12

4 2. Le modèle n étant pas une compétence exigible du programme, il ne devrait pas donner lieu à une évaluation. Toutefois, il est précisé dans l introduction générale des programmes que l enseignement au collège doit permettre à l élève de «modéliser de façon élémentaire».on pourra laisser à la disposition de l élève, comme document de travail, les différentes hypothèses et définitions constituant le modèle des grains. On privilégiera plutôt son utilisation que sa mémorisation, mais quoi qu il en soit la représentation imagée et mémorisée peut aussi être une aide à la compréhension, en particulier à la différenciation U et I! 3. Je fais circuler les grains d électricité dans le sens du courant. Le terme d électrons n est pas précisé sauf par les élèves eux-mêmes. Le modèle ayant comme caractéristique d être évolutif, le nom des «grains» d électricité et leur sens de déplacement seront précisés en troisième dans le chapitre «comprendre la conduction dans les métaux» où les élèves ont les moyens de comprendre ce sens. L inversion du sens des mouvements des électrons n a posé aucun problème avec mes classes de Troisième. A ceux qui me disaient qu «ils avaient appris des trucs faux», j ai pu répondre que l évolution d un modèle en fonction de l avancée des connaissances était une des caractéristiques intrinsèques d un modèle. 4. La loi d ohm n est pas présentée dans cet article, elle n est en fait qu un cas particulier du lien entre tension, intensité et résistance. Je la traite à l issue de cette progression de façon classique avec mesures, tracé de caractéristiques de différents dipôles (lampes notamment) et mise en évidence de la proportionnalité de U et I dans le cas d un résistor. La progression en 3 parties I- Mise en place du modèle II- Définitions des grandeurs tension, intensité et résistance III- Les lois du courant continu I-Mise en place du modèle microscopique du courant : Situation de départ n 1 : questionnaire de rappel des résultats de 5ème aboutissant à une question : pourquoi l éclat de 2 lampes montées en série n est pas le même que dans le cas de 2 lampes en dérivation? 4 / 12

5 L explication nécessite de comprendre comment se comporte le courant dans le circuit. C est une réalité invisible, les scientifiques utilisent dans ce cas un modèle pour rendre accessible à nos sens cette réalité invisible. Les «germes» du modèle sont donnés ainsi que sa première utilisation pour expliquer l émission de lumière par une lampe : Modèle des grains d électricité : - Il y a dans les éléments d un circuit électrique des «grains d électricité», tous identiques, qui peuvent se déplacer. Le déplacement de ces «grains d électricité» correspond à ce qu on appelle le courant électrique. - Le frottement des grains d électricité avec les matériaux du filament provoque un échauffement tel que le filament est porté à incandescence. Situation de départ n 2 : Où se trouvent les grains dans le circuit? Situation 1 Situation 2 Note : dans ce schéma, quand on retire la tige, les grains circulent, quand on la remet ils ne peuvent plus circuler. On ne parle pas d interrupteur ouvert ou fermé, nomenclature qui prête à confusion au début du cours d électricité. Les élèves complètent individuellement ce document, les versions les plus intéressantes sont recopiées sur transparent ou au tableau pour être simulées, discutées, validées ou écartées. Quelques productions d élèves où l on retrouve certaines conceptions comme la pile réservoir ou le courant qui s arrête à l interrupteur : Situation 1 : - les grains d électricité sont tous dans le générateur ; - les grains d électricité sont entre le générateur et la tige ; 5 / 12

6 Situation 2 : - les grains d électricité sont répartis partout ; - les grains d électricité sont dans le circuit, mais pas dans le générateur ; La simulation peut consister à faire jouer le rôle des grains par les élèves, deux tables serrées joueront le rôle de filament, le circuit est «matérialisé» dans la classe. Cette démarche active, certes un peu sportive, permet un réel ancrage du résultat final : Les grains sont partout dans le circuit qu il soit ouvert ou fermé. Quand le circuit est fermé les grains sont en mouvement, quand il est ouvert, ils sont immobiles. La pile n est pas un réservoir de grain mais joue le rôle de pompe. II Définition et mesures des grandeurs électriques Situation de départ n 3 : introduction d une analogie mécanique du circuit. Voir l annexe : Figure 1 Circuit mécanique avec un dispositif pour l entrainement des grains. L analogie mécanique permet de mieux se représenter la circulation des grains et surtout les transferts d énergie dans le circuit. Elle vient en support visuel du modèle microscopique et facilite sa manipulation et les raisonnements des élèves. 1 er étape: faire reconnaître les éléments du circuit électrique dans cette analogie mécanique et faire expliquer le fonctionnement de ce circuit mécanique. Un soin particulier doit être apporté à l explication du fonctionnement de la pile et un modèle réduit fonctionnant s avère très utile. J ai fabriqué avec un matériel de mécano simple un modèle mécanique du générateur (voir photo sur l annonce de l article) qui reproduit le dispositif représenté sur la figure 1 en annexe. La phrase «magique» à utiliser dans toutes les explications est «tout se passe comme si» 6 / 12

7 2ème étape: Une série de questions amènent l élève à relier l énergie du contrepoids transmise au bonhomme et le «voltage» d une pile électrique. (Voir fiche N 3 de l article de Jean-Loup Canal) Dans le circuit électrique, «tout se passe comme si» chaque grain d électricité recevait sous forme de poussée une part de l énergie de la pile, et la transmettait au filament. La TENSION est l énergie par grain d électricité reçue dans la pile ou cédée dans les récepteurs. Compétence exigible : la tension aux bornes d un dipôle est notée U, elle a pour unité le Volt (symbole V) et se mesure à l aide d un voltmètre branché en dérivation avec le dipôle. Situation de départ n 4 : mesures de tensions avec le voltmètre. Séance expérimentale classique avec découverte du multimètre utilisé en voltmètre, mise en place d un mode d emploi, mesure aux bornes de dipôles isolés, puis dans un circuit. Tous les résultats de mesures peuvent être prévus à l aide du modèle, en faisant des considérations énergétiques. - pas d échauffement du fil, pas de frottement tension nulle aux bornes d un fil. - pas de circulation de grains dans les dipôles isolés donc pas d énergie cédée tension nulle aux bornes d un dipôle isolé Pour certaines explications (tension de la pile à vide, tension aux bornes d un interrupteur ouvert.) je rappelle que «tout se passe comme si» l énergie transportée par chaque grain était une énergie acquise sous forme de poussée dans la pile-tourniquet Le voltmètre peut être présenté comme un appareil mesurant la différence entre l énergie des grains avant le dipôle et après (d où son branchement en dérivation avec un fil avant et un fil après le dipôle) : - la tension à vide s illustre avec l analogie mécanique : même si le grain ne circule pas, il est tout de même poussé par le tourniquet de la pile mécanique ; - la tension aux bornes de l interrupteur ouvert ne peut s expliquer que par cette transmission de poussée dans la «file» de bonhommes grains, sans perte d énergie puisqu il n y pas de frottement sans circulation ; le grain qui est du coté + 7 / 12

8 du générateur reçoit cette poussée, celui qui est de l autre côte de l interrupteur ne subit aucune poussée. On retrouve donc la tension du générateur aux bornes d un interrupteur ouvert. On atteint certes ici les limites du modèle mais cela fonctionne encore de façon assez satisfaisante. Bilan pour le modèle : la tension est l énergie par grain d électricité soit reçue dans le générateur et cédée dans les récepteurs, chaque grain ne peut céder que ce qu il a reçu pas plus. Il cède toute son énergie au circuit avant de retourner au générateur. Situation de départ N 5 : comment faire briller davantage une lampe? Faut-il resserrer ou élargir le filament? Ici on utilise le modèle pour prédire et/ou expliquer une situation. Voir image de l annexe figure 2. Manipulations sur la paillasse du professeur : deux montages avec générateur 6V, Lampe L1 (6V ; 0,3A) et Lampe L2(6V ;0,1A) avec deux voltmètres affichant 6,4V et deux éclats visiblement différents. Note : dans un premier temps, les caractéristiques des lampes ne sont pas données à la classe. Les Tensions sont identiques donc la tension ne permet pas d expliquer la différence d éclat hypothèses : Majoritairement les élèves optent pour resserrer le filament pour que ça frotte plus donc que ça chauffe plus. Un petit nombre fait un raisonnement correct : il faut faire passer plus de grains à la fois. Validation : par une observation du filament à la caméra didactique en gros plan celui de L2 est plus fin que celui de L1. Explication : Pour l expliquer, on utilise le modèle mécanique. Il faut cependant guider le raisonnement. (La fiche Jean-Loup Canal N 5 donner des détails de la démarche). 8 / 12

9 Conclusion : pour faciliter le transfert d énergie (éclat de la lampe plus fort), il faut augmenter le débit de grains donc faciliter leur passage en diminuant la résistance au passage des grains. Notons qu ici le terme de «résistance» est utilisé dans le sens du langage courant. La mesure de la tension ne suffit pas à comprendre le fonctionnement d un circuit donc deux nouvelles grandeurs sont introduites : L INTENSITÉ est le nombre de grains qui passe à chaque seconde en un point du circuit. Cette intensité dépend notamment de la facilité de circulation dans les éléments du circuit. C est un débit de grains d électricité. Compétence exigible : l intensité du courant est notée I, son unité est l Ampère (symbole A) et elle se mesure avec un ampèremètre branché en série. On appelle RÉSISTANCE ÉLECTRIQUE la résistance du matériau au passage des petits grains. J indique alors que la résistance est notée R, son unité est l ohm (symbole Ω) et qu elle se mesure avec un ohmmètre. Situation de départ n 6 : de quoi dépend la résistance? (Voir la fiche de Jean-loup Canal N 6). Activité expérimentale, utilisation du multimètre utilisé en ohmmètre. Influence de la longueur, de la section et du matériau. Note : cette activité est l occasion de mettre en pratique une démarche expérimentale Complète. Situation de départ N 7 : Mesures d intensité Séance expérimentale classique avec découverte du multimètre utilisé en ampèremètre, mise en place d un mode d emploi. On demande aux élèves d émettre des hypothèses sur la valeur des intensités dans un circuit simple (boucle simple avec un générateur + une lampe), l objectif étant ici de casser la conception «d usure du courant». Prévoir les résultats des mesures dans un circuit simple lampe et générateur : - en regardant les valeurs nominales ; - en utilisant le modèle. 9 / 12

10 Validation par l expérience : résultats des mesures. Projection d une simulation où l on peut compter le débit de grain. (logiciel chimiz jeulin). Conclusion : l intensité est partout la même dans une boucle simple III Les lois du courant continu Le modèle étant en place, on va l utiliser pour expliquer le fonctionnement de certains circuits et prévoir les valeurs des tensions et des intensités. Les mesures viendront alors valider ou invalider les hypothèses émises par les élèves. Situation de départ N 8 : étude du circuit en série Manipulations sur la paillasse du professeur : Un circuit série avec un générateur de tension continue de 6V et deux lampes montées en série. On a évidemment choisi L1 (6V O, 1A) et L2 (6V ; 0,3A) sans le dire aux élèves. On constate que les deux lampes ne brillent pas de la même manière. L1 brille plus que L2. Comment expliquer cela? Hypothèses : On fournit aux élèves le schéma de la figure 3 de l annexe pour qu ils puissent argumenter leurs hypothèses. Les élèves arrivent assez bien à prévoir que toute l énergie est reçue par L1 et très peu par L2 Quelques-uns pensent à inverser les lampes pour voir l effet persiste, ou à lire les valeurs nominales. L utilisation du modèle élimine l explication par «usure du courant». Cependant très peu d élèves pensent à utiliser le modèle s ils ne sont pas incités à le faire. Validation : mesures de U et I Explications : il faut guider le raisonnement avec le modèle et revenir sur la taille des filaments (en fonction des valeurs nominales), donc la résistance du circuit et donc l intensité qui s établit. Conclusion : loi de l additivité des tensions et loi d unicité de l intensité en série. 10 / 12

11 Situation de départ N 9 : étude du circuit avec dérivation : Séance expérimentale en partie évaluée (Voir le document élèves à télécharger) Les élèves étudient un montage en dérivation. Ils ont un document du modèle avec une image de l analogie mécanique du circuit Travail à faire : - prévoir les valeurs des tensions et des intensités en utilisant le modèle (partie non évaluée ou en bonus), - faire les mesures, - énoncer les lois de la tension et l intensité dans un circuit avec dérivation. (Partie évaluée) Pour guider leur raisonnement, on sépare ce qui est donné comme rappel concernant le modèle et les questions posées sur le modèle : la tension est une énergie par grain donc on regarde le trajet d un grain lors d un tour de circuit, Combien de dipôle chaque grain traverse-t-il en un tour? 1 seul Quelle énergie chaque grain cède-t-il au dipôle? Toute l énergie qu il a reçue. D où unicité de la tension. L intensité est un nombre de grains par seconde, on suit donc la circulation d un paquet de grains, par exemple 10 grains, pour voir par où il passe. Si à chaque seconde 10 grains se présentent à un nœud, et si 4 passent dans une des branches alors 6 devront passer dans l autre. Annexe figures Figure 1 Situation de départ 3 Circuit mécanique avec un dispositif pour l entrainement des grains. Figure 2. Situation de départ 5 11 / 12

12 Figure 3 Situation de départ 8 Situation de départ 9 12 / 12

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

SCIENCES L ELECTRICITE CM1

SCIENCES L ELECTRICITE CM1 SCIENCES L ELECTRICITE CM1 Compétence 3 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche d investigation : savoir observer, questionner - Manipuler et expérimenter, formuler

Plus en détail

MODULE. Problèmes. Monde construit par l homme. Programme. Matériel. Nombres de séances ELECTRICITE. Compétences visées. Conditions de réalisation

MODULE. Problèmes. Monde construit par l homme. Programme. Matériel. Nombres de séances ELECTRICITE. Compétences visées. Conditions de réalisation MODULE ELECTRICITE Cycle : Classe: II C.E.1/CE2 Monde construit par l homme Programme Circuits électriques alimentés par des piles : bornes, conducteurs et isolants Compétences visées Problèmes Faire briller

Plus en détail

Circuits électriques alimentés par des piles

Circuits électriques alimentés par des piles MODULE Cycle : II /III Classe: CE1/CE2 Programme ELECTRICITE Monde construit par l homme Circuits électriques alimentés par des piles Compétences visées Faire briller une ampoule dans un circuit électrique

Plus en détail

ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR

ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR Nom : Prénom : Classe : Date : Fiche élève 1/ 6 Physique Chimie ETUDE DE LA CARACTERISTIQUE DU DIPÔLE OHMIQUE : LOI D OHM UTILISATION D UN TABLEUR Objectifs : - Établir la loi d Ohm à l aide d un tableur-grapheur

Plus en détail

Matériel : (à adapter en fonction du nombre d élèves)

Matériel : (à adapter en fonction du nombre d élèves) Séquence - L électricité C.3 Objectifs et compétences Objectif : Réaliser l installation électrique du plan de la classe. Compétences: Savoir réaliser une fiche technique Être capable de pratiquer une

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

Séquence ÉLECTRICITÉ. en vue de la réalisation d un. jeu électrique. Cycle 3

Séquence ÉLECTRICITÉ. en vue de la réalisation d un. jeu électrique. Cycle 3 Séquence ÉLECTRICITÉ en vue de la réalisation d un jeu électrique Cycle 3 delforge.philippe@ac-rouen.fr! 06 11 01 94 41 Séquence électricité - Fabrication d un jeu électrique Cycle 3 SOMMAIRE Fiche pour...

Plus en détail

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS En classe de 5 ème : Comprendre, réaliser et représenter un circuit électrique simple Comprendre ce qu est un courant électrique et déterminer le sens du courant dans un circuit électrique Distinguer conducteur

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION Nom : Prénom : Classe : Sciences Gestion : Étu gestion Page 1 sur 16 I Qu'est-ce que l'étu Gestion? Source : Extrait du Bulletin officiel n 21 du 24/05/2012), note

Plus en détail

Prendre un bon départ

Prendre un bon départ Chapitre A Prendre un bon départ 1 - Avant-propos Un ordinateur sait très bien faire deux choses : Calculer, d oùle nomcomputer en anglais que l on pourrait traduire par calculateur. Placer des données

Plus en détail

DIPLÔME INTERMÉDIAIRE ÉPREUVE EXPÉRIMENTALE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

DIPLÔME INTERMÉDIAIRE ÉPREUVE EXPÉRIMENTALE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES DIPLÔME INTERMÉDIAIRE ÉPREUVE EXPÉRIMENTALE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES CME2 : Comment sont alimentés nos appareils électriques? Sujet : Adaptateur de téléphone portable Ce document comprend : -

Plus en détail

Tests de l évaluation par compétences en Seconde

Tests de l évaluation par compétences en Seconde Tests de l évaluation par compétences en Seconde 1 Présentation 1.1 La grille de compétences / aptitudes La grille de compétences a été distribuée et explicitée aux élèves le jour de la rentrée à la suite

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

SEQUENCE ELECTRICITE: module de 7 séances

SEQUENCE ELECTRICITE: module de 7 séances SEQUENCE ELECTRICITE: module de 7 séances PROGRAMMES OFFICIELS CYCLE 2 : Les élèves réalisent des maquettes élémentaires et des circuits électriques simples pour comprendre le fonctionnement d'un appareil.

Plus en détail

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Document du professeur 1/7 Niveau 3 ème Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Programme C. De la gravitation à l énergie mécanique

Plus en détail

LES BACTERIES. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

LES BACTERIES. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... LES BACTERIES Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séance et productions d élèves 1... 7 Narration de séance et productions d élèves 2... 10 1 Fiche

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

3) Cet appareil produit quel genre de courant (continu ou alternatif)? Expliquer votre choix.

3) Cet appareil produit quel genre de courant (continu ou alternatif)? Expliquer votre choix. EXERCICES SUR L INTENSITÉ & LA TENSION DU COURANT ÉLECTRIQUE Exercice 1 1) Donner la lecture de la mesure. 2) Quelle est la nature de la grandeur mesurée? 3) Cet appareil produit quel genre de courant

Plus en détail

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle?

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? Mise en parallèle, mise en série Voilà qui est bien souvent sujet à confusion. Voici plusieurs exemples vous permettant

Plus en détail

Séquence ÉLECTRICITÉ. en vue de la réalisation d un. jeu électrique. Cycle 2

Séquence ÉLECTRICITÉ. en vue de la réalisation d un. jeu électrique. Cycle 2 Séquence ÉLECTRICITÉ en vue de la réalisation d un jeu électrique Cycle 2 delforge.philippe@ac-rouen.fr! 06 11 01 94 41 delforge.philippe@ac-rouen.fr 1 Séquence électricité - Fabrication d un jeu électrique

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1 Luc PONSONNET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " L ENORME SAUT DE THIERRY NEUVILLE AU RALLYE DE FINLANDE" Niveau de la classe : première scientifique Testée avec une classe de première scientifique

Plus en détail

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Classe : 4 ème PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Section linguistique : toutes Matière : Sciences Physiques Nom de l'enseignant : Mme GOULARD Langue d enseignement : français Nombre d heures hebdomadaires

Plus en détail

3a-2 Proportionnalité

3a-2 Proportionnalité Cours 3a-2 Proportionnalité Didactique Sommaire 1 La proportionnalité dans les programmes................................ 2 2 Les procédures de résolution à l école....................................

Plus en détail

comprendre un message adressé aux parents rapporter un message

comprendre un message adressé aux parents rapporter un message comprendre un message adressé aux parents rapporter un message 1. TRANSMETTRE UN MESSAGE 226 1.1. Les différentes façons de demander de transmettre un message 1.2. Donne ce mot à tes parents 2. LIRE LES

Plus en détail

LE COURANT ELERCTRIQUE

LE COURANT ELERCTRIQUE Chapitre - II - LE COURNT ELERCTRIQUE Situation problème La lampe de Mr li La pile de la lampe torche de Monsieur li est épuisée, la lampe ne s allume plus. Monsieur li à vue dans sont cours de physique

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES. SUJET EI. ExAO

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES. SUJET EI. ExAO Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET EI. ExAO Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une fiche

Plus en détail

SIGNAUX LUMINEUX. Bien indiquer la puissance des piles et la résistance des ampoules

SIGNAUX LUMINEUX. Bien indiquer la puissance des piles et la résistance des ampoules Séance 1 SIGNAUX LUMINEUX Défi : Boule et Bill n ont pas été très polis, ils sont punis et doivent rester chacun chez soi Ils inventent un système de signaux lumineux pour communiquer. Fais le dessin ou

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP1 : Analyse et traitement d un dossier Coefficient : 4 - UP1 1 - Contenu Cette épreuve vise l évaluation des compétences du candidat pour sur l analyse et

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET EII.5

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET EII.5 TP EII.5 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET EII.5 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 -

Plus en détail

Electricité 4. Cours. Les résistances électriques. Quatrièmes. 4 ème. Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle?

Electricité 4. Cours. Les résistances électriques. Quatrièmes. 4 ème. Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle? 4 ème Electricité 4 Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle? Objectifs 1 Savoir utiliser un ohmmètre et le code des couleurs 2 Connaître l influence d une résistance dans un circuit 3 Connaître

Plus en détail

Habitat : Communication dans l'habitat Extraits de bac

Habitat : Communication dans l'habitat Extraits de bac Exercice 1 STLB AG 2015 Le radar, élément essentiel de sécurité à bord d'un bateau. Nous en aborderons quelques principes ainsi que des aspects pratiques d'utilisation. 1. A l'aide du document D1 présenté

Plus en détail

CH II Intensité et tension en courant continu

CH II Intensité et tension en courant continu CH II Intensité et tension en courant continu I) Les différentes formes de montage de récepteurs : 1) Le montage en série : Dans un montage en série, les différents récepteurs sont montés les uns à la

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

SEANCE 1. Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» Le secteur (arrivée près du compteur)

SEANCE 1. Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» Le secteur (arrivée près du compteur) SEANCE 1 Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» A l oral : Faire le parallèle entre : A la maison Le secteur (arrivée près du compteur) Les appareils électriques (TV, four,

Plus en détail

Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation

Comment déterminer la vrai puissance de son installation Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation Les caractéristiques des modules qui sont fournies par le constructeur sont des moyennes. Il indique d'ailleurs toujours l'écart à la moyenne

Plus en détail

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui Evaluateur de Mise en Appui I. Introduction... 2 II. Etude... 2 1. Analyse fonctionnelle... 2 2. Pesette et pèse-personne... 3 3. Choix du matériel... 4 4. Etude du pèse-personne avec le matériel... 4

Plus en détail

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2 Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 1 Table des matières Table des matières 1 Introduction 2 Théorie 3 Montages et manipulations 5 Partie 1 (Sans générateur) 5 Partie 2 (avec

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES TP EII ExAO Page 1/6 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2 - une fiche

Plus en détail

TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif»

TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif» Niveau 3 ème Physique Chimie Document du professeur 1/7 TENSION CONTINUE ET TENSION ALTERNATIVE PERIODIQUE Programme B - Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif» Connaissances Capacités

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves Annexe III Définition des épreuves EP1 : Épreuve professionnelle liée au contact avec le client et/ou l usager Coefficient : 4 Objectif de l épreuve : Cette épreuve vise à apprécier la maîtrise des techniques

Plus en détail

Compétences du B2i collège et activités documentaires

Compétences du B2i collège et activités documentaires Compétences du B2i collège et activités documentaires Aujourd hui, les activités de recherche documentaire intègrent nécessairement l utilisation de l informatique, du multimédia et de l Internet. Lors

Plus en détail

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A)

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A) LÇON 7 Page 1/5 1. xpérience Nous disposons du matériel suivant : n générateur à courant continu 24 V. n voltmètre. n ampèremètre ne lampe à incandescence. Nous réalisons un premier montage sans récepteur,

Plus en détail

TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD

TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD TP ARDUINO : FAIRE UNE ANIMATION SPACE INVADERS SUR LCD Eskimon 06 janvier 2016 Table des matières 1 Introduction 5 2 Matériel nécessaire et mise en route 7 2.1 Le matériel.....................................

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

4 Le courant électrique

4 Le courant électrique 4 Le courant électrique 4.1 La nature du courant électrique Expérience : Le circuit de la figure suivante n est pas fermé : A - + B - + V- 3000 V Figure.30 Transport d électrons On met alors en contact

Plus en détail

PROGRESSION «Défi véhicule» (EMN Ecole Georges Sand CP44)

PROGRESSION «Défi véhicule» (EMN Ecole Georges Sand CP44) PROGRESSION «Défi véhicule» (EMN Ecole Georges Sand CP44) Eléments de connaissance et de compétences sur les objets techniques (Cycle 3, documents de janvier 2012, DEGESCO) : Objets mécaniques, la transmission

Plus en détail

Analyse du fonctionnement d un objet technique Diagnostic de panne d un système de freinage d une trottinette électrique

Analyse du fonctionnement d un objet technique Diagnostic de panne d un système de freinage d une trottinette électrique Analyse du fonctionnement d un objet technique Diagnostic de panne d un système de freinage d une trottinette électrique Représentation numérique et volumique des objets techniques en 6ème «En sixième,

Plus en détail

Gestion centralisée des utilisateurs locaux. (Compatible avec Magret 6.4x, Magret 7 et Magret 8)

Gestion centralisée des utilisateurs locaux. (Compatible avec Magret 6.4x, Magret 7 et Magret 8) Gestion centralisée des utilisateurs locaux. (Compatible avec Magret 6.4x, Magret 7 et Magret 8) Cet outil permet de créer des utilisateurs locaux. modifier les mots de passe des utilisateurs locaux. Cet

Plus en détail

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle Yves A. Delhaye 5 mai 2015 20 :00 Résumé L utilisation et l installation du logiciel planets permet

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

ANNEXE II. b. Définition des épreuves

ANNEXE II. b. Définition des épreuves ANNEXE II. b Définition des épreuves Définitions des épreuves ÉPREUVE EP1 Activités de logistique et de transport (coefficient 8 + 1 pour PSE) Objectif de l épreuve Cette épreuve vise à apprécier l aptitude

Plus en détail

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Objectif : Comprendre le principe de détection et de correction d erreurs lors de la transmission d une information numérique. Compétences : Utiliser

Plus en détail

exemple n 1 : remise en ordre des mots

exemple n 1 : remise en ordre des mots 12 exemple n 1 : remise en ordre des mots Observation dans un CP à effectif réduit ; travail à l aide du manuel Crocolivre, Nathan. Maître qui reçoit des élèves que nous avons suivi l an passé (recherche

Plus en détail

! " #$ % &' ( Quelle est la tension délivrée par une telle pile? Combien de volt faut-il pour déclencher un éclair d orage?

!  #$ % &' ( Quelle est la tension délivrée par une telle pile? Combien de volt faut-il pour déclencher un éclair d orage? ! " #$ % &' ( Quelle est la tension délivrée par une telle pile? Combien de volt faut-il pour déclencher un éclair d orage? La tension électrique aux «bornes du cœur» a-t-elle une valeur constante? Comment

Plus en détail

EDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE - LE PRESENTOIR NOMINATIF. Education par la Technologie - LE PRESENTOIR NOMINATIF

EDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE - LE PRESENTOIR NOMINATIF. Education par la Technologie - LE PRESENTOIR NOMINATIF EDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE - LE PRESENTOIR NOMINATIF Education par la Technologie - LE PRESENTOIR NOMINATIF 1 OUTILS D ACCOMPAGNEMENT DU NOUVEAU PROGRAMME. «MODE D EMPLOI». Education Par la Technologie.

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

SCIENCES DE L INGENIEUR GENIE ELECTRIQUE

SCIENCES DE L INGENIEUR GENIE ELECTRIQUE TP N 4 page 1/8 Centres d intérêt abordés : Thématiques : CI9 Acquisition et conditionnement des informations I4 Transformation d une grandeur physique à mesurer Activités proposées : Compétences visées

Plus en détail

L interconnexion de batteries.

L interconnexion de batteries. L interconnexion de batteries. Le présent article (largement inspiré de la théorie publiée dans le site WEB http://www.smartgauge.co.uk) a pour but de présenter les différentes méthodes d interconnexion

Plus en détail

Aquariums et capteurs de niveau

Aquariums et capteurs de niveau http://club2a.free.fr/site/article.php3?id_article=477 Aquariums et capteurs de niveau mercredi 9 mai 2007, par Bricoleau Cet article a pour but de présenter les éléments de base, qui permettent de se

Plus en détail

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture.

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. 11 Atelier effet visuel - CrAsh d un vaisseau spatial Projet : Désintégration d un vaisseau spatial lors d un crash Outils : Animation dynamique,

Plus en détail

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com I- LE COURNT ÉLECTRIQUE : 1) Nature du courant : Le courant électrique est un déplacement de charges électriques dans la matière. Dans les métaux, les porteurs de charges sont les ÉLECTRONS. Circulation

Plus en détail

Résumé du commentaire audio : Lesdipôles que vous avez couramment utilisez sont par

Résumé du commentaire audio : Lesdipôles que vous avez couramment utilisez sont par 1 2 Résumé du commentaire audio : Lesdipôles que vous avez couramment utilisez sont par exemples des lampes, des piles (générateurs), des résistors (ou conducteurs ohmiques) etc 3 Résumé du commentaire

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques des tensions fournies par les centrales électriques?

Quelles sont les caractéristiques des tensions fournies par les centrales électriques? 3ème Electricité 2 La tension Alternative Quelles sont les caractéristiques des tensions fournies par les centrales électriques? Objectifs Distinguer tension continue et tension alternative 2 Déterminer

Plus en détail

Immobilisation : créer et gérer les Biens

Immobilisation : créer et gérer les Biens Fiche procédure n 11 Janvier 2013 Immobilisation : créer et gérer les Biens 1. Accéder à la table des biens immobilisés page 2 2. Créer une nouvelle immobilisation (code national, type ) page 3 3. Saisir

Plus en détail

Participation à l action «Journées scientifiques» du RRS de Sorgues 2013/2014. Défi : Fabriquer un vase pouvant contenir de l eau et des fleurs.

Participation à l action «Journées scientifiques» du RRS de Sorgues 2013/2014. Défi : Fabriquer un vase pouvant contenir de l eau et des fleurs. Classe de TPS, Maternelle Les Ramières Sorgues Mme CHAINE Prisca découverte du monde/culture scientifique et technologique. Participation à l action «Journées scientifiques» du RRS de Sorgues 2013/2014.

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE N 1 Thématique : L AIR (projet fédératif)

ANIMATION PEDAGOGIQUE N 1 Thématique : L AIR (projet fédératif) ANIMATION PEDAGOGIQUE N 1 Thématique : L AIR (projet fédératif) Objectifs de l animation : - Permettre aux collègues de s approprier le module sur l ensemble des 3 cycles. - Actualiser les connaissances

Plus en détail

Règlement du jeu-concours Odyssée Sauvage 2014

Règlement du jeu-concours Odyssée Sauvage 2014 Règlement du jeu-concours Odyssée Sauvage 2014 Article 1 Le jeu-concours Odyssée Sauvage est une opération nationale du ministère de l Éducation nationale, pilotée par le CNDP, opérateur du ministère,

Plus en détail

LES FRACTIONS Séance 1/9

LES FRACTIONS Séance 1/9 LES FRACTIONS Séance 1/9 DOMAINE : Mathématiques (Nombres et calcul) NIVEAU : CM1 DURÉE : 45 minutes COMPÉTENCES : Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : demi, tiers, quart,

Plus en détail

Electricité au CP, CE1, CE2. Rappels théoriques et progressions

Electricité au CP, CE1, CE2. Rappels théoriques et progressions Electricité au CP, CE1, CE2 Rappels théoriques et progressions BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 Cycle 2 Découvrir le monde du vivant, de la matière et des objets : Ils distinguent les solides et les liquides

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 Envoi par mail de la première version du rapport + annexes + power point Envoi postal ou dépôt du dossier rose au Cnam Réunion du jury diplômant Cnam Paris ; les avis sont communiqués au Cnam

Plus en détail

B2I MODE D EMPLOI. Qu est-ce que le B2I?u?

B2I MODE D EMPLOI. Qu est-ce que le B2I?u? B2I MODE D EMPLOI Qu est-ce que le B2I?u? Le brevet informatique et Internet n est pas un diplôme mais une attestation qui comporte 3 niveau de maitrise des technologies de l information et de la communication.

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) UN TRAIN A PRENDRE (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur UN TRAIN

Plus en détail

Évaluation subjective d un site WEB

Évaluation subjective d un site WEB DIDIER Maxime Évaluation subjective d un site WEB J ai choisi le site www.materiel.net car je suis intéressé par l informatique. Ce site propose toute sorte de composants pour monter son ordinateur soi-même.

Plus en détail

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE Marie-France Guissard, Valérie Henry, CREM, FUNDP Pauline Lambrecht,

Plus en détail

Une progression sur l électricité en cycle 2

Une progression sur l électricité en cycle 2 FORMATION de CIRCONSCRIPTION Une progression sur l électricité en cycle 2 15 C CONVENTION Formateurs : Mme LAGRAULA Professeur de technologie IUFM Molitor Paris 16 ème Muriel MARTIN Conseillère pédagogique

Plus en détail

TITRE : CONSERVATION DE L INFORMATION GENETIQUE AU COURS DE LA DIVISION CELLULAIRE

TITRE : CONSERVATION DE L INFORMATION GENETIQUE AU COURS DE LA DIVISION CELLULAIRE TITRE : CONSERVATION DE L INFORMATION GENETIQUE AU COURS DE LA DIVISION CELLULAIRE FICHE PROFESSEUR classe : 3 ème durée : 1 heure 30 la situation-problème Toutes les cellules de l organisme possèdent

Plus en détail

Faire une carte de vœux

Faire une carte de vœux Dans un précédent tutoriel : Faire une carte de vœux http://le.site.de.pierre.free.fr/squelettes/pagescours/annexes/cartes_de_voeux.html, je vous ai montré comment faire une carte de vœux, je me propose

Plus en détail

Paris, le 26 juillet 2012. Monsieur le Directeur du CNEN 165-173, avenue Pierre Brossolette BP900 92542 MONTROUGE CEDEX

Paris, le 26 juillet 2012. Monsieur le Directeur du CNEN 165-173, avenue Pierre Brossolette BP900 92542 MONTROUGE CEDEX REPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Paris, le 26 juillet 2012 Réf. : CODEP-DCN-2012-040080 Monsieur le Directeur du CNEN 165-173, avenue Pierre Brossolette BP900 92542 MONTROUGE CEDEX

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Exemples de séances pour des rencontres

Exemples de séances pour des rencontres Exemples de séances pour des rencontres Thème : Lipdubbing Les fiches d activités suivantes ont été conçues pour aider les enseignants qui réalisent un projet d échange en langue étrangère avec une école

Plus en détail

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation STAGE FILÉ À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation A partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation et évaluation

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2)

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) ECOLE : Saint Thégonnec Niveau de classe : CE1 ENSEIGNANTE : Hélène Griffon A- Choix de l item travaillé (programmes 2008) Lire silencieusement un texte

Plus en détail

E1 Intensité et tension

E1 Intensité et tension E1 1 E1 Intensité et tension I) Le multimètre Le multimètre est un appareil qui peut effectuer plusieurs types de mesures dans un circuit électrique. Son utilisation dépend de ce que l on souhaite mesurer.

Plus en détail

RÉALISATION DE CAPSULES DIDACTIQUES POUR CLASSE INVERSÉE EN ARTS PLASTIQUES

RÉALISATION DE CAPSULES DIDACTIQUES POUR CLASSE INVERSÉE EN ARTS PLASTIQUES RÉALISATION DE CAPSULES DIDACTIQUES POUR CLASSE INVERSÉE EN ARTS PLASTIQUES Durée idéale d une capsule : moins de 5 minutes. A) AVANT LA RÉALISATION DES CAPSULES (prévoir environ 8 heures) 1. Vérifier

Plus en détail

Utiliser quotidiennement moodle au collège.

Utiliser quotidiennement moodle au collège. Académie d Orléans-Tours Equipe Maths et ENT 2010-2011 Usages de l ENT en Mathématiques Utiliser quotidiennement moodle au collège. Type d utilisation de l ENT Usages quotidiens de l ENT : Collecte de

Plus en détail

TECHNIQUES EXPÉRIMENTALES Document d accompagnement de la séance de travaux pratiques n o 5. Ampoules en série

TECHNIQUES EXPÉRIMENTALES Document d accompagnement de la séance de travaux pratiques n o 5. Ampoules en série Licence L1 Domaine Sciences, Technologie, Santé Année 2015/2016 1 er semestre TCHNIQUS XPÉRIMNTALS Document d accompagnement de la séance de travaux pratiques n o 5 Ampoules en série «Je n hésite pas à

Plus en détail

Coefficient 3 Épreuve écrite et orale : durée 2h15 ou contrôle en cours de formation

Coefficient 3 Épreuve écrite et orale : durée 2h15 ou contrôle en cours de formation Deuxième partie : un travail personnel écrit noté sur 7 points Ce travail permet d évaluer la maîtrise de quelques compétences du programme à travers la rédaction d un document de 2 pages maximum par le

Plus en détail

Conduire des collégiens à créer des supports visuels pour le cours de latin à l aide d un logiciel de diaporama

Conduire des collégiens à créer des supports visuels pour le cours de latin à l aide d un logiciel de diaporama Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Conduire des collégiens

Plus en détail

Utilisation d un multimètre numérique

Utilisation d un multimètre numérique Fonctions Mesure des Tensions en courant continu Mesure des tensions en courant alternatif (non utilisé actuellement en automobile) Mesure des intensités en courant continu (maxi 10 A, suivant contrôleur)

Plus en détail

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France 0 Enquête réalisée par Energie-Cités Peter Schilken Ian Tuner Pierre Escolar Graziella

Plus en détail

Etape n 1 étude du besoin.

Etape n 1 étude du besoin. L objet mystère Les enfants posent des questions fermées. L enseignant répond par OUI ou NON. Jusqu à ce que les élèves trouvent le sablier. Alors on peut observer plusieurs sabliers verbaliser sur sa

Plus en détail

Chapitre n 1 / Physique-chimie 5

Chapitre n 1 / Physique-chimie 5 Chapitre n 1 / Physique-chimie 5 Évaluation diagnostique Entoure les réponses que tu penses correctes: 1-Il est dangereux l'électricité avec : de -Une pile de 4,5V : faire des oui expérience non -Une prise

Plus en détail

Une énigme par jour Cycle 3 Semaine des maths 2012

Une énigme par jour Cycle 3 Semaine des maths 2012 Ces «énigmes» permettent d initier une démarche fondée sur l initiative des élèves pour utiliser les connaissances acquises et montrer leur capacité à les utiliser dans des situations où elles ne sont

Plus en détail

I) Présentation du logiciel Scratch

I) Présentation du logiciel Scratch Rudiments pour l utilisation du logiciel Scratch en lycée par j-a.roddier@wanadoo.fr L objectif de cet atelier est de montrer certaines spécificités du logiciel Scratch, et au-delà de cette présentation

Plus en détail