Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité"

Transcription

1 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité Raisonner sur des schémas électrocinétiques ou électrotechniques et des montages électriques Christophe Szczygielski, laboratoire LIRDEF ; Cet article cherche à expliquer les difficultés que rencontrent les élèves à assimiler le concept de circuit électrique. Ces difficultés reposent en partie sur le fait qu ils sont capables d accomplir des tâches spécifiques relatives à certaines représentations sémiotiques du circuit électrique mais que le concept même de circuit électrique, n est pas assimilé ou mal maîtrisé. L étude porte sur une population d élèves particulière, des élèves de section professionnelle, préparant un BEP d électrotechnicien. Ces élèves sont rompus à la technique de câblage et confrontés à plusieurs schématisations. Cette recherche montre des spécificités de raisonnement dans chacune de ces schématisations mais aussi sur les montages eux-mêmes. Pendant toute la durée de leur scolarité, les élèves sont amenés, lors des tâches proposées par leurs enseignants de sciences physiques, à manipuler de nombreux concepts sous différentes formes. Il en est ainsi du concept de circuit électrique qui est manipulé sur papier sous une première forme, le schéma, et qui est aussi manipulé physiquement sous une autre forme, le montage. Le circuit électrique est étudié en classe de cinquième, dans la partie Les circuits électriques en courant continu Étude qualitative, le programme précise qu il «se fonde sur l observation et sur la réalisation pratique» mais en revanche «sans mesures». Cette partie du programme «introduit les propriétés élémentaires d un circuit en série ou avec une dérivation». En classe de quatrième, la partie Les lois du courant continu «a pour objet d introduire certaines lois du courant continu à partir de mesures d intensité de courants électriques et de tension électrique réalisées par les élèves eux-mêmes», mais précise que «des exercices calculatoires répétitifs» doivent être évités. Enfin en troisième, le «circuit électrique en alternatif» est étudié. Au lycée, le concept de circuit n est plus étudié pour lui-même, il n est plus que le support d étude de grandeurs physiques aster 161> 186

2 Christophe Szczygielski Ainsi, en classe de BEP de lycée professionnel et en particulier dans la filière Métiers de l électrotechnique, le circuit électrique est utilisé pour traiter des grandeurs électriques, tension ou intensité du courant, mais aussi pour étudier les notions d énergie et de puissance, ainsi que le fonctionnement du transformateur et du disjoncteur. La classe de BEP des Métiers de l électrotechnique présente une particularité intéressante. En effet, l électricité est une matière qui est étudiée deux fois par les élèves durant leur cursus de deux ans. Elle est étudiée avec le professeur de mathématiques-sciences physiques, comme un des chapitres de physique mais aussi avec les professeurs d électrotechnique. Or, il est régulièrement constaté par les enseignants de sciences physiques que les élèves de classes de baccalauréat professionnel, pourtant titulaires d un BEP d électrotechnicien, éprouvent des difficultés sur des montages électriques durant les séances de travaux pratiques. Pourtant, ces élèves ont des compétences reconnues, une expérience en milieu professionnel et sont rompus à la technique de câblage des installations électrotechniques domestiques ou industrielles. Nous avons émis l hypothèse que ces difficultés reposent en partie sur le fait que les élèves sont capables d accomplir des tâches spécifiques, relatives à certaines représentations sémiotiques du circuit électrique, mais que le concept même de circuit électrique, n est pas assimilé ou mal maîtrisé par les élèves. Ces difficultés reposent aussi sur l utilisation de schémas prototypiques inscrits dans leur mémoire à long terme et sur des modes de raisonnement identifiés depuis longtemps par les didacticiens. Si ces deux derniers points ont fait l objet de nombreux travaux, dans notre cas c est le passage interregistre qui nous semble poser le plus de difficultés. Ceci n ayant jamais fait l objet de recherche didactique. 1. Aspects théoriques 1.1. Notion de systèmes et de registres sémiotiques Lorsqu un circuit est hors tension, c est le cas dans les tâches de montage, il n est qu un assemblage de constituants reliés par des nœuds de connexion. Ainsi, le circuit électrique est, en quelque sorte un graphe, où les nœuds sont les sommets et les constituants les arêtes. Le schéma électrique et le montage ne sont alors que des représentations d un même objet mathématique : le circuit électrique. Le circuit électrique présente donc quelques similitudes avec la notion d objet mathématique, et en tant que tel, des résultats de la didactique des mathématiques doivent pouvoir nous aider à analyser et interpréter les difficultés des élèves. Pour Duval, «la distinction entre un objet et sa représentation est donc un point stratégique pour la compréhension des mathématiques. Il définit les représentations 162 aster

3 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité sémiotiques comme des productions constituées par l emploi de signes appartenant à un système de représentation qui a ses contraintes propres de signifiance et de fonctionnement» (Duval, 1993). Le fonctionnement cognitif de la pensée humaine se révèle inséparable de l existence d une diversité de registres sémiotiques de représentation que Duval définit comme étant tout système sémiotique permettant de remplir trois fonctions cognitives fondamentales liées à la sémiosis (Duval, 1995), l appréhension ou la production d une représentation sémiotique. La première activité cognitive est la «formation d une représentation identifiable» comme une représentation d un registre donné (Duval, 1998). Cette formation doit respecter des règles de conformité, dont la connaissance n implique pas la compétence pour former des représentations, mais seulement celle pour les reconnaître. L exemple du schéma ci-dessous est la représentation d une portion de circuit électrique que le lecteur saura identifier. Le langage, en l occurrence dans le cas de l électricité, est aussi un registre et nous parlerons alors de registre du langage technique. L énonciation de la phrase «la résistance R3 est en parallèle avec R4» est aussi une «représentation identifiable». La deuxième activité cognitive est le traitement d une représentation, c està-dire la transformation de cette représentation dans le registre même où elle a été formée. Le traitement est une transformation interne à un registre. Par exemple, la paraphrase est un traitement dans le cas du langage et l anamorphose est un traitement comme dans le cas d un schéma tel que l exemple ci-dessous aster 163

4 Christophe Szczygielski La troisième activité cognitive est la conversion d une représentation. C està-dire la transformation de cette représentation en une représentation d un autre registre, en conservant la totalité ou une partie seulement du contenu de la représentation initiale. Par exemple, l illustration est la conversion d une représentation linguistique en représentation figurale, en revanche la description est la conversion d une représentation non-verbale en une représentation linguistique. Cette conversion pouvant aussi se faire vers le registre algébrique : Pour une appréhension conceptuelle des objets que Duval appelle noésis, il faut que l objet ne soit pas confondu avec ses représentations possibles, et la coordination de plusieurs registres apparaît alors comme fondamentale. Mais dans le cas du circuit électrique, il existe plusieurs représentations sémiotiques possibles. La première est la schématisation que nous avons appelée schématisation d électrocinétique. La deuxième est la schématisation d électrotechnique. En réalité, il existe de nombreux schémas électrotechniques : architectural, multifilaire, unifilaire, développé, etc. Dans la suite de cette recherche, le schéma d électrotechnique sera assimilé au schéma développé. Remarquons qu il est aussi possible de représenter un schéma électrique selon un grand nombre de schématisations. Le diagramme AVOW (Ampère Volt Ohm Watt ; Cheng, 2002), qui appartient à la famille des LED (Law Encoding Diagramm), est un schéma qui n est pas utilisé dans l enseignement de l électricité. Cette représentation permet d encoder des informations spécifiques, telles 164 aster

5 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité que la topologie, la géométrie du circuit ; de plus, il y a une correspondance entre la physique et le tracé des cases : les ampères horizontalement, les volts verticalement, la diagonale représente métaphoriquement la résistance et l aire, la puissance. Duval définit la congruence entre deux représentations sémiotiquement différentes donc deux registres sémiotiques différents, lorsqu il y a correspondance sémantique entre leurs unités signifiantes, univocité sémantique terminale et même ordre possible d appréhension de ces unités dans les deux représentations. Lorsque deux représentations sont congruentes, le passage de l une à l autre se fait spontanément, sinon il y a obstacle à la représentation (Duval, 1995) Notion de lecture schématique Les langages schématiques en électricité sont structurés comme un langage, la lecture d un schéma découle de la connaissance d un langage adéquat. Les connaissances seraient structurées en mémoire selon des réseaux hiérarchisés de concepts à l intérieur desquels on postule un niveau de base, c est le niveau optimal de discrimination. Des principes perceptifs de la catégorisation la contraignent sur la base de similitudes de formes ou de corrélats d attributs, électivement au niveau de base. L organisation interne des catégories se fait autour d une forme moyenne ou d un ensemble d attributs corrélés qui constituent un prototype. Ces phénomènes ont été systématisés dans une théorie dite des prototypes à l initiative de Rosch (Weill-Barrais, 1993) et, pour Brandt (Brandt, 1996), «Les sciences cognitives nous ont montré que la catégorisation ne procède pas fondamentalement par des définitions, mais par organisation radiale autour d un prototype». Ainsi, reconnaître des éléments en série ou en parallèle dans un circuit électrocinétique procède de la catégorisation. Dans la lecture de schéma électrocinétique, les élèves procèdent à une heuristique de réduction du circuit étudié à un prototype isomorphe existant dans leur mémoire (Caillot et al., 1984). Un prototype est alors vu comme le meilleur exemple d un concept ou d une catégorie générale. Les élèves ont donc des connaissances prototypiques en ayant en mémoire des schémas prototypiques. Ces schémas prototypiques que l on peut aussi appeler schémas canoniques (Caillot, 1988) sont ceux que l on trouve systématiquement identiques dans les manuels de physiques. Des associations particulières d éléments sont toujours représentées par les mêmes dessins, des schémas canoniques. Dans l enseignement, l apprentissage aster 165

6 Christophe Szczygielski de type procédural est souvent négligé au profit d un apprentissage purement conceptuel qui induit de grosses erreurs de lecture de schémas. Ainsi, les étudiants et élèves ne savent pas décoder des informations graphiques de type topologique des schémas, ils se laissent perturber par des configurations bien connues d éléments associés en série ou en parallèle. Exemple 1 Caillot a montré que les «effets perceptifs priment sur la sémantique de la représentation graphique» (Caillot, 1988). Ainsi, suivant l expertise de l individu, débutant ou expert, la représentation schématique est décodée selon les lois de la perception au détriment des lois de l électricité (Caillot, 1988). La catégorisation en dehors de toute considération topologique s effectue de la façon suivante : la proximité d éléments est équivalente à leur appartenance à une même structure. La continuité d éléments orientés dans le même sens est équivalente à leur appartenance à une structure en série. La présence d éléments de symétrie, par exemple un axe de symétrie, est équivalente à l existence d éléments en dérivation et la clôture par un contour simple joue un rôle prégnant dans la perception d une structure. 1 Électricité, circuits et mesures appareils électromagnétiques-fonctions, 2 de professionnelle et terminale BEP, Nathan technique. 166 aster

7 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité Les experts, à la différence des novices, font des groupements d unités signifiantes en procédant à un découpage conceptuel ou «conceptual chunking» (Caillot, 1988). Les schémas prototypiques sont présents dans la mémoire à long terme (MLT). Lors du décodage du schéma électrocinétique, la reconnaissance ou la description de ces structures se fait selon un modèle hiérarchique, le tout puis les parties. Hestenes a montré que l apprentissage change la structure de cette hiérarchie (Caillot, 1988). Il a été montré que ce découpage conceptuel est, lui aussi, le résultat d un apprentissage (Cheng et al., 2001). La perception de la topologie d un circuit et notamment la présence des nœuds de connexion est liée à la compréhension des grandeurs physiques qui lui sont attachées. Dans la réalisation des montages, le plus important problème dit de «l éclatement des nœuds» (Johsua, 1982) tient de l apparence différente des nœuds de connexion sur un schéma et dans un montage réel. Ce problème est lié à une méconnaissance de la notion de potentiel par les élèves et un raisonnement en termes de courant Raisonner sur un circuit électrique La recherche en didactique a identifié un certain nombre de raisonnements particuliers sur les circuits électriques. Nous allons en utiliser quelques-uns lors des nos expérimentations : le raisonnement séquentiel, le raisonnement à courant constant et le raisonnement à grandeur électrique constante. Le raisonnement séquentiel est un type de raisonnement particulier (Closset, 1983). Le circuit électrique n est pas vu comme un système et les élèves analysent chaque élément de celui-ci en termes d avant et après. Une information est transmise par le courant électrique. Il y a un début, ou amont, et une fin, ou aval, du circuit. L information transite dans le sens du flux de l amont à l aval, une modification en aval n affectant pas ce qui se passe en amont. Ainsi, il apparaît que le «débit initial est indépendant du circuit». Tout se passe comme si la pile constituait une «réserve de quelque chose de matériel qui soit fournit par elle à débit constant». Dans le raisonnement séquentiel, le raisonnement se fait en termes de courants. Le raisonnement local (Closset, 1983) décrit le fait que les élèves concentrent leur attention sur un point du circuit en ignorant le reste du circuit. Avec le raisonnement à courant constant, appelé aussi raisonnement séquentiel du second degré, le débit est une caractéristique de la pile, il est indépendant du circuit. Changer un élément du circuit n affecte pas les grandeurs liées à celui-ci. Ainsi, changer la valeur de la résistance n affectera pas la valeur de l intensité traversant le générateur. Il faut noter qu une grande habileté dans l utilisation du formalisme mathématique mais déconnectée de ses sources constitue un bon support pour ces raisonnements. En général, le raisonnement se fait en termes de courant et la notion de tension ou de différence de potentiel apparaît comme une grandeur non pertinente (Johsua, 1984). Dans le raisonnement électrostatique (Benseghir, aster 167

8 Christophe Szczygielski 1988), la notion de différence de potentiel est interprétée en termes de charges présentes en certains points du circuit. Liée à un raisonnement séquentiel, une dissymétrie de signes ou de quantité de charges apparaît comme l effet d une usure du courant par les élément du circuit. Dans le raisonnement «U constante n importe où» (Clavel-Marinacce, 1989), la tension entre deux points quelconques du circuit reste inchangée. 2. Problématique 2.1. Les registres sémiotiques en électricité Durant leur formation au BEP d électrotechnicien et en particulier dans les matières scolaires de l électricité, les élèves reçoivent des enseignements avec des représentations schématiques spécifiques, avec des traitements dans des tâches elles aussi spécifiques. Ainsi, l électricité pratique, c est-à-dire l électrotechnique, s enseigne avec des schémas électrotechniques, pour des tâches d exé cution de montage et des travaux de réflexion qui ne concernent pas directement les grandeurs physiques de l électricité. De même, l électricité théorique que l on trouve à la fois dans la partie professionnelle et en sciences physiques s enseigne avec des schémas électrocinétiques, pour des tâches de réflexion qui concernent directement les grandeurs physiques électriques. Ainsi, dans les disciplines de l électricité, et en particulier dans l étude et l utilisation des circuits électriques, les élèves en BEP des Métiers de l électrotechnique sont confrontés à plusieurs registres sémio tiques. Ils sont sensés permettre de remplir les fonctions cognitives de communication, de traitement et d objectivation (Duval, 1996). Le premier est le langage technique. En effet, c est dans ce registre que les élèves sont, entre autres, capables de raisonner sur les grandeurs électriques, et de décrire des montages de circuit électrique. Avec le langage technique, les électriciens disposent d un vocabulaire précis et adapté à leur métier. Le deuxième est le registre du schéma électrocinétique. La schématisation est normalisée dans son ensemble et permet de communiquer entre électriciens. C est dans ce registre que s effectuent principalement des raisonnements et des calculs sur les grandeurs physiques. Les élèves sont capables, dans leur grande majorité, de réaliser des montages élémentaires. En revanche, ils éprouvent des difficultés à comprendre (ou à donner du sens) le rôle d éléments tels que les instruments de mesure. Le troisième est le registre du schéma électrotechnique. La schématisation est normalisée et extrêmement réglementée afin d être un outil de communication pour les électriciens. La fonction d objectivation est centrée exclusivement sur le montage. 168 aster

9 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité 2.2. Objectifs de la recherche Nous faisons l hypothèse, dans cette recherche, que les élèves éprouvent des difficultés à passer d un registre sémiotique à l autre et que le problème des élèves à bien assimiler la notion de circuit électrique vient de l absence de coordination entre ces registres. Dans le schéma proposé ci-dessous, les trois registres sémiotiques auxquels sont confrontés les élèves sont représentés par les formes ovoïdes et les relations de coordinations entre ceux-ci le sont par des flèches Dispositif et corpus expérimental Les résultats de la didactique de l électricité nous ont permis d élaborer des outils d expérimentation. Pour évaluer la coordination entre les deux registres sémiotiques schémas électrocinétique et électrotechnique, nous avons élaboré des questionnaires basés sur des travaux antérieurs en didactique de l électrocinétique concernant des élèves des sections générales des lycées, mais appliqués cette fois à des élèves de section professionnelle. Les questionnaires comprenaient des problèmes isomorphes dans les deux schématisations, électrocinétique et électrotechnique, sur lesquelles des élèves de section professionnelle en électrotechnique ont l habitude de travailler de manière distincte, soit en sciences physiques, soit en électrotechnique. Pour évaluer la coordination entre les deux registres sémiotiques schémas électrocinétique et langage technique, nous avons procédé à des entretiens individuels, filmés et enregistrés. Ces entretiens ont concerné des tâches de montages et de modification de montages, ainsi que des tâches de réalisation de schémas et de modification de schémas. Le corpus total était de 147 élèves, nous préciserons par la suite, le nombre d élèves interrogés sur les différents questionnaires ou entretiens. Ces élèves étaient issus de différentes classes, de deux lycées de Seine et Marne, en fin de première année ou en terminale BEP des Métiers de l électrotechnique ainsi qu en aster 169

10 Christophe Szczygielski seconde et première de baccalauréat professionnel «dit trois ans» 2 ÉLÉÉC 3 (Électrotechnique énergie équipements communicants). Les données ont été recueillies sous formes de questionnaires à choix multiples comprenant des questions ouvertes, des enregistrements vidéos et des enregistrements audio d entretiens. Les données extraites des QCM ont fait l objet d un traitement informatique avec un système de gestion de bases de données pour une exploitation plus fine. 3. Coordination entre les deux registres sémiotiques schémas électrocinétique et électrotechnique 3.1. Une forme de traitement dans ces registres : le raisonnement Pour analyser la fonction cognitive de traitement dans les deux registres des schématisations, la mise en évidence de raisonnements de sens commun (en particulier le raisonnement séquentiel et le raisonnement à courant constant ; Closset, 1983) nous a semblé plus adéquate. Tout d abord, deux questions correspondant à des problèmes isomorphes ont été posées à 63 élèves, avec pour objectif de savoir si ces élèves adoptent un raisonnement séquentiel dans chacune des deux schématisations. Dans ce problème, un composant inconnu est ajouté au milieu du circuit électrique. Dans un schéma électrocinétique, il s agit de l élément X ; dans un schéma électrotechnique, il s agit de l élément I1. Les lampes 1 et 2 (respectivement H7 et H1) sont strictement identiques. La lampe 1 (respectivement H7) est allumée, qu en est-il de la lampe 2 (respectivement H1)? Un choix multiple est proposé. Les résultats (tableau 1) montrent que les élèves en formation aux métiers de l électrotechnique n adoptent pas le même raisonnement sur les deux schématisations. Ils adoptent majoritairement un raisonnement séquentiel sur le schéma électrotechnique mais pas sur le schéma électrocinétique. Tableau 1 Électrocinétique Électrotechnique Bonne réponse (Proposition : les lampes brillent autant) 63 % 2/3 36/63 34 % 1/3 22/63 Raisonnement séquentiel 33 % 1/3 27/63 64 % 2/3 41/63 2 À partir de la rentrée 2009, le bac pro trois ans se généralise pour remplacer le bac pro deux ans qui se préparait après un BEP. 3 Le bac pro a changé de dénomination, la précédente était EIE (Équipement installation électrique). 170 aster

11 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité Il faut différencier les résultats obtenus. Sur un schéma électrocinétique, les performances des élèves en BEP électrotechnique sont plutôt meilleures que ceux obtenus par des élèves et étudiants de sections générales. En effet, les travaux antérieurs, réalisés sur des élèves et étudiants de sections générales (Closset, 1983) montrent que la fréquence de bonnes réponses augmente avec le niveau d étude sans devenir largement majoritaire, les étudiants dépassent à peine une fréquence de 50 % de bonne réponse. À la lumière de ce nouveau questionnaire, avec une fréquence de 63 %, on peut imaginer que les élèves en formation aux métiers de l électrotechnique sont moins amenés à raisonner de façon séquentielle. En revanche, sur un schéma électrotechnique, les performances de ces élèves sont très semblables à celles des élèves et étudiants des sections générales sur des schémas électrocinétiques. Pour mettre en évidence la présence d un raisonnement à courant constant, ont été posées, dans chacune des deux schématisations, deux questions correspondant à deux problèmes isomorphes. Un circuit électrique est modifié dans le cas du schéma électrocinétique : une lampe est remplacée par une autre dont la résistance est plus élevée. Dans le cas du schéma électrotechnique, une lampe est ajoutée en série. La question reste la même : cela change-t-il la valeur de l intensité circulant dans le circuit? Pour montrer plus explicitement ce changement, le composant échangé est agrandi exagérément dans le schéma électrocinétique. En ce qui concerne le schéma électrotechnique proposé, il s agit d un des schémas connus des élèves : le permutateur. Mais notons que, dans celui-ci, l élément appelé H4 ajouté en série à des éléments en parallèle est un cas de figure peu fréquent en électrotechnique où les éléments d un circuit sont, la plupart du temps, en parallèle aster 171

12 Christophe Szczygielski Les résultats (tableau 2) montrent que la bonne réponse est minoritaire dans les deux cas mais, comme pour le problème précédent, les élèves n adoptent pas le même raisonnement sur les deux schématisations. En effet, le raisonnement à courant constant n est présent que pour un élève sur cinq sur la schématisation électrocinétique contre un sur deux sur la schématisation électrotechnique. Les élèves et étudiants des filières générales ont l habitude de travailler sur des schémas électrocinétiques représentés sous forme de boucle, alors que les élèves électrotechniciens travaillent sur des représentations où neutre et phase sont tracés en parallèle. Il y a, à l évidence, un effet inducteur sur le raisonnement de la différence des représentations. Tableau 2 Électrocinétique Électrotechnique Bonne réponse 42 % 2/5 27/63 19 % 1/5 12/63 Raisonnement à courant constant (Proposition : le courant est identique) 21 % 1/5 14/63 47 % 1/2 30/ Une conséquence : la différenciation des grandeurs physiques selon la schématisation Bien que les problèmes proposés aux élèves soient différents, il est possible de faire des rapprochements significatifs des modes de raisonnement sur les différentes schématisations. Nous cherchons à savoir si les élèves distinguent les deux concepts : intensité du courant et tension. Lorsque l on compare l ensemble des réponses des élèves (tableau 3), proposition par proposition, sur les différents problèmes posés avec des schémas électrotechniques, nous constatons des résultats très proches. En effet, la 172 aster

13 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité proposition Elle est identique dans les deux schémas, est très largement majoritaire sur les deux schématisations, chacune des autres propositions étant du même ordre de grandeurs. Tableau 3 Question 4 : lorsque les lampes sont allumées que peut-on dire de la tension aux bornes des lampes H1, H2 et H3? Question 3 : lorsque les lampes sont allumées que peut-on dire du courant traversant la lampe H4? Propositions BEP Propositions BEP Elle est nulle. 11 % Il est nul. 10 % Elle est identique dans les deux schémas. 60 % Il est identique dans les deux schémas. 47 % Elle est plus élevée dans le premier schéma. 11 % Il est plus élevé que dans le premier schéma. 19 % Elle est moins élevée dans le premier schéma. 14 % Il est moins élevé que dans le premier schéma. 19 % On ne peut pas savoir. 4 % On ne peut pas savoir. 5 % Il semble donc que le traitement par les élèves électrotechniciens de ces deux concepts sur un schéma électrotechnique soit voisin, et correspond aux résultats obtenus par Johsua (1984) : le concept est vu comme ayant les mêmes propriétés que le concept d intensité. La proposition Elle est identique dans les deux schémas arrive majoritairement en tête des propositions, les élèves raisonnent à grandeurs électriques constantes, confirmant un raisonnement à «U constante n importe où» (Clavel-Marinacce, 1997) avec une tension inchangée entre deux points quelconques du circuit. En revanche, sur des problèmes isomorphes posés sur des schémas électrocinétiques nous constatons que, proposition par proposition, les réponses retenues par les élèves sont clairement différentes (tableau 4). Tableau 4 Question 9 : lorsque les lampes 2 et 3 sont allumées que peut-on dire de la tension aux bornes de l autre lampe? Question 8 : lorsque les lampes 1 et 2 sont allumées que peut-on dire du courant traversant l autre lampe? Propositions BEP Propositions BEP Elle est nulle. 13 % Il est nul. 5 % Elle est plus élevée que dans le premier schéma. 17 % Il est plus élevé que dans le premier schéma. 21 % Elle est moins élevée que dans le premier schéma. 10 % Il est moins élevé que dans le premier schéma. 43 % On ne peut pas savoir. 7 % On ne peut pas savoir. 8 % Elle est identique dans les deux schémas. 53 % Il est identique dans les deux schémas. 23 % aster 173

14 Christophe Szczygielski Il semble donc que l approche par les élèves des concepts de tension et d intensité du courant soit différente sur un schéma électrocinétique. Les élèves ne différencient les concepts d intensité du courant et de tension que lorsqu ils raisonnent sur des schémas électrocinétiques alors que ce n est pas le cas sur un schéma électrotechnique Identification de schémas de base Ceci correspond à la «formation d une représentation identifiable» selon Duval (Duval, 1993). Le référentiel du BEP des métiers de l électrotechnique prévoit l étude d un certain nombre de schémas électrotechniques de base. Le va-et-vient est l un de ces schémas. Le référentiel prévoit que les élèves doivent les reconnaître sans toutefois obligatoirement les connaître et savoir les redessiner (BEP, 2002). Une expérimentation a été proposée à 61 élèves de fin de première et de deuxième année de BEP, issus d un lycée professionnel de Seine et Marne. Dans ce problème, quatre schémas électrotechniques sont projetés sur un écran pendant quelques secondes (90s). Il s agit du schéma de câblage d une cuisine. Le schéma D1 est un système d éclairage constitué d un simple allumage et d un va-et-vient. Les schémas D2 à D4 sont des schémas de prises électriques respectivement de 4 prises, 1 prise, et 1 prise. Une question demande aux élèves de redessiner de mémoire le premier schéma et une autre demande d en préciser le rôle. Près des trois quarts des élèves (71 %) sont capables de redessiner un schéma de va-et-vient et une grande majorité (67 %) en connaît le rôle. Toutefois, une faible majorité des élèves (57 %) est à la fois capable de redessiner de mémoire le schéma du va-et-vient et d en connaître le rôle et notons que près d un tiers des élèves (31 %) est capable de redessiner de mémoire le schéma du va-et-vient sans en connaître le rôle. Tableau 5 Bonnes réponses le schéma D1 est redessiné 71 % le rôle du schéma D1 est compris 67 % 174 aster

15 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité Croisement des données schéma D1 redessiné et rôle D1 compris 57 % schéma D1 redessiné mais rôle D1 mal compris 31 % schéma D1 mal redessiné mais rôle D1 compris 4 % schéma D1 mal redessiné et rôle D1 mal compris 8 % Lorsqu ils sont faux, ces schémas ont par exemple les aspects suivants : Ceci montre que les élèves soumis à une tâche de reconnaissance sont davantage sensibles aux aspects figuratifs du schéma qu aux aspects fonctionnels La conversion La conversion est la troisième des fonctions cognitives définies par Duval. Le va-et-vient étant un schéma connu dans le domaine électrotechnique, nous proposons un problème à 79 élèves de première et deuxième année de BEP des Métiers de l électrotechnique. Il s agit de retrouver son équivalent parmi un choix de quatre schémas dans des représentations électrocinétiques. Notons que dans sa représentation électrotechnique, le nom du schéma n est pas précisé. Les schémas a et c sont des propositions dans lesquelles l élève doit être amené à raisonner en terme de logique mathématique selon la position des interrupteurs. Le schéma d est graphiquement proche du schéma électrotechnique en raison de la présence d un rectangle mais il ne s agit pas d un va-et-vient. Le schéma a est la bonne réponse aster 175

16 Christophe Szczygielski Bien que près de la moitié des élèves ait trouvé la bonne réponse (42 % seulement ont retenu la proposition a), près de trois quarts des élèves (72 %) ont tenté de trouver une solution au problème en termes de connexions, c està-dire sans tenir compte des aspects graphiques. Un peu plus d un quart des élèves ont choisi la proposition d qui ressemble, d un point de vue graphique, au schéma électrotechnique puisqu on y retrouve le rectangle. Propositions Schéma a 42 % Schéma b 22 % Schéma c 8 % Schéma d 28 % 3.5. Interprétation Pendant tout le temps que dure leur formation au BEP d électrotechnicien, les élèves reçoivent un double enseignement de l électricité. Le concept de circuit électrique se décompose alors en une étude de l électricité théorique et une étude de l électricité pratique. L étude de ce que nous pourrions appeler l électricité théorique s enseigne avec l électrocinétique 4 à la fois en classe d enseignement professionnel mais aussi en classe de sciences physiques. C est lors de l étude de l électrocinétique, que les élèves sont amenés à réfléchir sur les grandeurs physiques, en particulier dans le cadre d exercices car l électrocinétique est essentiellement évaluée à l écrit mais aussi dans le cadre de travaux pratiques. Elle s enseigne avec la schématisation électrocinétique qui lui est propre et n est pas entièrement normalisée. 4 Savoirs notés S0 du référentiel du diplôme du BEP des Métiers de l électrotechnique (2002) pour la partie professionnelle et chapitre Energie et puissance électriques de l enseignement de sciences physiques pour la partie enseignement général. 176 aster

17 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité L étude de l électricité pratique se fait en classe d enseignement professionnel 5. En particulier, en câblage électrotechnique, les élèves ne réalisent que des tâches de montage à partir des schémas électrotechniques et ils ne sont jamais amenés à raisonner sur les grandeurs électriques, mais seulement sur des problèmes qui consistent à choisir les éléments adéquats correspondant à un cahier des charges, à une norme ou des règles de sécurité. Parfois, la tâche consiste à rechercher une panne élémentaire qui correspond, la plupart du temps, à un fil déconnecté. L étude d un certain nombre de schémas types d électrotechnique, que les élèves doivent reconnaître, est prévue par le référentiel du BEP des Métiers de l électrotechnique. Le programme prévoit, par ailleurs, que les élèves doivent reconnaître mais pas obligatoirement connaître ces schémas, et ainsi, ils ne sont pas obligés de savoir les redessiner. Ces schémas types sont ceux que Caillot appelle des prototypes (Caillot & Cauzinille-Marmèche, 1984) et leur lecture découle donc de la reconnaissance, comme pour un langage, d un prototype isomorphe existant dans leur mémoire. Pendant la formation au BEP d électrotechnicien, le concept de circuit électrique est donc représenté de deux façons différentes, électrocinétique et électro technique, proches mais tout à fait homologues. Chacune de ces schématisations, électrocinétique ou électrotechnique, est une représentation sémiotique dans la définition qu en a donnée Duval : ce sont «des productions constituées par l emploi de signes appartenant à un système de représentation qui a ses contraintes propres de signifiance et de fonctionnement» (Duval, 1992). Duval précise, par ailleurs, que pour comprendre les objets eux-mêmes (il s agit en fait d objets mathématiques dans les travaux d origine), et pas seulement leur représentation, les élèves doivent non seulement maîtriser plusieurs registres de représentation sémiotique, mais également qu il y ait congruence, c est-à-dire que les élèves doivent être capables de saisir qu il s agit du même objet présenté sous deux registres, et donc de passer d un registre à l autre. C est cette congruence qui va donner du sens aux objets. Or, chacune de ces représentations est utilisée dans un traitement spécifique et l absence de coordination de l ensemble des représentations ne permet pas aux élèves de donner du sens au concept de circuit électrique. C est pourquoi la plupart des élèves réussissent dans les tâches familières de montage avec des schémas électrotechniques et de raisonnement avec des schémas électrocinétiques mais échouent dans des tâches inusuelles, comme de raisonner sur des schémas électrotechniques. 5 Savoirs codés S1 à S6 du référentiel du diplôme du BEP des Métiers de l électrotechnique (2002) aster 177

18 Christophe Szczygielski 4. Coordination entre deux registres sémiotiques : schéma électrocinétique et langage technique De manière complémentaire, six entretiens ont été réalisés avec des élèves d une classe de première année de BEP des Métiers de l électrotechnique, considérés comme de bons élèves dans les disciplines professionnelles mais aussi en mathématiques et en sciences physiques, en fin d année scolaire et hors temps scolaire. Trois de ces entretiens ont fait l objet d une étude et d une analyse approfondies. L objectif était de chercher à savoir si les élèves adoptent le même raisonnement sur le schéma et le montage d un même circuit électrique. Cette série d entretiens a permis de comprendre la méthode de réalisation des montages électriques et la méthode de réalisation des schémas électriques. Cela a permis de déterminer si elles sont accompagnées de raisonnement et de sens. Dans plusieurs séries d entretiens, il a été demandé à des élèves soit de réaliser un schéma électrocinétique à partir d un montage électrocinétique, soit de réaliser un montage électrocinétique à partir d un schéma De la lecture de montage à sa représentation sous forme de schéma La tâche de réalisation du schéma à partir d un montage a été filmée puis les élèves ont été immédiatement interrogés alors qu ils visualisaient le film de leur montage. Cette tâche s est décomposée en deux parties. Dans la première partie, l élève a travaillé seul, sa tâche étant de représenter le réel (un montage) sous la forme d un schéma de son choix. Cette tâche a été filmée. La deuxième partie de la tâche s est faite avec l expérimentateur qui lui a demandé d expliciter sa démarche en visualisant le film. Cette deuxième partie a été enregistrée. Notons que la plupart des élèves auraient pu choisir la représentation à laquelle ils sont le plus souvent confrontés, c est-à-dire une schématisation électrotechnique, mais tous, sans exceptions, ont représenté un schéma électrocinétique à partir du montage. Cette tâche, d apparence simple, a été assez bien réussie par la plupart des élèves, toutefois, certains ont éprouvé des difficultés récurrentes, révélant la structure d un problème didactique. Ainsi, Asad a décrit correctement le montage. Il a vu les caractéristiques principales du montage : des lampes (dans certains entretiens, il s agissait de résistances, comme dans le schéma ci-dessous) en parallèle avec des bobines. La description par l élève du montage est conforme à la réalité : «[ ] la lampe, qui est branchée en dérivation avec une bobine». Il a parfaitement analysé le montage, en particulier les types de connexion des voltmètres : «[ ] ils sont branchés [les voltmètres] en dérivation avec la lampe». 178 aster

19 Lecture et compréhension dans différents systèmes sémiotiques en électricité Alors que le schéma attendu était le suivant : Asad propose le schéma suivant : Ainsi, il a représenté les bobines en série avec les lampes. Remarquons que l un des voltmètres est placé en dérivation, comme il l a décrit dans son propos, mais dans une configuration non canonique : le dessin du voltmètre n est pas placé parallèlement à l ensemble lampe-bobine. En revanche, l autre voltmètre est représenté avec trois bornes. Finalement, cet élève est capable de donner une description orale tout à fait juste d un montage, mais la transcription sous forme de schéma électrique est fausse Une lecture correcte d un schéma n est pas obligatoirement accompagnée de sens La tâche de montage à partir d un schéma électrocinétique a, elle aussi, été filmée. L entretien à partir du film a, entre autres objectifs, permis de comprendre leur méthode de lecture de schéma. L entretien de l élève Mark a montré qu il ne maîtrisait visiblement pas la notion de circuit parallèle. En effet, il considère que le voltmètre est en parallèle par rapport à la bobine et le condensateur «j ai mis le voltmètre en série du condensateur et du truc», avant de se reprendre suite à l intervention de l expérimentateur. Il considère, de même, que la résistance est en parallèle avec le générateur aster 179

20 Christophe Szczygielski C est une erreur de lecture typique, mise en évidence par Caillot (Caillot, 1988). Cet élève ne sait pas décoder un schéma, les «effets perceptifs priment sur la sémantique de la représentation graphique» (ibid.). L analyse de sa technique de câblage révèle que, dans le montage réalisé, une des bornes du voltmètre a été connectée à la bobine, l autre au générateur. Une bonne compréhension du montage aurait conduit à connecter le voltmètre aux bornes du générateur ou éventuellement aux bornes des éléments du circuit, c est-à-dire à une borne de la bobine et l autre au nœud de connexion résistance et haut-parleur. Le questionnement s est orienté vers le rôle que cet élève attribue au voltmètre. Ses réponses montrent qu il ne semble pas connaître les propriétés physiques liées au fonctionnement et au rôle de l instrument. En effet, à la question «En gros tu mesures la tension aux bornes de quoi?», la réponse de l élève a été : «Le courant, il rentre». Il semble penser qu un courant traverse le voltmètre. Et pour ce qui est de la justification des connexions du voltmètre, il semble raisonner en termes de circulation de courant, car à la question «[ ] pourquoi tu ne la [la connexion] mets pas au générateur?», il a répondu : «C est pour le retour du courant». Cet élève semble penser qu un courant traverse le voltmètre. Cet élève a donc parfaitement réussi sa tâche de montage sans, semble-t-il, comprendre les phénomènes physiques liés au montage ou au fonctionnement de l appareil de mesure. D une manière générale, les élèves en classe de BEP des Métiers de l électrotechnique réussissent les tâches de montage lorsque ces derniers ne présentent pas de difficultés. En effet, la présence de nombreuses boucles et la multiplication d appareils de mesure peut entraîner quelques erreurs. Mais, si un montage est réalisé sans erreur, il est fréquent que le sens ou le rôle du circuit électrique et des grandeurs électriques n est pas compris. Une tâche de montage peut être réussie sans nécessairement donner du sens aux actions réalisées. Cette tâche est donc toujours réalisée convenablement. Toutefois, la justification des actions menées montre que les élèves ne comprennent pas ce qu ils font Raisonner dans le registre du langage naturel, à partir du schéma et à partir du montage Chaque entretien s est poursuivi par un questionnement sur les différents schémas électrocinétiques ainsi que sur le montage, tous fournis par l expérimentateur. Au cours de l entretien, il a été demandé aux élèves de placer un ampèremètre permettant de mesurer l intensité du courant traversant certains éléments du circuit : les résistances. Dans un premier temps, ils ont dû expliciter oralement leur méthode, puis modifier le schéma fourni par l expérimentateur et enfin le montage correspondant. 180 aster

Chap1 : Intensité et tension.

Chap1 : Intensité et tension. Chap1 : Intensité et tension. Items Connaissances cquis ppareil de mesure de l intensité. Branchement de l appareil de mesure de l intensité. Symbole normalisé de l appareil de mesure de l intensité. Unité

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Circuit comportant plusieurs boucles

Circuit comportant plusieurs boucles Sommaire de la séquence 3 Séance 1 Qu est-ce qu un circuit comportant des dérivations? A Les acquis du primaire B Activités expérimentales C Exercices d application Séance 2 Court-circuit dans un circuit

Plus en détail

Une grandeur électrique : la tension

Une grandeur électrique : la tension Chapitre 7 Une grandeur électrique : la tension Programme officiel Connaissances La tension électrique aux bornes d un dipôle se mesure avec un voltmètre branché en dérivation à ses bornes. Unité de tension

Plus en détail

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 - Sujet G345-01 Page de garde BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 Le dossier-sujet

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

La tension et l intensité du courant électrique

La tension et l intensité du courant électrique ÉLECTRICITE 1 La tension et l intensité du courant électrique OUVERTURE Le lecteur mp3 Les élèves peuvent remarquer que ce type d indications est présent sur tous les appareils électriques. Il peut être

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Chap2 : Les lois des circuits.

Chap2 : Les lois des circuits. Chap2 : Les lois des circuits. Items Connaissances Acquis Loi d additivité de l intensité dans un circuit comportant une dérivation. Loi d unicité des tensions aux bornes de deux dipôles en dérivation.

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

extraire et organiser l information utile

extraire et organiser l information utile 2009-2010 Sciences Physiques Liste des compétences (évaluables en vert / flous?? en bleu) Rechercher, Observer, recenser les informations extraire et organiser l information utile Je sais trouver les informations

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Electricité et cahier d expériences Mr Saqué et Mme Arnaudies, dép. 66. Séance 1 : observation d une ampoule

Electricité et cahier d expériences Mr Saqué et Mme Arnaudies, dép. 66. Séance 1 : observation d une ampoule Séance 1 : observation d une ampoule Exemple 3 : Mots à retenir : verre - filament - culot - plot Matériel : une ampoule pour chaque enfant Consigne : «dessine dans ton cahier d expériences une ampoule

Plus en détail

Electricité à l'ecole

Electricité à l'ecole Electricité à l'ecole Fiche de fabrication d'une voiture électrique cycle III Fiche de fabrication d'un pantin avec le nez qui s'allume Cycle II/III Progression détaillée en Electricité Préambule : L objectif

Plus en détail

Modèle des grains en électricité classe de 4 ème

Modèle des grains en électricité classe de 4 ème Modèle des grains en électricité classe de 4 ème François Connes, collège Feuchères de NIMES francois.connes@ac-montpellier.fr Remerciements... 1 Avant propos : la démarche suivie... 1 Mes objectifs (certes

Plus en détail

Electricité 4. Cours. Les résistances électriques. Quatrièmes. 4 ème. Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle?

Electricité 4. Cours. Les résistances électriques. Quatrièmes. 4 ème. Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle? 4 ème Electricité 4 Qu est-ce qu une résistance et à quoi sert-elle? Objectifs 1 Savoir utiliser un ohmmètre et le code des couleurs 2 Connaître l influence d une résistance dans un circuit 3 Connaître

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Electrocinétique Livret élève

Electrocinétique Livret élève telier de Physique Secondaire supérieur Electrocinétique Livret élève ouquelle Véronique Pire Joëlle Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, ntenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Formation à la prévention des risques électriques

Formation à la prévention des risques électriques Formation à la prévention des risques électriques PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL DES TÂCHES PROFESSIONNELLES LIÉES À L HABILITATION ÉLECTRIQUE POUR LA FORMATION DES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE

Plus en détail

Utilisation d un multimètre numérique

Utilisation d un multimètre numérique Fonctions Mesure des Tensions en courant continu Mesure des tensions en courant alternatif (non utilisé actuellement en automobile) Mesure des intensités en courant continu (maxi 10 A, suivant contrôleur)

Plus en détail

Sommaire de la séquence 1

Sommaire de la séquence 1 Sommaire de la séquence 1 t t t t Séance 1 Qu est-ce qu un circuit électrique? A Les acquis du primaire B Activités expérimentales de découverte C Exercice d application Séance 2 Réalisation et schématisation

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF)

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) 1. Historique Apparition du CCF : - en 1990 dans le règlement

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100 SO f AD Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec Ce guide a été produit par la Société de formation

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax Mémoire de Mastère en comptabilité Sujet

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

TP - cours : LE MULTIMETRE

TP - cours : LE MULTIMETRE MP : TP-OU~1.DO - 1 - TP - cours : LE MULTMETRE ) Présentation et mise en garde Deux types d'appareil : - à aiguille (ou analogique), - numérique Rôle : le même appareil permet de mesurer plusieurs grandeurs

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP)

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5.1. PRÉCONISATIONS POUR LA PRÉPARATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES PFMP Le baccalauréat professionnel ELEEC est composé de deux champs d application,

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

Les graphes planaires

Les graphes planaires Les graphes planaires Complément au chapitre 2 «Les villas du Bellevue» Dans le chapitre «Les villas du Bellevue», Manori donne la définition suivante à Sébastien. Définition Un graphe est «planaire» si

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée

La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée Zoé MESNIL Laboratoire de Didactique André Revuz IREM de Paris zoe.mesnil@univ-paris-diderot.fr Une vaste question : les professeurs de mathématiques

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques

Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques Académie Créteil Date Mai 2013 Niveau : cinquième Durée : 1,5 heure Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques Partie du programme: B Les circuits électriques

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

3- Mesurer l intensité du courant dans un circuit Faire le schéma du montage en utilisant les symboles normalisés.

3- Mesurer l intensité du courant dans un circuit Faire le schéma du montage en utilisant les symboles normalisés. 1 1 Connaître la grandeur et l unité de l intensité électrique. Faire un schéma d un circuit électrique et indiquer le sens du courant 1- Sens du courant et Nature du courant De nombreuses expériences

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Algèbre de Boole. Chapitre. 2.1 Notions théoriques

Algèbre de Boole. Chapitre. 2.1 Notions théoriques Chapitre 2 Algèbre de Boole G oerge Boole (1815-1864), mathématicien autodidacte anglais, a développé une algèbre permettant de manipuler les propositions logiques au moyen d équations mathématiques où

Plus en détail

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes Alarme et sécurité Sous Epreuve E12 Travaux pratiques scientifiques sur systèmes 1 ACADEMIE DE REIMS Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques C.C.F. de Mathématiques et Sciences Physiques

Plus en détail

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?»

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» VOLUME 11, NO 1 AUTOMNE 2012 Cégep de Rimouski Développement pédagogique Annexe 2 du Pédagotrucs no 40 Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» Voici un guide qui t aidera

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS D ECOLE ACADEMIE DE TOULOUSE Eric CONGÉ Inspecteur d Académie Inspecteur Pédagogique Régional de Mathématiques Coordonnateur

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice La démarche d investigation en mathématiques 1) Qu est ce que la démarche d investigation en sciences? 2) Qu est-ce que faire des mathématiques? - Pour un chercheur Plan de cette intervention - Dans l

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Quel B2i pour le lycée professionnel?

Quel B2i pour le lycée professionnel? Quel B2i pour le lycée professionnel? Validation de l'item L.36 en classe de CAP François MOUSSAVOU Groupe Lycée Professionnel IREM d'aix-marseille. Ce texte propose une réflexion sur la mise en œuvre

Plus en détail

SEANCE 1. Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» Le secteur (arrivée près du compteur)

SEANCE 1. Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» Le secteur (arrivée près du compteur) SEANCE 1 Thème : «Comment sont branchés les appareils électriques à la maison?» A l oral : Faire le parallèle entre : A la maison Le secteur (arrivée près du compteur) Les appareils électriques (TV, four,

Plus en détail

La panne d électricité Le jeu électrique

La panne d électricité Le jeu électrique La panne d électricité Le jeu électrique GUIDE DE L ENSEIGNANTE OU DE L ENSEIGNANT 2012 DESCRIPTION DE LA SITUATION D APPRENTISSAGE MATÉRIEL DURÉE Préparation Activité 1 La famille Lalumière L enseignante

Plus en détail

Les mathématiques en maternelle. Circonscription de St Julien - Christophe Licitri CPAIEN Martine Montellier PEMF

Les mathématiques en maternelle. Circonscription de St Julien - Christophe Licitri CPAIEN Martine Montellier PEMF Les mathématiques en maternelle Circonscription de St Julien - Christophe Licitri CPAIEN Martine Montellier PEMF Questionnement Quels sont les champs d'application des mathématiques en maternelle? Quels

Plus en détail

LA BATTERIE DU PORTABLE

LA BATTERIE DU PORTABLE LA BATTERIE DU PORTABLE Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 4 Narration de séance et productions d élèves... 5 1 Fiche professeur LA BATTERIE DU PORTABLE Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures TP Numéro 1 AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures On considère dans ce sujet un dispositif de remplissage de bacs. Le dispositif concerné est représenté sur la figure ci-dessous,

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... USAIN BOLT Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séances et productions d élèves... 7 1 Fiche professeur USAIN BOLT Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Electricien - automaticien SIIC 1

Electricien - automaticien SIIC 1 Electricien - automaticien SIIC 1 Rôle de la situation: Apprentissage Intégration Rôle de l'évaluation: Formative Certificative Étudiant:...... Professeur:...... Constitution d'un dossier électrotechnique

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Enseignement professionnel. 2 ème degré. Electricité. Institut Saint-Joseph (Ecole Technique)

Enseignement professionnel. 2 ème degré. Electricité. Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Enseignement professionnel 2 ème degré Electricité Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré professionnel Electricité Grille Horaire ELEC 3 4 A. FORMATION OBLIGATOIRE Religion 2 Français

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

ANALYSES DE PRATIQUES EFFECTIVES D'UN ENSEIGNANT DANS DES SÉANCES DE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE EN PREMIÈRE SCIENTIFIQUE

ANALYSES DE PRATIQUES EFFECTIVES D'UN ENSEIGNANT DANS DES SÉANCES DE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE EN PREMIÈRE SCIENTIFIQUE N 216 - CALMETTES Bernard 1, VENTURINI Patrice, AMADE-ESCOT Chantal, TERRISSE André 2 ANALYSES DE PRATIQUES EFFECTIVES D'UN ENSEIGNANT DANS DES SÉANCES DE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE EN PREMIÈRE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent SÉANCE 6 Création de schémas 6.1 Présentation du logiciel «Draw» est un logiciel de dessin vectoriel et de PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Avec ce logiciel, il vous est possible de créer divers

Plus en détail