Le guide de l administrateur MSA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le guide de l administrateur MSA"

Transcription

1 Le guide de l administrateur MSA Partie 1- La MSA et son environnement Partie 2- Exercer la fonction d'administrateur

2 Administrateurs, nouveaux ou réélus, ce guide s'adresse à vous. Il vous informe sur le contenu de vos missions et vous permettra d'appréhender votre fonction d'administrateur à la MSA dans le contexte de 2010 : réseau à 35 caisses, diversité des territoires, évolution des politiques publiques et de la protection sociale. Outil de référence et guide pratique, ce document est constitué de deux parties : - La première présente la MSA et son environnement et dresse, de façon synthétique, un panorama des problématiques actuelles de la protection sociale (financement, santé, famille, retraite, dépendance ) et de l'agriculture. - La deuxième partie vous expose les règles qui président à la gouvernance mutualiste (rôle des instances, responsabilités des élus) et plus largement, le fonctionnement de la MSA. Vous y trouverez également le rappel de vos droits et obligations en tant qu'administrateurs. Nous souhaitons que ce guide apporte toutes les réponses à vos questions et qu'il vous accompagne au cours de votre mandat

3 Guide de l'administrateur - Partie 1 La MSA et son environnement I- Le mutualisme " Quelques repères historiques " L'action mutualiste de la MSA repose sur un système de valeurs " La MSA repose sur une organisation et un fonctionnement démocratique II- La MSA et ses spécificités " Une offre de protection sociale globale " Un interlocuteur unique pour une relation simplifiée avec les assurés " Un acteur local engagé au plus près des territoires III- L'organisation de la MSA " Un réseau décentralisé " Un cadre pour l'action " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics IV- L'environnement de la protection sociale et l'ouverture vers l'extérieur " La protection sociale est organisée selon 5 domaines " La MSA gère la couverture de base et participe aux couvertures complémentaires " La coopération entre régimes de sécurité sociale " Le rôle des pouvoirs publics " Les partenariats " L'engagement international de la MSA V- Les grands débats de la protection sociale " Les sources de financement " La maîtrise des dépenses de santé " L'avenir des retraites " Le soutien aux familles " La dépendance VI- Les enjeux de la MSA " Prendre en compte le contexte agricole " Améliorer les conditions d'exercice du métier " Offrir une prise en charge globale des risques sociaux Nouveau contexte, nouvelles responsabilités

4 PARTIE 1 La MSA et son environnement

5 La démocratie, c'est le mode d'expression d'une volonté collective, qui prend en compte les différents points de vue. Au régime agricole, la démocratie est vécue selon les règles définies par la loi et s'exprime par des élections tous les 5 ans et au quotidien par des démarches participatives qui impliquent les élus

6 Le mutualisme " Quelques repères historiques " L'action mutualiste de la MSA repose sur un système de valeurs " La MSA repose sur une organisation et un fonctionnement démocratique Quelques repères historiques La MSA puise ses origines dans la mise en place des organisations agricoles, mouvement qui prend son essor vers la moitié du XIX e siècle. 3 grandes périodes marquent le développement de la MSA : De 1850 à 1900 La société française s'industrialise mais reste majoritairement paysanne. Les agriculteurs se regroupent spontanément autour de mutuelles pour assurer la protection de leurs biens contre l'incendie et la mortalité du bétail : loi du 9 avril 1898 sur la protection des salariés contre les Accidents du Travail : la loi du 4 juillet 1900 consacre l'existence et la libre constitution des mutuelles agricoles. De 1900 à 1945 Les prémices du système français de protection sociale se mettent en place dans un cadre professionnel, grâce à l'action syndicale et au rôle croissant de l'etat. Les salariés agricoles, puis les agriculteurs, bénéficient progressivement des premières lois de protection sociale et utilisent les mutuelles existantes, non plus seulement pour assurer leurs activités, mais aussi pour gérer leurs risques sociaux. Depuis 1945 La sécurité sociale est créée mais le régime unique de protection sociale ne verra pas le jour. La population agricole fait reconnaître sa capacité à gérer son propre régime ; la protection sociale de la MSA affirme son originalité et s'étend progressivement à tous les risques, dans un souci de parité de prestations entre salariés et non salariés : les ordonnances de 45 créent le Régime Général de Sécurité Sociale et reconnaissent le caractère professionnel de la Mutualité Agricole : la MSA est confirmée officiellement en tant qu'organisme professionnel pour gérer l'ensemble des risques sociaux des assurés agricoles : organisation des premières élections à la MSA : mise en place de l'assurance vieillesse des exploitants : la loi du 25 janvier 1961 crée le régime de l'amexa (Assurance Maladie des Exploitants Agricoles) : AAEXA (Assurance Accidents des Exploitants Agricoles) : la loi du 25 octobre 1972 crée le régime obligatoire de prévention et de réparation des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles des salariés agricoles : ATEXA (couverture Accidents du Travail des Exploitants Agricoles) : mise en place de la RCO (Retraite Complémentaire Obligatoire) : la loi du 30 avril 1930 met en place l'assurance Maladie Maternité Décès Vieillesse des salariés agricoles : extension des Allocations Familiales aux salariés et aux non salariés agricoles. 1

7 Le mutualisme " Quelques repères historiques " L'action mutualiste de la MSA repose sur un système de valeurs " La MSA repose sur une organisation et un fonctionnement démocratique L'action mutualiste de la MSA repose sur un système de valeurs L'esprit mutualiste qui spécifie l'action de la MSA est fondé sur trois piliers : la responsabilité, la solidarité et la démocratie. La responsabilité C'est la capacité de prendre des décisions et de s'engager pour soi-même et vis-à-vis de la collectivité pour l'intérêt de tous ; c'est aussi le devoir de répondre de ses actes. Ayant reçu délégation des personnes liées par leur appartenance au régime agricole, les élus de la MSA répondent de leur action individuelle et participent de façon responsable à la bonne gestion de la protection sociale agricole. Les choix qu'ils effectuent tout au long de leur mandat sont guidés par ce principe. Son caractère obligatoire distingue la MSA des systèmes d'assurance et des mutuelles. Administrateurs et solidarité : participer à des projets solidaires au niveau de la caisse et des territoires - prendre des mesures pour venir en aide aux agriculteurs en difficulté et aux populations touchées par les crises agricoles. La démocratie C'est le mode d'expression d'une volonté collective, qui prend en compte les différents points de vue. Au régime agricole, la démocratie est vécue selon les règles définies par la loi et s'exprime par des élections tous les 5 ans et au quotidien par des démarches participatives qui impliquent les élus. Administrateurs et démocratie : participer au conseil d'administration et à l'assemblée générale, lieux d'échanges et de travail en commun - définir une politique de l'échelon local qui garantit la participation des élus locaux à l'action de la MSA. Administrateurs et responsabilité : participer à la gestion de l'institution au sein du conseil d'administration et des différentes instances - relayer les demandes et les attentes des assurés - porter les valeurs mutualistes. La solidarité Fondée sur l'échange, elle s'exprime à travers des mécanismes de redistribution et d'assistance mutuelle entre les personnes. Elle fonde le système de protection sociale agricole, où les assurés, cotisants et bénéficiaires, sont solidaires les uns des autres : les bien portants vis-à-vis des malades et des personnes handicapées, les jeunes vis-à-vis des personnes âgées Les cotisants paient en fonction de leur revenu, les bénéficiaires reçoivent en fonction de leurs besoins. 2

8 Le mutualisme " Quelques repères historiques " L'action mutualiste de la MSA repose sur un système de valeurs " La MSA repose sur une organisation et un fonctionnement démocratique La MSA repose sur une organisation et un fonctionnement démocratique Parmi les 3 principaux régimes de sécurité sociale (Régime Général, Régime Social des Indépendants et Régime Agricole), la MSA est la seule à élire des représentants au niveau des cantons. Cette spécificité se fonde sur une double réalité : " les élus sont choisis par les assurés et parmi eux, au plus près des territoires de vie (au niveau du canton), " la décentralisation des structures de la MSA permet une participation effective des représentants des assurés à tous les niveaux de l'institution (cantonal, départemental et pluri départemental, national). Concrètement, les 3 millions d'électeurs qui relèvent du régime agricole, bénéficiaires ou cotisants, actifs et retraités, sont répartis en 3 collèges électoraux : " 1 er collège : exploitants, " 2 e collège : salariés, " 3 e collège : employeurs de main-d'œuvre, qui élisent tous les 5 ans leurs représentants à tous les échelons, du niveau cantonal au niveau national. A l'issue de ce processus électoral, de nouveaux conseils d'administration sont élus dans les caisses et à la caisse centrale. Le mode de décision démocratique s'applique selon le principe «un homme, une voix». Ces élections représentent un enjeu important pour la MSA. Comme pour toute organisation démocratique, le taux de participation au scrutin constitue un indicateur majeur de sa réussite ou de son échec : un fort taux de participation donne une assise à la légitimité des élus, une faible participation l'érode. 29 administrateurs CCMSA 1071 administrateurs MSA élus locaux MSA 3 millions d'électeurs assurés La pyramide mutualiste 3

9 Dans le champ du service public de la MSA, de ses politiques sanitaires et sociales et de son offre de service, les élus locaux de la MSA sont à l'initiative d'actions qui répondent de façon concrète et adaptée aux besoins des assurés. Ils apportent une dimension humaine sans équivalent dans la mise en œuvre de la protection sociale

10 La MSA et ses spécificités " Une offre de protection sociale globale " Un interlocuteur unique pour une relation simplifiée avec les assurés " Un acteur local engagé au plus près des territoires Acteur majeur aux côtés des deux principaux régimes d'assurance maladie, la MSA est un organisme privé chargé de la gestion du service public de la protection sociale de l'ensemble des professions agricoles. 1,3 Millions d'actifs 54% = emploi salarié / 46% = emploi non salarié Elle présente la particularité de gérer l'ensemble de la protection sociale " des salariés, " des non salariés agricoles (exploitants et employeurs de main-d'œuvre) et de leurs ayants droits. Sont considérées comme agricoles : - les activités agricoles : toutes les formes de culture, toutes les formes d'élevage, les activités forestières, l'activité des entreprises de toute nature constituant le prolongement d'une exploitation agricole, - les activités des entreprises de travaux agricoles, - les activités des entreprises artisanales rurales, - les activités des organismes professionnels agricoles, - les activités des salariés effectuant des travaux de nature agricole, quel que soit leur employeur. Une offre de protection sociale globale La MSA couvre la totalité des domaines de la sécurité sociale pour ses assurés, tout au long de la vie : la maladie, la famille, la retraite, mais aussi les accidents du travail et les maladies professionnelles, ainsi que le recouvrement et le contrôle des cotisations. Elle verse donc les prestations sociales, collecte les cotisations et assure la médecine du travail, la santé sécurité au travail et la prévention des risques professionnels. La MSA développe, en complément de la protection sociale, une action sanitaire et sociale diversifiée et une offre de services de proximité sur les territoires. En appui à l'offre de protection sociale globale, elle peut accompagner ses assurés lors de difficultés économiques et financières. Soucieuse de répondre au mieux aux attentes et aux besoins des populations agricoles et rurales, la MSA agit auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer son offre de protection sociale. Le «Rendez-vous Prestations MSA» : plus de assurés audités en Ce dispositif, généralisé à l'ensemble du réseau en 2008, permet à l'assuré de faire le point sur sa situation sociale au regard de l'ensemble de ses prestations, lors d'un entretien personnalisé dans sa caisse. Ce rendez-vous est également l'occasion de délivrer une information sur les services de la MSA ou les différentes prestations en vigueur. Aujourd'hui, chaque caisse est en mesure de proposer ce nouveau service à tous ses assurés, dans le cadre du guichet unique. Un interlocuteur unique pour une relation simplifiée avec les assurés A la différence des assurés des autres régimes, l'assuré de la MSA (particulier ou entreprise) est affilié auprès d'une seule caisse. Elle constitue un guichet unique, pour une protection sociale agricole globale, qui garantit à l'assuré la plénitude de ses droits. Cette conception de l'accueil sous un même toit, avec un outil multiservice, permet à la MSA : " de simplifier les démarches, " de prendre en compte les problématiques de chaque assuré d'un point de vue global, " d'apporter des réponses adaptées, " de faciliter les liens avec ses nombreux partenaires. 6

11 La MSA " Une offre de protection sociale globale " Un interlocuteur unique pour une relation simplifiée avec les assurés et ses spécificités " Un acteur local engagé au plus près des territoires Un acteur local engagé au plus près des territoires Présente dans tous les départements et disposant d'agences locales en zones rurales, la MSA dispose d'un réseau de proximité. Elle est le seul régime de sécurité sociale à disposer d'un Echelon Local composé de élus bénévoles, relais des adhérents de la MSA sur tout le territoire et attentifs à leurs préoccupations. Dans le champ du service public de la MSA, de ses politiques sanitaires et sociales et de son offre de services, les élus locaux de la MSA sont à l'initiative d'actions qui répondent de façon concrète et adaptée aux besoins des assurés. Ils apportent une dimension humaine sans équivalent dans la mise en œuvre de la protection sociale. Pour le mandat , l'accent est mis sur une conception de l'animation des échelons locaux autour de trois rôles essentiels : " élaborer et mettre en œuvre des projets territoriaux, " représenter la MSA, défendre ses valeurs, porter ses politiques et ses réalisations dans les instances locales et auprès des assurés, " promouvoir les politiques de prévention dans le domaine de la santé sécurité au travail. 7

12

13 Longtemps organisé autour de 78 caisses, le réseau de la MSA a achevé sa restructuration en avril 2010 ; il est désormais constitué de 35 caisses de MSA sur le territoire. Engagée dans le cadre du Plan Stratégique Institutionnel de 2001, cette réorganisation des caisses s'est opérée de façon volontaire par la constitution de caisses pluri départementales

14 " Un réseau décentralisé L'organisation de la MSA " Un cadre pour l'action " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics Un réseau décentralisé 35 caisses et la caisse centrale Le mutualisme est un mode de fonctionnement qui conditionne à la fois la structuration de son réseau et les modalités de travail entre tous les niveaux de l'institution, du local au national. La caisse centrale à la tête du réseau MSA 35 MSA au 1er avril 2010 La caisse centrale est un organisme de droit privé chargé d'une mission de service public, doté de responsabilités de «tête de réseau» des caisses. Elle est administrée par un conseil central d'administration composé d'administrateurs des caisses élus pour 5 ans par l'assemblée générale de la caisse centrale. Ses missions : " contribuer à l'évolution de la protection sociale agricole et représenter la MSA auprès des Pouvoirs Publics et des partenaires, " mettre en œuvre, avec les MSA, les politiques sociales agricoles, " assurer des fonctions de pilotage du réseau (contrôle du budget des caisses, certification des comptes des organismes de MSA, mutualisation des recettes destinées à la gestion, gestion institutionnelle des effectifs ), " coordonner et conseiller les caisses du réseau (bonne exécution de la mission de service public, respect des objectifs de la convention d'objectif et de gestion signée avec l'etat, information et communication ). 10

15 L'organisation " Un réseau décentralisé de la MSA " Un cadre pour l'action " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics Des entreprises renforcées Longtemps organisé autour de 78 caisses, le réseau de la MSA a achevé sa restructuration en avril 2010 ; il est désormais constitué de 35 caisses de MSA sur le territoire. Engagée dans le cadre du Plan Stratégique Institutionnel de 2001, cette réorganisation des caisses s'est opérée de façon volontaire par la constitution de caisses pluri départementales. En conduisant sa restructuration, la MSA s'est préparée aux grandes évolutions de la protection sociale et aux contraintes afférentes : réponse aux exigences des pouvoirs publics en termes d'efficience et de sécurisation, adaptation aux évolutions démographiques du monde agricole Elle a conduit elle-même ce mouvement, avec la volonté de renforcer la capacité de gestion des caisses et de développer la performance, la qualité et la professionnalisation de ses services. L'usage renforcé des Nouvelles Technologies de l'information et des échanges dématérialisés (utilisation d'internet, plates-formes de services) s'inscrit dans cette recherche de productivité et de simplification. De l'appropriation à la mise en œuvre de cette démarche, la MSA a su faire évoluer sa gouvernance tout en respectant ses valeurs : la démocratie interne s'est illustrée lors de l'assemblée générale de la caisse centrale de 2006 par le vote d'un Plan d'action Stratégique Se regrouper tout en se rapprochant des assurés Loin de gommer les spécificités départementales, la nouvelle organisation de la MSA permet de rendre un meilleur service aux assurés et de maintenir la proximité, notamment par la mise en place de Comités Départementaux (CD), relais politiques du conseil d administration vis à vis des échelons locaux. Cette volonté de proximité se traduit également, sur le terrain, par la mise en place d'agences, de points d'accueil ou de visio-guichets. Pour optimiser l'efficacité de son nouveau réseau, la MSA met en place des dispositifs de coopération inter-caisses, certaines caisses assurant des missions communes pour l'ensemble de l'institution. Cette recherche de synergies est amenée à se développer. Un cadre pour l'action Le Plan stratégique de la MSA Chaque nouveau mandat est l'occasion de réfléchir aux enjeux de la MSA face aux transformations de son environnement. Tous les 5 ans, la MSA se dote d'un plan stratégique voté en Assemblée générale de la caisse centrale. Il constitue un acte collectif fort qui fixe les grands axes de la politique et des actions de la MSA pour la durée du mandat. Il permet de définir les politiques institutionnelles et les moyens nécessaires à leur application, dans les grands domaines d'intervention de la MSA. Sa mise en œuvre s'opère selon une logique de cohésion mutualiste et de concertation au sein du réseau. L'élaboration des politiques institutionnelles Pour répondre aux priorités définies par les pouvoirs publics et concrétiser ses objectifs d'amélioration de la protection sociale agricole et de service à l'adhérent, la MSA agit selon des politiques et des programmes d'action institutionnels. Ils sont définis par le conseil d'administration de la caisse centrale, sur la base des évolutions des besoins sanitaires et sociaux des populations agricoles et rurales. Les expériences et diagnostics apportés par les caisses de MSA, le réseau des élus locaux et les personnels présents sur le terrain contribuent largement à l'élaboration de ces politiques et programmes. 11

16 " Un réseau décentralisé " Un cadre pour l'action L'organisation " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics de la MSA Instruments de pilotage majeurs, les grandes politiques institutionnelles dans le domaine de la protection sociale ont pour principaux objectifs : " de garantir le meilleur accès aux soins des populations agricoles et rurales, " d'agir en faveur de l'enfance, de la jeunesse et de la famille, d'accompagner les publics fragiles (personnes en situation de précarité et/ou de handicap) et de prévenir le vieillissement, " d'améliorer la sécurité au travail et de diminuer la pénibilité des tâches, " de traiter les difficultés liées aux crises agricoles. La Santé : les Instants Santé, les Conférences santé, les MSR (Maisons de Santé Rurales) L'ASS : les micro-crèches, le Plan institutionnel (enfance/famille, jeunesse, handicap ) La PRP : Phyt'Attitude, le Plan SST (Santé Sécurité au Travail) Les crises agricoles : le FSCA (Fonds de Solidarité des Crises Agricole), les aides au paiement des cotisations L'ASS (Action Sanitaire et Sociale) Dans ce cadre, le législateur a notamment confié à la MSA la responsabilité de conduire une politique d'action sanitaire et sociale originale (ASS), en complément de la protection sociale légale. Inscrite dans un cadre législatif très souple, elle offre une possibilité d'action au profit des ressortissants et de leur milieu de vie, en cohérence avec les orientations des politiques sociales de l'etat et des conseils généraux. Lors du mandat , un socle commun d'actions sanitaires et sociales de proximité sur les territoires a été proposé, dans le cadre de la convention d'objectifs et de gestion. Il repose sur 3 axes : " l'accès aux services de la MSA et d'autres organismes, " l'accompagnement des ruptures professionnelles des ressortissants agricoles, " le développement social des territoires. L'OST (Offre de Services sur les Territoires) Dans le prolongement de ses politiques sanitaires et sociales et au delà du périmètre des missions et des métiers de la protection sociale, la MSA développe une offre de services sur les territoires. L'offre de services sur les Territoires (OST) a pour objectif d'encourager la création de nouveaux services répondant aux besoins des populations. Elle comprend notamment : " les services à la personne (à domicile), " les services et établissements sanitaires et sociaux pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap, " les services d'insertion par l'activité économique. La gestion de cette offre est confiée à MSA Services. Créée par l'assemblée générale extraordinaire du 20 juin 2008, elle valorise et fédère les activités de service des caisses de MSA dans un cadre partenarial et leur donne une cohérence nationale. Entrent dans le périmètre des activités de l'ost regroupées en réseaux : - Les 8 villages de l'association de Vacances de la Mutualité Agricole (AVMA), - Les 130 Maisons d'accueil Rurales pour Personnes Agées (MARPA), - Les Etablissements de travail protégé du secteur agricole et les structures d'hébergement et d'accompagnement des personnes handicapées en milieu rural (SOLIDEL), - La télé-assistance pour le maintien à domicile en toute autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap (Présence Verte), - La plateforme téléphonique de liaison avec des structures de services à la personne : Fourmi Verte, - Les structures d'insertion par l'activité économique (Laser Insertion). 12

17 " Un réseau décentralisé " Un cadre pour l'action " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics L'organisation de la MSA Le financement institutionnel Il définit les règles de mutualisation des recettes de l'institution et les règles d'attribution des allocations aux organismes. Il repose sur le principe de mutualisation des cotisations de gestion et d'action sanitaire et sociale et de santé sécurité au travail émises par les MSA. Ces cotisations alimentent un Fonds Institutionnel. Chaque année, le Conseil d'administration central, sur proposition de la Commission de financement institutionnel et conformément à un règlement de financement adopté par l'assemblée générale, arrête les règles de répartition des différents financements entre les organismes de MSA. Ces règles doivent s'inscrire dans les dispositions de la convention d'objectifs et de gestion et prévoient de : " stabiliser les dépenses de gestion administrative, " participer à la maîtrise des dépenses de santé, " développer l'action sanitaire et sociale. Dans un souci d'équité et de responsabilisation des caisses, le Fonds Institutionnel est redistribué aux caisses en fonction de leur volume d'activité, sous forme d'allocations : l'allocation de gestion administrative, l'allocation de gestion du risque et du contrôle médical, l'allocation d'action sanitaire et sociale, les allocations de missions institutionnelles, les allocations de santé au travail et les dotations de prévention des risques professionnels. Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics L'Etat renforce ses exigences vis-à-vis de tous les organismes de sécurité sociale concernant l'utilisation des fonds publics. La convention d'objectifs et de gestion : un outil de contractualisation entre l'etat et la MSA Comme pour tous les organismes de sécurité sociale, une convention d'objectifs et de gestion est conclue entre l'etat et la MSA pour une durée de 5 ans. Elle permet de clarifier leurs responsabilités et engagements réciproques en vue d'optimiser la mission de service public de la protection sociale agricole. Pour la MSA, la dernière convention est la 4 e du genre. Elle est déclinée en Contrats Personnalisés d'objectifs et de Gestion (CPOG) entre la caisse centrale et les caisses de MSA et donne lieu à un rapport d'exécution au Parlement dans le cadre du pilotage des lois de financement de la sécurité sociale. Des responsabilités supplémentaires confiées à la caisse centrale Par souci de cohérence et d'efficacité et pour avoir un interlocuteur unique, l'etat a confié certaines tâches nouvelles à la caisse centrale. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 a instauré pour la caisse centrale une obligation de contrôle des caisses de MSA et de validation de leurs comptes. Du fait de ces nouvelles missions, des moyens sont déployés pour garantir la maîtrise globale des opérations de la MSA et aider les caisses à lutter contre la fraude. 13

18 " Un réseau décentralisé " Un cadre pour l'action " Les responsabilités de la MSA vis-à-vis des pouvoirs publics L'organisation de la MSA Par ailleurs, une Commission du Conseil d'administration central peut, à titre exceptionnel, se substituer au conseil d'administration d'une caisse dans le cas où les préconisations de la caisse centrale ne seraient pas mises en oeuvre. Le contrôle budgétaire et la gestion institutionnelle des effectifs S'agissant des dépenses de fonctionnement de la MSA, la caisse centrale est chargée du respect des enveloppes budgétaires fixées dans la convention d'objectifs et de gestion. Depuis le 1er janvier 2009, elle est en charge de l'approbation des budgets des organismes de MSA et de leurs opérations immobilières. Par ailleurs, une fonction de gestion institutionnelle des effectifs permet, depuis 2007, de piloter, au niveau national, les engagements de la MSA en termes de réduction des effectifs et d'accroissement collectif de la productivité du régime agricole. Le contrôle interne et l'audit Dans le cadre de ses prérogatives en matière de pilotage des dépenses et de certification des comptes, la caisse centrale exerce un pouvoir de contrôle sur les caisses de MSA. Elle peut contrôler la régularité des opérations de recouvrement des cotisations et de versement des prestations de sécurité sociale. L'objectif est de garantir que la MSA dispose de l'assurance raisonnable que les risques liés à son activité (erreurs de calcul, mauvais délais, fraudes ) sont maîtrisés. Les contrôles et audits sont organisés selon un plan d'action défini par le Directeur général de la caisse centrale. La certification des comptes Conformément au décret du 18 janvier 2008, la MSA s'engage dans la certification de ses comptes annuels. Les agents comptables des organismes de MSA, après avoir établi les comptes annuels, les transmettent pour validation à l'agent comptable de la caisse centrale. Cette validation consiste à attester que les comptes annuels des organismes locaux sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle de leur résultat, de leur situation financière et de leur patrimoine. En s appuyant notamment sur la validation des comptes des caisses de MSA par la CCMSA, les commissaires aux comptes certifient les comptes de l institution. Un pouvoir de substitution (art. L du Code Rural) Il permet au conseil central de prescrire aux MSA toutes mesures tendant à la limitation de leurs dépenses budgétaires ou à une plus grande maîtrise de leurs coûts de gestion. Si ces mesures ne sont pas appliquées, il peut : " mettre en demeure la caisse concernée de prendre les actions de redressement utiles, " à titre exceptionnel, se substituer à son conseil. La lutte contre la fraude : un enjeu central Le bon fonctionnement du système français de protection sociale, où chacun apporte en fonction de ses moyens et reçoit selon ses besoins, impose une vigilance particulière à l'égard des risques de fraude. Il y va du respect du principe de solidarité et de la crédibilité du mutualisme vis-à-vis des adhérents. Depuis 2007, la MSA s'engage résolument dans la détection, la sanction et la prévention des comportements frauduleux. 14

19 Du fait que les assurés peuvent avoir eu plusieurs métiers et donc plusieurs régimes de Sécurité Sociale au cours de leur vie active, une logique de coopération entre les organismes de protection sociale des différents régimes est mise en place. Elle a pour objectif de simplifier les démarches des assurés et des entreprises, de faciliter les échanges entre organismes et d'optimiser la gestion des droits et des carrières

20 L'environnement de la protection sociale et l'ouverture vers l'extérieur " La protection sociale est organisée selon 5 domaines " La MSA gère la couverture de base et participe aux couvertures complémentaires " La coopération entre régimes de sécurité sociale " Le rôle des pouvoirs publics " Les partenariats " L'engagement international de la MSA Protection Sociale La protection sociale est organisée selon 5 domaines Sécurité Sociale Régime Général Régime Agricole Régime Social des Indépendants Régimes spéciaux Couverture complémentaire obligatoire (régimes de retraite) Couverture complémentaire facultative (mutuelles, assurances ) Assurance chômage Intervention des Administrations centrales et collectivités territoriales La sécurité sociale fournit la couverture de base des risques Maladie Maternité Invalidité Décès, Accidents du Travail et Maladies Professionnelles, Vieillesse, Famille correspondant chacun à une «branche». Elle est composée de différents régimes regroupant les assurés sociaux selon leur activité professionnelle, dont les principaux sont : le régime général, le régime social des indépendants, le régime agricole et les régimes spéciaux (Fonctionnaires, SNCF, Mines ). Les régimes complémentaires complètent les prestations de l'assurance vieillesse et de l'assurance maladie. Certains sont obligatoires (régimes complémentaires de retraite des salariés du secteur privé) et d'autres facultatifs (mutuelles de santé, assurances, institutions de prévoyance). Le régime d assurance chômage (géré par l'unedic et mis en œuvre par Pôle Emploi) indemnise la perte d'emploi par l'attribution de prestations en espèces. L aide sociale relève de la collectivité publique (principalement l'etat et le département) et financée par l'impôt. Auxquels s ajoute le risque lié à la dépendance géré par la Caisse Nationale de Solidarité pour l'autonomie (CNSA) et les départements (Conseils Généraux). Quelques chiffres sur la protection sociale : 27,1 Milliards d' de prestations sociales agricoles (ensemble des risques) tous régimes confondus, en 2008 La MSA gère la couverture de base et participe aux couvertures complémentaires La MSA offre une protection sociale globale pour l'ensemble des professions agricoles. Elle gère les régimes de base obligatoires des salariés et des non salariés agricoles ainsi que la Retraite Complémentaire Obligatoire des non salariés agricoles. Par ailleurs, dans le cadre du guichet unique, elle encaisse les cotisations pour le compte de tiers et verse des prestations d'assurance complémentaire. Cette activité de gestion pour le compte de tiers est prévue dans le cadre de conventions signées avec des organismes partenaires : " de retraite complémentaire (AGRICA), " de complémentaire maladie (Mutualia, Groupama, Crédit agricole, mutuelles), " d'assurance chômage (UNEDIC), " de formation (VIVEA, FAFSEA), " etc. 16

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010?

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion SOGEX 23 JUIN 2011 Pôle Conseils 25/02/2011 INTRODUCTION Pôle Conseils 25/02/2011 2 Présentation du cabinet SOGEX: Cabinet d expertise

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie La Sécurité sociale 4 049 collaborateurs accompagnent les Girondins tout au long de leur vie Connaître la Sécurité sociale La Sécurité sociale est le service public qui protège chacun contre les risques

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011 Système de protection sociale en France STAFF du 26 janvier 2011 Plan 1. Les deux conceptions historiques de la protection sociale 2. La notion de protection sociale 3. Histoire de la protection sociale

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

L'assurance maladie de la sécurité sociale

L'assurance maladie de la sécurité sociale Association internationale de la sécurité sociale Conférence régionale de l'aiss pour l'afrique Lusaka, Zambie, 9-12 août 2005 L'assurance maladie de la sécurité sociale Mise en place des régimes de soins

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES 1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL Pour les jeunes p.3 Pour les salariés ayant travaillé à temps partiel ou emploi précaire

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

Écoles maternelles et élémentaires

Écoles maternelles et élémentaires Écoles maternelles et élémentaires Instruction pour la promotion de la généralisation des projets éducatifs territoriaux sur l'ensemble du territoire NOR : MENE1430176C circulaire n 2014-184 du 19-12-2014

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Le livret des prestations d Action Sanitaire et Sociale de la MSA Dordogne, Lot et Garonne

Le livret des prestations d Action Sanitaire et Sociale de la MSA Dordogne, Lot et Garonne vous guider Le livret des prestations d Action Sanitaire et Sociale de la MSA Dordogne, Lot et Garonne Édition 2015 www.msa24-47.fr L action sociale L Action Sanitaire et Sociale est une priorité du Conseil

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT PLAN DEPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DEPARTEMENT DE LA LOIRE CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT Les mesures d'accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.)

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Hérault. Les chiffres clés

Hérault. Les chiffres clés Hérault Les chiffres clés 1 2011 La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail est aux côtés des salariés, des entreprises des retraités Préparation et paiement de la retraite et Aide et accompagnement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2008

RAPPORT D ACTIVITE 2008 CLIC RIOM LIMAGNE COMBRAILLES Association «RESEAU SENIORS» RAPPORT D ACTIVITE 2008 Président : M. le Docteur C. CHALAFRE 73 Rue Lafayette 63 200 RIOM Tél : 04.73.33.17.64 Fax : 04.73.33.17.62 1 Les interventions

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

Règlement de l action solidaire et sociale

Règlement de l action solidaire et sociale Règlement de l action solidaire et sociale Applicable au 1 er janvier 2014 Titre premier : Dispositions générales Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements existants entre

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R

R E G L E M E N T I N T E R I E U R 19, rue Cognacq-Jay 75007 PARIS Tél. 01 44 15 60 00 Fax : 01 44 15 90 05 www. Edificas.fr ASSOCIATION LOI 1901 CREEE A L INITIATIVE DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES R E G L E M E N T I N T E R I E U R

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE ( CRI BIJ ) TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION Article 1 : Il est formé à Metz, entre les personnes physiques et collectives

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E4 La retraite IRCANTEC A. La retraite complémentaire IRCANTEC I. Acquisition des droits II. Montant de la retraite IRCANTEC III. En cas de décès IV.

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015 MA/SL/GB/GL P.S.J L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA Année 2015 Le droit syndical constitue l'une des garanties accordées à l'ensemble des fonctionnaires et agents non titulaires par le statut général

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 Adopté Rédiger ainsi cet article : SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 18 N o AS1725 (Rect) «I. Le déploiement du mécanisme du tiers

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Protection sociale en France Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Définition Ensemble des mécanismes de financement des risques sociaux Comprend l ensemble des systèmes de financement

Plus en détail

DOSSIER. variant selon les revenus. Fin mars, l assemblée départementale a aussi approuvé la mise en œuvre d un mécanisme de micro-crédit,

DOSSIER. variant selon les revenus. Fin mars, l assemblée départementale a aussi approuvé la mise en œuvre d un mécanisme de micro-crédit, Le Conseil général a adopté, à l unanimité, un dispositif d aide aux familles pour compenser la charge des frais de garde des jeunes enfants. Une allocation allant jusqu à 1.000 sera versée au 3 e anniversaire

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

QUI PEUT BENEFICIER D UNE EXONERATION DE COTISATIONS?

QUI PEUT BENEFICIER D UNE EXONERATION DE COTISATIONS? Les cotisations des non-salariés agricoles obéissent à une règle d annualité prévue par le décret n 84-936 du 22.10.1984 ; c est-à-dire qu elles sont émises pour l année civile complète, en fonction de

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail