II. La couverture du risque par recours aux partenaires externes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "II. La couverture du risque par recours aux partenaires externes"

Transcription

1 187 II. La couverture du risque par recours aux partenaires externes En dépit de toutes les précautions qui peuvent être prises dans l'entreprise pour prévenir et limiter le risque de défaut d'un client, il reste toujours une large zone d'incertitude qui ne peut être couverte que par transfert du risque. L'assurance-crédit, le factoring, le forfaitage et le crédit documentaire constituent alors les meilleures réponses de garantie, l'entreprise faisant assumer le risque à la compagnie, au factor, au forfaiteur ou au banquier... 1/ L'Assurance-crédit A l'heure où les défaillances d'entreprises se multiplient dans tous les secteurs, les directeurs financiers des sociétés de petites et moyennes importances portent un intérêt croissant à l'assurance-crédit Définition Selon les secteurs d'activité, la part moyenne du poste clients représente de 30 à 35 % du bilan et parfois le principal actif d'une entreprise. Si les entreprises assurent systématiquement leurs actifs physiques (immobilisations, stocks...), il n'en va pas de même des créances. Pourtant, les pertes générées par l'irrécouvrabilité d'une créance sont comparables à celles résultant de n'importe quel autre sinistre. L'assurance-crédit permet de parer à ce risque. Il s'agit d'un contrat permettant à l'entreprise de se prémunir, moyennant le versement d'une prime, contre la défaillance de ses clients. L'assurance-crédit fournit à l'assuré une garantie de paiement La triple raison d'être de l'assurance-crédit L'assurance-crédit a, à nos yeux, trois raisons principales d'exister : a) La prévention Le principal avantage de l'assurance-crédit est qu'elle donne à l'assuré les moyens de mieux connaître la situation économique et financière de ses clients, de les sélectionner, lui évitant ainsi de "piloter à vue" ses relations commerciales, ce qui génère de trop nombreux accidents. En général, toute compagnie d'assurance dispose d'un solide réseau d'informations qui lui permet une surveillance permanente et actualisée de la clientèle. b) Le recouvrement Lorsque les créances commerciales demeurent impayées mais sans que le débiteur soit e situation caractérisée de cessation de paiements (redressement judiciaire ou liquidation), l'assureur-crédit se charge de leur recouvrement. La spécialisation, la notoriété de la compagnie lui confèrent un poids et une force de persuasion bien plus efficaces que ceux d'un service interne de recouvrement.

2 188 c) L'indemnisation La compagnie garantit à l'assuré (sous certaines conditions et avec un certain plafond) le remboursement des pertes subies en raison de l'insolvabilité d'un client Les différents types de contrat a) L'assurance-crédit peut prendre plusieurs formes : L'assurance-crédit classique : L'objet de ce type d'assurance est de fournir une garantie de paiement de chacun des clients de l'assuré (sous réserve des exclusions) dans la limite d'un encours accordé par la compagnie d'assurance. L'assuré conserve une partie du sinistre à sa charge sous forme d'un pourcentage calculé sur la créance : il s'agit du ticket modérateur. L'assurance-crédit catastrophe (ou excess) : L'assureur garantit à l'assuré que les pertes sur un an ne dépasseront pas les limites fixées dans le contrat et correspondant au montant maximal des créances impayées que l'entreprise peut économiquement supporter. L'assurance-crédit sélective : L'assuré, dans ce cas, choisit les clients et les opérations qu'il confie à l'assureur. L'assurance-crédit à l'exportation : Elle permet aux exportateurs de couvrir les risques propres à l'exportation (risques commerciaux et politiques) et d'assurer la bonne fin d'une vente ou d'une prestation de service en garantissant son paiement. b) Études des principales formules n L'assurance-crédit classique L'étendue de la garantie : - seul le risque commercial normal est assurable, c'est-à-dire celui qui résulte d'opérations traitées entre commerçants ou industriels, sur la base d'un crédit à court terme : à savoir, avec des conditions de paiement conformes aux usances de la profession. - la totalité du chiffre d'affaires est couverte (c'est là la principale différence avec d'autres types d'assurances qui permettent d'assurer uniquement un secteur de la clientèle). L'assuré peut néanmoins exclure une certaine catégorie de la clientèle, par exemple, les filiales ou sociétés appartenant à un même groupe. Les administrations, solvables par définition, et les particuliers sont exclus de l'assurance.

3 189 - l'indemnisation n'a lieu que lorsque le débiteur se trouve en état d'insolvabilité, caractérisé par une incapacité de payer juridiquement constatée, ou par une carence de paiement à l'issue d'un certain délai (insolvabilité "présumée"). - l'indemnisation a lieu sous déduction d'un ticket modérateur : l'assuré doit toujours conserver une partie du risque à sa charge. La quotité d'indemnisation Elle varie selon l'importance du client. Chaque contrat prévoit une limite au-dessus de laquelle l'assuré doit demander un agrément à la compagnie. Cette notion permet de distinguer deux catégories de clients:. Les clients non dénommés : dans la limite d'un plafond fixé dans le contrat, l'assuré peut traiter librement avec son client; la garantie est accordée sans étude préalable de la compagnie, sous réserve, que le client ne figure pas sur une liste de sociétés que la compagnie refuse d'assurer (c'est la pratique de la SFAC avec sa liste noire ou liste confidentielle). Certaines compagnies exigent toutefois que l'assuré prouve des antécédents favorables avec le client ou réclament des renseignements auprès d'agences spécialisées.. Les clients dénommés : au-delà de la limite de dénomination fixée dans le contrat, chaque client doit être agréé individuellement par la compagnie. L'agrément reste valable jusqu'à une éventuelle réduction ou résiliation décidée par la compagnie qui surveille constamment l'évolution de la situation des clients. La compagnie peut réduire à tout moment la garantie sur un ou plusieurs clients. Cette décision ne s'applique qu'aux livraisons effectuées après réception de l'avis de la compagnie. L'ancienne garantie peut être maintenue pour des livraisons correspondant à des commandes antérieures. Tant qu'une résiliation ou une réduction n'a pas eu lieu, l'assuré peut demander à tout moment des augmentations de couverture en fonction du développement du chiffre d'affaires avec ce client, de même qu'il lui appartient de faire cesser la surveillance de la compagnie dès qu'il n'est plus en rapport avec ce même client. L'assuré peut demander des dépassements temporaires de garantie. Cette formule est intéressante si le chiffre d'affaires réalisé avec le client présente une forte saisonnalité. En cas d'incidents de paiement (retards...), l'assuré à la possibilité d'accorder dans les limites prévues au contrat, une ou plusieurs prorogations d'échéance, avec parfois l'obligation de les signaler à la compagnie ainsi que les impayés définitifs. Lorsqu'il y a demande de règlement amiable, l'assuré peut demander à la compagnie son accord sur les échéances proposées avec maintien de la couverture. Les démarches de recouvrement, éventuellement nécessaires, sont à la charge de la compagnie, qui dispose d'instruments de pression pour faire plier les débiteurs récalcitrants. Si malgré tous les efforts déployés, la créance demeure irrecouvrée, le sinistre devra entraîner l'indemnisation de l'assuré. Le montant du remboursement est différent selon que le client soit dénommé ou non.

4 190 Exemple La SFAC, leader national incontesté dans ce secteur, rembourse, en général, 75 % de la créance TTC dans la limite du montant garanti pour le client dénommé et 60 %, pour les clients non dénommés; le fournisseur récupère ultérieurement de la TVA. D'une façon générale, le montant du remboursement varie de 50 à 60 % du montant HT ou TTC de la créance pour les clients non dénommés et de 75 à 85 % pour les clients dénommés. Le fournisseur conserve donc toujours une partie du risque à sa charge. Exemples chiffrés de règlements de sinistres Les calculs sont effectués à partir des conditions d'indemnisation pratiquées habituellement par la SFAC. 1. Opération traitée avec un client dénommé suffisamment garanti Montant de la créance impayée : HT F TVA 20,6 % F TTC F Montant des sommes récupérées par l'assuré : - remboursement de la compagnie 75 % du montant TTC F - Récupération ultérieure de la TVA F Soit un total de F => La perte à la charge de l'assuré est de F, soit 11,05 % du montant HT de la créance. 2. Client dénommé insuffisamment garanti Montant de la créance impayée : HT F TVA 20,6 % F TTC F Montant de l'agrément : F Montant des sommes récupérées par l'assuré : - remboursement de la compagnie 75 % de F F - Récupération ultérieure de la TVA F Soit un total de F => La perte à la charge de l'assuré est de F, soit 25 % du montant HT de la créance. 3. Client non dénommé Montant du plafond de non-dénommé : F Montant de la créance impayée : HT F TVA 20,6 % F TTC F Montant des sommes récupérées par l'assuré : - remboursement de la compagnie

5 F x 60 % F - Récupération ultérieure de la TVA F Soit un total de F => La perte à la charge de l'assuré est de F, soit 28,84 % du montant HT de la créance. Le règlement de l'indemnité - En cas de redressement judiciaire, l'indemnisation a lieu dès l'admission officielle de la créance au passif du débiteur, et au plus tard à l'expiration d'un délai de 9 mois suivant l'ouverture de la procédure. - En cas de liquidation judiciaire, l'indemnisation a lieu également dès l'admission de la créance au passif ou dès que le juge-commissaire a fait savoir qu'il ne vérifierait pas les créances en raison d'une insuffisance d'actif patente; et en tout état de cause, dans les 9 mois suivants l'ouverture de la procédure. - En cas d'arrangement amiable conclu en accord avec la compagnie avec l'unanimité des créanciers, le règlement s'effectue dans le mois qui suit la conclusion de cet accord. - En cas d'insolvabilité présumée du débiteur, il est désormais possible d'être indemnisé. Pour la SFAC, l'insolvabilité est présumée lorsqu'une créance non contestée concernant un débiteur non déclaré en état de redressement judiciaire n'a pas été intégralement récupérée au plus tard 9 mois à compter de l'accusé de réception par la SFAC de la demande d'intervention contentieuse émanant de l'assuré. - Pour les petites créances, d'un montant inférieur à F, en règle générale, l'indemnisation peut avoir lieu dans les trois mois qui suivent la transmission du dossier à la compagnie. Il convient de signaler qu'en cas de sinistre donnant lieu à indemnisation, tous les frais de contentieux, exposés en vue du recouvrement de la créance (en particulier, frais de justice et honoraires d'avocat), sont ajoutés au montant de la perte à indemniser. Après le règlement de l'indemnité, la compagnie va se trouver subrogée dans tous les droits de l'assuré à l'encontre du débiteur. N.B: le montant de l'indemnité est généralement plafonnée à 20 fois le montant de la prime versée par l'assuré Les obligations de l'assuré - L'assuré est tenu de déclarer mensuellement à la compagnie le montant du chiffre d'affaires réalisé au titre des opérations entrant dans le champ d'application du contrat. Cette déclaration sert de base au calcul de la prime. - D'autre part, nous l'avons déjà vu, l'assuré doit informer ou obtenir l'accord de la compagnie dans un certain nombre de cas, tels que les prorogations, par exemple. A ce titre, le

6 192 contrat SFAC prévoit l'obligation pour l'assuré d'obtenir l'accord de la compagnie pour toute prorogation d'échéance supérieure à 60 jours. Toute prorogation d'échéance, quelle que soit sa durée, concernant un client ayant fait l'objet d'une dénonciation, même partielle, de garantie doit également être accordée. Enfin, dans le délai maximum de quatre mois suivant le premier manquement non régularisé du débiteur, l'assuré doit transmettre à la compagnie le dossier, accompagné de tous les éléments justifiant la créance, pour intervention contentieuse. La tarification L'assuré supporte un coût qui se compose de plusieurs éléments : - La prime : elle est calculée sur la totalité du chiffre d'affaires TTC réalisé, que le client soit totalement ou partiellement garanti, à l'exception des clients non garantis ou exclus du contrat (filiales, administrations...). Le taux est fixé suite à une enquête (questionnaire généralement) sur la qualité de la clientèle. Il est, dans la plupart des cas, compris entre 0,1 % et 1%duCATTC, la moyenne étant de 0,35 %. - Les frais annexes : ce sont principalement les frais de recouvrement, d'enquête et de surveillance; - Les taxes; Conclusion : Intérêts et limites - Intérêts principaux :. Couverture et limitation des pertes;. L'assuré bénéficie de la solide information des compagnies sur la situation financière des entreprises, ce qui lui permet d'éviter les impayés et de se dégager à temps sur les clients à risque; il est incité à mener une politique de crédit plus sélective; - Limites :. La couverture n'est que partielle;. La compagnie n'assure pas la gestion des créances contrairement au factor; (voir 2. L'affacturage). L'assurance-crédit ne dispense pas d'un service crédit;. Le coût;. L'assureur peut réduire ou résilier sa garantie à tout moment;. Le contrat prévoit un certain nombre d'obligations qui peuvent alourdir les travaux administratifs (agréments, déclaration de CA). o L'assurance-crédit catastrophe ou Excess Ce type d'assurance s'adresse aux entreprises de taille relativement importante (pour qui une assurance normale serait trop lourde), qui assurent elles-mêmes un contrôle rigoureux de leur politique de crédit. Très souvent les entreprises réalisent une partie importante de leur chiffre d'affaires avec un ou plusieurs clients principaux auxquels elles doivent accorder de forts encours de crédit; la défaillance d'un de ces clients peut déstabiliser l'entreprise voire remettre en cause la continuité

7 193 de l'exploitation. L'assurance-crédit catastrophe permet de se prémunir contre ces risques majeurs dans une logique toute autre que celle de l'assurance-crédit simple : il s'agit ici de couvrir à 100 % les pertes dues aux impayés définitifs, au-delà d'une certaine franchise et dans la limite d'un certain plafond de décaissement. Cette police ne remplace pas un système de contrôle de crédit et ne peut servir de support à la surveillance des comptes clients. L'assureur-crédit catastrophe avant la signature du contrat procède à un audit de la fiabilité de la gestion des comptes clients et de la qualité de leur système de crédit management: il examine la capacité de l'assuré à définir, puis à surveiller les risques qu'il prend en tant que fournisseur. Cette formule respecte les décisions de l'assuré, sans ingérence dans la gestion de son poste clients, mais en exigeant une très grande rigueur dans le respect des critères que l'entreprise aura elle-même établis pour définir ses plafonds de risques et ses procédures d'intervention en cas d'impayés. C'est la raison pour laquelle cette formule ne peut être proposée qu'aux entreprises : - ayant un CA égal ou supérieur à 200 millions de francs, - et disposant d'un service crédit clients et contentieux déjà rôdé et efficace. Étudions les principales caractéristiques du contrat : L'indemnisation L'assurance-crédit catastrophe garantit un paiement à 100 % des pertes assurées, dans la limite de la franchise globale annuelle et du plafond de décaissement. Les petits sinistres ne sont pas couverts. Une fois la franchise annuelle globale dépassée, les sinistres sont payables dans les 30 jours suivant la confirmation du sinistre auprès de l'assureur. La franchise annuelle globale (plancher) L'assuré définit un montant annuel de pertes prévisibles et supportables qu'il garde à sa charge et qui ne seront pas couvertes. Le plafond de décaissement L'entreprise fixe un montant maximum de pertes indemnisables, au-delà duquel la responsabilité de la compagnie n'entre plus en compte. Les pertes non indemnisables Les petits impayés inférieurs à un montant fixé ne sont pas indemnisés. La prime Elle est payable au jour de la prise d'effet du contrat, qui est fixée en fonction de la franchise annuelle globale, du plafond, du risque global et de la qualité du service de crédit de l'entreprise. p L'assurance-crédit sélective Cette technique est destinée aux entreprises d'une certaine dimension.

8 194 L'assurance-crédit sélective permet à l'entreprise de se garantir contre les risques d'impayés en France sur des clients et des factures qu'elle choisit. Comme en assurance-crédit globale, il n'y a pas de gestion des comptes clients, l'assuré devant avoir la maîtrise de ses procédures. L'assureur conseille le chef d'entreprise dans sa politique commerciale en lui évitant de vendre à des clients non solvables. Il surveille aussi en permanence la solvabilité des clients. La prévention du risque L'entreprise définit les entreprises et les factures qu'elle souhaite voir garantir. L'assureur analyse les dossiers clients et oriente par sa réponse le chef d'entreprise. La garantie L'assureur garantit à 100 % les factures HT dans la limite de solvabilité indiquée. Le recouvrement contentieux L'assuré est dégagé de tous les problèmes de recouvrement précontentieux puis contentieux sur les créances garanties. L'indemnisation Elle est versée à 120 jours maximum de l'échéance initiale ou prorogée. La prime Le coût de l'assurance-crédit sélective dépend du secteur d'activité, de l'importance du CA assurable et de la qualité de clientèle. Le taux de prime se situe dans une fourchette de 0,50 % à 1,20 %. Il s'applique sur le montant des factures garanties. Les assureurs font preuve d'une grande prudence dans l'application de ce "produit de période de crise", qui, on s'en doute, n'est pas à leur avantage. Sa diffusion est donc marginale et son coût élevé. q L'assurance-crédit à l'exportation Les entreprises françaises, pour assurer leur développement, se tournent de plus en plus vers les marchés extérieurs. Elles se heurtent, on le sait, à des difficultés dues aux différences de langues et de mœurs commerciales, à une législation spécifique... Les distances compliquent les choses... La plupart des pays industrialisés ont mis en place des organismes officiels pour aider les exportateurs à maîtriser les risques propres à l'exportation. Certains assureurs privés proposent également des polices adaptées aux besoins des exportateurs. Les risques suivants peuvent être garantis : Risque de fabrication L'assureur peut indemniser l'exportateur des frais qu'il a déjà engagés en cas d'interruption ou d'annulation de marché avant les livraisons prévues. Risque de crédit Il s'agit du risque de non-paiement d'une échéance non contestée par le débiteur ou reconnu

9 195 par les tribunaux. Risque de change Il s'agit des risques liés aux variations des cours de change. Risque politique Il peut s'agir soit du risque politique pur (guerre, révolution, émeute, acte ou décision d'un gouvernement s'opposant à l'exécution d'un contrat commercial...) soit du risque de nontransfert (décision d'un gouvernement étranger d'empêcher ou de retarder le transfert hors de son pays des fonds versés par le débiteur). Risque catastrophique Inondation, tremblement de terre, éruption volcanique, cyclone... Les assureurs proposent en général des polices qui garantissent l'ensemble du chiffre d'affaires traité à l'exportation. Pour l'exportation, les trois services décrits pour l'assurance-crédit sur la France demeurent valables c est-à-dire la prévention, le recouvrement et l indemnisation. Cette dernière est toutefois de 85 % pour les sinistres de nature commerciale et 90 % pour ceux de nature politique pour les clients dénommés, de 50 % généralement pour les non dénommés. Les taux de prime sont fixés en fonction de : - la nature de l'activité de l'exportateur, - du montant du chiffre d'affaires et de sa répartition géographique, - de l'importance des crédits à garantir. Pour les opérations jusqu'à 180 jours de crédit, les ordres de grandeur du taux de prime sont de 0,3 à 0,9 % et pour les risques politiques de 2,99 (références police GCP Coface). La COmpagnie Française d'assurance pour le Commerce Extérieur (COFACE) se retrouve, en France, dans une situation de quasi-monopole de fait plus que de droit. La COFACE propose trois types principaux de police : - Police globale couvrant le risque commercial et politique (G.C.P.) pour des courants d affaires supérieurs à 9 millions de francs par an. - Police globale (risques commercial et politique) super simplifiée (G.C.P. Super S) pour des courants d affaires annuels compris entre 1,5 et 9 millions de francs. - Police globale commercial et politique pour les nouveaux (jeunes) courants d affaires à l export (NOVEX) jusqu à 1,5 millions de francs. Les primes payées à la COFACE couvrent les ventes à l'étranger parfois pour des sommes très importantes en assurant certains avantages comme : - garantie donnée pratiquement sur tous les pays, - garantie des risques commerciaux et politique, catastrophique et de non-transfert, - aide au recouvrement des créances et des menaces d'impayés, - aide à la prévention (dénomination des principaux découverts), - indemnité de 80 à 90 % de la créance en cas d'impayés non contestés à l'issu d'un délai de carence Le marché français de l'assurance-crédit Avec 12 sociétés actives en 1993, le marché français de l Assurance-Crédit est le plus développé d Europe. En dépit de nouveaux entrants, le marché reste marqué par une extrême

10 196 concentration, la SFAC et la COFACE représentant encore plus de 80 % des primes collectées en Loin derrière, quatre autres intervenants principaux se répartissent le marché : la filiale française du groupe belge Namur, précédant la Sacren (groupe des Mutuelles du Mans), le Gipac, GIE de la compagnie d'assurances Groupama, spécialisé dans le secteur agroalimentaire, et Assurcrédit (Winterthur et UAP). Il faut enfin citer Unistrat Assurances, la Sûreté Financière, Uni Europe, AIG Europe, Sun Alliance et Sprinks Assurance (tous deux plus ou moins spécialisés dans la Grande Distribution) dont les parts de marché sont marginales. L'assurance-crédit à l'exportation reste très largement dominée par la Coface. Les principales sociétés d Assurance-crédit en France CA 1994 Commentaires SFAC (filiale AGF) 2800 Avec près de 70 % des primes collectées, elle reste de loin le 1er opérateur d un secteur presque verrouillé. Beaucoup d ex-salariés de la SFAC sont devenus courtiers en Assurance-crédit. COFACE 1631 Privatisée en 1994, la COFACE est le principal assureur-crédit à l exportation. Namur France 280 Contrôlé par Gerling (n 2 en Allemagne) depuis juin 1994 à hauteur de 73 %, la Namur couvre désormais dix pays d Europe et propose comme la COFACE de s assurer globalement contre les pays européens. Sacren (Mut. du Mans) 182 Bien implantée dans le textile. (estimatio n) Gipac (Groupama) 170 Issu de Groupama (filiale du Crédit Agricole), le Gipac assure les risques liés à la commercialisation des produits agroalimentaires. C est le seul spécilaliste sectoriel. Assurcrédit 100 Créée en 1994, Assurcrédit regroupe les (estimatio portefeuilles assurance-crédit de Winterthur et n) UAP. Les cabinets de courtage en assurance-crédit sont soit spécialisés, soit généralistes (certains d'entre eux proposent aussi des contrats d'affacturage) : - Les principaux cabinets spécialisés sont :. Paris : - L'Assurance universelle (le plus important) - Assurance et crédit - Billet - Société européenne d'études et de Courtage. Province : - Arnaud Merlin International (Lyon) - SCODAC (Lyon) - Assurance-crédit de l'ouest - Delta (Marseille) - Carrier (Bordeaux) - Lindauer (Strasbourg).

11 197 - Les principaux cabinets généralistes à orientation financière sont :. Deledalle (Lille). Gras Savoye. Secar Assurance et Finance. SGCA. SOCODEL. COFARCO. Courtage Assurance Europe (CAE) N.B : Un annuaire du risque-client est proposé en annexe de ce mémoire. Conclusion : Alors que toute PME, à partir de 5 millions de francs de chiffre d affaires, peut théoriquement être assurée, on peut déplorer que l'assurance-crédit ne concerne aujourd hui que entreprises en France (données 1994), soit 10 % d entre elles. Après un taux de croissance du marché de 7,7 % en 1992, 2,8 % en 1993 et une année 1994 réellement médiocre, les assureurs espèrent pouvoir compter sur un taux de 15 % en Serait-ce le fruit de leurs efforts d élargissement de leur gamme de produits? Les principaux assureurs ont en effet tenté de conquérir ou reconquérir une clientèle, tant de très grandes que de très petites entreprises : La SFAC propose ainsi, depuis 1993, un produit s adressant aux grandes entreprises qui gèrent déjà leur risque-client de façon organisée : l Assurance-crédit concertée; il s agit d un compromis entre l assurance-crédit traditionnelle et l assurance en excédent de perte (ou encore : Excess ou catastrophe), concept qui a coûté très cher à plus d un assureur. Assurcrédit, issue de la fusion au 1er janvier 1994 de Winterthur et de l UAP, propose également un produit en ce sens, Excess. Certains assureurs, tels que la SFAC à nouveau ou la Sacren, ont également lancé en 1995 des contrats destinés à des entreprises réalisant un chiffre d affaires inférieur à 10 millions de francs, contrats simplifiés dont le prix est forfaitaire (Assur-Avenir, le produit de la SFAC, coûte au maximum francs). La COFACE est, par ailleurs, le seul assureur-crédit à avoir mis en place une formule qui permette de garantir les flux d affaires court terme réalisés à l étranger pour des montants inférieurs à 1,5 millions de francs. Novex, tel est son nom, couvre le risque de non paiement résultant de l insolvabilité de 12 acheteurs de la zone OCDE pour un montant forfaitaire annuel de francs. Des options supplémentaires sont possibles hors OCDE. Pour résister efficacement à la concurrence (d origine interne, mais aussi étrangère), nombre d assureurs recherchent également des alliances avec des partenaires français ou européens (la SFAC avec le Belge Cobac, la Namur avec l Allemand Gerling - 3è Outre-Rhin). Namur-Gerling propose ainsi aux entreprises opérant à l étranger une police internationale qui leur permet de piloter tous leurs comptes clients en n ayant qu un seul interlocuteur. Notons que c est aussi le cas de Winterthur, du Gipac ou de la Sacren. Il ne faut bien sûr pas oublier le GIE Eurexel, issu du rapprochement de la SFAC et de la

12 198 COFACE en 1991, qui a mis au point trois polices couplant la couverture du risque-client en France et à l étranger : Eurexel Base, Eurexel Plus et Eurexcess. La première reprend les caractéristiques des produits SFAC et COFACE. La seconde s adresse aux entreprises d au moins 10 millions de chiffre d affaires, garantit les risques de non-paiement, risques politiques et d interruption de marché à l étranger, prévoit des conditions d indemnisation plus rapides et plus larges (80 % en France, 90 % à l étranger). Eurexcess est, quant à lui, destiné aux très grandes entreprises; c est un produit d assurance concertée France-Export. Un quatrième produit Eurexel sera très prochainement disponible; destinée à accompagner les entreprises de moins de 15 millions de francs de chiffre d affaires dans leur développement France/export, cette nouvelle police sera de type forfaitaire. D autres encore vont attaquer sur leur propre terrain leurs adversaires les plus redoutables que sont les factors (dont nous traiterons dans les lignes suivantes) : en effet, ces derniers en pratiquant parfois le dumping sur les prix parviennent à des tarifs avoisinant ceux de l assurance-crédit! C est dans cette perspective que s inscrit le rachat par la SFAC de la SFF. L'assurance-crédit est la première méthode de couverture du risque insolvabilité par transfert. Le Factoring, ou affacturage depuis 1973, est la deuxième solution, plus jeune et aussi plus complète...

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client [ la protection financière ] Entreprises Garanties 2007 APRIL Gestion pour petites et moyennes entreprises Un contrat unique qui vous donne accès à tous les outils de gestion de vos risques d'impayés APRIL

Plus en détail

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité...

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité... GUIDE DE L AFFACTURAGE Travailler en toute sécurité... Édition 2009 GUIDE DE L AFFACTURAGE Sommaire 1 Histoire de l affacturage 2 Qu est-ce que l affacturage 3 Les étapes de l affacturage 4 Le prix de

Plus en détail

Comment sécuriser votre poste client?

Comment sécuriser votre poste client? Financements + Services Comment sécuriser votre poste client? Sommaire Les préoccupations financières des entreprises et les délais de paiement Le poste client: un actif stratégique La solution affacturage

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 19 octobre 2010 Dossier de presse SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 «Les bilans des entreprises gardent les stigmates de la crise»

Plus en détail

L assurance à l exportaton : Cas de la SMAEX 2009/2010

L assurance à l exportaton : Cas de la SMAEX 2009/2010 Dans ce document, on a essayé de mettre la lumière davantage sur la compagnie assureuse de toute entreprise visant à exporter vers l étranger. Pour ce faire, on va commencer dans un premier lieu par une

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Assurez votre créance. Guide de Gestion. En partenariat avec :

Assurez votre créance. Guide de Gestion. En partenariat avec : Assurez votre créance Guide de Gestion En partenariat avec : 1 Préambule Vous venez de souscrire notre contrat "Assurez votre créance" pour assurer une ou plusieurs de vos factures et nous vous remercions

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 20.04.2009 C(2009)2993 final Objet: Aides d'état N 50/2009 Luxembourg Assurance-crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le Ministre, J'ai l'honneur de vous informer

Plus en détail

«Vendre, vendre plus. mais être payé py!» «Vendre, vendre plus. mais être payé!» I. Présentation II. Les enjeux du Crédit- Clients III. La gestion du Poste-Clients IV. Le rôle du Conseil spécialisé V.

Plus en détail

Euler Hermes France. Assur-Expert. L alliance gagnante de vos compétences et de notre expertise. www.eulerhermes.fr

Euler Hermes France. Assur-Expert. L alliance gagnante de vos compétences et de notre expertise. www.eulerhermes.fr *Notre *Notre savoir savoir au service au service de votre de réussite votre réussite Euler Hermes France Assur-Expert L alliance gagnante de vos compétences et de notre expertise *Notre savoir au service

Plus en détail

Accompagnement public à l international

Accompagnement public à l international Accompagnement public à l international M. Etienne REUTER 25 novembre 2013 ODL - votre porte d accès à l exportation GUICHET UNIQUE POUR LES EXPORTATEURS Aides financières à l exportation Assurance-crédit

Plus en détail

MONDOPOLIS. Assurance-crédit des risques commercial et politique. Conditions générales. www.groupama-ac.net

MONDOPOLIS. Assurance-crédit des risques commercial et politique. Conditions générales. www.groupama-ac.net MONDOPOLIS Assurance-crédit des risques commercial et politique www.groupama-ac.net Conditions générales Il est stipulé que, par application du premier alinéa de l'article L 111-1 du livre premier du Code

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 05.10.2009 C(2009) 7623 final Objet: Aides d'état N 449/2009 France Assurance-crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le ministre, J'ai l'honneur de vous informer

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie GLOBALLIANCE votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie demander la modification de la garantie les modifications de la

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Le Factoring, Une plus-value pour votre entreprise

Le Factoring, Une plus-value pour votre entreprise Le Factoring, Une plus-value pour votre entreprise SOMMAIRE Davantage de temps pour entreprendre Une vision claire du factoring Une plus-value pour votre entreprise Une application pratique BNP Paribas

Plus en détail

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction Définition de l affacturage Mécanisme d affacturage Le coût de l affacturage Distinction entre l affacturage et l assurance-crédit Avantages et inconvénients de l

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1 CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES Article L.125-1 Les contrats d assurance, souscrits par toute personne physique ou morale autre que l État et garantissant les dommages d incendie ou tous autres

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit Introduction Avis du 6 juillet 2011 Des créances commerciales naissent

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION Le mécanisme de la subrogation Introduction La subrogation est un mécanisme juridique qui permet au créancier (A) qui est payé par une autre personne (B) que son

Plus en détail

Lernskript zur Vorlesung. Maitrise des Risques Internaionaux. an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001

Lernskript zur Vorlesung. Maitrise des Risques Internaionaux. an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001 Lernskript zur Vorlesung Maitrise des Risques Internaionaux an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001 Maitrise des Risques Internaionaux...2 Introduction...2 La Coface...2 La Coface...2

Plus en détail

Impayés - Prévention et Maîtrise

Impayés - Prévention et Maîtrise Impayés - Prévention et Maîtrise Elisabeth BARDET Directrice Générale commerciale France 23 Septembre 2014 Zehnder Group France Groupe ZEHNDER Gestion du poste «Clients» Claude LAUBIER Directeur Comptable

Plus en détail

NEWSLETTER PARTENAIRES

NEWSLETTER PARTENAIRES Point de vue d experts NEWSLETTER PARTENAIRES N 04 Novembre 2015 Nous avons le plaisir de sortir notre newsletter «partenaires» n 4 du mois de novembre 2015. Cette lettre permet de soutenir et de recommander

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE Feuillet 1 DE L ASSURANCE PRINCIPALE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Ed. 04.05 QUELLES SONT LES PERSONNES QUE LE CONTRAT CONCERNE? Le preneur d'assurance est la personne qui conclut le

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre De l Assurance-Crédit Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre 1 Principes Généraux de l Assurance Crédit 2 L Assurance Crédit : Réduire vos risques commerciaux Impayés Le client L

Plus en détail

Introduction. I)-Les modes de financement des exportations

Introduction. I)-Les modes de financement des exportations Présenté par Introduction I)-Les modes de financement des exportations 1)-Financement à court terme : 2)- Financement à moyen et long terme : II)-Les modes de paiement à l exportation 1)-Crédit fournisseur

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

POLICE GARANTISSANT LE REMBOURSEMENT DES CREDITS DE PREFINANCEMENT AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT POLICE N XXX XXX MTP

POLICE GARANTISSANT LE REMBOURSEMENT DES CREDITS DE PREFINANCEMENT AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT POLICE N XXX XXX MTP POLICE GARANTISSANT LE REMBOURSEMENT DES CREDITS DE PREFINANCEMENT AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT POLICE N XXX XXX MTP ASSURE : PREAMBULE La Police est régie par le droit commun des contrats. Les dispositions

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

Contrat de Garantie Individuelle du Sous-Traitant

Contrat de Garantie Individuelle du Sous-Traitant Contrat de Garantie Individuelle du Sous-Traitant Conditions générales du sous-traitant Version du 03 juin 2014 PREAMBULE... 3 ARTICLE 1 - Objet... 3 ARTICLE 2 - Champ d application du contrat... 4 ARTICLE

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

Négociation du champ d application du contrat d affacturage : Il n y a pas de marge de négociation sur cet article.

Négociation du champ d application du contrat d affacturage : Il n y a pas de marge de négociation sur cet article. Bien négocier un contrat d'affacturage Bien qu en théorie tout soit négociable dans un contrat d affacturage, en réalité certains points le sont plus que d autres et à des moments différents. Pour chaque

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET LES FICHES PRATIQUES DE LRSET Mise à jour le 29 Mars 2013 LES FACTURES 1. factures / mentions obligatoires Tout professionnel est tenu de s assurer qu une facture est émise en double exemplaire, par lui-même,

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients.

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients. ALSINA PROFISC LE SOUSCRIPTEUR : L Expert comptable, la Société d Expertise comptable ou le Centre de gestion agréé qui souscrit le contrat et qui s engage pour son propre compte. L ASSURE : L Expert Comptable,

Plus en détail

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B ASSURANCE-CRÉDIT Calcul de prime SEPTEMBRE 2011 I - PRINCIPES GÉNÉRAUX Chaque risque couvert donne lieu à perception d une prime, dont le taux exprimé en % varie en fonction d un classement des pays en

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 LA CCI CÔTE D OPALE 5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 ATELIER N 1 SOLUTIONNER LES PROBLÉMATIQUES DE TRÉSORERIE - M DELEDALLE - M DUPORTAIL - M LEMARIE - M PESIN Gérer sa Trésorerie Gérer

Plus en détail

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL.I) INSTRUMENTS DE PAIEMENT: A) LE CHÈQUE: - Chèque: Moyen de paiement à vue. - Chèque bancaire: Il présente une garantie bancaire. - Chèque de l'entreprise Il

Plus en détail

QUESTIONNAIRE. page 1/6

QUESTIONNAIRE. page 1/6 QUESTIONNAIRE * * Ce questionnaire comprend plusieurs parties : s informations générales sur votre société nous permettant d'établir une proposition d'assurancecrédit et/ou de factoring concrète et chiffrée,

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS GÉNÉRALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT - DGP 506 B - SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Définitions 4 Article 2 Faits générateurs de sinistre

Plus en détail

MODULA FIRST. Conditions de la police

MODULA FIRST. Conditions de la police MODULA FIRST Conditions de la police 1. Sommaire Termes et conditions de la police 4 Objet de la police (00100.00) Adhésion (00210.00) Causes couvertes de Perte 4 Insolvabilité (00300.00) Insolvabilité

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE - ARTICLES 26, 28 et 29 DU CODE DES MARCHES PUBLICS - OBJET du MARCHE : Etude relative au projet de fusion entre les communautés de communes de

Plus en détail

Comment financer sa participation individuelle sur des foires et salons spécialisés à l étranger?

Comment financer sa participation individuelle sur des foires et salons spécialisés à l étranger? Comment financer sa participation individuelle sur des foires et salons spécialisés à l étranger? Mme Simone JOACHIM 26 mars 2012 GUICHET UNIQUE POUR LES EXPORTATEURS Etablissement public crée en 1961,

Plus en détail

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES CONVENTION DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, DE LA MEDIATION DU CREDIT ET DES ASSUREURS-CREDIT POUR PARTICIPER AU SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

Plus en détail

LE RISQUE COMMERCIAL A L INTERNATIONAL. Thierry RIGAUX 1

LE RISQUE COMMERCIAL A L INTERNATIONAL. Thierry RIGAUX 1 LE RISQUE COMMERCIAL A L INTERNATIONAL Thierry RIGAUX Rabat 1 INTRODUCTION - Evaluer le degré de risque - Choisir une couverture appropriée - paiement anticipé - CREDOC - Lettre de crédit stand by - L

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Acteurs des décisions stratégiques et de la transformation de l entreprise, que pensent les responsables

Plus en détail

SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS

SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS LES 4 GARANTIES SINGLE RISK UNISTRAT LA COUVERTURE AFFAIRE PAR AFFAIRE DU RISQUE POLITIQUE OU COMMERCIAL Dans un contexte de transactions

Plus en détail

L affacturage. l assurance-crédit P004. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

L affacturage. l assurance-crédit P004. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 06.11.2009 C(2009)8623 final Objet: Aide d'état N 532/2009 Belgique Assurance-crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le Ministre, J'ai l'honneur de vous informer

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

TCAS- Taxe sur les conventions d'assurances - Base d'imposition

TCAS- Taxe sur les conventions d'assurances - Base d'imposition Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-20-20120912 DGFIP TCAS- Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TVA-DED-40-10-20-20120912 DGFIP TVA - Droits à déduction - Conditions formelles

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR Meix Colas 21200 MEURSANGES N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Protocole d'accord Entre Lassureur.com Gestion Meix Colas 21200 MEURSANGES Et Mentions

Plus en détail

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 Approuvé par le Conseil national en sa séance du 24 avril 2009. Vue d ensemble 1. Terminologie 2. Dispositions générales 3. Assurés 4. Objet

Plus en détail

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie Le Financement tde la PME L expérience du Groupe TLG en Tunisie 1 La PME constitue un opérateur économique important dans l Economie tunisienne, et par conséquent un vecteur principal de la croissance

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P -

FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P - Octobre 2004 FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P - GESTION ET SECRETARIAT DU FGAP FAG - 37 rue Bergère - 75009 PARIS Tél : 01.53.24.26.45 / Fax : 01.53.24.26.28 Le 30

Plus en détail

Contribution des autorités françaises concernant le. réexamen de la communication relative à l'assurance-crédit à l'exportation à court terme

Contribution des autorités françaises concernant le. réexamen de la communication relative à l'assurance-crédit à l'exportation à court terme Septembre 2011 Contribution des autorités françaises concernant le réexamen de la communication relative à l'assurance-crédit à l'exportation à court terme 1. Introduction Document de consultation Dans

Plus en détail

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS ASSURANCE - CREDIT FRANCE - EXPORT Cachet courtier ou DR Coface ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS Présentation de l entreprise Raison sociale : Siège social : Téléphone : Télécopie : Adresse commerciale

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES

Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES Mars 2014 Madame, Monsieur, Par la présente nous rappelons un certain nombre de

Plus en détail

Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances transférées.

Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances transférées. AFFACTURAGE 17/07/2014 L AFFACTURAGE ou «FACTORING» L affacturage ou «factoring» consiste en un transfert de créances commerciales de leur titulaire, appelé «adhérent», à une société d affacturage ou «factor»,

Plus en détail

Recoveris.com Conditions Générales de Service

Recoveris.com Conditions Générales de Service Recoveris.com Conditions Générales de Service Préambule Recoveris.com (le «Site») est un site édité par Demander Justice (le «Mandataire»), société par actions simplifiée au capital de 228.005 euros, immatriculée

Plus en détail

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises COFACE Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises Corinne MARTINEZ GUADELOUPE EXPORT 19 et 20 novembre 2009 L offre de produits gérés par Coface pour le compte de

Plus en détail

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES EXTRAIT DES CONDITIONS GÉNÉRALES DU FONDS DE GARANTIE VOYAGES Définitions Assurance annulation Assurance assistance Domicile Compétence I. DEFINITIONS ASSUREUR: l'association d'assurances mutuelles " Fonds

Plus en détail

Assurance prospection premiers pas (A3P)

Assurance prospection premiers pas (A3P) 12, cours Michelet La Défense 10 92800 Puteaux. France Adresse postale 92065 Paris La Défense Cedex Garanties publiques gérées par Direction des garanties publiques Assurance prospection premiers pas (A3P)

Plus en détail

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Valables à partir du 31 mars 2012 (Version 2.1/2012) Table des matières 1 Objet

Plus en détail

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 ARRETE Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d'information relative à l'assurance ayant pour objet le remboursement

Plus en détail

TITRE 3 PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU DÉVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE [DB 5L3]

TITRE 3 PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU DÉVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE [DB 5L3] TITRE 3 PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU DÉVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE [DB 5L3] Références du document 5L3 Date du document 01/06/95 TITRE 3 PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

REGLEMENT DES SINISTRES ET DES PRESTATIONS. Chapitre 1: Gestion des sinistres de l assurance de dommage.

REGLEMENT DES SINISTRES ET DES PRESTATIONS. Chapitre 1: Gestion des sinistres de l assurance de dommage. REGLEMENT DES SINISTRES ET DES PRESTATIONS Chapitre 1: Gestion des sinistres de l assurance de dommage. Chapitre 1: Gestion des sinistres de l assurance de dommage. I- Cadre général de gestion des sinistres

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier 5 Introduction Les Directeurs de la banque avaient développé les principes suivants au milieu des années 70 : La décision de crédit doit être conditionnée par votre appréciation : d abord et avant tout,

Plus en détail

DÉLAIS DE PAIEMENT & RECOUVREMENT DE CRÉANCES

DÉLAIS DE PAIEMENT & RECOUVREMENT DE CRÉANCES FICHE CONSEIL n 32 DÉLAIS DE PAIEMENT & RECOUVREMENT DE CRÉANCES Les paiements comptants à la livraison ne sont guère pratiqués en France entre professionnels. Au contraire, le businessto-business est

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques 06/04/2009 CGPME ASSURANCE CREDIT CGPME Direction des affaires économiques SOMMAIRE - Chronologie des actions CGPME - Propositions CGPME - Présentation des dispositifs CAP et CAP+ - Propositions faites

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

Voyager en voiture : louer un véhicule

Voyager en voiture : louer un véhicule Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en voiture : louer un véhicule Avant la location Comparer les offres des loueurs (en agence ou sur sites Internet) : s informer sur

Plus en détail