Réputation des consommateurs canadiens en ligne Sensibilisation, abus et rétablissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réputation des consommateurs canadiens en ligne Sensibilisation, abus et rétablissement"

Transcription

1 1 Réputation des consommateurs canadiens en ligne Sensibilisation, abus et rétablissement Le Conseil des consommateurs du Canada, le 31 mars 2011

2 2 Table des matières Résumé... 3 Aperçu... 3 La présente étude visait à répondre aux questions suivantes : Quels sont les principaux enjeux dont les consommateurs doivent tenir compte pour gérer leur réputation en ligne? De quels renseignements abuse- t- on, et comment? Qu est- ce qui incite un consommateur à vouloir rétablir sa réputation? Quels sont les entreprises et services qui s occupent de rétablir la réputation? Quels sont les services offerts? Que valent ces services pour le consommateur? Ces organismes et leur secteur ont- ils des pratiques problématiques? Qu est- ce qu un consommateur peut faire pour préserver ou rétablir sa réputation en ligne?... 9 Recommandations en bref... 9 À l intention des consommateurs... 9 À l intention des services de GRL lorsqu ils traitent avec leurs clients À l intention des sites qui hébergent du contenu À l intention des moteurs de recherche À l intention des organismes de réglementation et des gouvernements À l intention des groupes de consommateurs et des organismes d information... 12

3 3 Résumé Aperçu Au début des années quatre- vingt- dix, le Harvard Law Review se penchait sur les questions de confidentialité et de réputation soulevées par les progrès technologiques. Dans un article intitulé «The Right to Privacy» (Le droit au respect de la vie privée), on pouvait lire ce qui suit : «Les photographies instantanées et les entreprises journalistiques ont envahi les limites sacrées de la vie privée et familiale. De plus en plus de moyens techniques menacent de rendre vraie la prédiction voulant que ce qui est murmuré dans la garde- robe sera proclamé du haut des toits.» 1 Précisons maintenant que ce passage remonte au début des années 1890, pas Il y a plus d un siècle de cela. Les générations se sont succédé dans les secteurs des communications et des technologies, mais une question fondamentale demeure bien actuelle. Il se trouve encore des gens pour faire un mauvais usage des renseignements concernant des tiers, sans réfléchir, sans savoir ce qu ils font, ou avec malveillance, ce qui peut nuire à la réputation de ces derniers. En revanche, malgré les similarités entre les deux époques, on note de nos jours trois facteurs clés qui ont une incidence directe et marquée sur les consommateurs : 1. L étendue et l accessibilité des renseignements disponibles de nos jours auraient été impensables il y a 121 ans. L Internet est devenu pour certains la première source d information, quelle que soit la question qu ils se posent. 2. La nature des renseignements a changé. On trouve surtout des données produites par les utilisateurs, dans une forme brute et non filtrée. Ce qui représente une véritable mine d or, à condition d avoir la patience de creuser et de tamiser. Les gens s exprimaient autant il y a 121 ans. Sauf qu on n en conservait aucune trace. 3. La vitesse à laquelle on peut accéder à ces données, les synthétiser, faire des renvois, les comprendre de travers et en faire mauvais usage, causant ainsi des torts irréparables et d une ampleur démesurée, s est multipliée au même rythme que celle des aéronefs durant la même période. Comme le disait Georges Bernanos, «Un seul mensonge fait plus de bruit que cent vérités.» 2 Aujourd hui comme en 1890, la réputation est un bien précieux. Les consommateurs et les tribunaux attribuent de la crédibilité aux renseignements en ligne et ces derniers peuvent porter préjudice à la réputation de quelqu un. Les consommateurs canadiens s exposent donc à un risque important et croissant en matière de confidentialité et de réputation. De nouveaux services offerts dans Internet, comme Google et Facebook, viennent modifier les comportements et donner naissance à de nouvelles forces sociales. Les gens se tournent automatiquement vers Google pour faire des recherches, trouver des réponses et soutenir leurs décisions, tandis que Facebook constitue un nouveau milieu social qui se distingue par ses propres pressions à l uniformité et à l acceptation, surtout chez les jeunes. Quiconque se soucie de sa réputation ne peut faire abstraction des menaces découlant de ce nouvel environnement. Cette multiplication phénoménale de la disponibilité et de l accessibilité, tout comme l évolution des données, ont des répercussions évidentes. Le mauvais usage des renseignements sur les tiers et les atteintes à leur réputation sont en hausse. Cet enjeu a donné naissance à une nouvelle discipline, soit celle de gérer sa réputation en ligne et, au besoin, de la rétablir. La présente recherche porte principalement sur les problèmes qui incitent les consommateurs à faire appel à ces services, sur les organismes qui les proposent de même que sur les mesures que peuvent prendre les consommateurs pour gérer leur réputation en ligne. 1 Samuel D. Warren et Louis D. Brandeis, The Right to Privacy, Harvard Law Review, vol. IV (le 15 décembre 1890), no 5 2 poeme.fr/citations- mensonge- verite/

4 4 La présente étude visait à répondre aux questions suivantes : 1. Quels sont les principaux enjeux dont les consommateurs doivent tenir compte pour gérer leur réputation en ligne? De l importance de la réputation De nombreux internautes continuent d obéir à l élan inexorable qui les pousse à naviguer dans Internet pour établir et faire croître leur réputation. En revanche, d autres personnes font tout en leur pouvoir pour que les données qui les concernent ne se retrouvent pas sur la Toile. Dans les deux cas, il faut déployer des efforts prudents et constants, car le monde virtuel représente un risque plus grand pour la réputation que les autres formes de médias ou que les rencontres en personne. Et surtout, quelle que soit l attitude choisie, la réputation en ligne fait désormais partie intégrante de la réputation tout court. Et comme le contexte est souvent absent ou insuffisant, les risques de mauvais usage sont nombreux. Il existe de nombreuses raisons de se soucier de l importance de sa réputation en ligne : risques d intimidation, de diffamation, de vol d identité, d escroquerie et d atteinte à l image de marque, bien qu on entende le plus souvent parler du risque de se voir refuser un poste à cause d une photo compromettante dans Facebook. Ce dernier risque est bien réel. Un sondage commandé par Microsoft en 2010 à l occasion de la Journée de la protection des données a révélé qu aux États- Unis, 70 % des spécialistes en RH interrogés avaient rejeté un candidat à cause de sa réputation en ligne. 3 En revanche, selon la même étude, 86 % des recruteurs interrogés ont reconnu qu une bonne réputation en ligne pouvait avoir une certaine influence sur leur évaluation d un candidat; près de la moitié ont même précisé que cette influence était considérable. 4 Conclusion : la réputation est un atout important. Anonymat De nos jours, dans Internet, vous pouvez faire l objet d attaques anonymes, vos données personnelles peuvent être utilisées dans un contexte trompeur et des faussetés peuvent être publiées à votre sujet et être lues par des millions de personnes, en théorie. L anonymat croissant et la perte de responsabilisation qui en découle sont des préoccupations clés pour la gestion de la réputation en ligne. Sans surprise, ce sont les attaques malveillantes, salaces et anonymes qui retiennent le plus l attention. Cette force sociale n a pas vraiment changé depuis Le caractère encore nouveau d Internet pour les tribunaux canadiens entraîne un degré d incertitude en ce qui concerne l anonymat. Certains permettront de dévoiler l identité de blogueurs anonymes, mais en général seulement si une preuve suffisante à première vue de diffamation a été produite. Au fil des décisions, les tribunaux canadiens sont en train de définir les enjeux posés par l anonymat dans Internet lorsqu il y a diffamation. Ils essaient notamment d établir un compromis entre la liberté d expression des citoyens et leur droit à une protection contre la diffamation. Contrairement à ce qu on pourrait croire, l anonymat peut parfois rendre les informations lues plus crédibles. Depuis peu, les tribunaux canadiens reconnaissent que les blogueurs anonymes jouissent d une bonne crédibilité, sont susceptibles de causer des préjudices et peuvent donc être accusés de diffamation, pourvu qu on puisse les identifier. 5 Sensibilisation De nombreuses personnes vérifient régulièrement leur présence ou leur réputation en ligne. Tout aussi nombreuses sont celles qui ne le font pas. C est ce qui ressort d études reconnues, mais aussi de nos discussions avec des experts du domaine. Bien des gens ne se doutent pas que leur réputation en ligne est déjà entachée. Ils sont donc mal préparés à protéger leur réputation. De nombreux consommateurs auraient intérêt à se sensibiliser à l importance de leur réputation en ligne et aux risques qui pèsent sur elle. De nombreuses attitudes sont possibles, et toutes semblent bien représentées à l heure 3 Online Reputation in a Connected World, Microsoft / //Cross- Tab à l occasion de la Journée de la protection des données research_overview.pdf 4 Online Reputation in a Connected World, Microsoft / /Cross- Tab à l occasion de la Journée de la protection des données Barrick Gold Corp. contre Lopehandia, (ON CA)

5 5 actuelle. On peut être parfaitement inconscient du problème, jusqu à ce qu il nous arrive un pépin. On peut choisir de ne pas s en soucier. On peut aussi surveiller sa réputation et veiller sur elle. En cas d atteinte à notre réputation, on peut la rétablir, idéalement en se renseignant, en faisant appel à des outils d évaluation et en déployant des efforts raisonnables et continus pour éviter de nouveaux problèmes. Une réputation peut se détériorer rapidement et gravement Il suffit parfois d une seule erreur pour s attirer les critiques et les reproches. Quand une vidéo se propage comme une traînée de poudre, plus rien ne peut l arrêter. Il devient impossible de la faire disparaître entièrement. Il en restera toujours une copie quelque part. Une petite indiscrétion peut suffire à déclencher un mécanisme de communication susceptible de joindre des milliards de personnes. Le plus grave, aux yeux des consommateurs, est que certaines indiscrétions, une fois publicisées, risquent de ne jamais tomber dans l oubli si elles ont l heur d intéresser les internautes. Préserver sa réputation Le consommateur doit décider de quelle manière il va préserver sa réputation en ligne. Il doit évaluer les risques auxquels il s expose et son degré de tolérance au risque. Certains décideront de ne partager aucun renseignement personnel en ligne. D autres opteront pour une surveillance attentive. D autres encore entreprendront des démarches juridiques dynamiques. Compte tenu des risques, un minimum de surveillance et de gestion est de rigueur. Résoudre un problème Bien des gens ne sauront pas comment s y prendre pour régler un problème. Il n est pas facile d effacer des renseignements circulant dans Internet, et des démarches mal avisées risquent seulement d envenimer la situation. Il faut donc se poser diverses questions. Que faire si l on découvre des renseignements qui posent problème? Faut- il essayer de les supprimer? Si oui, comment? Faut- il essayer de les réfuter? Faut- il chercher à les obscurcir ou à les dissimuler? Faut- il entamer des poursuites? Comment évaluer l étendue des dommages déjà causés et celle des préjudices à venir? Il peut être moins facile qu on le suppose d obtenir de l aide pour rétablir sa réputation. Il n est pas forcément onéreux ou difficile de trouver un organisme clairement axé sur les consommateurs, surtout si le dossier à gérer est important, mais il faudra tout de même déployer certains efforts. Heureusement, ce sont souvent les informations rédigées ou fournies par la personne concernée qui sont les plus susceptibles de l aider à rebâtir sa réputation. 6 Obtenir de l aide Le secteur de la gestion de la réputation en ligne (GRL) est très fluide. L efficacité des services offerts par ce secteur encore à ses débuts n est pas prouvée. Il est difficile d évaluer le degré de satisfaction des consommateurs de ces produits. Dans bien des cas, les consommateurs ont besoin d aide pour rétablir leur réputation en ligne, étant donné les risques liés à une réputation entachée, mais ils doivent d abord apprendre à obtenir le type d aide dont ils ont besoin. 2. De quels renseignements abuse- t- on, et comment? Absence de contexte On peut donner accès à pratiquement n importe quel renseignement sur un consommateur dans Internet. La pratique est parfois justifiée, et parfois pas. Très souvent, l information publiée manque de contexte. L Internet n est pas particulièrement propice à l établissement d un contexte. La qualité du contexte fourni par les moteurs de recherche dépend souvent des aptitudes d interrogation et d évaluation de l internaute, or ces qualités ne sont pas distribuées également parmi les membres du public. Le contexte, ou son absence, est la principale source de mésusage des renseignements. Comme le disait un dirigeant du secteur, «toute information hors contexte» 7 peut 6 Les dirigeants de deux entreprises de gestion de la réputation en ligne (GRL) ont confirmé cette information : Chris Martin, fondateur de Reputation Hawk et Ezra Silverton, président de 9 th sphere. 7 Ezra Silverton, informateur- clé interviewé

6 6 constituer une information mal utilisée. L absence de contexte et la tendance de nombreux internautes à se fier aveuglement aux renseignements trouvés en ligne donnent lieu à un risque énorme de «détournement» de pratiquement tout renseignement disponible sur une personne quelconque. Source d information Il peut y avoir mésusage de renseignements dès que ceux- ci sont publiés dans Internet ou qu ils sont copiés ou utilisés à partir de cette source. Ce mauvais usage peut se produire parce que la personne ne sait pas ce qu elle fait, qu elle n y fait pas attention, qu elle ne réfléchit pas, ou qu elle a de mauvaises intentions. Fait à noter, c est souvent la victime elle- même qui est la source des renseignements mal utilisés. Type de renseignements mal utilisés Divers types de renseignements peuvent être mis à la disposition des internautes et faire l objet d un mauvais usage, notamment : Photographies Vidéos Enregistrements audio 8 Chroniques ou commentaires dans un blogue Messages dans Twitter Interventions dans des groupes de discussion Articles des médias conventionnels Citations Autoréférences sur un site de réseau social, en particulier les photos Documents Dossiers publics ou officiels (dossier criminel, p. ex.) 3. Qu est- ce qui incite un consommateur à vouloir rétablir sa réputation? Le consommateur a trouvé des renseignements dans Internet Après avoir recherché son propre nom dans Google, la personne a trouvé des renseignements erronés ou faciles à sortir de leur contexte, ou encore des renseignements confidentiels qui ne devraient pas se trouver dans Internet. Quelqu un d autre a trouvé des renseignements dans Internet Il s agira idéalement d un ami, mais peut- être aussi d un partenaire commercial ou d un employeur qui vous signalera des renseignements vous concernant et dont vous étiez ignorant, dont l inexactitude est certaine ou que vous ne vouliez jamais voir publiés. Dans certains cas, les consommateurs vont s efforcer de faire corriger ces renseignements de manière proactive, mais le plus souvent ils ont recours à de tels services après la publication d informations négatives dans Internet. Le problème est suffisamment grave pour retenir l attention Les gens cherchent à rétablir leur réputation lorsque les préjudices potentiels ou déjà encourus sont suffisamment graves. Il peut toutefois être très difficile, voire même impossible, de juger de ce que signifie «suffisamment graves». Dans la plupart des cas, le problème est «limité». Si quelqu un a publié quelque chose dans Facebook sans se rendre compte que tout le monde y avait accès, ou si un ami publie une photo et identifie la personne concernée, la solution est simple : il suffit de supprimer l information en question, puisque la personne en est l auteur ou qu elle connaît l auteur. Seul un petit pourcentage des internautes aura besoin de faire appel à un service de rétablissement de la réputation. Pour la plupart des gens, il suffit sans doute de maîtriser les règles de base de la 8 La possibilité d enregistrer des conversations à l insu des personnes concernées, au moyen d un téléphone multifonction, et de les télécharger sur- le- champ dans Internet, représente un nouveau risque considérable d atteintes à la réputation.

7 7 gestion de la réputation en ligne, d où la longue liste de conseils et de mesures à prendre suggérés à la fin du présent document. 4. Quels sont les entreprises et services qui s occupent de rétablir la réputation? Il existe plusieurs types d organismes qui offrent ce genre de service. On peut les classer dans quatre grandes catégories : 1. Organismes qui se spécialisent dans la gestion de marque et la gestion de réputation en ligne pour le compte d entreprises. Ces organismes peuvent aussi s adresser à une clientèle haut de gamme dirigeants, vedettes, professionnels, politiciens, etc. ou à des consommateurs ordinaires aux prises avec un problème grave. 2. Organismes qui offrent aux entreprises des services de référencement ainsi que des services de gestion de la réputation en ligne à divers particuliers, y compris des clients de prestige. Dans le secteur de la gestion de la réputation en ligne, on peut considérer que ces organismes offrent des services «spécialisés». 3. Organismes qui offrent des systèmes ou processus préformatés et qui s adressent principalement au marché de masse. 4. Organismes qui justifient de peu d'antécédents et dont les services se situent en quelque sorte dans une zone grise. Les avocats représentent une cinquième catégorie. Les gens qui ont des problèmes de réputation en ligne font souvent appel à un avocat en cas de libelle ou diffamation grave. L avocat peut jouer un rôle utile aux premières étapes de la résolution du problème, lorsque le consommateur doit exercer des pressions sur les auteurs d un site Web ou d un blogue ou envisage sérieusement des poursuites. Notre recherche portait principalement sur les organismes de la deuxième et de la troisième catégories. Il existe un nombre relativement faible d organismes de gestion et de rétablissement de la réputation axés sur les consommateurs ordinaires. Le nombre est encore plus restreint si l on se limite au marché canadien. 5. Quels sont les services offerts? Les services offerts sont simples, mais ils exigent beaucoup de temps et d efforts pour produire des résultats. L imputabilité des résultats peut être difficile à confirmer, puisque la méthode de prestation des services n est pas forcément transparente aux yeux du consommateur. Ces services comprennent la suppression de documents dans les résultats de moteurs de recherche et sur les sites Web, la suppression de données personnelles de base sur des pages personnelles, des blogues et autres sites de médias sociaux, de même que le masquage de données aux fins des moteurs de recherche. Cette dernière activité est de loin la plus fréquente. Ce qu on appelle «rétablissement» ou «suppression» se résume souvent à faire passer des résultats au bas de la première page de résultats sur le site Google, ou encore à la deuxième ou à la troisième page. Selon un cadre d une société de GRL et de référencement, la probabilité que des documents soient effectivement supprimés serait de moins de 10 %. 9 Et même là, on ne peut garantir une suppression totale, puisque des renseignements peuvent demeurer dans diverses archives accessibles dans Internet. Certains organismes offrent aussi des services de surveillance et de mise à jour. La surveillance permet d évaluer votre réputation en ligne et de déceler les problèmes éventuels. D autres services assurent la mise à jour ou la protection de vos données, afin de renforcer de manière proactive votre réputation en ligne. 6. Que valent ces services pour le consommateur? En général, la valeur que procurent les organismes de gestion et de rétablissement de la réputation en ligne peut être inférieure aux attentes du consommateur moyen. Les coûts peuvent être plus élevés et les délais plus longs que prévu, tandis que l incertitude quant au produit et aux garanties offertes peut contribuer à en limiter la valeur. Le consommateur pourra être décontenancé de découvrir qu il ne suffit pas de demander une suppression pour qu elle s effectue sur- le- champ. La technologie, le contexte juridique et la nature mondiale d Internet, auxquels il faut ajouter les aléas des comportements irrationnels des humains, font en sorte qu il est difficile d effacer quelque chose dans Internet. 9 Ezra Silverton, informateur- clé interviewé

8 8 Les organismes qui proposent de retirer certains renseignements personnels des pages personnelles des sites de réseaux sociaux peuvent rendre service, car en fait la tâche est facile et peut être accomplie par n importe qui, à condition de se donner la peine d apprendre comment faire. Pour obtenir des services valables, il faudra choisir le bon organisme. Il faudra aussi collaborer avec ce dernier. Dans le cas d infractions mineures photos dans Facebook par exemple, la solution peut être corrigée facilement, surtout si le consommateur a accès au compte d où provient le matériel. Certains organismes de rétablissement de la réputation offrent souvent un volet plus ou moins élaboré de conseils et de formation, mais c est rarement un élément important de leur programme ou service. Le consommateur bien avisé saura se renseigner durant le «rétablissement» et veiller à ce qu'à l'avenir la situation ne se reproduise pas, ou il apprendra à supprimer lui- même les documents confidentiels. La principale motivation de bien des consommateurs de ces services pourrait être le désir de surveiller, idéalement par eux- mêmes, leur réputation en ligne. En découvrant combien il est difficile de supprimer des données personnelles une fois qu elles circulent dans Internet, les consommateurs pourraient prendre la résolution de surveiller leur réputation de plus près ou de faire appel à une entreprise peu coûteuse pour le faire à leur place. La gestion de la réputation en ligne, dans le meilleur des cas, est davantage un outil de promotion et de renforcement de la réputation qu un moyen de «nettoyage». Il semble que les clients de prestige (dirigeants et professionnels) soient les plus susceptibles d en tirer profit, vu leurs besoins et leur détermination plus prononcés, mais nous ne nous sommes pas attardés à cette question. La GRL est issue des services offerts aux entreprises en matière de marque et de réputation en ligne. Dans bien des cas, les services offerts aux consommateurs nécessitent la même quantité d efforts. Et par conséquent les coûts sont comparables. Les services de surveillance (qui consistent le plus souvent à interroger automatiquement les médias sociaux et les moteurs de recherche pour y repérer des mentions de la personne concernée) peuvent être plutôt simples et on peut facilement obtenir un certain degré de protection au prix d un minimum d efforts. S il s agit de faire glisser des renseignements nuisibles plus bas dans la liste des résultats de Google, les organismes professionnels peuvent obtenir de meilleurs résultats que les particuliers, mais comme nous l avons noté plus tôt il importe de tenir compte de l apport du consommateur. 7. Ces organismes et leur secteur ont- ils des pratiques problématiques? On semble trouver dans ce secteur tertiaire de nombreux organismes aux références assez vagues en ce qui concerne leur emplacement, leurs antécédents, leur personnel et leurs dirigeants. Les changements fréquents de dénomination sociale, les propriétaires inconnus, l évolution rapide des relations d affaires et de la direction, et même des numéros de téléphone, augurent mal d un accès facile en cas d insatisfaction du client. Parmi les organismes que nous avons évalués, un possédait une adresse liée à un magasin UPS. Un autre n indique que la ville où il est situé, et ce, seulement dans la section FAQ. Aucun ne donne le nom d une personne liée à l organisme. Notre évaluation a porté sur quelques- unes des sociétés les plus respectées du secteur des services aux consommateurs, mais même celles- là n échappaient pas aux soupçons ou accusations de pratiques douteuses. Elles sont également peu bavardes au sujet des délais d exécution et des coûts totaux. Leurs présentations de marketing manquent de clarté en ce qui concerne la nature des services de «rétablissement», ceux- ci se résumant dans la plupart des cas au déplacement du matériel plus bas dans la liste des résultats de Google, de Bing ou d autres moteurs de recherche, plutôt que la véritable suppression du matériel d Internet. Les offres de services ne précisent pas toujours dès le départ que la suppression de documents dans Internet est le plus souvent difficile et parfois même impossible. En outre, on ne définit pas avec certitude ce qui sera supprimé, surtout en ce qui a trait aux critères de recherche ou mots- clés. Certains sites Web de sociétés de GRL n expliquent pas en détail les renseignements qu il faut fournir pour que les renseignements apparaissent plus bas dans les résultats des moteurs de recherche. Ce point est pourtant d intérêt pour le consommateur, puisque le contenu qui viendra remplacer les premiers résultats doit être de qualité lui aussi. Il est rare que le rétablissement puisse se faire sur- le- champ : il faut souvent compter plusieurs mois, ou même une année entière, avant que les renseignements «disparaissent» et ne soient plus facilement accessibles. L ironie veut que certaines sociétés de rétablissement de la réputation fassent preuve d un manque flagrant de compétences en matière de gestion de la réputation en ligne (GRL) et de référencement sur leur propre site Web et

9 9 dans les réseaux sociaux, leurs techniques s avérant souvent inutiles, vu les capacités des plus importants moteurs de recherche. Ce sont toutefois les sociétés qui n'ont pas retenu notre attention, parce qu elles semblaient douteuses ou sans scrupule, qui montraient le plus de lacunes en matière de référencement. Le secteur est en pleine évolution. Il est dominé par le fournisseur Reputation.com, qui jouit d un capital de risque considérable et dont les produits sont bien conçus et axés sur les consommateurs. Aucun autre organisme ne semble avoir aussi bien percé le marché. Nous croyons que la dominance de Reputation.com influencera les pratiques des autres sociétés et que certaines migreront lentement vers les services destinés aux entreprises et à la clientèle de prestige. Il reste donc des organismes ne possédant pas le pouvoir ou les capacités de Reputation.com et qui essaient de lui faire concurrence, alors que celle- ci propose ses services de base à des coûts mensuels modiques. D autres s attaquent aux problèmes de réputation plus complexes et deviennent essentiellement des services spécialisés, mais ils doivent quand même se mesurer aux services de qualité offerts par Reputation.com. Ces sociétés traitent avec les particuliers et les entreprises dont les problèmes nécessitent d'importantes modifications aux résultats des recherches et ne peuvent être résolus au moyen de quelques mesures simples (publications sur des blogues, communiqués et enregistrements à des médiaux sociaux). 8. Qu est- ce qu un consommateur peut faire pour préserver ou rétablir sa réputation en ligne? Certains vous diront de commencer par lancer une recherche sur votre propre nom dans Google. Si tout le monde se donnait la peine de le faire et de lire les trois premières pages de résultats, bien des problèmes pourraient être évités avant qu ils n attirent l attention de partenaires commerciaux ou d employeurs potentiels. Nous invitons les consommateurs qui envisagent de faire appel à un service de GRL à consulter le tableau de la section Recommandations du rapport et de réfléchir aux questions soulevées ici avant de choisir un fournisseur. Les consommateurs qui se préoccupent de la préservation et du rétablissement de leur réputation en ligne s intéresseront aux nombreuses recommandations comprises dans le rapport. Recommandations en bref À l intention des consommateurs 1. Ayez à cœur votre présence et votre réputation en ligne. Ne publiez pas dans Internet des renseignements que vous ne voudriez pas montrer à vos parents. Encore moins si vous ne voudriez pas qu un employeur éventuel tombe dessus. L employeur sera moins compréhensif que vos parents 2. Soyez prudent lorsque vous utilisez des renseignements qui concernent d autres personnes. Il est facile d utiliser des renseignements hors contexte et nos recherches révèlent que c est là une source importante de mauvais usage de données personnelles. 3. Si vous avez un problème à cause de renseignements en ligne susceptibles de nuire à votre réputation, exercez la plus grande prudence. Faites une première estimation de la situation : quelles sont les probabilités qu elles soient découvertes, par qui, comment pourraient- elles être prises hors contexte et quels risques ou préjudices en résulteraient. 4. Il existe des organismes de bonne et de mauvaise réputation auxquels vous pouvez vous adresser pour rétablir votre réputation en ligne. Si vous optez pour une société de gestion de la réputation en ligne, ayez soin d appliquer les règles suivantes : Faites vos propres recherches au sujet de votre situation. Adressez- vous à une société bien réputée. Faites vos propres démarches pour évaluer ces organismes. N hésitez pas à téléphoner à l organisme qui vous intéresse. Posez des questions et suivez votre instinct. Essayez de parler au propriétaire ou, à défaut, à un employé compétent. Si l on refuse de prendre votre appel, allez voir ailleurs. 10 Votre réputation est trop importante pour que vous songiez à la confier à une entreprise qui n y accorde pas autant de sérieux que vous. 10 Vous aurez sans doute du mal à joindre le chef de la direction de Reputation.com. Si vous êtes aux prises avec un problème grave, songez à une société spécialisée qui vous offrira un soutien personnalisé.

10 10 Vous trouverez dans la grille d évaluation à l intention des consommateurs, à la fin du rapport, des conseils plus détaillés sur la sélection d'un service de GRL. À l intention des services de GRL lorsqu ils traitent avec leurs clients 1. Dites clairement qui vous êtes et ce que vous faites. Si la GRL ne représente qu une activité secondaire pour vous, faites- le savoir, surtout si votre activité principale a à voir avec le marketing affilié ou un autre type de marketing dans Internet. 2. Élaborez une politique de confidentialité et publiez- la sur votre site. Attardez- vous aux questions de confidentialité en rapport à la GRL, au lieu de vous en tenir à une politique standard. Si la société offre des services directement aux Canadiens au moyen d un marketing au Canada ou d un site Web.ca, la réglementation canadienne l obligera à publier un tel énoncé de confidentialité. 3. Démontrez une plus grande compétence en matière de référencement sur votre propre site Web et donnez des exemples de vos réalisations. 4. Participez aux médias sociaux pour contribuer à l information des consommateurs en leur signalant les points à surveiller. À tout le moins, tenez un blogue renfermant du matériel utile (reportez- vous à celui de Reputation.com) et un compte Twitter. 5. Votre site Web doit montrer un nom, une adresse (pas une case postale ou un magasin UPS) et un visage suivez l exemple de Reputation Hawk (Chris Martin), 9thsphere (Ezra Silverton) et Reputation Defender/Reputation.com (Michael Fertik). 6. Passez en revue la liste de questions qu on incite les consommateurs à se poser dans la section Recommandations du présent rapport. Songez à publier cette information sur votre site Web. 7. Offrez des produits clairement destinés aux consommateurs, surtout dans le cas de problèmes liés aux renseignements personnels, à Facebook et à YouTube. 8. Poursuivez vos efforts en vue de faire croître le nombre de membres de la Online Reputation Management Association. 11 Pour que les consommateurs soient assurés d obtenir de services de qualité, dotez- vous d un code de déontologie, qui pourrait s inspirer de celui de l'orma 12, et donnez de la formation. Vous lutterez ainsi contre l impression de manque de transparence qui pèse sur votre secteur. 9. Dans vos engagements, faites une distinction nette entre la suppression d une photo dans Facebook, la suppression de données sur un site Web sur lequel le consommateur n a aucune autorité et le fait de faire passer des résultats de recherche au bas de la première page ou à la deuxième ou troisième page dans Google. Songez à offrir des forfaits, comme le fait Reputation.com, comprenant des services de base de «nettoyage» spécialement conçus pour les particuliers. 10. Avec les autres membres de votre secteur, renseignez- vous sur les propriétaires de Reputation Reviews (www.ireputationreviews.com) et tâchez d éliminer la controverse et les allégations qui pèsent sur sa propriété et sa déontologie. À l intention des sites qui hébergent du contenu 1. Respectez les conditions que vous affichez sur votre site, si vous en avez un. Sinon, rédigez et affichez un énoncé de conditions d utilisation. Pour rédiger cet énoncé, tenez compte de la nature de l information hébergée et d un certain degré d anonymat recherché. 2. Revoyez vos conditions et lignes directrices en matière de publication à la lumière des lois en vigueur. 3. Traitez les demandes des avocats de manière uniforme et faites connaître votre attitude à l égard de la suppression de contenu. Énoncez clairement les conditions entourant l'anonymat des auteurs des pages. Dites si l anonymat est permis ou pas, et précisez les conditions dans lesquelles il peut être brisé. À l intention des moteurs de recherche 1. Exposez clairement la procédure à suivre pour faire retirer du matériel des résultats de recherche et veillez à ce qu elle soit facile à trouver. Expliquez clairement qu il est rarement possible de supprimer les résultats 11 association.org/ 12 association.org/mem_code_of_conduct.php

11 11 de recherches. Décrivez clairement les facteurs justifiant une suppression (marque de commerce, entre autres). 2. Énoncez clairement la politique du site de recherche concernant la présentation de renseignements, soit que sa responsabilité à cet égard est limitée, et qu'il incombe en premier lieu aux sites Web qui publient de l'information de gérer ce qu ils publient. 3. Aidez les utilisateurs à rechercher des renseignements sur eux- mêmes dans le but de surveiller leur réputation en ligne. À l intention des organismes de réglementation et des gouvernements 1. Songez à développer une application sur la réputation en ligne qui permettrait aux internautes de découvrir l information qui circule à leur sujet en entrant simplement leur nom et leur emplacement. Certains découvriraient que leur réputation est «sans tache», mais que ce n est pas le cas pour d autres personnes portant le même nom, ce qui pourrait entraîner des méprises chez les internautes qui les recherchent dans Internet. 2. Incitez les gens à se protéger. Aidez- les à comprendre les risques et à en mesurer l ampleur. 3. Expliquez aux membres du public les lois relatives aux libelles, aux calomnies et aux diffamations. Dans Internet, tout le monde devient un éditeur, et il faut donc se renseigner sur ses responsabilités vis- à- vis de la loi. 4. Encouragez les sites canadiens à commencer par les sites d évaluation de produits et services à envisager raisonnablement les notions de modération, d anonymat et de valeur de l information. 5. Menez une campagne de sensibilisation pour inciter la population à se soucier de sa réputation en ligne. Faites comprendre aux membres du public qu il leur incombe de faire attention à ce qu ils publient dans Internet et à la manière dont ils traitent les renseignements qu ils y trouvent. Cette campagne doit avoir pour objectif d informer et non d effrayer. Les gens doivent comprendre qu un directeur de ressources humaines ou un recruteur tombant sur une photo dans Facebook ou un gazouillis dans Twitter n aura pas forcément le même sens de l humour que les amis et parents de l internaute qui en est l auteur ou le sujet. 6. On pourrait s inspirer de la campagne menée par la Commission européenne sous le thème «Réfléchis avant de publier!» Envisagez une campagne de sensibilisation menée en collaboration avec les universités, les collèges et les écoles secondaires. Des efforts sont menés ici et là, mais un effort concerté à l échelle du pays aurait sans doute des effets plus grands. Pour sauver des vies, les États approuvent les messages sur le port de la ceinture de sécurité ou l alcool au volant. Or, une réputation salie a de quoi gâcher une vie. 8. Il serait possible de publier une description simple de ce qu il est acceptable de communiquer de manière anonyme, et de ce qui ne l est pas. 13http://ec.europa.eu/news/science/100209_1_fr.htm

12 12 À l intention des groupes de consommateurs et des organismes d information 1. Créez un site Web où les internautes pourront se renseigner brièvement sur leur réputation en ligne. Songez également à créer une application pour tablettes et(ou) téléphones multifonction, car ces appareils sont particulièrement prisés par les personnes les plus à risque. Ce site Web et votre application permettraient à un internaute de découvrir quels sont les renseignements à son sujet dans Internet, et où ils se trouvent, en déclinant son nom et d'autres données pertinentes. Il serait également possible de savoir si une autre personne portant le même a mauvaise réputation. 2. Aidez les consommateurs à comprendre les liens entre la confidentialité et la réputation. Bien des gens attachent plus d importance à leur réputation qu à la protection de leur vie privée. Les mieux informés comprennent les différences et les tensions entre ces deux concepts, mais bien des gens n y ont jamais réfléchi sérieusement. Un consommateur réagira sans doute davantage en apprenant que sa réputation est entachée qu en constatant que la confidentialité de ses données n a pas été respectée.

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE. Entrée

Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE. Entrée direction de LA COMMUNICATION Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE Entrée Ce document s adresse à vous, collaborateurs du Groupe La Poste, dès lors que : vous participez ou souhaitez participer

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Acquérir de nouveaux clients

Acquérir de nouveaux clients Acquérir de nouveaux clients Guide pratique sur l optimisation web Guide pratique sur l optimisation web... 01 Qu est-ce que l optimisation web?... 01 L importance des moteurs de recherche dans l optimisation

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX Page 4005-1 1.0 Contexte Présents depuis quelques années tant dans notre vie personnelle que dans notre vie professionnelle, les médias sociaux ont été très rapidement adoptés par les jeunes et les moins

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Livre blanc ekomi. Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients. Novembre 2012

Livre blanc ekomi. Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients. Novembre 2012 Livre blanc ekomi Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients Novembre 2012 Introduction : l époque où les clients croyaient aveuglément aux promesses des vendeurs en ligne

Plus en détail

GUIDE DE DÉMARRAGE XGAINPROFITS (GUIDE #1)

GUIDE DE DÉMARRAGE XGAINPROFITS (GUIDE #1) GUIDE DE DÉMARRAGE XGAINPROFITS (GUIDE #1) Je tiens à débuter en vous félicitant d avoir activé votre compte XGAINprofits. Grâce à cette activation, vous avez accès à la section «Produits» du site en plus

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise.

Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise. Protégez-vous en ligne. Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise. CONSEILS PENSEZ CYBERSÉCURITÉ POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Si vous êtes comme la plupart des petites

Plus en détail

LE SUCCÈS EN ECOMMERCE GRÂCE À UNE STRATÉGIE DE CONTENU GAGNANTE

LE SUCCÈS EN ECOMMERCE GRÂCE À UNE STRATÉGIE DE CONTENU GAGNANTE LE SUCCÈS EN ECOMMERCE GRÂCE À UNE STRATÉGIE DE CONTENU GAGNANTE Un mini ebook lisible en 15 minutes! Une publication de En collaboration avec TABLE DES MATIÈRES Que veut-on dire par «contenu»? 3 Pourquoi

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Facebook. Un lien vers Facebook se trouve sur la page d accueil du site CSQ : http://csq.qc.net.

Facebook. Un lien vers Facebook se trouve sur la page d accueil du site CSQ : http://csq.qc.net. Facebook Facebook est un réseau social sur Internet permettant à toute personne possédant un compte de publier de l information dont elle peut contrôler la visibilité par les autres personnes possédant

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION

TROUSSE D INFORMATION TROUSSE D INFORMATION POUR LA CAMPAGNE ÉLECTORALE 2015 FONDATION CANADIENNE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE Fondation canadienne pour le développement de carrière Rédaction explicative pour les élections

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Website Express Créer un site professionnel avec Orange

Website Express Créer un site professionnel avec Orange Website Express Créer un site professionnel avec Orange mars 2015 Safiétou Ndao Ndiaye Sommaire Présentation... 3 Description du service... 3 Configuration requise... 4 Consignes... 4 Pour bien démarrer...

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Services de télétriage

Services de télétriage Chapitre 4 Section 4.13 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de télétriage Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.13 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

Pour débuter sur LinkedIn

Pour débuter sur LinkedIn Pour débuter sur LinkedIn Ça sert à quoi? Remplir son profil Développer et réseauter 1 LinkedIn, ça sert à quoi 1. Communication externe Oubliez les adresses courriel erronées, les CRM et les applications

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College L occasion d innover Le Durham College d Oshawa a reconnu l usage grandissant des médias

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Gérer le risque de crédit

Gérer le risque de crédit Livre blanc Gérer le risque de crédit Le présent livre blanc vous indique comment instaurer de bonnes pratiques de gestion du crédit dans votre entreprise et les étapes à suivre pour recouvrer une créance

Plus en détail

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Bienvenue sur la fan page Facebook officielle de Biarritz Tourisme La page Facebook «Biarritz Tourisme» a pour objectif de

Plus en détail

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Comment utiliser Internet à son gré tout en étant protégé en permanence de ces menaces? Avec un peu de curiosité, on découvre qu il est

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

TROUSSE D OUTILS MARKETING

TROUSSE D OUTILS MARKETING TROUSSE D OUTILS MARKETING POUR LES MÉDIAS SOCIAUX Trousse d outils marketing pour les médias sociaux 1 INTRODUCTION Les médias sociaux sont là pour durer. C est une bonne chose puisqu ils peuvent vous

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario. Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario. Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019 Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019 Le 21 août 2014 Table des matières Message de Roz Smith, directrice générale 2 Première section

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée Fiche-conseil Liste de contrôle relative à la Pourquoi les organismes de bienfaisance enregistrés doivent-ils avoir une politique en matière de protection? Des lois ont été adoptées par le gouvernement

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Facebook : Attention aux images!

Facebook : Attention aux images! Facebook : Attention aux images! Petit guide pratique destiné aux parents Par Jacques Henno, spécialiste des nouvelles technologies * Bien utilisé, Facebook constitue un fabuleux outil de communication.

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 ÉLABORER SA STRATÉGIE DE PRÉSENCE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX EN 10 ÉTAPES Pour une institution de médiation, définir sa présence sur les réseaux sociaux

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur Saviez-vous qu une piètre qualité de l air intérieur (QAI) dans votre

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité dans le cadre de la LAPHO Introduction La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario vise l élaboration,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

Politique quant à l utilisation des médias sociaux

Politique quant à l utilisation des médias sociaux Politique quant à l utilisation des médias sociaux 2012-2013 Cette politique vise à guider les élèves du Collège dans leur usage des médias sociaux. Pour tous les élèves du Collège St-Jean-Vianney Politique

Plus en détail

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont 1410 C.A.310.VI.a Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont Responsabilité de gestion: Direction des affaires étudiantes et des communications Date d approbation : 2015

Plus en détail