En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour"

Transcription

1 Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg par ménage acheteur. Quant aux produits de charcuterie, ils ont été présents partout : près de 100 % d acheteurs, pour une moyenne de 29 kg par foyer. Néanmoins, les comportements d achat sont assez hétérogènes selon les individus. Qui consomme le plus de viande de porc? Quels sont les ménages, qui, au contraire, en achètent peu? Se basant sur l analyse de données du panel TNS, le présent article apporte un éclairage sur les caractéristiques sociologiques des consommateurs de porc frais et de charcuterie. Méthode Les données du panel TNS fournissent des informations sur les achats des ménages dans les circuits de la grande distribution et les commerces traditionnels pour la consommation à domicile. Parmi les indicateurs disponibles, les achats des consommateurs seront caractérisés par le prix moyen, la pénétration et le niveau moyen d achat. L année 2007 est utilisée comme référence. La pénétration représente le pourcentage de ménages acheteurs du produit, sur l ensemble de la population. Le niveau moyen d achat d un produit représente la quantité moyenne consommée à domicile par un ménage acheteur de ce produit. Il est exprimé en masse de produit fini 1. Répartition des ménages selon les variables sociologiques (en %) Nombre de ménages français en 2007 : Nombre et âge des membres du foyer (total 100 %) Jeunes Le prix moyen est calculé en divisant les sommes dépensées par les quantités achetées. Le panel TNS fournit également des indications sur les caractéristiques des ménages. Les variables sociologiques étudiées ici sont la zone d habitation, la classe socioéconomique et la composition du ménage (nombre et âge des individus). La zone d habitation distingue les ménages selon le nombre d de la commune où ils habitent : moins de (zone rurale), entre et , entre et , plus de et l agglomération parisienne. TNS reprend les classes socioéconomiques définies par l INSEE, calculées à partir du revenu et du nombre d individus du ménage. Il y a Célibataires Couples Famille âge moyen seniors jeunes âge moyen seniors trois quatre et plus 7 % 12 % 13 % 6 % 17 % 11% 15 % 19 % Zone d habitation (nombre d de la commune) (total 100 %) < à à > Agglomération parisienne 24 % 23 % 13 % 23 % 17 % Classe socioprofessionnelle (total 100 %) supérieure inférieure 15 % 30 % 40 % 15 % Source : IFIP d après TNS Résumé Les différentes catégories socioprofessionnelles de la population française ont des comportements de consommation différents pour les produits porcins. Les classes de population qui consomment le plus de viande de porc sont en particulier les Résumé ménages aux revenus les plus L arti faibles et les ruraux. Plus un ménage est aisé, moins il consomme de porc frais et de charcuterie mais plus le prix moyen de ses achats augmente. Les jeunes ménages sont nettement moins consommateurs de porc frais et de charcuterie que les classes plus âgées. A l inverse, les seniors apprécient particulièrement la charcuterie à la coupe. 1 A ne pas confondre avec la consommation individuelle estimée par bilan, qui correspond à une masse de produit consommée au travers de l ensemble des circuits (à domicile et hors domicile), exprimée en équivalent carcasse et divisée par l ensemble des individus, qu ils soient consommateurs ou non. Financement INAPORC Vincent LEGENDRE TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP Synthèse 3

2 Les consommateurs les plus modestes achètent davantage de porc que les autres. quatre classes, de la plus à la moins nantie : «aisée», «moyenne supérieure», «moyenne inférieure» et «modeste». La composition du ménage distingue les célibataires, les couples et les familles (3 individus, 4 individus ou plus). En plus, on identifie si le ménage est «jeune» (le responsable des achats a moins de 35 ans), «d âge moyen» (de 35 à 64 ans) ou «senior» (plus de 64 ans). En 2007, la comptait près de 26 millions de ménages. Leur répartition selon les variables sociologiques étudiées est donnée dans l encadré (voir tableaux page précédente). Les indicateurs caractérisant les achats ont été croisés avec les variables sociologiques, afin d analyser la consommation de différentes classes de ménages en porc frais, charcuterie en Libre Service et charcuterie à la coupe. Niveau d achat élevé pour les ménages modestes Pour l ensemble des produits de porc frais et de charcuterie considérés, les prix moyens des achats des consommateurs augmentent avec leur niveau de revenus (Tableau 1). Le prix moyen du jambon cuit acheté par un ménage «modeste» en 2007 s est élevé à 8,3 /kg, contre 12 /kg pour un ménage «aisé». Pour les côtes de porc, les prix moyens s échelonnent entre 5,2 et 6,4 /kg. Tableau 1 : Prix moyen des achats des principaux produits de porc par classe socioéconomique supérieure inférieure ( /kg) Côtes 5,7 6,4 6,0 5,6 5,2 Rôtis 7,7 9,2 8,5 7,3 6,5 Morceaux marinés 8,1 9,9 8,3 7,8 7,4 Morceaux demi-sel 5,5 6,2 5,7 5,3 5,0 Charcuterie ( /kg) Jambon cuit LS 9,9 12,0 10,8 9,5 8,3 Jambon cru LS 17,5 21,9 18,8 16,2 15,0 Lardons LS 6,7 7,9 7,1 6,5 6,0 Saucissons secs LS 10,1 12,4 11,1 9,8 8,7 Saucisses fraîches LS 7,0 8,1 7,4 6,9 6,4 LS: Libre Service Source: IFIP d après TNS La consommation de porc est variable entre les ménages des différentes catégories socioéconomiques. La proportion de ménages acheteurs de porc frais et de charcuterie à la coupe est légèrement inférieur à la moyenne française dans les classes «aisées» et «modestes». La charcuterie en libre Service a quant à elle un taux de pénétration très élevé dans toutes les catégories de consommateurs français (Graphique 1). Les acheteurs de produits de porc sont plus fréquents dans les classes socioéconomiques moyennes. En revanche, s ils sont moins nombreux à acheter du porc, les consommateurs les moins nantis en achètent davantage que les autres. Le niveau de consommation de porc frais va du simple au double entre des ménages «aisés» et «modestes» (de 8 à 16 kg par an) (Graphique 2). Comme pour le porc frais, la consommation des nombreux produits de charcuterie est nettement supérieure chez les ménages aux revenus les plus faibles. Une famille «modeste» achète en un an deux fois plus de charcuterie en Libre-Service qu une famille «aisée» (26 kg contre 12 kg). Les différences sont particulièrement importantes pour le jambon cuit, les lardons, les pâtés et le saucisson sec (Tableau 2). Les niveaux d achat par classe socio-économique sont plus équilibrés pour les rillettes, andouillettes, le boudin et le jambon sec. 100 % supérieure inférieure Libre service Graphique 1 : Taux de pénétration par classe socioéconomique kg par ménage acheteur et par an Libre service supérieure inférieure Graphique 2 : Niveau d achat par classe socioéconomique 4 Synthèse TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP

3 A la coupe, les écarts de niveau d achat sont plus réduits (12 kg par an pour la classe «modeste» contre 9 kg pour les ménages «aisés»). Les familles modestes comptent donc une moindre proportion de consommateurs de porc, mais ils achètent plus que les autres classes, pour des prix moyens inférieurs. D après TNS, en 2007, 40 % du jambon cuit et plus de 50 % du jambon cru achetés en Libre Service en grande distribution l ont été sous forme de produits «économiques» (hard discount, marques «premiers prix» des hypermarchés et des supermarchés). Une consommation plus soutenue en milieu rural La consommation de viande de porc est plus soutenue dans les communes rurales (moins de ) que dans les agglomérations de taille plus importante, tant pour la viande fraîche que pour la charcuterie. Les ménages acheteurs y sont plus fréquents et ils achètent des quantités plus importantes. A l opposé, en région parisienne, la consommation de porc frais et de charcuterie (notamment à la coupe) est beaucoup plus faible que la moyenne (Graphique 3). Tableau 2 : Niveau d achat par classe socioéconomique En kg par ménage acheteur et par an supérieure inférieure Côtes 4,2 2,9 3,8 4,4 5,5 Rôtis 4,3 3,4 4,1 4,5 4,7 Jambon cuit LS 5,8 4,0 5,3 6,3 7,4 Jambon cru LS 1,0 0,9 1,0 1,0 1,2 Pâtés LS 1,9 1,2 1,6 2,0 2,6 Rillettes 1,2 1,0 1,1 1,3 1,4 Lardons LS 2,9 2,0 2,6 3,1 3,5 Saucissons secs LS 2,7 1,8 2,4 2,9 3,5 Saucisses fraîches LS 4,1 2,8 3,6 4,4 5,3 Andouilles et andouillettes LS 1,1 0,9 1,0 1,2 1,3 Boudin LS 1,2 1,2 1,3 1,2 1,3 % kg par ménage acheteur et par an < à < à % des ménages des zones rurales achètent du porc frais, contre 87 % dans les zones peuplées de plus de et 81 % en agglomération parisienne. La consommation annuelle de porc frais par ménage acheteur varie de à > à Nombre d' Source : IFIP d après TNS Libre service Agglomération parisienne Nombre d' Graphique 3 : Pénétration par taille de commune d habitation LS > Graphique 4 : Niveau d achat par taille de commune d habitation 15 kg à la campagne à 9 kg dans la capitale (Graphique 4). Pour les produits de charcuterie, il y a également un gradient décroissant du niveau d achat entre les zones rurales et les grandes villes, à l exception du jambon sec, dont En 2007, 40 % du jambon cuit et plus de 50 % du jambon cru achetés en Libre Service en grande distribution sont des produits «économiques». La consommation de viande de porc est plus soutenue dans les zones rurales. TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP Synthèse 5

4 En kg par ménage acheteur et par an Les jeunes ménages consomment peu de porc, surtout du jambon cuit et des lardons. Tableau 3 : Niveau d achat par taille de commune d habitation < à la consommation est plus homogène (Tableau 3). Un ménage rural achète en moyenne sur un an 7 kg de charcuterie en Libre Service et 6 kg de produits à la coupe de plus qu un ménage parisien. D après l indicateur «métier du chef de famille» de TNS, ce sont les ouvriers et les agriculteurs qui ont le plus fort niveau d achat, pour presque tous les produits de porc frais et de charcuterie. Les jeunes en queue de peloton à Le nombre et l âge des qui composent le ménage influencent aussi la consommation. Les ménages «jeunes» sont proportionnellement moins nombreux que la moyenne à acheter du porc : le taux de pénétration du porc frais et de la charcuterie à > Agglomération parisienne Côtes 4,2 4,8 4,5 4,0 3,7 3,5 Rôtis 4,3 4,9 4,4 4,1 3,9 3,7 Jambon cuit LS 5,8 7,0 5,9 5,5 5,4 5,0 Jambon cru LS 1,0 1,0 1,1 1,0 1,0 1,0 Lardons LS 2,9 3,5 3,0 2,5 2,6 2,4 Saucissons secs LS 2,7 3,1 2,8 2,6 2,5 2,2 Saucisses fraîches LS 7,8 9,2 8,2 7,2 7,4 5,9 Ce sont les ouvriers et les agriculteurs qui achètent le plus de porc frais et de charcuterie. Source : IFIP d après TNS la coupe sont plus faibles chez eux, qu ils soient célibataires ou en couple, que dans les autres catégories (Tableau 4). Leurs niveaux d achats sont extrêmement bas. Ramené par unité de consommation (Voir note du graphique 5), un individu de moins de 35 ans vivant seul ou en couple achète seulement 4 kg de porc frais par an et moins de 3 kg de charcuterie à la coupe, contre respectivement 9 et 6,5 kg pour un membre d une famille de 4 ou plus (Graphique 5). En revanche, les jeunes ménages acheteurs sont plus nombreux pour les produits de charcuterie en Libre Service, en particulier pour le jambon cuit et les lardons. Les jeunes font partie des consommateurs qui achètent le plus de lardons (plus de 2 kg par an pour les jeunes couples, soit un niveau unitaire supérieur à celui des familles avec enfants) (Tableau 5). L observation des niveaux d achat par unité de consommation montre que les célibataires consomment un peu plus de viande de porc marinée que les autres types de ménages. Ces produits ne représentent encore que des volumes faibles, mais leur fort développement est notamment tiré par cette catégorie de population. La consommation de porc frais et de charcuterie des ménages les plus âgés est supérieure à celle des plus jeunes. Ainsi, le taux de pénétration et le niveau moyen d achat d une famille dont l enfant le plus âgé est majeur sont supérieurs à ceux d un ménage dont l aîné a moins de 5 ans. Ce constat soulève la question de l évolution qualitative et quantitative des habitudes de consommation. La consommation d un ménage jeune augmentera t-elle avec le temps, se rapprochant de celle des ménages plus âgés observés ici? Ou alors est-elle fortement marquée par des habitudes propres à la génération du ménage, qui varieront peu? L analyse présentée reste «statique», basée sur l observation d une année ; une analyse «dynamique» de la consommation, la comparant sur des périodes longues, pourrait lui apporter un complément intéressant. En % Tableau 4 : Pénétration selon le nombre et l âge des individus du ménage française jeunes Célibataires Couples Famille âge moyen seniors jeunes âge moyen seniors trois quatre et plus 88,2 67,0 75,0 87,8 86,0 94,6 97,1 91,4 93,5 Ensemble charcuterie 99,8 99,7 99,7 99,3 99,9 100,0 100,0 99,9 99,9 Charcuterie 84,6 57,6 75,3 90,1 70,9 94,0 97,4 85,8 86,4 Charcuterie LS 99,2 99,4 98,3 97,7 99,9 99,6 98,7 99,8 99,8 Jambon cuit LS 91,8 88,5 87,9 84,7 97,3 94,7 84,7 97,2 97,0 Jambon cru LS 68,1 56,8 57,7 55,0 79,9 73,5 64,4 74,3 76,9 Lardons LS 86,2 82,4 74,9 71,1 95,4 90,7 82,2 93,1 95,4 Saucissons secs LS 81,0 66,3 66,7 66,6 89,6 85,2 82,2 89,7 92,1 Source: IFIP d après TNS 6 Synthèse TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP

5 kg par unité de consommation du ménage acheteur et par an (1) Charcuterie Charcuterie LS Les célibataires consomment un peu plus de viande de porc marinée, en fort développement jeunes âge moyen seniors jeunes âge moyen seniors Célibataires Couples Trois Quatre (et plus) Source: IFIP d'après TNS (1) Pour la variable "nombre et âge des individus du ménage", les niveaux d'achat sont exprimés par "unités de consommation" (uc) du ménage, d'après la table de conversion de l'insee: 1UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour chaque adulte (+ de 15 ans) et 0,3 UC pour chaque enfant (- de 15 ans) supplémentaire. Cela permet de comparer la consommation de ménages de tailles différentes. Graphique 5 : Niveau d achat selon le nombre et l âge des individus du ménage Tableau 5 : Niveau d achat selon le nombre et l âge des individus du ménage En kg par unité Célibataires Couples Famille de consommation quatre du ménage acheteur age Jeunes et par an (1) moyen seniors jeunes âge moyen seniors trois et plus (2) Côtes 2,0 2,8 2,9 1,8 3,1 3,1 2,6 2,8 Rôtis 1,5 2,5 2,5 1,6 3,6 3,2 2,8 2,6 Morceaux marinés 0,9 1,1 1,1 0,7 1,0 0,7 0,9 1,0 Morceaux demi-sel 0,9 1,9 2,0 1,2 2,2 2,5 1,6 1,6 Jambon cuit LS 3,0 3,8 2,8 3,6 4,0 2,9 4,0 4,5 Jambon cru LS 0,5 0,8 0,7 0,6 0,8 0,7 0,6 0,6 Lardons LS 1,8 1,8 1,4 2,2 1,8 1,3 1,9 2,2 Saucissons secs LS 1,8 1,9 1,5 1,5 1,9 1,6 1,8 1,8 Saucisses fraîches LS 1,6 2,1 2,2 1,6 3,2 3,0 2,5 2,8 (1) voir graphique 5 ; (2) les chiffres correspondent à un ménage de quatre Source: IFIP d après TNS Les couples seniors achètent plus de charcuterie à la coupe qu en Libre Service, et apprécient les produits traditionnels. La coupe, une affaire de seniors La consommation des seniors, seuls ou en couple, se caractérise en particulier par des achats de charcuterie à la coupe bien plus importants que les autres catégories de ménages (Graphique 5). Les couples seniors représentent même la seule catégorie qui achète plus de produits à la coupe (13 kg par an) qu en Libre Service (10 kg). Le profil des produits qu ils achètent est également différent : leur consommation de charcuterie s oriente essentiellement vers des produits comme les saucisses à cuire, les andouilles et andouillettes et les boudins, tandis qu ils délaissent les lardons et le jambon cuit. Pour ce qui est du porc frais, les seniors représentent les tranches de population qui achètent le plus de porc demi-sel. Les seniors paraissent donc apprécier les produits de porc les plus «traditionnels», qui nécessitent du temps pour les préparer. Conclusion Ce sont généralement les mêmes classes de consommateurs qui achètent le plus de produits de porc frais et de charcuterie. Les taux de pénétration des principaux produits de porc (côtes, rôtis, jambon cuit, lardons, saucissons secs) sont élevés : ils occupent une place importante dans la consommation quotidienne des français. La charcuterie en libre service est ainsi présente dans la quasi-totalité des foyers, notamment du fait de la popularité du jambon cuit. TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP Synthèse 7

6 Les classes de population qui consomment le plus de viande de porc sont en particulier les ménages aux revenus les plus faibles et les ruraux. Marqué par un positionnement compétitif de son prix, le porc frais est une viande accessible à tous. Plus un ménage est aisé, moins il consomme de porc frais et de charcuterie et plus le prix moyen de ses achats augmente. Les jeunes ménages sont nettement moins consommateurs de porc frais et de charcuterie (surtout à la coupe) que les plus âgés. Leurs achats se concentrent sur des produits faciles et rapides à préparer, privilégiant nettement le Libre Service. A l inverse, les seniors apprécient particulièrement la charcuterie à la coupe et les produits qui nécessitent du temps de préparation. Les enseignements que l on peut tirer sur le «profil» des consommateurs de porc ne doivent cependant pas faire oublier que le comportement d achat peut se révéler très variable chez un même individu, selon les situations de consommation. Une observation des caractéristiques des consommateurs et de leur consommation a pour vocation de livrer des éclairages alimentant une réflexion plus opérationnelle. Mieux connaître les consommateurs permet d adapter au mieux l offre et la communication qui leur sont destinés. Contact : Le Porc Par Les Chiffres édition 2008 Les chiffres clés les plus récents de la production porcine (filière, structures, prix), la sélection porcine, les résultats des élevages, le coût des bâtiments, le classement des carcasses, sous forme de tableaux, cartes, graphiques. Tous les prix et coûts pour se repérer tout au long de l année et avoir les derniers chiffres toujours sous la main : un outil indispensable à tous. Un CD contenant le fichier powerpoint des principaux graphiques et schémas complète la brochure ; les visuels présentant les données de chaque maillon de la filière peuvent directement servir à la préparation d interventions techniques. 25 (Brochure + CD Rom) - 52 pages Porc Performances 2007 édition 2008 Les résultats présentés dans la brochure Porc Performances proviennent des chaînes nationales de gestion technique des troupeaux de truies (GTTT), de gestion technicoéconomique (GTE) et de Tableau de bord (TB) qui rassemblent les résultats techniques et économiques des élevages de porcs français. Chaque année, un grand nombre de références sont calculées. Elles produisent les indicateurs indispensables à la conduite de l atelier porcin pages 21 x 29,7 Bon de commande à renvoyer ou à faxer à IFIP-Editions, 149 rue de Bercy PARIS Cedex Fax : Synthèse TechniPorc, Vol. 31, N 4, la revue technique de l IFIP

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Les résultats des élevages de porcs français en 2010

Les résultats des élevages de porcs français en 2010 Les résultats des élevages de porcs français en 10 L année 10 ne restera pas dans les annales. Similaire à 9, elle permet tout juste en moyenne d équilibrer le résultat des éleveurs. Il ne faut pas s y

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de Les conditions de logement des ménages pauvres et très modestes Michel Mouillart (université Paris X, Nanterre) LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de logement dégradées: ils

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES

ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES Données 2010 Etude du secteur des pizzas surgelées Oqali Données 2010-Edition 2011 1 Etude du secteur des pizzas surgelées Oqali Données 2010-Edition 2011 2 SOMMAIRE

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les vacances d été des Français

Les vacances d été des Français Les vacances d été des Français Institut CSA pour RTL Juin 2014 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA pour RTL réalisé par Internet du 10 au 12 juin 2014. Echantillon national représentatif de

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

> ÉDITION mars 2014 DONNÉES 2013. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français

> ÉDITION mars 2014 DONNÉES 2013. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français > ÉDITION mars 2014 DONNÉES 2013 Achats de fruits et légumes frais par les ménages français Rappel Méthodologique Depuis le 1 er janvier 2008 le panel Kantar Worldpanel mesure les achats de 12 000 ménages

Plus en détail

LES ACHATS DE PLATS PRÉPARÉS par les ménages français

LES ACHATS DE PLATS PRÉPARÉS par les ménages français février 2014 numéro3 CONSOMMATION LES ACHATS DE PLATS PRÉPARÉS par les ménages français 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30 30 30 www.franceagrimer.fr

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage CHAPITRE La proximité des magasins Hard Discount : possible avantage concurrentiel 3.1. Le consommateur recherche toujours plus de proximité 90 3.2. L évolution des implantations des magasins Hard Discount

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Revenus fiscaux déclarés par les ménages

Revenus fiscaux déclarés par les ménages 4. FOCUS SUR LES PERSONNES ÂGÉES. Des revenus plutôt favorables pour les ménages âgés L fait partie des départements français relativement favorisés pour les revenus des ménages. Au 27 e rang pour le revenu

Plus en détail

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs.

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs. ETUDE PROFIL Acheteurs à distance Cyber - acheteurs sommaire Pénétration de la vente à distance et du e-commerce Comportement des acheteurs à distance Zoom sur le comportement des Profil des et des Pénétration

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES.

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES. PRINCIPALES ÉVOLUTIO ET MOTEURS DE LA COOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES 30 novembre 2012 Pascale HEBEL Directrice du Département Consommation CCAF 2007:

Plus en détail

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Cet article se propose de donner les premiers chiffres de l enquête barométrique de M@rsouin auprès des foyers bretons (par bretons

Plus en détail

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France 2 mars 2010 SIA Méthodologie Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie Phase 1 : Analyse sectorielle du

Plus en détail

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny LES 9 ZONES DE RENNES Quartiers de ZUS de Iris de Beauregard nord résidentielle centre étendu ouest est ligne gare nord défavorisée sud défavorisée sud résidentielle 1 ZONE NORD RÉSIDENTIELLE La zone est

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

FICHE DE TERRITOIRE BLANCHETTES

FICHE DE TERRITOIRE BLANCHETTES FICHE DE TERRITOIRE BLANCHETTES DEMOGRAPHIE : 4365 habitants sur le territoire dont 2006 hommes et 2359 femmes. Par tranche d âge : Territoire 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 à 74 ans

Plus en détail

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz Correction TD n 4 Math-SES Courbe de Lorenz Objectif du TD : réinvestissement des connaissances de statistiques, étude des inégalités de répartition des revenus disponibles et comparaison avec la répartition

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Centre» n 1

Ville de Rennes. Quartier «Centre» n 1 Ville de Rennes Quartier «Centre» n 1 Le quartier 1 : Centre Colombier champs de Mars Dinan St Malo est composé de trois secteurs : le secteur Cathédrale-Hoche Parlement Parcheminerie Toussaints ; le secteur

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale des Caisses d Allocations Familiales Les bénéficiaires de l APL d le parc de logements-foyers en Ile-de-France

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Les pratiques en amateur

Les pratiques en amateur Direction générale de la création artistique Les pratiques en amateur Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique - Année 2008» Laurent Babé REPERES

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Panel végétaux d'intérieur, d'extérieur, pour le cimetière et les obsèques. Bilan de l année 2013

Panel végétaux d'intérieur, d'extérieur, pour le cimetière et les obsèques. Bilan de l année 2013 Panel végétaux d'intérieur, d'extérieur, pour le cimetière et les obsèques. Bilan de l année 2013 Ordre du jour Introduction 1 Végétaux d ornement dans leur ensemble : un marché en recul. - circuits d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait.

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. DOSSIER DE PRESSE La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. La filière laitière francilienne au cœur de l innovation Né de la volonté de valoriser collectivement la

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES.

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES. PRINCIPALES ÉVOLUTIO ET MOTEURS DE LA COOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES 30 novembre 2012 Pascale HEBEL Directrice du Département Consommation CCAF 2007:

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030. Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services

EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030. Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030 Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services Jean-Gilles Cahn UNE CERTITUDE : LE VIEILLISSEMENT DE

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

PANEL NATIONAL SKI : UN OUTIL D OBSERVATION CONTINUE DE LA DEMANDE DES CLIENTS DES STATIONS DE SPORTS D HIVER.

PANEL NATIONAL SKI : UN OUTIL D OBSERVATION CONTINUE DE LA DEMANDE DES CLIENTS DES STATIONS DE SPORTS D HIVER. PANEL NATIONAL SKI : UN OUTIL D OBSERVATION CONTINUE DE LA DEMANDE DES CLIENTS DES STATIONS DE SPORTS D HIVER. A l origine de la création du Panel National Ski, se trouve le constat de la difficulté des

Plus en détail

95% À partir de septembre 2012, une participation financière sera demandée aux familles pour le transport scolaire de leurs enfants

95% À partir de septembre 2012, une participation financière sera demandée aux familles pour le transport scolaire de leurs enfants À partir de septembre 2012, une participation financière sera demandée aux familles pour le transport scolaire de leurs enfants Jusqu à présent le transport scolaire était gratuit pour tous les élèves

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

la transmission d entreprise en nord-pas de calais

la transmission d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 192 avril 2015 la transmission d entreprise en nord-pas de calais étude prospective sur le potentiel d entreprises à transmettre à horizon de 5 ans 4 projets de transmission sur dix

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Onze domaines professionnels en Ile-de-France. Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers

Onze domaines professionnels en Ile-de-France. Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 260 - Décembre 2005 Emploi Onze domaines professionnels en Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers Entre 1990 et 1999, les effectifs

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Objectifs et politique d investissement

Objectifs et politique d investissement Informations clés pour l investisseur CLARESCO PME P ISIN : FR0011681915 Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les

Plus en détail

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 Projet EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 INTRODUCTION PRESENTATION DES PÉRIMETRES LES QUARTIERS IRIS DEMOGRAPHIE POPULATION 1) Population 2) Structuration de la population par âge 3) Composition

Plus en détail

JORF n 0117 du 21 mai 2009. Texte n 8. DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D

JORF n 0117 du 21 mai 2009. Texte n 8. DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D Le 25 mai 2009 JORF n 0117 du 21 mai 2009 Texte n 8 DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D Le Premier ministre, Sur le rapport du haut-commissaire

Plus en détail

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004. Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie*

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004. Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Revenus et patrimoine 5 Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Le revenu, la catégorie sociale, la localisation géographique, l âge

Plus en détail

Deuxième partie. Cahier 2. Les conditions de logement des ménages pauvres. Le logement des ménages pauvres à bas revenus

Deuxième partie. Cahier 2. Les conditions de logement des ménages pauvres. Le logement des ménages pauvres à bas revenus Deuxième partie Les conditions de logement des ménages pauvres Cahier 2 Le logement des ménages pauvres à bas revenus Les aides au logement: principales évolutions depuis 2001, Pierre Collinet, Chantal

Plus en détail

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Alexia AUBRY IFIP-Institut du porc «L accès aux données pour la recherche & l innovation» Workshop ACTA 8 octobre

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Près d un quart des Français a un projet immobilier dans les mois à venir - 1 Paris, le 18 février 2010 : Depuis 4 ans, le baromètre Orpi-

Plus en détail

Naissances domiciliées et enregistrées

Naissances domiciliées et enregistrées Fécondité et natalité Naissances domiciliées et enregistrées > 30 623 enfants de mères domiciliées à Paris sont nés en 2008. > L âge moyen à la maternité des Parisiennes (32,2 ans) est supérieur en 2008

Plus en détail

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux n 2007, les touristes internationaux ont dépensé 6,8 milliards de F.CFP sur

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

1. L évaluation des stocks

1. L évaluation des stocks Leçon n 5 : Le calcul du coût de revient PLAN DE LA LEÇON : 1. L évaluation des stocks... 1 1.1.Méthode du premier entré, premier sorti... 2 1.2.Méthode du dernier entré, premier sorti...2 1.3.Méthode

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire

Observatoire de la Consommation Alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la Consommation Alimentaire Dossier thématique : Evolution des dépenses pour la restauration hors domicile (RHD) Unité d'economie et Développement rural

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS REEL VALORISATION DE VIANDE ET DES PRODUITS TRANSFORMES A BASE DE PORCS Découpe pour la vente directe Sud de France Montagne Elevage FICHES TECHNIQUES Transformation de produits Cas illustratif réalisé

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2011 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARCOURS DES INTÉRIMAIRES : les intérimaires les plus expérimentés ont été moins

Plus en détail