LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE Cette contribution aborde 3 thèmes : - la réhabilitation des personnes en situation de handicap psychique - la situation à Genève et les obstacles à l intégration - la proposition de deux solutions permettant une réelle intégration dans le monde du travail LES PERSONNES L intégration professionnelle est un aspect des processus de réhabilitation psycho-sociale. La réhabilitation vise à rétablir les droits et les capacités d une personne et à lui permettre de regagner l estime de soi. Elle met l accent sur l intégrité et les forces de la personne. La réhabilitation psycho-sociale se base sur plusieurs principes ( Cnaan R.A. 1988). Les principaux peuvent se décliner ainsi : Les personnes ont le droit et la capacité de participer à la pr ise de décision concernant leur vie. Chaque personne, même fortement handicapée, est capable d améliorer son niveau de fonctionnement. C est la responsabilité du professionnel de développer le niveau d attente que les personnes ont pour eux-mêmes, les aider à se percevoir comme capable de progrès. Une partie des interventions doit viser a changer l environnement plus large de la personne, c'est-à-dire les attitudes et le mode de fonctionne ment qui peut être un obstacle à leur intégration. La réhabilitation psycho-sociale soutient la conviction que le travail, et spécialement l opportunité d aspirer de se réaliser dans un emploi rémunéré est un besoin et une force d intégration. Ces principes doivent se réaliser dans une approche globale de la personne, dans la continuité des soins et de l accompagnement social, qui inclut les domaines du logement, des loisirs, de l accès à la culture, de la participation citoyenne, (1) Par ailleurs, en prenant comme référence la Classification internationale du fonctionnement, de la santé et du handicap de l OMS et la définition du handicap selon L.Gärtner in PNR 45, Sécurité sociale CHSS 1/2005, p.33, nous pouvons définir le handicap comme suit : «il est nécessaire de considérer le handicap comme la résultante de l interaction entre des structures ou des fonctions corporelles déficientes et des facteurs contextuels de l environnement». 2 EXEMPLES : Une personne dont la mobilité est réduite, qui est en chaise roulante, doit pouvoir bénéficier, d une part d un entraînement pour maîtriser sa chaise roulante et d autre part d une adaptation pour accéder à son poste de travail : rampe d accès, couloir suffisamment large dans le bureau. Une personne dont les capacités cognitives (concentration, régularité, organisation, mémoire) et relationnelles sont altérées, avec diagnostic de troubles bipolaires, doit pouvoir bénéficier, d une part, d un processus thérapeutique et d entraînement au travail personnalisé et d une adaptation du poste de travail : support relationnel à l exécution de la tâche, adaptation du temps de travail, attention particulière à la fatigue, à cause du rôle amplificateur des médicaments régulateurs de l humeur, soutien des collègues et de la hiérarchie. (1) Carnet d adresses genevois, troubles psychiques (2004) Grepsy 1

2 A partir de notre expérience professionnelle, nous pouvons dire que la non reconnaissance des limitations ou des incapacités fonctionnelles et relationnelles dans le domaine du handicap psychique diminue les chances de l intégration professionnelle. Même si l objectivation des limitations des capacités est plus difficile à faire reconnaître en santé mentale que dans le domaine de l handicap physique, il est nécessaire de lutter contre les jugements moraux sur ces incapacités, ex : la difficulté de régularité au travail dues aux troubles psychiques persistants est souvent assimilées à un manque de volonté. Ce qui permet des attitudes discriminatoires et d exclusion. Toutes les études récentes sur les abus de prestations dans le domaine des assurances sociales, montrent que ceux dans le domaine de l A.I ne sont pas plus nombreux que ceux dans d autres assurances. Ils sont marginaux par rapport à l ampleur du phénomène d augmentation des cas d inva lidité. LA SITUATION A GENEVE Quelles sont les perspectives de l intégration professionnelle, dans le marché du travail privé et protégé? Plusieurs facteurs jouent un rôle essentiel dans les blocages actuels : L augmentation des besoins La fermeture du marché du travail Les restrictions budgétaires A Genève, en 2004, 5890 personnes sont à l A.I. pour des raisons psychiques ( réf. : statistiques de l OFAS, M. Burri, statisticien, OFAS). Nombre de personnes occupées et de places en atelier protégés et en centre de jour (art.73 de la LAI) en 2002, pour les personnes handicapées psychiques (2) : Nombre de personnes Nombre de places Ateliers protégés Centre de jour jour Total Ainsi le marché du travail et d occupations protégés répond à environ 1/5 ème des besoins supposés. (2) Sources DASS (Département de la santé et de l action sociale) Genève 2

3 L augmentation des personnes souffrant de troubles psychiques est un fait constaté par plusieurs études et recherches. Deux grandes tendances sont observées : les modifications d ordre économique et social et la façon d appréhender et de traiter l handicap psychiques (3). Une grande partie des personnes qui ne trouvent pas de places adéquates se retrouvent soit dans des espaces d errances, la rue, le circuit des lieux de types SDF( Sans Domicile Fixe), le circuit appartement-café-rue, isolé dans leur loge ment ou chez leurs parents, à l hôtel ou dans les squats, soit dans l effet «porte tourna nte». L absence d activité, le désoeuvrement, les sentiments d abandon, les échecs successifs, émoussent le désir et la capacité d investir un projet de travail. Cette situation renforce l altération de la santé et conduit ainsi à des rechutes et à des décompensations successives. C est une hypothèse d explication de la dégradation de la santé psychique. A Genève, il n y a pas eu de recherche sur le nombre de personnes handicapées trava illant dans les entreprises privées et publiques. Par contre, la première étude sur cette question en Suisse a été publiée (4). Elle a mise en évidence que seulement 8% des entreprises emploie au moins une personne handicapée, ce qui représente le 0,8% de l ensemble des emplois salariés de notre pays. L extrapolation du sondage, représentatif auprès de 1600 entreprises, permet de conclure que personnes souffrant d une limitation fonctionnelle ou d une restric tion d activité sont actuellement employées dans une entreprise suisse. Cette proportion est une des plus faible en comparaison avec les pays voisins. En ce qui concerne les obstacles à l engagement, cette recherche précitée met en avant 7 obstacles très importants à l engagement de personnes handicapées : - Niveau d exigence du poste de travail - Nécessité de procéder à des adaptations architecturales - Capacité productive réduite des handicapés - Charge supplémentaire liée à l encadrement - Absentéisme des handicapés - Absence de conseil, de soutien externe - Protection contre les licenciements en cas de mala die Les restrictions budgétaires ou la diminution de la progression des subventions limitent la réponse aux besoins dans le domaine de la réintégration professionnelle. La base de subvention de l OFAS en 2004 était équivalente à celle de Malgré des mécanismes compensatoires sur le nombre de places et l effectif de l encadrement, on peut envisager un effet de pression sur les initiatives pouvant répondre aux besoins des personnes handicapées dans le cadre des art. 73 de la LAI (prestations collectives dans les domaines du travail protégé, de l occupation et du logement). (3) Handicap et invalidité psychique en hausse : éléments d explication d un phénomène (2003) Sécurité sociale CHSS 3/2003, M. Stünzi (4) L intégration professionnelle des personnes handicapées en Suisse (2004) Sécurité sociale CHSS, E.Baumgartner, S.Greiwe, T. Schwarb 3

4 LES SOLUTIONS L organisation du travail exclue la majorité des personnes souffrant d un handicap, en particulier psychique, d une intégration professionnelle. Quelles sont les conditions pour permettre aux personnes concernées de participer à la vie économique? Aujourd hui toutes les recherches dans ce domaine, en particulier le programme national de recherche 45 sur «L Handicap et invalidité» (5), nous indique que les valeurs dominantes en terme de politique économique (concurrence, profit, activité axée sur le rendement et la performance, productivité et croissance à tout prix) provoquent 2 effets majeurs : Un processus de désaffiliation et d exclusion pour les personnes les plus vulnérables, donc en particulier les personnes souffrant de troubles psychiques. Une augmentation des atteintes à la santé, en particulier psychique, liées aux nouvelles formes de l organisation du travail. Nous sommes ainsi dans une société à plusieurs vitesses d intégration. Accepter cette réalité, c est inéluctablement abandonner des personnes dans des situations de souffrance et d errance et qui n auront même plus la force et le désir de rejoindre la communauté de travail. C est un choix politique lourd de conséquence. Quelles sont les solutions pour sortir de cette impasse? Depuis plus de trente ans les mesures envisagées et appliquées étaient incitatives, de promotion de l intégration, d information, de législation qui favorise, sans contrainte pour les employeurs. A Genève la LIPH (6) reprend cette même stratégie. Toutes ces mesures ont échouées dans leur but, c'est-à-dire de faire progresser l intégration. Le fort développement du marché protégé et la crise du budget de l A.I., (le nombre de rentes A.I. a presque doublé en 10 ans, dans le domaine du handicap psychique) en sont la démonstration. Actuellement les solutions envisagées par la 5 ème révision de l A.I. vont dans deux directions : 1) Transfert des charges de la Confédération en direction des cantons, l annonce de la diminution de 10% de rentiers A.I. a déjà produit ses effets à Genève. Les offices A.I. n ont pas attendu que la 5 ème révision de l A.I soit décidée pour appliquer cette mesure. A Genève, le défic it du budget de l assistance publique s est alourdi de 24 millions en 2004 (non remboursement des avances sur les demandes de rentes). 2) Maintien de la capacité résiduelle de gain grâce à de nouvelles mesures de réinsertion. Cette proposition est bien entendue positive, à 2 conditions : «Il faut que l A.I. investisse dans l accompagnement en cours d emploi. Et il faudrait aussi trouver des employeurs offrant ce type d emplois» (7) (5) Handicap et invalidité (2005), L.Gärtner, Sécurité sociale CHSS, PNR 45 (6) Loi sur l intégration des personnes handicapées (K 1 36) Genève (7) Handicap et invalidité (2005) L.Gärtner, Sécurité sociale CHSS, PNR 45 4

5 Avant les nécessaires métamorphoses des valeurs de l économie et de son organisation du travail, si l on ne veut pas aggraver les mécanismes d exclusion des personnes handicapées, 2 propositions peuvent favoriser l intégration dans le marché du travail publique et privé : Une approche par obligation qui impose un quota d engagement de personnes handicapées. Si l entreprise ne réalise pas cette obligation, elle doit payer une taxe destinée à financer des emplois protégés dans le cadre de création d entreprise sociale à vocation d utilité publique ((développe ment du secteur de l économie solidaire). Mettre en place un accompagnement de longue durée sur le lieu même du travail. Genève, avril 2005 Alain RIESEN Ergothérapeute 5

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte A l in intention du Canton de Genève, août 2011 Article 429 CC : placement par le médecin A Genève,

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE 1 LE HANDICAP, UN ATOUT POUR L ENTREPRISE DÉMYSTIFIER LE HANDICAP ET FAVORISER LE MAINTIEN DANS L EMPLOI CONNAITRE LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE ADMINISTRATIVE DU HANDICAP MIEUX CONNAÎTRE LE HANDICAP

Plus en détail

Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève

Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève 1 Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève Révisions de l assurance-invalidité, intervention précoce et réadaptation en cas de malvoyance Natalia Weideli Bacci Directrice

Plus en détail

Accessibilité des locaux recevant du public ERP Une loi.

Accessibilité des locaux recevant du public ERP Une loi. Accessibilité des locaux recevant du public ERP Une loi. Comment apprécier l accessibilité de vos locaux au regard de la loi? La notion de mobilité réduite Toute personne peut voir sa mobilité, son autonomie,

Plus en détail

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Corse Pôle santé et sécurité au travail Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Mise en œuvre de la loi sur l'égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées

Mise en œuvre de la loi sur l'égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées Direction départementale des Territoires Saône-et-Loire Mise en œuvre de la loi sur l'égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées Information auprès

Plus en détail

Des cours pour aider sans s épuiser

Des cours pour aider sans s épuiser Proches aidants FORUM SOCIAL DE LA COTE 2014 Des cours pour aider sans s épuiser Mme N. Droz & M. Vernaz - 6 Septembre 2014 Des cours accessibles pour tous La Croix-Rouge vaudoise accompagne les Proches

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

«Santé mentale, réhabilitation et participation sociale»

«Santé mentale, réhabilitation et participation sociale» Journée de rencontre et d échanges du 25 octobre 2012, CEME - Charleroi Croiser les pratiques et les expertises pour construire une nouvelle solidarité au travail Exposé: «Santé mentale, réhabilitation

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

RAI-Home Care Genève. Dispositif de formation et séquences d enseignement. Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8

RAI-Home Care Genève. Dispositif de formation et séquences d enseignement. Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8 RAI-Home Care Genève Dispositif de formation et séquences d enseignement Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8 la Suisse et ses 26 cantons Allemagne Autriche France Italie la population résidante 8'000'000 7'000'000

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

e-santé à la recherche de modèle économiques viables

e-santé à la recherche de modèle économiques viables e-santé à la recherche de modèle économiques viables La technologie ouvre de nouvelles perspectives séduisantes pour les soins de santé. Toutefois, malgré l arrivée de nombreux nouveaux produits de santé

Plus en détail

Modification du régime d assurance maladie des frontaliers

Modification du régime d assurance maladie des frontaliers Modification du régime d assurance maladie des frontaliers Conséquences pour les travailleurs frontaliers et leurs employeurs Guylaine Riondel Besson Juriste de droit européen de sécurité sociale Cabinet

Plus en détail

Les nouvelles politiques de l emploi et la coordination des systèmes d assurancechômage, d assurance-invalidité et d aide sociale en Europe

Les nouvelles politiques de l emploi et la coordination des systèmes d assurancechômage, d assurance-invalidité et d aide sociale en Europe Les nouvelles politiques de l emploi et la coordination des systèmes d assurancechômage, d assurance-invalidité et d aide sociale en Europe Des Etats sociaux fragmentés Les Etats sociaux européens ont

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 1 6 A V R I L 1 5 Daniel Lampart premier secrétaire et économiste en chef de l USS La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions Les

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

La projection des tendances démographiques conduit

La projection des tendances démographiques conduit Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 25 - Décembre 2012 En Martinique, la population âgée dépendante va doubler d ici 2030 Les Martiniquais de plus de 60 ans seront deux fois plus nombreux

Plus en détail

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises Avis d expert Marc Koffi, Responsable de SIGMA-RH France Le Document Unique : une obligation légale des entreprises En France, le Document Unique (ou Document Unique de Sécurité - DU ou DUS), a été introduit

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Evaluation du placement dans l assuranceinvalidité

Evaluation du placement dans l assuranceinvalidité assurance-invalidité Assurance-invalidité Evaluation du placement dans l assuranceinvalidité Les offices AI sont en mesure d améliorer l efficacité des mesures d ordre professionnel. C est ce que montre

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Alerte à la fatigue, à la somnolence et à l endormissement au volant

Alerte à la fatigue, à la somnolence et à l endormissement au volant Alerte à la fatigue, à la somnolence et à l endormissement au volant Fatigué? Pourquoi se préoccuper de la fatigue au volant? Tous les usagers de la route 6 % d entre eux se sont déjà endormis au volant.

Plus en détail

Cas de discrimination dénoncés en 2012

Cas de discrimination dénoncés en 2012 Cas de discrimination dénoncés en 2012 total: 85 cas 4 5 9 36 Erwerbstätigkeit Privatversicherungen 9 Sozialversicherungen Datenschutzverletzungen 11 11 Ausländerrecht Strafbarkeit Diverses activité lucrative

Plus en détail

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite. NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.fr Qui est concerné? «Toutes les personnes ayant des difficultés

Plus en détail

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier?

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier? d utiliser l escalier est souvent l élément déclenchant, celui L impossibilité qui place l aidant dans une impasse physique et le conduit à demander un placement pour la personne dépendante. De fait, les

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu. Une approche dans la communauté pour la santé psychique

Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu. Une approche dans la communauté pour la santé psychique Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu Une approche dans la communauté pour la santé psychique Message Bien que la psychiatrie de secteur ait développé une importante offre de soins dans la communauté,

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Évaluation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Évaluation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Évaluation évaluation de la situation et des besoins de la personne est au cœur du droit à compensation. Pluridisciplinaire et multidimensionnelle, elle envisage tous

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES SÉANCES DE LOGOPÉDIE POUR LES ENFANTS DONT LE QUOTIENT INTELLECTUEL EST INFÉRIEUR À 86 PAR THOMAS DABEUX ANAHM ASBL 29 OCTOBRE 2014 Des études récentes

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Prestations de l AI et de l AVS

Prestations de l AI et de l AVS la fondation romande des malentendants Prestations de l AI et de l AVS moyens auxiliaires lecture labiale Prestations de l AI et de l AVS pour les personnes malentendantes (état au 01.01.2009) Préambule

Plus en détail

PROJET SPSM Employabilité 2014-2017

PROJET SPSM Employabilité 2014-2017 PROJET SPSM Employabilité 2014-2017 Santé Publique et Santé Mentale: Nouveaux besoins, nouvelles formations, quelle employabilité des usagers en Europe? Partenaire Suisse : Fondation Trajets Edité avec

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

Handicap et Loi sur l accessibilité

Handicap et Loi sur l accessibilité Les nouvelles règles de l accessibilite en application de la loi du 11 fevrier 2005 La loi n 2005-102 du 11 fevrier 2005 Cette loi - pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Plan de la présentation Présentation Contexte Paysage belge de l aide et des soins à domicile Evolution socio-démographique Evolution du système de santé Autres

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Séminaire pré retraite Mars 2015. Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG

Séminaire pré retraite Mars 2015. Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG Séminaire pré retraite Mars 2015 Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG La retraite La cessation d activités professionnelles est un passage, qui nous fait quitter un monde connu, pour un «quelque

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH 7. EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH EN VUE D UN DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES Les questions ci-dessous sont basées sur certains articles de la CIDPH

Plus en détail

MOYENS MOYENS En ce qui concerne les lieux ouverts au public, l'association offre :

MOYENS MOYENS En ce qui concerne les lieux ouverts au public, l'association offre : www.hau ge.ch BUT BUT L'Association HAU a pour but de promouvoir un environnement construit accessible à tous les usagers, y compris les personnes confrontées à des difficultés de mobilité, de perception

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale Sommaire Chiffres clé : l emploi des travailleurs handicapés La politique

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Compact Salary LAMal Assurance d indemnités journalières facultative selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal)

Compact Salary LAMal Assurance d indemnités journalières facultative selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Compact Salary LAMal Assurance d indemnités journalières facultative selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de décembre 2013 Organisme d assurance:

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

Modèle. d accompagnement personnalisé MAP. Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale

Modèle. d accompagnement personnalisé MAP. Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale Modèle d accompagnement personnalisé MAP GUIDE PRATIQUE VERSION 3 Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale Directeur de la publication : Thierry NOUVEL - Responsable

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

dossier presse «Notre plus grand handicap serait d ignorer le leur...» EPP. Sébastien RABANY

dossier presse «Notre plus grand handicap serait d ignorer le leur...» EPP. Sébastien RABANY dossier presse «Notre plus grand handicap serait d ignorer le leur...» EPP. Sébastien RABANY 1. un contexte Non! Cela n arrive pas qu aux autres. Le handicap n a pas d âge et, surtout, il ne touche pas

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

Le chaînon manquant :

Le chaînon manquant : Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la santé des employés Les constatations du Groupe recherche Shepell fgi Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la

Plus en détail

Le modèle "Clubhouse" de réhabilitation psychosociale 1ère partie : Présentation du modèle G. M. Deleu, M. A. Domken / Belgique 01-01-04

Le modèle Clubhouse de réhabilitation psychosociale 1ère partie : Présentation du modèle G. M. Deleu, M. A. Domken / Belgique 01-01-04 Le modèle "Clubhouse" de réhabilitation psychosociale 1ère partie : Présentation du modèle G. M. Deleu, M. A. Domken / Belgique 01-01-04 Près de 300 clubs à travers le monde partagent un modèle appelé

Plus en détail

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be OUVRIERS EMPLOYÉS STATUT entendu? www.abvvmetaal.be le statut de salarié une étape importante Ouvrier vs. Employé Trouvez les nombreuses injustes différences Les différences entre les statuts d ouvrier

Plus en détail

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Montpellier - 2 décembre 2011 La problématique Les troubles

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation De «pair patient» à «pair aidant» : vers de nouvelles fonctions des destinataires de l action médico-sociale? Présentation Association Trait d Union 07.02.2014 Esther Hartmann, Pro Mente Sana Florence

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Le maintien dans l emploi

Le maintien dans l emploi Le maintien dans l emploi Soutien technique et financement Pascale CHOUILLOU Référente de la Cellule de Maintien dans l Emploi et Handicap PROGRAMME APPUI TECHNIQUE PROPOSÉ PAR LE CDG33 Un partenariat

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de DC- SMQ- 010 03/03/2013 V3 Page 1 sur 10 Dossier de candidature à retourner signé et accompagné des pièces demandées. Merci d en parapher chaque page. Joindre votre photo LE CANDIDAT : (Veuillez renseigner

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle.

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. SANTE AU TRAVAIL Consolidation Incapacité CRP 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. Dans 1 cas sur 10, la victime perd une partie de ses capacités fonctionnelles

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel 30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel Fondements Fondements des trois piliers 1 er pilier (AVS AI ) BUT : Couvrir les besoins vitaux 2 ème pilier (Prévoyance professionnelle)

Plus en détail

Le maintien dans l emploi et l insertion professionnelle

Le maintien dans l emploi et l insertion professionnelle Le maintien dans l emploi et l insertion professionnelle Enjeu permettre au salarié de surmonter ses limitations fonctionnelles et de reprendre progressivement ses activités 1 Comment? 1. En limitant autant

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-invalidité

Loi fédérale sur l assurance-invalidité Délai référendaire: 15 octobre 1998 Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) Modification du 26 juin 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 25 juin

Plus en détail

Frais de maladie et déductions aux impôts

Frais de maladie et déductions aux impôts Frais de maladie et déductions aux impôts 1 Pour les personnes malades ou souffrant de handicap, remplir une déclaration d impôt est souvent compliqué, beaucoup de frais sont en effet déductibles. Mais

Plus en détail

Gestion du stress. WEKA Business Dossier. Stratégies de maîtrise du stress. Avantages immédiats. Thèmes du dossier. Succès & carrière.

Gestion du stress. WEKA Business Dossier. Stratégies de maîtrise du stress. Avantages immédiats. Thèmes du dossier. Succès & carrière. WEKA Business Dossier Stratégies de maîtrise du stress Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances Avantages immédiats Vous savez: que votre

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Réussir la réadaptation par une approche intégrée

Réussir la réadaptation par une approche intégrée Réussir la réadaptation par une approche intégrée Conférence présentée par François Laflamme M.A., c.o., PRE Président L approche intégrée Une utopie? Approche traditionnelle : fonctionnement en silos

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. DROIT Et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. DROIT Et ÉCONOMIE SESSION 2015 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT Et ÉCONOMIE Le sujet comporte 7 pages numérotées de 1/7

Plus en détail

M 1743. Secrétariat du Grand Conseil

M 1743. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil M 1743 Proposition présentée par les députés: MM. Eric Stauffer, Roger Golay, Sébastien Brunny, Henry Rappaz, Thierry Cerutti Date de dépôt: 19 février 2007 Messagerie Proposition

Plus en détail