Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes"

Transcription

1 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes pour s engager dans de nouvelles formes d accumulation primitive. Les entreprises internationales qui externalisent des centaines de milliers d emplois dans des pays à faible revenu ont dû mettre au point des schémas d organisation complexes avec l aide d experts très talentueux et très onéreux. Dans quel but? Pour profiter d un maximum de main-d œuvre au prix le plus bas possible, y compris du personnel non qualifié qui serait plutôt bon marché également dans les pays développés. L élément insidieux est qu en réalité ces millions de centimes économisés se transforment en profits pour les actionnaires. La finance a créé l un des instruments financiers les plus compliqués afin de récupérer les maigres économies des foyers modestes en leur offrant des crédits pour des biens dont ils n ont peut-être pas besoin et, encore plus grave, en leur faisant miroiter la possibilité de posséder une maison. Le but est d obtenir le plus de porteurs de cartes de crédit et de créances hypothécaires possible afin d en faire des instruments d investissement. Que ces personnes paient ou non leur hypothèque ou leur carte de crédit importe moins que d obtenir un certain nombre de prêts formant des «produits d investissement». L investisseur n est alors plus dépendant de la capacité des personnes à rembourser leur prêt ou leur hypothèque. À l aide de séquences de «produits» incroyablement complexes, les investisseurs ont réalisé des milliards et des milliards de profits sur le dos de foyers à revenus modestes. Ceci est la logi-

2 21 que de financiarisation dominante depuis que nous sommes entrés dans l ère néolibérale des années Ainsi, aux États-Unis qui est le point zéro de ces formes d accumulation primitive, propriétaires fonciers par jour, en moyenne, perdent leur maison par saisie. On estime que 10 à 12 millions de foyers américains seront incapables de rembourser leur hypothèque ces quatre prochaines années et, dans les conditions actuelles, perdront leur maison. Ceci est une forme brutale d accumulation primitive : se voyant offrir la possibilité (plutôt un mirage, un mensonge) de posséder une maison, les foyers à revenus modestes utiliseront cependant leurs petites économies ou futurs revenus comme apport. Ce type de complexité destiné à retirer une forme de valeur ajoutée à quelque niveau que ce soit (petits et modestes ou gros et riches) explique aussi pourquoi notre système financier est en crise permanente. Ainsi, ce que nous appelons une crise fait en réalité partie du processus de capitalisme financiarisé : la machine continue à tourner. La financiarisation d un nombre croissant de secteurs, constatée depuis les années 80, est devenue à la fois un signe de puissance de cette logique financière et un signe de son épuisement. Lorsque tout a été financiarisé, la finance ne peut plus en tirer profit. Elle a besoin de secteurs non financiarisés pour avancer. La dernière frontière est l argent des contribuables, de l argent réel, démodé, non financiarisé. Le capitalisme financiarisé a atteint les limites de sa propre logique Il a extrêmement bien réussi à tirer profit de tous les secteurs économiques grâce à leur financiarisation. Il a pénétré une telle partie de chaque économie nationale, notamment dans le monde très développé, que les parties de l économie dans lesquelles il peut aller puiser du capital non financier aux fins de sa propre survie sont devenues trop petites pour offrir la quantité de capital nécessaire à la sauvegarde du système financier. La valeur globale des actifs financiers (à savoir la dette) à travers le monde en septembre 2008, période d explosion de la crise, était trois fois et demie supérieure (160 billions de dollars) à la valeur du PIB mondial. Le système financier ne peut être sauvé en puisant dans l argent que nous avons. Ceci révèle à son tour les abus extrêmes d économies entières, rendus possibles par des formes extrêmes de financiarisation. Avant la «crise» actuelle par exemple, la valeur des actifs financiers américains avait atteint 450 % du PIB (Rapport McKinley 2008), soit 4 fois et demie le PIB. Dans l Union européenne elle représentait 356 % du PIB. Plus généralement, le nombre de pays où les actifs financiers dépassent la valeur de leur produit national brut a plus que doublé, passant de 33 en 1990 à 72 en Outre la question de savoir si nous voulons vivre dans une économie capitaliste, même les économies capitalistes n ont pas besoin d actifs financiers qua- Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

3 22 tre fois supérieurs à la valeur du PIB. De ce fait, même dans une logique capitaliste, donner plus de fonds au secteur financier afin de résoudre la «crise» financière ne fonctionnera pas. Cela ne fera que poursuivre le tourbillon des économies capitalistes. La financiarisation européenne s est développée plus rapidement qu aux États-Unis au cours de cette dernière décennie, en particulier parce qu elle a commencé de plus bas, progressant à un taux de croissance annuel moyen de 4,4 % de 1996 à 2006, contre 2,8 % aux États Unis. Nous pourrions aussi décrire la situation où nous nous trouvons, au vu des différents ordres de grandeur utilisés respectivement dans la banque et la finance. Ainsi, en septembre 2008, lorsque la phase actuelle de la crise a éclaté au grand jour, la valeur des actifs bancaires s élevait à plusieurs billions de dollars, mais la valeur totale des contrats d échange sur défaut la goutte qui a fait déborder le vase était de presque 60 billions de dollars, plus que le PIB mondial ; il s agissait des dettes et l argent n était pas là. De manière générale, et pour donner un sens aux ordres de grandeur créés par le système financier au cours des deux dernières décennies, la valeur totale des dérivés (une forme de dette), qui est l instrument financier le plus courant, s élevait à plus de 600 billions de dollars. Les actifs financiers ont progressé bien plus rapidement que tout autre secteur économique. Ces chiffres montrent que nous sommes maintenant dans une situation extrême mais qui n est pas anormale ni n a été créée par des facteurs exogènes, comme le suggère la notion de «crise». Il s agit du mode de fonctionnement normal de ce type de système financier particulier. Et chaque fois que nous avons renfloué le système financier depuis la première crise de cette phase, le krach boursier de New York en 1987, nos gouvernements ont donné à la finance les moyens de continuer sa ruée vers l endettement. Cinq renflouements ont eu lieu depuis les années 1980, décennie au cours de laquelle la nouvelle phase financière a décollé. Chaque fois, l argent des contribuables a servi à injecter des liquidités dans le système financier. Et chaque fois, la finance l a utilisé pour augmenter son ratio d endettement. La fin de la corne d abondance est proche : nous avons épuisé tout notre argent pour répondre aux énormes besoins du système financier. L un des défis majeurs que nous devons relever afin de sortir du capitalisme actuel est de définanciariser nos économies. Le niveau d endettement des États-Unis est aujourd hui plus élevé que lors de la dépression des années Leur dette était d environ 150 % du PIB en 1929 et de 260 % en En septembre 2008, la dette restant due dans le cadre des contrats d échange sur défaut, un produit typiquement américain (et un seul type de dette) atteignait plus de 400 % du PIB. Globalement, la valeur de la dette en septembre 2008 était de 160 billions (soit 3 fois le PIB mondial) et la valeur des dérivés restant dus de 640 billions de dollars, un chiffre presque inconcevable qui représente quatorze fois le PIB de tous les pays du monde.

4 23 Une définanciarisation nécessitera de se concentrer sur des faits fondamentaux. Le chômage mondial est actuellement estimé à 50 millions, ce qui est dramatique pour les personnes concernées. Mais cela montre aussi combien ce chiffre est limité face aux 2 milliards de personnes en grande pauvreté dans le monde. Toutefois, considérant le nombre de «postes» qui seraient créés s il existait un système destiné à héberger et nourrir ces 2 milliards de personnes, le monde aurait besoin que ces 50 millions de chômeurs actuels travaillent, plus encore un milliard de travailleurs. Notre crise financière pourrait-elle favoriser le passage vers un nouveau type d ordre social? Elle pourrait nous aider à nous recentrer sur ce qui doit être fait pour héberger tous ces gens, nettoyer notre eau, rendre nos bâtiments et nos villes écologiques, développer une agriculture durable, y compris l agriculture urbaine, offrir des soins médicaux à chacun, etc. Elle emploierait tous ceux qui veulent travailler. Au vu de tout le travail nécessaire, la notion de chômage de masse a peu de sens. L Histoire suggère qu une économie de marché dictée par la maximisation des profits ne nous y conduit pas. Mais elle nous montre aussi que l association de marché et d État-providence fort a déjà fait ses preuves, comme c est le cas dans les pays scandinaves. Même si ces sociétés deviennent elles aussi plus inégales, elles disposent d une base solide en deçà de laquelle les autorités ne laisseront pas tomber la population. Pour accomplir le travail qui doit être fait, il est nécessaire d entrer dans un espace économique radicalement différent de celui de la haute finance. Par exemple, le débat actuellement mené en Europe occidentale et aux États-Unis sur la sauvegarde du système financier ne semble envisager qu une solution financière. Dans le monde où nous vivons, les solutions financières impliquent des billions, plusieurs billions de dollars, d euros ou de livres sterling. Mais la croissance de nos économies requiert (seulement) des milliards. Même dans un vaste pays comme les États-Unis, la vision de la crise en termes d économie s envisage en milliards et non en billions comme dans la haute finance. De plus, les États-Unis démarrent d assez bas, d une économie où un tiers des lieux de travail sont en dessous de la norme, ce qui place le pays en 47 e position pour les accidents du travail, y compris mortels. Ses infrastructures se classent entre le médiocre et le mauvais. En 2007, par exemple, 26 % des ponts de la nation étaient jugés structurellement déficients ou fonctionnellement obsolètes : 20 milliards de dollars seraient nécessaires pour les réparer. En revanche, nous avons prêté 8 billions de dollars à nos banques et cela n a rien changé à la crise financière. Même les besoins basiques des États-Unis pour la modernisation de leurs médiocres infrastructures sont de l ordre de milliards de dollars, non de billions. Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

5 24 Ces dernières décennies, nous avons eu la technologie nécessaire pour éradiquer des maladies touchant des millions de personnes et la capacité de produire assez de denrées alimentaires pour nourrir tout le monde. Mais, en réalité, c est le contraire qui s est passé : des millions de personnes meurent de maladies évitables et encore davantage souffrent de la famine. La pauvreté s est encore plus radicalisée : autrefois, être pauvre signifiait avoir un lopin de terre qui ne produisait pas plus. Aujourd hui, c est n avoir plus que son corps. Ce type de pauvreté radicale se voit dans le tiers-monde mais aussi dans les pays riches. Nous avons assisté au renforcement des inégalités, avec une nouvelle classe de super-riches au niveau mondial et l appauvrissement des anciennes classes moyennes. La maximisation des profits est la logique dominante (groupes pharmaceutiques et producteurs d aliments constitués en sociétés). Le renforcement de la financiarisation des économies de marché ces vingt dernières années n a fait qu accentuer les effets négatifs de cette logique de maximisation des profits.

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Banque Crésus versus Famille Fernandez

Banque Crésus versus Famille Fernandez Banque Crésus versus Famille Fernandez Par Éric Toussaint Pas facile de se mettre dans la peau des dirigeants d une grande banque, que ce soit un grand actionnaire ou un haut dirigeant nommé, pour comprendre

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Investir dans le Royaume de Dieu

Investir dans le Royaume de Dieu Investir dans le Royaume de Dieu Alliance-CH SA -2 mai 2013 Présentation: Kurt BUEHLMANN, président du CA Olivier de TRIBOLET, membre du CA 1 Quel est le rôle d Alliance-CH SA? Développement de stratégies

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité Robert Reich 6 mai 2012 La victoire de François Hollande n

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

LA CREATION DE L ARGENT ET L ILLUSION DE RICHESSE

LA CREATION DE L ARGENT ET L ILLUSION DE RICHESSE LA CREATION DE L ARGENT ET L ILLUSION DE RICHESSE Ce colosse, qu est le système financier mondial actuel, traverse une mauvaise passe et menace d imploser. L enchevêtrement d accords financiers et de dérivés

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

«Tout le problème avec la dette n est pas son niveau absolu. C est la capacité du pays à rembourser et avec quoi. Avec les programmes d ajustement structurel destinés à fournir des capitaux pour payer

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent

DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent Communiqué de presse Pour diffusion immédiate DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent MONTRÉAL, 26 FÉVRIER 2009 De l avis presque

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES. 10 décembre 2014

RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES. 10 décembre 2014 RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES 10 décembre 2014 ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER «LE MONDE D APRÈS» OLIVIER GARNIER Chef économiste DU MONDE D AVANT AU MONDE D APRÈS Quatre grandes ruptures : Modèle

Plus en détail

Etat des lieux du crédit à la consommation en France

Etat des lieux du crédit à la consommation en France Etat des lieux du crédit à la consommation en France Un marché en cours de mutation? Référence du document : Athling_Crédit à la consommation en France_121018_App.ppt 21 octobre 2012 Page 1 Qui a dit?

Plus en détail

Les sirènes du crédit facile

Les sirènes du crédit facile Les sirènes du crédit facile En cette période de crise du pouvoir d achat, il est fort tentant de recourir au crédit pour joindre les deux bouts avec, à la clé, le risque de souscrire un crédit inadapté?

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable Petit-Matin RH Adecco : «Les défis d avenir de la gestion des ressources humaines» par Florent Francoeur, CRHA Le premier Petit-Matin RH 2013 organisé par Adecco s est déroulé le 21 février dernier au

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU PAGE 1 ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES 2015 EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU Déclarations prospectives PAGE 2 Certains renseignements et déclarations contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Sebastian Dullien On pourrait presque avoir l impression que le déroulement de la crise économique et financière mondiale

Plus en détail

Occasions d'affaires au Canada

Occasions d'affaires au Canada Occasions d'affaires au Canada Richard Nesbitt Premier vice-président à la direction, Banque CIBC et chef de groupe, Services bancaires de gros, Opérations internationales et Technologie et opérations

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

«Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014

«Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014 «Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014 l Algérie, Une économie riche à fort potentiel Salim BRANKI Directeur d études chragé de la promotion

Plus en détail

LES COOPÉRATIVES DE CRÉDIT ET LES BANQUES COOPÉRATIVES : LE CAS ISRAÉLIEN

LES COOPÉRATIVES DE CRÉDIT ET LES BANQUES COOPÉRATIVES : LE CAS ISRAÉLIEN L économie sociale dans le monde LES COOPÉRATIVES DE CRÉDIT ET LES BANQUES COOPÉRATIVES : LE CAS ISRAÉLIEN par Zvi Galor ( * ) (*) Zvi Galor est directeur académique de l Institut international Histadrout

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere.

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere. DISCOURS DE L INVITE D HONNEUR, SON EXCELLENCE, JAKAYA MRISHO KIKWETE, LE PRESIDENT DE LA REPUBIQUE-UNIE DE LA TANZANIE LORS DE L OUVERTURE OFFICIELLE DE LA 36è CONFERENCE ANNUELLE ET L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Qu est-ce que l économie?

Qu est-ce que l économie? PAGE 6 Qu est-ce que l économie? Quelle est la différence entre la microéconomie (du grec micro = petit) et la macroéconomie (du grec macro = grand)? La première étudie les interactions à l échelle des

Plus en détail

Examen des politiques agricoles du Mexique

Examen des politiques agricoles du Mexique Examen des politiques agricoles du Série : Note d information sur les travaux de l OCDE ayant un intérêt pour le Canada Contexte et aperçu agriculteurs de subsistance, ainsi que par des enjeux critiques

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

dans quelles mains? Détention de la dette grecque au 1/7/2011 (en Md )

dans quelles mains? Détention de la dette grecque au 1/7/2011 (en Md ) éclairage Où en est la dette grecque? Olivier Berruyer Actuaire Si la crise de l euro dépasse désormais le cas strict de l endettement public grec, il n est pas inutile de revenir sur ce cas spécifique

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Fiche n 2 - Les mécanismes de l investissement immobilier

Fiche n 2 - Les mécanismes de l investissement immobilier Economie territoriale et urbaine FICHE N 2 DÉCEMBRE 2010 Les mécanismes de l investissement immobilier L a s é r i e «Economie territoriale et urbaine» a pour but de faire connaître, de diffuser et de

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis PROTÉGER votre vie, votre santé et vos acquis INVESTIR ÉPARGNER, ET MAXIMISER le rendement de vos placements Un rêve accessible grâce au Portefeuille de sécurité financière SOMMUM MD Carrière prometteuse,

Plus en détail

TEXTE EXPLICATION RAPIDE

TEXTE EXPLICATION RAPIDE OUTILS TEXTE EXPLICATION RAPIDE PATCHS : Idéalement 1 paquet de chaque + paquet démo de ICEWAVE + ENERGY FEUILLE Recto-verso «EXPLICATION RAPIDE» INTRO EAU Vous pouvez commander les patchs, AU TARIF CLIENT,

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

La dette publique, le verrou à faire sauter. Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

La dette publique, le verrou à faire sauter. Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org La dette publique, le verrou à faire sauter Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Nord / Sud, même combat Depuis 1982, crise de la dette du tiersmonde et politiques

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail