Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes"

Transcription

1 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes pour s engager dans de nouvelles formes d accumulation primitive. Les entreprises internationales qui externalisent des centaines de milliers d emplois dans des pays à faible revenu ont dû mettre au point des schémas d organisation complexes avec l aide d experts très talentueux et très onéreux. Dans quel but? Pour profiter d un maximum de main-d œuvre au prix le plus bas possible, y compris du personnel non qualifié qui serait plutôt bon marché également dans les pays développés. L élément insidieux est qu en réalité ces millions de centimes économisés se transforment en profits pour les actionnaires. La finance a créé l un des instruments financiers les plus compliqués afin de récupérer les maigres économies des foyers modestes en leur offrant des crédits pour des biens dont ils n ont peut-être pas besoin et, encore plus grave, en leur faisant miroiter la possibilité de posséder une maison. Le but est d obtenir le plus de porteurs de cartes de crédit et de créances hypothécaires possible afin d en faire des instruments d investissement. Que ces personnes paient ou non leur hypothèque ou leur carte de crédit importe moins que d obtenir un certain nombre de prêts formant des «produits d investissement». L investisseur n est alors plus dépendant de la capacité des personnes à rembourser leur prêt ou leur hypothèque. À l aide de séquences de «produits» incroyablement complexes, les investisseurs ont réalisé des milliards et des milliards de profits sur le dos de foyers à revenus modestes. Ceci est la logi-

2 21 que de financiarisation dominante depuis que nous sommes entrés dans l ère néolibérale des années Ainsi, aux États-Unis qui est le point zéro de ces formes d accumulation primitive, propriétaires fonciers par jour, en moyenne, perdent leur maison par saisie. On estime que 10 à 12 millions de foyers américains seront incapables de rembourser leur hypothèque ces quatre prochaines années et, dans les conditions actuelles, perdront leur maison. Ceci est une forme brutale d accumulation primitive : se voyant offrir la possibilité (plutôt un mirage, un mensonge) de posséder une maison, les foyers à revenus modestes utiliseront cependant leurs petites économies ou futurs revenus comme apport. Ce type de complexité destiné à retirer une forme de valeur ajoutée à quelque niveau que ce soit (petits et modestes ou gros et riches) explique aussi pourquoi notre système financier est en crise permanente. Ainsi, ce que nous appelons une crise fait en réalité partie du processus de capitalisme financiarisé : la machine continue à tourner. La financiarisation d un nombre croissant de secteurs, constatée depuis les années 80, est devenue à la fois un signe de puissance de cette logique financière et un signe de son épuisement. Lorsque tout a été financiarisé, la finance ne peut plus en tirer profit. Elle a besoin de secteurs non financiarisés pour avancer. La dernière frontière est l argent des contribuables, de l argent réel, démodé, non financiarisé. Le capitalisme financiarisé a atteint les limites de sa propre logique Il a extrêmement bien réussi à tirer profit de tous les secteurs économiques grâce à leur financiarisation. Il a pénétré une telle partie de chaque économie nationale, notamment dans le monde très développé, que les parties de l économie dans lesquelles il peut aller puiser du capital non financier aux fins de sa propre survie sont devenues trop petites pour offrir la quantité de capital nécessaire à la sauvegarde du système financier. La valeur globale des actifs financiers (à savoir la dette) à travers le monde en septembre 2008, période d explosion de la crise, était trois fois et demie supérieure (160 billions de dollars) à la valeur du PIB mondial. Le système financier ne peut être sauvé en puisant dans l argent que nous avons. Ceci révèle à son tour les abus extrêmes d économies entières, rendus possibles par des formes extrêmes de financiarisation. Avant la «crise» actuelle par exemple, la valeur des actifs financiers américains avait atteint 450 % du PIB (Rapport McKinley 2008), soit 4 fois et demie le PIB. Dans l Union européenne elle représentait 356 % du PIB. Plus généralement, le nombre de pays où les actifs financiers dépassent la valeur de leur produit national brut a plus que doublé, passant de 33 en 1990 à 72 en Outre la question de savoir si nous voulons vivre dans une économie capitaliste, même les économies capitalistes n ont pas besoin d actifs financiers qua- Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

3 22 tre fois supérieurs à la valeur du PIB. De ce fait, même dans une logique capitaliste, donner plus de fonds au secteur financier afin de résoudre la «crise» financière ne fonctionnera pas. Cela ne fera que poursuivre le tourbillon des économies capitalistes. La financiarisation européenne s est développée plus rapidement qu aux États-Unis au cours de cette dernière décennie, en particulier parce qu elle a commencé de plus bas, progressant à un taux de croissance annuel moyen de 4,4 % de 1996 à 2006, contre 2,8 % aux États Unis. Nous pourrions aussi décrire la situation où nous nous trouvons, au vu des différents ordres de grandeur utilisés respectivement dans la banque et la finance. Ainsi, en septembre 2008, lorsque la phase actuelle de la crise a éclaté au grand jour, la valeur des actifs bancaires s élevait à plusieurs billions de dollars, mais la valeur totale des contrats d échange sur défaut la goutte qui a fait déborder le vase était de presque 60 billions de dollars, plus que le PIB mondial ; il s agissait des dettes et l argent n était pas là. De manière générale, et pour donner un sens aux ordres de grandeur créés par le système financier au cours des deux dernières décennies, la valeur totale des dérivés (une forme de dette), qui est l instrument financier le plus courant, s élevait à plus de 600 billions de dollars. Les actifs financiers ont progressé bien plus rapidement que tout autre secteur économique. Ces chiffres montrent que nous sommes maintenant dans une situation extrême mais qui n est pas anormale ni n a été créée par des facteurs exogènes, comme le suggère la notion de «crise». Il s agit du mode de fonctionnement normal de ce type de système financier particulier. Et chaque fois que nous avons renfloué le système financier depuis la première crise de cette phase, le krach boursier de New York en 1987, nos gouvernements ont donné à la finance les moyens de continuer sa ruée vers l endettement. Cinq renflouements ont eu lieu depuis les années 1980, décennie au cours de laquelle la nouvelle phase financière a décollé. Chaque fois, l argent des contribuables a servi à injecter des liquidités dans le système financier. Et chaque fois, la finance l a utilisé pour augmenter son ratio d endettement. La fin de la corne d abondance est proche : nous avons épuisé tout notre argent pour répondre aux énormes besoins du système financier. L un des défis majeurs que nous devons relever afin de sortir du capitalisme actuel est de définanciariser nos économies. Le niveau d endettement des États-Unis est aujourd hui plus élevé que lors de la dépression des années Leur dette était d environ 150 % du PIB en 1929 et de 260 % en En septembre 2008, la dette restant due dans le cadre des contrats d échange sur défaut, un produit typiquement américain (et un seul type de dette) atteignait plus de 400 % du PIB. Globalement, la valeur de la dette en septembre 2008 était de 160 billions (soit 3 fois le PIB mondial) et la valeur des dérivés restant dus de 640 billions de dollars, un chiffre presque inconcevable qui représente quatorze fois le PIB de tous les pays du monde.

4 23 Une définanciarisation nécessitera de se concentrer sur des faits fondamentaux. Le chômage mondial est actuellement estimé à 50 millions, ce qui est dramatique pour les personnes concernées. Mais cela montre aussi combien ce chiffre est limité face aux 2 milliards de personnes en grande pauvreté dans le monde. Toutefois, considérant le nombre de «postes» qui seraient créés s il existait un système destiné à héberger et nourrir ces 2 milliards de personnes, le monde aurait besoin que ces 50 millions de chômeurs actuels travaillent, plus encore un milliard de travailleurs. Notre crise financière pourrait-elle favoriser le passage vers un nouveau type d ordre social? Elle pourrait nous aider à nous recentrer sur ce qui doit être fait pour héberger tous ces gens, nettoyer notre eau, rendre nos bâtiments et nos villes écologiques, développer une agriculture durable, y compris l agriculture urbaine, offrir des soins médicaux à chacun, etc. Elle emploierait tous ceux qui veulent travailler. Au vu de tout le travail nécessaire, la notion de chômage de masse a peu de sens. L Histoire suggère qu une économie de marché dictée par la maximisation des profits ne nous y conduit pas. Mais elle nous montre aussi que l association de marché et d État-providence fort a déjà fait ses preuves, comme c est le cas dans les pays scandinaves. Même si ces sociétés deviennent elles aussi plus inégales, elles disposent d une base solide en deçà de laquelle les autorités ne laisseront pas tomber la population. Pour accomplir le travail qui doit être fait, il est nécessaire d entrer dans un espace économique radicalement différent de celui de la haute finance. Par exemple, le débat actuellement mené en Europe occidentale et aux États-Unis sur la sauvegarde du système financier ne semble envisager qu une solution financière. Dans le monde où nous vivons, les solutions financières impliquent des billions, plusieurs billions de dollars, d euros ou de livres sterling. Mais la croissance de nos économies requiert (seulement) des milliards. Même dans un vaste pays comme les États-Unis, la vision de la crise en termes d économie s envisage en milliards et non en billions comme dans la haute finance. De plus, les États-Unis démarrent d assez bas, d une économie où un tiers des lieux de travail sont en dessous de la norme, ce qui place le pays en 47 e position pour les accidents du travail, y compris mortels. Ses infrastructures se classent entre le médiocre et le mauvais. En 2007, par exemple, 26 % des ponts de la nation étaient jugés structurellement déficients ou fonctionnellement obsolètes : 20 milliards de dollars seraient nécessaires pour les réparer. En revanche, nous avons prêté 8 billions de dollars à nos banques et cela n a rien changé à la crise financière. Même les besoins basiques des États-Unis pour la modernisation de leurs médiocres infrastructures sont de l ordre de milliards de dollars, non de billions. Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

5 24 Ces dernières décennies, nous avons eu la technologie nécessaire pour éradiquer des maladies touchant des millions de personnes et la capacité de produire assez de denrées alimentaires pour nourrir tout le monde. Mais, en réalité, c est le contraire qui s est passé : des millions de personnes meurent de maladies évitables et encore davantage souffrent de la famine. La pauvreté s est encore plus radicalisée : autrefois, être pauvre signifiait avoir un lopin de terre qui ne produisait pas plus. Aujourd hui, c est n avoir plus que son corps. Ce type de pauvreté radicale se voit dans le tiers-monde mais aussi dans les pays riches. Nous avons assisté au renforcement des inégalités, avec une nouvelle classe de super-riches au niveau mondial et l appauvrissement des anciennes classes moyennes. La maximisation des profits est la logique dominante (groupes pharmaceutiques et producteurs d aliments constitués en sociétés). Le renforcement de la financiarisation des économies de marché ces vingt dernières années n a fait qu accentuer les effets négatifs de cette logique de maximisation des profits.

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK Pour publication immédiate : 6 janvier 2014 LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK L État passe

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) 08 avril 2016 Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Chapitre 1 Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Contenu Le volume III rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements...

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) ACADÉMIE EDGEPOINT La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Allocution de Gerry McCaughey, président et chef de la direction Assemblée générale annuelle de la Banque CIBC Montréal (Québec) Le 24 avril 2014

Allocution de Gerry McCaughey, président et chef de la direction Assemblée générale annuelle de la Banque CIBC Montréal (Québec) Le 24 avril 2014 Allocution de Gerry McCaughey, président et chef de la direction Assemblée générale annuelle de la Banque CIBC Montréal (Québec) Le 24 avril 2014 Bonjour Mesdames et Messieurs, Au nom des quelque 43 000

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de schéma d aménagement et de développement

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne.

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. En janvier 2009, la Commission européenne a publié sa «Communication Copenhague». Ce texte

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2015 1

Résultats du troisième trimestre 2015 1 Résultats du troisième trimestre 1 Luxembourg, le 5 novembre Faits marquants Taux de fréquence en matière de santé et sécurité 2 de 1,2 au troisième trimestre, contre 0,8 au deuxième trimestre. Expéditions

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE)

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) Madrid, 20 Juillet 2015 ----------------------------------------- Intervention de Monsieur Ali HADDAD Président

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Budget de capital 2016-2017. L hon. Roger Melanson, ministre des Finances. Nouveau-Brunswick

Budget de capital 2016-2017. L hon. Roger Melanson, ministre des Finances. Nouveau-Brunswick Budget de capital 2016-2017 L hon. Roger Melanson, ministre des Finances Nouveau-Brunswick Monsieur le président, j ai le plaisir de prendre la parole à la Chambre aujourd hui au moment de déposer le budget

Plus en détail

Colbert et le secret de la Licorne

Colbert et le secret de la Licorne Colbert et le secret de la Licorne Le célèbre ministre de Louis XIV est devenu le symbole de l interventionnisme de l Etat, l animal légendaire sert d image pour désigner dans le jargon de la Silicon Valley

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

Ce numéro de la revue transform! franchit une étape nouvelle dans son

Ce numéro de la revue transform! franchit une étape nouvelle dans son 6 éditorial Dominique Crozat Ce numéro de la revue transform! franchit une étape nouvelle dans son ancrage européen. Non seulement elle est maintenant publiée en six langues et bientôt sept 1, mais encore,

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

La forêt privée : L AUTRE RÉALITÉ

La forêt privée : L AUTRE RÉALITÉ Association des Éleveurs de Bovins de Boucherie Saguenay - Lac-St-Jean - Côte Nord 440 Lac Sébastien, Falardeau, Qc, GOV 1C0. Tél./Fax : (418) 673-7401 Echo-Bœuf, Printemps 2004 Comité Anti-Reboisement

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Assemblée des délégué-e-s, Berne 27 février 2010 Pour une assurance chômage digne de ce nom II Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Discours de Josiane Aubert, conseillère nationale

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe

Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe S.A. Schindler N.V. Schindler Belgique Votre partenaire local Nos produits et services Des solutions de premier ordre pour les

Plus en détail

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Reprise économique et croissance Le Bureau canadien de l éducation internationale

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE

PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE Donnez à vos clients le moyen d assurer la sécurité financière de toute leur famille Stratégie faisant appel à l assurance-vie universelle exonérée La situation Jean

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?»

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Par Nicolas Lelièvre, PLP Lettres-Histoire-Géographie, académie de Rouen, octobre 2009 Saint Dié

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Introduction : Croissance, développement et changement social.

Introduction : Croissance, développement et changement social. Introduction : Croissance, développement et changement social. Amorce : Le dessous des cartes, Le basculement de la richesse, Vidéo Arte + Questionnaire Questionnaire : 1 ) Les 3 catégories de pays définies

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT Lien FAITES LE CONSEILS SUR LES PLACEMENTS PROTECTION DU PATRIMOINE DE VRAIES SOLUTIONS et obtenez une vue D ENSEMBLE avec Mon argent pour la vie with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

L'aide publique au développement aide-telle au développement?

L'aide publique au développement aide-telle au développement? L'aide publique au développement aide-telle au développement? François Bourguignon Pauvreté et développement dans un monde globalisé (7) Chaire "Savoir contre pauvreté", Collège de France, 2014 Savoir

Plus en détail

Dette publique, pourquoi insister sur l'urgence d'agir?

Dette publique, pourquoi insister sur l'urgence d'agir? Dette publique, pourquoi insister sur l'urgence d'agir? Marcelin Joanis Université de Sherbrooke, GRÉDI et CIRANO Congrès de l ASDEQ, Montréal, 4 mai 2012 Raisons invoquées lors de la récente décote de

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2005/10 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 25 janvier 2005 Français Original:

Plus en détail

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS Certains produits d épargne retraite vous permettent de percevoir une rente viagère. Un certain nombre d entre-eux bénéficient d incitations

Plus en détail

L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires

L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires L a réalisation des projets d investissement constitue un des grands temps forts du mandat municipal. Elle atteste du dynamisme de l

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Le Gouvernement Haïtien et ses Partenaires. Vers la Livraison d un Parc Industriel Fonctionnel en 2012!

Le Gouvernement Haïtien et ses Partenaires. Vers la Livraison d un Parc Industriel Fonctionnel en 2012! Le Gouvernement Haïtien et ses Partenaires Vers la Livraison d un Parc Industriel Fonctionnel en 2012! Brochure d information, Août 2011 Parc Industriel de la Région Nord Gouvernement Haïtien Le Gouvernement

Plus en détail

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES Par Nathalie Pipart, chargée d études à PAC L institution bancaire telle que nous la connaissons aujourd hui n a pas toujours opéré et été bâtie sur le même modèle.

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE RIHET Natacha LE GUENNAN Eugénie COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE SUJET : L AGRICULTURE URBAINE ET LES POLLUTIONS Site visité : Les murs à pêches de Montreuil I- Méthodes de travail

Plus en détail

AUTRICHE. Organismes dont l État s est séparé :

AUTRICHE. Organismes dont l État s est séparé : AUTRICHE 1. La qualité des services publics est une condition importante de la compétitivité de toute économie nationale. La qualité et la quantité de capital humain est une importante condition de la

Plus en détail

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure CON FÉRENCE D E P R E S S E D U 2 6 A V R I L 2 0 1 1 Daniel Lampart, économiste en chef, premier secrétaire de l USS Rapport de l USS sur la répartition des revenus et de la fo rtune en Suisse Fourchette

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Mastère Spécialisé Lean Management Productivité Ergonomie Performance

Mastère Spécialisé Lean Management Productivité Ergonomie Performance Mastère Spécialisé Lean Management Productivité Ergonomie Performance (document pour les entreprises) Qu est-ce qui différencie ce Mastère des autres Mastères? Le sens particulier que nous donnons au «Lean

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail