Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP"

Transcription

1 ` Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP Une formule ratée Par Eric Sprott et David Franklin Il n y a rien de mal à consacrer un peu d argent au règlement d un problème. Il n y a rien de mal non plus à utiliser un peu d argent emprunté pour faire disparaître un problème, tant que vous avez les moyens de rembourser cet emprunt. Mais qu arrive-t-il si vous dépensez beaucoup d argent emprunté et que le problème ne disparaît pas? Si vous avez déjà vécu cette situation, vous comprendrez probablement les Européens. Ils viennent d affecter un billion de dollars au sauvetage de l euro, ce qui n a pas empêché le marché de battre en retraite à la fin de la semaine! Que s est-il passé? Après tout, cet argent était censé régler le problème. Et la somme était immense. Pourquoi le marché a-t-il réagi avec tant de dédain? À nos yeux, la réaction du marché confirme ce que nous soupçonnions depuis longtemps : ces sauvetages n ont pratiquement aucune valeur à long terme. Ils ne créent pas d emplois réels. Ils n améliorent pas la productivité. Ils ne font que prolonger l endettement précaire du secteur financier, au prix lourd pour les contribuables. Depuis le début de la crise financière, les gouvernements et les banques centrales pensent «sauvetage et stimulation» avec un impact certain depuis deux ans, mais pas le genre d impact qui amènerait une croissance réelle durable. Trois exemples récents illustrent la faillite de cette formule de «sauvetage et stimulation» : Exemple A : Les États-Unis Depuis le début de la crise financière, le gouvernement américain et la Réserve fédérale ont dépensé à profusion pour sauver les banques et stimuler l économie. Selon Neil Barofsky, enquêteur général spécial du programme de sauvetage des actifs à risque (TARP), les États-Unis ont consacré environ trois billions de dollars à divers programmes pour endiguer la crise financière. 1 Ce chiffre devrait être mis à jour en juillet. Cette somme comprend les programmes de stimulation comme la «prime à la casse», la prolongation de l assurance chômage, les dépenses en infrastructures, le programme d abordabilité des maisons ainsi que les activités de la Réserve fédérale. Pour mesurer les résultats de cette stimulation, nous en avons évalué l impact sur le PIB en examinant les recettes et les dépenses du budget fédéral américain. 1 Heflin, Jay (20 avril 2010). Government has spent $3 trillion (and counting) on financial crisis. The Hill. Récupéré le 27 mai 2010 de : com/blogs/on-the-money/banking-financial-institutions/93285-government-has-spent-3-trillion-and-counting-on-financial-crisis 1

2 Le tableau A présente la progression annuelle du PIB et des déficits budgétaires en dollars courants. L utilisation des dollars courants permet d avoir une idée de l impact en dollars réels des dépenses de stimulation sur l économie. Comme on le voit, les dépenses et promesses de stimulation faites depuis 2008 ont entraîné un déficit budgétaire de près de 2,5 billions de dollars pour une hausse nette de 200 milliards de dollars du PIB. Augmenter la dette de 2,5 billions de dollars pour n obtenir que 200 milliards représente un rendement atroce. Chaque dollar de déficit consacré à stimuler le PIB depuis 2008 a eu un impact net d à peine 9 cents. Il n est jamais bon de changer des dollars pour des dix cents, même si l argent vient de l État. Tableau A Impact de la stimulation et du déficit sur l économie T Impact net Évolution du PIB $ ( $) $ $ Recettes fédérales américaines $ $ $ Dépenses américaines $ $ $ Déficit ( $) ( $) ( $) ( $) Il faut aussi s inquiéter du coût de la création d emplois dans le cadre de l American Recovery and Reinvestment Act (programme de 787 milliards de dollars destiné à créer des emplois réels aux États- Unis). La Maison-Blanche estime que le gouvernement doit dépenser environ $ pour créer un emploi aux États-Unis. On justifie cette somme exorbitante en affirmant qu au niveau d emploi actuel, chaque emploi ajoute $ au PIB américain, de sorte que «le contribuable en a pour son argent» 5. À première vue, il semble justifiable de dépenser $ pour obtenir $. Cependant, une analyse plus poussée révèle que le coût réel de conservation et de création d un emploi aux États-Unis a été de $ de février à décembre C est beaucoup plus que $ et plus que les $ que chaque emploi est censé ajouter au PIB. Si ce chiffre est exact, l argent que le gouvernement américain consacre à stimuler l emploi dégage un rendement négatif. Pour compliquer les choses, le rendement supposé de $ de chaque nouvel emploi ne tient pas compte du fait que les $ (ou $) dépensés pour le créer ont été EMPRUNTÉS. Pourquoi oublie-t-on toujours cet aspect des dépenses publiques? Il est illogique de dépenser $ pour hausser le PIB de $ si vous n avez pas les $. Une fois ajoutés les frais d intérêt sur l emprunt de $, cette dépense est-elle créatrice de valeur ou nous enfonce-t-elle dans la fosse? 2 Nous avons utilisé les chiffres du PIB en dollars courants publiés par le BEA pour déterminer l impact marginal du déficit actif sur le PIB. Le BEA ne produit pas d ensemble de données distinct, mais publie ce chiffre dans ses communiqués de presse. Notons aussi une divergence dans les chiffres du BEA. Tandis que le PIB en dollars courants a reculé de 185,1 milliards de dollars ou 1,3 % en 2009, on indique que le PIB réel a augmenté de 0,1 %. Cette divergence s explique par la désaisonnalisation du PIB réel et le fait que le pourcentage déclaré représente l augmentation réunie des quatre trimestres de Bureau of Economic Analysis (26 mars 2010) Gross Domestic Product: Fourth Quarter 2009 (Third Estimate) and Corporate Profits, 4th quarter Récupéré le 25 mai 2010 de : 4 Financial Management Service, A Bureau of the United States Departement of the Treasury. Monthly Receipts, Outlays, and Deficit or Surplus, Fiscal Years Récupéré le 25 mai 2010 de : Nous avons ajusté les flux de trésorerie sur l année civile pour les faire correspondre à la période de déclaration du PIB. 5 Executive Office of the President Council of Economic Advisers. (Mai 2009) Estimates of Job Creation from the American Recovery and Reinvest ment Act of Council of Economic Advisers. Récupéré le 27 mai 2010 de : estimate-of-job-creation/ 6 McPheters, Lee (3 février 2010) What Is the Cost per Stimulus Job? W.P. Carey. Récupéré le 27 mai 2010 de : wpcarey.asu.edu/article.cfm?articleid=1857 2

3 Quoi qu il en soit de ces chiffres, le PIB est un très mauvais critère pour mesurer le rendement d un programme d emploi. Techniquement, le PIB représente la valeur de tous les produits finis et services produits dans une économie. Dans une entreprise, il correspond au revenu, qui n est ni un actif, ni un bénéfice. Les entreprises n embauchent pas de travailleurs pour accroître leur revenu marginal mais leur bénéfice marginal. Or, l approche de la Maison-Blanche maximisera les dépenses plutôt que les bénéfices. Au lieu de maximiser les dépenses, pourquoi ne pas maximiser l emploi réel en trouvant un moyen de créer un emploi pour moins que $? Certains des quinze millions de chômeurs américains apprécieraient certainement un effort en ce sens 7. Exemple B : L échec du dernier sauvetage en Europe Dans un étalage de force visant à impressionner les marchés mondiaux, l Union européenne a créé un fonds d emprunt sans précédent de près d un billion d euros mis à la disposition des pays de la zone euro éprouvant des difficultés financières. La Banque centrale européenne s est dite prête à acheter des obligations d État et privées de la zone euro «pour assurer la profondeur et la liquidité du marché». La Réserve fédérale américaine, la Banque du Canada, la Banque d Angleterre, la Banque centrale européenne et la Banque nationale suisse ont annoncé l activation de facilités temporaires de swap en dollars US pour fournir de la liquidité. On n a jamais vu autant d organismes coordonner un même effort de sauvetage et y contribuer autant! Quel a été l effet de cette campagne de choc? Après un bref redressement obligataire, les actions, les obligations et l euro (vis-à-vis du dollar US) ont baissé à la fin de la semaine, tandis que l or, baromètre de la peur, gagnait près de 6 % en euros. Ce qui nous amène au nœud du problème Exemple C : Des banques surendettées Les banques se trouvent à l épicentre de la crise financière. Pourquoi? À cause de leur dette. Nous avons mesuré leur endettement dans notre article Don t bank on the Banks en novembre À titre d investisseurs boursiers, nous nous inquiétons de l impact de l évolution de l actif sur le capital- Tableau B Endettement des banques allemandes INSTITUTION IMMOBILISATIONS CORORELLES (EN MILLIARDS) 8 CAPITAL-ACTIONS CORPOREL ORDINAIRE (EN MILLIARDS) 8 RATIO D ENDETTEMENT DEUTSCHE BANK AG ,4 60:1 COMMERZBANK AG 842 6,8 124:1 DEUTSCHE POSTBANK AG 237 3,0 77:1 LANDESBANK BERLIN AG 143 1,9 75:1 Source : Bloomberg, Sprott Asset Management LP 7 Bureau of Labor Statistics, U.S. Department of Labor. (7 mai 2010) The Employment Situation-April Récupéré le 27 mai 2010 de : bls.gov/news.release/pdf/empsit.pdf 8 Chiffres déclarés par chaque institution au T1 terminé en mars

4 actions corporel ordinaire des banques. Les lecteurs noteront que l organisme de réglementation financière allemand a récemment interdit les swaps sur défaillance à découvert d obligations d État de la zone euro et interdit la vente à découvert des titres de dix banques et assureurs allemands. On ne s étonnera donc pas d apprendre que, selon leurs dernières déclarations, les banques allemandes sont parmi les plus endettées du monde. Le tableau B illustre l endettement des quatre plus grandes institutions financières allemandes en mars Commerzbank est la plus endettée des banques allemandes à 124:1. Ceci signifie qu une baisse d à peine 0,8 % de la valeur de ses actifs ferait disparaître l avoir corporel des actionnaires. Or, combien de catégories d actif ont baissé de 0,8 % depuis le dernier rapport de Commerzbank en mars? Presque toutes sans doute (sauf l or, évidemment). D où l interdiction récente des ventes à découvert d actions de banques allemandes. Elles sont trop vulnérables pour supporter l ire du marché. Les banques allemandes ne sont pas seules. La plupart des grandes banques du monde sont trop endettées. Les gouvernements peuvent continuer à «sauver et stimuler», mais cela ne donnera pas grand-chose à long terme à moins que l on désendette le système bancaire. D ici là, le sauvetage des banques revient à jeter de l argent dans un puits sans fond. Lorsqu il est question de sauvetage et de stimulation, rappelez-vous surtout que le gouvernement dépense votre argent et celui de vos enfants. Les chiffres laissent fortement supposer que cet argent n est pas dépensé à bon escient. Il faut des emplois réels et une croissance réelle plutôt que des banques plus grosses et plus endettées. Le marché ne s y trompe pas. La vigueur récente de l or au milieu de données économiques apparemment «déflationnistes» confirme les doutes du marché sur l intervention gouvernementale dans le système financier. Inutile de dire que nous restons baissiers. 4

5 Sprott Asset Management LP Royal Bank Plaza, South Tower 200 Bay Street, Suite 2700 P.O Box 27 Toronto, Ontario M5J 2J1 Télécopieur : Sans frais : Sans frais : Les opinions, estimations et projections («l information») contenues dans ce rapport sont celles de Sprott Asset Management LP («SAM LP») et sont sujettes à changement sans préavis. SAM LP fait tous les efforts pour assurer que l information est tirée de sources considérées fiables et exactes. Toutefois, SAM LP ne peut être tenue responsable des pertes ou des dommages, directs ou indirects, découlant de l utilisation de cette information. SAM LP n est pas tenue de mettre à jour ni d actualiser l information contenue dans le présent rapport. L information ne doit pas être considérée par les destinataires comme un remplacement de l exercice de leur propre jugement. Veuillez consulter votre conseiller personnel quant à votre situation particulière. Les opinions concernant une société, un titre, un secteur ou un segment du marché en particulier ne se veulent pas une indication de la part des fonds de placement gérés par Sprott Asset Management LP de leur intention de négociation. Ces opinions ne devraient pas être considérées comme un conseil de placement, ni comme une recommandation d acheter ou de vendre des titres en particulier. L information contenue dans ce rapport ne constitue pas une offre ou une sollicitation de la part de quiconque aux États-Unis ou dans un autre territoire où une telle offre ou sollicitation n est pas autorisée, ni une offre ou sollicitation adressée à une personne à qui il est illégal de l adresser. Les investisseurs éventuels qui ne résident pas au Canada devraient consulter leur conseiller financier avant de décider si les titres des fonds peuvent être légalement vendus dans leur territoire.

Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise

Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise MARS 2014 Suivez-nous sur Twitter Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise Par: Eric Sprott Ayant entamé la cinquième année depuis la fin «officielle» de la grande récession (la National

Plus en détail

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott Dennis Mitchell privilégie une approche ciblée des placements dans les actions Dennis Mitchell s est joint

Plus en détail

Le problème réside dans la solution

Le problème réside dans la solution 11 LP Mai/Juin 2009 Numéro spécial Le problème réside dans la solution COUP D OEIL SUR LES MARCHÉS Eric Sprott David Franklin En 2008, le gouvernement américain a contracté une dette additionnelle de 705

Plus en détail

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions M. Wilson adhère à une approche différente à l égard des placements dans les actions

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les titres aurifères : À vos marques, soyez prêts,

Les titres aurifères : À vos marques, soyez prêts, Septembre 2011 ` Les titres aurifères : À vos marques, soyez prêts, Par : Eric Sprott et David Baker La semaine dernière, l indice HUI des valeurs aurifères a franchi la barre des 600 points, touchant

Plus en détail

Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement

Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement «Notre approche de l investissement repose sur une idée fondamentale : la meilleure façon

Plus en détail

La crise économique européenne État des lieux et prévisions

La crise économique européenne État des lieux et prévisions SERVICES ÉCONOMIQUES I RECHERCHE La crise économique européenne État des lieux et prévisions Robert Hogue Économiste principal, RBC robert.hogue@rbc.com Séminaire stratégique - Chambre de commerce du Montréal

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS LA BANQUE ROYALE DU CANADA DÉCLARE SES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés

Plus en détail

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI Points saillants Au cours de la dernière année, le taux de chômage au Canada est

Plus en détail

Croissance économique en Amérique du Nord : le Canada est-il plus performant que les États-Unis?

Croissance économique en Amérique du Nord : le Canada est-il plus performant que les États-Unis? N o 11 626 X au catalogue N o 001 ISSN 1927-5048 ISBN 978 1 100 98301 1 Document analytique Aperçus économiques Croissance économique en Amérique du Nord : le Canada est-il plus performant par Ryan Macdonald

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Banque Royale du Canada

Banque Royale du Canada Supplément de prospectus se rapportant au prospectus simplifié préalable de base daté du 20 décembre 2013 Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des titres offerts dans

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Germain Belzile. Institut économique de Montréal

Germain Belzile. Institut économique de Montréal La situation économique Germain Belzile Directeur de la recherche Institut économique de Montréal L ÉTAT LÉTAT DE LA SITUATION 2 1.5 1 0.5 0 0.5 0 1 1.5 2 La croissance Canada USA Canada U.S. 2001 2001

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Prix du pétrole. (US$ 110/brl. à la fin de 2012)

Prix du pétrole. (US$ 110/brl. à la fin de 2012) Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao Stratège et économiste en chef Le 20 janvier, 2012 Prix du pétrole (US$ 1/brl. à la fin de 2012) 2 2 Prix du pétrole WTI: moy. mobile 2 jours Prix journalier

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Sebastian Dullien On pourrait presque avoir l impression que le déroulement de la crise économique et financière mondiale

Plus en détail

Le déficit structurel est colmaté

Le déficit structurel est colmaté Le déficit structurel est colmaté QUÉBEC BUDGET 2015 Groupe Économie et Stratégie 26 mars 2015 Faits saillants Pour l année financière en voie de se terminer, le déficit prévu est de 2,35 milliards $,

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Cap sur L investissement

Cap sur L investissement éclairage Cap sur L investissement MAtHilde lemoine Économiste, membre du Conseil d analyse économique Les orientations prises par les politiques budgétaire et monétaire pour faire face à la crise pourraient

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Mini-guide sur les placements à revenu fixe

Mini-guide sur les placements à revenu fixe Mini-guide sur les placements à revenu fixe Il y a maintenant plus d argent investi dans les titres à revenu fixe que dans les actions. De plus, non seulement ce marché est il en pleine croissance, il

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010????

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010???? Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao Stratège et économiste en chef Le 15 novembre, 2011 Thèmes Séquence des événements Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le problème réside dans la solution, 2 e partie

Le problème réside dans la solution, 2 e partie Juillet 2012 ` Le problème réside dans la solution, 2 e partie Par : Eric Sprott et Étienne Bordeleau Suivez-nous sur Twitter Lorsque nous avons rédigé la 1 re partie de cet article en juin 2009, la dette

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes 1. Qu est-ce qu un subprime? 2. Le mécanisme de la crise 3. La gravité de la crise 4. Conclusions 2 La

Plus en détail

Questions soumises par Global Witness concernant Kansuki, Mutanda, Kipushi, les accords de prêt et les transactions boursières

Questions soumises par Global Witness concernant Kansuki, Mutanda, Kipushi, les accords de prêt et les transactions boursières Questions soumises par Global Witness concernant Kansuki, Mutanda, Kipushi, les accords de prêt et les transactions boursières Questions soumises le 5 avril 2012 Kansuki 1. Selon les informations publiées

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Letko, Brosseau & Associés Inc. 1800 avenue McGill College Bureau 2510 Montréal, Québec H3A 3J6 Canada

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 3 décembre 204 Fonds d obligations canadiennes Universel BlackRock Sun Life Le

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Le bûcher des devises

Le bûcher des devises Octobre 2010 Le bûcher des devises Par : Eric Sprott et David Franklin Ces jours-ci, il ne semble jamais y avoir assez de conflits pour satisfaire les gouvernements du monde entier. Ces derniers ont donc

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La crise économique. Paul Makdissi. Départment de science économique, Université d Ottawa. Automne 2010

La crise économique. Paul Makdissi. Départment de science économique, Université d Ottawa. Automne 2010 La crise économique Paul Makdissi Départment de science économique, Université d Ottawa Automne 2010 Paul Makdissi (Université d Ottawa) La crise économique ECO 2542 1 / 11 La crise financière aux États-Unis

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

FONDS SPROTT HAUSSIER/BAISSIER REER

FONDS SPROTT HAUSSIER/BAISSIER REER NOTICE D OFFRE CONFIDENTIELLE N o Les titres décrits dans la présente notice d offre confidentielle (la «présente notice d offre») ne sont offerts que là où l autorité compétente a accordé son visa; ils

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

le Fonds à revenu mensuel élevé américain Manuvie

le Fonds à revenu mensuel élevé américain Manuvie ZOOM sur : le Fonds à revenu mensuel élevé américain Manuvie Une approche des placements éprouvée qui met l accent sur la conservation du capital et vise à tirer profit du potentiel de croissance du marché

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail