Mémoire de fin d études

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de fin d études"

Transcription

1 Royaume du Maroc Ministère de la Santé Institut National d Administration Sanitaire المملكة المغربية وزارة الصحة المعهد الوطني للا دارة الصحية Centre collaborateur de l OMS CYCLE DE MASTERE EN ADMINISTRATION SANITAIRE ET SANTE PUBLIQUE FILIERE : GESTION DES PROGRAMMES DE SANTE PROMOTION ( ) Mémoire de fin d études LE MONITORING DES SERVICES DE SOINS DE SANTE DE BASE : CAS DE LA PROVINCE DE SKHIRAT-TEMARA ELABORE PAR : Karine BRAZZA KOKESSA ENCADRE PAR : Mohammed EL AZZOUNI Juillet 2012 INAS, Rue Lamfadel Cherkaoui, Madinat Al Irfane, Rabat Tél. : (212) Fax (212) BP : Rabat Site Web :

2 Pour Sarah, Prunel, Christian et Annecy

3 Remerciements A ma famille qui a su me soutenir et accepter mon absence pour réaliser ce mémoire. A l équipe de la province de Témara pour leur engagement dans toutes les phases de l étude. A Mohamed EL AZZOUNI, encadrant du mémoire, pour son aide et sa rigueur. Au corps enseignant de l INAS à Rabat. ii

4 RESUME Le suivi est une des composantes fondamentales du cycle de gestion des programmes de santé. Il existe plusieurs méthodes et techniques dans le suivi des programmes de santé. Une des méthodes de suivi rationnelle et basée sur la logique du programme de santé est le monitoring. Quand il est réalisé au niveau des ESSB, le monitoring des services de santé est adapté pour détecter les forces et les faiblesses dans l exécution des activités en vue d augmenter la couverture. Au Maroc le monitoring est basé sur le système national d information sanitaire. Il s agit d un système dans lequel chaque acteur a un rôle bien défini et qui est reconnu par l ensemble des acteurs. Il existe des interrelations entre les acteurs et les différents niveaux, ce qui détermine la dynamique de ce système. Entre Mars et Mai 2012 une étude a été réalisée auprès des professionnels de santé dans la préfecture de Skhirat- Témara. Huit animateurs de programmes du SIAAP et 23 professionnels de santé au niveau de quatre CS ont été interviewés sur leur pratique concernant les activités du monitoring. Des analyses documentaires ont été effectuées, il s agissait des rapports de réunions périodiques au niveau des CS et des rapports de réunions du bilan annuel au niveau du SIAAP. Des resultats positifs ont été identifiés dans la collecte des données, le traitement et l analyse des données, l établissement et la transmission des rapports périodiques. Cependant, des améliorations sont nécessaires dans la définition des indicateurs de couverture, dans l analyse des causes possibles et l identification des actions correctives, dans l élaboration d un microplan à la fin du monitoring. Au niveau de la province sanitaire l évaluation des réalisations est effectuée une fois dans l année à l occasion des réunions du bilan d activités. Cette démarche de monitoring n est pas convenable avec celle du monitoring des services de santé qui nécessite des réunions avec une périodicité plus rapprochée. Une redéfinition du système de monitoring devra prendre en compte la pratique existante et les spécificités de l organisation du système de santé au Maroc. Mots clés : Système - Information Sanitaire Monitoring- Service Couverture - Suivi iii

5 SUMMARY Assessment is one of the fundamental components in the cycle of health program management. There are several methods and techniques of assessment in health programs. Monitoring is one of the methods which is rational and is based on the health program logic. When monitoring is realized at the basic healthcare (ESSB) level, in the health service, it is adapted to detect the strengths and the weaknesses in the execution of the activities in order to increase coverage. In Morocco, monitoring is based on the national health systems of information, where every actor has a well defined role which is well recognized by all the actors. Hence, there is a relationship between the actors in their various levels which determines the dynamic of the system. Between March and May 2012 a study was realized with the healthcare professionals at district level of Skhirat-Témara. An interview of 8 program planners of SIAAP and 23 healthcare professionals from 4 health centers was done to assess their practice on monitoring activities. Document analysis was done basing on periodic reports of meetings and annual assessment of SIAAP. Positive results were identified in the data collection, treatment and data analysis, the elaboration and transmission of periodic reports. However, there is need to improve the definition of coverage indicators, the analysis of possible causes and the identification of corrective actions, and also, the elaboration of a microplan. At district level the evaluation of results is made once in a year. This approach is not in conformity with principles of monitoring sited by the health services, which requires fortnight meetings. Finally, there is need to redefine the monitoring system in Morocco by taking into consideration what is in the existing practice and its specificities. Keywords: System - health Information Monitoring- Service- Coverage assessment iv

6 TABLE DES MATIERES Introduction.1 Méthodes.3 Résultats Organisation du système de monitoring..5 Fonctionnement du système de monitoring 6 Réunions de prise de décision.7 Perception des professionnels de santé...9 Discussion.11 Propositions pour l action.14 Bibliographie.15 ANNEXE Annexe 1 : Carte sanitaire de la province de Skhirat-Témara...18 Annexe 2 : Caractéristiques générales des répondants.19 Annexe 3 : Répartition des populations cibles des programmes de santé...20 Annexe 4 : Répartition des personnels des centres de santé visités.21 Annexe 5 : Liste des programmes de santé prioritaires 22 Annexe 6 : Grilles d entretien 23 Annexe 7 : Etapes du processus du monitoring 26 Annexe 8 : Plan de rédaction du rapport de réunion périodique des centres de santé...27 Annexe 9 : Plan de rédaction du rapport de monitoring du SIAAP.28 v

7 LISTE D ABREVIATIONS ET SIGLES CPN : Consultation Prénatale CS : Centre de Santé CSC : Centre de Santé Communal CSCA : Centre de Santé Communal avec module d Accouchement CSU : Centre de Santé Urbain ESSB : Etablissement de Soins de Santé de Base HTA : Hypertension Artérielle IDE : Infirmier Diplômé d Etat IEC : Information- Education- Communication IST: Infection Sexuellement Transmissible LAP: Lutte Antipaludique LAT: Lutte Antituberculeuse PCIE: Prise en Charge Intégrée de l Enfant PF : Planification Familiale PLMC: Programme de Lutte contre les Maladies de Carence PLMD: Programme de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques PNI : Programme National d Immunisation PSGA: Programme de Surveillance de la Grossesse et des Accouchements RC : Rhumatisme Cardiaque RSSB : Réseau des Soins de Santé de Base SIAAP : Service de l Infrastructure d Actions Ambulatoires Provincial vi

8 INTRODUCTION Dans la planification et le suivi d un programme ou d un projet, manager revient à considérer deux dimensions : Animer et Gérer (Soler, 2001). L animation vise à mobiliser toute l équipe vers l atteinte des objectifs, c est ce qui est largement décrit dans les travaux sur la supervision et la gestion des ressources humaines (Benhmad, 2006 ; Réhayem, 2008 ; Lamaute et al, 2009). Le processus de gestion consiste à planifier, à organiser, à diriger et à contrôler les activités qui se rapportent à un système (1). Dans le cycle de gestion des programmes de santé, le suivi représente une des fonctions fondamentales (3). Ces dernières années le suivi suscite de plus en plus d intérêt car le gestionnaire des services de santé exprime une préoccupation concernant le choix des méthodes d évaluation des progrès réalisés dans l exécution des activités au niveau des structures de soins de premier niveau (12). Il existe plusieurs méthodes et techniques de suivi et d évaluation des programmes de santé. Une des méthodes de suivi basée sur la logique d un programme de santé est le monitoring. Le monitoring de la performance tel utilisé dans le contexte des soins de santé primaires est une technique de gestion utilisée au niveau des points de prestation des services. Celleci permet de détecter les forces et les faiblesses dans l exécution des activités en vue d augmenter la couverture grâce à l analyse périodique des résultats par l équipe de l aire (ou du centre de santé) et les représentants de la communauté (membres des comités de santé) (2). Il est composé de trois grandes étapes représentées par : une phase de préparation, une phase d exécution et une phase de prise de décision. Ses principaux objectifs sont premièrement, améliorer la mise en œuvre des programmes par l identification des aspects qui fonctionnent selon le plan établi ; deuxièmement renforcer les aspects qui ne fonctionnent pas et qui nécessitent des mesures correctrices ; troisièmement, suivre les changements dans les services qui sont fournis afin de générer de bons resultats à maintenir voire renforcer. Au Maroc, le niveau opérationnel du système de santé est représenté par le Service de l Infrastructure d Actions Ambulatoires Provincial (SIAAP), son Réseau de Soins de Santé de Base (RSSB) et des structures d appui (7). Il correspond à un niveau de District sanitaire pour d autres pays (10). L équipe cadre au niveau du SIAAP est constituée d animateurs de programmes de santé, il est chargé de l encadrement des équipes des Etablissements de Soins de Santé de Base (ESSB). Le RSSB est constitué par l ensemble des ESSB qui existent au niveau d une province ou d une préfecture 1

9 sanitaire. Ce réseau a pour rôle de fournir à la population appartenant à l aire de desserte des services de soins de santé. Il représente le premier niveau de contact de la communauté avec le système national de santé (9). Les structures d appui fournissent des services spécialisés qui permettent au SIAAP de remplir sa mission. La circulation de l information sanitaire à travers ce réseau passe par un système d information sanitaire. Il est également implanté à tous les niveaux de la pyramide sanitaire en se basant sur des supports formels tels que les rapports périodiques, les grilles de supervisions, les rapports de réunions de coordination ou encore les tableaux de bord. Au cours du stage de mise en situation professionnelle, nous avons constaté des insuffisances dans la transmission des rapports périodiques, dans la réactualisation des tableaux de bord, dans l organisation des réunions de travail et des sorties de supervision. Ce qui nous a amené à nous interroger sur l organisation du suivi des programmes de santé au niveau opérationnel. Au Maroc, si le monitoring existe c est à travers le système d information sanitaire. Qu en est-il de sa pratique au niveau des services de soins de santé de base? Quel est le niveau de pratique du monitoring dans la gestion de la performance des programmes de santé au niveau périphérique? Pour répondre à ce questionnement nous avons envisagé le cas de la province de Témara afin de mener une étude qualitative auprès des professionnels de santé pour explorer et décrire le niveau de pratique du monitoring pendant la période de Mars à Mai Objectifs spécifiques - Faire un diagnostic du processus de monitoring des services de santé au niveau d une province médicale (SIAAP et Circonscriptions sanitaires); - Identifier les principaux obstacles rencontrés par les intervenants lors de la réalisation des activités du monitoring et en fonction des différents niveaux du Réseau des Soins de Santé de Base - Déterminer la perception des professionnels de santé de la province à l égard du monitoring des services de santé et établir un consensus autour du concept «monitoring» ; - Proposer des orientations pour une amélioration du monitoring des services de santé au niveau du Réseau des Soins de Santé de Base dans la province médicale. 2

10 Méthodes Nous avons réalisé une étude qualitative qui a pour objet d étudier la pratique du monitoring tel qu il est utilisé par les professionnels de santé et les gestionnaires des services de santé de base, au travers de leurs discours et de leurs pratiques concrètes. Il s agit d une étude de cas focalisée sur le niveau opérationnel du système de santé (6); les structures d appui n ont pas été retenues dans cette étude. La préfecture de Témara a été retenue du fait de sa composition en milieu urbain et rural et de la structuration de son RSSB. Un choix raisonné des structures de santé a été utilisé pour identifier le SIAAP et quatre centres de santé (Annexe 4). Les principaux critères du choix des centres de santé sont : le milieu (urbain et rural) et la densité de population (faible densité et forte densité). Pour la province, est considéré comme CS avec faible densité de population, un CS dont la population désservie est inférieure à habitants ; un CS avec forte densité de population est un CS qui dessert une population de plus de habitants. Les CS ont été retenus à partir d une liste de CS de la province, classés en fonction du milieu et de l effectif de la population désservie L étude s est déroulée en trois phases : une phase exploratoire d entretien libre, une phase de pré-enquête, une phase de collecte des données. Pendant la phase exploratoire il était question de s assurer de l existence des supports de suivi qui devront faire l objet d analyses documentaires ; il s agissait également de s assurer de la réalisation des activités en rapport avec le monitoring de la performance telles que les réunions périodiques. Les informations recueillies à l issue de cette première phase ont permis d élaborer les supports de collecte des données. Ces supports de première génération ont été utilisés pendant la phase de pré-enquête au niveau de la préfecture de Salé, notamment au niveau du SIAAP et d un centre de santé. Les entretiens semi-structurés ont été réalisés auprès d un animateur de programme de santé au niveau du SIAAP, et au niveau d un CS, auprès du médecin-chef et du major. Ceci a pour but d ajuster le contenu des thèmes de discussion et de rendre unanime leur compréhension auprès des personnes interviewées. Une fois la révision des supports de collecte des données a été faite, la troisième phase de l étude a été entamée. La collecte des données a été faite en se basant sur des entretiens semi-structurés et des analyses documentaires (Annexe 6). Un accord préalable des répondants a été obtenu avant l entretien en face-à-face d une heure. Les discours étaient retranscrits à partir de la trame d entretien. Il s agissait pour chaque interviewé de décrire les supports du système d information et sa pratique dans 3

11 les activités du suivi. En cours d entretien avec le répondant, chaque axe de discussion était revu en commun accord afin de vérifier l exactitude du contenu du discours retranscrit. La conduite des entretiens était guidée par le principe de la saturation. Au niveau de chaque CS les entretiens étaient réalisés avec le médecin-chef, le major, les responsables des programmes suivants : Programme National d Immunisation (PNI), Planification Familiale (PF)/ Programme de Surveillance de la Grossesse et des Accouchements (PSGA), programme de Lutte Anti-Tuberculeuse (LAT), programme de prévention des maladies cardio-vasculaires (HTA), programme de prévention et de lutte contre le Diabète, programme de Santé Mentale. L analyse documentaire portait sur les rapports de réunions périodiques, le registre de PF, les fiches individuelles de suivi des acceptantes de pilule, le registre des diabétiques, les dossiers des diabétiques. Au niveau du SIAAP, des entretiens ont été réalisés avec les animateurs de programmes de santé. L analyse documentaire était basée sur les rapports de réunions périodiques du SIAAP. L objectif méthodologique de la recherche visait à dégager la perception des professionnels de santé vis-à-vis de ce processus du monitoring de la performance au niveau des services de santé de base. Pour cela, il ne s agissait pas de rechercher une représentativité des catégories de professionnels, ni d obtenir des resultats probabilistes représentés par des statistiques. Notre objectif était d obtenir une diversité de structures de soins de santé de base présentant toutes des caractéristiques spécifiques mais représentatives des structures de la province (principe de saturation). La mise en relief du contenu des perceptions a débuté par un codage et un classement par thèmes de l ensemble des corpus. Ensuite, nous avons procédé à une catégorisation des thèmes, des idées clés et des phrases témoins pertinentes. Une matrice a été élaborée pour servir de grille d analyse afin de déduire le contenu de chaque thème. Pour déterminer la fréquence des thèmes, nous avons identifié et noté tous les entretiens ayant une expression en relation avec le thème. Dans le cadre d un même entretien, les propos divergents avec plusieurs affirmations concernant un même thème ont été également notés. 4

12 Resultats Organisation du système de monitoring Consensus autour du terme «monitoring» : dans leur pratique quotidienne, les professionnels de santé ne font pas usage de ce terme. Tous les professionnels de santé s accordent à reconnaitre que le terme usité est celui du «suivi» plutôt que celui du «monitoring». Ceci se révèle à travers le propos suivant «Ce terme je l ai connu pendant ma formation. Il est utilisé pour désigner un appareil qui permet de suivre l évolution du travail chez une parturiente». Les différents acteurs : au niveau des CS, tous les infirmiers-majors s accordent à reconnaitre leur rôle dans la synthèse mensuelle des données périodiques pour l établissement des rapports périodiques : «à la fin du mois je dois rassembler toutes les données auprès des médecins et des responsables de cellule pour faire la synthèse». Chaque responsable de programme est chargé de l enregistrement des patients et de la mise à jour des dossiers médicaux, ceci a été déclaré par l ensemble des responsables de programmes. Dix professionnels de santé sur 26 affirment avoir eux-mêmes réactualisés leur tableau de bord, pour le reste il s agit d une tâche réservée à l Infirmier-major. Douze professionnels de santé sur 19 ont déclaré faire la synthèse mensuelle avant de remettre à l infirmier-major pour faire un récapitulatif, par contre le reste a déclaré qu il s agit d un rôle qui revient au major du CS. Ceci ressort à travers la déclaration suivante : «les statistiques, c est le major qui s en occupe». Avant d être acheminé au niveau supérieur, les rapports périodiques doivent faire l objet d une validation par le médecin-chef du CS. Les trois médecins-chefs interviewés ont reconnu qu avant la validation, les rapports périodiques doivent être discutés ensemble avec l infirmier-major. Les responsables d acheminement de l information sanitaire sont soit le médecin-chef, soit l infirmier-major. Outre son rôle de validation des rapports périodiques, le médecin-chef du CS est aussi l initiateur des réunions périodiques. Les animateurs de programmes sont les membres du staff du SIAAP au niveau de la base de la province. Les animateurs de programmes représentent l interface entre les structures sanitaires de base d une part, et la Direction régionale avec les services centraux d autre part : «je coordonne entre le ministère, la délégation, la direction régionale, les CS, le centre de référence». Ce rôle est reconnu par l ensemble des animateurs du SIAAP. Dans leur rôle auprès des équipes des CS, chaque animateur de programme a la responsabilité de veiller sur la disponibilité des supports 5

13 d information et sur leur meilleur remplissage : c est ce qui constitue l objet des sorties de supervision. Ceci ressort à travers les propos suivants : «j assure l encadrement des CS par la supervision. Pendant les sorties de supervision, je vérifie les registres du programme, le tableau de bord, les matériels, le planning d activité.». En rapport avec les objectifs des programmes ils ont déclaré «je dois aussi aider les CS à atteindre les objectifs et à améliorer les prestations du programme». Ce rôle d encadrement a été confirmé par l ensemble des animateurs de programmes. Les supports d information : les mêmes supports utilisés par le système d information sanitaire sont également utilisés pour le monitoring. Les principaux supports sont les registres, les fiches journalières d activité, les fiches de rapports (mensuelles, trimestrielles, semestrielles), les tableaux de bord des réalisations, les dossiers des patients et les fiches individuelles des programmes, les comptes-rendus de réunions périodiques ou non périodiques. Il existe deux grands types de registres au niveau d un CS : les registres standardisés qui sont les registres des programmes de santé envoyés à partir des services centraux ; les registres tracés par les structures pour répondre au besoin de recherche d information. Tous les infirmiers-majors interviewés ont reconnu l existence de cette variété de registres tracés pour lesquels ils ont déclaré : «il y a aussi des registres que nous traçons nous-mêmes pour collecter sans difficulté les données qui doivent être envoyés au niveau central». Au niveau du SIAAP, Les principaux supports de suivi utilisés par les animateurs de programmes sont leur planning d activité auprès des CS, le tableau de bord, les comptes-rendus d activités et les rapports périodiques. Dans leur pratique, les professionnels utilisent le terme de «paperasse» pour désigner ces supports d information. Fonctionnement du système de monitoring : les différentes étapes du processus du monitoring sont : la collecte des données, le traitement et l analyse des données, l établissement et la transmission de rapports périodiques, l organisation de réunions de prise de décision, le stockage et l archivage (Annexe 7). Concernant la collecte des données, chaque responsable de cellule au niveau des CS enregistre en fonction de son planning de travail. Dix professionnels de santé sur 16 ont déclaré qu ils réalisent des synthèses périodiques dans la semaine : «au niveau de ma cellule, pour être à jour dans les rapports mensuels, je dois faire une petite synthèse tous les deux ou trois jours». Tous les infirmiers- majors ont déclaré qu avant la fin du mois, une fois dans la semaine ils réalisent une synthèse partielle des données «pour ne pas 6

14 perdre le fil, je dois faire mes synthèses à la fin de chaque semaine. Sinon à la fin du mois, je ne me retrouve plus». Les rapports périodiques synthétisés au niveau des CS sont acheminés au niveau du SIAAP. Il existe une date limite d acheminement qui est valable pour l ensemble des CS de la province : «à la fin du mois si le rapport n est pas parvenu, il faut faire un rappel aux responsables de CS pour qu ils nous l envoient à temps». Chaque animateur de programme est chargé de faire une synthèse provinciale des données du (ou des) programme (s) de santé dont il est responsable afin de l acheminer à son tour vers les services centraux. Ceci a été vérifié auprès des animateurs de programmes qui l ont confirmé. Pour décrire en quoi consiste l analyse des données, les infirmiers-majors ont déclaré : «je dois refaire la synthèse des données calculées, je dois vérifier que la synthèse correspond aux produits utilisés, je dois calculer les indicateurs de performance ou d évaluation, je dois faire des comparaisons avec les résultats des mois antérieurs, je dois faire des comparaisons par rapport aux objectifs fixés». Tous les professionnels s accordent à reconnaitre que cette tâche incombe à l Infirmier-major. Au niveau du SIAAP, une démarche d analyse similaire a été adoptée par les animateurs de programmes. Ceci est évoqué à travers les propos suivants : «après avoir rassemblé les rapports de tous les CS, je vérifie si le délai est respecté, je vérifie s il n y a pas d erreur dans le remplissage du rapport ou si le rapport est mal rempli, je vérifie l état de stock des produits par rapport aux réalisations, je vérifie le calcul des indicateurs de performance ou d évaluation, je compare les réalisations par rapports aux resultats antérieures et par rapport aux objectifs». L étape suivant l analyse des données est la transmission des rapports auprès des services centraux, ceci est évoqué par tous les animateurs de la manière suivante : «une fois que j ai fait un «récap», je fais une saisie dans la base de données, j achemine soit mensuellement ou trimestriellement (selon le cas) les rapports à la direction régionale et au service central». Au SIAAP, chaque animateur de programme peut être responsable d un ou de plusieurs programmes. Parmi les animateurs interviewés, 2 sont responsables d un programme, 3 sont responsables de 2 programmes et les 3 autres sont responsables de plus de 3 programmes. Avant d acheminer les rapports, chaque animateur de programme rassemble tous les rapports des CS concernant le (ou les) programme(s) dont il est responsable. Réunions de prise de décision : au niveau des CS les réunions de synthèse mensuelle sont organisées selon le planning de chaque CS, soit en fin du mois 7

15 immédiatement après l établissement du rapport mensuel soit au début du mois suivant. La durée consacrée au déroulement de cette réunion est d une heure. Elles occupent une place importante pour les professionnels de santé. Tous les infirmiers-majors ont reconnu leur importance «les réunions mensuelles sont bénéfiques au CS, au cours de ces réunions on discute les réalisations et les problèmes rencontrés. Ce sont aussi des occasions pour la lecture des circulaires et des notes de services, la discussion des congés, le rappel de l horaire de travail, les déclarations de maladies et la discussion sur divers autres problèmes. Surtout, c est une occasion pour donner des encouragements aux responsables d activités». Les autres membres des équipes des CS ont reconnu également le bénéfice des réunions mensuelles : «nous travaillons dans des conditions difficiles. Pendant les réunions au niveau du CS les responsables nous encouragent toujours, cela nous motive également de continuer à travailler». A propos de la régularité des réunions mensuelles au niveau des CS, 12 professionnels de santé sur 16 qui ont été interviewé ont déclaré qu elles ne sont pas organisées tous les mois. Ceci a été confirmé par 2 Infirmiers-majors des CS sur les 4 interviewés «dans les années passées, j avais eu l occasion d organiser les réunions mensuelles avec d autres médecins-chefs, mais pas avec le nouveau». Les raisons évoquées par les médecinschefs concernant les irrégularités dans les réunions mensuelles sont les suivantes «nous n arrivons pas à organiser régulièrement les réunions mensuelles parce qu il nous faut parvenir à rassembler tous les personnels. Et ce n est pas toujours facile. Il y a les congés, les sessions de formation continue, la surcharge de travail, l absentéisme et même parfois les documents pour la réunion ne sont pas disponibles». Pour vérifier les différentes phases des réunions mensuelles, les professionnels de santé qui ont participé aux réunions mensuelles des CS ont décrit les étapes comme il figure dans le plan de rapport des CS (Annexe 8). Concernant les réunions du bilan annuel organisées au niveau du SIAAP, tous les 7 responsables des CS interviewés ont déclaré avoir participé aux réunions du bilan annuel. Le bilan des réalisations de l année passée est présenté au début de l année suivante. La durée des réunions est d une demi-journée de travail, ceci a été confirmé par les responsables des CS et les animateurs des programmes «nous commençons la réunion le matin à partir de 9h 30 et nous finissons à 12 h 30». Concernant la régularité des réunions du bilan annuel, tous les professionnels interviewés ont déclaré qu elles se déroulent toujours au début de l année, mais quelquefois des retards sont notés dans l organisation. L expérience contée par les professionnels ayant participé à cette réunion ont fait ressortir les étapes 8

16 du déroulement suivantes : «une personne du SIAAP est désignée pour exposer le bilan annuel, il donne l ordre du jour puis on passe à la présentation des réalisations. On fait la présentation pour chaque programme et nous discutons au fur et à mesure». Pour 4 responsables de CS sur 7 qui ont eu l occasion de participer aux réunions du bilan annuel, il faudrait se préparer avant pour donner des éclaircissements ou justifier leurs réalisations «une fois que la présentation est finie, viennent ensuite les questions de. Pourquoi vous n avez pas.». 4 animateurs de programmes sur 8 ont confirmé qu au cours de la réunion du bilan annuel, les responsables de CS ont à donner des explications concernant leurs réalisations. Concernant leur participation aux réunions du bilan annuel au niveau du SIAAP, les points de vue des participants étaient divergents : certains déclarent : «c est une réunion au cours de laquelle on se compare nos résultats entre CS ; on se positionne dans la province par rapport aux autres CS». Pour d autres : «au cours de la réunion on s échange nos expériences (idées, pratiques, ou problèmes rencontrés dont on n a pas pu trouver les solutions)». D autres déclarent : «nous n avons pas à leur cacher nos résultats, nous devons leur présenter car c est pendant le bilan qu ils doivent trouver les solutions aux problèmes que nous avons rencontrés au niveau des CS. C est à eux de trouver les solutions». Sur 8 animateurs interviewés, 2 ont déclaré qu en dehors du SIAAP ils ont d autres possibilités de discuter sur leurs réalisations tous les 6 mois. Sur 13 animateurs de programmes, 1 a déclaré que le programme dont il est responsable a bénéficié de réunions à périodicité trimestrielle et que cela lui a été bénéfique «pour moi, je n ai pas de problème au niveau de mon programme». Perception des professionnels de santé: L existence d une variété de supports spécifiques pour chaque programme est décriée par 16 professionnels de santé sur 19 au niveau des CS, qui ont déclaré y consacrer plus de temps qu à l examen des patients : «devant un nouveau cas je dois remplir le dossier du malade qui comporte 6 page, c est un dossier qui est très chargé. On reçoit en moyenne 30 malades au cours d une séance d activités. Vous voyez, ça ne facilite pas le travail, on n a plus le temps d examiner correctement le malade. On prend beaucoup de temps pour remplir les fiches». La lourdeur du système d information est affirmée par 5 animateurs de programmes sur 8. Elle se traduit par l existence de plusieurs indicateurs pour chaque programme et qui ne sont pas tous utilisés au niveau des CS ou du SIAAP : «au niveau du programme que je dirige, j ai à peu près 10 9

17 indicateurs, pendant le bilan annuel on ne nous demande de présenter que 2 ou 3».cette proposition a été vérifiée auprès des autres animateurs de programmes qui ont confirmé. La discussion pendant les réunions du bilan annuel était toujours limitée aux présentations et à des questions-réponses, c est ce qui est ressorti à travers les propos suivants «quand on veut discuter les solutions des problèmes que nous avons rencontré, ils nous disent qu il n y a pas assez de temps pour les discussions et que nous ne sommes pas les seuls à avoir ce problème». Les infrastructures et les équipements n ont pas été adaptés pour la fourniture des services de santé à la population «par exemple, nous ne disposons pas de salle d IEC pourtant nous devons fournir régulièrement des données sur les activités d IEC». Il existait une insuffisance en personnel paramédical au niveau des CS. Cette insuffisance a entrainé un cumul de plusieurs activités de soins (préventifs et curatifs) par un personnel paramédical (Annexe 4). Le passage d un ancien support d information à un nouveau support (par exemple, les registres) n étant pas clairement défini, les professionnels de santé ont soulevé des difficultés d adaptation au remplissage des nouveaux supports d information. Des retards fréquents ont été enregistrés par les animateurs de programmes dans la transmission des rapports périodiques en provenance des CS. Pour pallier à cette situation des communications téléphoniques sont utilisées pour la transmission des rapports périodiques avant l acheminement des rapports validés. Ce constat a été confirmé par les responsables des CS. Une insuffisance d appui permanent pour l archivage et la logistique a été décrite par l ensemble des professionnels de santé tant au niveau du SIAAP ainsi qu au niveau des CS«nous profitons de toutes les occasions pour transmettre les rapports au SIAAP, parfois avec l aide des particuliers». Concernant l archivage ceci a été déclaré : «quand il faut passer à l utilisation d un nouveau support d information, les anciens registres sont parfois jetés ou détruits». A la fin des réunions du bilan annuel, les recommandations évoquées par l équipe des encadrants ont toujours été acceptées et exécutées «une fois que nous revenons au niveau du CS nous informons les autres membres de l équipe et nous exécutons les solutions qu ils nous ont proposés». Les entretiens ont été réalisés avec 31 répondants dont 8 animateurs de programmes de santé et 23 professionnels de santé des CS. Leur âge variait entre 28 à 58 ans. Au niveau du SIAAP un âge avancé caractérise les animateurs de programmes. Au niveau du SIAAP, le nombre d années global de services des animateurs variait entre 15 à 35 ans 10

18 tandis qu au niveau des CS, le nombre d années de services global des professionnels variait entre 8 mois à 33 ans. Aux différents niveaux, les femmes sont plus représentées que les hommes. Neuf (9) autres répondants au niveau des CS avaient été prévus pour les entretiens mais ils n ont pas été interviewés. Les raisons évoquées sont les suivantes : dans les 4 CS l activité relative à la santé mentale n était pas mise en œuvre ; dans un CS l un des responsables n était pas disponible ; dans un autre CS l activité relative à la LAT n était pas réalisée ; un répondant a été interviewé pour deux personnes et un autre a été interviewé pour trois personnes. Concernant l analyse documentaire, dans les 4 registres de réunions de coordination des CS organisées de 2005 à 2012, 48 comptes-rendus de réunions ont été analysés. Les grandes lignes de la rédaction des rapports périodiques figurent à l Annexe 8. Durant l année 2011 sur 755 nouvelles acceptantes de méthodes contraceptives (pilule) enregistrées, 719 fiches individuelles de PF ont été recensés. Toujours dans la même année sur 252 patients diabétiques enregistrés, 211 dossiers de patients suivis ont été identifiés. Au niveau du SIAAP, de Novembre 2010 à Février 2012, le contenu des 6 comptes-rendus de réunions périodiques ont été analysés. La présentation des grandes lignes de ces rapports figure à l Annexe 9. Une liste des 13 programmes de santé reconnus prioritaires au niveau de la préfecture a été définie (Annexe 5). Discussion Certains aspects dans la pratique du monitoring au Maroc, méritent d être comparés à la pratique du monitoring dans d autres pays. Ces aspects concernent le lieu du déroulement du monitoring ; les caractéristiques des participants ; la périodicité et la durée des rencontres ; les indicateurs utilisés pour le monitoring ; l encadrement des professionnels de santé des CS tout au long des préparatifs. Le lieu du déroulement du monitoring aurait un rôle important dans l amélioration des prestations de services. D après une étude réalisée dans le district de Houndé en 1996 dans 5 CS, le déroulement des rencontres pour l interprétation des données et la planification des actions correctives s effectue au niveau des centres de santé (NACOULMA et al, 1996). Une expérience du Sénégal et du Congo Démocratique documentée en 2005 ont donné des resultats similaires (DIALLO et al, 2005). Si l endroit idéal du déroulement du monitoring serait le Centre de Santé, l équipe des CS aurait la chance de participer et de proposer des actions correctrices réalistes. L effectif des participants serait réduit et la discussion serait plus productive. Cet aspect ressort du résultat évoqué par 11

19 NACOULMA et al. Une gestion participative des ressources humaines est une source de motivation pour les équipes des organisations que cela soit à un niveau local ou à un niveau élevé (5). Concernant la périodicité et la durée consacrée au monitoring des services de santé, dans notre étude le monitoring est réalisé une fois par an, la durée qui y est consacrée est d une demi-journée de travail. NACOULMA et al. ont utilisé une périodicité semestrielle. L expérience documentée par DIALLO a révélé qu une durée de deux jours minimum doit y être consacrée et que la périodicité doit être établie en tenant compte de deux choses : la charge du travail que requiert un tel exercice, le délai nécessaire pour apprécier les resultats après la mise en place d une stratégie correctrice. Dans notre étude, les indicateurs de programmes utilisés pour analyser les performances varient d un programme à un autre. NACOULMA et al ont utilisé les cinq déterminants de la couverture pour mesurer les progrès réalisés au niveau des cinq CS du district. Cette même méthode est utilisée par DIALLO et al. Pour le monitoring des services de soins obstétricaux, MAINE et al. ont rapporté l utilisation de trois indicateurs de couverture que sont la disponibilité, l utilisation et la qualité (14). L encadrement des personnels tout au long des différentes étapes du monitoring est d une importance capitale. Dans notre étude, les analyses des documents de supervision réalisée au niveau du SIAAP a révélé deux passages de l équipe de supervision pour chaque CS dans l année. Les resultats des travaux n ont pas spécifié le nombre de passages aux différentes étapes du monitoring. Cependant, DIALLO et al. ont proposé dans les préalables à l exécution du monitoring de faire accompagner par les équipes cadres de districts les équipes des centres de santé. L exécution du monitoring doit s achever par l élaboration d un plan d amélioration et d un rapport final de monitoring ; les resultats des monitorings précédents doivent être comparés à ceux du monitoring actuel pour évaluer les progrès réalisés. Dans notre étude, les rencontres du bilan annuel s achèvent par l établissement d un rapport qui évoque les grandes lignes des recommandations qui doivent être observées par les CS. DIALLO et al. ont proposé de micro planifier les actions correctrices en définissant par qui- où- quand- avec qui- avec quoi- les tâches à exécuter- les ressources- le calcul des coûts- les contraintes etc. cette méthode appliquée quelques années plus tôt par NACOULMA et al. a révélé une amélioration dans l évolution de la couverture par les prestations de services. Pour montrer les resultats encourageants qui résultent du monitoring, une étude réalisée au Maroc conclue : «assessment of unmet obstetric need in Taounate province proved feasible and affordable without external budgetary inputs for data collection and analysis. It 12

20 provided the team with information on the magnitude of a previously ignored problem. The results were so striking as to lead the team to look for causes and solutions» (A.Belghiti, V. De Brouwere et al, 1998) (4) Dans le cadre du monitoring, le caractère prioritaire des programmes de santé varie en fonction du profil épidémiologique de chaque province ou préfecture. Parmi ces programmes il pourrait exister d autres programmes qui présentent ce caractère prioritaire mais qui ne sont pas évoqués au cours de ces présentations, ceci justifie qu on ne peut pas tout monitorer. Les problèmes rencontrés par les professionnels de santé ne présentaient pas de différence en fonction du milieu. Ceci n a aucune répercussion dans le traitement et la synthèse des informations fournies par les professionnels issus de milieu différent (urbain ou rural). La méthode adoptée pour réaliser cette étude est adaptée pour mener une analyse exploratoire. Elle est convenable pour identifier les CS présentant les caractéristiques évoqués, et d analyser le niveau de pratique du monitoring par les professionnels de santé du niveau opérationnel. Limites : Cependant, dans notre étude nous n avons pas tenu compte de la performance de chaque CS dans les réalisations. Ce critère était indispensable pour vérifier également la pratique du monitoring et surtout l expérience des professionnels au niveau d une structure de soins ayant de faibles performances. Le critère de la densité de population désservie varie d une province à l autre, pour des études ultérieures qui visent la généralisabilité il serait souhaitable de rendre ce critère uniforme. Dans l étude il était prévu une observation participante qui n a pas été réalisée. Les resultats issus de cette observation pourraient permettre d identifier l effectif et la provenance des participants aux réunions du bilan annuel. Conclusion L évaluation de la performance des programmes de santé étant réalisée une fois dans l année au cours du bilan annuel ne constitue pas une démarche de monitoring (2, 15). Cette démarche du monitoring par les services de santé de base ne peut permettre d améliorer la mise en œuvre des programmes de santé selon le plan établi, ni de suivre les changements dans les services qui sont fournis afin de générer de bons resultats (14). Pour envisager une amélioration de la pratique du monitoring il serait indispensable de réaliser des études complémentaires et de revoir cette pratique en tenant compte du contexte organisationnel du système de santé au Maroc. 13

La gestion de l approvisionnement pharmaceutique.

La gestion de l approvisionnement pharmaceutique. La gestion de l approvisionnement pharmaceutique. Juarez HYGINO Pharmacien de Santé publique. Introduction Aucun système de santé au monde n offre un accès illimité à tous les médicaments. La sélection

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Annexe-11 Plan de la fourniture des services de conseils (soft component)

Annexe-11 Plan de la fourniture des services de conseils (soft component) Annexe-11 Plan de la fourniture des services de conseils (soft component) (Premier domaine : Aide à l établissement l du plan des activités de la tournée) 1. Arrière-plan En milieu rural dans les régions

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formations en Technologies de l Informatique

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Rapport de mission de supervision

Rapport de mission de supervision Rapport de mission de supervision 11-17 Novembre 2012 Département de l Alibori et de l Alibori I Introduction contexte Le MEDISTOCK demeure l un des logiciels efficaces dans la gestion des médicaments

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Du 24 au 26 mars 2008

Du 24 au 26 mars 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION MESURE ET CONTRÔLE DES IMPAYÉS Du 24 au 26 mars 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 3 T2 AVRIL 2008 INTRODUCTION TI Du 24 au 26 mars 2008, une séance de formation

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en team building : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011 Besançon, le 21 octobre 2011 Rectorat Division des examens et concours D.E.C. 1 RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011 Session 2011 EPREUVE ECRITE LE :

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS.

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS. Programme MOUSSANADA Axe : Système d information Action d assistance à la maîtrise d ouvrage pour l intégration d une solution informatique intégrée métier TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS...

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels le 17/03/2012 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation des formateurs en «Management de l innovation» Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Sfax Institut Supérieur d Informatique et de Multimédia de Sfax Sigle de l ISIMS Mastère Professionnel

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Mission SANTE 3. Rapport final. Appui au développement d un outil d interface à l exploitation des données des enquêtes annuelles

Mission SANTE 3. Rapport final. Appui au développement d un outil d interface à l exploitation des données des enquêtes annuelles MINISTERE DE LA SANTE ------------------------- DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION Appui au Renforcement des Capacités Statistiques au Burkina Faso 8 ACP BK 40 Mission SANTE 3 Rapport final Appui

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une foi ----------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION Direction des Établissements de Santé FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES Les CLIN

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks Vérification Interne Vérification du cadre de contrôle des stocks Juin 2010 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF...5 1. INTRODUCTION...9 1.1 CONTEXTE...9 1.2 OBJECTIFS...9 1.3 ÉTENDUE DE LA VÉRIFICATION...9

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions 9 juin Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009- Introduction Le Comité de vérification du Bureau du directeur général des élections du Canada

Plus en détail

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales Route du Grand-Lancy 87 bis 1212 Grand-Lancy / Genève / Suisse Tél. +41 22 596 44 80 Fax +41 22 596 44 89 www.sdpsys.ch SLA (Service Level Agrement) Conditions générales ORGANISATION 1 INTRODUCTION....2

Plus en détail

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique)

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique) REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE MONASTIR PAQ-CG «Allocations pour améliorer la Capacité de Gestion de l Université de Monastir»

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction des Ressources Humaines ا ا وزارة ا اارد ا DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Conférence santé en

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général Termes de référence pour le recrutement d un(e) consultant(e) Assistant en événementiel juillet 2014 Plan de Communication Lignes budgétaires : 4.2.5 et 4.2.8. du DP3 Plan de Communication O. Contexte

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en coaching : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur, 1.

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

PROCESSUS D ÉVALUATION ET D ATTRIBUTION DE

PROCESSUS D ÉVALUATION ET D ATTRIBUTION DE PROCESSUS D ÉVALUATION ET D ATTRIBUTION DE CRÉDITS DE RDC Adopté par le Comité des chefs de secteur (CCS) le 17 mars 2009. 1. Principes 1. Ce document précise le processus utilisé pour l attribution des

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Auto-évaluation des organisations de l hémophilie

Auto-évaluation des organisations de l hémophilie Auto-évaluation des organisations de l hémophilie Introduction À l instar de nombreuses organisations bénévoles, les organisations de patients hémophiles ont parfois du mal à subvenir aux besoins de la

Plus en détail

DOMAINES DE COMPETENCE:

DOMAINES DE COMPETENCE: Mr. Patrick NAMBEANRE GAGUENE Gestionnaire comptable Chargé de Mission Jeunesse, Sports, Arts, Culture et ONG, Communicateur Social, Consultant sur les questions de la Société Civile et de l Insertion

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE MISE EN ŒUVRE DE

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 12INI133 Togo / ppui du CCM Togo dans le pilotage des subventions du Fonds Mondial Demandeur : CCM I. Contexte Le TOGO est, à ce jour, bénéficiaires de trois subventions

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail