Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo"

Transcription

1 Avril 2013 Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo Brazzaville, 27 mars 2013

2 Table des matières I - INTRODUCTION... 3 II - TRAVAUX DE LA TABLE RONDE... 4 II.1. La session introductive... 4 II.2. Présentation des premiers outils développés : l architecture légale et institutionnelle... 5 II.3. Présentations et travail en groupe sur l analyse juridique et outil de diagnostique... 6 Présentation de l analyse juridique et l outil de diagnostique... 6 Travail en ateliers et présentation des résultats en plénière... 7 II.4. Groupe(s) de travail sur les ressources naturelles Ses missions Sa structuration Identification des priorités et planning pour le groupe de travail III. EVALUATION ET CONCLUSION DE LA TABLE RONDE Résultats de l évaluation Conclusion ANNEXES CONTACTS

3 Ce rapport présente les discussions et réflexions de la table ronde du 27 mars 2013 tenue à Brazzaville, République du Congo. Il reprend les différentes sessions du programme de la journée. I - INTRODUCTION Contexte général Depuis un an et demi, ClientEarth a rejoint des partenaires congolais engagés à renforcer la gouvernance forestière et les droits des communautés locales et autochtones. Dans un premier temps, le soutien juridique apporté a visé à soutenir et renforcer la participation de la société civile au processus de l Accord de Partenariat Volontaire (APV) et à la révision du code forestier. Aujourd hui, la dynamique de soutien juridique s inscrit dans une vision plus large d analyse et de renforcement de capacités dans tous les domaines des ressources naturelles où les communautés locales sont touchées. Nous travaillons ainsi à faire avancer les lois et les politiques publiques, au-delà des approches sectorielles étroites qui ne créent pas de liens entre les causes de la dégradation et la destruction des ressources naturelles et la perte conséquente de modes de subsistance pour les populations. D où, le développement d approches cohérentes et intégrées pour réformer la gouvernance des ressources naturelles. Un Focus groupe, regroupant 23 organisations de la société civile congolaise s est tenu le 26 janvier Cette activité a permis d identifier les priorités et besoins des OSC en matière d appui juridique sur les ressources naturelles et les droits des communautés au Congo. Les principales priorités exprimées pendant le focus groupe étaient le besoin d appui juridique par l analyse légale et la formation en droit des ressources naturelles, afin d aider les organisations à mieux intervenir dans les processus de révision législatives d une part, et à mieux conseiller et appuyer les communautés sur le terrain d autre part. Objectifs de la table ronde La table ronde a été organisée pour répondre au besoin exprimé lors du focus groupe pour la création d un groupe de travail juridique et le diagnostique des lois. Cette rencontre a visé à accompagner la société civile congolaise dans la création de groupes de travail juridique et à amorcer le travail d analyse juridique structurée de la législation congolaise relative aux ressources naturelles. Ont participé aux travaux de la table ronde 13 juristes et experts congolais en matière de protection des droits des communautés locales et droit de l environnement. La table ronde avait pour objectif de permettre aux participants : d avoir une bonne compréhension du soutien qui sera apporté par ClientEarth et comment cela se fera ; de donner leurs contributions sur la méthodologie d analyse juridique (outil de diagnostique); 3

4 d exprimer leur avis et souhait éventuel sur la création d un groupe de travail juridique sur les ressources naturelles et le rôle qu ils souhaiteraient jouer au sein de ce groupe; d identifier des priorités de travail et un planning provisoire. Résumé des points-clé de la journée Pour l essentiel, il convient de retenir de la table ronde ce qui suit : Pour procéder aux analyses juridiques, six (6) droits clés dans différents secteurs des ressources naturelles ont été retenu comme prioritaires: - droit de propriété, droit d usage et partage de bénéfices (droits substantiels) - accès à l information, participation dans la prise de décision et accès à la justice (droits procéduraux) Pour chacun des six (6) droits, les participants ont ressortis les questions clés à se poser pour faire un diagnostique de l accès aux ressources naturelles, les droits de communautés et la gouvernance Les participants ont présenté leurs compétences respectives d intervention sur les six (6) droits clés priorisés, à travers une matrice de compétences A travers ces compétences identifiées, trois (3) groupes de travail juridique ont été créés sur le «Code forestier», la «Gestion communautaire des forêts» et le «Partage des bénéfices» ; ainsi que leur planning de travail pour 3 mois. II - TRAVAUX DE LA TABLE RONDE II.1. La session introductive Cette courte session a été marquée par le mot de bienvenue de ClientEarth, la présentation des participants et du programme de travail. Dans son mot de bienvenue, Nathalie Faure a d abord souhaité la bienvenue à tous les juristes et experts qui ont fait le déplacement. Il a été rappelé brièvement le contexte de l organisation de la table ronde qui fait suite au focus groupe. Un rappel a été fait sur l objectif du projet qui est d autonomiser les communautés pour un meilleur accès aux ressources naturelles. ClientEarth appuie les OSC au moyen principalement: du développement d avis et outils juridiques (par exemple, le cadre légal et institutionnel présentation 1) de l analyse juridique (analyse forces-faiblesses présentation 2) de formations et de renforcement de capacités (groupe de travail entre autres - présentation 3) Pour terminer, il a été rappelé aux participants que la présente table ronde veut mettre à contribution des juristes et autres experts pour aider la société civile congolaise à développer sa force de propositions, à renforcer ses relations avec d autres 4

5 groupes/plateformes existantes et à contribuer à une analyse juridique poussée des forcesfaiblesses de la législation congolaise. II.2. Présentation des premiers outils développés : l architecture légale et institutionnelle Cette première présentation (voir présentation 1 en annexe), faite par Lilian Barros, a permis de partager avec les participants le travail réalisé par ClientEarth sur la Cartographie de l architecture légale et institutionnelle en République du Congo. Cette cartographie constitue un outil que la société civile pourra utiliser dans son travail d analyses juridiques sur les ressources naturelles et les droits des communautés. Cette architecture se décompose en deux parties : - une cartographie des ministères et de la répartition des pouvoirs au sein de l Etat par rapport à la gouvernance des ressources naturelles - une base de données des traités internationaux et de la législation nationale pertinente pour effectuer des recherches et analyses sur l accès aux ressources naturelles (principalement les secteurs forets, faune et flore, mines, eau, agriculture et énergie) et les droits des communautés En ce qui concerne la cartographie institutionnelle, il a été rappelé la pertinence de regarder les trois pouvoirs de l Etat pour mieux comprendre la gouvernance des ressources naturelles et notamment : - au niveau exécutif : la cartographie présente les responsabilités et pouvoirs et la présentation des ministères ayant un lien direct avec les ressources naturelles et droits des communautés - au niveau législatif : l accent a été mis sur la hiérarchie des normes juridiques et le processus de vote de la loi en République du Congo, qui sont des éléments essentiels à maitriser afin de faire le suivi des lois et soutenir la force de plaidoyer de la société civile - au niveau du judiciaire : l accent est mis sur l organisation générale de la justice, les compétences des juridictions (court suprême, cour d appel, juridictions civiles, pénales, administratives, etc.), les procédures judiciaires et les principaux acteurs de la justice. Un accent particulier a été mis sur les rapports entre le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire et l administration de la justice au niveau local. Quant à la base de données, le travail a consisté à collecter et présenter sous une forme facilement accessible toute la législation applicable au Congo relative aux droits des communautés et aux ressources naturelles. Cela comprend la législation sur les plans international et régional (conventions, traités, accords, etc.), national (constitution, lois, décrets, arrêtés, circulaires, etc.) et local (arrêtés, avis). Pour chaque loi/traité, il est présenté sa date d adoption et ratification ou de promulgation, l objet du texte, les amendements faits ou en cours (s il en existe) et la référence du texte dans la base de données physique. Cette base de données sera mise à disposition des OSC une fois finalisée. Elle sera également accessible au public sur un site internet. 5

6 II.3. Présentations et travail en groupe sur l analyse juridique et outil de diagnostique Présentation de l analyse juridique et l outil de diagnostique Dans son exposé, Eugenio Sartoretto a apporté des précisions aux participants sur le soutien juridique qui peut être développé au cours des mois à venir, afin d appuyer la société civile et le groupe de travail pour réaliser un diagnostique des lois congolaises (voir la présentation 2 en annexe). L analyse juridique structurée a pour but de faire ressortir la façon dont les droits des communautés sont traités dans la législation et de faire des recommandations pour renforcer ces droits et les rendre accessible. Cela permettra également de comparer les différentes lois sectorielles et la protection offerte à différents niveaux (international, régional, national) et de faire ressortir les éventuels vides juridiques ou incohérences dans la législation. Les éléments principaux de l analyse juridique sont résumés ci-dessous : Cette analyse juridique va se focaliser sur trois (3) droits substantiels et trois (3) droits procéduraux qui sont essentiels à considérer pour améliorer l accès aux ressources par les communautés : Pour les droits substantiels : 1. Droit de propriété 2. Droits d usage 3. Partage des bénéfices Pour les droits procéduraux : 4. Accès à l information 5. Participation dans la prise de décision 6. Accès à la justice Chacun des six droits-clé sera analysé en règle générale et dans les secteurs des ressources naturelles suivants : les forêts, les minéraux, l eau et la pêche, le pétrole et le gaz, et l agriculture et la terre Chaque droit-clé sera analysé sur la base de l outil de diagnostique qui est une série de questions qui guideront l analyse et permettent d encadrer les recherches sur chaque droit, par rapport aux problématiques qu il fait ressortir (voir les travaux de groupe ci-dessous) L analyse se fera sur en tenant compte des niveaux de législation : international, régional, national et local. Le schéma de l outil diagnostique présenté ci-dessous résume la vision générale de la démarche d analyse juridique structurée. 6

7 Cette présentation a donné lieu aux questions d éclaircissement sur les droits substantiels et procéduraux et la compréhension du schéma sur l analyse juridique structurée des lois. Elle a aussi contribué à préparer les participants aux travaux en ateliers. Travail en ateliers et présentation des résultats en plénière Il a été demandé aux participants de constituer deux groupes de travail afin de contribuer à la méthodologie d analyse juridique (outil de diagnostique). Les participants étaient également invités à remplir une matrice de compétences en indiquant sur quel droit et quel niveau de législation se trouve leur expertise, pour pouvoir être sollicité pour l analyse juridique structuree et par la société civile. Plus spécifiquement, chaque groupe devait répondre, sur la base des présentations et échanges effectués, aux deux (2) questions suivantes : 1. Quelles sont les questions clés à se poser pour faire un diagnostic de l accès aux ressources naturelles, du droit des communautés et de la gouvernance, pour chaque droit-clé (droit de propriété, droits d usage, partage de bénéfices, accès à l information, participation dans la prise de décision et accès à la justice)? 2. Quel est votre domaine d expertise par rapport aux six droits clés retenus? Cet exercice a permis de commencer à développer un outil de diagnostique (questions retenues voir la matrice ci-dessous) qui guidera l analyse des législations. Les résultats issus des différents groupes de travail ont été présentés en plénière pour amendements et validation. Les résultats de ces travaux de groupes se présentent comme suit : 7

8 1. s clés à se poser pour faire un diagnostique de l accès aux ressources naturelles, du droit des communautés et de la gouvernance Droits substantiels Droit proceduraux Droit à la propriété Partage des bénéfices Droit d usage Accès à l information Participation Accès à la justice Qu est ce que la propriété? Quels sont les différents types Qu est ce que le droit Quels sont les outils légaux Qu est ce que la participation Qu est ce que l accès à la de bénéfices : matériel, d usage? d accès à l information? et la consultation? justice? pécuniaire, sociaux, autres? Existe-t-il une définition formelle? Quel sont les différents types de propriété? (Publique/privée, individuelle/ collective, coutumière/formelle) Quelles sont les formes d accès à la propriété? Qu est ce qui garantit la propriété? Qu est-ce qui est prévu pour prévenir les conflits de propriété? Quels mécanismes de résolution des conflits? L accès à la propriété est-il simplifié ou complexe? Comment se fait le partage des bénéfices? Qui définit le partage des bénéfices? Sur quelle base les bénéfices sont-ils collectés? Comment les bénéfices sont reversés aux communautés? Quels sont les critères d utilisation des bénéfices? Quel est le dispositif de suivi du partage des bénéfices? Quelles sont les sanctions en cas de non respect ou de violation de la loi dans la gestion du partage? Quels sont les différents droits d usage? Quel est l objet d un droit d usage? Quelle garantie existe-t-il pour les droits d usage? Qui détermine les droits d usage? Quel est le rapport entre le droit d usage et le droit de propriété? Comment se présente la structure nationale d accès à l information? Quelle définition est donnée de l accès à l information? Quels sont les moyens prévus pour garantir l accès à l information? L accès à l information estil un droit? Quelles sont les limites légales et règlementaires à l accès à l information? Quels types d information sont garantis dans les textes? Quels sont les différents types de participation et de consultation? Quel sont les différentes étapes et niveaux de participation et de consultation? Comment les citoyens sont-ils associés? Quelles sont les mesures légales pour garantir une participation effective et équitable? Qu est ce que le consentement libre, informé et préalable (CLIP)? Quelles sont les limites juridiques de la participation et consultation? Est-ce que la justice traditionnelle est reconnue? Les citoyens sont-ils informés de leurs droits? Quelles sont les structures juridiques et judiciaires existantes sur l accès à la justice? Quel sont les rapports entre la justice traditionnelle/coutumière et la justice statutaire? Comment se fait la gestion des conflits au sein des entités traditionnelles? Comment sont réglés les litiges/conflits au sein des entités statutaires? Quelles sont les dispositions et les mécanismes garantissant l accès à la justice? Quelle sont les dispositions de la loi sur la médiation? Quels sont les différents types de justice au Congo? (admin, pénale, civile, etc.) 8

9 2. Domaines de compétence des participants ressortis dans les matrices des six droits clés retenus Règles générales International, régional et bilatéral Partage de bénéfices Accès à l information Droit à la propriété National : constitution, lois, règlements Nganga Jean Coutumes International, régional et bilatéral Nguemali Lauriane National : constitution, lois, règlements Melchior Juste Coutumes International, régional et bilatéral Mbemba Nuptia Angimbat National : constitution, lois, règlements Melchior Juste Mbemba Nuptia Nguemali Lauriane Coutumes Moussele Disséké Guy Mbemba Nuptia Forêts et chasse Nguemali Lauriane Moussele Diséké Guy Bitséké Patrick Mbemba Nuptia Nguemali Lauriane Nganga Jean Mbemba Nuptia Nguemali Lauriane Mvoukani Inès Mfoutou Sylvie Matsala Bienvenu Minéraux Eaux et pêche Pétrole et gaz Agriculture Nganga Jean Bitséké Patrick Nganga Jean Nganga Jean 9

10 Règles générales Forêts et chasse International, régional et bilatéral Nguemali Lauriane Droit d usage Participation Accès à la justice National : constitution, lois, règlements Melchior Juste Nguemali Lauriane Moussele Diséké Guy Bitséké patrick Nguemali Lauriane Coutumes Moussele Diséké Guy International, régional et bilatéral Matsala Bienvenu Matsala Bienvenu Minéraux Matsala Bienvenu Eaux et pêche Matsala Bienvenu Pétrole et gaz Matsala Bienvenu Agriculture Nganga Jean Matsala Bienvenu National : constitution, lois, règlements Nganga Jean Nganga Jean Nguemali Lauriane Mbemba Nuptia Bitséké Patrick maixent Nganga Jean Coutumes Moussele Diséké Guy Mbemba Nuptia International, régional et bilatéral Nguemali Lauriane Pongui brice National : constitution, lois, règlements Melchior Juste Bitséké Patrick Mbemba Nuptia Nguemali Lauriane Nganga Jean Melchior Juste Coutumes Moussele Diséké Guy Mbemba Nuptia Moussele Diséké Guy Animbat Animbat 10

11 II.4. Groupe(s) de travail sur les ressources naturelles Cette session a permis de discuter avec les participants de la création de groupes de travail juridique sur les ressources naturelles qui pourraient venir en soutien de la force de proposition de la société civile. Une courte présentation de Nathalie Faure a résumé les priorités identifiées lors du focus groupe par les OSC, afin de remettre la création des groupes de travail dans ce contexte et de prendre en compte les besoins exprimés pendant cette rencontre précédente (voir la présentation 3 en annexe). La discussion sur la creation de groupe de travail et ce qu il en est attendu s est poursuivi en plénière et a été animée par Lilian Barros, Eugenio Sartoretto et Nathalie Faure. Les questions principales sur lesquelles nous nous sommes concentrés étaient : Quelle mission assigner à ce groupe de travail? Comment le structurer? Qui est-intéressé? Quel sera le planning de travail et la date pour la prochaine plénière? Quelle sera sa relation avec les groupes/plateformes déjà existants? Comment assurer la coordination de ces groupes? Les participants ont retenu les réponses présentées ci-dessous pour le groupe de travail à mettre en place. Ses missions Une session de brainstorm a été animée sur la question de la mission principale du groupe de travail. Les réponses des participants ont été : Faire l analyse et le diagnostique des textes juridiques sur les ressources naturelles et les droits des communautés ; Concevoir des outils méthodologiques ; Favoriser l échange entre les membres et les autres acteurs ; Evaluer les impacts du travail juridique réalisé par le groupe; Formuler des propositions sur la base du diagnostique ; Etre un laboratoire juridique ; Renforcer les capacités juridiques de la société civile. Sa structuration Les participants ont décidé que soient formés trois (3) groupes de travail dont un groupe principal et deux sous groupes. Pour chacun des groupes, un point focal sera chargé d organiser les réunions de travail, de maintenir la dynamique des groupes et des membres et de faciliter les relations avec les acteurs externes au groupe de travail. 11

12 Comme priorités, les participants ont retenu de travailler sur le Code forestier, la Gestion communautaire des forêts et le Partage des bénéfices. Code forestier Point focal : Juste Melchior Kounga (Juriste/OCDH) Gestion communautaire des forets Point focal : Patrick Landry Bitseke Ondzoli (Juriste/CJJ) Partage des bénéfices des forêts Point focal : Bienvenu Parfait Matsala (Juriste/OCDE) Membres : Juste Melchior Kounga (Juriste/OCDH) Inès Mvoukani (Juriste/Azur) Brice Pongui (Juriste) Lauriane Nguemali (Juriste) Membres : Patrick Landry Bitseke Ondzoli (Juriste/CJJ) Jean Nganga (ADPPA) (Juriste/FGDH) Sylvie Mfoutou Banga (Juriste/ODDHC) Nuptia Mbemba Talansi (Magistrate) Membres : Bienvenu Parfait Matsala (Juriste/OCDE) Guy Moussele-Diseke (Juriste/ARCACD-RENAPAC) Octave Mandaka (Juriste/APTS) Planning des groupes de travail Les trois groupes de travail ont tous retenu la durée de 3 mois pour la mise en œuvre de leurs plans de travail initial, soit d avril à juin 2013, avec une réunion en plénière à miparcours et une à la fin de ces trois mois. Des plannings provisoires ont été développés pendant la table ronde. Il faut cependant noter que ces plannings seront consolidés pendant la première séance de travail des groupes de travail. Les plannings retenus sont les suivants : 1 - Groupe de travail sur le «Code forestier» Activité Elaboration de la méthodologie de travail : -Une séance de travail par semaine -Durée de travail : 4 heures (15H 19H) Collecte d information Identification des forces et faiblesses ainsi que des problèmes relatifs à la situation des populations locales et autochtones dans le draft Analyse et traitement de l information collectée/obtenue Faire des propositions sur les faiblesses identifiées Analyse du draft des informations obtenues Rédaction du rapport de 3 mois et perspectives Période Avril Avril Avril - Mai Avril - Mai Avril - Mai Mai Juin Juin 12

13 2 - Groupe de travail «Gestion communautaire des forêts» Activité Recherche et analyse comparée documentaire sur les forêts communautaires des autres pays Analyse du fonctionnement actuel des séries de développement communautaire (SDC) au Congo Synthèse du travail fait et propositions Période 1 mois ½ (Avril -Mai) ½ mois (Mai) 1 mois (Juin) 3 - Groupe de travail «Partage de bénéfices» Activité Etablir une analyse globale du problème de partage des bénéfices tel que présenté dans le code forestier : -identification des forces, faiblesses ressortis dans le code forestier -analyse et proposition des améliorations Faire une recherche documentaire et factuelle Analyse et propositions Compte rendu/rapport Période Avril Avril Avril Juin Juin Coordination et relation avec les autres groupes Chaque groupe, et en particulier le point focal, s est engagé à garder la dynamique du groupe active. Lilian Barros assurera la facilitation des rencontres et la coordination des groupes. Il s assurera également que les groupes aient les outils de travail nécessaires à leur disposition pour procéder aux analyses juridiques (et notamment la base de données juridique). Par rapport aux autres groupes et plateforme existants, les groupes de travail ont vocation à venir en renfort à leurs initiatives. Ils permettront de faire le travail d analyse juridique, et de développer des outils de travail (notamment des formations) afin d appuyer les OSC. Cependant, il est important que les autres groupes et experts puissent être associés a ce processus. Il est ainsi prévu que les résultats des groupes de travail puissent être partagés et discutés par les membres de la société civile, avec le soutien en particulier de la Plateforme de Gestion durable des forêts qui est représentée par plusieurs membres au sein des groupes. 13

14 III. EVALUATION ET CONCLUSION DE LA TABLE RONDE Résultats de l évaluation PARTIE 1 Visage correspondant à l humeur du jour Les douze (12) participants ont exprimé leur appréciation de la table ronde de manière suivante : Très contents : 10 participants Assez contents : 2 participants Pas contents : 0 participant Commentaires généraux des participants sur la table ronde : Je me sens bien ; La journée de travail n a pas été surchargée ; Le travail était riche en échanges ; L expertise était élevée ; Les débats étaient de qualité ; Bonne communication ; Mise à jour des informations et données institutionnelles reçues ; Modules bien présentés et riches ; Problématiques abordées très importantes ; Bonne gestion du temps ; Objectifs clairs dans l ensemble ; Contributions efficaces ; Contents de la mise en place des groupes de travail. PARTIE 2 Les participants ont été invités à apporter leur appréciation sur la méthodologie et la facilitation de la table ronde, le contenu du travail réalisé et la logistique. Il ressort de l analyse des fiches d évaluation ce qui suit : Méthodologi e et facilitation Nombre de Nombre de points positifs points négatifs 12 (participants) 0 (participants) Choses à changer dans le futur Contenu 11 (participants) 1 (participant) Distribution des supports de communication aux participants Logistique 8 (participants) 4 (participants) -Distribution des supports de communication aux participants. -Amélioration des repas. -Augmentation du coût de remboursement des transports des participants (de à FCFA) 14

15 Conclusion Dans l ensemble, les participants ont salué la mobilisation, l engagement et le professionnalisme de ClientEarth et reconnu que la valeur ajoutée de cette table ronde est d avoir permis aux juristes et autres experts travaillant sur la problématique des ressources naturelles et droits des communautés d échanger et de se mettre ensemble dans des groupes juridiques de travail pour renforcer les capacités de la société civile sur l analyse juridique des lois et politiques publiques mises en œuvre aux niveaux national et local, pour le bien être des communautés et populations autochtones. Des engagements ont aussi été pris pendant la table ronde, notamment : Pour ClientEarth : mettre à la disposition des 3 groupes de travail la base de données réalisée sur les ressources naturelles et les droits des communautés et accompagner le travail des groupes en terme de logistique et de formation en cas de besoin exprimé. Pour les 3 groupes mis en place : l engagement des membres à s investir dans le travail et à suivre le calendrier fixé de commun accord. En ce qui concerne les thèmes de travail, la poursuite de l analyse du code forestier, la gestion des forêts communautaires et le partage des bénéfices sont apparus comme des éléments majeurs pour la première phase de travail des groupes, en vue d apporter une contribution de la société civile au processus d élaboration du nouveau code forestier. Les groupes de travail constituent autant d expertises que la société civile pourra capitaliser pour mettre à profit dans la continuation de ses activités sur les ressources naturelles et les droits des communautés. Après avoir exprimé toute sa gratitude aux juristes et autres experts pour la qualité du travail abattu et la disponibilité dont ils ont fait preuve tout au long des travaux, ClientEarth a pris l engagement de faire parvenir aux participants le rapport de la table ronde. Pour terminer, ClientEarth exprime sa disponibilité à toujours appuyer toutes les initiatives se rapportant au travail des groupes juridiques mis en place en ce sens qu il s agit d abord et avant tout d un enjeu de développement. A bientôt! L équipe de ClientEarth 15

16 ANNEXES 1. Liste des participants 2. Agenda de la table ronde 3. Les 3 présentations de ClientEarth CONTACTS Nathalie Faure Skype: natfaure4 Londres : +44 (0) (fixe) Brazza : Lilian Barros Skype : lilian.barros574 Brazza : Eugenio Sartoretto Skype: gnegno1181 Londres : +44 (0) (fixe) Brazza :

Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF

Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF République Démocratique du Congo Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF Plan de consultation Kinshasa,

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE Une réunion de restitution de la rencontre des représentants de la société civile avec la délégation de l Union européenne le 21 Novembre 2014 en vue

Plus en détail

Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED

Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED République du Congo Unité-Travail-Progrès Union Européenne Projet d Actions pour le Renforcement de l Etat de Droit et des Associations (PAREDA) 10ème FED Cérémonie de Lancement de la Plateforme de Publication

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Cas de la Plateforme du Niger

Cas de la Plateforme du Niger Plateformes Nationales de Dialogue entre Acteurs pour l Adaptation de l Agriculture au Changement Climatique Cas de la Plateforme du Niger M me HIMA Fatimatou, Plateforme Paysanne/Niger avril 2013 UNE

Plus en détail

Document de contribution au R- PP Congo

Document de contribution au R- PP Congo Plateforme Congolaise pour la Gestion durable des forêts Case J061V OCH Moungali III, BP: 5058 Ouenzé Brazzaville, République du Congo Téléphone : (+ 242).05 553 15 73/ 05 772 57 64 /524 19 56 ; Email

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS SYNTHESE INTRODUCTION La présente étude documentaire a été réalisée par le Programme Carbone forestier, Marchés et Communautés (FCMC). Ce programme

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN Le citoyen au coeur du service public de la Justice 15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN citoyen au coeur du service public de la Justice UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE

Plus en détail

Appel à contribution pour l'organisation de laboratoires d'expériences et de modules

Appel à contribution pour l'organisation de laboratoires d'expériences et de modules Rencontres régionales de la coopération et de la solidarité internationale "Nouvelles pratiques et innovations" Appel à contribution pour l'organisation de laboratoires d'expériences et de modules Sommaire

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

la gestion ATELIER DE FORMATION ATELIER DE ET DU DROIT ET DE LA RCA Jet

la gestion ATELIER DE FORMATION ATELIER DE ET DU DROIT ET DE LA RCA Jet Projet GCP/RAF/441/GER «Renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique centrale à travers la gestion durable des produits forestiers non ligneux» ATELIER DE FORMATION : ATELIER DE FORMATION SUR L'INTEGRATION

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Droit pénal et droit pénitentiaire Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Groupe de travail sur le droit pénal en vue de préparer un instrument

Plus en détail

ASSOAL En partenariat avec

ASSOAL En partenariat avec ASSOAL En partenariat avec AC-BP-FL, le PNDP? et le FEICOM? JOURNEES NATIONALES DE LA TRANSPARENCE BUDGETAIRE Contexte PREMIERE EDITION YAOUNDE, OCTOBRE 2014 TERMES DE REFERENCE Au Cameroun, la loi constitutionnelle

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA)

RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA) RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA) RELATIF A L APPEL D OFFRES N 248/MEFCP/DIRCAB/DGEFCP DU 04 NOVEMBRE 2013 PAR LE CONSULTANT INDEPENDANT

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

> innovation. Action «Normalisation» descriptif

> innovation. Action «Normalisation» descriptif Action «Normalisation» descriptif > Pour répondre aux questionnements des entreprises, la CCI Paris Ile-de-France et AFNOR Normalisation proposent aux entreprises de réaliser un pré-diagnostic normalisation

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel - 1/14 - Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en œuvre de l entretien professionnel et, pour cela, de rappeler pour chacune des étapes les activités

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités PASOC Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités L offre de renforcement des capacités du PASOC consiste d une part à mettre à la disposition des organisations qui en expriment

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Elaboration de scénarios pour la mise en place de la Géo-plateforme CIGAL

Elaboration de scénarios pour la mise en place de la Géo-plateforme CIGAL Elaboration de scénarios pour la mise en place de la Géo-plateforme CIGAL Réunion de lancement Xavier DUPASQUIER 15/12/2011 IETI Consultants 17 Bd des Etats-Unis - 71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 -

Plus en détail

Fiche 6 : Les groupes citoyens

Fiche 6 : Les groupes citoyens Fiche 6 : Les groupes citoyens La Direction générale de la santé (DGS) a souhaité approfondir la question de la participation des usagers-citoyens au système de santé à travers plusieurs démarches. A cette

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Recouvrement des frais

Recouvrement des frais Recouvrement des frais Secteur de l électricité Proposition de modifications au Règlement sur le recouvrement des frais de l Recouvrement des frais Ordre du jour de la séance d information Présentations

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-ABS/7/1/Add.1/Rev.1 25 mars 2009 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L'ACCÈS ET LE PARTAGE DES AVANTAGES Septième réunion

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION PREVU A L ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE

Plus en détail

1. Contexte et justification

1. Contexte et justification Termes de Référence pour l assistance technique à la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics du Ministère de la Santé Publique en République Démocratique du Congo 1. Contexte et justification

Plus en détail

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA PLATEFORME DE GESTION DES CONNAISSANCES POUR LA REFORME DE LA GOUVERNANCE COMPOSANTE 3 Objectif 3.C Sous-objectif 3.C.02

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

POINTS SAILLANTS DE LA REUNION

POINTS SAILLANTS DE LA REUNION C E F I L Centre de Formation de l Insee à Libourne Première Réunion du Groupe de projet «Plateforme éditoriale commune des instituts nationaux de statistique des pays membres d AFRISTAT» Bamako : 03 au

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail