Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot"

Transcription

1 Johanna Singvongsa Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot Lycée Charlie Chaplin Année

2 Sommaire Partie 1 : présentation du projet 3 - Description théorique 3 - Exp. : Mesure d énergie de condensation 4 - Exp. : Réfrigérant, colonne d eau 5 Manipulation 5 Observations 5 Partie 2 : Etude du phénomène «Variation de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression» 7 - Introduction 7 - Exp. : température d ébullition en fonction de la pression 8 o Manipulation 8 o Résultat 9 Partie 3 : Echangeur thermique 11 - la glacière 11 - la spirale 12 - l orgue d aluminium 13 - Exp. : capacité d échange thermique de la plaque 14 - Exp. : capacité d échange thermique d un tube 15 Partie 4 : Différence de pression 16 - la pompe 17 - la colonne d eau 19 - Exp. : Débit de la pompe 20 Résultats des expériences et calcul théorique Parte 5 : Problème et pistes non explorée 21 - Problème 21 - pistes non explorées 23 o colonne d eau à étage 23 o modification du projet 23 - conclusion 24 2

3 Partie 1 : Présentation du projet Le but du projet est la purification de l eau (produire de l eau potable) La méthode par vaporisation est très efficace mais elle consomme énormément d énergie. L intérêt consiste donc à expérimenter une manière moins gourmande en énergie. Partant de l hypothèse que la quantité d énergie nécessaire à l évaporation est la même que celle qui est dégagée lors de la condensation, l idée consiste à créer un «cycle» ou l énergie de condensation serait réutilisée pour une nouvelle vaporisation. Expérience : Mesure de l énergie de condensation (voir p 4) Il y a là alors un problème : pour que l énergie de condensation de la vapeur puisse se transmettre à l eau en ébullition, il faut que la température de la vapeur soit supérieure à celle de l eau liquide. Ce qui n est pas possible dans les même conditions de pression car la température d ébullition est identique à celle de condensation (à pression ambiante, θe = θc =100 C) La température d ébullition étant liée à la pression, la solution consisterait donc créer une différence de pression entre les deux milieux, pour permettre l échange d énergie. Expérience: Réfrigérant, colonne d eau L objectif final du projet est la création d un prototype capable de purifier l eau en consommant peu d énergie. Il est composé de deux milieux de pression différente (étanche l un de l autre) mais séparé par un échangeur thermique. Pour la circulation de la vapeur ces deux milieux doivent être reliés par une pompe qui aura en plus pour but de créer la différence de pression. Caisson étanche Milieu basse pression Θe plus basse L eau sale est évaporée Compresseur Surface d échange Milieu haute pression Θe plus élevé L eau propre se condense Circulation de la vapeur Echange thermique 3

4 Expérience : mesure de l énergie de condensation Mesure de l énergie de condensation Manipulation : On met dans une bouteille thermos, un volume d eau (froide) connu. On fait évaporer de l eau grâce au chauffe-ballon et on fait circuler la vapeur à l intérieur de la bouteille thermos.la vapeur se condense et libère de l énergie qui augmente la température de l eau. L eau condensée est recueillie dans l éprouvette (voir photo cidessus). Après quelques minutes, on mesure cette variation de température avec le thermomètre (l agitateur permet d homogénéiser la température) et le volume d eau condensé Résultats : Volume d eau dans le thermos : Vt = 250 ml Température initiale : T0 = 21 C Température finale : Tf = 41 C Volume d eau condensée : Vc = 11 ml Analyse des résultats : Calcule de la valeur Ec = énergie produit par la condensation d un ml d eau T = = 20 Ec = T * Vt * Et / Vc = 20 * 250 / 11 * Et Ec = 455Et Et = énergie calorifique d un g d eau = 4.2 J Ec = 1,9 kj On sait que l énergie nécessaire à la vaporisation d un ml est de 2.3kJ. Les résultats sont proches. Bien sûr nos mesures sont peu précises notamment sur le volume final et il y a également des petites pertes de chaleur mais on va accepter l hypothèse que l énergie de condensation est équivalente à l énergie de vaporisation. 4

5 Expérience : Observation de l évaporation dans un réfrigérant réfrigérant 2 H Ballon 1 3 Chauffeballon Cette expérience représente entièrement notre projet L objectif est de réussir à vaporiser de l eau uniquement avec l énergie de condensation de la vapeur. Manipulation : On produit de la vapeur dans un ballon grâce à un chauffe ballon. (1) Cette vapeur est mis en contact (thermique) avec de l eau chaude, dans un réfrigérant. (2). Cette eau ne circule pas. Une entrée du réfrigérant est bouchée, l autre se termine dans le pot d eau (3). On fait varier la pression à l intérieur du réfrigérant grâce à la création d une colonne d eau (voir schéma). La pression dépend de la hauteur H de la colonne d eau : plus l endroit est haut dans la colonne d eau, plus la pression est basse. (environ 1dBar / m) Observations : Exp1 : basse pression On pose le pot d eau au sol pour créer une plus grande colonne d eau. La pression dans le réfrigérant diminue. Ici, avec à peu près 1.5 m de colonne d eau la pression est de 0.85 Bar En diminuant la pression, on diminue également la température d ébullition. L échange thermique s effectue donc de la vapeur (100 ) vers l eau liquide qui a un palier d évaporation plus bas. On observe la formation de bulles le long de la paroi de contact avec la vapeur 5

6 Oservation de formation de bulles Exp2 : haute pression On lève le pot d eau afin que celui-ci soit au dessus du réfrigérant. La pression dans le réfrigérant augmente. En augmentant la pression, on augmente également la température d ébullition. L échange thermique s arrête quand l eau liquide a atteint 100. le palier d évaporation étant plus haut, aucune évaporation n est observée. Observation d absence de bulle Cette expérience nous permet de montrer que la température d ébullition de l eau dépend de la pression. Nous allons à présent étudier plus en détail le phénomène et déterminer si possible le lien entre la température d ébullition et la pression espérer. 6

7 Partie 2 : Étude du phénomène «Variation de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression» Pour le système fonctionne, il faut réaliser une différence de pression assez importante pour que la différence de température d ébullition soit significative. Le prototype que nous aimerions réaliser ne saurait bien sur pas résister à des conditions extrêmes, et la différence de pression ne sera que de l ordre du dixième de Bar. Nous avons donc essayé d obtenir certaines informations numériques sur la variation de température d ébullition en fonction des variations de pression seulement autour de 1 bar Pour réaliser les calculs théoriques pour le prototype, Il nous fallait donc déterminer le rapport température / pression dans les environs de 1 Bar Nous cherchons aussi à déterminer à quel intervalle de pression le rapport serait plus avantageux. (grande différence de température pour une petite différence de pression) Exp. : température d ébullition à haute pression Exp. : température d ébullition à basse pression Les résultats donne un rapport de environ 3 / dbar autour de 1 bar c est cette ordre de grandeur que nous utiliserons pour les calculs On observe un rapport plus élevé pour une pression plus basse mais une pression plus basse signifierait également une augmentation de volume du gaz et donc une diminution de l efficacité de la pompe. Pour le début, nous ne nous somme donc pas souciés de déterminer le meilleur intervalle et avons travaillé autour de 1 bar 7

8 Expérience : température d ébullition en fonction de la pression Exp. : pression haute Manipulation : On porte à ébullition de l eau dans un ballon (bicol) de telle sorte que la vapeur d eau remplace l air présent dans le ballon. On ferme alors hermétiquement le ballon. En installant les outils de mesure de pression et de température. On continue alors de chauffer l eau Le ballon étant fermé, l évaporation va provoquer une augmentation de la pression. L ensemble eau liquide vapeur ne peut être qu à la température palier d ébullition. On mesure donc la température de l ensemble et la pression, (le tout traité par le logiciel Synchronie) On peut ainsi tracer une courbe représentant la température d ébullition de l eau en fonction de la pression. ballon Mesure de température Synchronie Chauffe ballon La pression augmente Mesure de pression Exp. : pression basse Manipulation : On réalise une manipulation identique à la précédente sauf que plutôt que de continuer à chauffer, on laisse, au contraire, refroidir l ensemble. La vapeur se condense et va provoquer une diminution de la pression ballon Mesure de température Synchronie La pression diminue Mesure de pression 8

9 Résultats Pour la rédaction de ce rapport nous avons refait ces expériences en les réunissant : on chauffe durant un premier temps puis on laisse refroidir. On obtient ainsi deux courbes : l une de température l autre de pression. température en fonction du temps température temps Série1 pression en fonction du temps pression 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0, temps Série1 On chauffe durant la première minute 9

10 On refroidit durant le reste de la mesure A partir d environ 350s, on observe une «fuite» et nous avons ouvert le bouchon à 450s Voici la courbe obtenue après un traitement Excel de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression température d'ébulition 110 0,6 1,1 pression (bar) température( ) Série1 Remarque : - la courbe de haute pression est obtenue deux fois c est pourquoi on a cet aspect un peu biscornu. - En dessous de 85 il y a la fuite qui fausse les mesures. La courbe obtenue ressemble à une droite, on peut calculer son coefficient directeur D= θ/ p D=( )/( ) D=29 /bar 10

11 Partie 3 Echangeur thermique 1) La glaciaire Nous avons commencé à construire le prototype en partant d une glaciaire, le but du projet étant de réutiliser l énergie de vaporisation, Il est indispensable qu il y ait le moins de perte possible. De plus ; les deux milieux sont à température d ébullition, l isolation doit être autant plus efficace que la différence de température avec l extérieur est élevée. C est pour cela que nous avons pris une glaciaire. Nous avons découpé et placé (de force) une plaque métallique au milieu de la glaciaire créant ainsi deux chambres entre lesquelles un échange thermique est possible, le métal étant conducteur. Pour assurer l étanchéité de la séparation, nous avons ajouté de la colle à aquarium sur les jonctions. L ouverture est faite d une plaque de plexiglas, les bords sont recouverts de jonctions de fenêtre pour garantir l étanchéité. Cette plaque est retirable. Nous l avons percée pour permettre la circulation et opérer des mesures Inconvénient : La plaque de plexiglas n est pas du tout isolante, la vapeur se condensait sur la paroi rendant les observations impossibles et les pertes faisaient descendre la température de l eau en dessous des températures d ébullitions souhaitées. Nous avons essayé de mesurer l efficacité de notre échangeur thermique et les résultats furent bien en dessous de ce que nous aurions souhaité. Il nous fallait donc augmenter la surface d échange. Exp. : mesure d échange calorifique, plaque métallique 11

12 2) La spirale Pour augmenter la surface d échange, l idéal est de passer du 2D (plaque) au 3D (tuyaux) pour concentrer dans un volume plus réduit une surface beaucoup plus étendu. Nous avons pris un tube de cuivre (très bon conducteur) d à peu près 1 m et nous l avons tordue en une spiral capable de rentrer dans la glaciaire. Avantage : Un tube n as que deux petite entrées. Garantir l étanchéité du système est donc beaucoup plus facile 12

13 3) l «orgue» en aluminium Une autre piste pour augmenter la surface d échange est l alignement et l empilement d un très grand nombre de tuyaux dans un petit volume (Ex : en 1 dm3, 100 tuyaux de 10 cm de long et 1 cm de large = 3000 cm2) Nous avons découpé 5 m de tube en aluminium en 25 plus petits de 20 cm et les avons assemblés avec des plaques de plexiglas. L idée de départ était de créer des petites «chambres» d un coté comme de l autre pour faire rejoindre toutes les sorties mais nous avons abandonné car il était impossible de garantir l étanchéité, nous pourrions par contre créer un «arbre» de tuyau pour les réunir. Exp. : mesure de capacité d échange d 1 tube 13

14 Expérience : mesure d échange calorifique, plaque métallique Manipulation : On envoie de la vapeur grâce à un erlemmeyer et une plaque chauffante dans la partie inférieure de la glacière. On a mis dans la partie supérieure un volume d eau connu V = 500 ml On mesure la différence de température entre les deux niveaux ainsi que l évolution de la température de l eau liquide (utilisation de deux thermomètres, un en bas et un en haut) en fonction du temps. Résultat : Nous espérions obtenir la capacité d échange entre les deux milieux, par degrés d écart : C = énergie reçut par l eau / temps / différence de température entre les deux niveaux C = T * 4.2*10^3 * 0.5 / t / Dθ* Mais les résultats que nous avons obtenus n étaient pas valables, Observation : La présence de bué sur la paroi de la partie supérieure laisse un doute sur l étanchéité du système 14

15 Exp. : mesure de capacité d échange d un tube Manipulation : On utilise le même principe : envoyer de la vapeur et observer les variations de température d une quantité d eau connue. Résultat : Nous avions réalisé une première expérience sans l agitateur et la température de l eau était différente à l intérieur de la bouteille thermos Cela remet en cause les mesures réalisées avec la plaque. Avec agitateur, - Température initiale : 27.2 température à 7min : 43 - Moyenne de différence de température : θ=15.8 E=23.2 kj On trouve une capacité de 55W pour 9 degrés de différence. 15

16 Partie 4 : La différence de pression 1) La pompe C est l élément le plus important dans le système, il permet à la fois le passage de la vapeur d un milieu à un autre et produit à lui seul la différence de pression. Nous avons donc créé notre pompe, partant de d un moteur électrique et d une seringue. Le moteur produit un mouvement circulaire. Ce mouvement est transformé en mouvement linéaire qui détend puis comprime la seringue. A la sortie de la seringue, nous avons placé des valves qui ne laissent passer la vapeur que dans un seul sens. Haute pression (2) Basse pression (1) Lors de la détente, la pression dans la seringue diminue et descend en dessous de celle du milieu 1, la vapeur (1) est aspiré.( la vapeur (2) est bloquer par la valve2). 16

17 Haute pression (2) Basse pression (1) Lors de la compression, la pression de la seringue augmente et dépasse celle du milieu 2, la vapeur est chassée vers le milieu 2.( l accès au (1) est bloquer par la valve1). Il y a une limite de la fonction de la pompe, plus la différence de pression entre les deux milieux est importante, moins la pompe est efficace, et si la variation de volume dans la seringue ne permet pas d atteindre la pression requise, la pompe devient inutile. Exp. : mesure débit de la pompe. 17

18 2) Colonne d eau Une idée qui était également intéressante, est que la différence de pression est proportionnelle à la hauteur d une colonne d eau. Nous pensions peut être utiliser cette propriété à la fois comme outils de mesure de pression (comme un baromètre) et comme moyen de faire passer l eau liquide entre plusieurs milieux de pression différente sans perturber l étanchéité Le principal inconvénient est que pour des différence de pression trop importante, la hauteur de la colonne d eau (plusieurs mètre) devient difficilement gérable. Compresseur h H L eau passe du milieu haute pression à l extérieur par la colonne d eau descendante. L eau passe de l extérieur à un milieu basse pression par la colonne d eau montante 18

19 Exp. : mesure débit de la pompe h Manipulation : On comprime de l air venant de l extérieur (1 bar) dans un ballon rempli d un volume d eau connu (V=250mL). L air chasse l eau et on mesure le temps qu il faut à la pompe pour vider le ballon. On créer une colonne d eau avec l eau sortant pour produire une différence de pression entre le milieu extérieur et le ballon Pour faciliter la mesure nous avons fait tourner la pompe lentement mais la capacité réelle est environ 10 fois plus grande Résultat : -pour h=0 t=35s débit = 7mL.s -1 -pour h=1m, t= 55s débit = 4.5mL.s -1 Cela montre bien les limites de notre pompe. 19

20 Bilan des expériences : Energie nécessaire à la vaporisation : E= 80 * E= 2, J. L -1 Débit de la pompe pour p = 0.1bar (voir exp. p suivante) D= 45 ml.s -1 Capacité d échange d un tube : C = 5,5 W.θ -1 de l orgue C = 130 W.θ -1 Variation de température d ébullition en fonction de la pression θ = 30* p Calcul théorique : Pour p = 0.1bar Energie que la pompe fait circuler sous forme de vapeur : P=débit*énergie de vaporisation de la vapeur par volume P= 45*10^-3 * 2.3*10^6/(24*1000/18) P = 77 W Différence de température : θ = 30* p θ = 3 C Capacité d échange d un tube : C= θ*c1 C = 16W Nombre de tubes nécessaires à la correspondance entre Pp et Pt N = P/C N = 5 Le projet devait prendre -comme échangeur thermique : 5 tubes en aluminium - notre compresseur - une différence de pression de 0.1bar Pour un rendement malheureusement faible environ 120mL / h Mais le rapport énergétique serait important : la pompe ne consomme que quelques W (10W au maximum ce qui donne un rendement minimal de 8*) En faisant l hypothèse que la puissance sous forme de vapeur fournie par la pompe va tendre à s équilibrer avec l échange thermique : plus de pression = échange et débit moins de pression Si on augmente la surface d échange on diminue la différence de température nécessaire pour l échange thermique donc la différence de pression nécessaire sera moins importante. Le débit de la pompe augmente et le rendement est meilleur ainsi que le rapport énergétique. 20

21 Partie 5 : Problème / Piste non explorée / conclusion Nous avons essayé plusieurs fois le prototype et cela n a jamais marché. Après quelques expériences, nous avons identifié certains phénomènes qui pourraient entraver le fonctionnement : - Les pertes de chaleur restent, malgré les isolations, assez importantes, notamment lorsque l on verse l eau en ébullition dans le prototype, une partie s évapore et fait chuter la température de l eau. La solution serait de chauffer préalablement le prototype, d envoyer de la vapeur à l intérieur pour y remplacer l air et d y faire arriver l eau par un tuyau isolant. - Problème d étanchéité : Il nous est difficile de savoir si la différence de pression est bien réelle et s il y a des fuites comment les repérer et les arrêter. Une autre idée serait de laisser le milieu basse pression du prototype à 1 bar pour que les fuites à partir de là soient moins importantes et de réaliser la différence de pression qu avec le milieu haute pression où les problèmes d étanchéité serait plus gérable avec la spirale. - Le problème de la pompe : lors des essais, la pompe était totalement incapable de faire circuler la vapeur. En réalité, le phénomène variation température/pression se produit à l intérieur même de la pompe. Haute pression (2) Basse pression (1) 1 -la vapeur est aspirée Haute pression (2) Basse pression (1) 2 Lors que l on comprime, la vapeur se condense à l intérieur de la pompe plus rien n est expiré 21

22 Haute pression (2) Basse pression (1) 3 Lors de la détente, l eau se vaporise de nouveau, plus rien n est aspiré Nous n avons pas encore trouvé de solution pour régler ce problème ci Un autre problème peu également nuire à la circulation de la vapeur, en ce qui concerne les tuyaux : Sous l effet de la chaleur, ils deviennent plus flexibles et à partir d une certaine pression (0.7bar), ils s écrasent sur eux même.bouchant la circulation. Rem : c est peut être cela qui posait problème lors de Exp. : température d ébullition à basse pression 22

23 Piste non explorée Colonne d eau à étages On pourrait diminuer la hauteur d une colonne d eau en la réalisant en plusieurs fois P=A - h P=A - 2h h P=A Rem : Cela prendrait quand même place (en volume) car le tuyau descendant doit être suffisamment épais pour que la tension de surface soit négligeable. Autre idée de projets Etc Compresseur Milieu haute pression Milieu basse pression Tenant compte que la condensation se produit à l intérieur du compresseur, on pourrait imaginer que le compresseur soit lui même l échangeur thermique. Et pour éviter que la décompression provoque une nouvelle vaporisation, il faudrait que la pompe ait un volume important et le «battement» (=alternance compression - décompression) soit assez lent pour laisser le temps de réaliser l échange thermique. Augmentation de rendement Il serait possible augmenter considérablement le débit de la pompe en travaillant dans des hautes pressions (plus petit volume de vapeur) 23

24 Conclusion D après donc nos calculs on pourrait avoir un rendement de 120 ml par heure. Ce qui nous donne 3L par jour. Si notre prototype fonctionne, ce serait suffisant pour la consommation d une personne en eau potable. Mais resterait encore le problème de l accumulation des impuretés (le sel si c est pour désaniliser) et la conservation (l eau chaude recueillie, pourrais être propice au développement des bactéries même si la température d ébullition devrait régler ce problème). De plus la complexité et les inconvénients du à la pression semble très important pour un rendement si faible. Plus : Nous avons présenté ce projet lors de la fête de la science dans notre lycée Réalisation de l expérience «mesure de température d ébullition de l eau en fonction de la pression» en direct avec les courbes obtenues projetées au mur De plus nous partirons en Turquie en mai prochain pour présenter ce projet avec une autre technique de purification de l eau basé sur le soleil. 24

25 Le rapport PRESS EAU est imprimé sur du papier recyclé. 25

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Diffusion de NO 2 : FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Quatre ballon de petite taille reliés à deux supports (noix + pinces) dont deux munis de bouchons ; tournure de cuivre ; acide nitrique concentré ;

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Chaudières à vapeur à combustible

Chaudières à vapeur à combustible 1 Objectif Chaudières à vapeur à combustible Connaître les principes des chaudières à combustible. 2 Introduction La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE Motivé par le développement durable je voulais absolument trouver la méthode pour me fabriquer un chauffe eau solaire. J ai donc décidé moi aussi de m investir dans

Plus en détail

Le parcours de l eau dans la maison Du château d eau à la rivière

Le parcours de l eau dans la maison Du château d eau à la rivière Le parcours de l eau du château d eau à la maison L épuration de l eau Le parcours de l eau dans la maison Du château d eau à la rivière Les vases communicants L arrivée de l eau dans la maison Mises en

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Fiche d intégration dans le logiciel RT 2012 : U22win de PERRENOUD 26/08/2013 Version 5.0.26 du 30/07/2013 La procédure suivante décrit la saisie

Plus en détail

Descriptif du chantier test :

Descriptif du chantier test : Descriptif du chantier test : Réfection du réseau d ECS en cuivre dans un pavillon individuel de 1982, le réseau cuivre a été refait avec des tubes multicouches préisolés avec 10mm de silice morphe 2inToob.

Plus en détail

BAC PRO CARROSSERIE LYCEE ETIENNE MIMARD LA CLIMATISATION

BAC PRO CARROSSERIE LYCEE ETIENNE MIMARD LA CLIMATISATION Page 1 sur 11 LA CLIMATISATION DÉFINITION : La climatisation est la technique qui consiste à modifier, contrôler et réguler les conditions climatiques (température, humidité, niveau de poussières, etc.)

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape :

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Peut-on chauffer de l eau avec le soleil? Les différents groupes ont posé un simple récipient au soleil dans la cour. Le constat de l élévation

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr Tous les travaux dans la rénovation de cette maison, à l exception de la pose de la PAC (manipulation de fluides frigorigènes), ont été

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

source image : http://www.passeursdenergie.be

source image : http://www.passeursdenergie.be LE SOLAIRE THERMIQUE Conférence du 12 mai 2010 par M. Joseph Dejonghe, expert solaire thermique pour la Division de l énergie du Ministère de la région Wallone. (M. LEFORT, Président présente l association

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet des systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage (SRCED) et: Comment

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Cette petite fondeuse destinée à la fabrication de bijoux et aux fontes de précision pour tout domaine d activité, rassemble toutes les conditions pour obtenir

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

made in Italy C 310-01 Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation EMEA

made in Italy C 310-01 Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation EMEA C 310-01 made in Italy Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation FR EMEA Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation Nias CONDENSING Haut rendement Faibles

Plus en détail

QCM5 - P H Y S I Q U E

QCM5 - P H Y S I Q U E QCM5 - P H Y S I Q U E 1. Une pression de 3 bars équivaut à : (Pa : Pascal) a. 300 Pa b. 3000 Pa c. 30000 Pa d. 300000 Pa 2. La pression atmosphérique vaut : a. 25 bars b. 1 bar c. 10 bars d. 100 bars

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

HDAa. LIGHTSTRIPS Système de chauffage et de refroidissement au plafond. HDAa. LIGHTSTRIPS LIGHTSTRIPS est le panneau super-léger par excellence.

HDAa. LIGHTSTRIPS Système de chauffage et de refroidissement au plafond. HDAa. LIGHTSTRIPS LIGHTSTRIPS est le panneau super-léger par excellence. LIGHTSTRIPS Système de chauffage et de refroidissement au plafond LIGHTSTRIPS LIGHTSTRIPS est le panneau super-léger par excellence. LIGHTSTRIPS est un système préfabriqué de refroidissement/chauffage,

Plus en détail

TECNOLUX WE1-28T. Mode d emploi

TECNOLUX WE1-28T. Mode d emploi TECNOLUX WE1-28T Mode d emploi MODE D EMPLOI WE1-28 PIECES ET CARACTHERISTIQUES 1. Panneau de contrôle 2. Cavité intérieur 3. Cablage électrique (derrière) 4. Clayettes 5. Rayon pour le vin 6. Pieds réglables

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main)

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Le Groupe froid négatif en un clin d œil Sections Energétique. Points Forts & Activités Clés

Plus en détail

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude.

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude. Comment choisir votre douche Le système en place chez vous Lorsque vous choisissez le type de douche dont vous voulez vous équiper, vous devez au préalable vérifier le système de production d eau chaude

Plus en détail

Raccorder des panneaux solaires à une installation existante : dimmensionnement, concept, installation, régulation & rentabilité

Raccorder des panneaux solaires à une installation existante : dimmensionnement, concept, installation, régulation & rentabilité Raccorder des panneaux solaires à une installation existante : dimmensionnement, concept, installation, régulation & rentabilité 1 Faut-il placer des panneaux solaires thermiques? Evidemment que oui!!!

Plus en détail

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA HEAT PUMP Systems Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA Le champion du monde De l eau chaude à moindre coût à tout moment? C est désormais possible grâce aux solutions techniques

Plus en détail

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles Compresseur croll Inverter Fluide Frigorigène R410a ycroll 20-30 ir EVO Pompes à chaleur réversibles De 20.0 à 34.0 kw De 20.0 à 35.0 kw 1 ycroll 20-30 ir EVO Les unités ycroll 20-30 ir EVO sont des pompes

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Introduction Afin de pallier le problème de réchauffement climatique, la Région Wallonne encourage les particuliers à installer

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

Description d un plancher chauffant

Description d un plancher chauffant Description d un plancher chauffant Synthèse sur le sujet pouvant servir de référence pour un projet. Plancher chauffant installé par un chauffagiste au rez-de-chaussée d une maison construite en 1997

Plus en détail

Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps.

Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps. CHAUDIÈRE MURALE MIXTE À MICRO-ACCUMULATION ET POMPE À CHALEUR Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps. Conçue pour limiter la consommation d énergie, la Talia Green Hybrid est

Plus en détail

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Calcul du vase pour des installations de chauffage central Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Notions de base pour le

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE.

ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE. ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE. I. LE RAYONNEMENT SOLAIRE. La puissance du rayonnement solaire reçu par la Terre est en moyenne de 1KW/m 2. Pour vérifier l ordre de grandeur, on peut réaliser un pyrhéliomètre

Plus en détail

MANUTENTION ET REPARATION

MANUTENTION ET REPARATION MANUTENTION ET REPARATION Famille: Groupe: Marques: Modèles: CONDITIONNEURS MUR (Split) ARISTON/SIMAT/RADI MW07CBN MW09CBN MW12CBN MW07HBN MW09HBN MW12HBN MW07HAX MW09HAX MW12HAX Edition mars 2004 MT2004CDA012401002

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027

APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027 APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027 1./ Présentation du coffret 2./ Principe de fonctionnement 2.1/ Conduction thermique en régime permanent 2.2/ L expérience 2.3/ Utilisation de

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Pré-refroidisseur de lait 30/03/2015 AGRI-TH-104 Système de récupération

Plus en détail

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air Le défi des Familles Eco-Engagées Engagées Guide de la ventilation ventilation et de l étanchéité à l air La ventilation d un bâtiment permet : - d évacuer l air vicié, chargé en humidité et en polluants

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation thermique Quelques éléments théoriques à propos de la propagation de chaleur Fiche I1 : Le chaud et le froid - Expérience

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Daikin Altherma unité intérieure EKHVMRD50AAV1 EKHVMRD80AAV1 EKHVMYD50AAV1 EKHVMYD80AAV1

MANUEL D UTILISATION. Daikin Altherma unité intérieure EKHVMRD50AAV1 EKHVMRD80AAV1 EKHVMYD50AAV1 EKHVMYD80AAV1 MANUEL D UTILISATION EKHVMRD50AAV1 EKHVMRD80AAV1 EKHVMYD50AAV1 EKHVMYD80AAV1 EKHVMRD50+80AAV1 EKHVMYD50+80AAV1 TABLE DES MATIÈRES 1 Page 1. Définitions... 1 2. Introduction... 2 2.1. Informations générales...

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Fiche de savoir 08 «Construction d un panneau solaire thermique»

Fiche de savoir 08 «Construction d un panneau solaire thermique» Fiche de savoir 08 «Construction d un panneau solaire thermique» Cela faisait longtemps qu on n avait pas mis une petite fiche de savoir C est maintenant chose faite! Aujourd hui, voyons comment réaliser

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 :

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : ACTIVITE 1 : relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : Mousse Mousse 1. Placez la masse sur le morceau de mousse. Que se passe t-il à l équilibre? La mousse

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Systèmes d Aspiration. Centralisée. www.sachvac.com. d nstallation

Systèmes d Aspiration. Centralisée. www.sachvac.com. d nstallation Systèmes d Aspiration Centralisée www.sachvac.com d nstallation INDEX MANUEL D INSTALLATION COMMENT PLANIFIER LE SYSTÈME? 1. COMMENT FONCTIONNE LE SYSTÈME D ASPIRATION? PAG. 1 2. QUELS SONT LES BESOINS

Plus en détail

MONTAGE BALLON SOLAR. manuel_cesi_zenit.doc. 1 de 9. capacité nominale. Gaz femelle

MONTAGE BALLON SOLAR. manuel_cesi_zenit.doc. 1 de 9. capacité nominale. Gaz femelle MONTAGE BALLON SOLAR Connexions 1 entrée eau sanitaire 2 sortie eau chaude 3 entrée échangeur solaire 4 sortie échangeur solaire 5 recyclage 6 instrumentation 7 instrumentation 13 instrumentation 14 instrumentation

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

CONTACTS INTRODUCTION. Composantes de base d'une BAG

CONTACTS INTRODUCTION. Composantes de base d'une BAG Document : Guide d' 'utilisation : Préparé par : KHALID LAAZIRI PROJET B O ÎTE À GANT S CONTACTS KHALID LAAZIRI (PJAB 7467 LOCAL: 5094) JOËL BOUCHARD (LOCAL: 4155) ÉTUDIANTS DE RICHARD MARTEL (LOCAUX :

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Chauffage par le sol. en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL

Chauffage par le sol. en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Chauffage par le sol en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Chauffage par le sol encore plus économe en énergie en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Les gens sont de plus en plus nombreux

Plus en détail

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR POUR DOUCHE RECOH -VERT RECOH -DRAIN RECOH -TRAY RECOH -MULTIVERT Récupération de chaleur grâce à l eau de douche Qu est ce que c est? Suite aux différentes réglementations, les

Plus en détail

Rinçage et nettoyage d une installation clim

Rinçage et nettoyage d une installation clim Rinçage et nettoyage d une installation clim Lors d une pollution ou d une panne d une installation clim, Le rinçage est l étape la plus importante pendant les travaux de maintenance et le rétablissement

Plus en détail

2. Inscrivez sur la fiche de travail de l exercice 1.11 l heure du début de l exercice (voir la rubrique «Main d oeuvre»).

2. Inscrivez sur la fiche de travail de l exercice 1.11 l heure du début de l exercice (voir la rubrique «Main d oeuvre»). Exercice 1.12 Pose de l unité de condensation et de l évaporateur Durée : But : 2 heures 30 minutes Apprendre à faire l installation des composants frigorifiques. Préalable : Avoir complété les exercices

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C À CHALEUR Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée 80 CPOMPE AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C UNE POMPE À CHALEUR TRES HAUTE TEMPERA POUR LE REMPLACEMENT

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Installation Solaire Emmanuel Marguet. Chauffage Eau Chaude Sanitaire Système de vidange automatique

Installation Solaire Emmanuel Marguet. Chauffage Eau Chaude Sanitaire Système de vidange automatique Installation Solaire Emmanuel Marguet Chauffage Eau Chaude Sanitaire Système de vidange automatique E.Marguet 07/02/2007 V1.0 Page 1 de 29 Constat... 3 Schéma de principe... 4 Circuit Solaire... 5 Circuit

Plus en détail

Principes de fonctionnement, intérêt et exemples d applications

Principes de fonctionnement, intérêt et exemples d applications LE CHAUFFAGE OHMIQUE Principes de fonctionnement, intérêt et exemples d applications Innovation in Food Preservation Wagralim le 20 octobre 2011 Gilles DREGE CTCPA (Amiens, FRANCE) gdrege@ctcpa.org Le

Plus en détail

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION VHT - 1/16 PRESENTATION Les différents gaz rares sont fournis sous haute pression (150 bars) dans des bouteilles métalliques. Les gaz les plus généralement utilisés sont le néon pur et l'argon en mélange

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Les systèmes de climatisation Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Les systèmes de climatisation Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Chaudière à condensation collective

Chaudière à condensation collective Chaudière à condensation collective Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version 5.0.20 du 27/05/2013 Présentation La procédure suivante décrit la saisie et la prise en compte

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE Enseignement primaire et collège Articles Code Chauffe-eau solaire 870M0003 Document non contractuel Généralités sur l'énergie solaire L'énergie

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail