Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot"

Transcription

1 Johanna Singvongsa Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot Lycée Charlie Chaplin Année

2 Sommaire Partie 1 : présentation du projet 3 - Description théorique 3 - Exp. : Mesure d énergie de condensation 4 - Exp. : Réfrigérant, colonne d eau 5 Manipulation 5 Observations 5 Partie 2 : Etude du phénomène «Variation de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression» 7 - Introduction 7 - Exp. : température d ébullition en fonction de la pression 8 o Manipulation 8 o Résultat 9 Partie 3 : Echangeur thermique 11 - la glacière 11 - la spirale 12 - l orgue d aluminium 13 - Exp. : capacité d échange thermique de la plaque 14 - Exp. : capacité d échange thermique d un tube 15 Partie 4 : Différence de pression 16 - la pompe 17 - la colonne d eau 19 - Exp. : Débit de la pompe 20 Résultats des expériences et calcul théorique Parte 5 : Problème et pistes non explorée 21 - Problème 21 - pistes non explorées 23 o colonne d eau à étage 23 o modification du projet 23 - conclusion 24 2

3 Partie 1 : Présentation du projet Le but du projet est la purification de l eau (produire de l eau potable) La méthode par vaporisation est très efficace mais elle consomme énormément d énergie. L intérêt consiste donc à expérimenter une manière moins gourmande en énergie. Partant de l hypothèse que la quantité d énergie nécessaire à l évaporation est la même que celle qui est dégagée lors de la condensation, l idée consiste à créer un «cycle» ou l énergie de condensation serait réutilisée pour une nouvelle vaporisation. Expérience : Mesure de l énergie de condensation (voir p 4) Il y a là alors un problème : pour que l énergie de condensation de la vapeur puisse se transmettre à l eau en ébullition, il faut que la température de la vapeur soit supérieure à celle de l eau liquide. Ce qui n est pas possible dans les même conditions de pression car la température d ébullition est identique à celle de condensation (à pression ambiante, θe = θc =100 C) La température d ébullition étant liée à la pression, la solution consisterait donc créer une différence de pression entre les deux milieux, pour permettre l échange d énergie. Expérience: Réfrigérant, colonne d eau L objectif final du projet est la création d un prototype capable de purifier l eau en consommant peu d énergie. Il est composé de deux milieux de pression différente (étanche l un de l autre) mais séparé par un échangeur thermique. Pour la circulation de la vapeur ces deux milieux doivent être reliés par une pompe qui aura en plus pour but de créer la différence de pression. Caisson étanche Milieu basse pression Θe plus basse L eau sale est évaporée Compresseur Surface d échange Milieu haute pression Θe plus élevé L eau propre se condense Circulation de la vapeur Echange thermique 3

4 Expérience : mesure de l énergie de condensation Mesure de l énergie de condensation Manipulation : On met dans une bouteille thermos, un volume d eau (froide) connu. On fait évaporer de l eau grâce au chauffe-ballon et on fait circuler la vapeur à l intérieur de la bouteille thermos.la vapeur se condense et libère de l énergie qui augmente la température de l eau. L eau condensée est recueillie dans l éprouvette (voir photo cidessus). Après quelques minutes, on mesure cette variation de température avec le thermomètre (l agitateur permet d homogénéiser la température) et le volume d eau condensé Résultats : Volume d eau dans le thermos : Vt = 250 ml Température initiale : T0 = 21 C Température finale : Tf = 41 C Volume d eau condensée : Vc = 11 ml Analyse des résultats : Calcule de la valeur Ec = énergie produit par la condensation d un ml d eau T = = 20 Ec = T * Vt * Et / Vc = 20 * 250 / 11 * Et Ec = 455Et Et = énergie calorifique d un g d eau = 4.2 J Ec = 1,9 kj On sait que l énergie nécessaire à la vaporisation d un ml est de 2.3kJ. Les résultats sont proches. Bien sûr nos mesures sont peu précises notamment sur le volume final et il y a également des petites pertes de chaleur mais on va accepter l hypothèse que l énergie de condensation est équivalente à l énergie de vaporisation. 4

5 Expérience : Observation de l évaporation dans un réfrigérant réfrigérant 2 H Ballon 1 3 Chauffeballon Cette expérience représente entièrement notre projet L objectif est de réussir à vaporiser de l eau uniquement avec l énergie de condensation de la vapeur. Manipulation : On produit de la vapeur dans un ballon grâce à un chauffe ballon. (1) Cette vapeur est mis en contact (thermique) avec de l eau chaude, dans un réfrigérant. (2). Cette eau ne circule pas. Une entrée du réfrigérant est bouchée, l autre se termine dans le pot d eau (3). On fait varier la pression à l intérieur du réfrigérant grâce à la création d une colonne d eau (voir schéma). La pression dépend de la hauteur H de la colonne d eau : plus l endroit est haut dans la colonne d eau, plus la pression est basse. (environ 1dBar / m) Observations : Exp1 : basse pression On pose le pot d eau au sol pour créer une plus grande colonne d eau. La pression dans le réfrigérant diminue. Ici, avec à peu près 1.5 m de colonne d eau la pression est de 0.85 Bar En diminuant la pression, on diminue également la température d ébullition. L échange thermique s effectue donc de la vapeur (100 ) vers l eau liquide qui a un palier d évaporation plus bas. On observe la formation de bulles le long de la paroi de contact avec la vapeur 5

6 Oservation de formation de bulles Exp2 : haute pression On lève le pot d eau afin que celui-ci soit au dessus du réfrigérant. La pression dans le réfrigérant augmente. En augmentant la pression, on augmente également la température d ébullition. L échange thermique s arrête quand l eau liquide a atteint 100. le palier d évaporation étant plus haut, aucune évaporation n est observée. Observation d absence de bulle Cette expérience nous permet de montrer que la température d ébullition de l eau dépend de la pression. Nous allons à présent étudier plus en détail le phénomène et déterminer si possible le lien entre la température d ébullition et la pression espérer. 6

7 Partie 2 : Étude du phénomène «Variation de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression» Pour le système fonctionne, il faut réaliser une différence de pression assez importante pour que la différence de température d ébullition soit significative. Le prototype que nous aimerions réaliser ne saurait bien sur pas résister à des conditions extrêmes, et la différence de pression ne sera que de l ordre du dixième de Bar. Nous avons donc essayé d obtenir certaines informations numériques sur la variation de température d ébullition en fonction des variations de pression seulement autour de 1 bar Pour réaliser les calculs théoriques pour le prototype, Il nous fallait donc déterminer le rapport température / pression dans les environs de 1 Bar Nous cherchons aussi à déterminer à quel intervalle de pression le rapport serait plus avantageux. (grande différence de température pour une petite différence de pression) Exp. : température d ébullition à haute pression Exp. : température d ébullition à basse pression Les résultats donne un rapport de environ 3 / dbar autour de 1 bar c est cette ordre de grandeur que nous utiliserons pour les calculs On observe un rapport plus élevé pour une pression plus basse mais une pression plus basse signifierait également une augmentation de volume du gaz et donc une diminution de l efficacité de la pompe. Pour le début, nous ne nous somme donc pas souciés de déterminer le meilleur intervalle et avons travaillé autour de 1 bar 7

8 Expérience : température d ébullition en fonction de la pression Exp. : pression haute Manipulation : On porte à ébullition de l eau dans un ballon (bicol) de telle sorte que la vapeur d eau remplace l air présent dans le ballon. On ferme alors hermétiquement le ballon. En installant les outils de mesure de pression et de température. On continue alors de chauffer l eau Le ballon étant fermé, l évaporation va provoquer une augmentation de la pression. L ensemble eau liquide vapeur ne peut être qu à la température palier d ébullition. On mesure donc la température de l ensemble et la pression, (le tout traité par le logiciel Synchronie) On peut ainsi tracer une courbe représentant la température d ébullition de l eau en fonction de la pression. ballon Mesure de température Synchronie Chauffe ballon La pression augmente Mesure de pression Exp. : pression basse Manipulation : On réalise une manipulation identique à la précédente sauf que plutôt que de continuer à chauffer, on laisse, au contraire, refroidir l ensemble. La vapeur se condense et va provoquer une diminution de la pression ballon Mesure de température Synchronie La pression diminue Mesure de pression 8

9 Résultats Pour la rédaction de ce rapport nous avons refait ces expériences en les réunissant : on chauffe durant un premier temps puis on laisse refroidir. On obtient ainsi deux courbes : l une de température l autre de pression. température en fonction du temps température temps Série1 pression en fonction du temps pression 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0, temps Série1 On chauffe durant la première minute 9

10 On refroidit durant le reste de la mesure A partir d environ 350s, on observe une «fuite» et nous avons ouvert le bouchon à 450s Voici la courbe obtenue après un traitement Excel de la température d ébullition de l eau en fonction de la pression température d'ébulition 110 0,6 1,1 pression (bar) température( ) Série1 Remarque : - la courbe de haute pression est obtenue deux fois c est pourquoi on a cet aspect un peu biscornu. - En dessous de 85 il y a la fuite qui fausse les mesures. La courbe obtenue ressemble à une droite, on peut calculer son coefficient directeur D= θ/ p D=( )/( ) D=29 /bar 10

11 Partie 3 Echangeur thermique 1) La glaciaire Nous avons commencé à construire le prototype en partant d une glaciaire, le but du projet étant de réutiliser l énergie de vaporisation, Il est indispensable qu il y ait le moins de perte possible. De plus ; les deux milieux sont à température d ébullition, l isolation doit être autant plus efficace que la différence de température avec l extérieur est élevée. C est pour cela que nous avons pris une glaciaire. Nous avons découpé et placé (de force) une plaque métallique au milieu de la glaciaire créant ainsi deux chambres entre lesquelles un échange thermique est possible, le métal étant conducteur. Pour assurer l étanchéité de la séparation, nous avons ajouté de la colle à aquarium sur les jonctions. L ouverture est faite d une plaque de plexiglas, les bords sont recouverts de jonctions de fenêtre pour garantir l étanchéité. Cette plaque est retirable. Nous l avons percée pour permettre la circulation et opérer des mesures Inconvénient : La plaque de plexiglas n est pas du tout isolante, la vapeur se condensait sur la paroi rendant les observations impossibles et les pertes faisaient descendre la température de l eau en dessous des températures d ébullitions souhaitées. Nous avons essayé de mesurer l efficacité de notre échangeur thermique et les résultats furent bien en dessous de ce que nous aurions souhaité. Il nous fallait donc augmenter la surface d échange. Exp. : mesure d échange calorifique, plaque métallique 11

12 2) La spirale Pour augmenter la surface d échange, l idéal est de passer du 2D (plaque) au 3D (tuyaux) pour concentrer dans un volume plus réduit une surface beaucoup plus étendu. Nous avons pris un tube de cuivre (très bon conducteur) d à peu près 1 m et nous l avons tordue en une spiral capable de rentrer dans la glaciaire. Avantage : Un tube n as que deux petite entrées. Garantir l étanchéité du système est donc beaucoup plus facile 12

13 3) l «orgue» en aluminium Une autre piste pour augmenter la surface d échange est l alignement et l empilement d un très grand nombre de tuyaux dans un petit volume (Ex : en 1 dm3, 100 tuyaux de 10 cm de long et 1 cm de large = 3000 cm2) Nous avons découpé 5 m de tube en aluminium en 25 plus petits de 20 cm et les avons assemblés avec des plaques de plexiglas. L idée de départ était de créer des petites «chambres» d un coté comme de l autre pour faire rejoindre toutes les sorties mais nous avons abandonné car il était impossible de garantir l étanchéité, nous pourrions par contre créer un «arbre» de tuyau pour les réunir. Exp. : mesure de capacité d échange d 1 tube 13

14 Expérience : mesure d échange calorifique, plaque métallique Manipulation : On envoie de la vapeur grâce à un erlemmeyer et une plaque chauffante dans la partie inférieure de la glacière. On a mis dans la partie supérieure un volume d eau connu V = 500 ml On mesure la différence de température entre les deux niveaux ainsi que l évolution de la température de l eau liquide (utilisation de deux thermomètres, un en bas et un en haut) en fonction du temps. Résultat : Nous espérions obtenir la capacité d échange entre les deux milieux, par degrés d écart : C = énergie reçut par l eau / temps / différence de température entre les deux niveaux C = T * 4.2*10^3 * 0.5 / t / Dθ* Mais les résultats que nous avons obtenus n étaient pas valables, Observation : La présence de bué sur la paroi de la partie supérieure laisse un doute sur l étanchéité du système 14

15 Exp. : mesure de capacité d échange d un tube Manipulation : On utilise le même principe : envoyer de la vapeur et observer les variations de température d une quantité d eau connue. Résultat : Nous avions réalisé une première expérience sans l agitateur et la température de l eau était différente à l intérieur de la bouteille thermos Cela remet en cause les mesures réalisées avec la plaque. Avec agitateur, - Température initiale : 27.2 température à 7min : 43 - Moyenne de différence de température : θ=15.8 E=23.2 kj On trouve une capacité de 55W pour 9 degrés de différence. 15

16 Partie 4 : La différence de pression 1) La pompe C est l élément le plus important dans le système, il permet à la fois le passage de la vapeur d un milieu à un autre et produit à lui seul la différence de pression. Nous avons donc créé notre pompe, partant de d un moteur électrique et d une seringue. Le moteur produit un mouvement circulaire. Ce mouvement est transformé en mouvement linéaire qui détend puis comprime la seringue. A la sortie de la seringue, nous avons placé des valves qui ne laissent passer la vapeur que dans un seul sens. Haute pression (2) Basse pression (1) Lors de la détente, la pression dans la seringue diminue et descend en dessous de celle du milieu 1, la vapeur (1) est aspiré.( la vapeur (2) est bloquer par la valve2). 16

17 Haute pression (2) Basse pression (1) Lors de la compression, la pression de la seringue augmente et dépasse celle du milieu 2, la vapeur est chassée vers le milieu 2.( l accès au (1) est bloquer par la valve1). Il y a une limite de la fonction de la pompe, plus la différence de pression entre les deux milieux est importante, moins la pompe est efficace, et si la variation de volume dans la seringue ne permet pas d atteindre la pression requise, la pompe devient inutile. Exp. : mesure débit de la pompe. 17

18 2) Colonne d eau Une idée qui était également intéressante, est que la différence de pression est proportionnelle à la hauteur d une colonne d eau. Nous pensions peut être utiliser cette propriété à la fois comme outils de mesure de pression (comme un baromètre) et comme moyen de faire passer l eau liquide entre plusieurs milieux de pression différente sans perturber l étanchéité Le principal inconvénient est que pour des différence de pression trop importante, la hauteur de la colonne d eau (plusieurs mètre) devient difficilement gérable. Compresseur h H L eau passe du milieu haute pression à l extérieur par la colonne d eau descendante. L eau passe de l extérieur à un milieu basse pression par la colonne d eau montante 18

19 Exp. : mesure débit de la pompe h Manipulation : On comprime de l air venant de l extérieur (1 bar) dans un ballon rempli d un volume d eau connu (V=250mL). L air chasse l eau et on mesure le temps qu il faut à la pompe pour vider le ballon. On créer une colonne d eau avec l eau sortant pour produire une différence de pression entre le milieu extérieur et le ballon Pour faciliter la mesure nous avons fait tourner la pompe lentement mais la capacité réelle est environ 10 fois plus grande Résultat : -pour h=0 t=35s débit = 7mL.s -1 -pour h=1m, t= 55s débit = 4.5mL.s -1 Cela montre bien les limites de notre pompe. 19

20 Bilan des expériences : Energie nécessaire à la vaporisation : E= 80 * E= 2, J. L -1 Débit de la pompe pour p = 0.1bar (voir exp. p suivante) D= 45 ml.s -1 Capacité d échange d un tube : C = 5,5 W.θ -1 de l orgue C = 130 W.θ -1 Variation de température d ébullition en fonction de la pression θ = 30* p Calcul théorique : Pour p = 0.1bar Energie que la pompe fait circuler sous forme de vapeur : P=débit*énergie de vaporisation de la vapeur par volume P= 45*10^-3 * 2.3*10^6/(24*1000/18) P = 77 W Différence de température : θ = 30* p θ = 3 C Capacité d échange d un tube : C= θ*c1 C = 16W Nombre de tubes nécessaires à la correspondance entre Pp et Pt N = P/C N = 5 Le projet devait prendre -comme échangeur thermique : 5 tubes en aluminium - notre compresseur - une différence de pression de 0.1bar Pour un rendement malheureusement faible environ 120mL / h Mais le rapport énergétique serait important : la pompe ne consomme que quelques W (10W au maximum ce qui donne un rendement minimal de 8*) En faisant l hypothèse que la puissance sous forme de vapeur fournie par la pompe va tendre à s équilibrer avec l échange thermique : plus de pression = échange et débit moins de pression Si on augmente la surface d échange on diminue la différence de température nécessaire pour l échange thermique donc la différence de pression nécessaire sera moins importante. Le débit de la pompe augmente et le rendement est meilleur ainsi que le rapport énergétique. 20

21 Partie 5 : Problème / Piste non explorée / conclusion Nous avons essayé plusieurs fois le prototype et cela n a jamais marché. Après quelques expériences, nous avons identifié certains phénomènes qui pourraient entraver le fonctionnement : - Les pertes de chaleur restent, malgré les isolations, assez importantes, notamment lorsque l on verse l eau en ébullition dans le prototype, une partie s évapore et fait chuter la température de l eau. La solution serait de chauffer préalablement le prototype, d envoyer de la vapeur à l intérieur pour y remplacer l air et d y faire arriver l eau par un tuyau isolant. - Problème d étanchéité : Il nous est difficile de savoir si la différence de pression est bien réelle et s il y a des fuites comment les repérer et les arrêter. Une autre idée serait de laisser le milieu basse pression du prototype à 1 bar pour que les fuites à partir de là soient moins importantes et de réaliser la différence de pression qu avec le milieu haute pression où les problèmes d étanchéité serait plus gérable avec la spirale. - Le problème de la pompe : lors des essais, la pompe était totalement incapable de faire circuler la vapeur. En réalité, le phénomène variation température/pression se produit à l intérieur même de la pompe. Haute pression (2) Basse pression (1) 1 -la vapeur est aspirée Haute pression (2) Basse pression (1) 2 Lors que l on comprime, la vapeur se condense à l intérieur de la pompe plus rien n est expiré 21

22 Haute pression (2) Basse pression (1) 3 Lors de la détente, l eau se vaporise de nouveau, plus rien n est aspiré Nous n avons pas encore trouvé de solution pour régler ce problème ci Un autre problème peu également nuire à la circulation de la vapeur, en ce qui concerne les tuyaux : Sous l effet de la chaleur, ils deviennent plus flexibles et à partir d une certaine pression (0.7bar), ils s écrasent sur eux même.bouchant la circulation. Rem : c est peut être cela qui posait problème lors de Exp. : température d ébullition à basse pression 22

23 Piste non explorée Colonne d eau à étages On pourrait diminuer la hauteur d une colonne d eau en la réalisant en plusieurs fois P=A - h P=A - 2h h P=A Rem : Cela prendrait quand même place (en volume) car le tuyau descendant doit être suffisamment épais pour que la tension de surface soit négligeable. Autre idée de projets Etc Compresseur Milieu haute pression Milieu basse pression Tenant compte que la condensation se produit à l intérieur du compresseur, on pourrait imaginer que le compresseur soit lui même l échangeur thermique. Et pour éviter que la décompression provoque une nouvelle vaporisation, il faudrait que la pompe ait un volume important et le «battement» (=alternance compression - décompression) soit assez lent pour laisser le temps de réaliser l échange thermique. Augmentation de rendement Il serait possible augmenter considérablement le débit de la pompe en travaillant dans des hautes pressions (plus petit volume de vapeur) 23

24 Conclusion D après donc nos calculs on pourrait avoir un rendement de 120 ml par heure. Ce qui nous donne 3L par jour. Si notre prototype fonctionne, ce serait suffisant pour la consommation d une personne en eau potable. Mais resterait encore le problème de l accumulation des impuretés (le sel si c est pour désaniliser) et la conservation (l eau chaude recueillie, pourrais être propice au développement des bactéries même si la température d ébullition devrait régler ce problème). De plus la complexité et les inconvénients du à la pression semble très important pour un rendement si faible. Plus : Nous avons présenté ce projet lors de la fête de la science dans notre lycée Réalisation de l expérience «mesure de température d ébullition de l eau en fonction de la pression» en direct avec les courbes obtenues projetées au mur De plus nous partirons en Turquie en mai prochain pour présenter ce projet avec une autre technique de purification de l eau basé sur le soleil. 24

25 Le rapport PRESS EAU est imprimé sur du papier recyclé. 25

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Remplissons d eau chaude une bouteille en matière plastique ; vidons-la après une minute environ et bouchons-la immédiatement.

Remplissons d eau chaude une bouteille en matière plastique ; vidons-la après une minute environ et bouchons-la immédiatement. Activité 3 : Enigme : 1) Expérimentation : Remplissons d eau chaude une bouteille en matière plastique ; vidons-la après une minute environ et bouchons-la immédiatement. Versons de l eau froide sur la

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

Gèle-tube. professionnel

Gèle-tube. professionnel Gèle-tube Modèles : GT280/GT280B/GT420/GT610 FAMILLE : OUTILLAGE Gèle-tube professionnel Un produit à forte valeur ajoutée Le gèle-tube VIF est facile d emploi. Connectez tout simplement de part et d autres

Plus en détail

Concours C génial collège 2014. Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 -

Concours C génial collège 2014. Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 - Concours C génial collège 2014 Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 - Sommaire Introduction 3 I. Comment un réfrigérateur peut-il faire du froid? 4 II. Comment utiliser

Plus en détail

DOSSIER VANNES 3 VOIES

DOSSIER VANNES 3 VOIES DOSSIER VANNES 3 VOIES REGULATION CIRCUIT DE CHAUFFAGE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT TECHNOLOGIES PRINCIPE DE REGULATION MONTAGE EN MELANGE MONTAGE EN REPARTITION MONTAGE EN DECHARGE MONTAGE EN INJECTION

Plus en détail

Guide du monteur. Dépannage des installations Instruments de mesure. Refrigeration and Air Conditioning Controls

Guide du monteur. Dépannage des installations Instruments de mesure. Refrigeration and Air Conditioning Controls Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur Dépannage des installations Instruments de mesure R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Classification

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

T.P. Colonne de refroidissement

T.P. Colonne de refroidissement T.P. Colonne de refroidissement INTRODUCTION L'objectif de ce TP est d étudier les caractéristiques de fonctionnement d'un système de refroidissement par évaporation. L'influence des débits d'eau et d'air

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

Chapitre 6 : Une eau, des eaux. 1. Que contient une eau minérale?

Chapitre 6 : Une eau, des eaux. 1. Que contient une eau minérale? Chapitre 6 : Une eau, des eaux 1. Que contient une eau minérale? Chapitre 6 : Une eau, des eaux 1. Que contient une eau minérale? Activité 1 p 36 Etude d une étiquette d une eau minérale. 1/ L eau minérale

Plus en détail

Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires

Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires copyright APPER 2010 Dans la conception d une installation solaire, certains choix sont à effectuer dès le début du projet, en particulier celui du mode

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

LE BALLON-GRUE GONFLÉ À L HÉLIUM QUELQUES SOLUTIONS...

LE BALLON-GRUE GONFLÉ À L HÉLIUM QUELQUES SOLUTIONS... LE BALLON-GRUE GONFLÉ À L HÉLIUM QUELQUES SOLUTIONS... Mars 2005 Dynamomètre pour mesurer la capacité de charge d un ballon gonflé à l hélium Fonction de l appareil L appareil mesure la force ascensionnelle

Plus en détail

Aquariums et capteurs de niveau

Aquariums et capteurs de niveau http://club2a.free.fr/site/article.php3?id_article=477 Aquariums et capteurs de niveau mercredi 9 mai 2007, par Bricoleau Cet article a pour but de présenter les éléments de base, qui permettent de se

Plus en détail

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL Panneau climatisant WEM pour construction récente Habitation individuelle près de Coblence, Allemagne Tuyau préformé WEM pour rénovation Musée Paulinzella,

Plus en détail

Production air respirable Notice de fonctionnement

Production air respirable Notice de fonctionnement B 26/07/15 Mise à jour alarme pression basse J-Meynard E.Barithel AB Equipements A 25/07/15 Mise à jour sens refroidisseur J-Meynard E.Barithel AB Equipements 0 11/05/15 Première émission J-Meynard E.Barithel

Plus en détail

Physique Niveau Ⅳ Première Partie

Physique Niveau Ⅳ Première Partie Physique Niveau Ⅳ Première Partie Les pressions. La Flottabilité Archimède. La compressibilité des gaz Mariotte. Le gonflage des bouteilles. Son et Lumière en plongée. Exercices d application. Les pressions

Plus en détail

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Instruments de mesure...2 Classification des instruments du mesure...2 Contrôle des instruments

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

La pompe à chaleur. Quelle source froide?

La pompe à chaleur. Quelle source froide? La pompe à chaleur. Quelle source froide? Préambule (politique). Certaines conséquences «négatives» du «Grenelle de l environnement» commencent à apparaître. Elles sont évidemment dues aux appétits (compréhensibles?)

Plus en détail

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien r Richard Roy Perfectionnement depannezvous.com Électricien Mécanicien Vous présente Électrotechnicien Électromécanicien r Richard Roy Technique du vide r Richard Roy Pression La pression est une force

Plus en détail

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Mode d emploi Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Wittewalle 2 B-9041 België Tel: 09 251 79 79 Fax: 09 251 78 77 e-mail:

Plus en détail

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Applications typiques Les systèmes WPS 3.5/5.2 UNO et WPS 2.9/3.5 UNO MAX sont des pompes volumétriques à

Plus en détail

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR 1) Introduction : DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR Respect de l environnement : Les réserves de combustibles fossiles comme le gaz naturel et le pétrole sont limitées. La conscience

Plus en détail

LE CALCUL RÉGLEMENTAIRE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS (RT 2007 / 2008)

LE CALCUL RÉGLEMENTAIRE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS (RT 2007 / 2008) LE CALCUL RÉGLEMENTAIRE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS (RT 2007 / 2008) Document mis à jour le 30 mai 2016 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 Fax : 04.73.34.10.03 sav@bbs-slama.com www.bbs-slama.com

Plus en détail

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK Rhanjati Mohamed mrhanjati@yahoo.com RÉSUMÉ Le projet «TRAIN» consiste en la gestion d un site ferroviaire donné. Cette gestion étant axée sur la détection,

Plus en détail

La pompe à chaleur. Quelle source froide?

La pompe à chaleur. Quelle source froide? La pompe à chaleur. Quelle source froide? Préambule (politique). Certaines conséquences «négatives» du «Grenelle de l environnement» commencent à apparaître. Elles sont évidemment dues aux appétits (compréhensibles?)

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé.

Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé. Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé. Installation d origine: Classique, circuit primaire, capteurs-réserve-serpentin-circulateurcapteurs-etc Modèle Yves Guern, avec réserve

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain :

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain : L'ÉNERGIE Par définition l'énergie est la grandeur qui représente la capacité d'un système à produire du mouvement. Donc sur un navire, beaucoup d'éléments peuvent transformer une énergie potentielle en

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Fiche sur la technique du montage à reflux. Introduction. Présentation du matériel

Fiche sur la technique du montage à reflux. Introduction. Présentation du matériel Fiche sur la technique du montage à reflux Manuscrit d'une séquence expérimentale sur une technique, méthode ou savoir faire expérimental :l e montage à reflux, accessible en film sur ce site, rédigé par

Plus en détail

TP Thermique des locaux

TP Thermique des locaux TP Thermique des locaux Choix de solutions Mise en situation Ce TP abordera deux points particuliers de dimensionnement : tout d'abord, nous allons voir comment choisir un système de ventilation adapté,

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ

SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ SOMMAIRE 2000 Promotelec Réalisation: Glénat Concept 1 2 Deux définitions concernant les risques Électrisation Électrocution Comment éviter ces risques? L éloignement L

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

Notice d'installation

Notice d'installation Série Brighten Up 60 DS (Ø 25 cm) 290 DS (Ø 35 cm) Notice d'installation Merci d avoir choisi ce Système d éclairage zénithal Solatube, qui provient non seulement des inventeurs originaux de ce type d

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Diffusion de NO 2 : FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Quatre ballon de petite taille reliés à deux supports (noix + pinces) dont deux munis de bouchons ; tournure de cuivre ; acide nitrique concentré ;

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

Le gaz, l énergie. qui respecte l environnement. Elfi, la petite bouteille

Le gaz, l énergie. qui respecte l environnement. Elfi, la petite bouteille Le gaz, l énergie qui respecte l environnement Elfi, la petite bouteille Le Gaz L énergie qui respecte l environnement, qui vous apporte le confort et le bien-être dans toute la maison, mais aussi à l

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Projet : Auto construction de 30 douches solaires Licancheu CHILI Association Inti Llapu

Projet : Auto construction de 30 douches solaires Licancheu CHILI Association Inti Llapu Projet : Auto construction de 30 douches solaires Licancheu CHILI Association Inti Llapu Financement par : le Fond Mixte d appuy social, ministère de développement local Chilien, la commune de Navidad

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Béton poreux Rédaction : Simon Rauber / élève de 3ème année à l Ecole Technique de la Construction de Fribourg Date : 18 janvier 2010

Plus en détail

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Séminaire à mi-parcours du 8 au 1 février 21 Lise CEBALLOS, Paul GUILLARD, Jean-Baptiste LEPRETRE Introduction Une pompe centrifuge monocellulaire est une turbomachine,

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES Jean-Michel MARON Chambre d Agriculture de la Gironde Service vin ARTICLE AVENIR AGRICOLE AQUITAIN 09 mai 2003 Ce printemps très

Plus en détail

Suggestions d'installation. Séquenceur. Dynamique de Massage P/N 52200-98

Suggestions d'installation. Séquenceur. Dynamique de Massage P/N 52200-98 Suggestions d'installation Séquenceur Dynamique de Massage P/N 52200-98 Suggestions pour installer le Séquenceur Dynamique de Massage de Balboa Introduction 05-27-14 Le Séquenceur Dynamique de Massage

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Technical Information

Technical Information Date of last update: Oct 12 Ref: Application Engineering Europe REMPLACEMENT DE FLUIDE HFC R404A OU R507 PAR DU HFC R407F AVERTISSEMENT Utiliser uniquement les fluides frigorigènes et lubrifiants approuvés

Plus en détail

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2 Physique : 2 nde Exercices d application : Les gaz CORRECTION I. Force pressante et pression : Exercice 1 : 1. a) Calculer la valeur F p de la force pressante exercée par l air atmosphérique sur une vitre

Plus en détail

Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy

Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy Professeur encadrant : M JEANJACQUOT Lycée Charlie CHAPLIN Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy Sommaire : Introduction/Résumé P3 I] Aurores polaires P3 1 ) Définition

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace

équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace Le refroidissement du lait, une exigence de qualité Le refroidissement du lait est une étape déterminante pour la qualité du produit. Si

Plus en détail

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur NBN EN 15450:2008 Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Consommation d'eau chaude

Consommation d'eau chaude TIPPS Des tuyaux pour les professionnels Domotec SA Aarburg Édition 16.21 06/2008 Consommation d'eau chaude L eau chaude, c est plaisir, joie de vivre et bien-être Chaque jour, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Concours de recrutement de professeur des écoles session 2014, groupement académique 3

Concours de recrutement de professeur des écoles session 2014, groupement académique 3 Concours de recrutement de professeur des écoles session 2014, groupement académique 3 1 Corrigé non officiel de la deuxième épreuve d admissibilité proposé par http ://primaths.fr Première partie AOptimisationduvolumed

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE Marie-France Guissard, Valérie Henry, CREM, FUNDP Pauline Lambrecht,

Plus en détail

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 Danielle Brusson Rénovation intérieuredeaàz C o n c e p t i o n - R é a l i s a t i o n - A m é n a g e m e n t - E n t r e t i e n Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 La cloison montée en plaques

Plus en détail

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol 120 120 C Les solutions innovantes adoptées par Arca pour les nouvelles chaudières PIXELFast 120, offrent aux clients des prestations très élevées, soit pour la

Plus en détail

DELONGHI DE220. Mode d emploi

DELONGHI DE220. Mode d emploi DELONGHI DE220 Mode d emploi DE220F 22-10-2002 14:29 Pagina 20 Quelques notions sur l'humidité L air contient toujours une certaine quantité d eau, sous forme de vapeur. L air contient toujours une certaine

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

S établir en avant en tournant en arrière à l appui

S établir en avant en tournant en arrière à l appui S établir en avant en tournant en arrière à l appui Le gymnaste part de la station, face à la barre. L entraîneur en profite pour poser directement sa première main sur l épaule du gymnaste (1). Une fois

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves.

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Description des expériences Remarques : Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Pour chaque expérience, l élève doit suivre un cadre spécifique d analyse.

Plus en détail

La circulation d eau chaude, un problème?

La circulation d eau chaude, un problème? Domotec SA Des tuyaux pour les professionnels Aarburg Edition 16.17 03/2009 La d eau chaude, un problème? Imaginez que vous ayez reçu le mandat d assainir le chauffage et la production d eau chaude d un

Plus en détail

Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre?

Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre? Cité scolaire du Maréchal Lannes Place Brossolette 32700 LECTOURE Club Sciences des élèves de 4 ème Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre? 1. Introduction: les espèces chimiques

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver Les VMC double flux à haute performance des séries sont destinés à ventiler, déshumidifier l'air,

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

Exercices Electricité

Exercices Electricité Exercices Electricité EL1 Champ électrique 1 Deux charges ponctuelles Soit une charge ponctuelle q1 27 C située en x 0 et une charge q2 3 C en x 1m. a) En quel point (autre que l infini) la force électrique

Plus en détail

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet :

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : www.becsa.fr La consommation électrique Le cycle frigorifique

Plus en détail

Le grand livre de l électricité

Le grand livre de l électricité Le grand livre de l électricité Thierry GALLAUZIAUX David FEDULLO Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11535-0 Les bases Figure 4 : Les groupements dʼéléments 17 Le grand livre de l'électricité Exemple :

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps?

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps? CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES 1- Installation a) Peut-on raccorder une douche au chauffe eau instantané DJS? Oui, à partir du modèle FDCH 70 (7,5 kw). En dessous le débit

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION & D OPÉRATION

MANUEL D INSTALLATION & D OPÉRATION MANUEL D INSTALLATION & D OPÉRATION Important Prenez le temps de lire les instructions avant d entreprendre l installation de votre système solaire Comment fonctionne un système solaire? 1. Vous connectez

Plus en détail