Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfécture de Meadji au sud-ouest ivoirien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfécture de Meadji au sud-ouest ivoirien"

Transcription

1 Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfécture de Meadji au sud-ouest ivoirien Maxime Assi Tano To cite this version: Maxime Assi Tano. Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfécture de Meadji au sud-ouest ivoirien. Economies and finances. Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, French. <NNT : 2012TOU20015>. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 2 Jul 2012 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 Université Toulouse 2 Le Mirail (UT2 Le Mirail) Maxime TANO Assi mardi 3 avril 2012 tre : Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfecture de Méadji au Sud-Ouest ivoirien ED TESC : Économie UMR Dynamiques Rurales Marie-Laure ARRIPE, Maître de conférence, HDR, Toulouse 2-Le Mirail, Alain BONNASSIEUX, Chargé de recherche, UMR Dynamiques Rurales, Toulouse 2-Le Mirail Alphonse Yapi DIAHOU, Professeur des Universités, Université de Paris 8 Michel LESOURD, Professeur des Universités, Université de Rouen Bernard CHARLERY DE LA MASSELIERE, Professeur des Universités, Toulouse 2-Le Mirail

3 RESUME «Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfecture de Méadji au Sud-Ouest ivoirien» La crise cacaoyère de la fin de la décennie 1970 a profondément bouleversé les stratégies de survie des producteurs. Elle s est manifestée par la rareté des facteurs de production (la terre et le travail), la diminution de la production et du revenu, la transformation du milieu écologique et la baisse de la pluviométrie. Pour faire face à l ensemble de ces contraintes, les producteurs ont adopté diverses stratégies dont l objectif était, soit de diversifier les sources de revenu, soit de réduire les charges familiales. Le résultat principal de cette recherche est d avoir constaté que les stratégies les plus efficaces sont celles qui ont été modelées en tenant compte des rapports sociaux. Il s agit des stratégies de diversification des revenus, de crédit, de mobilisation du facteur travail, le respect des règles du tutorat, etc. La diversification des revenus qui a reposé sur des valeurs de solidarité et d entraide a constitué un élément important des stratégies de survie des producteurs parce qu elles ont offert un filet de sécurité de premier plan dans un contexte de crise cacaoyère. Mots clés : Crise, cacao, stratégies des producteurs, exploitation agricole, Côte d Ivoire ABSTRACT d Ivoire» «Cocoa crisis and producers strategies in the Méadji sur-division in south west Côte The cocoa crisis of the late 1970s greatly affected the survival strategies of producers. It manifests in the scarcity of production (land, labour), the decrease in production and revenue, the transformation of the ecological milieu and the decrease in rainfall. In order to overcome these constraints, producers have adopted various strategies that either aim at diversifying their sources of revenue or reduce family responsibilities. The main result of this study is the observation that, the most efficient of these strategies were those shaped while taking into consideration social relationships. They include strategies to diversify revenue, credit, mobilisation of the labour factor, the respect of guidance rules. The diversification of revenue which was based on solidarity and cooperation constitute an important element of the producers survival strategies because they have ensured an ineligible first degree security in cocoa crisis. Keywords: Crisis, cocoa, producers strategies, farming, Côte d Ivoire 1

4 A ma fiancée, mes futurs enfants, à mes parents. 2

5 REMERCIEMENT D'ores et déjà, je voudrais témoigner à Anne-Marie GRANIE ex-directrice du laboratoire du Dynamiques Rurales, ma profonde gratitude et ma totale reconnaissance pour la confiance qu'elle a bien voulu placer en moi en m acceptant au sein de sa structure. Mes remerciements vont également à Marie-Laure ARRIPE, ma directrice de thèse, pour avoir accepté d encadrer la recherche. Bien qu étant à la de retraite, elle n a ménagé aucun effort pour poursuivre et achever "son travail" dans un esprit de bénévolat. Je ne saurais oublier Alain BONNASSIEUX, l africaniste, qui a pris une part active dans la réorientation et la définition du sujet de thèse en fonction de la réalité du terrain d enquête. Ses conseils avisés, ses sages et pertinentes orientations et directives dont j'ai bénéficié, ont été les atouts majeurs de ma difficile mais exaltante recherche doctorale. Je n'oublie pas non plus Bernard CHARLERY DE LA MASSELIERE, directeur du laboratoire du Dynamiques Rurales, pour sa prise de position toujours étayée, fouillée et soutenue. C est avec compréhension mais fermeté qu'il a exercé son contrôle continu et veillé sur le bon déroulement du travail. Un grand merci à Alphonse Yapi DIAHOU et Michel LESOURD pour leur disponibilité à lire le travail. Malgré leurs différentes occupations, ils n ont pas hésité un seul instant à accepter le rôle de rapporteur dans le jury de thèse. Merci infiniment! Je remercie l ensemble des cacaoculteurs qui m ont accueilli, hébergé et nourri durant mon séjour à Méadji. Ils m ont témoigné de leur confiance et pour certains beaucoup de leur temps. Je tiens aussi à adresser mes remerciements aux élus, aux acteurs des collectivités locales et aux organismes professionnels agricoles pour avoir favorablement et volontiers répondu à mes sollicitations. Ma gratitude va aussi à l endroit des personnes qui m ont de près ou de loin soutenu et encouragé dans cette épreuve difficile, à mes amis et connaissances d'ici et d'ailleurs, à mes collègues du laboratoire du Dynamiques Rurales, particulièrement Wided Moumen avec qui un calendrier de travail a été mis en place et que nous nous sommes efforcés de respecter. Mes remerciements s adressent aussi à mes parents qui n'ont ménagé aucun effort pour m'appuyer sans discontinuer, qui moralement, qui matériellement, durant cette période de grand stress, d'inquiétude et même d'angoisse. 3

6 SOMMAIRE RESUME... 1 ABSTRACT... 1 REMERCIEMENT... 3 LISTE DES FIGURES... 5 LISTE DES TABLEAUX... 5 LISTES DES CARTES... 6 LISTE DES PHOTOS... 6 LISTE DES ANNEXES... 6 LISTE DE SIGLES ET DES ABREVIATIONS... 7 INTRODUCTION PARTIE 1 - LA FILIERE CACAO : UNE CONTEXTUALISATION DU SUCCES A LA CRISE CHAPITRE 1 : L EXPANSION DE L ECONOMIE DE PLANTATION DE 1960 A CHAPITRE 2 : LES MANIFESTATIONS DE LA CRISE CACAOYERE A PARTIR DE PARTIE 2 : LES PRODUCTEURS DANS LA CRISE CHAPITRE 3 : ELEMENTS DE METHODE : UNE APPROCHE BASEE SUR L EXPLOITATION AGRICOLE CHAPITRE 4 : LES CONSEQUENCES DE LA CRISE CACAOYERE POUR LES PRODUCTEURS CHAPITRE 5 : LA DETERMINATION DU REVENU DES PRODUCTEURS PARTIE 3 : STRATEGIES DES PRODUCTEURS FACE A LA CRISE CHAPITRE 6 : LES STRATEGIES DE SECURISATION DES FACTEURS DE PRODUCTION CHAPITRE 7 : LES STRATEGIES LIEES A LA DIVERSIFICATION DES REVENUS CONCLUSION GENERALE BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES ANNEXES

7 LISTE DES FIGURES Figure 1: Schéma de la grille structurelle-fonctionnelle des stratégies des producteurs Figure 2: Ventilation sectorielle du PIB en 2008 (en pourcentage) Figure 3: La production annuelle de fèves de cacao (en tonnes) Figure 4: Broyages de fèves de cacao en Figure 5: Les broyages de cacao en pourcentage des broyages mondiaux en Côte d Ivoire Figure 6: Précipitations dans la station pluviométrique de Tabou, au Sud-Ouest Figure 7: Niveau des précipitations dans la station de Gagnoa, au Centre-Ouest Figure 8: Représentation schématique des producteurs interrogés selon l origine Figure 9: Evolution du taux de pauvreté de 1985 à Figure 10: Evolution des dépenses de scolarisation selon les groupes ethniques en Fcfa Figure 11: Les différentes sources de crédits aux producteurs (en pourcentage) Figure 12: Les différents types de tâches accomplies par les enfants en pourcentage du nombre d enfants interrogés Figure 13: Prix mondiaux et production de cacao de 1971 à Figure 14: La progressivité des droits de douane dans trois pays développés (en %) Figure 15: Les différentes méthodes de séchage des producteurs enquêtés Figure 16: Prix payés aux producteurs selon les groupes ethniques (moyenne des campagnes et , en Fcfa/kg) Figure 17: Le ratio entre le prix au producteur et le prix mondial du cacao (en %) Figure 18: Taille et composition des ménages agricoles selon les groupes ethniques Figure 19: Nombre d "aboussantiers" en fonction de l âge des producteurs Figure 20: Le niveau des rendements en fonction de la superficie cacaoyère en production selon les groupes ethniques Figure 21: Présentation des systèmes de culture selon les groupes ethniques LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: L importance relative de la pauvreté selon les régions en % de la population totale Tableau 2 : Typologie des risques détectés dans la sous-préfecture de Méadji Tableau 3: Estimations des dépenses de Mr G.K. en fonction des besoins (année 2007) Tableau 4: Récapitulatif des dépenses de Mr N.A. en fonction des besoins, par année Tableau 5: Principales destinations de la production cacaoyère ivoirienne Tableau 6: Prix bord champ selon les zones de production, campagne Tableau 7: Nombre d actifs familiaux (hors enfants) selon les groupes ethniques Tableau 8: Dotation en équipements selon les groupes ethniques (en %)

8 LISTES DES CARTES Carte 1: La route reliant Soubré au port de San-Pedro en passant par Méadji Carte 2: Hauteurs pluviométriques annuelles, avant et après la décennie Carte 3: Localisation du pays bakwé, à l échelle de la Côte d Ivoire Carte 4: Localisation de la zone d étude LISTE DES PHOTOS Photo 1: La cochenille transmettant le virus du swollen shoot et une cabosse atteinte par la maladie de la pourriture brune Photo 2: Entretien avec des cacaoculteurs à Lavéritékro, sous-préfecture de Méadji Photo 3: Séchage du cacao sur une bâche au sol Photo 4: Femme burkinabè semant le riz dans un bas-fond à Krohon Photo 5: Association de travailleurs en écabossage du cacao en Côte d Ivoire Photo 6: Vieux verger de cacao converti en hévéaculture Photo 7: Conservation d ignames par la technique de claie, à Renékro LISTE DES ANNEXES Annexe 1: Le questionnaire d enquête Annexe 2 : Les encadrés

9 Liste des sigles et abréviations LISTE DE SIGLES ET DES ABREVIATIONS ANADER : Agence Nationale pour le développement rural ARCC : Autorité de Régulation du Café et du Cacao ARSO : Autorité pour l Aménagement de la Région du Sud-Ouest BCC : Bourse du Café et du Cacao BFA : Banque pour le Financement de l Agriculture BM : Banque Mondiale BNDA : Banque Nationale de Développement Agricole CAF : Coûts Assurance et Fret CAISTAB : Caisse de Stabilisation des produits de base CCC : Conseil du Café et du Cacao CIMP : Comité Interministériel des Matières Premières COOPEC : Coopérative d Epargne et de Crédit de Côte d Ivoire CNRA : Centre National de Recherche Agronomique CNUCED : Commission des Nations Unies pour le Commerce et le développement CPN : Coefficient de Protection Nominale DUS : Droit unique de sortie DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté en Côte d Ivoire ECOOPAM : Entreprise Coopérative des Agriculteurs de Méadji ENSEA : Ecole Nationale de la Statistique et de l Economie Appliquée 7

10 Liste des sigles et abréviations EPAM : Enquête Permanente Auprès des Ménages FAO : Food and Agriculture Organization FCFA : Franc des Colonies Françaises Africaines FDPCC : Fonds de développement des activités des producteurs de café-cacao FENACOVICI : Fédération Nationale des Coopératives du Vivrier en Côte d Ivoire FMI : Fonds Monétaire International FOB : Free On Board FPI : Front Populaire Ivoirien FRC : Fonds de Régulation du Café et du Cacao GVC : Groupement à Vocation Coopérative ICCO : Accord International pour le Cacao INS : Institut National de la Statistique (Côte d Ivoire) JRDACI : Jeunesses du Rassemblement Démocratique Africain de Côte d'ivoire MACA : Maison d Arrêt et de Correction d Abidjan OIC : Organisation Internationale du Cacao OIT : Organisation Internationale du Travail OMOCI : Office des Mains d Œuvre de Côte d Ivoire PIB : Produit Intérieur Brut PANA : Parti National Africain PAN-UK : Pesticide Action Nectwork-UK 8

11 Liste des sigles et abréviations PAS : programmes d ajustement structurel PASA : Programme d'ajustement du Secteur Agricole PDCI : Parti Démocratique de Côte d Ivoire PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement RDR : Rassemblement Des Républicains SAA : Syndicat Agricole Africain SATMACI : Société d'assistance et de Modernisation de l'agriculture en Côte d Ivoire SIAMO : Syndicat Interprofessionnel pour l Acheminement de la Main d Œuvre SODEFEL : Société de Développement des Fruits et Légumes SODEFOR : Société de Développement des Forêts SODEPALM : Société pour le Développement et l Exploitation du Palmier à huile SODEPRA : Société de Développement de la Production Animale SODERIZ : Société de Développement de la culture du Riz SODESUCRE : Société pour le Développement des Plantations de canne à Sucre TMS : Températures Marines de Surface TMS : Troubles Musculo-Squelettiques UE : Union Européenne UNESCO : United Nations Educational, scientific and Cultural Organization USA: United States of America 9

12 Introduction INTRODUCTION La cacaoculture occupe une place importante dans l économie ivoirienne. Elle représente au plan macroéconomique, 40 % des recettes d exportation et contribue à hauteur de 10 % à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB). Au plan social, environ chefs d exploitation font vivre près de 6 millions de personnes. Depuis 1977, la Côte d Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec plus de 40 % de la production mondiale. Ce résultat est la combinaison de plusieurs facteurs, notamment une politique de prix rémunérateurs et attractifs qui incitait à la production, et une politique de migration mise en place depuis la période coloniale et encouragée par les autorités ivoiriennes après l indépendance politique. La disponibilité foncière qui favorisait l extension des vergers, offrait aussi la possibilité aux manœuvres de s installer à leur propre compte. Les politiques de migration et de prix rémunérateur ont permis à l Etat de prélever une plus-value sur les prix de vente. Les recettes tirées de la vente du cacao ont favorisé le financement de projets tels que le désenclavement de la sous-préfecture de Méadji au Sud-Ouest ivoirien, qui représente aujourd hui la nouvelle boucle du cacao. Cette région dont le niveau de production est plus important que celui du Cameroun, 5 ème producteur mondial, fournit à elle seule 34 % de la production nationale, soit 15 % de la production mondiale. Le modèle de développement adopté par la Côte d Ivoire était donc caractérisé par son extraversion et sa dépendance par rapport à la main d œuvre étrangère. Il était basé sur l exploitation des ressources naturelles, c est-à-dire sur le défrichement massif et ininterrompu de forêts par des exploitants migrants, ivoiriens ou non, et pratiquant une agriculture extensive. Les perspectives pour le migrant d accéder au foncier par la création de plantations, a accéléré les migrations en direction des zones forestières, jusqu à l épuisement des réserves forestières. Ainsi, depuis la fin de la décennie 1970, l économie ivoirienne est en proie à une crise cacaoyère multidimensionnelle sans précédent. La crise s est traduite par la dégradation des conditions de vie, la prolifération des ravageurs de cultures, la dégradation des conditions climatiques et de commercialisation, les conflits fonciers ainsi que la baisse des prix aux producteurs. La diminution des prix influe sur le traitement des vergers et par ricochet sur les rendements. Ainsi, la crise cacaoyère a affecté les fondements sociaux, environnementaux, économiques et politiques de l économie ivoirienne. La combinaison de ces facteurs (baisse des prix et diminution des rendements) conduit nécessairement à une chute des revenus. La 10

13 Introduction crise qui relève tant de facteurs structurels que conjoncturels, a entravé la survie des producteurs en accentuant leur vulnérabilité. Compte tenu de ces phénomènes (boom cacaoyer suivi crise), Ruf (1991, 1995) a conclu qu un pays qui a profité 15 ou 20 ans plus tôt de la flambée du cours international, doit s attaquer aux difficultés techniques (liées au vieillissement des vergers et à l épuisement de la forêt) et sociales (vieillissement des planteurs et conflits fonciers) de la replantation, et aux difficultés économiques et politiques de l effondrement des cours. Mais comment cela peut-il se faire dans un contexte d austérité budgétaire et de baisse du pouvoir de l Etat? En effet, pour trouver une solution à la crise économique, les institutions internationales (BM, FMI) ont exigé des autorités ivoiriennes la réduction des dépenses publiques et la libéralisation des secteurs d activité profondément affectés par la crise à travers des Programmes d Ajustement Structurel (PAS). Les exploitations agricoles doivent donc faire face au dérèglement étatique de la filière en matière d appuis techniques et financiers. Ainsi, on a assisté dès la fin de l année 1980, à la libéralisation de la filière cacao avec l abandon par l Etat du principe du barème, des quotas d exportation, de la commercialisation externe et du prix minimum garanti. L'objectif visé était d améliorer les conditions de vie des producteurs en garantissant un fonctionnement transparent et autonome de la filière et en assurant la promotion des petites et moyennes entreprises et des coopératives exportatrices. Cependant, cet objectif n a pas été atteint du fait de l importance des prélèvements (qui se sont établis par moment à plus de 50 % des cours mondiaux) opérés par l Etat sur la filière cacao ; quitte aux paysans à prendre en charge leur propre destin d autant que la cacaoculture n est plus en mesure à elle seule d assurer un revenu annuel suffisant pour garantir la sécurité et l autosuffisance alimentaire des exploitations agricoles. La question est donc de savoir, quels effets la récession cacaoyère a-t-elle produit sur les systèmes d exploitation agricoles des producteurs? Comment, les producteurs de cacao réorientent-ils leurs stratégies? Poursuivent-ils leur mode d'installation extensif sur des friches ou des jachères? Ou, au contraire, tentent-ils d'intensifier leur production dans des systèmes d exploitation familiale? 11

14 Introduction Les producteurs de cacao ont fait preuve d une remarquable adaptation aux contraintes économiques, environnementales, politiques et sociales. En effet, les systèmes de production se sont adaptés et ont évolué en fonction des conjonctures locales : mise en place de productions ou d'activités nouvelles afin de pallier la baisse des recettes du cacao, le renforcement des systèmes d association culturale pour assurer un approvisionnement alimentaire et la modification des règles d accès au foncier avec l introduction du contrat de garantie en vue de remédier à l ampleur des conflits fonciers qui affectent les relations intercommunautaires. Le sujet central de la recherche porte donc sur "les stratégies des producteurs face à la crise cacaoyère". Les stratégies développées par les producteurs visent à faire face aux contraintes auxquelles ils se trouvent confrontés. L objectif de cette étude est d appréhender l évolution des rapports entre le système d exploitation cacaoyère et son environnement immédiat (situation familiale, revenu, disponibilité des facteurs de production) et lointain (prix, marché, relation interfamiliale/intercommunautaire). Autrement dit, il s agit d examiner les problèmes posés par la crise cacaoyère sur les structures écologique, économique, politique et sociale des producteurs et d analyser les réponses que les différentes catégories d acteurs (autochtones bakwé, allochtones baoulé et burkinabè) y ont apportées. Mais que revêt le concept de stratégies des producteurs? Dérivée du mot grec "stratos" qui signifie «armée» ou "stratêgia" c'est-à-dire «commandement d une armée», la stratégie se référait initialement à l art de coordonner l ensemble des actions des forces d une nation (les forces politiques, économiques, financières, militaires, morales, etc.) pour conduire une guerre, gérer une crise ou préserver la paix. La stratégie faisait allusion à la partie de la science militaire qui concernait la conduite générale de la guerre et l'organisation de la défense d'un pays. La stratégie était donc à l origine le domaine réservé des chefs militaires de guerre et était liée aux guerres qui ont marqué l histoire et façonné le monde (De Montbrial et Klein, 2001). Aujourd hui, la stratégie s est progressivement étendue pour recouvrir l utilisation de moyens quels qu en soient la nature et le domaine d application pour atteindre un objectif. Pour Laléyê (1992), elle fait allusion à «l art de coordonner des forces pour atteindre un but déterminé». Ces forces peuvent être d ordre «politique, militaire, intellectuel, moral». Défini comme tel, le concept de stratégie s applique à de multiples domaines tels que les mathématiques en passant par les sciences humaines et sociales (la géographie, les sciences économiques, la sociologie, la psychologie). En l abordant dans le cadre de la sociologie rurale, Yung et Zaslavsky (1992 : 24) définissent 12

15 Introduction la stratégie des producteurs comme «l art d acteurs pour lesquels le processus agricole et pastoral de production occupe une place centrale dans "le mode de vie" (Mauss, 1926) et font concourir des moyens agricoles, mais non exclusivement tels, pour atteindre des objectifs de maintien, croissance et reproduction de leur unité de production familiale, dans un contexte marqué par l incertitude». Les stratégies des producteurs apparaissent ici comme «des "réponses" élaborées» par des acteurs pour faire face aux contraintes auxquelles ils se trouvent confrontés ou aux «"défis" qu ils s assignent». Dans la mesure où la capacité d innovation n est pas déniée aux producteurs, Yung et Zaslavsky distinguent deux types de stratégies associées à deux types d innovation. Le premier concerne «les stratégies défensives» dont l objectif central est la défense et le maintien du mode et des niveaux de vie. Malgré leur aspect modeste, les innovations qui en résultent permettent de faire face aux défis de l environnement tant physique qu économique (diminution des risques, sécurité alimentaire). Les stratégies de type «offensif» quant à elles, ont pour objectif l amélioration du niveau de vie. Les stratégies visent la croissance des revenus monétaires que ce soit par une augmentation de la productivité marchande du travail ou par l augmentation du profit. Les innovations sont alors fondées sur de nouvelles combinaisons productives nécessitant une accumulation. Ces innovations sont donc plus risquées et à dominante monétaire et elles ont des incidences importantes sur les systèmes de production. Cependant, quelle relation y a-t-il entre les pratiques et les stratégies des producteurs? La plupart des analystes établissent un lien entre les pratiques et les stratégies des agriculteurs. En effet, Chauveau (1997) en parlant des pratiques des producteurs, soutient qu elles se réfèrent à «leurs manières concrètes d agir» puisque les pratiques procèdent de choix et de décisions qui sont tributaires de l exploitation dans son ensemble. Par ailleurs, l auteur note qu une pratique doit être «dimensionnée» c'est-à-dire qu elle doit s orienter à un domaine et viser un objectif précis. Car la pratique s applique à des objets eux-mêmes dimensionnés (parcelles) et elle nécessite la mobilisation de facteurs de production. Yung et al (1992) précisent que les pratiques représentent «des morceaux de stratégies en acte». La pratique est donc une manifestation concrète de la stratégie. Pour Pierre-Marie Decoudras (1997), l étude des pratiques met en parallèle les contraintes auxquelles le paysan est soumis et les stratégies qu il adopte pour les surmonter. L étude valorise le savoir paysan et met en exergue une autre rationalité, celle qui situe le paysan au centre du changement technique et du 13

16 Introduction développement. Pierre Milleville (1987) va dans le même sens que les auteurs précédemment cités. Selon l auteur, les pratiques des agriculteurs se conçoivent en termes de mise en œuvre des techniques. C est pourquoi le fait technique de l agriculteur et le contexte dans lequel il est mis en œuvre ne sont pas dissociables. Les pratiques procèdent donc d un choix que fait l agriculteur en tenant compte de ses objectifs et dépendent aussi du fonctionnement de l exploitation agricole. Ainsi, une pratique est en principe personnalisée parce qu elle est affilée à un système de production particulier. Puisque les pratiques ne relèvent pas seulement du seul domaine agronomique, notre analyse s étend également aux domaines économique, social et religieux parce que les producteurs ne poursuivent pas toujours un seul objectif. Ils sont multiples, plus ou moins hiérarchisés et parfois contradictoires ou antagonistes (Chauveau, 1997). Il revient dans le cadre de cette étude, de saisir les pratiques locales des différentes catégories de producteurs (allochtones et autochtones, jeunes, hommes et femmes) et d étudier les objectifs auxquels ces stratégies correspondent. Pour ce faire, nous allons catégoriser les stratégies en tenant compte des différents domaines, des objectifs poursuivis et des contraintes auxquelles sont soumis les producteurs. Après la définition des catégories spécifiques de stratégies, il convient de leur faire une place à part entière dans une grille d'analyse exhaustive. Selon Gordon Mace et François Pétry (2000), la grille d analyse représente l'arrangement des variables et des indicateurs que le chercheur doit construire. Il s agit de traduire dans le langage de l'observation, les concepts théoriques du cadre conceptuel. C est d ailleurs ce que Pierre Beckouche et Félix Damette (1993) ont appelé «grille structurale-fonctionnelle». Ainsi, la prise en compte des relations entre les différentes stratégies et la diversité des acteurs, a fait l'objet d'une grille d'analyse globale des stratégies des producteurs (Figure 1). Les réponses intégrées dans cette grille sont des composantes élémentaires des stratégies des producteurs, c est à dire les pratiques paysannes. Les critères de classification des pratiques paysannes reposent sur 4 variables que sont l horizon visé (court/long terme), le caractère défensif ou offensif, la relation sociale (autarcie/ouverture) qui reste limitée, soit au membre de la communauté ethnique ou la famille, soit s étend aux autres communautés et enfin la forme d accumulation (agricole/extra-agricole) qui concerne la diversification des revenus. 14

17 Introduction Figure 1: Schéma de la grille structurelle-fonctionnelle des stratégies des producteurs Source : Enquête, janvier 2010 Les stratégies des producteurs sont modelées en fonction des risques auxquels ils sont soumis. Nous en avons repérés quelques-uns que nous avons classés en quatre catégories, à savoir les risques économiques, environnementaux, socio-culturels et politiques. Les risques économiques (instabilité des revenus, faiblesse du crédit) provoque une instabilité des prix d achat et la baisse du pouvoir d achat des producteurs. Ces éléments de risques ont un impact sur la situation économique des producteurs à savoir la limitation des dépenses liées à l alimentation, la santé et l éducation. Compte tenu de la diversité des situations individuelles et des éléments de risques, la réaction des producteurs dépend de leurs caractéristiques personnelles c est-à-dire des différentes ressources dont ils disposent. Ainsi, en réponse aux contraintes économiques, les producteurs vont procéder à la diversification des revenus. Cette stratégie se traduit concrètement au sein des systèmes d exploitation par la diversification agricole (hévéaculture) et extra-agricole (commerce, immobilier, transport, etc.). 15

18 Introduction Les risques environnementaux se référant à l épuisement de la forêt et à la dégradation du climat conduisent à la prolifération des maladies végétales et des plantes adventices, au feu de brousse et au vieillissement des vergers. Ces éléments de risque ont un impact sur les rendements des vergers en accentuant la baisse des revenus et l insécurité alimentaire. Face à ces contraintes, la mobilisation de la main d œuvre (familiale et extérieure) constitue l une des réponses des producteurs. Cette stratégie consiste à mettre en valeur tous les espaces cultivables notamment les bas-fonds et les anciennes jachères. L intensification par le travail va favoriser une bonne complémentarité entre culture vivrière et culture d exportation. A ce niveau, les semences de cycle court sont privilégiées ainsi que les cultures moins exigeantes en matières organiques telles que le manioc. Au niveau des risques socio-culturels, à savoir les conflits fonciers et certaines normes sociales, nous avons noté que ces contraintes se réfèrent aux dépenses ostentatoires, au travail des enfants qui affecte le capital humain et à la faible autonomie des jeunes hommes et femmes. Ces éléments de risque ont une incidence sur les conditions de vie des producteurs en limitant toutes possibilités d investissements agricoles et provoquent une dépendance des jeunes vis-à-vis des aînés. Les réponses des producteurs visent dans ce cas la sécurisation du foncier en vue de la transmission intergénérationnelle de l héritage. Dans la pratique, les stratégies des producteurs se traduisent par la restructuration des rapports de travail en accordant la priorité au contrat aboussan (partage de la production en trois, les deux tiers reviennent au producteur). Beaucoup de manœuvres ont pu accéder au foncier grâce à ce type de contrat. Cette option n est plus envisageable avec la version révisée du contrat aboussan. De même, les contrats de garantie se substituent au contrat de mise en gage. Le contrat de garantie est un contrat de location qui consiste à mettre à la disposition d un individu (un acheteur de produit, un autre producteur) quelques hectares de plantation de cacao en production (un ou deux en général) moyennant un paiement en espèce, durant quelques années au terme desquelles la plantation est restituée à son propriétaire. C est une réponse à l aliénation prolongée de l exploitation qui dans le cadre du contrat de mise en gage, aboutissait à une perte définitive de la plantation et suscitait des affrontements intercommunautaires. Aussi, les producteurs tâchent, autant que faire se peut, d assurer la reproduction des liens de solidarité au sein de la société, au plan social et culturel. Cette stratégie, développée par les migrants, notamment ceux de la communauté burkinabè, se traduit par le respect des règles du tutorat et une assistance morale et financière aux autres communautés confrontées à 16

19 Introduction un événement social (décès, mariage, etc.). Elle vise à renforcer les liens sociaux avec la population autochtone. L efficacité relative des réponses des producteurs dépend de leurs capacités personnelles mais aussi des opportunités sociales. Par opportunités sociales, nous attendons l ensemble des dispositions prises par l Etat en faveur de la santé, de l éducation, etc. et surtout l instauration d un climat social paisible, qui conditionne l épanouissement des populations. A ce niveau, l Etat de Côte d Ivoire a failli à sa mission depuis La crise politique que le pays a connue depuis cette date, et qui a conduit dans un affrontement militaire en septembre 2002, a affecté les conditions de vie des populations en détruisant les infrastructures de santé, d éducation ainsi que les ressources naturelles. Au terme de ces confrontations politico-militaire, la réconciliation nationale doit être la priorité des objectifs du gouvernement. De même, l Etat doit encourager une gestion foncière durable et tenir compte des intérêts de tous (ivoiriens et non-ivoiriens) en assurant une sécurité des droits sur les terres qui d ailleurs a constitué l un des enjeux majeur de cette crise. Le modèle de François Ruf (1991, 1995) en rapport avec la disponibilité de la forêt vierge et le boom des prix mondiaux de cacao a servi de cadre conceptuel dans cette étude. Ce modèle stipule que tant que la terre est disponible, la hausse des prix entraîne une forte croissance de l offre, avec l accélération de l immigration. Ces booms sont suivis de récession du fait, d une part, de problèmes agro-écologiques et d un processus naturel de vieillissement de vergers et d autre part de problèmes sociaux liés au vieillissement des producteurs dont la force décline ainsi que des conflits fonciers. Le comportement des producteurs face à la forêt peut être décrit en trois phases. Il s agit du défrichement tous azimuts des forêts disponibles, l épuisement de la terre et le défrichement des réserves forestières et enfin le déplacement vers d autres régions pourvues en forêts. Le défrichement tous azimuts des forêts est rendu possible du fait de la disponibilité foncière. Les jachères sont longues et les vergers improductifs sont abandonnés pour en créer d autres après défrichement de nouvelles forêts. L épuisement de la terre et la disparition progressive des forêts amène les planteurs à s attaquer aux réserves forestières. Après cette conquête, le déplacement des populations vers d autres régions pourvues en forêt permet de faire face à l épuisement des terres. 17

20 Introduction Ainsi, de par le principe de la délocalisation, le Sud-Est ivoirien qui représentait jusqu en 1960 une zone de grandes productions cacaoyères a passé le relais entre 1960 et 1970 à la région du Centre-Ouest. C est à partir des années que la région du Sud-Ouest a amorcé son cycle du cacao à traves d importantes vagues migratoires en provenance des anciennes zones cacaoyères. Au regard de tout ce qui précède, nous posons les hypothèses suivantes : La crise cacaoyère a contribué à la déstructuration des rapports familiaux. En confinant les jeunes hommes dans une situation de dépendance vis-à-vis des aînés. Elle a réduit leur autonomie et affecté les possibilités de se constituer une unité familiale. De même, les jeunes épouses, privées de la gestion autonome des bas-fonds et l accès limité au foncier, sont soumises à une dégradation de leurs conditions de vie. Les jeunes hommes et femmes qui acceptent la tutelle des aînés, espèrent par le changement de leur statut social, améliorer leurs conditions de vie. Cette évolution dépend des parents et des époux altruistes. Ces derniers peuvent prendre des dispositions pour permettre aux jeunes femmes d assurer leur autonomie à moyen ou long terme en cas de survenance d événements pouvant renforcer leur vulnérabilité tels que le divorce ou le décès des parents ou des époux. De même, les jeunes hommes sont engagés dans les exploitations familiales comme "aboussantier" (travailleur agricole) en vue de préserver le patrimoine familial par la transmission intergénérationnelle de l héritage. L instabilité du prix des matières premières, en l occurrence le cacao, renforce la vulnérabilité des producteurs en limitant les activités à caractère productif (acquisition de matériels techniques et "modernes" de production, etc.) nécessaires à l amélioration des niveaux de vie. La vulnérabilité des cacaoculteurs à la pauvreté dépend de la capacité du revenu tiré de la vente du cacao à couvrir l ensemble des besoins familiaux. Ainsi, les producteurs qui disposent d importantes superficies d exploitation cacaoyère auxquelles s ajoutent des exploitations non négligeables de production vivrière et d hévéa, sont moins vulnérables à la pauvreté. La récession cacaoyère a donné naissance à une pluralité de réponses adaptatives observables dans les systèmes d exploitation agricole à travers les régimes alimentaires, les modes d accès à la terre et le recrutement de la main d œuvre. Ces stratégies sont souvent modelées en fonction des relations autochtones/allochtones. 18

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Ramatou Traoré To cite this version: Ramatou Traoré. Eau,

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE SOCIETE D EXPLOITATION ET DE DEVELOPPEMENT AEROPORTUAIRE AERONAUTIQUE ET METEOROLOGIQUE PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE 1 PLAN DE

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la néphronophtise et les ciliopathies associées, dans la morphogenèse épithéliale, la polarité cellulaire et la ciliogenèse Helori-Mael Gaudé

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche?

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Vous êtes un propriétaire forestier privé ou public? ou vous envisagez de le devenir? Vous souhaitez vendre, échanger ou acheter des parcelles

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail