Le guide de l expatrié(e)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le guide de l expatrié(e)"

Transcription

1 Le guide de l expatrié(e) Édition 2012

2

3 Sommaire Préface...5 L expatriation à l IRD...7 L expatriation, un enjeu majeur pour l IRD...9 Les cadres conventionnels de l expatriation...9 Les acteurs du processus...10 Se préparer à l expatriation...11 La mission de longue durée Quelques questions à (me) poser avant mon départ en expatriation.13 Les décisions d affectation à l étranger...14 La notification d affectation...15 Avant le départ...16 La prise en compte des conditions de vie et de sécurité 17 La visite médicale...18 L établissement des passeports et des visas...19 Les passeports Les visas Les démarches spécifi ques pour les agents non français Les titres de transport...20 La recherche d un logement...20 Les frais de déménagement...20 Le paiement d une avance sur rémunération...21 La couverture santé...22 L assistance au rapatriement...22 La prévention des risques professionnels...23 Les transferts d information et de données...23 Durant le séjour...24 À faire, dès l arrivée...25 Rencontrer le représentant de l IRD Aller au consulat La sécurité à l étranger...26 La vie familiale...27 La scolarisation des enfants Les établissements d enseignement français à l étranger L enseignement par correspondance L emploi du conjoint La vie sociale...29 Les relations humaines Le poids de l histoire, la réserve, la tolérance L engagement humanitaire Les couples formés lors de l expatriation Les conduites addictives Les rapports avec les forces de police La vie pratique...31 La question du personnel de maison La question de l argent Les déplacements sur de longues distances L activité professionnelle...32 L hygiène et la sécurité La médecine de prévention Les missions Les activités en zone isolée Le transport d échantillons, de produits, de matériel scientifi que.. 36 Une recherche éthique à l étranger...37 La propriété intellectuelle et la confi dentialité L éthique, la déontologie et la recherche en partenariat Le cumul d emploi Le développement des compétences et la carrière...38 Les droits à formation L évaluation L évolution de carrière Le droits à pension La rémunération...41 La rémunération principale Les avantages familiaux La majoration familiale pour enfant à charge Le supplément familial à l étranger L indemnité d établissement En cas de maladie En cas de maternité, paternité ou adoption L imposition de vos revenus Les congés...44 Les congés intercalaires Les congés de mutation Le CET Le retour...48 Avant de rentrer...49 L état des locaux Les transferts d information et de données La protection sociale et autres démarches personnelles Le suivi médical...50 Les titres de transport...50 Le remboursement des frais de déménagement...51 Votre rémunération...51 Annexes...52 Institut de recherche pour le développement Le guide de l expatrié(e)

4

5 Préface Pour les pays du Sud, la science est un atout majeur en matière de développement. Elle produit tout d abord des connaissances nouvelles sur les grandes thématiques telles que le changement climatique, les ressources en eau, la préservation de la biodiversité, la lutte contre la pauvreté et les maladies émergentes, les migrations internationales. Mais la recherche pour le développement c est aussi la formation des jeunes générations et l accroissement des compétences scientifi ques et technologiques. La diffusion des connaissances scientifi ques vers les sociétés favorise la prise en compte par les populations des avancées de la science pour faire face aux enjeux mondiaux actuels en même temps qu elle stimule le progrès économique. L affectation de personnel et de chercheurs au Sud est le plus emblématique de tous les instruments du partenariat mis en œuvre par l IRD. La présence au Sud via nos représentations, le contact direct et quotidien avec les acteurs du Sud, fondent la spécifi cité de l IRD dans le paysage national et international de la recherche. Assurer la pérennité de ce dispositif, en dépit des différentes contraintes qui s imposent à nous, qu elles soient budgétaires ou sécuritaires, reste une priorité forte, réaffi rmée dans notre contrat d objectifs C est donc dans une démarche partenariale et éthique que l affectation des équipes de recherche au Sud et la constitution de plateformes doit se concevoir : co-construire des programmes de recherche, s investir dans la restitution des résultats, poursuivre le renforcement des capacités des partenaires, partager les fruits du travail, en particulier par la copublication et la valorisation économique, telles sont nos ambitions. C est pourquoi l expatriation est le moteur central de notre Institut. Au-delà de la motivation scientifi que qui la guide, il est du devoir de l Institut d accompagner ses personnels et ceux d autres organismes, dans le cadre de sa fonction d Agence AIRD, lors de leur affectation à l étranger. C est la vocation de ce nouveau «Guide de l expatrié(e)», dont l édition de 2009 a été profondément renouvelée. Disponible sous forme papier, ou via l Intranet de l IRD, il a pour vocation de renseigner les agents à chaque étape : avant le départ, pendant l expatriation ou au retour de l étranger. Il les conseille sur le déroulement de leur carrière ; il recense et propose des solutions sur la prévention des risques et sur la sécurité à l étranger, ainsi que sur la protection sociale indispensable. Enfi n, il sensibilise aux comportements éthiques et à la prise en compte des modes de vie à l étranger. Je souhaite aux personnels de l établissement et à ceux accueillis, amenés à travailler en expatriation, de réaliser un parcours particulièrement enrichissant avec nos partenaires, au service de la recherche pour le développement. Je suis certain que cette période sera pour chacun source d un épanouissement personnel et professionnel, tout en contribuant au rayonnement international de l IRD. Michel Laurent Président de l IRD

6

7 L expatriation à l IRD

8 L expatriation à l IRD Chercheurs, ingénieurs ou techniciens, de l IRD ou en accueil à l Institut, seniors ou juniors, vous allez partir en expatriation, affecté pour deux ans renouvelables dans un pays du Sud, pour y mener vos recherches, assurer une mission de soutien ou de support à la recherche. C est entre autres par le biais de la présence au Sud de ses agents que l IRD répond à ses objectifs d établissement public de recherche fi nalisée : «L Institut a pour mission, en France et hors de France, en particulier par des actions de recherche en coopération de longue durée, en accord avec les États avec lesquels sont établis des protocoles et conventions : [ ] de promouvoir et de réaliser tous travaux de recherche scientifi que et technologique susceptibles de contribuer au progrès économique, social et culturel des pays en développement, en particulier : par l étude des milieux physiques, biologiques et humains ; par des recherches visant à favoriser une meilleure maîtrise des capacités de développement par les pays eux-mêmes.» (Article 2 du décret n du 5 juin 1984 portant organisation et fonctionnement de l IRD). S appuyant sur les structures de recherche unités mixtes de recherche, unités mixte de service, unités mixtes internationales, observatoires dont il est cotutelle, l Institut encourage : la co-construction des programmes de recherche fondés sur la demande des Suds, les pratiques de partenariat et de renforcement des capacités des Suds, le dialogue sciences-sociétés, la copublication des résultats des recherches, en visant l excellence, une valorisation commune des résultats. Par son rôle d opérateur de recherche, mais aussi de promoteur de la recherche via ses fonctions d agence pour le développement (AIRD), l IRD accueille dans le cadre de partenariats des chercheurs d autres organismes souhaitant à la fois mener leurs recherches au Sud, y créer des synergies et renforcer les capacités des pays du Sud. Vous êtes partie prenante de ce dispositif original, et l ensemble des structures de l Institut, en France (siège, centres, unités) et à l étranger (représentations), vous accompagnent dans votre expatriation. Cet accompagnement est scientifique dans la définition et la conduite des projets de recherche en partenariat. Il est également administratif (voyages, rémunération ) et social (santé, sécurité, évolution professionnelle ). Ce guide présente l ensemble de ces dimensions. 8 Institut de recherche pour le développement

9 L expatriation à l IRD L expatriation, un enjeu majeur pour l IRD L expatriation est le principal instrument de projection au Sud des ressources humaines de l Institut, qu il s agisse des personnels titulaires, en CDD ou en accueil. Au cœur des missions de l IRD, elle permet, depuis des implantations chez les partenaires, de co-porter et co-animer sur le long terme des projets de recherche, ainsi que des actions d enseignement, de formation et de valorisation conforme aux priorités des pays d accueil. En tant qu agent affecté à l étranger, vous avez donc une responsabilité toute particulière dans la mise en œuvre de la politique de l établissement, notamment telle qu elle est déclinée dans son contrat d objectifs. Vous allez contribuer à sa mise en œuvre de multiples manières : renforcement du potentiel scientifi que, des capacités de recherche au Sud, diffusion des outils d acquisition de connaissance ; construction du dialogue entre communautés scientifi ques ayant des approches et des cultures différentes ; inscription sur le long terme de la présence au Sud de scientifi ques du Nord, créant ainsi des liens entre communautés et des réseaux pérennes et forts ; promotion d approches intégrées, mobilisation de la communauté scientifi que française et européenne, ainsi que de bailleurs de fonds, sur des enjeux de recherche prioritaires pour le Sud ; regards croisés sur des terrains d étude partagés, mutualisation de moyens, de méthodes et de capacités d analyse ; formation à la recherche par la recherche, création et consolidation de dispositifs d enseignements orientés vers un développement pérenne ; accroissement des échanges Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud et Sud-Nord Les cadres conventionnels de l expatriation L affectation d un agent dans un pays étranger s inscrit dans différents cadres conventionnels. Le cadre institutionnel Des conventions ou un accord de partenariat défi nissent l objet et les modalités de coopération entre l IRD et ses partenaires à l étranger. L activité en expatriation se situe donc dans le cadre de ces accords. Le guide de l expatrié(e) 9

10 L expatriation à l IRD La programmation scientifi que Les conventions de recherche décrivent les programmes de recherche pour lesquels les agents sont envoyés en expatriation. Elles indiquent ce que chaque partenaire met à disposition dans le cadre de ces programmes, notamment les personnels affectés à leur réalisation, et elles en prévoient la durée. Elles sont validées par les différents acteurs du processus : partenaires, représentants, directeur général délégué à la Science, directeurs d unité. L accueil ou l hébergement Les conventions d accueil ou d hébergement indiquent les modalités concrètes organisant la présence d agents au Sud, chez ou avec les partenaires. Elles précisent la fi nalité des affectations, leurs modalités de gestion (organisation des budgets, origine des fi nancements ), ainsi que les modalités de mise en œuvre (gestion des projets, copublications, valorisation, encadrement d étudiants locaux ou activités d enseignement à réaliser ). Dans les pays étrangers, ces conventions déterminent les engagements de l IRD et de ses partenaires. Dans bon nombre de pays, c est en fonction de ces accords que les autorités locales accréditent les chercheurs en expatriation et les autorisent à bénéfi cier ou non d un visa dans le pays. Elles sont donc nécessaires pour qu un agent puisse être affecté chez un partenaire à l étranger. Les acteurs du processus Les représentants Les représentants de l IRD sont les garants de la mise en place des accords de partenariat et des conditions d accueil chez les partenaires de l IRD. Ils sont responsables administrativement des agents affectés dans leur zone de compétence. Ils sont notamment les ordonnateurs des dépenses gérées via le service comptable de leur représentation, et les signataires des demandes de mission ou de congés des agents expatriés Leur responsabilité, de même que celle de l agent affecté dans leur zone de compétence, peut être engagée si ce dernier contrevient aux dispositions légales ou réglementaires, notamment en matière de sécurité. Il est donc primordial de prendre contact avec le représentant ayant compétence sur le pays dans lequel vous pouvez être affecté, ce dès que vous envisagez une expatriation. 10 Institut de recherche pour le développement

11 L expatriation à l IRD Les directeurs de département scientifique et les directeurs d unité Les directeurs scientifi ques et les directeurs d unité valident les conventions de recherche dans lesquelles s inscrivent les activités des agents affectés à l étranger. Ils valident également les demandes d affectation en fonction des objectifs scientifi ques de la Direction générale déléguée à la Science (DGDS). Les directeurs de département scientifi que pilotent, en lien avec les directeurs d unité, les activités scientifi ques réalisées à l étranger. En expatriation, votre responsable scientifi que reste votre directeur d unité et votre retour d affectation se fera dans votre unité, sauf événements propres à la vie des unités (un nouveau contrat quinquennal, par exemple). Les partenaires Les partenaires de l IRD sont des acteurs majeurs de l expatriation en tant que partie prenante dans les différents cadres conventionnels : accords de partenariat, conventions de recherche et conventions d accueil ou d hébergement. Se préparer à l expatriation L expérience montre que les séjours en expatriation accroissent sensiblement le niveau d autonomie et de responsabilité des agents. Outre l éloignement, voire l isolement géographique, ils supposent en effet très souvent une plus grande implication dans des activités scientifi ques de gestion de projets, de coordination de partenariat, voire de représentation. Ils positionnent les agents au cœur des fi nalités des missions de l IRD, le développement des pays les moins avancés par la production de connaissances. Ce faisant, ce sont souvent pour les agents des périodes particulièrement propices à une réfl exion, une ré-interrogation, sur la qualité et l éthique de leurs pratiques et de leur production. Fondamentale pour permettre à l Institut de mener à bien ses missions, l expatriation est un moment important dans la carrière et le projet professionnel des agents. Mais aussi enrichissant soit-il, il est nécessairement limité dans le temps et doit donc être pleinement intégré dans les activités scientifi ques développées en France. Projetant les agents dans un espace social, linguistique et culturel différent de celui dans lequel ils ont été formés, l expatriation constitue, notamment pour les Le guide de l expatrié(e) 11

12 L expatriation à l IRD jeunes recrutés, une expérience personnelle particulièrement marquante. Elle peut, en outre, avoir des conséquences sur la vie familiale. Les projets d expatriation ne doivent négliger aucun de ces paramètres afi n de préserver les capacités de chacun, et la qualité incontestable de la recherche, mais aussi des initiatives de formation et de valorisation, conduites à l IRD. La mission de longue durée Afi n de préparer une expatriation, il est vivement conseillé, voire indispensable d effectuer une mission de longue durée dans le pays où vous souhaitez être affecté. Elle permet de défi nir le cadre général de votre expatriation future : préparer le partenariat dans lequel s inscrira votre affectation, découvrir les infrastructures et les conditions de travail locales, anticiper les risques et ainsi pouvoir travailler à leur prévention, rencontrer le représentant et des expatriés sur place La durée des missions de longue durée est en moyenne de deux mois. Les demandes sont effectuées par les directeurs d unité, dans le cadre de la demande budgétaire ou dans le cadre d un contrat de recherche. Pour les missions fi nancées par l Institut, elles sont arbitrées une fois par an selon la même procédure que les expatriations. D un point de vue pratique : Les missions de longue durée doivent être effectuées dans l année budgétaire où elles ont été arbitrées. Elles entrent dans le cadre général des missions de l IRD. Ainsi, si votre voyage est pris en charge, celui des membres de vos familles ne l est pas, contrairement à l expatriation. Votre départ est géré par le Service mission et voyage du siège (SMV). Durant la mission, une indemnité journalière (ou per diem) s ajoute à votre rémunération. Son montant est basé sur des taux fi xés et réévalués régulièrement par le ministère des Finances. Le per diem couvre toutes les dépenses à l étranger liées à l hébergement, à la prise des repas, et aux dépenses nécessitées par la mission. Vous pouvez bénéfi cier d une avance sur l indemnité journalière. Tout décalage important entre la date de départ qui vous a été notifi ée et la date de départ réelle doit être signalé à votre département scientifi que. 12 Institut de recherche pour le développement

13 L expatriation à l IRD Quelques questions à (me) poser avant mon départ en expatriation De multiples interlocuteurs sont à votre disposition pour répondre aux questions que vous pourriez vous poser. Pour ce qui concerne le cadre conventionnel de l expatriation : dans quels accords de partenariat ou convention de recherche s inscrit mon départ? Intègre-il un volet budgétaire? Peut-il être géré par la régie de l IRD dans le pays d accueil?... Vos interlocuteurs : - Unité - Département scientifi que - Représentation - AIRD - Direction des fi nances - Régie locale Concernant les conditions de travail en expatriation : quels sont les instruments scientifi ques, les infrastructures, les équipements informatiques à disposition? Quelles sont les conditions de sécurité de l environnement de travail?... Vos interlocuteurs : - Partenaire (si vous devez être hébergé par un partenaire) - Représentation - Assistant de prévention - Service informatique local (SIL) Le voyage et le déménagement - Service mission et voyage du siège (SMV) - Représentation - Personnels locaux - La santé La santé : mon état de santé me permet-il de partir en expatriation? Comment gérer ma santé en expatriation?... Votre interlocuteur - Médecin de prévention (une visite médicale d aptitude est obligatoire avant tout départ en expatriation) Le guide de l expatrié(e) 13

14 L expatriation à l IRD Concernant votre carrière professionnelle : quels peuvent être les impacts de l expatriation sur mon évolution de carrière? Comment se déroulera mon retour en France? Vos interlocuteurs : - Gestionnaire ressources humaines - Directeur d unité Vie privée : quels impacts peuvent avoir l expatriation sur ma vie privée? Sur les membres de ma famille? Votre interlocuteur - Conseillère sociale (un entretien avec une conseillère sociale est obligatoire avant tout départ en expatriation) Les décisions d affectation à l étranger Les demandes d expatriation et de prolongation d expatriation sont effectuées par les directeurs d unité, chaque année avant le 15 juin dans le cadre des demandes budgétaires, sur la base d une note de cadrage en amont du président de l IRD. Les critères de sélection sont de trois ordres : Des critères stratégiques et géostratégiques défi nis par le président de l IRD dans sa note de cadrage. Des critères scientifiques défi nis par la Direction générale déléguée à la Science (DGDS) sur la base des priorités scientifi ques de l Institut. Des critères financiers défi nis par la Direction générale déléguée aux Ressources (DGDR), dans le cadre de l enveloppe affectée annuellement à l expatriation. L arbitrage des expatriations est ensuite réalisé par le président de l Institut sur la base d une liste de candidats sélectionnés par la DGDS en lien avec les directeurs d unité, les représentants et la DGDR. Depuis plus de dix ans, l IRD consacre plus de 28 millions d euros à l expatriation d agents, budget qui recouvre la masse salariale (salaires, indemnités de résidence pour service à l étranger, majorations familiales), auquel s ajoutent les fi nancements des trajets, missions et déménagements. 14 Institut de recherche pour le développement

15 L expatriation à l IRD Il intègre également des paramètres de sécurité, et notamment le classement des zones géographiques à risques par le ministère des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs). Ainsi, aucun agent ne peut être affecté en «zone rouge». Les expatriations en «zone orange» peuvent être acceptées sous condition après avis des représentants concernés, dans la mesure où la protection des agents peut être assurée. Les arbitrages sont biannuels : en mars, pour des départs en septembre, et en juillet, pour des départs en février de l année suivante. Pour chaque demande, la DGDS explicite l arbitrage au directeur d unité ainsi qu au candidat qui fait la demande. La notification d affectation Si l arbitrage est positif, le candidat et son directeur d unité reçoivent de la Direction des ressources humaines une notification d affectation qui précise : La date de début d affectation, l agent devant prendre ses fonctions en expatriation 30 jours maximum après cette date. La date de fi n d affectation, congés de mutation inclus. Le nom du gestionnaire RH qui traitera le dossier. Les documents à renvoyer au gestionnaire RH. Les interlocuteurs qui, à l IRD, interviendront avant le départ. Dès que vous avez reçu votre notification d affection, vous pouvez entamer la préparation de votre départ et celui de vos ayants droit. Vos ayants droit sont les personnes qui vous accompagnent dans votre expatriation et dont les frais de déplacement sont pris en charge par l IRD : votre conjoint marié ou pacsé, vos enfants à charge, vivant habituellement sous votre toit, vos ascendants vivant habituellement sous votre toit et non assujettis à l impôt sur le revenu. Le guide de l expatrié(e) 15

16 L expatriation à l IRD Avant le départ

17 Avant le départ Avant votre départ, vous devez effectuer un certain nombre de démarches qui permettront la prise en charge de votre déplacement et de votre installation, et prépareront le bon déroulement de votre séjour. La prise en compte des conditions de vie et de sécurité Afin d effectuer votre séjour dans les meilleures conditions possibles, il est important de vous informer avant votre départ sur les conditions de vie et de sécurité dans le pays de destination. Pour ce faire : vous devez contacter la représentation de l IRD ayant compétence sur le pays dans lequel vous êtes affecté ; vous devez également prendre connaissance de la «Fiche sécurité missions» concernant votre pays de destination, mise à disposition sur l Intranet de l IRD (https://intranet.ird.fr/fi ches-infos-securite-pays) ; vous pouvez contacter des agents ayant été en poste dans votre zone de destination. Par ailleurs, le site internet du ministère des Affaires étrangères propose des pages «Conseils aux voyageurs» (www.diplomatie.gouv.fr > Les français à l étranger > Conseils aux voyageurs) contenant des informations spécifi ques à chaque pays. L onglet «Sécurité» présente la situation de chaque pays, au regard de la criminalité notamment. Il indique les consignes de sécurité à observer, ainsi que les zones à éviter ou les pratiques à connaître. L onglet «Transport» permet d être informé sur les modes de transport à privilégier ou à proscrire, les itinéraires à éviter, les horaires auxquels fréquenter les différents axes routiers... L onglet «Santé» fait un point sur la situation sanitaire du pays et donne les numéros d urgence : hôpitaux, médecins agréés par le consulat, centres antipoison, pompiers... Vous trouverez également des informations pratiques concernant l expatriation et la préparation au départ auprès de la Maison des Français à l étranger (www.mfe.org). Le guide de l expatrié(e) 17

18 Avant le départ La visite médicale Dès réception de la notifi cation d affectation, vous devez obligatoirement passer une visite médicale auprès d un médecin de prévention de l IRD. Quatre médecins de prévention exercent à l IRD, à Marseille, Bondy, Montpellier et Nouméa. L Institut a en outre signé des conventions avec des services de médecine interentreprises en métropole, dans les ROM COM et à l étranger. L ensemble de ce réseau est coordonné par le médecin de coordination du siège de l IRD. La visite médicale permet de : Faire le point sur votre état de santé, évaluer les risques professionnels dans votre nouvelle affectation, et vérifi er la compatibilité entre ces deux paramètres. Évoquer la qualité des infrastructures sanitaires du pays d accueil, qui peut aussi être un élément déterminant pour autoriser votre départ. Vous informer sur les maladies dans le pays d affectation (paludisme, dengue, parasitoses ) et les moyens de prévention à mettre en œuvre. Mettre à jour les vaccinations nécessaires. Vérifi er l absence de contre-indication aux vols longs courriers. Vous aider à préparer votre trousse à pharmacie. Aborder avec vous les particularités psychosociales de la vie en expatriation Cette visite doit être effectuée au plus tard trois mois avant le départ, afi n de permettre d éventuels examens complémentaires, la prise d avis spécialisés, la mise à jour des vaccinations en tenant compte du temps d immunisation. Si vous ne respectez pas ce délai, votre départ peut être retardé. À l issue de cette visite vous sont remis : un livret d information sur les risques liés aux missions en pays étrangers, un certificat médical qui valide votre aptitude à l expatriation et sans lequel vos titres de transport ne pourront vous être délivrés. 18 Institut de recherche pour le développement

19 Avant le départ L établissement des passeports et des visas Les passeports Dès réception de votre notifi cation d affectation, il vous appartient de remplir les formalités administratives auprès de votre mairie ou votre préfecture pour faire établir votre passeport et ceux de vos ayants droit. Les timbres fi scaux nécessaires peuvent être pris en charge par l IRD. Pour en obtenir le remboursement, vous fournirez au Service missions et voyages (SMV) une copie des pages des passeports comportant les photographies d identité et le justifi catif original de paiement. Les visas Un visa n est pas requis pour tous les pays. Lorsqu il est obligatoire, vous devez en faire la demande pour vous-même et vos ayants droit. Pour connaître les formalités à accomplir, vous pouvez consulter le site web du consulat de votre pays de destination, et contacter le SMV. Si votre présence n est pas exigée par les autorités consulaires, le SMV peut effectuer les formalités de demande de visa. Attention, dans ce cas, vous serez amené à transmettre votre passeport accompagné des documents demandés par les services consulaires. Si vous effectuez vous-mêmes les formalités, pour obtenir le remboursement de vos frais de visas, vous fournirez au SMV une copie des pages des passeports comportant les photographies d identité et les visas, ainsi que le justifi catif original de paiement. Les démarches spécifiques pour les agents non français Si vous n avez pas la nationalité française, et que vous êtes affecté dans un autre pays que le vôtre, il faut veiller à être à jour de vos droits au séjour sur le territoire français afi n que votre demande de visa ne soit pas retardée. L IRD ne peut pas se charger de ces formalités, qui peuvent s avérer longues et complexes. Mais il peut vous soutenir dans vos démarches en intervenant auprès du consulat ou du service préfectoral concerné, en rappelant les textes applicables et les contraintes liées à la nature de la mission à l étranger. La Direction des affaires juridiques peut notamment vous assister dans vos démarches administratives. Le guide de l expatrié(e) 19

20 Avant le départ Les titres de transport Vous avez 30 jours pour rejoindre votre nouveau poste, à compter de la date d affectation qui vous a été notifi ée. Vos ayants droit ont, quant à eux, six mois pour vous rejoindre à compter de votre date de prise de fonction. C est le SMV qui instruit votre dossier de voyage et ceux de vos ayants droit. Au minimum trois semaines avant votre départ, vous transmettrez impérativement au SMV : l identité des ayants droit qui vous accompagneront en expatriation, vos lieux de départ et le lieu d arrivée, les dates de voyage souhaitées, le certifi cat d aptitude à l expatriation, qui doit dater de moins de trois mois avant la date prévue de départ. Dès votre arrivée dans le pays d accueil, la feuille de voyage, visée par le représentant du pays d accueil, et vos justificatifs de transport (coupons d embarquement ) doivent être impérativement retournés au SMV. La recherche d un logement En termes de sécurité du logement, il convient d éviter deux écueils : un logement au luxe ostentatoire ou, à l opposé, un habitat précaire dans un lieu isolé à l écart des grandes villes. Pour connaître les quartiers les plus propices pour vivre et résider, il est recommandé de solliciter le représentant de l IRD, et des agents déjà expatriés. Par ailleurs, les modalités de location d un logement sont très variables d un pays à l autre. Il peut vous être demandé une avance sur loyers de plusieurs mois, allant parfois jusqu à un an et demi. Renseignez-vous au préalable sur les dispositions applicables afi n de pouvoir prendre les dispositions nécessaires une fois sur place. Les frais de déménagement Les frais de déménagement sont pris en charge par l IRD sous la forme d une indemnité forfaitaire de changement de résidence (IFCR), versée avec le salaire et soumise à cotisations sociales. 20 Institut de recherche pour le développement

Le guide de l expatrié

Le guide de l expatrié Le guide de l expatrié SOMMAIRE Préface...7 Introduction...9 Avant le départ...11 En préalable : une décision de l établissement...11 Vos interlocuteurs à l IRD... 12 La préparation administrative du départ...

Plus en détail

Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ

Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ Fiche n 1 : Quelques conseils avant le départ Les conditions de sécurité à l étranger sont très variables d un pays à l autre et peuvent être très éloignées de celles rencontrées en France. Il est donc

Plus en détail

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE ( LES MESURES ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE Pour répondre aux besoins de recrutement de certains secteurs économiques, la France a souhaité mieux organiser l immigration professionnelle et faciliter

Plus en détail

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS 77 RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS PROPOSITIONS THEMATIQUES LOGEMENT 1. Mieux faire connaître aux personnes propriétaires de leur logement en France et s établissant temporairement à l étranger : 1 les

Plus en détail

Protection sociale et responsabilité civile en France

Protection sociale et responsabilité civile en France Protection sociale et responsabilité civile en France Comment est assuré l étudiant stagiaire? Tous les stagiaires, sous couvert d une convention de stage, bénéficient d une protection contre le risque

Plus en détail

LE RETRO PLANNING DE L AFCA

LE RETRO PLANNING DE L AFCA LE RETRO PLANNING DE L AFCA Jour J 90 Quitter votre logement Vous êtes bénéficiaire d un logement social : o vous devez impérativement le rendre avant votre départ. Vous êtes locataire : o dénoncez votre

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Guide pratique et juridique de l expatrié

Guide pratique et juridique de l expatrié Yannick AUBRY Guide pratique et juridique de l expatrié Quatrième édition Éditions d'organisation, 1999, 2001, 2003, 2004 ISBN : 2-7081-3157-5 III SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 Partie 1 - LA CHECK-LIST DE

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

MODE D EMPLOI VOLONTARIAT DE SOLIDARITE INTERNATIONALE

MODE D EMPLOI VOLONTARIAT DE SOLIDARITE INTERNATIONALE Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1967, reconnue d utilité publique depuis 1981. MODE D EMPLOI VOLONTARIAT DE SOLIDARITE INTERNATIONALE 1 SOMMAIRE LA GUILDE...3 QU EST-CE QUE LE VOLONTARIAT

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

condition du personnel

condition du personnel La lettre de la condition du personnel «Bien vivre son métier, bien vivre de son métier» EDITO Nous entrons dans la période sensible des déménagements. Au regard de la nouvelle réglementation et des diffi

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION Bourses aux élèves et étudiant-e-s en «formations initiales» paramédicales, de sage-femme et de travail social

REGLEMENT D INTERVENTION Bourses aux élèves et étudiant-e-s en «formations initiales» paramédicales, de sage-femme et de travail social REGLEMENT D INTERVENTION Bourses aux élèves et étudiant-e-s en «formations initiales» paramédicales, de sage-femme et de travail social CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Les articles 55 et 73 de la loi

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION ET DE CAUTION EN LOGEMENTS CROUS ANNEE UNIVERSITAIRE 2015/2016. NOM(S) PRENOM(S) de(s) étudiant(e)(s) : Numéro INE :..

DOSSIER D ADMISSION ET DE CAUTION EN LOGEMENTS CROUS ANNEE UNIVERSITAIRE 2015/2016. NOM(S) PRENOM(S) de(s) étudiant(e)(s) : Numéro INE :.. IDES AU LOGEMENT Ministère de l Education Nationale de l Enseignement Supérieur et de la Recherche CENTRE REGIONAL DES OEUVRES UNIVERSITAIRES ET SCOLAIRES D AMIENS-PICARDIE (CROUS) DOSSIER D ADMISSION

Plus en détail

PROTECTION MEDICALE ET SOCIALE DES ETUDIANTS EN MOBILITE A L INTERNATIONAL

PROTECTION MEDICALE ET SOCIALE DES ETUDIANTS EN MOBILITE A L INTERNATIONAL PROTECTION MEDICALE ET SOCIALE DES ETUDIANTS EN MOBILITE A L INTERNATIONAL Février 2012 1 INTRODUCTION Dans un contexte d augmentation de la mobilité internationale étudiante, nos établissements sont régulièrement

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

MOBILITÉ INTERNATIONALE

MOBILITÉ INTERNATIONALE Annexe 5 MOBILITÉ INTERNATIONALE FICHE DE CANDIDATURE DE L ÉTUDIANT Indiquez le titre de votre stage ou projet : Nom (comme indiqué sur le passeport) Adresse complète (rue, ville, code postal) Matricule

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians?

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Les guides pratiques d Actalians DIF PORTABLE Droit Individuel à la Formation Demandeur d emploi Salarié nouvellement embauché Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Actalians est l Organisme

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE 1 REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE Sommaire 1 - AFFILIATION...2 2 - COTISATIONS...3 3 - GARANTIES...4 31 - Contenu des garanties...4 32 - Bénéficiaires des garanties...4 33 - Prise d effet des garanties...5

Plus en détail

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée?

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? INFORMATIONS PRATIQUES A DESTINATION DES FAMILLES Ouverture de la campagne de bourse de lycée RENTREE 2015-2016 Pièces à joindre Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? Où peut- on retirer un formulaire

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires qui doivent compléter un formulaire «Travailleur indépendant») Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom...

Plus en détail

ANNEXE A LA DELIBERATION

ANNEXE A LA DELIBERATION 2 CR 17-10 ANNEXE A LA DELIBERATION 3 CR 17-10 REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE SOCIALE (FRAS) POUR LES ELEVES ET ETUDIANTS INSCRITS EN FORMATION DE TRAVAILLEUR SOCIAL, PARAMEDICALE ET MAÏEUTIQUE Depuis

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

VILLE DE MANDRES LES ROSES

VILLE DE MANDRES LES ROSES Service Enfance Jeunesse 01 45 98 66 08 Service.enfance@ville-mandres-les-roses.fr VILLE DE MANDRES LES ROSES SOMMAIRE Inscriptions page 3 Restauration scolaire page 4 Accueils périscolaires page 5 Accueils

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE Bénéficient du régime d intermittents du spectacle relevant des annexes 8 et 10 de l assurance chômage

Plus en détail

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION Bourse d études Conseil régional Provence-Alpes-Côte d Azur Mise à jour : Février 2011 (Réf. FO00001) Secteur géographique concerné Région Département 04 05 06

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Des questions sur la retraite? Notre newsletter «Tremplin Retraite», la lettre des actifs vous informe régulièrement sur l actualité, vos droits,

Plus en détail

La mutation et. la mobilité géographique. Ce que dit l accord signé chez Maaf. Principes généraux

La mutation et. la mobilité géographique. Ce que dit l accord signé chez Maaf. Principes généraux La mutation et la mobilité géographique Mise à jour septembre 2014 Ce que dit l accord signé chez Maaf Principes généraux (Accord sur la mobilité professionnelle du 5 décembre 2002) La mobilité constitue

Plus en détail

Couverture maladie universelle complémentaire

Couverture maladie universelle complémentaire Couverture maladie universelle complémentaire Aide pour une Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir : - la CMU complémentaire, ou - l Aide pour une, une présentation des

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (version initiale du 22 juin 2009, version modifiée par les Commissions Permanentes

Plus en détail

Pièces à fournir ou renseignements à donner

Pièces à fournir ou renseignements à donner Aide sociale CIAS Justificatif de ressources Attestation d accueil Autorisation de sortie du territoire Certificat d immatriculation Carte nationale (durée de validité : 10 ans) Carte d électeur Célébration

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

LISTE DES PIECES A FOURNIR POUR LES DEMANDES D ADMISSION AU SEJOUR DEPOSEES PAR DES RESSORTISSANTS ETRANGERS EN SITUATION IRREGULIERE

LISTE DES PIECES A FOURNIR POUR LES DEMANDES D ADMISSION AU SEJOUR DEPOSEES PAR DES RESSORTISSANTS ETRANGERS EN SITUATION IRREGULIERE PRÉFET DES DEUX-SÈVRES Préfecture Direction de la Réglementation et des Libertés Publiques Bureau de l Etat Civil et des Etrangers NIORT, le 07/06/2013 LISTE DES PIECES A FOURNIR POUR LES DEMANDES D ADMISSION

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE G ÉRANT MAJORITAIRE. Retraite 62. euro. À lire et à conserver

GUIDE PRATIQUE G ÉRANT MAJORITAIRE. Retraite 62. euro. À lire et à conserver GUIDE PRATIQUE G ÉRANT MAJORITAIRE Retraite 62 euro À lire et à conserver Retraite 62 euro est le contrat de retraite supplémentaire du dirigeant non salarié Il s agit d un contrat de retraite simple et

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée).

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). NOM DE L ELEVE :.. Prénom : I. DOCUMENTS A RETOURNER A L ETABLISSEMENT Réservé à l

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER La présente convention doit être retournée, une fois signée par l étudiant, le responsable pédagoqique (masters 2 et prépas) et l organisme d accueil, à : IEP Bureau des

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement.

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Livret n 1 Bienvenue chez vous Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Bienvenue chez vous VOS INTERLOCUTEURS ET LES SERVICES À VOTRE DISPOSITION POUR

Plus en détail

la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT

la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT Août 2015 Direction générale de la recherche et du transfert de technologie 4 place Jussieu 75005 Paris Tél. : 01 44

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

REVENU MINIMUM ETUDIANT- année 2015/2016. I - DEMANDEUR (l Etudiant)

REVENU MINIMUM ETUDIANT- année 2015/2016. I - DEMANDEUR (l Etudiant) REVENU MINIMUM ETUDIANT- année 2015/2016 I - DEMANDEUR (l Etudiant) DATE DE LA DEMANDE :... NOM :... PRENOM :... NOM DE JEUNE FILLE :... DATE DE NAISSANCE :... ADRESSE...... Date d arrivée dans la Commune

Plus en détail

CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE DE NIVEAUX V ET IV

CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE DE NIVEAUX V ET IV accueil B.O. 2003 n 44 du 27 novembre 2003 - sommaire MENE0302367C Encart CONVENTION TYPE CONCERNANT LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL À L'ÉTRANGER DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé

Aide pour une complémentaire santé Aide pour une complémentaire santé Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir l Aide pour une complémentaire santé, une présentation du dispositif, une demande à compléter,

Plus en détail

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique Service-Public Local Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique La Caisse des Dépôts, au service de l intérêt général et du développement

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE 1 Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale, représentée par son Directeur, Didier Malric, dûment mandaté par le Comité

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES. Sommaire

GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES. Sommaire GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES Sommaire Fiche n 1 : Les textes de référence Fiche n 2 : Les bénéficiaires Fiche n 3 : Les périodes d études concernées Fiche n 4 : Les modalités du rachat Fiche n 5

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure titre V VIVIUM TRAVEL RELAX préambule Pour autant que le véhicule désigné aux conditions particulières de la présente police auto bénéficie de la garantie Vivium car relax, le preneur d assurance peut

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

BOURSES D'ÉTUDES TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D'ÉTUDES TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

Quelques conseils pratiques

Quelques conseils pratiques J effectue un stage à l étranger... Le stage en entreprise est une étape essentielle de votre parcours de formation. Il vous permet de vous familiariser avec l univers professionnel et d y mettre en application

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les fi lières agréées. La certifi cation

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

Participation financière aux frais de voyage et de séjour des candidats AIC invités à se rendre aux épreuves d accréditation interinstitutionnelles

Participation financière aux frais de voyage et de séjour des candidats AIC invités à se rendre aux épreuves d accréditation interinstitutionnelles Participation financière aux frais de voyage et de séjour des candidats AIC invités à se rendre aux épreuves d accréditation interinstitutionnelles Sommaire: 1. Principes de remboursement 2. Transmission

Plus en détail

Assessment & development center

Assessment & development center LEROY Consultants Assessment & development center Apporter une appréciation objective sur les potentiels et les développer Un lieu une démarche Le capital humain est reconnu comme un enjeu stratégique

Plus en détail

Expatries, Le Retour

Expatries, Le Retour Expatries, Le Retour Pour l expatrié et sa famille, le retour est un véritable changement. Avoir anticipé son retour, est psychologiquement un atout car le retour peut être vécu comme un drame ou se mêlent,

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation)

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation) Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue de l accueil dans une structure d hébergement, un logement de transition, un logementfoyer ou une résidence

Plus en détail