La France coloniale sans fard ni déni

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La France coloniale sans fard ni déni"

Transcription

1 Jean-Pierre Rioux La France coloniale sans fard ni déni De Ferry à de Gaulle, en passant par Alger André Versaille éditeur

2 Une France «coloniale», vraiment? Dans le contexte français de notre début de XXI e siècle les assauts des mémoires, le flottement des repères temporels, la crainte des lendemains, l interrogation sur l envie de vivre ensemble 1, il s agit de faire connaître et de dire ici ce qui fit passer le pays des droits de l homme de la colonisation polymorphe au colonialisme aveugle ; ce que ses destinées nationales ont dû à l ouverture puis à la fermeture d un horizon-frontière qui courut sur quatre continents, à ce rêve d exemplarité et d universalisme dont celles-ci furent parées. Bref, il s agit de rappeler ce que fut, depuis l Hexagone, la «France coloniale» en intentions et en actes, d hier à demain. Évidemment, on ne prétend pas refaire une histoire du «colonialisme», dont le livre noir a si souvent été rouvert, et tout récemment encore grâce à Marc Ferro. Ni une histoire de la «colonisation», si terriblement inscrite, ou du «système» colonial, mot si douteux dans le cas français, dont Claude Liauzu a fait justement valoir le droit à l inventaire. Ni de surligner l histoire d une «fracture coloniale» de la République dont Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire ont lu la virulence actuelle 2. 1 Voir Jean-Pierre Rioux, La France perd la mémoire, Paris, Perrin, «Tempus», Marc Ferro (dir.), Le Livre noir du colonialisme. XVI e -XXI e siècle : de l extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 2003 ; Claude 9

3 La France coloniale sans fard ni déni Pas davantage, non plus, d enregistrer passivement une histoire officielle et scolaire des anciennes colonies françaises ou des «œuvres françaises» outre-mer appréhendées une à une et en elles-mêmes, dans leurs antécédents historiques et anthropologiques puis dans leur destinée émancipée ou «post». Non, il s agit plus modestement d affirmer ici qu une France coloniale, singulière mais pleine d indécision hexagonale, a existé de fait et, surtout, qu il reste une part postcoloniale dans le destin de ce pays au XXI e siècle 3. Singularités d un espace-temps Il faut d abord rappeler les étapes chronologiques des XIX e et XX e siècles. Non pour scander la poursuite d une longue marche inaugurée sous l Ancien Régime sous couvert de commerce triangulaire et d esclavage, mais pour mieux faire admettre que rien ne fut prédestiné, rectiligne ou systématique à l âge contemporain. L étape de 1815 a ouvert le temps où la France de 1789 vaincue à Waterloo a dû se donner de nouvelles règles d action coloniale : ravauder la relation entre colons, négociants et administrateurs ; tenter d intéresser des Français ; dépasser le seul intérêt commercial en arguant d une grandeur nationale à restaurer. La prise d Alger en 1830 a mis cette dernière règle en Liauzu (dir.), Colonisation : droit d inventaire, Paris, Armand Colin, 2004 ; Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire (dir.), La Fracture coloniale. La société française au prisme de l héritage colonial, Paris, La Découverte, Voir aussi Raoul Girardet, L Idée coloniale en France de 1871 à 1962 (1972), Paris, Hachette, «Pluriel», Par comparaison, voir Bouda Etemad, De l utilité des empires. Colonisation et prospérité de l Europe (XVI e -XX e siècle), Paris, Armand Colin, 2005 ; Henri Wesseling, Les Empires coloniaux européens ( ), Paris, Gallimard,

4 Les taches roses du planisphère Elles étaient vraiment très visibles, ces deux cartes scolaires! Dans la plus humble école de village, dans les faubourgs les plus reculés et même chez les Bons Pères. Au fond de la salle ou sur ses bas-côtés, au-dessus des portemanteaux, pouvaient bien jaunir quelques bariolages récréatifs, l image d Alger-la-Blanche, la planche du délicieux vanillier ou le portrait de l Annamite. Mais ces deux cartes, elles, trônaient bien en vue, offertes à toute heure à l attention et au rêve des enfants, en vif contraste avec la redoutable austérité du tableau noir. La première carte était naturellement celle de la France continentale, le plus souvent muette, fruit de l efficacité pédagogique de M. Vidal de la Blache. Ici, point d égarement possible! L Hexagone étalait sans conteste son millénaire équilibre géologique et moral, clignant à peine de l œil au bassin d Arcachon ou à l étang de Thau, Cotentin en vigie, pleurant les provinces perdues d Alsace et de Lorraine bordées de violet vengeur, vivifié par les artères de ses fleuves et rivières, surplombé par quelque m sur la croupe alpine, familier, tendre et si impeccablement hiérarchisé par le bon Pouvoir et ses dizaines de petits points noirs, ces préfectures et sous-préfectures reliées par «tramway départemental», dont certains ex-bons élèves sauront encore réciter la liste sans une faute sur leur lit de mort! C était le portrait bien tiré d une Nation, altière et 33

5 La France coloniale sans fard ni déni palpable, la Mère nourricière, le pré carré, le réduit sacré qu il faudra défendre 12. La seconde carte était un planisphère, dévidant le bleu des océans traversés de courants, étirant les terres émergées dans sa projection de Mercator, avec la fière Afrique au cœur. En blanc, les dernières zones inconnues du globe y étaient promises à la jeune énergie des explorateurs d école buissonnière et aux trafiquants avisés en cour de récréation. En rose s y épandaient les territoires, gérés et promis à la Lumière par la France : nos colonies et comptoirs, si ingénieusement et si généreusement installés aux quatre coins du monde à civiliser, de Bora Bora aux îlots des Acadiens, de Saint-Louis à Yanaon, du Maroni à la rivière Noire. Espaces à rêveries, terrains d aventure, marchés florissants, tentation quotidienne : Bretons ou Provençaux, fils du coron ou de la zone, petites bavardes ou grands benêts, ils avaient tous un jour levé la plume sergent-major et suçoté le crayon pour chevaucher cette carte et partir, dans le cri rauque des sirènes du vapeur et le floc des pagaies. En fin d année scolaire, quand le maître ou la maîtresse se laissaient à leur tour porter par l élan, dans l été bruissant où pointait le 14 Juillet de la liberté, toutes fenêtres ouvertes, la salle de classe n était plus parfois que barbarie et moiteur, mornes chauves et bougainvillées mauves, créoles lentes et rezzous pillards, peaux d ébène, dragons d or, sable chaud et parfum du bois de santal. La France de l avenir s imprégnait ainsi de son outre-mer, en toute innocence et la tête en feu. 12 Voir Jean-Pierre Rioux (ouvrage présenté par), Tableaux de la France, suivis de Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Omnibus,

6 Tombouctou-la-Française Un point rose avait retenu trop longtemps l attention des voyageurs et des explorateurs tricolores : Tombouctou, si loin vers le Niger, l orgueilleuse cité à croix du Sud, fondée au XI e, opulente aux XV e et XVI e siècles, restée centre religieux et intellectuel d un islam mystérieux. L heure de la forcer et de l éclairer vint enfin, à tout hasard comme souvent, en Une bonne pensée civilisatrice «La prise de Tombouctou est un événement considérable sur lequel l attention publique doit être appelée : il n est pas loin d avoir la même importance que la prise d Alger, dont il est la suite heureuse. Il complète l œuvre de civilisation que la France a accomplie en Afrique en refoulant de plus en plus dans les solitudes sahariennes les hordes de pillards qui ont de tous temps infesté cette partie du monde. [ ] La prise de Tombouctou assurera l avenir du continent noir. Une troupe de braves Français, dont les noms resteront obscurs pour la plupart, a accompli ce haut fait d armes qui donne à notre patrie un bien autre lustre que les discussions stériles des politiciens. Pensons à ces héros. Il ne faut pas que les anarchistes, ces pillards d Europe, accaparent toute l attention et nous fassent oublier les valeureux soldats qui 47

7 La France coloniale sans fard ni déni combattent ou meurent pour la patrie.» Ainsi L Illustration morigénait-elle, le 24 février 1894, une opinion métropolitaine distraite par le terrorisme anarchiste, jugé au procès de Vaillant et redoublé par l attentat criminel d Henry au café Terminus de la gare Saint-Lazare. Le chemin de l honneur et du devoir ne passait-il pas plutôt par ce nouvel appui de «la très grande France», là-bas, au cœur de tout le commerce nord-ouest de l Afrique, par cette victoire sur d autres pillards qui combattaient, eux, à visage découvert et auxquels «nous faisons une guerre sans merci, dans une haute pensée de civilisation»? Sur le terrain, l affaire avait été rien moins que limpide, et civilisatrice. Le 12 janvier, la canonnière du lieutenant Boiteux puis une colonne d infanterie de marine commandée par le lieutenant-colonel Bonnier, après avoir remonté le fleuve Sénégal depuis Saint-Louis et descendu la boucle du Niger, avaient bien investi Tombouctou-la-Mystérieuse, en représailles après l attaque par des Touaregs, le 28 décembre, d un détachement de la flottille d accompagnement à quelques kilomètres de là. L enseigne de vaisseau Aube a péri dans l embuscade : Bonnier l a vengé en forçant la cité du négoce et du rêve, la capitale d empire repérée en catimini par René Caillié dès 1828, la ville sainte des Croyants qu on disait pavée d or. Sans en référer à ses supérieurs, il a foncé, comme souvent dans l épopée coloniale, posant glorieusement le fait accompli avant de prévoir la logistique et l avenir de son exploitation. Isolés, attendant en vain la colonne du commandant Joffre (il s agit bien du futur vainqueur de la Marne) qui, elle, progresse sagement par voie de terre et refuse de suivre les ordres du gouverneur civil qui lui avait enjoint de faire demi-tour, Bonnier et ses hommes sont massacrés, le 18 janvier 1894, par un nouveau détachement de 48

8 La grande récré de 1931 Du 14 avril au 18 novembre 1906, par le succès de son Exposition coloniale visiteurs, effectivement alors ce n était pas rien, Marseille, déjà, avait fait mieux qu éclater de bonheur et de fierté : après le Paris de l Expo de 1900, elle avait signalé à la France entière, jusqu alors imperturbablement rétive, l ampleur, la force et l intérêt de l engagement tricolore au-delà des mers. Avec la mer-mère Méditerranée à l épicentre de tous ses trafics et de tous ses brassages, tous les Orients mystérieux et les ailleurs juteux pour ligne d horizon. Avec, il va de soi, des Phocéens partout en tête de ligne, au gouvernail et à la manœuvre. Avec, ainsi, la confirmation éclatante que Marseille serait toujours la capitale coloniale de la France. En préface Belle Époque, en quelque sorte, comme à Lyon ou dans quelques autres grandes villes, à la grande fiesta qui agitera la Porte Dorée, à Paris, en La France continentale et si jacobine, mais aussi l Europe des septentrions embrumés n étaient pas, il est vrai, en 1906 et depuis longtemps, le premier souci marseillais. Paris pour sa part n avait vu dans l initiative marseillaise qu une pâle réplique de l inégalable section coloniale qui avait tant plu à l Expo parisienne de C est pourquoi, sans doute, le nouveau président de la République, Armand Fallières, n était pas descendu inaugurer l Expo. Mais il s est dérangé par contre, en plein mois d août, pour venir 55

9 La France coloniale sans fard ni déni droit naturel et de l égalité entre les hommes : «Périssent les colonies plutôt que les principes», affirma-t-il. Les colons européens étaient «des vautours affamés et cruels» pour Diderot et «le premier Européen pénétrant chez ces peuplades sauvages devrait être pendu à la frontière», ajoutait Rousseau. L énorme succès de l Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, dirigée par l abbé Raynal en 1772 puis 1781, a attesté aussi que les esprits libres du temps des Lumières reprenaient le combat lancé au XVI e siècle par Montaigne ou par le dominicain Bartolomé de Las Casas, défenseur des droits des Indiens contre les conquérants et les colons espagnols. À leur suite, des libéraux humanitaristes et des économistes comme Mirabeau ou Dupont de Nemours affirmèrent que l esclavage était non seulement «une abominable et barbare injustice» mais une aberration économique, que l Exclusif puis le Pacte colonial, coûteux pour les consommateurs européens, restaient une entrave au développement du «laisser-faire, laisser-passer». Dès lors, une décolonisation devait aller de pair avec les progrès du libéralisme : «Toutes les métropoles seront forcées d abandonner tout empire sur leurs colonies», pensait Turgot. Au XIX e siècle, rares seront les doctrinaires du libéralisme, Paul Leroy- Beaulieu dans sa Colonisation chez les peuples modernes de 1874 ou Charles Gide, qui se rallieront, avec d ailleurs force réserves, à l idée coloniale par patriotisme. La colonie reste un stade suprême du mercantilisme d État, le colonialisme est «insensé et malfaisant», les empires coûtent bien plus qu ils ne rapportent : ce ne fut, en fait, qu un cri hostile, de Jean-Baptiste Say ou Gustave de Molinari à Frédéric Passy. Et Yves Guyot a conclu : «Les colonies de la France, les vraies, ce sont les pays 70

10 La fin de «l Indo» L ambition coloniale de l Hexagone a pris fin au fond de la cuvette de Dien Bien Phû, aux confins du pays thaï, en C est dans ce Tonkin qui avait jadis signalé la «traîtrise» de Jules Ferry que la France colonisatrice fut marquée au fer rouge et soumise au désaveu mondial en devenant la seule puissance européenne qui subît la défaite militaire face à d anciens «indigènes» révoltés. Rude dévoilement, heure de vérité de l illusion chronique. Première fin de partie dans cette «Indo» si mal connue en métropole, celle du petit Yukanthor criant déjà sa rage à l Expo de 1900, celle que tant de chefs-lieux de canton avaient soumise aussi aux rêves d opium et de «petites Tonkinoises» : comme au tout début de l aventure coloniale, le fracas des armes a fait la décision. Là-bas, si loin, sans que les Français s en alarment. Pas en toute impunité, mais presque. La guerre à reculons «Varus, qu as-tu fait de mes légions?» C est par cette apostrophe, depuis Rome, de l empereur Auguste à son général défait dans les forêts barbares de Germanie qu on peut ouvrir, amèrement, le propos. Oui, «Varus, qu as-tu fait de mes légions? Varus, rends-moi mes légions!» : interpellant en ces termes le gouvernement de René Pleven, 77

11 La France coloniale sans fard ni déni le 19 octobre 1950, dans un discours à l Assemblée nationale qui fit quelque bruit, le Cassandre de cette République, Pierre Mendès France, a choisi fort à propos son rappel historique 20. Oui, qu avez-vous fait, disait-il, qu avons-nous fait de nos hommes, là-bas, à l heure de Cao-Bang et, surtout, à celle de Lang-Son, en écho d un autre Lang-Son? Qu arrivera-t-il si, par malheur, nous avions besoin bientôt, sur un théâtre européen guetté par 175 divisions soviétiques, sur un théâtre mondial de guerre froide devenant chaude, de ces «cent cinquante mille hommes» qu on épuise là-bas «depuis cinq ans, à douze mille kilomètres de la métropole»? Et qui peut trouver désormais une cohérence entre cet effort qui vire au désastreux et le projet Pleven d armée européenne, l installation du Shape, la loi qui va porter la durée du service militaire de douze à dix-huit mois? Et Mendès France d ajouter, rageur : «C est la conception globale de notre action en Indochine qui est fausse, car elle repose à la fois sur un effort militaire qui est insuffisant et impuissant pour assurer une solution de force et sur une politique qui est insuffisante et impuissante pour nous assurer l adhésion de la population.» Même s il refusait de voir son pays persévérer désormais dans l engagement militaire, Mendès France avait à sa manière rejoint ainsi la cohorte des politiques qui firent, dans l inquiétude puis dans l angoisse, la guerre à reculons. N ayant pas su clairement choisir entre la fermeté et la négociation, endossant un héritage de présence française qui ne tirait pas les conséquences des nouveautés liées à la guerre et de la profondeur du fait national, incapable de 20 Voir Pierre Mendès France, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1985, t. 2, p

12 De Gaulle ultramarin Dès qu on parle de Charles de Gaulle aujourd hui, on pense au souverain de la mémoire collective, au Grand qui surplombe et toise tous les autres, qui siège là où il n y a pas d encombrement, disait-il : qui exerce une suzeraineté de la reconnaissance nationale du «cher et vieux pays» 27. On pense aussi, spontanément et surtout pour les plus jeunes générations, au président de la V e République élu au suffrage universel depuis 1965 et qui aurait donné enfin à ce pays le régime stable qui lui avait tant fait défaut. Ceci est légitime. Mais on oublie au passage que de Gaulle, au long de sa carrière patriotique et républicaine, eut à connaître de l aventure coloniale de la France et qu il eut même à gérer la fin de celle-ci. De plus, à tout prendre, quand il s agit d affirmer et de consolider une nouvelle République, sa nouvelle République, en 1958 et en 1962, ce fut la seule et unique fois qu un territoire de l outre-mer, l Algérie en l occurrence, joua un rôle décisif dans une évolution majeure de la nation française. De nombreuses raisons, on le voit, poussent à mieux connaître ce que fut l histoire, tumultueuse et si douloureuse encore pour certains Français, du rapport du général de Gaulle à l outre-mer français. 27 Voir Sudhir Hazareesingh, Le Mythe gaullien, Paris, Gallimard, 2010 ; Jean-Pierre Rioux, De Gaulle. La France à vif, Paris, Hachette Littératures, «Pluriel»,

13 La France coloniale sans fard ni déni Avant 1940, sa formation, sa carrière militaire, sa vision de la France et du monde n ont fait de ce soldat ( : deux dates qui marquent l apogée puis la fin chronologique de la France coloniale) ni un «colonial» de métier ni un zélateur de l Empire. Son commandement en Syrie et au Liban, de 1929 à 1931, lui a certes permis de sentir la force du sentiment national libanais. Dans ses premiers écrits, l armée coloniale est mentionnée avec reconnaissance et l œuvre civilisatrice de la France est inscrite au tableau d honneur. Mais l officier de blindés, l œil fixé sur le Rhin et l Europe, a eu une vision a minima de l outre-mer, exposée dès 1918 : «Avoir des colonies nombreuses, et dont la possession est désormais, la guerre l a prouvé, une garantie presque indispensable d avenir ; [ ] avoir dans le monde et en particulier en Méditerranée un rôle de protection et d enseignement ; [ ] il nous faudra une armée nationale suffisante pour ôter à nos voisins l envie de recommencer la guerre, et une armée coloniale pouvant contribuer à la défense du sol et également défendre nos colonies toute seule.» C est dans la défaite de mai 1940, après que Weygand lui eut répliqué que «l Empire, c est de l enfantillage», qu il s est fait un serment : «Par l Empire la France libre va, jour après jour, redevenir la France», le pays retrouvera son rang et restera digne de sa vocation universelle. L Empire, juste retour des choses, sera libérateur face à l Allemagne et à Vichy, face aux Alliés aussi ; avec tous ses combattants mêlés fraternellement, il relèvera le drapeau dans cette guerre mondiale pour la liberté qu il nommait «la guerre de trente ans». 92

14 L été des adieux En 1962, ce ne furent pas des adieux à l Empire : seuls quelques nostalgiques à cheveux ras et idées courtes liaient encore conscience nationale et gloire coloniale, outre-mer et civilisation chrétienne, décolonisation et complot communiste. Non, ce fut un adieu sanglant et las à la dernière terre d aventure, au seul vestige de l immensité rose des vieux planisphères qui avait parlé un peu au cœur des Français. La «plus grande France» de Jules Ferry meurt alors, après un siècle de baroud exotique qui n avait jamais exalté vraiment : le rêve brisé n aura point été si grand, ni si couru. Désormais, l ancienne métropole ne sera plus qu un finistère ouest-européen pour puissance moyenne sortant quelque peu de l Histoire : un «hexagone», mot péjoratif et réconfortant à la fois, magnifié au besoin par un grand «H» comme au temps de Vidal de la Blache et du Tour de la France par deux enfants, et qui fera bien vite, du coup, son entrée au dictionnaire Robert, en Ce repli sur le village d Astérix Goscinny et Uderzo, finauds, ont lancé le personnage à l automne 1959, au moment même où de Gaulle proposait «l autodétermination» est un rétrécissement, même si de Gaulle a saisi l occasion pour conforter son pouvoir, relancer la vieille «bataille du rang», de Bonn à Québec via Phnom Pen et Mexico, et surtout donner à la force de frappe nucléaire un rôle stratégique qui compense l espace perdu. L Hexagone redevient le lieu 133

15 La France coloniale sans fard ni déni géométrique d une convalescence et d une régénération au moment précis où la modernisation de la production, l enjeu européen et la mondialisation des échanges bousculent déjà le pré carré tout en l enrichissant. Et pourtant, sans vouloir admettre tout à fait ce repliement sur soi, la France de 1962 se félicite d abord de sortir enfin du cycle des violences guerrières inauguré en 1914 et prolongé après le second conflit mondial par la décolonisation. Celle-ci, en version française, aura incontestablement été chaotique, même si elle indifféra largement l opinion, depuis qu à Brazzaville, en janvier 1944, le même de Gaulle avait promis de «choisir noblement et libéralement la route des temps nouveaux». La sale affaire d Indochine s est terminée piteusement en 1954, on l a vu, après humiliation militaire à Dien Bien Phû. Le passage du protectorat à l indépendance au Maroc et en Tunisie, acquis en 1956, a été acrobatique et a beaucoup dû à l habileté conjointe de Pierre Mendès France et d Edgar Faure. En Afrique noire et à Madagascar, la Communauté franco-africaine, acceptée en 1958 et très «gaullienne» d allure, a permis de reconnaître in extremis un droit à l indépendance, acquis partout en Mais en 1962, cette Communauté est déjà morte et la coopération avec ses nouveaux États en peine de démocratie a pris un rythme de croisière, très surveillé depuis l Élysée, passablement «néo-colonialiste». Les «confettis» d Empire, ces départements ou territoires d outre-mer dont les statuts de 1946 ont été confortés en 1958, resteront des escales stratégiques et des terrains d aventure technologique (dans le Pacifique ou en Guyane), des isolats entretenus à grands frais par la métropole ou des réservoirs humains en quête d autonomie. Partout, un mélange d intérêt respectif bien compris et d impuissance fatale, ou déguisée en générosité, a permis de tirer l échelle sans gloire 134

16 La République blessée Deux Républiques, la IV e et la V e. L une en mourut, l autre en naquit : la formule simplifie, mais elle résume bien. La guerre d Algérie, du côté français, a en effet posé à la forme républicaine de l État et à l art de vivre ensemble plus démocratiquement, acquis et conquis depuis 1789 et raffermis à la Libération, des questions si insolubles que la IV e République y succomba et que la V e ne s installa qu à la faveur d une crise, en mai 1958, dont l épicentre fut algérois. Révélatrice autant que motrice d un changement tenu ensuite pour nécessaire ou inévitable, la guerre, une fois encore, a infléchi brutalement le cours de l histoire de France. Et d autant plus que la lutte d indépendance des Algériens, facteur belliciste externe, a fait rejouer les mécanismes de la vieille «guerre franco-française». C est donc la République française de Valmy, de Verdun et de la Résistance, celle que de Gaulle n avait pas même eu à proclamer de nouveau en août 1944, qui a dû faire sécession ou allégeance à elle-même tout au long des combats livrés sous son couvert en Algérie : les deux rives de la Méditerranée ont participé à une mise en cause du cours de sa destinée manifeste. Cela suffit à singulariser l Algérie dans le cours de l histoire coloniale française. N allons pas penser néanmoins que les Républiques ne seraient que des abstractions constitutionnelles, des politiques faites et défaites, heureuses ou menacées. Toutes 143

17 La France coloniale sans fard ni déni ont traduit aussi un état des mœurs et une vision de l avenir entérinés par une majorité de citoyens et, au cours du XX e siècle, le suffrage de ces derniers a sous-tendu le changement institutionnel, l État français de Vichy donnant à cette assertion valeur de preuve a contrario, puisqu il n affronta jamais le verdict des urnes et perdit la faveur de l opinion. En clair : autant que les complots et les putschs, les évolutions parlementaires, l échec ou le succès des politiques, le renouvellement des responsables, le succès et les attendus de la bataille de 1954 à 1962, autant même que la question de l application conflictuelle et même de la trahison des principes fondateurs de la vitalité républicaine par le «maintien de l ordre», c est l acquiescement des Français à l idée d une paix indispensable qui a fait de la guerre d Algérie un deus ex machina républicain. La métropole pacifique La preuve de leur constance d opinion? Dès 1956, sa force s exprimait dans des sondages où la métropole disait majoritairement qu il fallait sortir au plus vite, et en négociant, du guêpier algérien, de cette «pacification» impossible, de ces «événements» lointains et si mal appréciés. Car jamais il ne serait plausible et admissible que l avenir de la France continentale, celle des ardeurs coalisées de la Libération, celle des efforts pacifiques de la reconstruction puis de la mise en œuvre d une modernité et d une croissance économique, sociale et culturelle, puisse être hypothéqué par une rébellion en Algérie. Son immuabilité? Elle a été paraphée finalement par le verdict le plus républicain, celui des urnes, en Les accords d Évian furent alors ratifiés à la quasi-unanimité en métropole, sans souci des 144

18 L opinion lassée Que l ambition nationale se soit jouée aussi outre-mer, cela fut-il souhaité, soutenu, toléré? Autrement dit, les Françaises et les Français de métropole ont-ils partagé la face coloniale de cette ambition dont leurs dirigeants et une partie de leurs élites n ont eu de cesse de leur vanter les apports et les mérites? Ont-ils compris et admis qu il y aurait là-bas une «plus grande France»? N y a-t-il jamais eu, finalement, qu un «parti colonial» à défaut d une «France coloniale», comme le disait Charles-Robert Ageron? Bref, qu en fut-il de l «idée coloniale en France» (Raoul Girardet) aux yeux de l opinion publique? La métropole ne fut ni aussi colonialiste ni aussi anticolonialiste que l on pense et la «République coloniale» dont parlent Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, n a jamais eu de consistance 52. Jusqu en 1962, en fait, la colonisation n a eu qu une audience mitigée dans l opinion et l outre-mer n a pas marqué de manière décisive sauf en 1958 le cours de l histoire de la France. Pour deux raisons, deux attitudes, répétons-le, clairement observables depuis le xviii e siècle : l eurocentrisme a bouché l horizon et, sous prétexte d universalisme, a dénié la singularité du colonisé et nié la violence de sa mise en tutelle ; 52 Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, La République coloniale, Paris, Albin Michel,

19 La France coloniale sans fard ni déni le francocentrisme, surtout, a réduit les enjeux coloniaux à ceux de la seule métropole. Pour l opinion de la plupart des Françaises et des Français, la France coloniale ne fut à tout prendre qu une projection exotique et lointaine des aspirations, des intérêts, des difficultés et des conflits proprement hexagonaux ; un prolongement ultramarin d une vocation du pré carré défendu pour nourrir à jamais la puissance et la gloire historique. C est si vrai qu il fallut attendre 1949, l année où le pays prenait le chemin de la modernisation et de la croissance des trente glorieuses, pour que l assemblée de l Union française songeât à s inquiéter de ne rien savoir des «connaissances et opinions des Français en ce qui concerne les pays et les problèmes d outre-mer». Il faudra, en fait, attendre jusqu à 1954 pour que les réactions de l opinion soient enfin examinées de près par l Institut français d opinion publique (IFOP). Très tard, trop tard. L indifférence bienveillante Jusqu à cette heure de vérité, ce n avait été qu alternance sans alternative d exaltations temporaires et de plages d expectative, d indécision ou d indifférence. Dès avant 1914, le Bulletin de la Ligue coloniale l avait regretté : «L éducation coloniale des Français demeure entièrement à faire.» Malgré tous les efforts de propagande du «parti colonial», malgré tant de textes ministériels et de discours officiels et électoraux, malgré tant d appels de l Office colonial pour favoriser l émigration, malgré tout l intérêt manifesté à l école, dans les livres et manuels pour la jeunesse, les causeries, les brochures, les chansons, les belles images ou les rêveries géographiques, l évidence sautait aux yeux : 160

20 Table des matières Préface 7 Une France «coloniale», vraiment? 9 Singularités d un espace-temps 10 Colonisation, colonisateurs et colonisés 14 Traits d hier, enjeux d aujourd hui 19 L ambition du patriote Ferry 25 Entreprise et civilisation 26 Détermination et hypocrisie 29 Les taches roses du planisphère 33 Un hymne national 35 Un enthousiasme mitigé 42 Tombouctou-la-Française 47 Une bonne pensée civilisatrice 47 Un Sedan colonial 50 La grande récré de Plus française que prévu 57 Un pique-nique culturel 60 À la cabane bambou 63 Les deux amours 64 L anticolonialisme après coup 69 De l abbé Raynal à Jean Jaurès 69 Les carottes étaient cuites

21 La France coloniale sans fard ni déni La fin de «l Indo» 77 La guerre à reculons 77 L indifférence en métropole 80 La paralysie politique 83 L impuissance 86 De Gaulle ultramarin 91 La question impériale 93 Refermer la «boîte à chagrin» 96 L Algérie au cœur 101 Colonisée à tous hasards 101 Le drame final 108 La question 111 La torture 111 Un J accuse météorique 115 Violence à Paris 122 L interrogation renouvelée 124 L été des adieux 133 En finir avec le «boulet» 135 L été terrible 138 De Gaulle vainqueur 140 La République blessée 143 La métropole pacifique 144 Les principes bafoués 152 L opinion lassée 129 L indifférence bienveillante 160 Le basculement 163 La mémoire brouillée 167 L Algérie en surplomb 169 De l immigré à l indigène 177 Références 186

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 «La grande idée, la notion fondamentale de l Etat laïque, c est-àdire la délimitation profonde entre le temporel et le spirituel, est entrée dans nos mœurs de manière

Plus en détail

Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com

Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com G2 Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com Séance 1 : Les territoires français dans le Monde 1. Quels territoires français ne sont pas une ile ou un archipel? 2. Dans quel océan ne

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant Cour d honneur des Invalides, le 1 er octobre 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire

Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire 2 Paris, 10 juillet 2008 Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire Discours de SE M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie Seul le texte prononcé fait foi Au début était une rencontre. Elle

Plus en détail

LES INDIGENES DE L EMPIRE DANS L EXPOSITION

LES INDIGENES DE L EMPIRE DANS L EXPOSITION Bibliothèque nationale de France direction des collections département Philosophie, histoire, sciences de l homme Mai 2008 LES INDIGENES DE L EMPIRE DANS L EXPOSITION COLONIALE DE 1931 Bibliographie sélective

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Projet d'aménagements apportés au programme d'histoire-géographie éducation civique Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Octobre 2013 MEN/DGESCO Histoire Géographie_

Plus en détail

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours 1 INTRODUCTION GENERALE 1. Naissance et définition de la politique moderne 2. La Révolution française

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr ... l inégalité s étend sans peine parmi des ames ambitieuses et lâches, toûjours prêtes à courrir les risques de la fortune, et à dominer ou servir presque indifféremment selon qu elle leur devient favorable

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 1960-2010 29 Hommage aux anciens combattants africains et malgaches Dans le cadre des célébrations officielles du cinquantième anniversaire des

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Quelle est la place de l'europe dans le monde au début du XVIII e siècle? Carole Tagnard Collège Joseph Roumanille - Avignon (84) I - L EUROPE

Plus en détail

Mesdames, Messieurs les habitants des communes de la Béroche, du canton de Neuchâtel et d ailleurs,

Mesdames, Messieurs les habitants des communes de la Béroche, du canton de Neuchâtel et d ailleurs, Discours du 1 Août 2014 à la BEROCHE Monsieur le Président de commune, Mesdames, Messieurs, Les représentants des autorités Politique,religieuse, associative, Mesdames, Messieurs les habitants des communes

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 352 (2011-2012) N o 1 352 (2011-2012) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2011-2012 21 MARS 2012 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT À PROMOUVOIR LA COMMÉMORATION DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE

Plus en détail

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS)

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) Séminaire Régional des Caraïbes organisé par le Comité Spécial des Vingt-Quatre du 23 au 25 mai 2001 à La Havane, Cuba Intervention du Représentant

Plus en détail

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014 PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer - Lundi 8 septembre 2014 - SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI L illettrisme : un handicap

Plus en détail

L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS

L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS Chapitre 1 L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS Antoine Prost, dans son Histoire de l enseignement en France (Armand Colin, coll. U), fait remarquer qu on ne peut comprendre le processus de création

Plus en détail

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis,

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, LA MORT ET LA VIE Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003 Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, «Mors et vita duello conflixere mirando. Dux vitae mortuus regnat

Plus en détail

TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT. PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage...

TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT. PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage... TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage...9 I L ABSOLU DE LA NEIGE... 11 Ces chemins qui ne mènent

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting.

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Intervention de William Martinet Meeting 29 janvier C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Après une journée de travail entre syndicalistes de tous les horizons :

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

Faubourg Saint Médard

Faubourg Saint Médard Faubourg Saint Médard de 1860 à 1914 "Je m'informe donc je suis. J'agis donc j'existe" Dominos LA FONTAINE asbl À la recherche de l'histoire de notre local dans le cadre de nos activités d'éducation permanente

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Parcours Pédagogique Fiche élaborée par Gabriel Picard Titre : «Une histoire de l outre mer : l héritage colonial français» Thèmes : Colonialisme,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs :

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : Connaître et utiliser les repères suivants : Les grandes puissances politiques en Europe Les empires coloniaux sur une carte du monde

Plus en détail

L Université résistante au défilé du 14 juillet

L Université résistante au défilé du 14 juillet L Université résistante au défilé du 14 juillet Le 14 juillet prochain, Alain Beretz, président de l Université de Strasbourg assistera au défilé du 14 juillet dans la tribune Brest proche de la tribune

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

COMMUNICATION. Présentée par : Richard TOE, Consultant Indépendant. Richard Toé consultant indépendant. Faladiè SEMA Rue 802 porte 368

COMMUNICATION. Présentée par : Richard TOE, Consultant Indépendant. Richard Toé consultant indépendant. Faladiè SEMA Rue 802 porte 368 Richard Toé consultant indépendant Faladiè SEMA Rue 802 porte 368 Bamako Tel 76 45 54 61 / 78 96 67 16 COMMUNICATION THEME : «LES OSC ET LE RENFORCEMENT DE LA DEMOCRATIE AU MALI» FAIRE-VALOIR, SUBSTITUTION

Plus en détail

La France et l Europe au 19ème siècle. Je m entraîne 1- Dans quels pays, royaumes ou états se sont déroulées des révolutions en 1848?

La France et l Europe au 19ème siècle. Je m entraîne 1- Dans quels pays, royaumes ou états se sont déroulées des révolutions en 1848? La France et l Europe au 19ème siècle enquête Les «Trois glorieuses» étaient... Avant d être empereur, il était président de la République... L Allemagne a été créé en 1871 à partir de... Ce que je crois

Plus en détail

1 L historien et les mémoires

1 L historien et les mémoires JE RÉVISE 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale A. L historien a mis en évidence une première période où la mémoire de la guerre est volontairement incomplète Après la Seconde Guerre

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes Discours prononcé par M. Gilles Johanet Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Monsieur le Président du Sénat Monsieur le Président de

Plus en détail

AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL

AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL Pour les amateurs de dressage qui ont choisi de devenir Homme d Attaque, rien ne doit être plus important que l Amour du chien et du Travail bien fait Le programme

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français

BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français Ouvrages généraux ESCLAVAGE, TRAITE, ABOLITION Julia. Ferloni, Marchands d esclaves, de la traite à l abolition, édition de conti, 2005 Gilles Gauvin,Abécédaire

Plus en détail

Le Monde Global Le Monde métissé?

Le Monde Global Le Monde métissé? Clément Fodouop Le Monde Global Le Monde métissé? Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

La France catholique face à l'islam

La France catholique face à l'islam La France catholique face à l'islam Texte intéressant de Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers et Président de l Observatoire Foi et Culture (OFC) à propos du livre de Pierre Manent, Situation de

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

Lignes Stratégiques 2012

Lignes Stratégiques 2012 Lignes Stratégiques 2012 1 2 2012 : du temps pour se construire... L éducation permanente, ce n est jamais un but accompli. Ca reste un chemin. Et un chemin qui prend du temps. Parce qu il se décide et

Plus en détail

VIÊT NAM. Hanoi LAOS. Vientiane VIÊT NAM CAMBODGE. Phnom Penh. Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon) CHINE. Mer de Chine méridionale THAÏLANDE.

VIÊT NAM. Hanoi LAOS. Vientiane VIÊT NAM CAMBODGE. Phnom Penh. Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon) CHINE. Mer de Chine méridionale THAÏLANDE. CHINE MYANMAR (Birmanie) VIÊT NAM Hanoi Golfe du Tonkin LAOS Vientiane Mer de Chine méridionale Hainan Îles Paracel THAÏLANDE Bangkok VIÊT NAM CAMBODGE Golfe de Thaïlande Phnom Penh Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon)

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

Naissance de la démocratie américaine

Naissance de la démocratie américaine Chapitre 1 Naissance de la démocratie américaine Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l université Paris Diderot Ce texte est la version remaniée du «Point sur» de la Documentation photographique n 8038,

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud»

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Le pont transbordeur, Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Marseille, en ce début du XX ème siècle, est marquée par l inauguration du pont transbordeur,

Plus en détail

La seule fois de l amour

La seule fois de l amour Jacques Jouet La seule fois de l amour Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Au premier regard un peu appuyé qu un garçon dirigea sur elle, Victoire sut qu un jour ou l autre il faudrait

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre.

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Elle s'est déroulée quand j'avais entre 4 et 11 ans. J'ai

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

VISAGES DE LA LIBÉRATION

VISAGES DE LA LIBÉRATION Flyer-debarquement_Mise en page 1 15/10/14 18:26 Page1 «Ce jour-là, la liberté venait du sud» EXPOSITION 20 OCT AU 13 NOV 2014 HÔTEL DE RÉGION VISAGES DE LA LIBÉRATION PROVENCE ÉTÉ 1944 Entrée libre et

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Discours du président du GIP SPSI au Colloque du 9 et 10 juin 2008 à Casablanca sur l Avenir de la protection sociale au MAROC

Discours du président du GIP SPSI au Colloque du 9 et 10 juin 2008 à Casablanca sur l Avenir de la protection sociale au MAROC Monsieur le Ministre de l emploi et de la formation professionnelle, Monsieur le Président de la CNSS, Mesdames, Messieurs, Je voudrais tout d abord vous remercier vivement, Monsieur le Ministre, de l

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

Israël et la nouvelle carte du monde

Israël et la nouvelle carte du monde Israël et la nouvelle carte du monde Emmanuel Navon CRIF Marseille, 29 janvier 2012 Au début du processus d Oslo, il y a de cela 18 ans, Shimon Pérès publia un livre intitulé «Le Nouveau Proche Orient.»

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail