AAAVCom.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AAAVCom. www.aaavcom.com Email: info@aaavcom.com"

Transcription

1 Adrar AAAVCom Edité par la Wilaya d'adrar Directeur de la publication superviseur général Mr Ahmed Abdelhafid Saci Wali d'adrar Coordination:Slimane Ouiden Directeur de la culture Directeur Artistique Fethi Ben Harzallah Fabrication Mabrouk Akbache Rédaction des textes/ Documentation historique Dr Ahmed Abba Assafi Djaafri Dr Essadik hadj Ahmed Al el maghili Textes Français Mahdi Tittafi Enrichissement texte Foggara: Abdelkrim Belhacène Conception Nawel Kaddour Photos Fethi Ben Harzallah Crédit Photos AAAVCom Réalisation AAAVCom Tous droits de traduction, de réédition, d'impression et d'adaptation sont réservés pour tous pays 2013 Algérie Wilaya d'adrar

2 La lettre de Monsieur le Wali La Wilaya d Adrar, de par ses nombreuses oasis, ksour, foggarate, zaouiate, disséminés à travers un immense territoire désertique, a toujours exprimé par sa puissance d évocation, une longue histoire fertile en événements, un passé culturel rayonnant, et une ancienne civilisation prestigieuse. Elle puise sa renommée de son imposant mouvement religieux, soufiste et spirituel, dont on peut encore apprécier et mesurer l impact sur l ensemble des populations de l Afrique de l Ouest.

3 Devant répondre à sa double vocation agricole et touristique, elle se voyait dans l obligation de combler son déficit effarant en matière d infrastructures, héritage douloureux de la sinistre période coloniale. Aussi un vaste et ambitieux programme de développement a-t-il été réalisé en un court laps de temps, avec pour résultat tangible un processus de mise à niveau qui a permis à l ensemble de la région de combler son énorme retard. Tout ceci est illustré par l édification de milliers de km de routes asphaltées touchant les localités les plus reculées de l Erg, de 3 grands aéroports, des centaines d écoles, de centres de santé, une électrification rurale généralisée, des infrastructures de communication, d un nombre considérable d exploitations agricoles et de forages Une véritable révolution d une région qui avance à pas de géant dans le monde de la modernité sans négliger pour autant ses valeurs traditionnelles, et son riche patrimoine culturel qui lui confère un atout inestimable pour valoriser ses potentialités touristiques. De plus, ses capacités agricoles, avec un potentiel de production moderne commencent à afficher remarquablement les premiers résultats. Tous ces facteurs permettront, sans nul doute, à la Wilaya d Adrar de contribuer efficacement à l effort national du développement durable de l après-pétrole. Mr Ahmed Abdelhafid Saci Wali d'adrar

4 Sommaire Présentation Générale Limites Administratives Caractéristiques Géographiques Données hydrographiques La Climatologie La Flore La Faune Toponymie Bref Aperçu Historique Préhistoire L Antiquité Le rôle de l'imam El Maghili dans la propagation de l Islam en Afrique La région du Touat et les caravanes commerciales L Ere Musulmane L Epoque Contemporaine La Résistance Anticoloniale La Révolution La Bombe Atomique à Reggane Patrimoine Un Système d Irrigation Ancestral: La Foggara Un Héritage Architectural Les Manuscrits d Adrar L Artisanat Gastronomie Locale Costumes et Habits Traditionnels Sites Historiques Forêt de Bois Pétrifié Le Site Néolithique Les Ksour Patrimoine Oral L'Ahellil La Danse du Baroud T haoudis Berzana Sara La Hadra Le Tbal Zemmar Tindi Le Karkabou Rakbia Les saints et les Zaouiate Sidi Slimane Ben Ali le Cheikh Mohamed ben Abdelkrim El Maghili... Les fêtes locales Le Sboue La grande fête d Adrar Les atouts Touristiques Le Paradis de l'envers Le Mythe de... la Réalité

5 La Bénie des Saints Adrar Terme zénète, désignant la montagne ou la colline, est l appellation donnée à une ville du Grand Sud algérien qui est devenue la métropole d une région désertique, à première vue inhabitée et inhospitalière, et où pourtant la présence humaine s est manifestée depuis la nuit des temps. Les nombreux vestiges tels que les pierres taillées et les silex, découverts à travers la région, montrent que l homme a fait son apparition depuis plus de ans. Les forêts pétrifiées et les sebkhas d anciens lacs desséchés, sont autant de preuves que le Sahara n a pas toujours été un désert et qu il a connu des périodes humides. Pour faire face à la désertification, phénomène naturel qui s est déclenché il y a plus de 3 ou ans, l homme a profité des ruissellements qui jaillissaient à l époque et qui, sécheresse oblige, allaient devenir de grandes canalisations souterraines appelées Foggrate, grâce auxquelles il a réussi à créer des oasis qui constituent des taches vertes et de petits jardins verdoyants dans un immense espace dénudé, dominé par des étendues de sable jaune doré. Ces oasis ont non seulement servi à faire vivre des hommes, mais elles ont été aussi utilisées par les anciens, comme escale pour traverser les immensités désertiques du Sahara, et surtout pour atteindre l Afrique Noire qu' on appelait à l époque le Soudan (Mali, Niger ). L histoire de ces oasis lointaines est liée à l évolution historique du Maghreb médiéval, car les multiples dynasties qui ont dominé à un moment ou un autre, leur ont assigné le rôle de carrefour et d ultime étape, pour la prospérité du commerce caravanier, unique moyen d acquisition de l or, source de richesse et de puissance. Il faut dire que leur position géographique très éloignée des côtes méditerranéennes et isolée dans une région inhospitalière, a été exploitée comme lieu de refuge pour toutes les dynasties destituées, les groupes pourchassés et les personnages menacés; c est ainsi que le peuplement de cette région s est accru au fil du temps, pour aboutir en fin de compte à un magnifique brassage de populations d origines diverses, et à la naissance d un patrimoine culturel riche et varié. Les nombreux personnages religieux et mystiques qui se sont installés dans cette région, ont fait d elle un haut lieu de prière et de méditation.

6 Présentation Générale de la Wilaya Issue du découpage administratif de 1974, la Wilaya d ADRAR occupe la partie Sudouest algérien et s étend sur un immense espace désertique; considérée comme la wilaya la plus vaste du pays, elle couvre une superficie globale de km² soit 17,98 % du territoire national. Elle s étale du point de vue longitude du 1er Méridien Est jusqu au 3ème Méridien Ouest, et du point de vue latitude du 20ème Parallèle au Sud jusqu au 30ème Parallèle au nord.

7

8 Limites Administratives Elle est limitée: * Au Nord par La Wilaya d EL-BAYADH * Au Nord Est: La Wilaya de GHAR- DAIA * Au Nord Ouest: La Wilaya de BECHAR * A l Ouest: La Wilaya de TINDOUF * Au Sud Est: La Wilaya de TAMANRASSET * Au Sud: Le MALI * Au Sud Ouest: La MAURITANIE Adrar 8 Caractéristiques Géographiques Elle comprend 4 régions LE GOURARA: région de Timimoun LE TOUAT: région d Adrar LE TIDIKELT: région d Aoulef. LE TANEZROUFT: région de Bordj Badji Mokhtar Les 3 premières occupent la partie Nord de la wilaya et où se concentre près de 95% de la population, tandis que le vaste territoire du Sud est vide, peuplé juste au niveau d une étroite bande qui longe la frontière malienne. Avec une faible densité, sa population dépasse à peine les habitants. Adrar se trouve au centre d une région du Grand Sud à plus d un millier de km de la côte méditerranéenne; à 1400 km d Alger et 1300 km d Oran. La principale caractéristique géomorphologique de la Wilaya d Adrar, est sa partie Nord où s étendent le bassin du Touat, et les 3 régions qui entourent l immense plateau du Tademaït

9

10

11 Ce bassin est entouré par une série de massifs montagneux et de hauteurs, qui ont contribué à alimenter la nappe d eau, grâce aux crues fréquentes et régulières d anciens oued, notamment au Nord par la chaine de L Atlas Saharien, à l Est par le plateau du Tademaït, et au Sud par les monts du Mouidir. Le Gourara: occupe la bordure Nord du Plateau, et est couvert en partie par le Grand Erg occidental, alors que sa partie centrale est occupée par la grande sebkha, un ancien lac desséché et autour duquel sont implantées la plupart des oasis. Le Touat: longe le flanc Ouest du Plateau, sous forme d une longue gouttière, constituée d une série de petites cuvettes, jadis alimentées par un ancien oued complètement desséché, et bordé par une longue chaine d oasis, allant de Tsabit au Nord jusqu à Reggane au Sud, sur une distance qui excède les 200km. Le Tidikelt: est une vaste plaine qui s étale au delà de la bordure Sud du Plateau, et où l on observe une rangée d oasis qui s étire d Aoulef jusqu à In Salah. Au Sud la longue gouttière du Touat débouche sur un immense pays plat et vide sans le moindre relief, sans la moindre végétation, sur plus de 600 km, entièrement recouvert d une fine couche de sable et que les Touaregs ont appelé le Tanezrouft (le vide). Le Tanezrouft: s étend jusqu à la frontière Malienne où réapparait de nouveau la vie, sur une étroite bande qui longe cette frontière; région qui bénéficie d un climat tropical plus clément, avec d intenses pluies d été, quasi-régulières et de vastes pâturages qui font le bonheur des éleveurs nomades de la circonscription frontalière de Bordj Badji Mokhtar. Adrar 11

12 Adrar 12 Données hydrographiques De tous les points de l horizon et des hauteurs limitrophes (Atlas, Tademaït, Mouidir, Hoggar) convergent d anciens grands oueds, ensevelis pour la plupart sous les sables de l erg, et qui ont charrié d énormes quantités d eau et d alluvions, pendant des centaines de milliers d années. Du plateau de Tademaït, jadis immense réceptacle des eaux des orages du Sahara humide, dévalait une série de cours d eaux actuellement desséchés; Oued Tilia, Oued Sbaa, Oued Rezala, Des hauteurs du Sud, coulait jadis, principalement l Oued Botha qui se prolongeait vers le Tidikelt, par

13 l intermédiaire de l Oued Djaret. Au Nord, l Atlas Saharien continue à alimenter la nappe de ce Bassin par une série d oueds; oued Zergoun, El Gharbi, Namous et particulièrement l ensemble Guir-Saoura, dont les crues périodiques arrivent jusqu à la grande gouttière du Touat. Le paradoxe qui semble surprendre de prime abord, est tel qu au moment où la désertification commence à produire ses méfaits désastreux, l une des plus grandes réserves d eau douce du monde s est déjà constituée, et qui va être à l origine de l existence des oasis. Adrar 13

14 Adrar 14 La Climatologie Cette région désertique considérée comme l une des plus arides du monde, se distingue par un climat saharien froid et sec en hiver de courte durée, puis chaud et torride en été. Toutefois il faut signaler certaines variations climatiques. Une zone semi-désertique qui part de Timimoun vers El Bayadh Une zone désertique partant de Timimoun jusqu au Tanezrouft. Une zone tropicale le long de la frontière malienne.

15 Les Températures La wilaya d Adrar enregistre des écarts de températures considérables. En été les températures maximales atteignent des pics de 50 (juillet août). En hiver les températures peuvent atteindre parfois les 0 en décembre et janvier. Les Vents La fréquence des vents est un élément essentiel de l hostilité du climat saharien, avec la particularité de cette région, où la période qui correspond à la saison du printemps au Nord (mars-avril), connaît une fréquence plus grande des vents de sable. Les vents les plus réputés dans cette partie du Sahara sont: l'harmattan appelé localement «Ech chergui»; généralement Nord, Nordest, vent d hiver plus frais, avec souvent des rafales chargées de sables qui modèlent les dunes et modifient le relief. Le sirocco dénommé par les autochtones «chéhéïli ou Arrifi»; vents d été brûlant généralement Sud, Sud-ouest, traversant souvent le Tanezrouft avec des tempêtes quasi-obscures et des bourrasques où la vitesse peut atteindre les 100 km/h. La Pluviométrie Comme partout au Sahara, il n y a pas une saison de pluies connue pour sa régularité annuelle, mais il s agit en fait d orages du désert, qui parfois provoquent les crues d anciens oued classés comme complètement desséchés. Ainsi la pluviométrie reste l une des plus basses du monde. Extrêmement faible, à l exception de la région de Timimoun, qui enregistre parfois de fortes chutes de pluie, dues essentiellement à sa situation géographique limitrophe avec la wilaya d El Bayadh. La région de Bordj Badji Mokhtar, quant à elle, vit sous un climat tropical avec une saison sèche en hiver et ses fortes pluies d été, pendant la saison humide. En somme la pluviométrie annuelle atteint rarement les 100 mm. Adrar 15

16 Adrar 16 La Flore Parmi la flore naturelle désertique du Sahara, celle de la wilaya d Adrar apparait comme la plus pauvre, elle se présente comme une végétation essentiellement épineuse, pourvue parfois de feuilles minuscules pour lutter contre la sécheresse, et dont les racines s enfouissent profondément dans le sol, à la recherche de l eau. Certaines espèces végétales sahariennes, sont très réputées pour leurs vertus médicinales.

17 l Acacia Appelé Talha par les nomades, est l arbre modèle qui s est adapté au climat désertique grâce à ses épines; espèce dominante au Sahara, il est apprécié pour son ombre en plein désert et comme pâturage pour les chameaux. On utilise ses graines et sa gomme pour leurs qualités médicinales, il est aussi apprécié pour la qualité de son bois. Le Driin De la même famille que l Alfa qui pousse dans la Steppe, appelé également par les autochtones Sbot, il se présente avec des touffes importantes, des tiges robustes et des feuilles effilées, longues et piquantes au sommet, il pousse au pied des dunes et dans les oueds sablonneux, et constitue l une des plantes sahariennes les plus exploitées, comme pâturages pour les chameaux; ses tiges sèches servent dans l artisanat à fabriquer des cordes, des nattes, ses tiges vertes sont utilisées pour leurs vertus médicinales, et servent surtout à soigner les plaies; il faut rappeler que ses grains étaient autrefois comestibles. Kranka (le Calotropis) Plante purement saharienne, avec ses gros follicules appelés «pommes de Sodome», dangereux et très toxiques, elle pousse dans les petites dayate sablonneuses. Son «lait» blanc est toxique mais il jouit d une grande réputation; utilisé à petite dose, il sert de remède à plusieurs maux: douleurs dentaires, maux d estomac, teigne Quant à son bois, brûlé sous forme de «charbon», il est surtout exploité dans la fabrication de la poudre explosive indispensable à la danse du «Baroud». Le Laurier Appelé «Defla» en arabe, souvent dense dans les lits d oued, il est apprécié pour ses belles fleurs rose vif et quelquefois blanches, mais dont la floraison dure pratiquement tout l été; ses fleurs sont utilisées, après macération à des fins curatives. Champignons Parmi les espèces qui profitent des espèces en décomposition, et qui parasitent les racines de certaines plantes les plus répandues au Sahara, le «Terfes» ou truffes des sables, très appréciées dans la cuisine locale et occidentale; elles profitent de certaines formes d humidité, on les rencontre dans des zones, au Nord de la Wilaya. Le Tamaris Famille des Tamarins, très répandu au Sahara sous forme d une dizaine d espèces, et connu dans notre région comme «thla», «frssigue» ou «Echa âl»; arbre très robuste, quoiqu il prodigue beaucoup d ombre, il est considéré comme un arbre maudit par les fellahs, à cause des dégâts occasionnés par ses feuilles en aiguilles dégradant le sol, et ses racines rampantes parasites, étouffant toutes les autres plantes; un célèbre dicton nous enseigne que «là où on introduit «thla», le jardin devient «khla» (désert, ruine). D autres espèces telles que la Zygophylle (El Âggaya), La coloquinte (El Hadja), la Marjolaine (Ezza âter), le Romarin (l Azir), l Armoise (Chih ), des lavandes, des menthes sauvages etc. font partie de tout ce couvert végétal varié, de ces zones désertiques et semi-désertiques, et qui sont répertoriées par les connaisseurs et les guides du désert. 17 Adrar

18 Adrar 18 Le Couvert Végétal des Oasis Dans sa lutte pour la survie dans un milieu hostile, l homme du Sahara a non seulement profité de la moindre ressource de la nature (maigres pâturages, pharmacopée traditionnelle), de plus il s est ingénié à créer des oasis; véritables ilots verdoyants et «artificiels», où il a développé tout un couvert végétal, à l ombre et sous la protection bienveillante du Palmier. Le Palmier De la famille des Palmacées, il demeure l arbre le plus réputé et le plus mythique au Sahara, car cultivé depuis la nuit des temps. L implantation des oasis dans les milieux arides, est liée à l existence des palmiers dattiers, élément essentiel dans la création d un micro-climat et d un environnement bioclimatique, appelé «l effet oasis». qui conditionne l implantation des autres espèces végétales, et ainsi toute activité agricole. Aussi ancien que l homme des oasis, le palmier dattier lui fournit l essentiel de son alimentation. Les oasis du Touat-Gourara, qui ont historiquement contribué à l expansion du commerce caravanier transsaharien, où la datte a joué un rôle important comme produit d exportation, aussi bien vers le Soudan (Afrique de l Ouest), qu à destination de l Atlas Saharien, ont basé leur économie agricole principalement sur la culture du palmier. C est un arbre remarquable par ses qualités exceptionnelles, il offre de larges possibilités d adaptation et supporte de très hautes températures (50-60 ). En outre, il est peu exigeant en matière de qualité des sols et résiste bien à l eau salée, à la fréquence et à la puissance des vents. Le palmier rend de précieux services à l homme; ombre, brise-vents, alimentation, aliments de bétail, bois, matières premières pour la vannerie Aussi ancien que l homme et fondamental dans son existence, le palmier demeure un arbre mythique autour duquel on a développé toute un séries de légendes et de récits fabuleux Il existe un grand nombre de variétés dont certaines sont aussi anciennes que les oasis; un recensement, réalisé en 1910, a dénombré plus 150 variétés, dont les plus célèbres restent la Hamira, le Takerboucht, la Tégaza, et les Chioukh (primeurs). Malheureusement beaucoup ont disparu, et certaines sont en voie de l être. Quoique la base de son alimentation demeure la datte, le fellah cultive sous le palmier quelques arbres fruitiers, qui fructifient normalement dans ces petites «zones humides»; on signale essentiellement le figuier, la vigne, le grenadier, et même l oranger qu abritent certaines palmeraies du Tidikelt. L étage inférieur de ce couvert végétal, sur un sol fertile arraché au désert mètre par mètre, que le fellah exploite pour planter 3 types de cultures de base: les cé-

19 réales, les légumes, et les fourrages. L agriculture traditionnelle profitait de l augmentation de l eau, pour cultiver des céréales d hiver; du blé dur (il existe plusieurs variété locales), de l orge et du maïs destinés uniquement à l autoconsommation. Le fellah cultivait des légumes d hiver principalement: oignons, carottes, navets, ainsi que des variétés locales de lentilles (Demchi) et de petits haricots (Tadellagh); avec une expansion rapide et un succès foudroyant de la tomate à partir de En été, le peu d eau irrigue surtout certaine plantes rampantes appréciées pour leurs fruits; courges, melons, guerroum (concombre local), pastèques; avec une variété locale blanche «gnaâ», utilisée dans la cuisine traditionnelle. Les échanges séculaires avec l Afrique Noire, ont permis au fellah de développer la culture des arachides, en produisant une variété locale moins volumineuse mais succulente, appelée «matega»; terme zénète qui correspond au mot africain «kaoukaou». L élevage aussi limité soit-il au sein des oasis, imposait au fellah de planter certaines cultures fourragères peu exigeantes en matière d irrigation, comme le Sorgho et le mil, qui en plus de leur utilité comme nourriture pour le cheptel, produisent des grains, consommés autrefois durant les périodes de disette. Etant au centre d un mouvement commercial caravanier séculaire, entre le Nord et le Sud de l Afrique, les oasis de la wilaya d Adrar, en plus de la datte, commercialisaient également leur production de henné et de tabac, principalement vers les pays du Sahel. Les ksour de Tamest étaient connus pour la qualité de leur tabac, et la zone de Zaouiet Kounta était réputée pour sa grande production de henné. On trouvait également ça et là un peu de coton destiné à des fins domestiques, notamment dans la région du Tidikelt. La wilaya d Adrar a connu un bouleversement à partir des années 90, avec le lancement d un vaste programme de mise en valeur, par la création de grands périmètres, notamment sur les étendues du Plateau, et le développement d une agriculture moderne, faisant appel à des techniques d irrigation à la pointe du progrès (irrigation par pivots), dont le résultat s est traduit par la généralisation d une céréaliculture intensive, et une production maraichère sous serres. Adrar 19

20

21 La Faune Malgré son aridité, cette région désertique reste peuplée d une vie animale relativement variée, composée d espèces qui ont su s adapter aux conditions climatiques sahariennes. Dans les regs et les flancs des dunes de l erg, la vie animale existe, mais elle est peu perceptible, car la végétation étant trop maigre, elle ne permet pas la multiplication des grands animaux. Le dromadaire: Appelé communément le chameau est le plus grand mammifère saharien; il constitue l exemple type d adaptation à la vie du désert, il résiste à la soif (15 jours sans boire), aux tempêtes de sables, et parcourt quotidiennement de grandes distances; ce qui faisait de lui autrefois le «vaisseau du désert», et l élément fondamental de la prospérité du commerce caravanier. Aujourd hui, si un maigre troupeau subsiste au Nord de la wilaya (Méguiden, Tidikelt), la région de B.B. Mokhtar située à l extrême Sud, avec son climat tropical et ses pluies d été, connait un élevage important, devant approvisionner tout le Sud-ouest en viande de chameau. Les Antilopes: certaines espèces sahariennes qui résistent aux longues sécheresses, fréquentent les vallées du Plateau, et les zones tropicales sud. La Gazelle est actuellement protégée par décision des pouvoirs publics, mais l Addax a été semble-t-il complètement décimée. Les petits animaux abondent dans le désert profitant de la moindre humidité, de la moindre végétation; on peut citer des carnivores tels que le chacal et le fennec, des rongeurs: le lièvre, les gerboises, les rats, le porc-épic, des insectivores: le hérisson etc Les reptiles et les sauriens sont les plus nombreux, peuplant les dunes de sable, les vallées et les dayas; en plus de la vipère à cornes du désert, qui est la plus réputée et la plus dangereuse, on trouve plusieurs espèces de serpents non venimeux, et quelques couleuvres; les beaux serpents des sables sont recherchés pour leurs couleurs très vives. Dans les sables brulants des dunes, vivent une grande variété de lézards, et particulièrement le «Dob» capturé pour ses multiples utilisations dans la pharmacopée traditionnelle. Les arachnides Si l on connait actuellement plus de 100 espèces d araignées sahariennes, cette région désertique est réputée avant tout, pour ses scorpions venimeux, qui sont très répandus et redoutés, car ils représentent un danger même dans les zones habitées. D après certaines études le Sahara abrite plus de 10 espèces différentes de scorpions. Les oiseaux: on distingue les oiseaux qui boivent régulièrement, et qui vivent au sein des oasis comme le pigeon, le ramier, le moineau, le ganga les oiseaux du désert ont un comportement remarquablement adapté à la sécheresse pour résister à la soif, tel que les corbeaux et les alouettes du désert, les fauvettes naines qui ne boivent pas et se contentent de l eau des insectes qu ils dévorent. En somme le désert a sa faune et sa flore qui lui sont propres, et l on a inventorié un très grand nombre d espèces animales, qui réussissent à s adapter à des températures caniculaires, et parfois à une absence totale d eau. Il suffit de sortir le soir ou même un après-midi du mois de juillet, pour voir toutes sortes d insectes; on a trouvé des insectes en plein Tanezrouft; ainsi il n existe pas de terre entièrement morte. Enfin comme le dit si bien E.F. Gautier: «Le Sahara proprement dit a pourtant sa vie animale la vie se défend contre la mort avec une ténacité et une ingéniosité admirables». 21 Adrar

22 Toponymie Adrar Terme d origine zénète qui signifie la montagne, s est transformé en un grand centre urbain; ancienne petite agglomération de la période coloniale, elle est devenue le chef-lieu de la wilaya la plus vaste du pays, et une métropole du Grand-Sud de l Algérie indépendante ; elle demeure la cité emblématique et dont le symbole demeure la Foggara ; œuvre colossale des anciens hommes, dont la persévérance a eu pour bénéfique résultat, l essor de multiples espaces verdoyants, où l on apprécie la douceur de vivre, dans l un des plus grands déserts de la planète. Le Touat Ce terme mythique pour les habitants du Sud-ouest algérien, a fait l objet de multiples interprétations légendaires; «touati lil Ibâdah» (terre de dévotion), «ataouate» (dîme, impôt) Parmi les versions des scientifiques, on peut citer celle du Pr. N. Marouf qui prétend que le mot touat n est qu un pluriel déformé et arabisé, du mot zénète tit qui veut dire «source», ou encore celle d A.G.P. Martin, pour lequel il s agit d un terme berbère (t oua t) dont la racine est la même que le mot ouahat ou oasis (oua ou oâ). Adrar 22 Le Gourara Ce vocable n a pas suscité une grande controverse, R. Bellil nous propose l explication suivante: «Le terme Gourara provient de l arabisation du mot berbère Tigurarin, pluriel de tagrart qui signifie «le campement». On peut penser que les premiers Zénètes qui se sont établis dans la région, étaient des nomades en voie de sédentarisation.» Tidikelt D immenses terres tellement plates, que les premiers Zénètes qui nomadisaient dans la région, l ont comparée à la «paume de la main», Tidikelt dans leur langue. Tanezrouft Le grand désert (le désert des déserts), pays vide, vaste étendue totalement dépourvue de relief, d une horizontalité sans fin, que les Touareg ont traduit par le terme de Tanezrouft (le vide, le néant).

23

24 Bref Aperçu historique L'histoire de ces oasis, qui semble à priori tout à fait récente, est pourtant liée à la lointaine présence de l'homme depuis la nuit des temps, et qui a laissé ses traces indéniables de pierres taillées et polies. Depuis l'homme primitif avec ses fléchettes en pierre, jusqu'aux communautés musulmanes avec leurs kasbate rectangulaires, fortifiées et leurs précieux manuscrits, la région a vécu une longue histoire mouvementée, où l'homme médiéval en tant qu'acteur dynamique, a marqué de son empreinte la longue et houleuse histoire maghrébine.

25

26 Adrar 26 Préhistoire De nombreux vestiges et stations de silex et de pierres taillées, ont été découverts dans différents endroits à travers toute la région, témoignages de l ancienneté de la présence de l homme au Sahara, et d une activité humaine qui relève de la nuit des temps. En 1955 une équipe de chercheurs (L.Ballout, H.J. Hugot) a découvert dans le Tidikelt, aux abords du plateau du Tademaït (région d Aoulef), des vestiges d une race d hommes qui dominait toute l Afrique du Nord, il y a ans, que les archéologues désignent sous le terme de Captien (premier squelette découvert à Gafsa).

27 L Antiquité Les plus anciens témoignages évoqués par les historiens, remontent à la haute antiquité, au Vème siècle Av J.-C.; avec les récits de l historien grec Hérodote, qui raconte le voyage du groupe des Nazamons, traversant un pays sablonneux, avec des mares d eau bordées de palmeraies, et de villages habités par de petits hommes noirs, qu il dénomme les Ethiopici (visages noircis). Ces informations sommaires, seront complétées plus tard par des témoignages romains; Ptolémée qui décrit le pays du Guir (le fleuve Ger) qui traverse le lac Libya (Sebkha du Gourara), puis le lac Nigris (Sebkha de Tamentit), citant même quelques villages: Bunta (Bouda), Tokabat (Tsabit), Doundoun (Deldoul) qui étaient habités par une population noire sédentaire, asservie par des tribus berbères nomades, les Gétules (appellation romaine: Gaetulis). Cette époque des Gétules, anciens berbères nomades qui parcouraient le désert, est marquée par au moins deux migrations juives, et l édification de nombreuses acropoles, bâties au sommet de pitons rocheux, évitant les inondations fréquentes, et auxquelles on a attribué l appellation de Taourirt (masculin Aourir), désignation conservée jusqu à présent. La période antique s achève par l apparition et la progression vers le sud des Zénètes, qui dominent pratiquement toutes les régions Ouest de l Algérie, en procédant à l introduction du chameau. Les premiers Zénètes nomades, auraient occupé la région de Méguiden pour leur pâturages, et y auraient construis leurs premiers campements. Durant cette époque judéo-zénète, loin des troubles des occupations romaine et byzantine en Afrique de Nord, la région traverse une période de paix et de grande prospérité, avec la fondation de nombreux de villages, entourés de palmeraies verdoyantes, avec Tamentit qui s impose comme nouvelle métropole. Tout cela grâce à d ingénieuses techniques d irrigation, et les premières canalisations souterraines, utilisant efficacement des ressources hydrauliques déjà en nette diminution, devant permettre le développement d une activité agricole au sein des oasis, l édification de ksour ; ensemble d habitations regroupées et fortifiées. On assiste également à l introduction de l artisanat, et notamment la poterie, qui fait l objet de la multiplication des échanges, surtout avec les rives du Niger, jetant ainsi les bases du commerce transsaharien. R. BELLIL: Ksour et Saints du Gourara; C.N.R.P.H Adrar 27

28 Adrar 28 Le rôle de l'imam El Maghili dans la propagation de l Islam en Afrique La vie de l'imam Mohamed Ibn Abdelkrim El Maghili (909 h) pleine de labeur et d'activité, jalousement attachée au vécu de l'islam et des musulmans dans le monde, a été le noyau d'un mouvement de dialogue et de réforme réels dans la vie de tant de peuples et d'individus, et dont l'écho s'est vu étendre à travers et au-delà de son pays l'algérie à l'échelle arabe et africaine. A l'échelle arabe, à travers ses causeries avec les savants de son époque portant sur le débarquement des juifs dans le Touat et Tlemcen en Algérie, ainsi qu'en Tunisie et au Maroc et d'autres lieux. A l'échelle africaine, à travers ses échanges avec nombre de souverains des royaumes musulmans en Afrique de l'ouest (royaumes du Ghana, du Mali et du Songhaï) et les résultats auxquels ils ont abouti, contribuant ainsi manifestement à l'extension du mouvement islamique en Afrique d'une part, et la consolidation des liens affectifs et de coexistence entre le reste des religions et des nations d'autre part. l'imam a réussi grâce sa méthode de dialogue à se donner - de son vivant et même après sa mort - unetelle place avec laquelle son nom s'est lié chez les africains notamment au titre d'imam. Ses écrits sont devenus une école spirituelle ayant élevé tant de savants du continent. Il est ainsi devenu l'un des premiers à avoir soumis le savoir islamique en Afrique au dialogue et au débat, comme il a eu à corriger bon nombre de notions erronées dans l'esprit de la population. Pendant son bref séjour en Afrique, qui n'aura duré qu'une vingtaine d'années, L'Imam El Maghili a pu se mouvoir entre cités et villages africains éloignés et disséminés à travers tout l'ouest africain (Ahar, Takeda, Agadès - où il fonda la célèbre mosquée El Karama - Kachna, Kanô, Songhaï) il a eu pendant ce voyage à rencontrer et à échanger avec nombre de princes et de rois dans différentes sciences et domaines du savoir. L'arme du dialogue est celle-la même dont il usa durant son périple au pays du Soudan, ce fut là la clé de sa prédication dont il envoûta souverains et sujets, et par laquelle il réussit à fonder la principauté de la justice, de l'équité et de la vie de dignité à l'ombre de l'arbre de l'islam, et qui a fait que son nom soit resté dans les souvenirs des africains, ses écrits et lettres sont devenus l'une des principales sources des sciences islamiques et humaines dans les différents domaines de l'enseignement dans ces contrées. L'on peut dire que l'ensemble de ces dialogues qui ont eu lieu entre l'imam El Maghili et l'ensemble de ceux qu'il a rencontré en Afrique de l'ouest notamment nous donnent une image assez claire du progrès que la civilisation musulmane a pu atteindre dans ces contrées aux neuvième et dixième siècles de l'hégire. Elle reflète également le rôle prépondérant que les savants d'algérie en général et du Touat en particulier ont pu jouer dans l'enracinement des bases du message islamique et la soumission du savoir islamique au test de l'échange et de l'élargissement du débat scientifique pour qu'il englobe d'autres régions lointaines de ces contrées ayant fraichement connu l'islam.

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

INVITATION AU VOYAGE. Visages, paysages et plumages du sud marocain

INVITATION AU VOYAGE. Visages, paysages et plumages du sud marocain Nature et terroir scrl Place Communale 20c 6230- Pont-à-Celles Tel 071/84.54.80 Fax 071/84.54.84 Lic A 5312 INVITATION AU VOYAGE Maroc Visages, paysages et plumages du sud marocain Du 17 au 25 octobre

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois?

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? 1. Doc. 4 : Quelles régions de la Gaule romaine produit du vin au IIe siècle? Doc. 4. La production

Plus en détail

SUD MAROC. Circuit en 4x4 2 groupes : du 9 au 16 octobre 2014 du 12 au 19 octobre 2014

SUD MAROC. Circuit en 4x4 2 groupes : du 9 au 16 octobre 2014 du 12 au 19 octobre 2014 SUD MAROC Circuit en 4x4 2 groupes : du 9 au 16 octobre 2014 du 12 au 19 octobre 2014 Culture, art de vivre et rencontres, ce circuit dans le sud vient compléter le Maroc villes impériales. Venez découvrir

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

Désert et Montagne Maroc. Traversée chamelière désert du grand Sud d Oumjrane à Taouz Maroc

Désert et Montagne Maroc. Traversée chamelière désert du grand Sud d Oumjrane à Taouz Maroc Désert et Montagne Maroc Traversée chamelière désert du grand Sud d Oumjrane à Taouz Maroc Projet A 9 jours Date : Samedi 9 janvier au dimanche 17 janvier 2016 Difficulté : HHHH 4 à 5 heures de marche

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur Ce document a été élaboré avec la participation de Mr. Masmoudi Faiçal

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires -

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 209-214 Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Laboratoire dévaluation du Potentiel Energétique, Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie L ORIENT ANCIEN Sculptures du jardin de Babylone Roi de Mésopotamie I] L Ecriture pour compter et conter. Introduction : a) L Ecriture est née vers -3500, au milieu du IVème millénaire avant notre ère

Plus en détail

Master : Management Hôtelier et Touristique Séminaire : Géographie du tourisme

Master : Management Hôtelier et Touristique Séminaire : Géographie du tourisme Master : Management Hôtelier et Touristique Séminaire : Géographie du tourisme Casablanca : ville touristique Supervisé par : Le docteur professeur : Mâati Sadki Un travail élaboré par : BENHMIMOU Nabil

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA FRANÇAIS PROSPECTUS INTERNATIONAL LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA International LETHBRIDGE COLLEGE Lethbridge College, le plus important collège communautaire subventionné par l État, est ouvert depuis 1957.

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM)

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM) Club de Réflexion sur le Mali (CRM) En collaboration avec Enda Tiers Monde et Institut Panafricain de Stratégies (IPS) Organise le Forum sur la crise malienne et ses répercussions sur la stabilité, la

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Il y a longtemps, bien longtemps, vivait en plein cœur du Sahara, un petit garçon, appelé Béni. Oh! Rassurez-vous, il ne vivait pas seul dans cet

Il y a longtemps, bien longtemps, vivait en plein cœur du Sahara, un petit garçon, appelé Béni. Oh! Rassurez-vous, il ne vivait pas seul dans cet 2 2 Il y a longtemps, bien longtemps, vivait en plein cœur du Sahara, un petit garçon, appelé Béni. Oh! Rassurez-vous, il ne vivait pas seul dans cet immense désert de sable et de cailloux mais bien au

Plus en détail

Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Sousse... 5. Analyse descriptive... 6. 1. Infrastructure... 6. 1.1. Part des routes classées...

Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Sousse... 5. Analyse descriptive... 6. 1. Infrastructure... 6. 1.1. Part des routes classées... Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Sousse... 5 Analyse descriptive... 6 1. Infrastructure... 6 1.1. Part des routes classées... 6 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMNET RURAL SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION Communication

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

Alexandrie, métropole égyptienne

Alexandrie, métropole égyptienne Alexandrie, métropole égyptienne (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT) A la fin du XVIIIe siècle, lorsque Napoléon Bonaparte découvre la mythique cité antique fondée par Alexandre le Grand,

Plus en détail

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak NOTRE COMMUNE 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie Nom de la commune : Géderlak Siège, adresse: 6334 Géderlak, Kossuth u. 95 Téléphone/télécopie : +36 78/417058 Emplacement : a)

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes,

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, Introduction «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, d histoires insolites et de mystères inexplicables. Elle vous entrainera dans un chaos thématique prédéterminé afin de vous plonger dans

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Saida KACHI. Encadrant.uni : Mr A. IDELHAJ. Présenté par: Fidae EL BOURAISSI

Saida KACHI. Encadrant.uni : Mr A. IDELHAJ. Présenté par: Fidae EL BOURAISSI Mémoire microproject touristique professionnel: La valorisation des produits agricoles territoriaux et la création d un nouveau produit touristique «cas de création d un Restaurant Bio» Encadrant.uni :

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

ARTIS TRADING ALG a développé un réseau de partenaires dans toute l Algérie :

ARTIS TRADING ALG a développé un réseau de partenaires dans toute l Algérie : Présentation : ARTIS TRADING ALG s est donné comme objectif de proposer à ses clients une large gamme de produits de décoration issue de l art et l artisanat Algérien. Ainsi il regroupe les compétences

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat INSPECTION GENERALE DE L'EDUCATION NATIONALE Groupe Histoire Géographie SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE Service de l Enseignement Français PROGRAMMES D HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE CLASSE DE

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS Exposé établi par Mr MANSER Amor

Plus en détail

CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL)

CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL) CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL) M. KUPER, A. HAMMANI ET B. JAOUADI FIGURE 51 Atelier de restitution du projet

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention :

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L année 2013, pas encore terminée, nous a déjà réservé son lot de surprises : froid, humidité constante, pluies abondantes suivies, dans le

Plus en détail