CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL)"

Transcription

1 CONCEPTION PARTICIPATIVE D UN PROJET COLLECTIF D IRRIGATION LOCALISÉE DANS LE PÉRIMÈTRE DE PMH FOUM EL ANCER (BÉNI MELLAL) M. KUPER, A. HAMMANI ET B. JAOUADI FIGURE 51 Atelier de restitution du projet de Foum El Anceur Le présente article présente un travail qui a consisté en l élaboration d une démarche de conception participative pour un projet de reconversion collectif vers l irrigation localisée dans un périmètre de Petite et Moyenne Hydraulique traditionnel situé dans le Dir de Benimellal, plus précisément au bloc de Boukhalfen appartenant à Foum El Anceur, dans l attente d une éventuel généralisation vers les autres périmètres du PMH. L objectif principal est d associer étroitement des agriculteurs dans un processus itératif dans le but d identification des potentialités et des contraintes, d hiérarchisation et de prioritisation des problèmes soulevés, de définition de solutions concertées et de planification participative d un projet collectif d irrigation localisée. INTRODUCTION La région du Dir de Béni mellal est une zone à fort potentiel de productivité des arbres fruitiers notamment l olivier dont la plantation s est intensifiée ces dernières années, ce qui a accentué la demande en eau. Ainsi, l accroissement des besoins en eau agricole n a pas cessé de s amplifier et ne peut être assuré en l absence d une stratégie pour économiser l eau d irrigation. Face à cette situation où l eau devient un facteur de production limitant, la DPA et l ABHOER ont élaboré en concertation avec les AUEA et les agriculteurs du périmètre de Fariata une étude de faisabilité pour la reconversion collective à l irrigation localisée. Mais ce projet n a pas abouti à ses objectifs puisqu il a rencontré des positions différentes des agriculteurs, certains sont pour la reconversion collective au goutte à goutte, d autres sont contre l idée du projet. Dans ce contexte, notre Travail vient pour étudier cette problématique nommée. HTE N Mars

2 FIGURE 52 Démarche pour l accomgnement de la conception des projets collectifs Les enjeux du projet de reconversion collective à l irrigation localisée dans la PMH du DIR de Béni mellal entre les subventions de l état, le désaccord de certains agriculteurs et l accord des autres variables en fonction des degrés d intérêts de ces derniers envers l agriculture. Le travail réalisé s insère dans le cadre de la conception d une approche participative pour explorer la possibilité de la mise en place d un système collectif d irrigation localisée dans un périmètre de PMH traditionnel caractérisé par une diversité ethnique et une dominance des institutions coutumières telles que les droits d eaux, les tours d eau. Le travail a été réalisé chez un groupe d agriculteurs sur zone pilote de 110 Ha dans le bloc Boukhalfen situé à Foum El Anceur. En tant que Petite et Moyenne Hydraulique, la reconversion à l irrigation localisée dans le périmètre Foum El Anceur soulève les questions suivantes : Comment concevoir un projet technique adapté aux exigences des bénéficiaires par le biais d une démarche participative qui englobe la sensibilisation, la conception participative et le partage de la vision d amélioration et généralisation de la reconversion collective au goutte à goutte dans les autres périmètres du PMH au piedmont? Les objectifs du travail s articulent autour de 4 axes : Diagnostic du contexte technique, physique, agronomique et socioéconomique du périmètre de Foum El Anceur ; Collecte des données techniques pour pouvoir réaliser une conception adaptée au terrain ; Mettre en oeuvre une démarche de conception participative en concertation avec les agriculteurs à travers des allers et retour ; Formuler des recommandations pour la généralisation de cette conception dans les autres zones du PMH. MISE EN OEUVRE DE LA DÉMARCHE DE CONCEPTION Dans les périmètres de PMH en général et dans le périmètre de Foum El Anceur en particulier, le besoin d un système système d irrigation plus économe en eau se fait ressentir avec acuité pour les raisons suivantes : Le tour d eau long est de 10 jours Les spéculations du marché de l eau qui ont fait augmenter le fass (droit d eau) à plus que DH/année à Foum Elanceur ; La part d eau ne satisfaisant pas les besoins en eau d irrigation des exploitations surtout avec la pénurie d eau que connaît la plupart des périmètres de PMH marocains suite aux sécheresses successives. Le manque de la main d oeuvre qui s accentue de plus en plus avec l amplification du phénomène de l exode rural des jeunes et par conséquent l augmentation de son coût. L amélioration des revenues et du niveau de vie à travers l adoption de nouvelles cultures à grande valeur ajoutée. Le périmètre de Foum El Anceur pourrait être pris comme zone pilote de PMH traditionnelle pour la mise en oeuvre de projets collectifs de reconversion dans d autres PMH au Maroc. Une approche participative a été menée dans les différents secteurs concernés par le projet. Cette approche avait pour objectif la concertation 63 HTE N Mars 2012

3 et la sensibilisation des agriculteurs dans le projet sur son importance dans le contexte général de la zone. La démarche adoptée repose sur des méthodes de collecte de données et de l animation de groupes d agriculteurs dans le but d assurer une bonne appréciation des des problèmes, les propositions, des attentes, résultats et impacts d un projet de reconversion. Il s agit de faire ressortir les acquis, les contraintes et les propositions d amélioration (réalisations et résultats, impacts, problèmes rencontrés, approches aux projets et interventions des acteurs). La mise en oeuvre de l approche de conception participative est passée par plusieurs phases : La phase exploratoire avec construction d une démarche adaptée Des études bibliographiques sur des expériences de reconversion collective à l irrigation localisée ont été entreprises dans des contextes similaires de Foum El Anceur pour mieux appréhender ses dynamiques sociales et agricoles. Par la suite, une première visite de terrain a été organisée dans le but de réaliser un ensemble d entretiens avec tous les concernées par le projet en commençant par la DPA de Benimellal, le CT de Tagzirt, l ABHOER, l ORMVAT, la DPA, les AUEA existantes dans les périmètres du DIR (Ennasr, Aïn Fechtala, Amahyou) et les agriculteurs de chaque périmètre. Les principaux objectifs de ces entretiens peuvent être résumés comme suit : La prise de contact avec les concernés ; La sensibilisation des AUEA et des agriculteurs et autres intervenants ; L information sur le projet et la délimitation du ou des périmètres concernés par le projet ; L organisation de l ateliers de démarrage. Les discussions avec les acteurs concernés ont été menées moyennant un guide d entretien ou une fiche d anquêtes et ont concerné les aspects suivants : Les données sur l exploitation agricole (état civil des agriculteurs, le droit d eau, le tour d eau) ; Le patrimoine foncier et son exploitation dans la production agricole ; La gestion communautaire de l eau (gestion du réseau d irrigation, entretien du réseau existant, ) ; L adhésion des agriculteurs aux projets, leurs attentes du projet collectif de reconversion au goutte à goutte ; L avis sur le remembrement, les investissements à venir, etc. Diagnostic de la situation actuelle et compréhension du contexte technique et socio-économique Le travail réalisé dans cette phase était de consulter les agriculteurs et les AUEA pour dresser l inventaire de la situation actuelle de l agriculture et de l infrastructure existante de la zone du projet (Dir de Beni Mellal) pour dégager les potentialités, les facteurs favorables et les contraintes de la reconversion à l irrigation localisée. Ce diagnostic repose en premier lieu sur les caractéristiques sociales du périmètre, surtout avec l existence d un arsenal important d institutions traditionnelles de gestion de l eau et de règles coutumières régissant son utilisation (fasse d eau, Naibs, Oggog, tour d eau). A travers cet inventaire, les secteurs favorables à la conversion ont été sélectionnés. Au début le périmètre de Fariata a été choisi en raison de ses potentialités naturelles relatives à la terre et l eau (topographie, sol, ressource en eau, etc. ) mais avec l approfondissement de mes enquêtes, il a été constaté que le facteur humain constitue un vrai blocage du projet a Ain Fechtala. C est ainsi que le choix a porter sur le périmètre de Foum El ANceur. FIGURE 53 Mode de répartition de l eau dans le périmètre de Foum El Anceur HTE N Mars

4 Les contraintes et les opportunités de la reconversion on été obtenues à l aide d un questionnaire qui comporte l ensemble de détails suivants : L identification des exploitants ; Le patrimoine foncier ; Les équipements de l exploitation : matériels ; Les infrastructures d irrigation : puits, forages ; La production végétale : occupation des sols, la production et son destination, les techniques culturales ; La production animale : cheptel, production laitière et sa destination, aliment de bétails ; Les revenus externes à l exploitation ; Le prix de vente de l eau. La collecte des données techniques pour une conception adaptée au terrain Cette étape vient pour compléter la phase précédente, elle est indispensable à l élaboration d une conception participative de reconversion. Pour ce faire, des informations ont été collectées auprès de plusieurs organismes de la manière suivante : Les débits de l oued Boukhari Le périmètre est alimenté à partir des sources à travers l oued Boukhari. Ces débits ont été fournis par l Agence de Bassin Hydraulique de l Oum Er Rbia sur période de 40 ans. La moyenne annuelle des débits de l oued Boukhari est de 221 l/s. Plan parcellaire Les données topographiques (planimétriques et altimétriques) ont été obtenues du Cadastre de Beni Mellal. Ces données sont utilisées pour tracer le plan de parcellaire (54). FIGURE 54 Plan parcellaire du périmètre de Foum El Anceur 65 HTE N Mars 2012

5 Occupation des sols L assolement des cultures pratiquées dans le périmètre de Foum El Anceur et les données pédologiques ont été obtenus du CT de Tagzirt. Données climatiques Trois données climatiques des 3 stations les plus proches ont été utilisées : la station de Ouled Gnaou à Benimellal, la station de Tagzirt et celle de Tadla. Définition des principes de base pour la conception participative Après avoir rassemblé le maximum d informations socio-économiques et techniques relatives au périmètre Foum El Anceur, il a été procédé, en concertation avec les agriculteurs, à la définition des principes de base pour la conception participative à travers la validation du diagnostic effectué dans la phase précédente et en énumérant les contraintes majeures. A ce niveau, la majorité des agriculteurs ont insisté sur les points suivants : Prendre en considération les cultures souhaitées par les concernés au niveau de l arboriculture et au niveau des cultures intercalaires ( oliviers, agrumes, cultures maraichères) ; Implanter le nouveau réseau sous pression sur le même parcours des seguias existantes pour ne pas perturber le fonctionnement de l irrigation chez les personnes qui garderont toujours le système traditionnel pour le moment ; Prévoir des variantes pour le choix d emplacement des bassins en prenant en considération la topographie et la disponibilité du terrain (terrain de la commune, terrain d un autre agriculteur, etc.) pour optimiser les coûts d investissement et d exploitation ; Prévoir une station de filtration collective principale en tête et une deuxième s il le faut au niveau des parcelles ; Prévoir des stations de fertigation individuelles au niveau de parcelles adaptées aux conditions et pratiques de chaque agriculteur ; Placer des prises en tête des parcelles. Élaboration de la conception participative en l adaptant aux conditions spécifiques du PMH Suite aux attentes des agriculteurs et aux contraintes spécifiées dans la phase précédente, plusieurs variantes du tracé de réseaux collectifs et des bassins de stockage ont été conçues. La zone du projet qui s étale sur 110 ha a été subdivisée en quatre secteurs hydrauliques. Dans chaque secteur il est prévu d implanter une borne permettant une meilleure régulation de débit et de pression. Les critère de conception retenus pour les 3 variantes étudiées sont synthétisés dans le tableau 16. TABLE 16 Critères de conception du projet collectif de Foum El Anceur Secteur hydraulique Superficie (ha) Besoins en eau (m 3 /ha) Culture exigeante (m 3 /ha/mois) BE Total (m 3 /mois) Nb de jours d arrosage (jours) (jours) Temps d arrosage journalier (heures) (heures) Débit fictif d équipement l/s/ha de culture exigeante Aflidj Asmdy Asmdy El Khamsa Avec les critères de conception du tableau 16 le tour d eau d irrigation a été réduit de 10 à 2 jours au maximum et qui sera fonctionnel selon l ordre suivant avec un temps d arrosage maximal de 12 Heures : Asmdy 1 de 6H00 à 18H00 du premier jour irrigable avec la pompe de refoulement ; El Khamsa de 18H00 à 6H00 du premier jour irrigable sans pompe grâce à dénivelé naturel ; Asmdy 1 de 6H00 à 18H00 du deuxième jour ; Aflidj de 18H00 à 6H00 du deuxième jour ; L horaire choisi de 18H00 a 6H00 permet à l irrigant de faire la vérification de son installation au début et à la fin de l irrigation. De plus les secteurs qui seront irriguées pendant la nuit seront alternés avec les autres du jour et visversa. L ensemble des équipements projetés se présentent comme suit selon les trois variantes : Les bassins de stockage ; HTE N Mars

6 Les stations de refoulement ; Les conduites principales ; Les conduites secondaires ; Les conduites tertiaires ; Les stations collectives de filtration ; Les bornes ; Les prises ; Les équipements à la parcelle. FIGURE 55 Variante 1 du projet collectif de Foum El Anceur FIGURE 56 Variante 2 du projet collectif de Foum El Anceur 67 HTE N Mars 2012

7 FIGURE 57 Variante 3 du projet collectif de Foum El Anceur Étude technique des variantes possibles permettant une meilleur économie et valorisation de l eau Apres avoir tracé les différentes variantes possible du projet, on a procédé au dimensionnement des différents organes du projet en respectant les normes en vigueur. Le projet technique doit aboutir à la proposition des solutions palliatives à toutes les contraintes susceptibles d entraver l exécution du projet de reconversion mais doit en parallèle mettre les opportunités existantes au profit des agriculteurs. Le dimensionnement repose sur trois points principaux : Les attentes et aspirations des agriculteurs ; La bonne exploitation des caractéristiques naturelles propres au périmètre (nature du terrain et la ressource en eau) ; Les contraintes et opportunités qu offre le périmètre pour ce type de projet collectif ; Pour l étude de conception technique s est déroulée selon les étapes suivantes : Le calcul des besoins en eau en situation actuelle et projeté (tableau 17) ; Le calcul du débit potentiel de ressources en eau (tableau 18) ; TABLE 17 Besoins en eau des cultures du projet collectif de Foum El Anceur Mois S O N D J F M A M J J A Total Besoins bruts actuels , Besoins bruts avec projet ,8 0 0, Apports totaux Déficit actuel Déficit avec projet Déficit actuel (%) Déficit avec projet (%) HTE N Mars

8 Le calcul du débit fictif d équipement basé sur les besoins en eau des cultures les plus exigeantes en eau (les agrumes + les cultures maraichères comme cultures intercalaires). Le débit fictif continu est calculé pour un assolement moyen ; Le dimensionnement du réseau collectif par la formule de HazenWilliams puisqu il s agit d un Avant Projet Sommaire ; Le dimensionnement des bassins de stockage sur la base des besoins en eau des cultures, du cheptel et en prenant en considération l évaporation directe (tableau ) ; Le calcul de la HMT pour pouvoir dimensionner la station de refoulement (tableau 20) ; Le dimensionnelent de la station d filtration collectif : filtre à sable, filtre à tamis ; Le dimensionnement du réseau de la parcelle la plus défavorisée : Pour l olivier et les agrumes on utilisera des goutteurs de 4 l/h avec un écartement de 0.65 m entre goutteurs en rampe double, l écartement entre ligne d arbres varie d une plantation à l autre de 5 m à 7 m; Pour les cultures en plein champ, on utilisera des goutteurs de 2 l/h avec un écartement de 0.4 m entre goutteurs en rampe simple, l écartement entre ligne d arbre est égal à 1 m. Estimation du coût du projet (investissement, exploitation, entretien) le critère économique reste le facteur limitant pour la l acceptation ou le rejet d une variante dans la mesure où les agriculteurs craignent de dépasser le plafond préfixé de la subvention de l Etat pour le cas des projets de reconversion collectif. Pendant toutes les étapes de l étude technique, on a pris en considération le droit et tour d eau qui est l un des problèmes majeurs d une PMH traditionnelle qui risque de bloquer tout projet de modernisation du système d irrigation. TABLE 18 Ressources en eau pour le projet collectif de Foum El Anceur Apports potentiels au mois de pointe (m 3 ) Besoins bruts au mois de pointe (m 3 ) Tour d eau Besoin bruts mensuels périodes de 12 h soit 2 j TABLE 19 Caractéristique du bassin du projet collectif de Foum El Anceur N variantes Variante 1 Variante 2 Variante 3 Bassin 1 Bassin 2 Angle de talus du terrain bassin 45 o 45 o 45 o 45 o Longueur grande base A (m) Largeur grande base B (m) Longueur petite base a (m) Largeur petite base b (m) Tirant d eau (m) Hauteur revanche (m) Volume (m 3 ) Surface (m 2 )) HTE N Mars 2012

9 TABLE 20 HMT pour chaque secteur du projet collectif de Foum El Anceur El Khamsa Asmdy B2 Asmdy B2b Aflidj Débit du secteur )m 3 /h) Charge à l amont de la borne (m) Dénivellation entre pompe et borne (m) HMT (m) Rendement de pompe Puissance de la pompe (KW) Puissance de la pompe (CV ) Puissance de moteur (KW) L objectif était de trouver une solution qui ne mettra par les usagers dans une situation de changement brusque dans les points de vue. La proposition avait donc gardé le même principe du droit d eau mais n a changé que la forme de son exploition. Après avoir dimensionné les aménagements hydro agricoles, le coût du projet a été déterminé selon les étapes suivantes : Consulter des sociétés de fourniture et de pose de matériel d irrigation pour avoir les tarifs de prix applicables au Maroc ; Elaborer un avant-métré des aménagements à partir des plans déjà tracés et à travers lesquels l estimation sommaire du coût du projet a été faite puis comparer le coût estimé avec les montants permis par subventions de l Etat ; Les coûts des différentes composantes du projet sont résumés dans le tableau 20. FIGURE 58 coûts des différentes composantes du projet de Fooum El Anceur Nature d équipements montant (DH) Station de refoulement Bassins de stockages Filtration et de fertigation Réseaux collectifs Equipements à la parcelle Montant total Pour garantir la durabilité des équipements et aboutir à une meilleure valorisation et économie de l eau après la réalisation du projet, il était nécessaire de déterminer la part que doit payer chaque membre de l association pour sa participation aux frais relatifs à : L amortissement des frais d investissement du terrain pour bassin ; L amortissement du matériel de pompage de filtration et de fertigation ; Les frais de la main d oeuvre de gestion de la distribution de l eau (l aiguadier) Les frais d entretien et de la maintenance des équipements ; Les frais d énergie de refoulement A travers ce calcul, trois possibilités de cotisation sont proposées : Soit 2000 DH /agriculteurs /an et c est une solution qui ne prend pas en considération la différence de superficie irriguée ; Soit 700 DH /ha / an ; Soit 0.10 DH / m 3 consommé. Atelier de restitution en présence des agriculteurs pour la validation du projet Après l achèvement de l élaboration du projet technique, une autre rencontre avec les bénéficiaires est importante, elle doit être de préférable sous forme d atelier de restitution. Pour Foum El Anceur, nous avons organisé cette rencontre le 05/07/2011 en présence des agriculteurs des responsables de la DPA et des professionnels de l ORMVA Tadla. Dans cet atelier, les agriculteurs ont retenu la variante qu ils considèrent optimale pour leur projet qui est celle à deux bassins. L agriculteur ne va payer qu une différence de 2000 DH/ha y compris les aménagements collectifs et à la parcelle. La majorité des agriculteurs a été satisfaite et a déclaré qu elle est prête à payer jusqu à 5000 DH/ha. Les agriculteurs se sont donnés une semaine pour organiser leur première assemblée générale et commencer par la suite la procédure de préparation des dossiers de financement. HTE N Mars

Fonds de Developpement Agricole

Fonds de Developpement Agricole Fonds de Developpement Agricole Edition Avril 2013 Lancement par Sa Majesté Le Roi que Dieu l Assiste, le 10 novembre 2009 à Errachidia, du projet de développement de la filière dattes au Tafilalet. Une

Plus en détail

Etude d impact environnemental du projet de modernisation de la grande irrigation

Etude d impact environnemental du projet de modernisation de la grande irrigation PROJET UTF/MOR/038/MOR ASSISTANCE TECHNIQUE AU PROJET DE MODERNISATION DE LA GRANDE IRRIGATION Entre L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture-fao et Le Ministère de l'agriculture

Plus en détail

Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH Moulouya

Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH Moulouya Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Eau Canevas du Plan de Communication opérationnel ABH

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Congrès International sur l Assurance et la Réassurance des Risques Agricoles

Plus en détail

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1 Résumé La hausse continue du coût de l'énergie et la rareté de l'eau rendent plus complexe la gestion de l'eau dans les périmètres irrigués. Ainsi au cours des deux dernières décennies, le prix de l'énergie

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Système de Gestion Informatisée des. Exploitations Agricoles Irriguées avec Contrôle de l Eau

Système de Gestion Informatisée des. Exploitations Agricoles Irriguées avec Contrôle de l Eau MINISTERE DE L AGRICULTURE DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE DIRECTION DU GENIE RURAL PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES NATIONALES DE SUIVI DES RESSOURCES EN EAU AXE SUR LA GESTION DE L EAU AGRICOLE Système

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins Marrakech : 23-26 Mai 2005 1 SOMMAIRE -Introduction - Le potenteil hydrique:

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ INTERCONNEXION DES RESSOURCES VERDON/SAINT-CASSIEN POUR LA SÉCURISATION DE L ALIMENTATION EN EAU DE L EST VAROIS ET DE L OUEST DES ALPES-MARITIMES LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ TOURVES BRIGNOLES

Plus en détail

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX RECUPERATION D EAUX de PLUIE au JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX A quelques centaines de mètres de l historique «PONT de PIERRE» enjambant

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS Exposé établi par Mr MANSER Amor

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Elaboration participative des programmes communaux

Elaboration participative des programmes communaux Séminaire Elaboration participative des programmes communaux 29-29 Mars 2014 à Ain Draham Hôtel «Nour El Ain» Première journée : Vendredi 28 Mars Ain Draham Contexte général et objectifs : L Association

Plus en détail

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET ANNEXE 1-A UNOPS A. ETAT D EXECUTION DES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION DE SUPERVISION DU MOIS DE SECTION II : RECOMMA NDATIONS DE LA MISSION N. ET ACTIONS ENTREPRISES PAR LE PROJET RECOMMANDATIONS SITUATION

Plus en détail

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Termes de référence Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Programme : Programme de réforme et investissements dans le secteur de l eau

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité I. Informations Générales 1- Habitation Occupant Nom : Téléphone : Prénom :. E-mail :.. Complément d adresse :.. N : Voie : Code postal : Commune :.. Référence cadastrale : N plan :. Section :.. N :..

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes :

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes : ! "# $ %& ' ( Suite à l évolution urbaine qu a connue la région du Grand Tunis, les infrastructures actuelles d assainissement ne couvrent désormais plus les besoins, d où la nécessité de poser de nouvelles

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Appel d offres N 11/2013. Règlement de l appel d offres

Appel d offres N 11/2013. Règlement de l appel d offres Partenariat public privé autour des terres agricoles du domaine privé de l Etat Appel d offres N 11/2013 Règlement de l appel d offres 1/11 Article 1 : Objet de l appel d offres Dans le cadre de la circulaire

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Système d Information de l ABHOER

Système d Information de l ABHOER Système d Information de l ABHOER Le 21 Mars 2013 1 Plan de l exposé 1 Architecture Globale du SI 2 Infrastructure Informatique Cible 3 Sous Système d Information Technique Evolution et Architecture Cible

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

Guide de la documentation parcellaire

Guide de la documentation parcellaire Guide de la documentation parcellaire Agrar-Office AgroWIN Agrar-Office AgroWIN 0 200 m 0 200 m 40% 30% 20% 10% 0% Statistik gespeichert am 26.09.2007 Mittelwert 69,43 % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Legende [%]

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE - Circulaire

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMNET RURAL SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION Communication

Plus en détail

Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire

Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire Village de Lakoulé, Commune rurale de Koréra-Koré, Cercle de Nioro-du-Sahel, Mali Rapport d avancement n 4 au 20/08/2013 Ce rapport conclut la

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

RENCONTRE REFERENTS ENERGIE

RENCONTRE REFERENTS ENERGIE Exploitation et maîtrise de l énergie sur les systèmes d air comprimé Jeudi 07 mars 2013 Margarine Industrie Limited - Trianon Présentation Stratégie Energie Présentation étude menée à La Réunion par ADIR

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS)

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) 23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) Rabat (Maroc) du 04 au 07 décembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION (1/2) La description du 4 ème RNA; La méthodologie utilisée;

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE LE CONSEIL AGRICOLE : UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE SERVICE POUR LES AGRICULTEURS DOSSIER ROYAUME DU MAROC SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre 2011 SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre

Plus en détail

L archéologie préventive

L archéologie préventive L archéologie préventive Le code du patrimoine (livre V) : définit le patrimoine archéologique et l archéologie préventive, répartit les compétences entre les différents acteurs, décrit la mise en œuvre

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

Morocco WPM Watershed Protection and Management Task Order No. 814 under the BIOFOR IQC Contract No. LAG-I-00-99-00014-00

Morocco WPM Watershed Protection and Management Task Order No. 814 under the BIOFOR IQC Contract No. LAG-I-00-99-00014-00 Morocco WPM Watershed Protection and Management Task Order No. 814 under the BIOFOR IQC Contract No. LAG-I-00-99-00014-00 Mise en place d un système de Collecte, de Traitement et de Réutilisation des eaux

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

INFORMATIQUE : LOGICIELS TABLEUR ET GESTIONNAIRE DE BASES DE DONNEES

INFORMATIQUE : LOGICIELS TABLEUR ET GESTIONNAIRE DE BASES DE DONNEES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT PROJET : PROJET DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE INTEGRE (PDAI) DU NORD DE GAFSA PAYS : REPUBLIQUE DE TUNISIE RAPPORT D EVALUATION Equipe d évaluation Directeur sectoriel : M.

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Commune des Ponts-de-Martel le 8 avril 2014 Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Rapport à l appui d une demande de crédit de fr. 435 192.- permettant le changement des conduites d eau

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET INTRODUCTION L'objectif principal de SHELTER-AFRIQUE est la promotion de l'habitat en Afrique. Dans le but d'atteindre cet objectif, la Société travaille

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Point de vue et témoignage

Point de vue et témoignage (1) www.alternatives-rurales.org- Mars 2014 Point de vue et témoignage Les activités de la Coopération technique Belge (CTB) dans le domaine du développement agricole au Maroc : quelques enseignements

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail