Histoire de la Re-certification du personnel infirmier anesthésiste aux États-Unis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire de la Re-certification du personnel infirmier anesthésiste aux États-Unis"

Transcription

1 Histoire de la Re-certification du personnel infirmier anesthésiste aux États-Unis Susan Caulk (auteur de l'article) a été engagée en 1976 par l'american Association of Nurse Anesthetists (AANA) en tant que directrice pour le développement professionnel continu et la recertification. Elle a développé un programme de re-certification et les applications informatiques nécessaires. Susan a terminé ce travail en Elle est une pionnière dans ce domaine. Les critères de re-certification en cours de validité et décrits en détail ainsi que les renseignements connexes peuvent être téléchargés depuis les sites Web suivants: ou Notes sur la traduction Des concepts tels que la certification, la re-certification, l'enregistrement et l'octroi de licences ne sont pas connus en Suisse dans le même sens que dans le présent article. C'est pourquoi un glossaire explicatif * a été ajouté à la fin. La traduction de l'article sur l'histoire de la re-certification du personnel infirmier anesthésiste aux États-Unis ne correspond pas exactement à l'original. Il est raccourci, puisque l'article original et sa traduction en français seraient bien trop grands pour notre revue. Vous pouvez lire l'article original sur le site de la SIGA / FSIA. À la fin du texte original en anglais, vous trouverez une liste des publications de Susan Caulk. Traduction anglais-allemand: Marianne Riesen, enseignante pratique en anesthésie, hôpital Limmattal Spital-limmattal.ch Le début Dans les années 1960, l'association américaine des infirmières anesthésistes (AANA), d'autres organisations professionnelles de soins ainsi que la médecine relevaient une attention grandissante du public face à l'industrie de la santé. Plus important encore, le public a commencé à réaliser à quel point les prestations des soignants anesthésistes étaient délicates. Cela a conduit l' AANA à commencer à étudier les relations entre la formation continue, la re-certification et la compétence professionnelle *. Il s'ensuivit la prise de conscience que les bases scientifiques et technologiques des infirmières anesthésistes requièrent un niveau élevé de connaissances, de capacité de décision et de compétences. Le comité de formation de l'aana a été chargé d'élaborer la possibilité de plans de re-certification pour les membres. Il en a résulté un plan appelé "certification * d'excellence professionnelle." Ce fut le début du premier programme de formation continue volontaire de l'aana. Les membres avaient la possibilité de se procurer un certificat d'excellence professionnelle à intervalles réguliers de cinq ans. Les certificats se basaient sur un système de points qui permettait d'acquérir 100 points dans trois catégories. Dans la catégorie1, on pouvait acquérir des points pour l'expérience clinique actuelle. Dans la catégorie 2, des points étaient attribués lors de la participation à des congrès nationaux, à de la formation interne à l'hôpital et à la publication d'articles dans des revues scientifiques. Les points de la catégorie 3 pouvaient être acquis en accomplissant un service dans une institution nationale ou d'état (par exemple service militaire). Un grand nombre de membres ont profité de ce programme. Il s'est terminé en 1978 avec la mise en place du processus de recertification. Il a été estimé que chaque membre devrait développer sans cesse ses connaissances et ses compétences et que ceci devrait être prouvé. Le comité de formation d'alors était d'avis que le terme "re-certification" avait été mal compris par de nombreux membres à ce moment et a décidé de l'éliminer de la discussion sur la formation continue et du système de points. Le président de l'époque de la AANA, a déclaré: «De tous nos objectifs, celui de la formation continue est le plus urgent. Nous prévoyons un programme de formation continue basé sur une participation volontaire et nous espérons que les membres accepteront le défi de leur propre perfectionnement." Déjà à ce moment là, il était question de rendre le programme de formation continue obligatoire. Après une analyse détaillée de la situation, on y renonça, bien que le résultat final soit en faveur d'une obligation. D'autres groupes de la santé demandèrent des renseignements à l' AANA et commencèrent à créer des programmes similaires. L'AANA était fière de son rôle de pionnier. Dans les années 1970, deux évènements ont amené l' AANA à un changement dans la structure organisationnelle. Trois autorités (councils) furent formées. La re-certification et le processus de formation continue deviennent obligatoires. L'aspect juridique fut le premier défi. Les organisations

2 professionnelles ne sont plus autorisées à certifier et re-certifier leurs propres membres en raison de conflits d'intérêt. Cet état de fait concerne de nombreuses organisations et a conduit à la formation d'autorités alternatives de certification et de re-certification. Elles ont été séparées de leurs organisations professionnelles respectives. Le deuxième développement concerne le statut d'accréditation AANA. Pendant plus de vingt ans, l'aana a été l'organisme officiel d'accréditation des programmes de formation. Le Health Education and Welfare Department (HEW) des États-Unis a élaboré de nouveaux critères pour les autorités d'accréditation. Ces critères proviennent des tendances sociales, des lois et autres règlements du gouvernement. Pour les nouvelles tendances sociales il s'agit de l'autonomie, de la responsabilité envers le public, de l'absence de discrimination, de la protection des clients, des pratiques équitables et éthiques, de l'auto-évaluation et d'éviter les potentiels conflits d'intérêt. L'AANA a reçu une lettre de l'office américain de l'éducation (OE) avec la question de savoir comment elle entendait répondre aux nouveaux critères en tant qu'organisme d'accréditation. Il l'invitait à expliquer les éventuels conflits d'intérêts en tant qu'organisation professionnelle, à la fois pour l'accréditation des programmes de formation et pour mener à bien la re-certification. L'AANA aurait pu assumer ces fonctions pour avantager financièrement ses membres plutôt que dans le sens de l'intérêt public. Afin de satisfaire aux nouveaux critères pour les organismes d'accréditation, l'aana a formé un groupe de travail. Celui-ci dirigea le changement dans la structure organisationnelle et développa la base de ce qui devait séparer l'évaluation des compétences professionnelles des activités de l'aana. La planification dura plusieurs années. Les membres acceptèrent la restructuration proposée de l'aana et la création d'une autorité d'accréditation, de certification et de recertification. En 1975, l'aana se séparait des fonctions d'accréditation et de certification afin de se consacrer entièrement à sa responsabilité envers le public. Peu de temps après, les membres acceptaient une formation continue obligatoire et un programme de re-certification. A cette fin, il fallait une autorité pour exploiter l'administration du nouveau programme obligatoire. C'est ainsi que fut fondé le Council of Recertification of Nurse Anesthetists, en français le conseil de re-certification des infirmiers(ères) anesthésistes. La structure était la même que pour les autres autorités aux États-Unis. Le conseil de re-certification était autonome tant dans le domaine financier que dans ses prises de décisions. En 1978, l'aana soumit une nouvelle proposition de statuts, qui visait à une restructuration. Les membres l'acceptèrent. Ce changement séparait officiellement l'affiliation à l'aana du processus de re-certification. La re-certification devenait ainsi possible également pour les non-membres de AANA. L'intervalle pour la re-certification est fixé à deux ans. L'application de l'égalité des chances a donné à l'autorité nouvellement créée la garantie que les nouveaux critères étaient justes par rapport à toutes les infirmiers(ères) anesthésistes, qu'ils (elles) soient ou non membres de l'association. Les critères et les coûts étaient les mêmes pour tous. Afin d'assurer la conformité avec l'intérêt public, il était essentiel que les compétences de tous les soignants en anesthésie soient été évaluées. Les critères initiaux requéraient uniquement une taxe de re-certification, une preuve de la pratique clinique continue et la documentation de 40 points de crédit. Parce que la pratique clinique changeait, que de nouvelles lois d'état et fédérales voyaient le jour et que la pression du public à montrer la responsabilité augmentait, il a fallu quelques années avant que les critères soient standardisés. Les critères actuels Ci après, les catégories de re-certification actuelles sont brièvement décrites. Elles sont suivies

3 d'une courte discussion au sujet des divers ajouts, modifications et clarifications qui ont été faits pour prendre en compte la pratique clinique en constante évolution. Catégories de re-certification: afin de répondre aux différentes situations des candidats, on distingue deux catégories : complètes et intérimaires. La re-certification complète est accordée à ceux qui répondent à tous les critères de re-certification. La re-certification intérimaire a deux catégories, une provisoire et une conditionnelle. Cette catégorie sera attribuée à ceux qui, pour certaines raisons et pour une période de temps limitée, ne peuvent pas remplir les critères d'une re-certification complète. Re-certification conditionnelle: cette catégorie permet à l'autorité de re-certification d'appliquer les mêmes conditions que la chambre d'état des soins infirmiers. Ainsi l'autorité de re-certification n'est pas obligée procéder à une évaluation indépendante des compétences pour les soignants diplômés n'ayant qu'une certification conditionnelle. Les autorités manquent de ressources pour effectuer des évaluations de compétence indépendantes. Une licence conditionnelle en soins conduit à une re-certification conditionnelle en anesthésie. Re-certification provisoire: Au fil des ans, cinq types de re-certification provisoire se sont constitués. Habituellement, la re-certification provisoire est limitée à un an. Qu'elle soit prolongée dépend des circonstances. Les cinq catégories peut être lues in extenso dans la version anglaise (note du traducteur). 1. Re-certification provisoire - l'appréciation de la demande est toujours en suspens 2. Re-certification provisoire- l'accomplissement des normes pratique est toujours en suspens 3. Re-certification provisoire - un programme de réadaptation ou de traitement court encore 4. Re-certification provisoire- une période d'essai n'est toujours pas terminée. 5. Re-certification provisoire- des enquêtes disciplinaires et / ou juridiques sont en cours. Il peut être question aussi bien de re-certification conditionnelle que provisoire pour les infirmiers(ères) anesthésistes. Les deux formes seraient appropriées si un soignant en anesthésie ne remplit pas les exigences pratiques et a une licence limitée. 1. Abrogation de la re-certification. Les critères pour le retrait étaient: 1) incapacité à garder la licence en tant que spécialiste en soins infirmiers, 2) affection physique permanente qui entrave la pratique de l'anesthésie ou l'empêche, 3) incompétence, 4) abus d'alcool et de drogues, 5) condamnation à cause d'un méfait. Le retrait était automatique quand une personne perdait la licence de soins infirmiers. La certification initiale est délivrée par l'autorité de certification pour les soignants en anesthésie. Tous les candidats à la re-certification doivent déjà posséder une certification initiale. Les infirmiers(ères) anesthésistes nouvellement formés qui demandent la re-certification doivent satisfaire à toutes les exigences décrites dans les critères. Le personnel infirmier étranger qui souhaite travailler aux États-Unis ne peut pas demander de re-certification sans certification initiale. L'octroi d'une licence. Les demandeurs doivent documenter qu'ils possèdent une licence valide en tant que soignant diplômé ainsi qu'un permis pour tous les états dans lesquels ils travaillent comme infirmier(ère) anesthésiste. Pour ceux qui sont employés par le gouvernement, comme p.ex. l'armée, la licence peut être émise par n'importe quel état des États-Unis. Tant la licence en tant que soignant que celle d'advanced Practice Nurse (p.ex. Spécialiste en

4 anesthésie) doit être valide et d'indiquer la date d'expiration. Si les praticiens ont travaillé dans plus d'un État durant les deux années de re-certification, ils doivent présenter les documents de l'octroi de licence approprié dans chaque État. La formation continue. Il faut acquérir 40 points de crédit durant les deux ans du cycle de recertification. Si pour une raison quelconque, le temps de re-certification est plus court que deux ans, le demandeur doit quand même être en mesure de justifier 40 points de crédit. Tant le comité pour la formation continue que l'autorité de re-certification ont toujours été conscients de la relation entre l'offre de formation continue et la mise en évidence d'une compétence continue des infirmières et infirmiers en anesthésie. L'accomplissement de ces possibilités de formation mène à la re-certification. Les fournisseurs de formation doivent veiller à ce que le contenu de leurs programmes soit approprié à la re-certification. Au fil des ans, l'acceptation d'offres de formation spécifiques a été souvent discuté. Pour certains soignants en anesthésie, seules quelques offres bien définies devraient être obligatoires pour les crédits, par exemple les congrès nationaux. Pour d'autres il faudrait envisager des crédits également lors de cours avec enrichissement personnel (Tai Chi, yoga, utilisation de l'ordinateur). L'autorité de re-certification statua sur les demandes et décida de continuer à développer les connaissances, compétences et aptitudes en tant que soignant en anesthésie. Pratique. A l'origine l'autorité de re-certification demandait que la documentation de la pratique clinique soit autentifiée par la signature de l'employeur. On entendait par employeurs tous ceux qui employaient du personnel infirmier en anesthésie. Dans le cas des travailleurs indépendants il pouvait s'agir d'hôpitaux, cliniques ou autres lieux où les soignants accomplissaient leurs services en anesthésie. Ces indépendants pouvaient faire valider leur pratique avec la signature des administrateurs ou des chirurgiens avec lesquels ils avaient travaillé. En outre, l'autorité de re-certification devait créer des directives pour prendre en compte un chômage temporaire, par exemple lors de changements de travail ou lors de la reprise d'une formation. La preuve d'une activité clinique continue est considérée comme essentielle, parce que d'aucuns pensent qu'une longue absence de la pratique pourrait sensiblement affecter de manière négative la compétence pratique des infirmiers(ères) anesthésistes. Le fait qu'un soignant anesthésiste reste dans une relation de travail stable est considéré comme un indicateur supplémentaire qu'une tierce personne évalue l'expérience, la formation et les compétences et juge de manière adéquate. Au début le terme «continu» a été utilisé pour exclure les personnes qui ne travaillent éventuellement que deux week-ends par an. Cela était considéré comme insuffisant pour maintenir une expérience clinique et des compétences adéquates. Au fil du temps, le terme emploi a été remplacé par celui de pratique afin de tenir compte du fait que certains infirmiers(ères) anesthésistes travaillent de façon indépendante. Une fois de plus, c'est à cause de la confusion de nombreux praticiens sur le terme d'engagement «continu», que le critère a été modifié. Le nouveau critère oblige désormais les soignants à effectuer une pratique «substantielle» en anesthésie. Substantielle signifiant donner de la crédibilité à la pratique et éviter que des individus prétendent que deux ou trois jours par année seraient suffisants pour satisfaire aux exigences de re-certification. L'autorité de re-certification était d'avis que le terme "substantiel" est préférable à un nombre fixe d'heures de pratique, parce qu'ainsi la situation individuelle d'emploi de chaque infirmier(ère) anesthésiste est prise en compte. Un autre changement a été l'exigence que la pratique soit documentée de sorte que l'autorité de recertification ait à disposition les informations nécessaires sur l'accomplissement des exigences pratiques d'un candidat. La signature de l'employeur a été éliminée avec ce changement parce que les autorités recevaient maintenant toutes les informations nécessaires. Le dernier changement dans les objectifs de la pratique a abouti à la recommandation

5 supplémentaire que le temps de pratique minimum doit être d'au moins 850 heures / 2 ans. Il a également été exigé que les activités devaient être directement liées à la pratique de l'anesthésie ou avaient à faire avec l'amélioration de la pratique de l'anesthésie. Avant cette recommandation, les requérants devaient prouver qu'ils avaient été impliqués de manière substantielle dans la pratique de l'anesthésie au cours des deux dernières années avant la re-certification. Le terme «substantiel» n'étant pas été quantifié. Sans un objectif chiffré, il était toujours un peu subjectif de décider si un requérant avait été suffisamment impliqué dans la pratique. Au cours des dernières années, l'autorité de re-certification a reçu de nombreuses demandes de requérants et d'au moins une autorité de régulation concernant le terme «substantiel». Le chiffre du nombre d'heures minimales fut d'un grand intérêt. Avec le choix de quantifier les heures, l'autorité de re-certification a conclu que 1) les normes pratiques devraient avoir des critères objectifs et réalistes avec lesquels les autorités pourraient déterminer si un requérant a suffisamment de pratique pour garder un niveau de compétence adéquat ; 2) que les postulants à la re-certification avaient le droit d'être informés sur les directives générales au sujet du temps de pratique ; et que 3) les lignes directrices de pratique étaient suffisamment souples pour tenir compte de la pratique de chaque soignant. Cette variabilité de la pratique individuelle a abouti à une recommandation et non une obligation d'un minimum de 850 heures de pratique. La documentation de la pratique doit contenir le nom et l'adresse du lieu de travail, les périodes de temps durant lesquelles il a été travaillé à un certain endroit, les renseignements sur le plein temps ou le temps partiel, le nom de la personne de contact à la place de travail, la position du soignant en anesthésie, le numéro de téléphone et la ou les discipline(s) d'anesthésie. Certaines unités spéciales seront également mentionnées le cas échéant (8 heures par semaine ou plus en antalgie, en obstétrique, en chirurgie cardiaque ou en neurochirurgie par exemple). Certification des requérants: Aujourd'hui, les requérants doivent témoigner qu'au moment de la re-certification, ils ne souffrent d'aucune maladie mentale ou physique qui pourrait influer sur leur pratique de soignant anesthésiste. Ils doivent aussi attester qu'ils ne consomment ni drogues ni alcool, n'ont jamais été accusés d'un crime ou sont en cours de mise en accusation, et que leur licence de soins et leur certification en anesthésie n'ont jamais été limitées, rejetées ou retirées dans aucun État. Il ne doit pas y avoir de procédure en suspens ni aucune enquête en cours concernant la licence professionnelle. Il doit être attesté que les dossiers sont exacts et que le soignant a essentiellement travaillé en anesthésie durant les deux ans avant la re-certification. Il doit être attesté que les déclarations sont exactes et complètes au plus près de ses connaissances et de sa conscience. Une surveillance effective était difficile et a conduit l'autorité de re-certification à la conclusion que la seule approche réaliste était de permettre aux requérants de prouver qu'aucun trouble pouvant faire obstacle à la bonne pratique n'était présent. Le terme «abus» se réfère à l'influence de substance sur les compétences professionnelles pour effectuer une anesthésie adéquate. L'utilisation de ces substances dans le contexte social n'est pas définie comme abus. En ce qui concerne les ressources disponibles la seule solution pratique était la déclaration du requérant. La signature du demandeur confirmant la véracité des informations a été considérée comme une condition pour la re-certification. Une absence de signature conduisait au rejet de la re-certification. Les alcooliques et les toxicomanes sevrés étaient autorisés à signer s'ils étaient en suffisamment bonne santé pour permettre la pratique des anesthésies de la manière la plus sûre possible. Ces informations sur des handicaps mentaux ou physiques, ou des problèmes judiciaires sont nécessaires pour permettre à l'autorité d'évaluer s'il pourrait exister une restriction de la capacité de travail. Procédure administrative

6 Exploitation. Quelques années après la formation de l'autorité de re-certification, il fut suggéré que l'aana et les différentes autorités devraient envisager un accord formel écrit concernant le personnel administratif et ses services, les locaux de bureaux, l'équipement et l'entretien. L'infrastructure a été partiellement divisée pour éviter les doubles emplois et réduire les coûts. Un contrat de service entre l'aana et les autorités a été développé et sera révisé et ajusté chaque année. Procédures appropriées. Les critères devraient assurer les individus et les responsables de programmes de formation que leurs applications sont objectivement valables et ont été appliquées de manière cohérente. L'autorité a introduit un processus d'audience et d'appel donnant aux infirmiers(ères) anesthésistes le droit de contester les décisions et de demander un réexamen de la décision. L'intention de l'autorité était de donner à chaque soignant en anesthésie la possibilité de présenter de nouveaux faits ou arguments qui pourraient conduire à une décision différente. Cela donnait l'assurance que l'autorité avait fondé sa décision sur des procédures équitables. L'autorité de re-certification a élaboré les documents suivants: "Internal Guidelines for Responding to Complaints" (lignes directrices internes pour le traitement des plaintes) et "Guidelines in Determining the Procedure to Use when Considering Revocation of Recertification" (lignes directrices pour la détermination de la procédure à utiliser en cas de considération de révocation de la re-certification). Ces règlements entrent en jeu quand il s'agit de la compétence professionnelle. Par exemple lorsqu'un employeur ou une source externe informe qu'il existe des problèmes de compétences. Grâce aux directives, l'autorité peut enquêter sur la plainte de manière ciblée. Publications et recherches. La politique de l'autorité est de rendre publique le statut et la date de recertification. Par contre toutes les informations reçues pendant le processus de re-certification sont gardées confidentielles. L'autorité a également élaboré la politique qui l'autorise à étudier, évaluer et vérifier tous les faits qui soulèvent des questions au sujet de la re-certification. Procédure de révision des critères de re-certification. Cette partie a été ajoutée pour permettre un examen accéléré des critères nécessaire suite à l'évolution du droit fédéral, étatique ou local. Sinon toutes les modifications ou révisions des critères de re-certification doivent être publiées avant l'adoption et commentées par le demandeur. Modalités de travail et de confidentialité. Ces documents ont été créés pour les membres actuels et futurs de l'autorité de re-certification. En 1997, il a été décidé que tous les travaux qui ont été fait pour l'autorité de re-certification, même ceux des bénévoles, appartenaient à l'autorité. Ainsi tout le travail fait par les membres de l'autorité sur l'ordre des autorités appartient à l'autorité. Révisions des critères. Bien que les critères soient régulièrement modifiés et adaptés, rien n'avait été préparé pour les modifications prévues en L'autorité de re-certification proposa un changement des critères, qui établit une classification entre les actifs cliniques, les formateurs et les administrateurs. En même temps un nombre minimum d'heures de pratique fut introduit. Cela conduisit à plus de commentaires négatifs du personnel soignant anesthésiste que toutes les autres modifications avant. La séparation entre l'activité clinique et de formation n'était tout simplement pas faisable parce que beaucoup de personnel d'anesthésie naviguait entre les deux en alternance. Après un examen approfondi de tous les commentaires l'autorité a retiré les modifications proposées. Les normes professionnelles furent-elles soutenues et comment est-ce arrivé?

7 Le maintien de la compétence* des infirmiers(ères) anesthésistes a toujours été important pour l'autorité de re-certification. La philosophie derrière le processus de re-certification a été de donner une réponse à l'attente du public que les connaissances et les compétences des soignants en anesthésie soient bien maintenues et développées pendant toute la période d'activité professionnelle. Le processus de re-certification, avec son volet éducatif fort, a élevé le niveau professionnel. Le programme de formation a été approuvé par les conseils de surveillance des soins de l'état. Le programme a également été reconnu par le Centre d'accréditation des infirmières américaines (American Nurses Credentialing Center- ANCC). Une preuve supplémentaire de la réussite de la re-certification est qu'elle est une condition pour les infirmiers(ères) anesthésistes qui veulent être rémunérés pour leurs services par le programme Medicare du gouvernement. Les modalités de re-certification, basées sur les critères de l'autorité, est reconnue comme une règle dans la plupart des États. La plupart des employeurs exigent la documentation de la certification et de la re-certification à l'embauche. Les nouveaux soignants qualifiés en anesthésie ne peuvent pas pratiquer sans que l'employeur ait vu la documentation de la certification initiale. Le processus d'accréditation pour les hôpitaux par la Joint Commission on Accreditation of Healthcare Organizations (JACHO) (ou commission mixte sur l'accréditation des établissements de santé) exige que la documentation de la certification et de la re-certification des infirmières anesthésistes soit présente dans les dossiers des départements respectifs. Les soins d'anesthésie n'auraient pas survécu plus d'un siècle malgré les énormes défis si leurs compétences n'avaient pas été uniques. Il ne faisait aucun doute pour l'autorité de re-certification que les talents cliniques ne seraient pas suffisants pour l'avenir. L'autorité s'est assurée que la connaissance du système de santé publique, des actions politiques de santé au niveau de l'état et au niveau fédéral ainsi que l'implication au niveau local et institutionnel fasse partie du processus de re-certification. Ces facteurs furent considérés comme stratégiquement essentiels pour les infirmiers(ères) anesthésistes pour la survie et le développement de la profession. À ce jour, le signe le plus important de la réussite de la re-certification est qu'il n'y a aucune preuve que le processus de re-certification actuelle ne répond pas aux besoins des infirmiers(ères) anesthésistes, des organismes de règlementation et de financement et au public. Glossaire Accréditation

8 Dans l'enseignement supérieur surtout, mais aussi dans les formations professionnelles, l'accréditation a pour but de: 1. Assurer la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage afin de contribuer au développement de facultés; 2. Accroitre la mobilité des étudiants; 3. Améliorer la comparabilité internationale des diplômes (nota bene: l'accréditation en elle même ne garantit pas encore la reconnaissance internationale); 4. Faciliter l'orientation des étudiants, des employeurs et des hautes écoles au sujet des cursus Bachelor et Master nouvellement introduits; 5. Accroitre la transparence des cours (Wikipedia.com). Inscription L'inscription est un processus par lequel le nom d'un soignant formé ayant répondu à toutes les exigences et règlements est inscrit au registre et dans la classe de pratique. Par cette inscription, le soignant est habilité à exercer la profession. En Suisse, on obtient cette autorisation avec l'achèvement de la formation d'infirmier(ère). Il existe un numéro d'enregistrement du diplôme. Dans tous les pays anglo-saxons, l'enregistrement doit être répété régulièrement. Il n'est habituellement valable que3 ans environ. Licence Dans de nombreux pays anglo-saxons, il faut passer un nouvel examen après l'achèvement de la formation en soins infirmiers. Il peut être comparé à un examen d'état. C'est par exemple le cas en Australie et en Nouvelle-Zélande ainsi qu'aux États-Unis. Le soignant n'a le droit d'exercer sa profession qu'après avoir réussi cet examen. La licence doit être renouvelée régulièrement. Elle est payante et nécessite le plus souvent un certain nombre de crédits et une preuve d'un certain nombre d'heures de pratique. Avec la licence d'état, un pays assure à ses citoyens que la santé et la sécurité publiques sont correctement protégées. Certification Formation professionnelle : preuve d'un certain niveau de connaissances sur un produit ou un service qui doit généralement être certifié par un examen (Wikipedia.com). Après l'achèvement de la formation en anesthésie il faut réussir un examen de certification. C'est seulement à ce moment là que le soignant en anesthésie peut porter le titre de CRNA (Certified Registered Nurse Anesthetist). Une licence de soins infirmiers valide est toujours requise. Re-certification Preuve que le niveau de connaissance a été développé et que l'évolution au sein de la profession a été prise en compte. Compétence professionnelle En Suisse, on parle de développement professionnel continu (kontinuierlicher professioneller Weiterentwicklung-KPWE) pour les soins infirmiers en anesthésie.

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

Traité sur le droit des marques

Traité sur le droit des marques Base de données de l sur les textes législatifs Traité sur le droit des marques faits à Genève le 27 octobre 1994 LISTE DES ARTICLES Article premier : Expressions abrégées Article 2 : Marques auxquelles

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

FAQ pour utilisateurs

FAQ pour utilisateurs FAQ pour utilisateurs Table des matières 1. Qu'est-ce que Swissdec? 2 2. Quelles sont les attributions de Swissdec? 2 3. Quel avantage m'apporte Swissdec? 2 4. De quoi ai-je besoin? 2 5. Quel programme

Plus en détail

Principes directeurs. d'enregistrement de noms de domaine.swiss pour la période de lancement. .swiss/lp. en matière. 1 ère édition : 01.08.

Principes directeurs. d'enregistrement de noms de domaine.swiss pour la période de lancement. .swiss/lp. en matière. 1 ère édition : 01.08. Principes directeurs en matière d'enregistrement de noms de domaine.swiss pour la période de lancement 1 ère édition : 01.08.2015 Entrée en vigueur: 01.09.2015 Table des matières 1 Généralités... 3 1.1

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Lignes directrices de participation à l'initiative Orientation de carrière IFE

Lignes directrices de participation à l'initiative Orientation de carrière IFE Lignes directrices de participation à l'initiative Orientation de carrière IFE Direction des politiques et de l'innovation en matière de soins infirmiers, ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Plus en détail

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques 9 mai 01 Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques Le Conseil de faculté de la faculté des sciences économiques, vu les articles 6, al., lettre c et 70, al., de la

Plus en détail

TRAITEMENT DES ANOMALIES

TRAITEMENT DES ANOMALIES BELAC 3-04 Rev 3-2012 TRAITEMENT DES ANOMALIES Les dispositions générales du présent document doivent être complétées par les dispositions spécifiques d un document de la série BELAC 2-405, chaque fois

Plus en détail

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises UCvD 2010/06 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises: état des lieux 16/03/2010 1 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises Plan 1. Principe de l interdiction de la mise à disposition

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l'économie Service du commerce DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Directives OFEC. Sauvegarde et maintien de l'enregistrement des données d'état civil en cas de panne du système. Panne du système

Directives OFEC. Sauvegarde et maintien de l'enregistrement des données d'état civil en cas de panne du système. Panne du système Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit privé Office fédéral de l'état civil OFEC Directives OFEC Sauvegarde et maintien de l'enregistrement

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION, L INSCRIPTION ET LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS (R 11) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION,

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche de personnes handicapées

Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche de personnes handicapées CONFERENCE DES ORGANISATIONS FAITIERES DE L'AIDE PRIVEE AUX HANDICAPÉS Bürglistrasse 11 8002 Zurich Téléphone 01/201 58 26 Téléfax 01/202 23 77 DOK Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13 LSSSS Fonctions reliées à l'identification et à la certification des résidences privées pour aînés et de certaines ressources offrant de l'hébergement pour des clientèles vulnérables 346.0.1. Afin d'identifier

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité EN PRATIQUE Le médecinconseil de votre mutualité Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Isopix, Reporters www.mloz.be

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /...

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... Concernant le stagiaire: Nom : Prénom : Adresse : Date de naissance : Nationalité : Formation : Entre: Nom et adresse complète

Plus en détail

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE NON TITULAIRES Note d'information N 2012-32 du 18 juin 2012 AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES

LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES BELAC 2-305 Rev 4-2010 LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES Date de mise en application

Plus en détail

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP Date d application 1 er Mars 2012 Angle Avenue Kamal Zebdi et rue Dadi Secteur 21, Hay Riad-Rabat Tél.: (+212) 537 57 24 49/53 Fax: (+212) 537 71 17 73 URL : www.imanor.ma

Plus en détail

Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem.

Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem. COMMUNE DE VERLINGHEM Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ET DE SERVICES

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES Dans les articles 1 à 24 du présent règlement général, il faut entendre «section ou département directement rattaché à la Faculté» partout où il est

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE 1 LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 47, du 29 juin 2001 Délai référendaire: 20 août 2001 Loi promulguée par le Conseil d'etat le 22 août 2001 Entrée en vigueur

Plus en détail

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public Exigences pour la certification HERMES Règlement des examens de certification personnelle, version public Suivi des modifications, contrôle, approbation Version Date Description, remarque Nom ou rôle 2.0

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

1. définition. 2. Notification. 2.1. contenu?

1. définition. 2. Notification. 2.1. contenu? Cautionnement Cautionnement... 1 1. définition... 2 2. Notification... 2 2.1. contenu?... 2 2.2. Commentaires... 3 3. montant : 5%... 4 4. comment?... 4 4.1. Commentaires... 5 5. preuve... 6 5.1. acte

Plus en détail

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal.

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal. Par courriel Abteilung Leistungen@bag.admin.ch Office fédéral de la santé publique OFSP Division Prestations Schwarzenburgstrasse 165 3003 Berne Zurich, 3 octobre 2014 Consultation sur la révision partielle

Plus en détail

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien.

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien. Réponse de l Ordre national des pharmaciens de France au livre vert de la Commission européenne «Moderniser la directive sur les qualifications professionnelles COM/2011/367» Septembre 2011 Remarques préliminaires

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de DC- SMQ- 010 03/03/2013 V3 Page 1 sur 10 Dossier de candidature à retourner signé et accompagné des pièces demandées. Merci d en parapher chaque page. Joindre votre photo LE CANDIDAT : (Veuillez renseigner

Plus en détail

Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives. Annexe 4

Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives. Annexe 4 Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives Annexe 4 Table des matières 1 Objectif et contenu 3 2 Notions 3 2.1 Fournisseur... 3 2.2 Plateforme... 3 3 Exigences relatives à

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16085 FRA Québec, le : 17 janvier 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Auberge du Portage

Plus en détail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail Soumission au Comité permanent des ressources humaines du développement des compétences du développement social et de la condition des personnes handicapées (HUMA) Opportunités pour les Autochtones sur

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 ARRETE Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d'information relative à l'assurance ayant pour objet le remboursement

Plus en détail

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 CONVENTION D'ACCUEIL D'ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DANS LE CADRE DES STAGES D'ETUDES I. CONDITIONS GENERALES DE

Plus en détail

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1)

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) Modifications: L. 13 juillet 2001 (Mon. 4.VIII.2001) L. 24 décembre 2002

Plus en détail

Département de l'éducation, de la culture et des sports

Département de l'éducation, de la culture et des sports Département de l'éducation, de la culture et des sports Règlement concernant la formation de Designer dipl. ES, orientation Design de produit, spécialisation Objets horlogers Le conseiller d Etat, chef

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre R-20, r. 5 Règlement sur la délivrance des certificats de compétence Loi sur les relations du travail, la formation

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/15 O/Préambule Les décisions de certification,

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports)

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) MODIFICATIONS INTRODUITES PAR LA LOI N 2014-1104 DU 1 er OCTOBRE 2014 RELATIVE AUX TAXIS ET AUX VOITURES DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi ISBN 0-7778-5900-9 Approuvée par la CODP : le 19 juin 1996 (Veuillez prendre note que des révisions mineures ont été apportées en décembre

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

Du 1 avril 2013 au 31 mars 2014 DEMANDE D'ADMISSION/ FORMULAIRE D'INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE TRAVAILLEUR SOCIAL

Du 1 avril 2013 au 31 mars 2014 DEMANDE D'ADMISSION/ FORMULAIRE D'INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE TRAVAILLEUR SOCIAL er Du 1 avril 2013 au 31 mars 2014 DEMANDE D'ADMISSION/ FORMULAIRE D'INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE TRAVAILLEUR SOCIAL Étape 1 VOIR 015 Pour assurer le bon traitement de votre dossier, il

Plus en détail

Statuts Psychomotricité Suisse. Contenu. 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale

Statuts Psychomotricité Suisse. Contenu. 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale Statuts Psychomotricité Suisse 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale Contenu 1 Généralités 2 2 Membres 2 3 Organisation 4 4 Finances 9 5

Plus en détail

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Patronage: veb.ch, Société suisse des employés de commerce Règlement d examen Applicable

Plus en détail

UNION INTERPARLEMENTAIRE

UNION INTERPARLEMENTAIRE UNION INTERPARLEMENTAIRE 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) TELEPHONE (41.22) 919 41 50 - TELECOPIE (41.22) 919 41 60 - E-MAIL postbox@mail.ipu.org ADRESSE TELEGRAPHIQUE

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 BIS DU 27 FEVRIER 2008 ----------------------- Vu la loi du 5 décembre

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS 1 IMPORTANT A L APPROCHE DE VOS ASSEMBLEES GENERALES PENSEZ A METTRE A JOUR VOS STATUTS OU REGLEMENT INTERIEUR SELON LE CAS Les fondateurs d'une association peuvent avoir

Plus en détail

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire relatif à la circulation,

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE 1 - DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE I - Les titres de formation exigés

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Du 1 avril 2015 au 31 mars 2016 FORMULAIRE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE THÉRAPEUTE CONJUGAL ET FAMILIAL

Du 1 avril 2015 au 31 mars 2016 FORMULAIRE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE THÉRAPEUTE CONJUGAL ET FAMILIAL er Du 1 avril 2015 au 31 mars 2016 FORMULAIRE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES À TITRE DE THÉRAPEUTE CONJUGAL ET FAMILIAL Réservé à l'ordre Date de réception à l'otstcfq VOIR 015 Vérifiez l'exactitude

Plus en détail

Directive 1: Admission des participants

Directive 1: Admission des participants SIX Swiss Exchange SA Directive : Admission des participants du 7.07.04 Entrée en vigueur: 5.0.04 Directive : Admission des participants 5.0.04 Sommaire. But et fondement.... Admission en tant que participant....

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

Conditions Générales du RME

Conditions Générales du RME 1. Champ d application 1 2. Règlement RME 1 3. Prestations du RME 1 3.1 Généralités 1 3.2 Enregistrement 1 3.3 Liste des Méthodes 2 3.4 Conditions d Enregistrement 2 3.5 Demandes d enregistrement 2 3.6

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail