ÉVALUATION DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION DES RISQUES"

Transcription

1 CODES DE PRATIQUE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST ET DU NUNAVUT Conforme à la Loi sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest et à la Loi sur la sécurité du Nunavut, au Règlement sur la santé et la sécurité au travail des Territoires du Nord-Ouest, et au Règlement sur la santé et la sécurité au travail proposé au Nunavut ÉVALUATION DES RISQUES

2 CODE DE PRATIQUE ÉVALUATION DES RISQUES Territoires du Nord-Ouest wscc.nt.ca/fr Yellowknife Case postale 8888, 5022, 49 e rue Centre Square Mall, 5 e étage Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2R3 Téléphone : Sans frais : Télécopieur : Télécopieur sans frais : Inuvik Case postale 1188, 151, route Mackenzie Bâtiment Mack Travel, 3 e étage Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) X0E 0T0 Téléphone : Télécopieur : NUNAVUT wscc.nu.ca/fr Iqaluit Case postale 669, 2 e étage Bâtiment Qamutiq Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0 Téléphone : Sans frais : Télécopieur : Télécopieur sans frais : Services de prévention Sécurité au travail : Sécurité minière : Si vous désirez obtenir ce code de pratique dans une autre langue, veuillez communiquer avec nous.

3 AVANT-PROPOS La Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs (CSTIT) a élaboré ce Code de pratique de l industrie conformément aux paragraphes 18(3) et 18(4) de la Loi sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest et de la Loi sur la sécurité du Nunavut. Le présent code de pratique s applique à tous les lieux de travail assujettis à la Loi sur la sécurité et au Règlement général sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest, ainsi qu à la Loi sur la sécurité et au Règlement général sur la sécurité du Nunavut. Le code de pratique intitulé Évaluation des risques se rapporte aux articles 4 et 5 de la Loi sur la sécurité. Le présent code de pratique s applique à tous les lieux de travail assujettis à la Loi sur la sécurité et au Règlement sur la santé et la sécurité au travail des Territoires du Nord-Ouest. Le code de pratique intitulé Évaluation des risques se rapporte aux articles 4 et 5 de la Loi sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest et de la Loi sur la sécurité du Nunavut, ainsi qu aux articles 12 et 13 de la partie 3 du Règlement sur la santé et la sécurité au travail des Territoires du Nord-Ouest. Dans les Territoires du Nord-Ouest : Le présent code est conforme au Règlement sur la santé et la sécurité au travail (SST) en vigueur dans les Territoires du Nord-Ouest le 1 er juin 2015 et publié dans la Gazette des Territoires du Nord-Ouest. Au Nunavut, consultez le code intitulé Évaluation des risques publié le 30 mai Agent de sécurité en chef, CSTIT Avis de non-responsabilité La présente publication renvoie aux obligations légales relatives à l indemnisation des travailleurs, ainsi qu à la santé et la sécurité au travail, administrées par la Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs. Afin de respecter ces obligations légales, il convient de toujours consulter les lois les plus récentes. La présente publication peut traiter de lois qui ont été modifiées ou abrogées. Il est possible d obtenir des renseignements sur les lois les plus récentes sur les sites wscc.nt.ca/fr ou wscc.nu.ca/fr, ou en communiquant avec la CSTIT au

4

5 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 3 TABLE DES MATIÈRES... 5 QU EST-CE QU UN CODE DE PRATIQUE?... 6 DÉFINITIONS... 7 INTRODUCTION... 8 PREMIÈRE ÉTAPE : DÉCELER LES DANGERS LOIS, RÈGLEMENTS ET NORMES DEUXIÈME ÉTAPE : ANALYSER LES RISQUES TROISIÈME ÉTAPE : ÉLABORER DES MESURES DE MAÎTRISE DES DANGERS QUATRIÈME ÉTAPE : METTRE EN ŒUVRE LES MESURES DE MAÎTRISE DES DANGERS CINQUIÈME ÉTAPE : FAIRE LE SUIVI DES MESURES ET CONSIGNER LES RÉSULTATS RESSOURCES ET COORDONNÉES FORMULAIRES ET LISTES E VÉRIFICATION REMERCIEMENTS... 39

6 QU EST-CE QU UN CODE DE PRATIQUE? Les codes de pratique de la CSTIT fournissent des conseils pratiques permettant de remplir les exigences de sécurité établies par la Loi sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest, la Loi sur la sécurité du Nunavut et leur règlement. Conformément au paragraphe 18(3) de la Loi sur la sécurité des Territoires du Nord-Ouest et de la Loi sur la sécurité du Nunavut, «afin d offrir des conseils pratiques concernant les exigences contenues dans les dispositions de la présente loi ou des règlements, l agent de sécurité en chef peut approuver et établir les codes de pratique qu il estime convenables à cette fin». Les codes de pratique de la CSTIT s appliquent aux milieux de travail des Territoires du Nord- Ouest et du Nunavut. L agent de sécurité en chef approuve les codes de pratique devant être respectés par tous les intervenants en santé et en sécurité au travail (SST). Les codes de pratique entrent en vigueur dans chaque territoire le jour où ils sont publiés dans la Gazette des Territoires du Nord-Ouest et la Gazette du Nunavut. Les codes de pratique n ont pas la même valeur juridique que la Loi sur la sécurité et son règlement. Une personne ou un employeur ne peut faire l objet de poursuites pour avoir omis de se conformer à un code de pratique. Toutefois, dans le cadre d une action en justice en application de la Loi sur la sécurité et de son règlement, on pourra tenir compte du non-respect d un code de pratique pour déterminer si une personne ou un employeur a agi conformément à la loi. Sauf si une autre ligne de conduite permet d obtenir des résultats équivalents ou supérieurs en matière de santé et de sécurité au travail, les employeurs et les travailleurs sont tenus de respecter les codes de pratique de la CSTIT. Un code de pratique : Fournit des conseils pratiques; S adapte aux lieux de travail individuels; Peut servir d élément de preuve; Doit être respecté, à moins qu il existe une meilleure manière de faire. 6 Code de pratique Évaluation des risques

7 DÉFINITIONS Voici quelques définitions s appliquant au présent code : Ergonomie : connaissances intégrées dérivées des sciences sociales et techniques, mises en œuvre pour associer les emplois, systèmes, produits et milieux aux attributs mentaux et physiques des personnes concernées. Danger : toute situation, tout élément ou toute condition qui posent un risque de blessure ou de maladie professionnelle pour les personnes qui y sont exposées. Incident : une situation qui survient dans le cadre du travail et qui peut entraîner une blessure ou une maladie (y compris les accidents évités de justesse). Exigences prévues par la loi : exigences énoncées dans les lois, règlements et règlements administratifs fédéraux, provinciaux / territoriaux et municipaux et, s il y a lieu, dans les dispositions des ententes collectives d une organisation, en lien avec la santé et la sécurité. Système de gestion en santé et sécurité au travail (SGSST) : segment de la gestion globale d une organisation qui traite des risques pour la santé et la sécurité liés à ses activités. Organisme : une compagnie, exploitation, société, entreprise, institution ou association, ou un établissement, ou toute combinaison de ces derniers, qui possède son propre service de gestion. Un organisme peut être incorporé ou non, public ou privé. Équipement de protection individuelle (EPI) : la raison d être de l équipement de protection individuelle (EPI) est de créer une barrière protectrice entre le travailleur et les risques présents sur son lieu de travail. Cet équipement inclut notamment : les casques de sécurité, les gants résistants aux produits chimiques, les bottes de sécurité, les vêtements de protection individuelle, les lunettes de sécurité et les appareils de protection respiratoire. Procédure : une méthode documentée de réaliser une activité. Processus : ensemble d activités interreliées ou en interaction qui transforment les intrants en résultats. Registre : un document qui énonce les résultats obtenus ou constitue une preuve des activités réalisées. Risque : chance ou probabilité qu une personne subisse un préjudice ou des effets nocifs sur sa santé en cas d exposition à un danger. Toutes les définitions précédentes, excepté celles sur les dangers, les risques et l équipement de protection individuelle, ont été adaptées, avec l approbation de la CSA, de la norme CAN/CSA-Z1000-F06 (C2011) - Gestion de la santé et de la sécurité au travail, protégée par le droit d auteur de la CSA. Malgré l autorisation à utiliser ce matériel, le Groupe CSA ne pourra être tenu responsable de la manière dont ces renseignements sont présentés ou interprétés. 7 Code de pratique Évaluation des risques

8 INTRODUCTION CODE DE PRATIQUE SUR L ÉVALUATION DES RISQUES L évaluation des risques est le processus qui consiste à cerner et évaluer les dangers et les risques qu ils posent pour la santé et la sécurité des travailleurs, ainsi qu à trouver les moyens appropriés pour les éliminer ou les maîtriser. Cette évaluation fait partie intégrante de la culture de sécurité et du système de gestion de la sécurité d un organisme. La sensibilisation aux risques débute d abord par l orientation du travailleur lorsqu il commence à travailler, puis se poursuit sur une base quotidienne, selon les tâches spécifiques et les lieux de travail. Les travailleurs doivent être informés des dangers auxquels ils pourraient être confrontés, de même que des procédures et méthodes qui conviennent pour maîtriser ou limiter efficacement ces dangers. Le présent code de pratique présente des conseils pratiques sur la manière de gérer les risques et de prévenir les pertes potentielles associées aux dangers rencontrés sur le lieu de travail. L évaluation des risques est constituée de trois volets principaux : A. Décèlement des dangers B. Analyse des C. Maîtrise des 8 Code de pratique Évaluation des risques

9 LA DIFFÉRENCE ENTRE DANGER ET RISQUE Les termes «dangers» et «risques» sont parfois utilisés indifféremment. Bien que reliés entre eux, ils sont toutefois différents, comme établi par les deux définitions suivantes : Un danger désigne toute situation, tout élément ou toute condition qui pose un risque de blessure ou de maladie professionnelle pour les personnes qui y sont exposées. Un risque est la chance ou la probabilité qu une personne subisse un préjudice ou des effets nocifs pour sa santé en cas d exposition à un danger. Décèlement des dangers Découvrir ce qui peut exposer le travailleur à un risque de blessure ou de maladie. Analyse des risques Évaluer la probabilité qu un travailleur soit blessé s il est exposé aux dangers. Maîtrise des dangers Régler le problème en éliminant ou en atténuant les risques pour un travailleur en maîtrisant les dangers. 9 Code de pratique Évaluation des risques

10 PROCESSUS D ÉVALUATION DES RISQUES Quoi Il est nécessaire de procéder à une évaluation écrite qui s applique aux activités ou aux lieux de travail évalués. Cette évaluation doit énoncer les dangers présents sur le lieu de travail et préciser les méthodes utilisées pour les éliminer ou les maîtriser. Elle doit aussi comporter le nom de la personne qui l a réalisée, de même que la date à laquelle elle l a été. Où Une évaluation des risques doit être réalisée sur le lieu de travail par l entremise d une inspection des lieux et d une analyse des processus de travail et de l équipement. Qui Les employeurs sont tenus par la loi de mener une évaluation des risques, mais il est de la responsabilité conjointe des employeurs et des travailleurs de signaler les dangers potentiels pour la santé et la sécurité. Pourquoi L objectif d une évaluation des risques est de contribuer à l élaboration d un plan permettant de cerner les dangers, d évaluer les risques et de concevoir des mesures de maîtrise en fonction de la situation réelle propre à un lieu de travail. Quand Dans les lieux de travail où les activités et les conditions changent fréquemment, le superviseur ou l équipe de travail doit effectuer une évaluation des risques avant le début d un quart ou d une tâche. Dans le cas d un lieu où les opérations varient très peu, l employeur doit tout de même réévaluer les risques périodiquement pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs. Consulter la section de la page 30 pour obtenir des listes de contrôle et des formulaires à utiliser pour déceler les dangers et procéder aux évaluations des risques. 10 Code de pratique Évaluation des risques

11 LES CINQ ÉTAPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Première étape : Déceler les dangers Cinquième étape : Faire le suivi des mesures et consigner les résultats Deuxième étape : Analyser les risques Quatrième étape : Mettre en œuvre les mesures de maîtrise des dangers Troisième étape : Élaborer des mesures de maîtrise des dangers 11 Code de pratique Évaluation des risques

12 PREMIÈRE ÉTAPE: DÉCELER LES DANGERS COMMENT DÉCELER LES DANGERS Il est primordial de connaître les dangers propres à un lieu de travail, qu ils soient internes ou environnants. Un danger désigne toute situation, tout élément ou toute condition qui pose un risque de blessure ou de maladie professionnelle pour les personnes qui y sont exposées. Un risque est la chance ou la probabilité qu une personne subisse un préjudice ou des effets nocifs pour sa santé en cas d exposition à un danger. Méthodes pour déceler les dangers : Inspection : Marcher dans le lieu de travail et rechercher tout ce qui pourrait blesser un travailleur. Travail d équipe : Cerner les dangers potentiels avant le début d un quart de travail ou d une tâche. Collecte de renseignements : Inviter les employés et les représentants du Comité mixte de SST à formuler des commentaires. Revue des renseignements : Consulter les registres des accidents et des mauvais états de santé. Mise à jour du plan des installations : Désigner les zones problématiques sur un plan du lieu de travail. Éléments à prendre en considération lors du décèlement des dangers : Les types de dangers. Les aspects du lieu de travail : personnes, site ou environnement, matériaux, équipement. La législation : lois et règlements. Les normes de la CSA. Les lignes directrices et les codes de pratique. Les recommandations des fabricants et des fournisseurs. Les politiques et procédures du lieu de travail. Les rapports d inspection et d entretien. Important : Il est essentiel de tenir compte des dangers à long terme tels que l exposition à des niveaux de bruit élevés ou à des substances nocives, ainsi que les dangers pour la sécurité. Important : Il faut tenir compte des exigences particulières de certains employés tels que les jeunes travailleurs, les nouveaux employés, les femmes enceintes ou les personnes handicapées. Dangers spéciaux : Les employés peuvent parfois rencontrer des dangers spéciaux qui excèdent leur niveau d expérience, par exemple un poste de travail mal adapté, des produits chimiques 12 Code de pratique Évaluation des risques

13 spéciaux ou des matériaux dangereux ou radioactifs. Une expertise externe est alors être nécessaire pour évaluer les risques et maîtriser les dangers. DÉCÈLEMENT DES DANGERS : SCÉNARIO 1 Voici un exemple de la manière dont un superviseur amorce une évaluation des risques. Première étape : Déceler les dangers Le superviseur étudie les opérations de chargement dans un entrepôt. Il inspecte le lieu de travail, discute avec son équipe et recherche différents types de dangers. De plus, il tient compte des quatre aspects principaux du lieu de travail : les personnes, l environnement de travail, ainsi que les matériaux et l équipement utilisés. Le superviseur découvre un danger qui met en cause une travailleuse et une pièce d équipement. En effet, il existe une possibilité que la travailleuse perde le contrôle des fourches du chariot élévateur frontal pendant qu elle les ajuste aux fins de la manutention de matériaux. Une blessure grave au pied pourrait alors s ensuivre. Le superviseur consulte donc le règlement sur les chaussures et constate que l employeur a l obligation de veiller à ce que cette travailleuse porte les chaussures adéquates lorsqu il existe un risque de blessure par écrasement. ANALYSE Mesures de maîtrise à mettre en place : Mesures administratives et EPI HIÉRARCHIE DES MESURES DE MAÎTRISE Lieu de travail : Entrepôt Tâche : Ajustement des fourches du chariot élévateur frontal en vue de la manutention de matériaux. Danger : Perte de contrôle des fourches du chariot élévateur. Chute d une des fourches sur un pied. Règlement de SST des T. N.-O. : PARTIE 7 ÉQUIPEMENT DE PROTECTION INDIVIDUELLE Chaussures 100. (1) L employeur exige : a) que les travailleurs utilisent des chaussures convenables pour réduire au minimum tout risque associé au lieu de travail et à leur travail; b) que les travailleurs qui pourraient être vulnérables aux objets lourds ou aux chutes d objets ou qui pourraient marcher sur un objet tranchant utilisent des chaussures de sécurité approuvées. 13 Code de pratique Évaluation des risques

14 14 Code de pratique Évaluation des risques

15 TYPES DE DANGERS Il existe plusieurs types et formes de dangers. Les dangers visibles tels que les objets posés sur le plancher qui posent un risque de trébuchement. Les dangers invisibles tels que les émanations de produits chimiques qui peuvent provoquer une maladie ou un décès. Une condition telle que le travail dans un espace clos. Un comportement dangereux comme de se laisser distraire lors du transport de matériaux chauds ou dangereux. Dangers chimiques Découlent des produits chimiques sous toutes leurs formes, comme les gaz, les vapeurs et les liquides. Exemple : Les vapeurs provenant des gaz ou des émanations qui s échappent des métaux peuvent provoquer des problèmes respiratoires. Dangers biologiques Concernent les organismes ou substances toxiques produits par les organismes vivants, et qui peuvent être à l origine de maladies ou d infections attribuables à des bactéries, des virus ou de la moisissure. Exemple : Les personnes qui travaillent dans les hôpitaux peuvent être contaminées par un virus ou contracter une maladie si elles entrent en contact avec des fluides contaminés comme du sang parce qu elles ne portent pas un EPI adéquat ou qu elles ne respectent pas les pratiques de travail sécuritaires. Dangers mécaniques Comprennent les dangers posés par les pièces en mouvement comme les arbres tournants, les courroies, les lames et les scies. Exemple : Les travailleurs peuvent être blessés si leurs vêtements restent coincés dans un équipement en mouvement comme des courroies transporteuses. Dangers environnementaux Regroupent les dangers présentés par le milieu naturel et les conditions climatiques, tels que la pluie, la glace et la neige, et qui peuvent causer préjudice aux personnes, à l équipement et aux pratiques de travail (p. ex. le travail en isolement). Exemple : Le métal des grues utilisées dans des conditions de froid extrême est susceptible de se fragiliser et de craquer, ce qui peut entraîner des blessures ou provoquer le décès d un travailleur. Dangers posés par la manutention de matériaux Comprennent notamment la manutention manuelle comme le levage ou le déplacement d articles. Exemple : Les techniques de levage inadéquates sont une cause commune de blessures au dos. Dangers physiques Comprennent le bruit, la vibration, la chaleur, le froid et la radiation. Exemple : La perte d audition peut être attribuable au fait de travailler près d un équipement bruyant sans un accessoire de protection de l ouïe. Dangers reliés à l énergie Regroupent entre autres les dangers posés par la pression pneumatique ou hydraulique, la vapeur, la chaleur, l électricité et l énergie emmagasinée. Exemple : Le travail avec l électricité peut entraîner des blessures sérieuses ou même le décès, à moins que toutes les précautions adéquates ne soient prises et que le travailleur n ait reçu la formation nécessaire. Dangers liés aux pratiques de travail Il s agit des dangers présentés par les pratiques de travail non sécuritaires, comme l omission de se conformer au Système 15 Code de pratique Évaluation des risques

16 d information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT). Exemple : Un travailleur peut se brûler en manipulant des produits chimiques s il ne porte pas les vêtements appropriés (EPI). Dangers psychologiques Regroupent les mesures d organisation, de conception et de gestion du travail qui peuvent entraîner des préjudices psychologiques et avoir une répercussion sur le bien-être général d un travailleur. Il peut s agir de mauvaises conditions de travail, de harcèlement, de violence ou de surcharge de travail. Exemple : Les expériences traumatisantes peuvent être des sources de fatigue, de stress, de dépression, d incapacité à se concentrer et de maladie. Dangers ergonomiques Il s agit des dangers présentés par l aménagement d un lieu de travail lorsqu un emploi implique des tâches répétitives, l utilisation de la force et le maintien d une posture. Exemple : Les travailleurs peuvent souffrir de maux de dos en raison de meubles mal conçus. 16 Code de pratique Évaluation des risques

17 ASPECTS PRINCIPAUX DES LIEUX DE TRAVAIL Il existe, au sein de chaque milieu de travail, quatre aspects principaux à prendre en considération lors du décèlement des dangers : les personnes, le lieu et l environnement au sein desquels elles travaillent, les matériaux utilisés dans le cadre de leurs tâches, de même que l équipement et les outils utilisés. Toutes les zones du lieu de travail doivent être inspectées. Les personnes : doivent connaître leurs droits et responsabilités; doivent posséder les compétences et connaissances pour faire leur travail; doivent être capables de reconnaître les dangers; doivent recevoir la formation nécessaire pour leur permettre de faire leur travail en toute sécurité; doivent recevoir les renseignements et directives appropriés; doivent être en mesure, aussi bien sur le plan physique que sur le plan mental, de faire leur travail; Les matériaux : doivent être manipulés, utilisés, entreposés et jetés conformément à tous les règlements applicables (SIMDUT, etc.); Le lieu ou l environnement de travail : doit être propre et en ordre; peut être soumis à des températures extrêmes; peut être le théâtre de bruits ou de vibrations extrêmes; L équipement et les outils : doivent être en bonne condition; doivent être utilisés pour réaliser la tâche pour laquelle ils sont conçus; doivent être munis de tous leurs dispositifs de sécurité; doivent être utilisés de la manière appropriée; doivent être soulevés et déplacés grâce aux techniques appropriées. 17 Code de pratique Évaluation des risques

18 LOIS, RÈGLEMENTS ET NORMES Les gouvernements canadien, provinciaux et territoriaux mettent en place des lois afin d assurer la sécurité des travailleurs et des lieux de travail. Le non-respect de ces lois, soit par les employeurs ou les travailleurs, peut avoir de graves répercussions. Les principales lois afférentes à la santé et à la sécurité au travail dans les Territoires du Nord- Ouest et au Nunavut sont les suivantes : La Loi sur la sécurité et le Règlement sur la santé et la sécurité au travail des T. N.-O., ainsi que la Loi sur la sécurité et le Règlement sur la santé et la sécurité au travail du Nt La Loi sur la santé et la sécurité dans les mines et le Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines des T. N.-O., ainsi que la Loi sur la santé et la sécurité dans les mines et le Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines du Nt Le Code canadien du travail La Loi sur les normes d emploi des T. N.-O. et la Loi sur les normes du travail du Nt La Loi sur les droits de la personne des T. N.-O. et la Loi sur les droits de la personne du Nt Le Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), qui passera bientôt à la version SIMDUT 2015 Si aucune norme n est prescrite par la loi, il faut tenir compte d autres normes (comme celles de la CSA), lignes directrices, normes du fabricant, codes et procédures établies. La Loi sur la sécurité des T. N.-O. et son Règlement, de même que la Loi sur la sécurité du Nt et son Règlement énoncent les droits et responsabilités des employeurs et travailleurs. Chaque employeur doit mettre à la disposition de ses employés un exemplaire de la Loi sur la sécurité et de son Règlement, applicables au territoire où le travail est effectué, et veiller à ce que chaque travailleur comprenne comment cette législation s applique à son lieu de travail. Des exemplaires peuvent être obtenus à l adresse Territoires du Nord-Ouest Règlement sur la santé et la sécurité au travail Partie 3 OBLIGATIONS GÉNÉRALES Obligations générales des employeurs 12. En ce qui a trait au lieu de travail, l employeur : a) met en place et maintient des méthodes de travail et un environnement de travail qui assurent, dans la mesure du possible, la santé et la sécurité des travailleurs; b) prend des mesures pour que l utilisation, la manipulation, l entreposage et le transport des articles et des substances se fassent de manière à assurer la protection de la santé et la sécurité des travailleurs; c) fournit les renseignements, les directives, la formation et la supervision nécessaires pour assurer la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs; d) fournit et maintient un moyen d accès au lieu de travail et de sortie du lieu qui est sécuritaire. Obligations générales des travailleurs 13. En ce qui a trait au lieu de travail, le travailleur : (a) utilise les dispositifs de protection, le matériel de sécurité et l équipement de protection individuelle exigés par le présent règlement; (b) applique les pratiques de travail et procédures sécuritaires exigées par le présent règlement ou mises en place conformément au présent règlement. 18 Code de pratique Évaluation des risques

19 En vertu de la Loi sur la sécurité, le CSTIT met l accent sur la prévention des blessures. Les avantages associés à la prévention des pertes financières et environnementales ne constituent en aucun cas un facteur pris en compte dans le cadre de ce modèle d évaluation. DEUXIÈME ÉTAPE : ANALYSER LES RISQUES L objectif de cette analyse des risques est d estimer les risques associés aux dangers décelés grâce à l évaluation des risques. Pour ce faire, il faut déterminer le degré de probabilité et de gravité du risque. Le processus d analyse des risques facilite la prise de décision et la maîtrise des dangers décelés, de manière à assurer la santé et la sécurité des travailleurs. La personne qui réalise l analyse des risques doit connaître les tâches, l environnement de travail et les facteurs qui entrent en jeu. En effet, ces aspects peuvent entraîner la modification des dangers et des risques. Par conséquent, il est primordial que les renseignements utilisés dans le cadre de l analyse des risques soient recueillis à l endroit où se déroule le travail et près de la source du danger. Il existe plusieurs manières d analyser les risques. Chaque organisme met au point des outils et des systèmes de classement des risques et des dangers qui correspondent aux opérations et activités propres à leurs travailleurs. En voici quelques exemples : Field Level Risk Assessment (FLRA) (évaluation des risques sur le terrain), Job Hazard Assessment (JHA) (évaluation des risques professionnels), Pre-job Safety Instruction (PSI) (directives de sécurité préalables à un travail), Safe Task Observation Pre-assessment (STOP) (pré-évaluation pour un travail sécuritaire). Ces lignes directrices énoncent des manières d analyser les risques. Il existe aussi la possibilité d établir le niveau des risques en faisant appel à des principes et méthodes communément acceptés. NIVEAU DE RISQUE RISQUE = PROBABILITÉ X GRAVITÉ Le niveau de risque dépend de facteurs tels que LA FRÉQUENCE à laquelle une tâche est réalisée, la probabilité qu une blessure survienne et LA GRAVITÉ POTENTIELLE de la blessure. Pour évaluer tout cela, il suffit d accorder une valeur ou un chiffre à la probabilité qu un incident survienne et à la gravité de cet incident s il survient. Cette valeur ou ce chiffre est également appelé «conséquence». Certaines méthodes tiennent aussi compte de l exposition et de la fréquence à laquelle un travail est réalisé. L idée de base est que lorsque ces valeurs sont combinées dans une matrice, ou encore multipliées, elles permettent d obtenir une estimation 19 Code de pratique Évaluation des risques

20 du risque. Dans la pratique, ni la probabilité ni la gravité ne peuvent être estimées avec précision. CATÉGORIES DE RISQUES Élevé Moyen Faible En général, le niveau de risque est réparti entre trois catégories : Risque élevé Risque moyen Risque faible Peut entraîner des blessures graves ou le décès. Peut provoquer une invalidité temporaire ou une blessure entraînant un arrêt de travail. Peut entraîner des blessures nécessitant une aide médicale ou des mesures de premiers soins. Ce type d outil procure une méthode rapide pour évaluer une situation en vue d analyser les risques présents. Il permet de cerner les risques qui exigent davantage d attention ou une analyse des risques plus détaillée. Risque élevé Risque moyen Risque faible Réduire le niveau de risque avant le début de l activité. Réduire le niveau de risque aussi bas que possible. Surveiller le risque. La prise d une mesure pourrait être nécessaire. MATRICE DES RISQUES Les employeurs et les travailleurs peuvent utiliser une matrice des risques pour réaliser leur analyse. Cet outil augmente la visibilité d un risque donné et aide à prendre les décisions en lien avec la gestion. Il existe de nombreuses matrices des risques standards utilisées dans différents contextes. Chaque organisme peut devoir adapter une matrice ou en créer une nouvelle afin qu elle corresponde aux besoins particuliers de leur lieu de travail. MATRICE DES RISQUES CONSÉQUENCE PROBABILITÉ ou GRAVITÉ Probable Possible Improbable Critique Élevé Élevé Moyen Grave Élevé Moyen Faible Mineure Moyen Faible Faible 20 Code de pratique Évaluation des risques

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Le ministère du Travail renforce l application de la Loi sur la santé et

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Équipement de protection individuelle PROTECTION DES PIEDS

Équipement de protection individuelle PROTECTION DES PIEDS TERRITOIRES DU NORD-OUEST ET NUNAVUT CODES DE PRATIQUE Équipement de protection individuelle PROTECTION DES PIEDS SIÈGE SOCIAL Yellowknife BUREAUX RÉGIONAUX Iqaluit Inuvik SERVICES DE PRÉVENTION Avant-propos

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée :

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : «Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : En partenariat, entre l Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux et la Société Marocaine

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés.

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. INSPECTION PRÉVENTIVE DES LIEUX DE TRAVAIL 1. OBJECTIF Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. 2. ASPECT ET IMPACT Examiner

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta

Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta Ce document identifie les références spécifiques au Système d information sur

Plus en détail

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public.

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public. Section C CONSIGNES DE SÉCURITÉ ET AUTRES À L INTENTION DES PERSONNES NON MEMBRES DU PERSONNEL CN APPELÉES À TRAVAILLER SUR UNE EMPRISE FERROVIAIRE (L «EMPRISE CN») Introduction Le présent document décrit

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail

Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail Guide pour les employés travaillant seuls Version 1.0 Février 2012 Guide pour les employés travaillant seuls 1 Guide pour les employés travaillant

Plus en détail

La santé et la sécurité au. Bureau. Javellisant. Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

La santé et la sécurité au. Bureau. Javellisant. Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail La santé et la sécurité au Bureau Bureau Produit pourvitres Javellisant Nettoyant à toilette Nettoyant Attention à la marche Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Renseignements en cas d

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Participez aux ateliers de prévention de l UPA

Participez aux ateliers de prévention de l UPA , pièces se tiendront au cours EN Chaque année, des producteurs agricoles sont blessés par les pièces des machines agricoles. Tracteurs, moissonneuses-batteuses, presses à foin sont autant de machines

Plus en détail

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail.

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. (incluant les nouvelles réformes) * Formations - 2015 * Formations et services spécialisés en gestion des ressources

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE

NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté de médecine offre des services à tous les étudiants en médecine pour les

Plus en détail

Page 1 GUIDE DES POLITIQUES DE SANTÉ, SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT ENTREPRENEURS

Page 1 GUIDE DES POLITIQUES DE SANTÉ, SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT ENTREPRENEURS Page 1 GUIDE DES POLITIQUES DE SANTÉ, SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT ENTREPRENEURS HS-105-00(Fr) Rév. 3 12 janvier 2015 Page 2 Table des matières Table des matières 2 POLITIQUE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ 3 POLITIQUE

Plus en détail

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR Direction des ressources matérielles Adopté en comité de direction Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif... 1 2. Types de chute... 1 3. Les types de risque

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Électricité et autres sources d énergie

Électricité et autres sources d énergie Fiche technique #75 Électricité et autres sources d énergie Équipements et outils pneumatiques : dangers et mesures de prévention L utilisation de tout outil comporte des dangers, mais comparativement

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Vérification de la sécurité des données fiscales. Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005

Vérification de la sécurité des données fiscales. Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005 Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005 Division de la vérification et de l évaluation Mars 2005 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction...

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

S il vous plait, pas d accidents professionnels!

S il vous plait, pas d accidents professionnels! 22 fa chwis sen Prévention d accidents et protection de la santé S il vous plait, pas d accidents professionnels! De nombreux accidents surviennent lors de simples activités: en marchant, en montant les

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison.

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison. FICHE SIGNALÉTIQUE Produit fini SECTION 1 SUBSTANCE CHIMIQUE/IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE L ENTREPRISE Nom du produit fini : Savon Ivory (15157069) Identification de l entreprise : The Procter & Gamble

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Soulever et porter correctement une charge

Soulever et porter correctement une charge Soulever et porter correctement une charge Sommaire Cette brochure explique comment éviter de se surmener ou d avoir un accident en soulevant et en portant une charge. Le port et le levage d une charge

Plus en détail

Déclaration du promoteur de régime

Déclaration du promoteur de régime Déclaration du promoteur de régime mande de prestations d invalidité de longue durée mande d exonération des primes des garanties suivantes : Assurance vie de base ou facultative Décès et mutilation accidentels

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU. Inspections et politiques

LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU. Inspections et politiques LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU Inspections et politiques Le programme Actifs et en sécurité L initiative de prévention des blessures «Actifs et en sécurité» a été lancée par l Agence de la santé publique

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS, ET CHUTES donnent lieu à certaines des réclamations en

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque?

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Votre entrepreneur devrait avoir, ou peut facilement obtenir, un document de Travail sécuritaire NB qui indique qu

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Service de protection contre les incendies de Sherbrooke GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Réseau avertisseur incendie à 1 étape (ou bâtiment sans réseau avertisseur incendie)

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18

Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 DÉCEMBRE 2009 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 09-CA(AMT)-348

Plus en détail

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels L humain au cœur de l entreprise De l identification à la gestion des Risques Professionnels Petit déjeuner Conférence du 17 Mars 2009 Sommaire 1. IDER : Identification des Dangers et Évaluation des Risques

Plus en détail

Votre sécurité et le propane. Manipulez avec soin

Votre sécurité et le propane. Manipulez avec soin Votre sécurité et le propane Manipulez avec soin Le propane est une source d énergie pratique et sûre, à la condition de respecter certaines règles de sécurité élémentaires. Il est important de connaître

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Code : Politique 2.13 Date d entrée en vigueur : Le 30 avril 2007 Nombre de pages : 11 et annexe

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Outils et matériaux de construction

Outils et matériaux de construction Outils et matériaux de construction CON1010 Document d appui Ensemble d outils destinés aux enseignants du cours CON1010 2011 DONNÉES DE CATALOGAGE AVANT PUBLICATION (ALBERTA EDUCATION) Alberta. Alberta

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCSC OCTOBRE 2014 Nouvelle NCSC 4460, Rapports sur les autres éléments relevés dans le cadre d une mission d audit ou d examen : êtes-vous prêts? Le présent bulletin Alerte

Plus en détail

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les vail et quels ffre-t-il? Comment égorie de l entreprise? n la cotisation applicable ment établit-on les factures prise? Que faire si un travailleur ntracte une maladie attribuable ler d une décision concernant

Plus en détail

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance!

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance! NOM durée contexte contenu objectif cibles: QUIZZ 5 à 15 minutes formation / mise à disposition des artisans de passage à la CMAR / entreprise 8 quizz thématiques tester la connaissance des participants

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION MANUEL D UTILISATION Table des matières Sécurité du produit 3 Mesures de précautions 4 Exigences électriques 5 Dépannage 5 Caractéristiques de My Rotisserie 6 Caractéristiques de My Rotisserie 7 Diagramme

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de ses outils interactifs,

Plus en détail

TMS LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION. Lignes directrices de prévention des TMS pour l Ontario PARTIE 1 : TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

TMS LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION. Lignes directrices de prévention des TMS pour l Ontario PARTIE 1 : TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Série sur la prévention des troubles musculo-squelettiques du CONSEIL DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DE L ONTARIO LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION PARTIE 1 : Lignes directrices de prévention

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s):

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Technicien en informatique (centre de service) Soutien technique 316-TECINF001 316-TECINF012 Titre de la direction

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS Règlement 22(1) La demande de licence pour fournir et offrir des services de garderie familiale comporte les éléments suivants : (b.1) une copie du code de conduite

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL... 2 Identification de risques... 3 Contrôle des installations sanitaires... 3 Contrôle des équipements de protection. 3 Evaluation des risques...

Plus en détail

Services de gestion des problèmes de santé liés au travail

Services de gestion des problèmes de santé liés au travail Services de gestion des problèmes de santé liés au travail des absences liées à une blessure professionnelle pour de meilleurs résultats Assurance collective La sécurité et la productivité des employés

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage DOSSIER PRATIQUE BTP Evaluation des risques professionnels EDITIONS TISSOT Textes à jour au 1 er septembre 2006 Plan général de l ouvrage 1 re partie : A propos d évaluation des risques... 101 2 e partie

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION G-121 LA RADIOPROTECTION DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT, DE SANTÉ ET DE RECHERCHE Publie par la Commission de controle de l'energie atomique Mai 2000 Commission

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Vérification de suivi sur la mise en œuvre des plans d action découlant de l examen des sources-étalons

Vérification de suivi sur la mise en œuvre des plans d action découlant de l examen des sources-étalons Vérification de suivi sur la mise en œuvre des plans d action découlant de l examen des sources-étalons Vérification de suivi sur la mise en œuvre des plans d action découlant de l examen des sources-étalons

Plus en détail

Outil de calage de talon de pneu

Outil de calage de talon de pneu 655 EISENHOWER DRIVE OWATONNA, MN 55060, ÉTATS-UNIS TÉLÉPHONE : (507) 455-7000 SERVICE TECH. : (800) 533-6127 TÉLÉCOPIEUR : (800) 955-8329 ENTRÉE DE COMMANDES : (800) 533-6127 TÉLÉCOPIEUR : (800) 283-8665

Plus en détail

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Elise Ledoux Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail Colloque 2013 Santé et sécurité du travail

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail