MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS"

Transcription

1 MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er juin 2009

2 2 ANALYSE COMPARATIVE DE LA LEGISLATION EN MATIERE DE JUSTICE DES MINEURS METTANT EN EVIDENCE LES ORIENTATIONS EN TERMES DE PROTECTION ET DE REPRESSION SUR LA PERIODE LE CAS DU JAPON I. LE PRINCIPE EDUCATIF II. LE DROIT PENAL DES MINEURS A. LE CHAMP D'APPLICATION DU DROIT PENAL DES MINEURS 1. L'AGE DE LA MAJORITE PENALE 2. L'AGE DE LA RESPONSABILITE PENALE 3. LE DISCERNEMENT, CONDITION DE L'APPLICATION DES SANCTIONS PENALES STRICTO SENSU B. LES PEINES ET LES MESURES EDUCATIVES 1. LES PEINES 2. LES MESURES EDUCATIVES 3. L ARTICULATION ENTRE LES MESURES EDUCATIVES ET LES PEINES, ENTRE LE TRIBUNAL DE LA FAMILLE ET LE TRIBUNAL PENAL 4. L EXECUTION DES MESURES ET DES PEINES

3 3 TEXTES LEGISLATIFS CITES Code pénal des mineurs («Syônen-hô») du 15 juillet 1948, entré en vigueur le 1 er janvier 1949 Code pénal, «Keihô», du 24 avril 2007, entré en vigueur le 1 er octobre GENGO=H&H_NO_YEAR=&H_NO_TYPE=2&H_NO_NO=&H_FILE_NAME=M 40HO045&H_RYAKU=1&H_CTG=1&H_YOMI_GUN=1&H_CTG_GUN=1 Code de procédure pénale du 10 juillet 1948, entré en vigueur le 1 er janvier &H_NAME_YOMI=%82%a0&H_NO_GENGO=H&H_NO_YEAR=&H_NO_TY PE=2&H_NO_NO=&H_FILE_NAME=S23HO131&H_RYAKU=1&H_CTG=1&H_ YOMI_GUN=1&H_CTG_GUN=1 OMI=%82%a0&H_NO_GENGO=H&H_NO_YEAR=&H_NO_TYPE=2&H_NO_N O=&H_FILE_NAME=S23HO168&H_RYAKU=1&H_CTG=1&H_YOMI_GUN=1& H_CTG_GUN=1 Loi relative aux établissements pour l exécution des mesures éducatives, «Shônenin-hô» Loi dite de réhabilitation «Kôseihogo-hô» du 15 juin 2007, entrée en vigueur le 1 er juin Loi relative aux établissements pénitentiaires «Keiji-shisetu-hisyûyousyasyogû-hô» du 25 mai 2005, entrée en vigueur le 24 mai b%90%dd&H_NAME_YOMI=%82%a0&H_NO_GENGO=H&H_NO_YEAR=&H _NO_TYPE=2&H_NO_NO=&H_FILE_NAME=H17HO050&H_RYAKU=1&H_CT G=1&H_YOMI_GUN=1&H_CTG_GUN=1

4 4 I. LE PRINCIPE EDUCATIF Le droit pénal des mineurs a pour fondement le principe de la protection de l enfance qui, bien qu absent de la Constitution de 1948, est affirmé par l article premier du Code pénal des mineurs de 1948 («Syônen-hô») 1. Une série de trois réformes législatives sont intervenues en 2000, 2007 et De caractère répressif, ces réformes n'ont pas remis fondamentalement en cause le principe majeur de primauté des mesures éducatives à l'égard des mineurs. Néanmoins, dès 2000, le choix «protectionnel» a enregistré un relatif recul, sur quatre points. Premièrement, le Parlement a abaissé à 14 ans l'âge à partir duquel les poursuites pénales peuvent être engagées contre des mineurs. En effet, bien que l'article 41 du Code pénal japonais fixait l'âge de la responsabilité pénale à 14 ans, le Code des mineurs interdisait au parquet de faire comparaître un mineur de 16 ans devant le tribunal pénal. Autrement dit, il y avait 2 ans de décalage entre l âge de la responsabilité pénale selon le Code pénal et l âge rendant possible la poursuite par le parquet selon le Code des mineurs. Si bien que les mineurs de 16 ans ne pouvaient se voir appliquer de peine pénale au sens strict et ce malgré l'article 41 du code pénal. Ce «laxisme» avait été fortement désapprouvé par l opinion publique à l'occasion d'un certain nombre d'affaires criminelles de grande violence attribuées à des jeunes âgés de 14 et 15 ans, largement médiatisées. La réforme de 2000 résout donc le problème des 2 ans de décalage entre le Code pénal et le Code pénal des mineurs. Il est désormais possible, tout de moins en théorie, qu'un collégien se trouve incarcéré. La pratique judiciaire montre que les infractions graves commises par des jeunes de 14 à 16 ans sont rares. Au total, 3 mineurs seulement ont été poursuivis par le parquet sur une période de 3 ans : un mineur avait été poursuivi pour cambriolage et viol commis en association avec un majeur et deux autres pour blessures volontaires ayant entraîné la mort. Nous pouvons donc conclure que l'application de la réforme reste limitée. Deuxièmement, la réforme marque un certain recul du principe de la primauté des mesures éducatives, s'agissant des infractions commises intentionnellement et ayant entraîné la mort. Le tribunal de la famille doit désormais renvoyer obligatoirement les mineurs auteurs de telles infractions au parquet, sauf lorsque la mesure punitive n'est pas convenable vu les 1 GENGO=H&H_NO_YEAR=&H_NO_TYPE=2&H_NO_NO=&H_FILE_NAME=S23HO168&H_RYAKU=1 &H_CTG=1&H_YOMI_GUN=1&H_CTG_GUN=1

5 5 motivations et les circonstances du fait, la personnalité, l'âge et le comportement habituel du mineur. Autrement dit, si avant la réforme, le principe était celui des mesures éducatives applicables par le tribunal de la famille et l'exception les poursuites pénales par le Parquet, après la réforme, l'inverse devient de mise et pour les infractions citées. Troisièmement, l'admonestation des parents du mineur délinquant par le juge des enfants est désormais inscrite dans la loi. Mais il ne s'agit là que de la légitimation d'une pratique largement acquise. Enfin, quatrièmement, la réforme introduit la collégialité du tribunal de la famille et rend obligatoire la présence du parquet.

6 6 II. LE DROIT PENAL DES MINEURS A. LE CHAMP D'APPLICATION DU DROIT PENAL DES MINEURS 1. L'AGE DE LA MAJORITE PENALE Au Japon, depuis la fin de 19 e siècle, l âge de la majorité pénale et civile est fixé à 20 ans. Avant cet âge, on n a même pas de droit de vote. Récemment, le gouvernement commence à proposer l abaissement de l âge de la majorité à 18 ans, comme dans la plupart des pays occidentaux, mais l opinion publique reste pour l'instant favorable au système traditionnel. 2. L'AGE DE LA RESPONSABILITE PENALE L'article 41 du Code pénal japonais fixe l'âge de la responsabilité pénale à 14 ans. Comme nous venons de le voir, en pratique, ce seuil d'âge se trouvait relevé à 16 ans en vertu des dispositions du Code des mineurs qui interdisait les poursuites pénales par le Parquet en dessous de cet âge. Depuis la réforme du système pénal de 2000, l'application des dispositions du code pénal n'est plus entravée, tout de moins en théorie. 3. LE DISCERNEMENT, CONDITION DE L'APPLICATION DES SANCTIONS PENALES STRICTO SENSU Au Japon, comme en France, le discernement est exigé pour sanctionner pénalement autant les majeurs que les mineurs. Toute personne de moins 14 ans est présumée irresponsable pénalement en raison de l absence du discernement, en application de l article 41 du Code pénal. Lorsqu une peine pénale est applicable à un mineur, on prend encore en compte sa capacité pénale ou autrement dit sa capacité à tirer bénéfice de la sanction, pour décider de la nature et de la gravité de la peine. B. LES PEINES ET LES MESURES EDUCATIVES 1. LES PEINES Comme nous l avons vu, les sanctions pénales s appliquent aux mineurs à partir de l âge de 14 ans, tout en étant automatiquement diminuées selon les dispositions du Code pénal des mineurs. Ainsi, une peine de mort devient une peine d emprisonnement à perpétuité (al. 1 er, art. 51, Code pénal des mineurs) et la peine d emprisonnement à perpétuité est abaissée à la peine d emprisonnement de 10 ans à 15 ans (al. 2, art. 51, même Code).

7 7 Par ailleurs, le régime de la semi-liberté n existe pas au Japon, les mineurs condamnés à une peine d emprisonnement ne peuvent pas en bénéficier. 2. LES MESURES EDUCATIVES Les mesures éducatives s appliquent aux jeunes délinquants de moins de 20 ans (art. 2, al. 1 er ; art. 19, al. 2, Code pénal des mineurs). Aucun âge minimum n est prévu par la loi, mais en pratique on ne rencontre pas de mesure éducative avant l âge de 10 ans. En revanche, lorsque la mesure éducative est prise en tant que réponse à la commission d une infraction, elle ne peut être appliquée qu à un mineur ayant atteint l âge de la responsabilité pénale (14 ans). En ce qui concerne le contenu de la mesure éducative, le système japonais (art. 24, al. 1 er, Code pénal des mineurs) pratique: la liberté surveillée et le placement en établissement pour mineurs âgés de 14 à 20 ans. Le mineur qui reçoit une mesure de liberté surveillée reste dans son milieu de vie habituel mais doit respecter les conditions et exécuter les obligations fixées par le tribunal. Sont généralement prévus des travaux d intérêt collectif, (par exemple, entretien d un parc) le suivi de cours de resocialisation ou une activité réparatrice au bénéfice de la victime. La mesure de placement dans le centre éducatif est généralement d une durée environ 10 semaines. Le plus souvent, le mineur travaille à l extérieur dans la journée et rentre le soir au centre pour y passer la nuit. Les établissements dans lesquels s exécutent les mesures éducatives sont régis par une loi spéciale «Shônenin-hô» L ARTICULATION ENTRE LES MESURES EDUCATIVES ET LES PEINES, ENTRE LE TRIBUNAL DE LA FAMILLE ET LE TRIBUNAL PENAL En application du principe de la primauté des mesures éducatives, les enquêteurs, généralement les policiers, doivent obligatoirement renvoyer toutes les affaires concernant des jeunes délinquants au tribunal de famille. C est le principe de priorité du tribunal de famille qui vient renforcer le principe de la priorité des mesures éducatives. Le parquet japonais n'a pas de pouvoir de mettre directement en accusation un mineur devant le tribunal pénal. Même actuellement, après les trois réformes citées, ce principe ne connaît aucune exception. Le tribunal de la famille statue à juge unique et sans procureur (suite aux réformes, le parquet peut, à titre exceptionnel, assister à l audience). Il ne prononce que des mesures éducatives et jamais de peine pénale au sens strict. Le tribunal de la famille est seul à pouvoir décider le renvoi d un mineur devant le 2

8 8 tribunal pénal. Ce n est que suite à ce renvoi que le parquet peut mettre en accusation un mineur devant le tribunal pénal. Ce dernier statuera sur la responsabilité pénale du mineur et pourra prononcer une peine pénale au sens strict (mais seulement une peine et jamais de mesure éducative). Cependant, même après la dernière réforme de 2007, le taux de renvoi des affaires de mineurs vers le tribunal pénal est de seulement 1,4 % des affaires dont le tribunal de la famille a été saisi. Même pour les infractions les plus graves telles que les affaires de meurtre, le taux de renvoi ne dépasse pas 50 % L EXECUTION DES MESURES ET DES PEINES Au Japon, l exécution des mesures éducatives et des peines pénales applicables aux mineurs est confiée au secteur public. a. L emprisonnement En ce qui concerne les peines pénales, et plus particulièrement la peine de prison, nous pouvons noter qu en 2007 a été inauguré un établissement pénitentiaire de gestion mixte (publique et privée), l établissement Miné, inspiré de l expérience française. Ce système, révolutionnaire au Japon, est pour le moment destiné aux délinquants majeurs dont la durée d emprisonnement est relativement courte. L emprisonnement est applicable aux mineurs au Japon. Cette peine s exécute dans des établissements pénitentiaires pour les mineurs, gérés par l Etat. Le Japon traverse ces dernières années une période de réforme radicale et globale du système pénitentiaire auquel des nombreuses critiques avaient été adressées notamment en raison de la surpopulation carcérale chronique, ainsi que de nombreux incidents de traitements inhumains et dégradants infligés aux détenus 4. On reprochait notamment à l administration pénitentiaire japonaise son manque de transparence, le pouvoir discrétionnaire des directeurs de prisons et la pratique des punitions dégradantes. En conséquence, le Japon a décidé d abandonner le modèle appliqué durant tout le 20 ème siècle. Une première loi pénitentiaire, adoptée le 25 mai 2005, est entrée en vigueur le 3 Pour d autres statistiques : et 4 Notamment à la prison de Nagoya, mais aussi partout ailleurs dans le pays.

9 9 24 mai Le débat quant au régime de la détention provisoire s est poursuivi encore un temps ; il a abouti en 2006 lorsque fut adoptée une seconde loi complétant la première sur ce point. La nouvelle réglementation pénitentiaire est applicable depuis Les points importants de cette réforme sont les suivants : - le traitement pénitentiaire archaïque fondé principalement sur les travaux forcés est remplacé par un traitement dirigé vers la resocialisation des condamnés, même si ce volet est moins audacieux que celui que connaît le droit européen ; - l'amélioration de la communication des détenus avec l'extérieur, accompagnée néanmoins de conditions très strictes en ce qui concerne les communications téléphoniques ; - la création de la Commission d'inspection des établissements pénitentiaires et de la Commission d inspection des établissements de détention provisoire, destinées à conférer à ces établissements plus de "visibilité" de l'extérieur ; - le perfectionnement des voies de recours ; - l'amélioration des services médicaux dans les établissements. Par l effet de cette réforme, les établissements pénitentiaires japonais, y compris ceux destinés aux mineurs, sont «modernisés» et mieux contrôlés. Si un mineur est condamné à une peine de prison, il ne peut pas bénéficier de la sémiliberté, car ce système est inconnu au Japon. b. Les mesures éducatives Lorsqu il est saisi d une affaire, le juge de la famille ordonne généralement une mesure d enquête sociale ou d examen de la personnalité du mineur qui sera menée par un éducateur à la japonaise, «Kasai-tyôsakan». Ce dernier est fonctionnaire ; il dresse un rapport qui sera présenté à la première audience du tribunal (art. 25, Code pénal des mineurs). S il l estime nécessaire, le juge peut également ordonner une expertise médicale ou psychologique. Il existe également, dans le système japonais, un autre type d «éducateur», lui aussi 5 E_YOMI=%82%a0&H_NO_GENGO=H&H_NO_YEAR=&H_NO_TYPE=2&H_NO_NO=&H_FILE_NA ME=H17HO050&H_RYAKU=1&H_CTG=1&H_YOMI_GUN=1&H_CTG_GUN=1

10 10 fonctionnaire du ministère de la justice, «Hogo-kansatsu-kan», qui s occupe des mineurs (et des majeurs) bénéficiant de la libération conditionnelle. Mais le nombre de «Hogo-kansatsukan» n étant pas suffisant, des bénévoles qualifiés, «Hogoshi», exercent également les mêmes fonctions. Le statut de ces éducateurs est régi par l article 31 de la loi de réhabilitation «Kôseihogo-hô» 6. Les mesures éducatives ne sont pas inscrites au casier judiciaire pour éviter de «stigmatiser» les mineurs. Néanmoins, quand cela est nécessaire pour les besoins d une enquête pénale ultérieure, les enquêteurs peuvent avoir accès au «dossier» de l auteur présumé des faits. Ce dossier n est pas un casier judiciaire au sens strict et par conséquent, il n a pas l effet juridique aggravant la peine qui pourra être prononcée ultérieurement. 6

11 11 TABLE DES MATIERES I. LE PRINCIPE EDUCATIF... 4 II. LE DROIT PENAL DES MINEURS... 6 A. LE CHAMP D'APPLICATION DU DROIT PENAL DES MINEURS L'AGE DE LA MAJORITE PENALE L'AGE DE LA RESPONSABILITE PENALE LE DISCERNEMENT, CONDITION DE L'APPLICATION DES SANCTIONS PENALES STRICTO SENSU... 6 B. LES PEINES ET LES MESURES EDUCATIVES LES PEINES LES MESURES EDUCATIVES L ARTICULATION ENTRE LES MESURES EDUCATIVES ET LES PEINES, ENTRE LE TRIBUNAL DE LA FAMILLE ET LE TRIBUNAL PENAL L EXECUTION DES MESURES ET DES PEINES... 8 a. L emprisonnement... 8 b. Les mesures éducatives... 9

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois Lorsque la loi pénale a une application extraterritoriale, les juridictions nationales ont compétence même lorsque les faits ont été jugés par une juridiction étrangère. Mais si la peine prononcée a été

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr]

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] BUREAU DU CONSEIL CONSULTATIF DE PROCUREURS EUROPEENS (CCPE-Bu) LES ALTERNATIVES AUX POURSUITES «LES MESURES ALTERNATIVES

Plus en détail

LOPPSI - BILAN DU TEXTE ADOPTE

LOPPSI - BILAN DU TEXTE ADOPTE 10 février 2011 LOPPSI - BILAN DU TEXTE ADOPTE Le Parlement a définitivement adopté le 8 février le projet de loi d orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure. BILAN

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

La République fédérale d Allemagne est composée de

La République fédérale d Allemagne est composée de La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre La criminalité enregistrée en Allemagne en Olivier gourdon, Chargé d études à l ONDRP Présentation du système policier allemand

Plus en détail

FRANCE 21 May/mai 2015

FRANCE 21 May/mai 2015 FRANCE 21 May/mai 2015 Dans la perspective de la réunion du DH-GDR des 27 au 29 mai prochain, je vous prie de bien vouloir trouver une présentation des mécanismes de réouverture des procédures civiles

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles 261 Loi n 54-06 instituant une déclaration obligatoire de patrimoine de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles ainsi que de certaines catégories de fonctionnaires ou agents

Plus en détail

La comparution immédiate des mineurs : une mesure idéologique, un recul judiciaire

La comparution immédiate des mineurs : une mesure idéologique, un recul judiciaire La comparution immédiate des mineurs : une mesure idéologique, un recul judiciaire Christophe DAADOUCH «Je veux aborder la question des mineurs délinquants. S il n est pas question, bien sûr, de contester

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

L aide financière aux victimes. d actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels

L aide financière aux victimes. d actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels L aide financière aux victimes d actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels AVANT-PROPOS Depuis le 1 er août 1985, les victimes d actes intentionnels de violence ou leurs proches parents

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981)

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981) LA REPRESSION DU FAUX MONNAYAGE EN GRANDE- BRETAGNE Textes de référence :! Loi sur la falsification et sur la contrefaçon de 1981 (Forgery and Counterfeiting Act 1981) Table des matières A. La notion du

Plus en détail

LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES

LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES L'automobile occupe une place prépondérante dans notre société. La saturation quotidienne des infrastructures routières urbaines nuit à la santé publique, tant en matière de

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sanctions pécuniaires - principe de reconnaissance mutuelle Loi du 23 février 2010 relative à l'application du principe de reconnaissance mutuelle aux sanctions pécuniaires. - citant: L du 30 mars 2001

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire. mai 2011 - n o 36. Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation

Direction de l administration pénitentiaire. mai 2011 - n o 36. Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation Direction de l administration pénitentiaire Cahiers d études pénitentiaires et criminologiques mai 2011 - n o 36 Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation Annie Kensey, Abdelmalik

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE 13/18 QUESTIONS DE JUSTICE «13/18 Questions de justice» est une exposition présentée au Collège La Fayette pour les élèves de 4è. Elle a pour objectif de permettre aux élèves de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Corruption Trafic d influence Circulaire de la DACG n CRIM 08-02/G3 du 9 janvier 2008 présentant des dispositions de la loi n 2007-1598 du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption NOR

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 Introduit il y a plus de 25 ans dans notre système pénal, le travail d intérêt général (TIG) apparaît plus que jamais comme une

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.1 20 avril 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10)

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 10988 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 7 juin 2012 Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Le GRAND CONSEIL de la

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE 1. Rappels règlementaires sur la lettre de d information obligatoire avant toute sanction (sans saisine du conseil de discipline) sanctions du premier

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

Quel modèle de lutte contre la récidive?

Quel modèle de lutte contre la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Quel modèle de lutte contre la récidive? Xavier Bébin Résumé La lutte contre la récidive en France est engagée sur une mauvaise voie : l objectif des

Plus en détail

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers.

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers. 3000213 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Av. Haute, de la 139, porte B-1000 de Hal, Bruxelles 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: Tél.: +32(0)2/213.85.40 +32(0)2/542.72.00 E-mail E-mail : commission@privacycommission.be

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

A. Recommandations générales

A. Recommandations générales Lettre de la FARAPEJ n 4 Décembre 2008 Le Conseil d administration de la FARAPEJ 13 décembre 2008 recommande vivement la lecture de : Synthèse des recommandation de la Commission Nationale Consultative

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5257 Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3bis, 2 à 4, de l arrêté royal n 22 du 24 octobre 1934 relatif à l interdiction

Plus en détail

MEMOIRE. Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR

MEMOIRE. Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR MEMOIRE Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR Monsieur Chérubin : - né le 19/11/1981 - de nationalité française - résidant au 129 Rue du Général de Gaulle à Bourges - ouvrier qualifié et bénévole

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

DUPUP. Soins enfermés

DUPUP. Soins enfermés M DUPUP Soins enfermés Sommaire Etendue du problème Aux origines de la contrainte Les soins «médicalement» contraints : En milieu fermé (réforme de la Loi du 27 juin 1990) De manière indirecte ( suite

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Table des matières Texte Début

Table des matières Texte Début 29 JUIN 1983. _ Loi concernant l' . (NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 01-01-1990 et mise à jour au 03-06-2004) Source : EDUCATION NATIONALE Publication : 06-07-1983

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE Cour d'appel de Nancy Tribunal de Grande Instance de Nancy Jugement du : 11/04/2013 CHAMBRE JUGE UNIQUE ROUTE-NA Nô minute : N parquet : Plaidé le 21/03/2013 Délibéré le 11/04/2013 JUGEMENT CORRECTIONNEL

Plus en détail

RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ)

RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ) Adopté le 05.03.1993, entrée en vigueur le 05.03.1993 - Etat au 01.07.2009 (abrogé) RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ) du 5 mars 1993 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON

Plus en détail

Historique législatif des déclarations de la victime

Historique législatif des déclarations de la victime Historique législatif des déclarations de la victime David Littlefield Ministère de la Justice, Bureau régional de Toronto, Service fédéral des poursuites Août 2004 Introduction... 1 November 1, 1989 to

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés

La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés Dossier La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés Rémi Josnin* En 2004, 500 000 personnes ont fait l objet d une condamnation pour un délit ou une contravention «grave», inscrite

Plus en détail