ENSEIGNER À L ÉCOLE MATERNELLE (2) «PEDAGOGIE DE L ORAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSEIGNER À L ÉCOLE MATERNELLE (2) «PEDAGOGIE DE L ORAL"

Transcription

1 ENSEIGNER À L ÉCOLE MATERNELLE (2) «PEDAGOGIE DE L ORAL Janvier 2013 A N I M A T I O N S D E S C I R C O N S C R I P T I O N S B R E S T I R O I S E, B R E S T V I L L E, B R E S T N O R D, B R E S T E S T, L A N D I V I S I A U

2 La pédagogie de l oral Constats et préconisations du rapport des IGEN En règle générale dans les classes, il est indéniable qu il y a du langage mais peu de situations d apprentissage. La présence diffuse du langage oral (on fait du langage tout le temps et partout) est un leurre : des pratiques réelles mais aléatoires ne peuvent tenir lieu d enseignement. L enseignement de l oral n est, de manière fréquente ni programmé, ni organisé. (1)

3 Des objectifs variés insuffisamment clairs pour les enseignants Le premier objectif est que chaque élève «parle» Mais pour parler, il faut avoir des sujets de conversation: c est à l école de les créer car la libre expression à partir des situations extérieures à l école désavantage les moins favorisés. Elaborer des situations de communication (2) Le deuxième objectif et objectif clé, est que les enfants doivent apprendre l usage du langage éloigné c'est-à-dire séparé de l action. Enseigner le langage d évocation (3) Il y enfin l objectif d amélioration linguistique des énoncés afin qu ils soient de plus en plus longs et structurés, de plus en plus précis du point de vue lexical. Développer les activités d étude du fonctionnement de la langue (4) Une autre activité langagière essentielle est la compréhension, activité que l on peut qualifier d activité langagière invisible, délicate à travailler. Travailler la compréhension orale (5)

4 Des préconisations du rapport des IGEN à la classe...

5 1) Enseigner, programmer et organiser... Enseigner: du point de vue des contenus, les activités langagières sont de deux types : Les activités d échanges qui visent les compétences langagières pour apprendre à communiquer Compétences de communication ( capacité à écouter, à comprendre, à prendre la parole, à émettre des hypothèses, à argumenter, justifier, convaincre, faire des déductions, émettre une opinion ) Compétences concernant le langage en situation Compétences concernant le langage d évocation Les activités d étude du fonctionnement de la langue qui permettent de construire des connaissances nécessaires à la pratique de la langue ( Les outils de la langue) - Savoirs liés aux structures de la langue (syntaxe) - Savoirs liés au lexique - Savoirs liés aux matériaux sonores de la langue (phonation, discrimination auditive, rythme, intonation et articulation

6 Programmer Programmation langue orale école matenelle.pdf L'oral dans Emploi du temps PS-MS.pdf L'oral dans l'emploi du temps MS-GS.pdf

7 Organiser son enseignement: Extraits video : (CD Rom Sceren «Apprendre à parler) Agnès Florin «Favoriser le développement du langage» video oral\vlc-ragnes Florin Groupesdvd E VIDEO_TS_-.mpg Situations de dialogues adulte/enfant Situations individualisées dans des petits groupes pour donner des occasions de parler Groupes conversationnels avec des objectifs clairs (autour du lexique, langage évocation)

8 Organiser sa classe pour mettre en place ces interactions adultes/enfants Les modalités d'organisation pour interagir le plus efficacement possible sont : l'échange inter-individuel le petit groupe de 5 à 7 enfants, dont 2 à 3 en difficulté, à faire fonctionner au moins une fois par semaine. Lors des ateliers :L'enseignant peut privilégier ce moment pour entrer en interaction individuelle avec certains enfants, au sein même de ces ateliers. Lors d'un décloisonnement ou de des heures d aide individualisée :entre 2 classes ou dans toute l'école, avec l'aide de tous les adultes de l'equipe Educative. Le travail en petit groupe de langage, une ou deux fois par semaine est un lieu d'interactions irremplaçable pour des enfants en difficulté langagière Les temps de travail du langage peuvent être courts (10mn) Pour les enfants les moins expérimentés, le fonctionnement en petits groupes de langage n'est pas un luxe, c'est une nécessité pour compenser l'absence de milliers d'interactions positives.

9 Multiplier ces interactions adulte-enfant Elles jouent un rôle essentiel dans la construction du langage chez l'enfant. L interaction est efficace pour faire progresser l élève car elle est, en quelque sorte, construite «sur mesure». Elles rendent possibles les émergences syntaxiques et les multiples réitérations de ces structures. «L'art de la conversation avec l'enfant allie relances et feed-back d'étayage»«(p. Boisseau) Les relances aident à la production du message enfantin et entretiennent la conversation. Les feed-back permettent à l'enfant de vérifier qu'il a été bien compris de l'adulte ce qui le motive à continuer son effort d'expression. Surtout, ils concluent les tentatives malhabiles et parcellaires de l'enfant en une forme clairement émise qui constitue un modèle à sa portée en direction duquel sa syntaxe est naturellement incitée à se construire.

10 Exemple avec un enfant de trois ans, autour d'une photo de lui prise en motricité Relances Feed-back Qu'est ce que tu fais là?" Je marche sur la poutre "Est-ce que tu marches debout sur la poutre?" Non, je fais le chien "Tu marches à quatre pattes comme un chien "Ah! Il marche comment le chien?" I marche à quatre pattes "Et puis là, derrière?" Y'a Alexandre i regarde. Elles visent au total la quantité des productions de l'enfant Eh oui, y'alexandre qui te regarde«ils visent donc l'amélioration progressive de la qualité des productions de l'enfant La réponse attendue, dans cet exemple est de type argumentatif, avec l'emploi de «parce que».

11 L'adulte doit essayer de poser un feed-back : - au niveau (syntaxique, lexical ) de l'émission du locuteur ; - en fonction de ce dont il est capable d'exprimer et de comprendre. C'est la «théorie de l'escalier», où l'adulte doit essayer de situer la relance juste une marche au dessus des possibilités langagières du moment de l'enfant Si on exige tout de suite un langage plus académique (c'est-à-dire plus proche de l écrit), l enfant ne sera pas capable de s en emparer. Lorsqu on est dans le registre de l oral, il faut y rester. A titre indicatif, on peut encourager l académisme à partir du CE2 (formulation orale proche de l écrit).

12 2) Elaborer des situations de communication Promouvoir des situations "authentiques et variées" L'authenticité de la situation est assurée par l'existence d'un vrai récepteur à qui s'adresser. La maîtresse et les autres enfants de la classe sont des récepteurs fictifs puisqu'ils vivent la même situation. La présence d'un vrai récepteur oblige l'enfant à expliciter plus, motivant aussi plus clairement ses prises de parole. Cette authenticité peut augmenter considérablement la quantité de production. ( Atsem, élèves autre classe, tout autre adulte de l école...) La variété de la situation Cette variété a trait à son référent, à ce dont on parle. D'évidence, ce dont on parle motive plus ou moins les enfants plus et, dans ce domaine, l'impact des situations varie avec l'âge, le milieu socioculturel, si bien que l'attention permanente que porte le pédagogue à l'intérêt de ses élèves est irremplaçable. La variété des thèmes, le degré de motivation qu'ils suscitent chez les enfants jouent considérablement.

13 Illustration : des ateliers de communication orale D après Chantal Mettoudi: Enseigner la maîtrise de la langue à l école maternelle) Lorsque des élèves sont en ateliers ils discutent ils commentent leurs actions, Ils parlent de choses et d autres, Ils se proposent d imiter l autre ou de faire mieux Ils collaborent dans le meilleur des cas. Les échanges peuvent exister mais ils sont fortuits et peu complexes Exemple de l atelier «peinture» Si l atelier peinture présente pour l enseignant le moyen de réaliser un objectif d éducation artistique, les échanges langagiers qui peuvent exister ou non sont seconds. L objectif prioritaire reste artistique et non langagier. Par contre, on peut viser par l atelier peinture, un objectif langagier précis: Les élèves vont toujours peindre mais la finalité pédagogique prioritaire portera sur la langage. Pour que le langage s exerce, se précise, se complexifie, il faut que la situation proprement dite nécessite des échanges.

14 Ex: Réalisation d un panneau collectif Avant l activité, les élèves doivent se mettre d accord sur l élaboration du panneau et sur son contenu. Le maître intervient à la fin de l échange pour se faire préciser le projet, s assurer qu il fait l objet d un consensus. Pendant l activité, les élèves peuvent se donner des conseils techniques, réagir, interroger, discuter par rapport au projet défini ensemble. A la fin de l activité, les élèves exposeront aux autres la façon dont ils se sont organisés pour produire le panneau. La réalisation du support concret, le panneau est indispensable pour les enfants, mais la situation engagera les enfants dans des productions langagières importantes et exigeantes. L objectif d activité pour l enfant ne rejoint donc pas l objectif pédagogique du maître.

15 Qu est ce qui provoque la nécessaire communication entre enfants? Le différence de connaissances: l un est «expert», l autre non. la différence de rôle: l un exécute, l autre donne des consignes la différence d information: l un dispose des informations, l autre non la nécessite de relever un défi: les deux enfants sont de niveaux proches Le rôle de l enseignant Il consiste à créer les situations et surtout à préparer les élèves à jouer ces différents rôles; Ces ateliers de communication intéressent beaucoup les élèves qui se sentent valorisés dans des rôles de grands. Ils leur permettent à la fois d exercer et de consolider leurs compétences langagières et de mesurer les effets de leurs messages. ateliers com orale.docx

16 3) Enseigner le langage d évocation Extrait vidéo conférence V.Bouysse 15_Faire_classe_evocation_mpg_converted.flv Ce que nous dit V.Bouysse: Les situations d évocation sont fréquentes dans les classes: - Rappel des situations vécues en commun - Activités, sorties, à venir, projets - Création de monde imaginaire( invention)d histoires... Ce qui est important dans ces situations, ce n est pas l évocation, mais la qualité du langage exigible à ce moment-là. Ce qui compte c est le langage qu il faut produire, c est le langage spécifique nécessaire à l évocation qui nécessite un vocabulaire précis, une syntaxe adaptée et situer les actions dans l espace et le temps. Il ne suffit pas qu on se comprenne approximativement, il faut qu on le dise clairement.

17 Pratiquer le rappel des expériences vécues en commun en classe est une bonne entrée dans le langage d évocation, si l on parle du modèle que peut produire le maître. En PS: il est important que le maître, pratique ce langage d évocation dès qu il rappelle ce qui a été fait dans la classe, quand c est lui, qui redit les choses. Il rend tout explicite, avec un vocabulaire précis, une construction de phrase précise: il donne un bon modèle. Les élèves peuvent comprendre parce qu ils ont vécu la situation. C est une bonne situation Si on les met, en situation de pratiquer du langage d évocation en racontant ce qu ils ont fait, le risque, puisqu ils l ont vécus ensemble, c est qu ils n ont pas besoin de l explicitation pour comprendre totalement et on ne les rend pas conscients précisément de ce qu il faut dire pour qu un autre puisse comprendre. Exemple d une autre modalité : la sortie racontée à d autres à l aide de photos que l on va légender: On crée ici, une situation de décalage, on ne parle pas pour se comprendre mais pour que d autres comprennent ce que l on a fait ensemble. C est une situation très difficile avec une charge considérable pour un jeune enfant, sur le plan cognitif; et mental

18 Pour produire ce langage, Il faut être capable de gérer 3 choses en même temps: Être au clair sur le contenu (suite ordonnée) Se représenter que l autre ne connaît pas tout ce dont on parle, demande un gros effort de décentration est donc nécessaire pour savoir ce qu il faut dire Il faut aussi et en même temps avoir la bonne manière de le dire (avoir les moyens linguistiques, les bons mots, bons enchainement de phrases) Il faut donc alléger la tâche pour commencer à travailler la langage en production: Exemples de situations; Soutenir leur mémoire avec des images, des photos, des traces Partir d histoires lues ou racontées à partir d images et de demander un rappel de récit écrit Le fait d avoir déjà lu l histoire donne à l enfant les moyens linguistiques (vocabulaire, formules, tournures de phrases) dont il va pouvoir se servir. Le langage d évocation doit absolument être travaillé régulièrement : en imprégnation en PS et en production en MS et GS.

19 4) Permettre aux élèves «d engranger des connaissances» ( Etude de la langue) Des connaissances nécessaires à l étude de la langue: La syntaxe Le lexique

20 La construction de la syntaxe Vers 3 ans Certains enfants (en retard dans la construction du langage d'un an ou plus) passent des formes infra syntaxiques telles que le mot phrase ( mangé) ou la phrase à deux mots ( mangé dateau ) aux phrases élémentaires de l'oral du français, la forme Pronom + Groupe Verbal ( (Pn, GV), Il mange un gâteau (Pn, GV Vers 4 ans Durant l'année des 4 ans, beaucoup d'enfants amorcent nettement la complexification de leur syntaxe par addition de ces formes élémentaires entre elles: - Il met les pieds sur le côté parce que y'a des crocodiles. - Je veux qu'on joue au cheval. - Elle traverse l'échelle pour aller sur la montagne. Plus tard ils renforcent ces complexités et en acquièrent de nouvelles - "pour que" et "pour»+ infinitif - quand et gérondif, comme.

21 Par ailleurs le système temporel de beaucoup d'enfants s'ouvre avec: l'apparition de l'imparfait, plus que parfait et futur aller dans l'imparfait: - Moi, je traversais le mur d'escalade - Juste avant, j'avais touché le foulard bleu. - Après j'allais attraper le foulard rouge Alternance passé composé, imparfait - Je suis allé à la cantine. - Y'avait louis à côté de moi. On a mangé des frites Production de conditionnels - On s'rait des monstres. - Toi tu s'rais le gentil Alternance futur aller et futurs simples - Quand on va aller au terrain de jeux, j'vais faire du vélo. - Quand on ira au terrain de jeux, j'pourrai faire du vélo

22 Vers 5 ans La complexité concerne des connecteurs plus difficiles à conquérir comme les questions indirectes et les relatives en "que" et "où«: - Je vais lui demander ce qu'on va planter Au regard de la construction de la syntaxe, les élèves sont loin de progresser au même rythme. Des écarts considérables les séparent, qui peuvent subsister en fin d'école maternelle. Ex (GS) Nathalie dit: Moi, j'veux dire que quand on va aller chez les correspondants j'vais pouvoir faire du vélo parce qu'é me dit qu'é va me prêter le sien, ma correspondante. Azim tente d'exprimer le même message : moi i vais faire du vélo, i dire çà. Cette différence concerne surtout trois des domaines essentiels de la construction de la syntaxe: les pronoms, les temps et les complexités

23 Les pronoms sujets permettent d'ancrer dans le message les personnes qu'il concerne. Les temps des verbes permettent d'ancrer, de situer le message dans le temps Les complexités enchâssent les phrases simples les unes dans les autres pour en faire des phrases complexes successibles de bien rendre compte de relations de temps (simultanéité, succession, de causalité, de finalité ) Combattre l'inégalité linguistique Les trois décalages que révèle l'exemple précédent doivent être transformés en objectifs syntaxiques par le pédagogue du langage Aider l'enfant à diversifier ses pronoms L'aider à se construire un système de temps de plus en plus diversifié L'encourager à complexifier sa syntaxe Grilles de boisseau6-grille_d_evaluation_gs.pdf Grille_d_evaluation- PS-MS.pdf

24 Exemple de situations situations de langage pour la classe.doc Situations delangage efficaces.docx

25 L appropriation du lexique Extrait vidéo 2 : Michel Fayolvideo oral\vlc-record h07m34s-dvd E VIDEO_TS_-.mpg Engranger du vocabulaire passif et des structures syntaxiques par le langage élaboré du maître, les moments collectifs et les textes littéraires Travailler la production en petits groupes et utiliser le lexique (vocabulaire actif) Extrait vidéo 3 : Illustration en PS : «le grand monstre.» video oral\le monstre vert12h23m09s-dvd E VIDEO_TS_-.mpg «

26 Philippe Boisseau ( Enseigner la langue orale en maternelle)/retz 2005 Régulièrement, dans la diversité des situations de classe, les élèves rencontrent de nouveaux mots ; ils prennent conscience du fait que plusieurs mots peuvent désigner les mêmes choses. Un mot, avant de venir enrichir le vocabulaire actif (compréhension et production) doit avoir été rencontré plusieurs fois, dans des situations différentes. Pour les introduire, le maître les mettra en relief dans son discours (intonation, articulation) et les associera ou les opposera à des mots déjà connus. Pour faciliter leur appropriation, il planifiera le réemploi fréquent des mots nouvellement acquis. On pourra: Mettre en place des activités autour des thèmes travaillés dans la classe. (réalisation d':imagiers thématiques) Veiller notamment à provoquer le retour du lexique acquis en situation: dans les ouvrages documentaires ou de littérature de jeunesse, dans les jeux, imagiers, lotos, mémorys, Catégo...

27 Les mots rencontrés dans des contextes différents prennent progressivement un sens et peuvent être identifiés Boisseau recommande l acquisition d un capital mots se rapportant à des thèmes porteurs par tranche d âge Oral\listes de mots\voc750ps.pdf PS (750 mots) MS 1750 mots GS 2500 mots 1) La grande motricité 2) Les animaux 3) La nourriture 3 thèmes de PS +7 thèmes 1) Fêtes 2) Temps 3) Moi et ma famille 4) Mon quartier 5) Accidents, maladies 6) Le jardin 7) Les sorties 3thèmesPS+ 7 thèmes MS+3 1) Les moyens de transport 2) Les métiers 3) Les activités scientifiques Illustrations: séance d apprentissage du lexique dans le thème de la cuisine..exemple situation lexique MS GS.doc Exemple situation lexique PS-MS.doc

28 5) Enseigner la compréhension 5.1 Comprendre une histoire L activité de compréhension consiste à se construire progressivement une «représentation mentale» des lieux, des univers, des personnages, des évènements auxquels l enfant participe, à partir d informations prises dans le récit et mises en relation. C est une activité complexe qui exige un véritable travail de compréhension des différentes informations, de mises en relation de ces informations et de l élaboration progressive de sens à partir de ce que l enfant sait et de ce qu il est. Cela suppose que l univers de référence (connaissances préalables relatives à cet univers) - ne soit pas étranger à l enfant - ou s il l est, qu un travail préparatoire soit engagé. De plus, comprendre un récit engage le stockage d informations organisées logiquement en mémoire et mobilisables aisément. On peut comprendre une étape d une histoire mais ne pas comprendre une histoire elle-même. Sans mise en mémoire des constituants du récit, on perd le fil du récit dans son entier.

29 La complexité de l activité nous engage à un travail progressif de compréhension des histoires.: Comprendre des histoires simples Si la compréhension n est pas innée, c est qu elle doit faire l objet d un apprentissage portant d abord sur des énoncés simples, c est-à-dire des énoncés dont le contexte est familier, la langue proche de la langue commune, la chaîne évènementielle courte et aisément perceptible. C est ce qui explique que des pédagogues comme Philippe Boisseau préconisent la réécriture de certains albums afin que la charge cognitive dont doit faire preuve l enfant dans la réception d une histoire ne soit pas trop grande et rende l activité possible pour tous. L enjeu est de taille, et même si notre sensibilité littéraire nous conduit à proposer des textes plus construits, plus fins, notre responsabilité pédagogique doit rappeler cet impératif pour tous les enfants d apprendre à comprendre.

30 Démarches et illustrations. Comprendre le langage écrit (maternelle).pdf formes de travail et compréhension.pdf Exemple situationde compréhensionps-ms.pdf Exemple situation de questionnement de textes en GS.pdf Rappel de récitl.pdf Scénario Rappel de récit.pdf Scénario Oral-album.pdf DispositifOIE.pdf Scénario OIE -BB-Chouettes.pdf

31 5.2 Comprendre un texte documentaire Texte narratif et texte documentaire obéissent à des logiques très différentes: Le texte narratif Il s appuie sur une structure particulière: un récit réel mais plus souvent imaginaire s inscrivant dans un cadre chronologique, des personnages situés dans des espaces et des temps plus ou moins précisés et, un schéma et un rythme narratif assez classiques. Sa finalité à l école maternelle est plus souvent, de faire rêver, de réfléchir par le biais des personnages. La lecture d un texte narratif est linéaire. Il s agira, la plupart du temps d albums de littérature de jeunesse. Le texte documentaire Il a pour finalité première de transmettre de l information pour que le jeune élève comprenne le monde qui l entoure: il est donc dominé par les données objectives, soutenues par un vocabulaire précis dans le cadre d un discours très structuré. La forme extérieure du texte documentaire est aisément identifiable. Sa lecture n est pas nécessairement linéaire... Il s agira le plus souvent de recettes, de règles de jeu, de modes d emploi, de fiches d identité d un animal

32 Même si le texte narratif est dominant à l école maternelle, la découverte, l observation, et la lecture accompagnée de textes documentaires y ont tout à fait leur place et plus particulièrement en grande section. Les activités proposées permettront aux élèves : de repérer de quoi parle le document (ex: c est la recette d un gâteau) d expliquer comment le document a été identifié (ex: j ai reconnu le mot chat, c est peut-être pour expliquer les chats/ il y a des dessins du jeu, alors c est pour expliquer le jeu). de comprendre le type d information qui peut être donné (ex: dans une recette on trouve ce qu on met pour faire la soupe, les casseroles et comment on faite la soupe) de savoir à quoi le document (ex: pour savoir utiliser l ordinateur tout seul) Exemple de situation: Exemple situation documentaire.pdf

33 5.3 Comprendre une consigne Le fait qu une consigne se présente comme une phrase courte, simple s adressant directement à un enfant en le tutoyant, qui lui donne les indications minimales et utiles pour engager son travail, peut donner à penser que la compréhension en serait immédiate. Or, de nombreuses évaluations prouvent que la compréhension de la consigne et le comportement des élèves face à la consigne sont sources de nombreuses difficultés. Cela tient à trois types de causes: - La formulation de la consigne - La compréhension de l élève de ce qu il doit faire - Et son comportement. Ces causes, parfois se conjuguent, mettant l élève dans l incapacité de faire preuve de ses compétences réelles. Or, il ne se passe pas d heure à l école où l élève ne soit confronté dans tous les domaines d activités, à des activités plus ou moins complexes.

34 Comprendre une consigne est une activité intellectuelle qui nécessite que l élève: - comprenne le sens des mots employés - identifie ce qui lui est demandé de faire: quoi? dans quel ordre? - garde en mémoire les termes de la consigne donnée essentiellement à l oral - ait une bonne représentation du travail achevé (quelle forme finale doit avoir son travail ) - puisse le réaliser seul Cet acte langagier est loin d être anodin pour l enfant. Il l est d autant moins que l enfant pense avoir compris la consigne mais l a interprétée à sa manière. Exemple: L enseignant dit: «Vous allez dessiner l histoire que je viens de raconter.» Certains élèves vont comprendre «dessiner librement» quelque chose de l histoire,(un personnage ou un moment) alors que l enseignant attend que soient représentées les grands étapes de l histoire sur chacune des cases de la bande de papier. Le terme principal est «dessiner»: l enfant le connaît, le comprend, il sait le faire et la situation, elle, est exprimée de manière tellement abstraite, générale, qu il se précipite vers ce qu il vraiment faire.

35 Si l enfant a un doute parce qu il n a pas un degré de connivence et de familiarité avec la tâche présentée il posera plusieurs fois la question à l enseignant jusqu au moment où il sera prêt à réaliser la consigne. S il n ose pas lui faire répéter la question, s il se résigne il dessinera quelque chose en rapport avec l histoire ou qui n a rien à voir avec elle et se débarrassera au plus vite de ce pensum. Quelle que sot la réaction des élèves, il apparait indispensable de leur apprendre à comprendre une consigne et à se préparer à la mettre en œuvre. En amont, il revient à l enseignant: accorder un soin tout particulier à la formulation des consignes mais aussi veiller à clarifier les finalités de la tâche.

36 Rendre explicites les attentes de l enseignant Donner les consignes les unes après les autres, pour éviter une surcharge mémorielle, pour détailler les étapes de l action, pour préciser les conditions de réalisation. La clarté de la formulation pourra alors assurer à l élève les appuis cognitifs indispensables à la réalisation de la tâche. L enseignant par ses consignes indique à ses élèves ce qu il faut «faire» et les élèves font ce que l enseignant dit de faire mais il est nécessaire pour eux d aller au-delà de ce «faire». Ce qui importe au point de vue des objectifs de l école, ce n est pas de faire mais de «faire apprendre». Or, certains élèves et particulièrement ceux issus des milieux les moins familiers de l univers scolaire, demeurent très souvent dans le «faire». Ils collent à la tâche. C est à dire qu ils ont du mal à percevoir qu au delà de la tâche scolaire, il y a une enjeu d apprentissage qui les dépasse. Il est du rôle de l enseignant d aider ces élèves en annonçant pour chaque situation les enjeux d apprentissages, en explicitant en permanence comment on fait pour apprendre.

37 L enseignant, maître du langage d abord, maître du langage toujours... «Le parlé professionnel» -video oral\16_faire_classe_parler_20professionnel_mpg_converted.flv

38 Bibliographie Apprendre à parler à l école maternelle (Sceren +DVD) Enseigner la langue orale à l école maternelle (Ph.Boisseau/Retz) Comment enseigner la maîtrise de la langue à l école maternelle (C. Mettoudi/HachetteEducation)

La construction du langage de l enfant

La construction du langage de l enfant Compte rendu de la conférence de Monsieur P. Boisseau Mercredi 1 er décembre 2010-12-01 Circonscription de Cambrai Le Cateau IEN : Monsieur P Facon M. Philippe Boisseau a été instituteur, rééducateur,

Plus en détail

ENSEIGNER LA LANGUE ORALE EN MATERNELLE. Philippe Boisseau Retz édition 2005

ENSEIGNER LA LANGUE ORALE EN MATERNELLE. Philippe Boisseau Retz édition 2005 ENSEIGNER LA LANGUE ORALE EN MATERNELLE Philippe Boisseau Retz édition 2005 Philippe Boisseau Inspecteur retraité de l éducation nationale Pour une meilleure prise en compte des difficultés langagières

Plus en détail

Des outils pour construire le langage oral : Les albums échos et les albums en syntaxe adaptée (oralbums)

Des outils pour construire le langage oral : Les albums échos et les albums en syntaxe adaptée (oralbums) Des outils pour construire le langage oral : Les albums échos et les albums en syntaxe adaptée (oralbums) 1. Objectifs prioritaires : Travailler sur la quantité et la qualité des énoncés («feed back» et

Plus en détail

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève.

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève. Usage de tablettes numériques à l'école Proposition de progression Niveau : GRANDE SECTION - MATERNELLE Année scolaire : 2014-2015 Projet général / Objectifs : ALBUMS ECHOS NUMERIQUES Afin de favoriser

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

PEDAGOGIE DU LANGAGE. Selon P. BOISSEAU et quelques autres. 2 avril 2009 F. Vautrot CPCAIEN

PEDAGOGIE DU LANGAGE. Selon P. BOISSEAU et quelques autres. 2 avril 2009 F. Vautrot CPCAIEN PEDAGOGIE DU LANGAGE Selon P. BOISSEAU et quelques autres QUELQUES PROBLEMATIQUES Aspects pédagogiques La sécurité affective, le rôle de la maîtresse. Comment favoriser «la quantité» de langage? Travail

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 ACADEMIE DE MONTPELLIER Groupe académique d inspecteurs et formateurs en langues vivantes GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 Etre capable de comprendre les points

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE L ALBUM ECHO 1. Philippe Boisseau : Philippe Boisseau, instituteur puis inspecteur de l Education Nationale, s est intéressé aux pratiques langagières des jeunes enfants. Il a élaboré une programmation

Plus en détail

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Compétences devant être acquise en Objectifs et compétences P1 P3 P5 1. prendre l initiative de poser des questions ou d exprimer son point de vue. Participer

Plus en détail

MOBILISER LE LANGAGE

MOBILISER LE LANGAGE MOBILISER LE LANGAGE ORAL ÉCRIT Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre. O-1 Dire de mémoire et de manière expressive plusieurs comptines et poésies.

Plus en détail

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS CO-INTERVENTION Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS la co-intervention dans le cadre de la remédiation: ex mathématique en CE2

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012 Dictée à l adulte Animation du 19 décembre 2012 Déroulement de l animation Recueil des représentations sur la dictée à l adulte Les Instructions officielles Constat Définition et objectifs Modalités, déclencheurs

Plus en détail

Langage et Motricité. Stage Maternelle. Stage maternelle Février/Mars 2014 CPC EPS et Généraliste Aurillac 3

Langage et Motricité. Stage Maternelle. Stage maternelle Février/Mars 2014 CPC EPS et Généraliste Aurillac 3 Langage et Motricité Stage Maternelle Plan 1- Quelques repères relatifs au développement du langage 2- Quels sont les liens qui unissent le langage et la motricité? 3- Comment mettre en pratique? Trois

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est

Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est BATIR et UTILISER DES IMAGIERS EN CLASSE MATERNELLE Pour acquérir et diversifier le vocabulaire Pour commencer à structurer le vocabulaire Isabelle Caron, conseillère pédagogique LILLE 1 Est Quelques définitions

Plus en détail

DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux

DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux DECOUVRIR L ECRIT DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux Un rappel de récit est un acte de parole visant à raconter des événements réels ou imaginaires. Il consiste à demander à un élève

Plus en détail

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ ASsociation de FOrmation et de REcherche sur le Langage AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ Apprendre à parler L objectif est d aider les enfants de 4 à 6 ans à mieux maîtriser

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM ECOLE : Penzé Niveau de classe : CE2 CM1 CM2 ENSEIGNANTE : Aline Doillon Janvier Février 2011 A- Choix des items travaillés (programmes 2008)

Plus en détail

Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm

Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm Les apprentissages sont centrés sur la maîtrise de la langue (oral + écrit). - Ils impliquent

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE

UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE Madame GOZZOLI - Petite Section de la maternelle Villèle (Saint Paul 2) L AUTEUR et la DEMARCHE Philippe BOISSEAU Philippe Boisseau, instituteur puis

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES COMPETENCES DE COMMUNICATION répondre aux sollicitations de l adulte en se faisant comprendre dès la fin de la première année de scolarité (3 à 4 ans) prendre l initiative

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Cahier de vie Cahier de progrès

Cahier de vie Cahier de progrès Mercredi 7 mars 2012 : Cayenne Nord Jeudi 8 mars 2012 : Rémire-Montjoly Cahier de vie Cahier de progrès à l'école maternelle Mmes Kong Marie-Line Lacanaud-Gimenez Nathalie Silbande Ingrid Le cahier de

Plus en détail

FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010. Objectifs

FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010. Objectifs FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010 AES PÉDAGOGIQUES TRAVAIL EN ÉQUIPE Constats de départ en 2007 Nécessité de développer les compétences de : *mise en pratique des règles de vie commune (élaboration

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2)

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) ECOLE : Saint Thégonnec Niveau de classe : CE1 ENSEIGNANTE : Hélène Griffon A- Choix de l item travaillé (programmes 2008) Lire silencieusement un texte

Plus en détail

Lire des œuvres littéraires

Lire des œuvres littéraires Lire des œuvres littéraires Une culture littéraire se constitue par la fréquentation régulière des œuvres Une culture littéraire Elle s'est constituée comme un univers où les thèmes, les personnages, les

Plus en détail

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents.

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents. Les alphas S1 A la bibliothèque S2 A la bibliothèque (2) TAOKI ET COMPAGNIE Période 1 Compétences visées Exercices Manipulation du code Grammaire Expression orale Expression écrite - S appuyer sur les

Plus en détail

Enseigner le langage oral à l école maternelle

Enseigner le langage oral à l école maternelle Enseigner le langage oral à l école maternelle Animation RRS Brest Janvier 2015 ESPE Brest Sylvaine Talarmin CPC Brest Iroise Enjeux de la formation Identifier les acquis, les besoins et attentes de chacun

Plus en détail

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation STAGE FILÉ À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation A partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation et évaluation

Plus en détail

2007/8. Au terme des différentes activités, chaque élève reçoit le recueil de ses travaux.

2007/8. Au terme des différentes activités, chaque élève reçoit le recueil de ses travaux. Des écrits dès la grande section et le CP classe lecture/écriture, école Pasteur, Villejuif 2007/8 La classe lecture-écriture de l école Pasteur de Villejuif consiste en une semaine «banalisée» où une

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Langues VISÉES PRIORITAIRES Maîtriser la lecture et l écriture et développer la capacité de comprendre et de s exprimer à l oral et à l écrit en français. Découvrir les mécanismes de la langue et de la

Plus en détail

PROJET : réaliser un imagier des animaux de Guyane suite à une sortie au zoo.

PROJET : réaliser un imagier des animaux de Guyane suite à une sortie au zoo. PROJET : réaliser un imagier des animaux de Guyane suite à une sortie au zoo. Présentation de la classe / du projet : c est une classe de petite section de 20 élèves. 10 filles et 10 garçons. Une classe

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages langagiers à l école maternelle

Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages langagiers à l école maternelle Animation Pédagogique Direction des services départementaux de l Éducation nationale du Loir-et-Cher Groupe Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Le langage oral dans les APC à l'école maternelle

Le langage oral dans les APC à l'école maternelle éduscol Ressources pour l'école primaire Ressources pour l'école primaire Le langage oral dans les APC à l'école maternelle Fiches d'accompagnement, enseignant-chercheur à l'université de Toulouse II Le

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

Les albums échos. D après un travail de Philippe Boisseau, IEN

Les albums échos. D après un travail de Philippe Boisseau, IEN Les albums échos D après un travail de Philippe Boisseau, IEN Document élaboré par Françoise Pollard, CPC Bièvre-Valloire Animation du 19 janvier 2011 L album écho: syntaxe, lexique Objectifs: Améliorer

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE Programme applicable à la rentrée 2006. Introduction. 1. Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues. Le CECRL a été publié en 2001 par le

Plus en détail

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE INTRODUCTION LA PRODUCTION ORALE L acquisition de la langue seconde s effectue à partir de situations de communication authentiques et signifiantes. Vivre le français

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5 ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5 DOMAINES PRINCIPES GENERAUX OBJECTIFS EXEMPLES DE SITUATIONS MOBILISER LE LANGAGE

Plus en détail

Vygostski. Médiation pédagogique vue par la Théorie de Vygostski

Vygostski. Médiation pédagogique vue par la Théorie de Vygostski Vygostski Médiation pédagogique vue par la Théorie de Vygostski La place importante des traces écrites Faire vivre les traces écrites, les réactiver... Comment introduire la trace pour que son utilisation

Plus en détail

En partanariat avec. Langue des Signes Française PROGRAMME DE FORMATION 1/4

En partanariat avec. Langue des Signes Française PROGRAMME DE FORMATION 1/4 En partanariat avec 1/4 Langue Signes Française PROGRAMME DE FORMATION A1 1 2 Peut comprendre et utiliser expressions familières et quotidiennes ainsi que énoncés très simples qui visent à satisfaire besoins

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

PORTEFEUILLE de COMPETENCES en LANGUES

PORTEFEUILLE de COMPETENCES en LANGUES ACADEMIE DE DIJON PORTEFEUILLE de COMPETENCES en LANGUES TRAVAU PUBLICS 1 Prendre part à une conversation Comprendre LE CADRE EUROPEEN COMMUN de REFERENCE pour les LANGUES GRILLE d AUTO EVALUATION (extrait)

Plus en détail

Fiche d activités et d apprentisage

Fiche d activités et d apprentisage Fiche d activités et d apprentisage Thème : La greffe d organes Public : médecins/étudiants en médecine Tâche visée : identifier des informations dans un document vidéo Compétences visées : compréhension

Plus en détail

Construire un référentiel de communication avec les élèves

Construire un référentiel de communication avec les élèves Construire un référentiel de communication avec les élèves Oser entrer en communication : Ø Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre Ø S exprimer

Plus en détail

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre.

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Contenu : Un mode d emploi Un panneau 50/70 cm Un rouleau de papier collant 30

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie D LE DREAU CPD Langues Vivantes AVRIL 2015 Les objectifs définis par les programmes

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 EXPLORER LE MONDE Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 Programmes 2015 Explorer le monde du vivant, des objets, de la matière Explorer le monde Se repérer dans le temps et l espace l espace Découvrir

Plus en détail

COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages

COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages Le langage au cœur des apprentissages ( voir IO 2002) 1. Compétences de communication - répondre aux sollicitations

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein Ouverture de l école Service de garde Entrée en classe Accueil Routine du matin Ateliers Dîner Récréation Histoire Jeux libres

Plus en détail

La photo numérique à l'école maternelle

La photo numérique à l'école maternelle La photo numérique à l'école maternelle Plan de la matinée - 1ère partie Quelle place dans les programmes? L'enfant utilisateur / La photo numérique comme outil de travail Retour sur vos expériences -

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques I.E.P. TOULOUSE Cours de langue vivante : objectifs linguistiques ANGLAIS 1A, 2A, 4A & 5A E. DI PAOLANTONIO 01/11/2015 Cadre européen commun de référence pour les langues - grille d'autoévaluation - «Le

Plus en détail

LISTE DES SITUATIONS PROPOSEES SUITE A LA PRESENTATION D ALBUMS

LISTE DES SITUATIONS PROPOSEES SUITE A LA PRESENTATION D ALBUMS LISTE DES SITUATIONS PROPOSEES SUITE A LA PRESENTATION D ALBUMS 1. Découverte de l objet-livre 2. Anticiper et rappeler 3. Travail sur les illustrations/lecture d images 4. Dictée à l adulte à partir des

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

L accompagnement de tous les élèves à l école maternelle

L accompagnement de tous les élèves à l école maternelle STAGE MATERNELLE 38 n 207 du 27 janvier au 4 février 2011 Dominique Simon-Ruaz-CPC Dominique Gourgue-CPC L accompagnement de tous les élèves à l école maternelle STAGE MATERNELLE n 207 PLAN DE L'INTERVENTION

Plus en détail